Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean-Baptiste

Avant-propos

Chantal Connochie-Bourgne

Texte intégral

1Ce volume 48 de la collection « Senefiance » rassemble les textes des quinze communications qui ont été prononcées lors du colloque organisé par l’équipe de recherche du CUER MA les 22-23-24 février 2001 à l’Université de Provence.

2Le choix du sujet a été déterminé par l’engagement pris en novembre 1993 d’inscrire ce colloque parmi les manifestations proposées à Aix-en-Provence dans le cadre du 750e anniversaire de la fondation d’un lieu de culte à Saint-Jean-de-Malte.

3Les travaux sur la figure de Jean-Baptiste portent sur des textes latins et français et des œuvres d’art du Moyen Age depuis le xiie siècle. On y trouve les Vies de Jean-Baptiste attendues, de celle du xiie siècle à celles des xiiie et xive siècles (M.-R. Bonnet, F. Gingras, G. Grossel, F. Laurent), les légendiers de Jean de Mailly et de Jacques de Voragine (A. Surdel), les récits de pèlerinage (A. Surdel), les œuvres théâtrales d’Arnoul Gréban, de Jean Michel (J.-P. Bordier) et la Passion d’Arras (J. Subrenat), des textes moins connus, cryptogrammes solfégiques, énigmes et devinettes, au langage codé (B. Roy) ; le roman de Perlesvaus offre une réécriture de « l’épée qui décolla saint Jean-Baptiste » (A. Berthelot). Le Baptiste apparaît dans la Divine Comédie (J. Lacroix). L’extension vers le xvie siècle livre un chant royal du Puy de Rouen (D. Hue) et celle vers le xixe fait connaître des textes produits par les Canadiens français avant et après les Rébellions de 1837-1838 (F. Gingras). La cathédrale de Chartres abrite en son porche nord un Baptiste (M. Vauthier) ; en 1347, Matteo Giovanetti consacre à la vie de saint Jean-Baptiste les murs nord et est (fresques) de la chapelle Saint-Jean du Palais des Papes d’Avignon (J. Arrouye). Le saint patron de Florence est sculpté dans le bois des stalles de Saint-Gervais à Genève au xve siècle (C. Charles). Une peinture accompagne le chant royal du Puy de Rouen (D. Hüe).

4A partir de ce riche matériau littéraire et artistique, les auteurs de ces quinze communications ont permis l’intelligence d’aspects différents de la figure de Jean.

5Des données historiques ont été rappelées sur la fondation de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (M.-R. Bonnet), sur les récits de pèlerinage en Terre sainte (A. Surdel), sur les événements contemporains des œuvres et déterminants pour la lecture qu’on peut en faire (F. Gingras, F. Laurent, J. Subrenat), sur les circonstances de leur élaboration, en particulier touchant la ville de Florence (C. Charles, J. Lacroix).

6Jean-Baptiste est célébré comme Précurseur. Homme « à la césure », « figure frontalière », il est celui qui tressaille au ventre maternel à la « vue » de Marie en qui s’est aombré l’Esprit Saint ; il est celui qui est venu pour Voir et Dire ce qu’il voit. Avant même de venir au monde, il reconnaît Celui qui vient de prendre chair. Sa voix de Naziréen prophétise des temps nouveaux ; elle exhorte à la pénitence, elle dit l’espérance et la joie, car un temps meilleur viendra. Sa conception sans péché annonce l’immaculée conception de Marie. Sa main s’élève et répand l’eau baptismale qui prépare au baptême de feu. Du doigt, il montre le sens de l’Histoire, le chemin de la Lumière.

7Jean (dont le nom signifie « l’Eternel a fait grâce ») est l’humble qui s’incline devant le Christ puis, ultime courbure, devant le bourreau d’Hérode. Il s’abaisse alors que s’élève le fils de Dieu. Il suit la grande rotation du cosmos. A la Saint-Jean-d’été, l’année bascule. Solstice. On cueille les herbes nourries d’énergie solaire (B. Roy). D’un Jean à l’autre, du Baptiste à l’Evangéliste, tourne la ronde des saisons, de la terre au ciel se boucle le cercle de la vie d’un corps et d’une âme à qui sait voir et veut pratiquer l’exégèse visuelle en transcendant les apparences figuratives (J. Arrouye).

8Jean est l’ermite au désert, modèle de pénitence, de renoncement au monde. Corps ensauvagé par la peau de chameau. Corps socialisé et magnifié par la somptuosité de son long vêtement à larges plis, il est celui qui protège Florence et manifeste sa puissance (J. Lacroix, C. Charles).

9Le chef séparé de son corps décapité est relique qu’on vénère (G. Grossel). On songe – aspect profane – à l’objet qu’utilisa le bourreau, épée qui revient de droit mythique et littéraire à Gauvain dont la fréquentation de têtes coupées met en question l’allégorèse chrétienne du Perlesvaus (A. Berthelot).

10Les réflexions des théologiens ont infléchi le sens du personnage : Arnoul Gréban insiste à la suite de Thomas d’Aquin sur la prédication et l’annonce du Salut éternel, Jean Michel sur le rôle de la Grâce (J.-P. Bordier) ; l’auteur du Mystère de la Passion d’Arras privilégie le prophète de la Joie (J. Subrenat). Les citations qu’en fait l’évêque d’Elne, Francecs Eiximenis, accentuent les traits du baptiseur (M. Pelaez). Figure énigmatique, il fait partie des curiosa et mirabilia que les moines relèvent dans les Ecritures (B. Roy).

11Personnage de la renovatio dantesque, il semble remplacer Virgile au seuil du Paradis terrestre (J. Lacroix). Homme de rupture, il dénonce les puissants, aide les faibles et fait espérer un « autre temps », sa parole, rapportée, repensée, réactualisée, se charge d’un sens politique (F. Gingras, F. Laurent). Saint patron de Florence, il envahit le mobilier cultuel et affirme la puissance économique et politique de la nation florentine en pays genevois (C. Charles).

12A ces intervenants vont tous les remerciements de l’équipe du CUER MA.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540