Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chrétienté au péril sarrasin

La chrétienté au péril de l’invasion sarrasine

François Suard

Texte intégral

1La chrétienté, dans les chansons de geste, est en état de tension, dans un sens à la fois offensif et défensif. Les héros épiques sont toujours prêts à entreprendre une conquête qui accroîtra l’étendue des terres soumises à la loi de Jésus :

  • 1 Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969, v. 1-3.

Caries li reis, nostre emperere magnes,
Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne ;
Tresqu’en la mer cunquist la tere altaigne1,

2mais ils sont en même temps soumis à la menace d’une invasion sarrasine qui tentera de reconquérir le terrain perdu :

  • 2 Chanson de Guillaume, éd. F. Suard, Paris, 2e éd. 1999, v. 12-15.

Reis Deramed, il est issu de Cordres,
En halte mer en ad mise la flote ;
Amund Girunde en est venu par force,
En tere entred que si mal descunorted2.

3L’exemple du Roland et celui du Guillaume, il est vrai, pourraient faire croire à deux types de poèmes, centrés l’un sur la conquête, l’autre sur la résistance à l’invasion. Mais une telle distinction est généralement impossible, puisque, comme on le verra, les thèmes peuvent s’inverser, la conquête faisant suite à une invasion ennemie, tandis que cette dernière est la riposte à une attaque chrétienne. Par ailleurs il importe de se demander si les épopées où l’esprit de croisade est essentiel sont les seules où le motif du péril sarrasin est important : nous verrons qu’il n’en est rien et que ce motif intervient dans des épopées de lignage ou de la révolte. Nous essaierons donc de préciser les formes que prend la « dimension sarrasine » et d’analyser la fonction du motif dans des poèmes qui ne semblent pas a priori destinés à l’accueillir.

Les formes de l’invasion

  • 3 Garin le Loherenc, éd. A. Iker-Gittleman, Paris, Champion, cfma, 1996, v. 1248-1252 ; voir aussi v (...)

4Destructions sauvages, mise à sac des lieux de culte, massacres et tortures infligées aux gens de religion, telles sont les manifestations le plus souvent dénoncées de l’irruption sarrasine. Garin le Loherain3 est particulièrement explicite à cet égard, par exemple lorsque le roi Thierry de Maurienne est attaqué :

Es vax de Moriane se sunt a force mis,
destruient les mostiers, abatent crucefiz !
Molt enpirent la loi Jesu de paradis ;
de devant les autex font lor chevax gesir,
et prenent les provoires, ses escorchent toz vis.
(v. 1248-1252)

5D’autres évocations, bien que plus rapides, vont dans le même sens ; elles s’intéressent à la dévastation des terres, au vol des reliques, au nombre des captifs. Tel est le tableau présenté dans la Chanson de Guillaume lorsque Desramé attaque :

Les marchez gaste, les alués comence a prendre,
Les veirs cor seinz porte par force del regne,
Les bons chevalers en meine en chaënes.
(v. 16-18)

  • 4 Ed. L. Formisano, Firenze, 1981.

6Même type d’évocation et de programme dans la Destruction de Rome4, prologue ajouté après coup à Fierabras, mais qui est peut-être issu d’un texte antérieur : ces horreurs ne sont pas faites pour surprendre, étant donné la gravité de la situation décrite au début de Fierabras, à savoir la mort du pontife romain et le vol des reliques (couronne d’épines, clous de la crucifixion, le sinne ou suaire du Christ). L’amiral d’Espagne, dans la Destruction, est décidé aux pires exactions :

Jamais, si com il dist, ne voura reposer
S’avra fait tote Rome treboucher et verser,
Et le païs destruire, exillier et gaster,
Et musters et chapeles et autiers vïoler,
Et a trestutz les moignes les baulivres coper.
(v. 140-144)

7Une fois l’armée d’invasion à pied d’œuvre, ce programme sera exécuté avec plus de brutalité encore que dans bien d’autres textes :

Ardent chastels et viles, n’i lessent fermeté
Ne muster ne chapele q’il n’aient vïolé.
Les prestres et les clerc ont abauliveré,
Et moignes et hermites a grant dolour mené.
As nonels ont jeü et fait lour volunté,
Puis toudrent les mameles chescone du cousté.
Quant trouvent femme grosse, le queor li ont crevé,
Et son petit enfant ont mort et enfondré ;
Grant dolour i aveit par trestot le regné,
(v. 466-472)

8et l’on sait que Fierabras mettra le comble à ses crimes en tuant le pape auprès de l’autel (v. 1263-1265).

9Souvent, les Sarrasins arrivent par mer, et la chanson développe en une fresque grandiose le nombre des vaisseaux et l’illumination des eaux qui en résulte. L’exemple le plus ancien se trouve sans doute dans le Roland, lorsque Baligant s’embarque afin de porter secours à Marsile :

Granz sunt les oz de cele gent averse ;
Siglent a fort e nagent et guvernent.
En sum cez maz e en cez haltes vernes
Asez i ad carbuncles e lanternes ;
La sus amunt pargetent tel luiserne
Par la noit la mer en est plus bele,
E cum il vienent en Espaigne la tere,
Tut li païs en reluist e esclairet,
(v. 2630-2637)

10et le rédacteur de la Destruction écrit de son côté :

De l’angusse des nefs est la mer engrossie,
Les voilles et li mast funt mult grant taborie,
L’escrois en oïst hom .V. lües et demie.
(v. 320-322)

11La caractéristique première, qu’il s’agit de manifester, est bien la masse païenne. On retrouve ce trait dans la Chanson de Guillaume :

Garde Tedbald vers la lasse de mer,
Vit la coverte de barges e de nefs,
E de salandres e granz eschiez ferrez ;
Mire le ciel, ne pot tere esgarder.
(v. 185-188)

  • 5 Ed. McMillan, Aix-en-Provence, 1997.

12ou dans la Chevalerie5, lorsque Vivien découvre l’ennemi :

De l’or d’Arable vit l’air estanceler.
Avis lor est tot doie acoveter,
Que il ne virent point d’yave de la mer.
(v. 331-333)

  • 6 Ed. Cl. Régnier, Paris, Champion, 1990.

13Un effet particulièrement dramatique est tiré de ces visions dans Aliscans6, lorsque des vaisseaux innombrables débarquent inlassablement de nouveaux contingents ennemis :

Que tant en ist des nes et des chalans
Et des dromonz et des escoiz coranz
Ainz tant n’en vit nus hom qui soit vivanz,
D’escuz et d’armes est couverz li Archanz.
(v. 17-20)

  • 7 Ed. Nigel R. Thorp, Tuscaloosa-London, 1992.

14Dans Jérusalem7, le camp du sultan, venu avec une immense armée pour reprendre la Ville, donne lieu à ces évocations de masse :

Molt fu grande la joie la nuit en l’ost menee.
Mainte lanterne i ot esprise et alumee,
Del fu qui reluist cler est la terre enflanbee,
De grandimes .X. liues en reluist la contree.
(v. 6556-6559)

15Accompagnant ces tableaux saisissants, et destinée à signaler une sorte de caractère diabolique, l’indication du bruit épouvantable fait par cette masse immense figure dans de nombreux textes ; elle fait un sort particulier aux cris poussés par les païens, hurlements d’animaux plus que d’êtres humains :

Si durement vont entr’ex glatissant
Que la marine en vet tote crollant.
(Aliscans, v. 85-86)

Li un abaient, li autre vont criant,
Et li teirs ullent, li autres vont braiant ;
Sifaite noise vont entre eaus demenant
Que la marine en vet tote trenblant
(Chevalerie Vivien, v. 212-215)

Kenelius oïssiés glatir et abaier
Et li gent de Siglaie ullent con avresier
(Jérusalem, v. 8163-8164)

16L’image donnée par ce déchaînement de violence inouïe est donc celle d’une irruption quasi diabolique, qui bouleverse l’ordre du monde et provoque les chrétiens à une résistance héroïque. Dans quel type de textes ce cataclysme est-il évoqué ?

Le péril sarrasin dans les textes « de croisade »

17Les chansons du cycle de Guillaume, où règne l’esprit de croisade, sont évidemment concernées au premier chef par le motif de l’invasion. Il en va ainsi de la plus ancienne de celles que nous avons conservées, la Chanson de Guillaume, avec laquelle nous avons la part belle, puisque nous tenons ici l’exemple type d’un texte constitué autour du concept de disponibilité à l’invasion, puis de résistance et, au terme de nombreuses péripéties et catastrophes, de victoire sur l’ennemi.

18Le poème pose et résout en une constellation narrative les questions essentielles suscitées par l’irruption ennemie : quelles sont les réactions face à l’annonce d’une invasion ? Comment la riposte sera-t-elle organisée ? Quelle sera l’attitude du responsable de la lutte contre païennie, c’est-à-dire Guillaume, mais aussi celle des mauvais chefs, celle d’un jeune héros prêt au sacrifice ? Ainsi s’enclenchent les différentes phases du poème, avec l’attitude inconsidérée de Tiebaut qui envisage le combat malgré la disproportion numérique, poussé par la jalousie à l’égard de Guillaume, puis la résistance paisible de Vivien qui, en raison de la promesse qu’il a faite ne peut quitter le terrain du combat, l’appel au secours adressé à Guillaume, l’intervention de celui-ci, qui est à son tour battu, enfin l’appel à l’aide adressé au roi Louis et la victoire complète sur les païens, obtenue grâce à Renouait. Aliscans, texte construit selon les mêmes principes, et qui commence lorsque l’invasion est en cours et que la lutte pour la repousser engagée, fonctionne de la même manière.

19Mais ce dernier texte montre aussi qu’une fois l’organisation cyclique en place, le concept d’invasion brutale ne suffit plus, et la Chevalerie Vivien est composée notamment pour montrer dans quelles conditions les Sarrasins sont arrivés. C’est le jeune héros qui est la cause glorieuse de l’action sarrasine ; parce qu’il est impatient De la loi Deu acroitre maintenant (v. 45) il se rue sur les terres païennes et massacre leurs habitants :

Il sunt entré en Espaingne la grant,
La terre gastent as Turs et as Persans,
Tuent les fames, ocïent les enfans.
(v. 54-56)

20L’invasion décidée par Desramé de Cordres est la réponse à ces actes de guerre, couronnés par l’envoi d’un navire chargé de Sarrasins mutilés.

  • 8 Ed. Cl. Lachet, Paris, Gallimard, Folio-classique, 1999.

21Dans le Charroi8, on assiste à un curieux échange entre l’esprit de conquête et celui de libération de terres chrétiennes asservies et envahies par l’ennemi. Guillaume, on le sait, va conquérir Nîmes parce qu’il ne lui est pas possible de trouver en France un fief avouable :

« Donez moi Nymes o les grans tors aguës,
Aprés Orenge, cele cité cremue,
Et Neminois et tote la pasture,
Si com li Rosnes li cort par les desrubes »,
(v. 502-505)

22mais la querelle avec le roi Louis, on l’apprend bien vite, n’est pas la véritable raison : il s’agit de délivrer des chrétiens et des terres chrétiennes asservis par les païens. Du côté de Saint Gilles, Guillaume a été témoin du martyre de ses frères :

« Toute la terre vi plaine d’aversiers,
Viles ardoir et violer moustiers,
Chapeles fondre et trebuchier clochiers,
Mameles tortre a cortoises moilliers ».
(v. 570-573)

23Ici encore, conquête et invasion se répondent.

  • 9 Ed. Yvan G. Lepage, Genève, Droz, 1978.

24Le Couronnement de Louis9 offre, dans son second épisode, une image assez classique de la résistance à l’invasion dont les païens ont eu l’initiative. Parti à Rome pour un pèlerinage, le preux est sollicité par le pape, dont les Sarrasins ont envahi les terres :

Prise ont par force la fort cité de Chapres,
Pris ont Gaifier de Police le sage
Et .XXX.M. de chetis c’uns que autres,
S’il n’ont secors, qui tuit morront a glaive.
(v. 333-336)

25Il sera donc le champion de la chrétienté contre celui du roi Galafre, Corsolt, gagnant dans la bataille, par la blessure de son nez, le surnom qui ne sera plus jamais modifié, « Conte Guillelme au cort nes le guerrier » (v. 1162).

  • 10 Voir Aymeri de Narbonne, éd. L. Demaison, Paris, 2 vol., 1887.
  • 11 Ed. H. Suchier, Paris, 2 vol., 1898.
  • 12 Ed. J. Couraye du Parc, Paris, 1884.
  • 13 Ed. J.-L. Perrier, Paris, 1926.

26Mais dans nombre de cas, l’invasion sarrasine est affaire ancienne, état de fait contre lequel il s’agit de lutter afin de délivrer la terre de ceux qui n’ont aucun droit sur elle ; à partir de cette reconquête, diverses invasions ou sièges se produiront contre lesquels les chrétiens résisteront de leur mieux. Ainsi commence par exemple le cycle de Narbonne, avec la conquête par Aymeri d’une ville que les païens tiennent depuis longtemps. Mais après l’assaut donné à la ville et la prise de celle-ci, le texte n’oublie pas la difficulté à maintenir la cité dans l’orbite chrétienne : les Sarrasins reviendront mettre le siège devant Narbonne, qu’il faudra défendre10 Ce ne sera pas le seul siège mis devant la cité, une fois qu’elle est devenue chrétienne : les Narbonnais11 racontent un siège célèbre, remaniement d’une chanson antérieure assonancée, et la Mort Aymeri12, qui clôt le cycle, connaît encore un siège. Le Siège de Barbastre13 commence lui aussi par une attaque païenne menée contre Narbonne, attaque au cours de laquelle Beuves de Commarchis et ses deux fils sont capturés et emmenés à Barbastre, dont ils se rendront maîtres : ici, l’invasion est le point de départ d’une conquête.

  • 14 Ed. L. Brandin, Paris, 2 vol., 1924.

27Des textes non guillaumiens se présentent comme des épopées où l’esprit de croisade joue un rôle essentiel. Il en va ainsi de la chanson d’Aspremont14 où l’action commence avec l’arrivée d’un messager chargé d’annoncer qu’Agolant a fait passer son armée en Italie :

« La mer d’Aufrique en est venus siglant ;
S’est en Calabre arivés cha devant ;
N’i a remés ne feme ne enfant ».
(v. 317-319)

  • 15 Ed. S. Duparc-Quioc, Paris, 2 vol., 1977-1978.

28La réaction à une invasion ancienne, avec les conséquences que produit la reconquête, constitue l’armature des épopées de la croisade en Terre Sainte. Le début du remaniement de la Chanson d’Antioche15, dans son long prologue, montre bien que la reconquête d’une terre qui fut autrefois celle de l’Incarnation est un devoir sacré ; les païens sont venus, qui se sont emparés de ce qui leur était étranger :

Paien orent saisi flun Jordain et le rente,
Le crois et le Sepucre volrent tot mette a vente,
Tot avoient ja pris li gens que Diex cravente.
(v. 254-256)

29Dès lors le poème s’attache à conter les é tapes de la reconquête, qui a pour objectif Jérusalem, la cité sainte :

Huimais porés oïr de Jursalem parler
Et de cels ki alerent le Sepucre honorer,
(v. 16-17)

30mais que suivront d’autres conquêtes, notamment celle d’Acre, célébrées dans les suites de la Chanson de Jérusalem.

31Mais l’extension de la Chrétienté entraîne de vives réactions de l’ennemi : aussi, la longue marche qui entraîne les croisés par Dorylée et Antioche jusqu’à la prise de la Ville Sainte est suivie de la riposte des païens, qui conduisent toutes les forces de l’univers musulman vers Jérusalem, afin de reprendre la cité à ceux qui l’ont libérée. C’est une masse énorme qui menace les croisés :

Quant l’os fu aroutee, se mentir ne volon,
Couverte en fu la terre .VII. Hues environ.
(Jérusalem, v. 6249-6250)

32Et, parce que l’univers païen entier a été sollicité, des monstres font partie du cortège qui cherche à écraser les chrétiens : on y voit des guerriers velus comme viautres, aboyant come mâtins (v. 8289), d’autres ont becs de bécasses et têtes de chiens : Et es piés et en mains ont ongles de lion (v. 8321), d’autres encore portent cornes de moutons (v. 8326). C’est donc une victoire sur toutes les forces du mal que les croisés remporteront devant Jérusalem.

33Mais l’extension de la conquête ne met pas un terme aux réactions des païens, et les chrétiens trouvent en Saladin un adversaire acharné qui s’attaque à Baudouin le lépreux :

Devant Jerusalem avoit ses tres bastis
Li fel Salehadins, li cuivers maleïs.
(v. 5881-5882)

34Dans l’épopée, et contrairement à l’histoire, les chrétiens réussissent à vaincre le païen.

35On voit donc que, dans l’épopée animée par l’esprit de croisade – et tout particulièrement dans celle qui se déroule en Terre Sainte – l’invasion sarrasine est souvent riposte à une conquête chrétienne, mais que cette dernière est à son tour la réponse à une invasion dont les Sarrasins s’étaient autrefois rendus coupables.

Chansons de lignage ou de révolte

36Qu’en est-il lorsque la lutte contre l’ennemi de la foi n’est plus un élément essentiel, dans les textes épiques où l’action première concerne les démêlés d’un vassal avec son seigneur ou les luttes d’un lignage avec un autre. Les cas de figure sont nombreux, mais on peut malgré tout distinguer quelques modèles.

La riposte à l’invasion sarrasine sert à fonder la valeur d’un personnage ou d’un lignage

  • 16 Ed. M. Eusebi, Milano-Varese, 1963.

37La Chevalerie Ogier16, Garin le Loherain se situent dans cette perspective, et surtout, bien entendu, le second texte, dont nous parlerons rapidement, puisque Jean-Charles Herbin en traite dans sa communication. Garin commence par l’invasion des Hongres ; Hervis, fondateur du lignage lorrain, se distingue aussitôt en exhortant le pape à ne pas se laisser arrêter par les clercs occupés à préserver leurs rentes (1. III), après quoi il se couvre de gloire en participant avec éclat aux combats : il tue le roi Charbocle près de Saint-Denis (v. 204-210), puis dirige l’armée qui combat au val de Soissons où il accomplit encore des exploits et repousse les païens jusqu’à Troyes (v. 568-570). Dans cette ville, il secourt Charles Martel qui a été grièvement blessé et l’accompagne jusqu’à Paris, où le roi mourra de ses blessures (v. 717).

38Après le couronnement de Pépin et le mariage d’Hervis, une nouvelle invasion vise cette fois Metz, et Hervis demande l’aide du roi, qui lui est refusée ; il trouve celle d’Anseïs de Cologne, mais est tué en poursuivant l’ennemi :

En cele chace, la fu Hervis ocis
d’un quarrel fort, si enforce li criz.
(v. 994-995)

  • 17 On nuancera donc l’appréciation d’A. Labbé qui, dans sa n. 15 à l’article Guerre sainte et guerre (...)

39Les enfants d’Hervis, Garin et Begon, recueillis par l’évêque Henri, frère d’Hervis, puis retenus à la cour de Pépin, font d’abord leurs preuves au service du roi contre des vassaux rebelles ; ils récupèrent également leur terre, mais très vite ils doivent à leur tour entrer en lutte conte les païens qui ont attaqué le roi Thierry de Maurienne (v. 1209-1213). D’abord allié à Garin et à Begon, puis les abandonnant au moment où l’importance de l’armée sarrasine se dévoile, Fromont apparaît ici comme un allié peu fiable, soucieux d’avoir plus que de valeur : la rixe devant le roi n’est pas éloignée, et l’on peut considérer que ces deux longues parties « sarrasines » qui se trouvent au début de la chanson obéissent au double souci de fonder la valeur des Lorrains et de déconsidérer leurs adversaires17.

  • 18 Ed. P. Taylor, Louvain-Lille, 1952.

40D’autres parties « sarrasines » interviendront plus tard, dans Gerbert18 notamment ; elles ont moins d’importance mais servent toujours à rappeler la qualification fondamentale opérée par le long prologue de Garin : apparaissent comme vraiment héroïques et soumises à l’admiration du lecteur les figures qui ont été consacrées par la lutte contre l’ennemi de la foi.

  • 19 Ed.-Trad. M. de Combarieu et G. Gouiran, Paris, 1993.

41Le motif est moins développé dans Girart de Roussillon19 ; l’invasion sarrasine qui suit la bataille de Vaubeton (v. 3221-3324) est pourtant riche d’enseignement, en dépit de sa brièveté. Si l’ennemi de la foi attaque les Gascons, c’est en raison des divisions entre chrétiens ; d’autre part, Girart ne refuse pas de porter secours aux Gascons, et c’est même son intervention qui décide de la victoire. C’est donc affirmer aussi la fidélité de Girart à la défense de la foi – quelles que soient ses fautes ultérieures –, et le tort qu’aura Boson d’Escarpion de rompre la paix qui s’instaure entre seigneur et vassal

42La Chevalerie Ogier ressemble à Garin, dans la mesure où la lutte du héros contre les païens, à l’orée du récit, fait de lui un véritable personnage et fonde sa valeur ; mais cette gloire apparaît aussi comme un moyen dramatique essentiel pour mettre fin à l’interminable inimitié entre le baron révolté et son seigneur.

43En effet, pas d’action héroïque d’Ogier si les païens n’avaient pas envahi l’Italie, car Charlemagne était décidé à mettre le jeune homme à mort sans délai en raison de la faute commise par son père Gaufroi : aucune intervention n’avait pu l’apaiser, lorsqu’arrivent les envoyés du pape, annonçant l’invasion. Aussitôt, l’empereur décide de partir pour Rome ; Ogier y sera conduit, et il est toujours destiné à être pendu lorsque la situation sera rétablie (v. 191-194). Un premier allègement au sort du héros est procuré par Naimes, qui obtient de l’empereur qu’Ogier partage la vie des écuyers (v. 347-370). Dès lors, le jeune homme est prêt à combattre l’ennemi et à risquer la mort sur le champ de bataille plutôt que d’attendre un trépas honteux de la main de l’empereur :

« Se jo venoie a l’estor comencer
Et je veïsse Sarrasin et Paiens,
S’eüsse o moi ou ronchin ou somer
Et en mes poins un grant pel aguisé,
Si ferrai je devant el primier cief ».
(v. 377-381)

  • 20 Voir éd. cit., v. 295-300.

44Ogier saisit en effet la première occasion propice, c’est-à-dire l’attaque sarrasine conduite par Danemon, au cours de laquelle les chrétiens subissent de lourdes pertes – plusieurs princes de premier plan sont capturés, ce qui entraîne la fuite du lâche Alori (v. 545). Comme les compagnons de Vivien dans la Chanson de Guillaume20, les écuyers reconnaissent Ogier comme leur chef et l’exhortent à passer à l’attaque :

« Ja estes vos de France le roial,
Fil as haus home qui preu sunt et loial,
Secorés Kalle, que grant mestier en a ».
(v. 558-560)

45Comme l’avait fait Girart avec Tiébaut, Ogier bouscule Alori et s’empare de ses armes, tandis que ses compagnons s’équipent aux dépens des guerriers d’Alori. Cette troupe de jeunes se jette sur les païens, libère les captifs et se couvre de gloire ; Charlemagne adoube aussitôt Ogier :

Lors desciendi li rois Kalle a tant ;
La bone espee a çaint Ogier au flanc :
Chevalier fu Ogier d’or en avant
Du millor roi qui unqes fu vivant.
(v. 758-761)

46Le héros ne s’arrête pas en si bon chemin : il combat de façon chevaleresque contre Karaeus, et c’est lui qui cause la fuite des païens grâce à sa victoire dans le duel qui l’oppose à Danemont. Désormais Ogier est au faîte de la gloire chevaleresque (il est gonfalonnier de l’empereur, v. 3115), et il doit ce renom à sa lutte courageuse contre les Sarrasins.

47Survient ensuite le drame que l’on connaît, et la majeure partie de la chanson (v. 3149-9551) est consacrée au récit de la guerre impitoyable que se livrent Ogier, rendu fou de colère par le meurtre de Bauduinet, et Charlemagne. A la fin de ce long récit, une pause est ménagée, qui permet qu’Ogier, prisonnier de Turpin, reste en vie, alors que l’empereur a cru le faire périr. Le bon archevêque a un sens particulier de la valeur des mesures de blé et de vin. Mais rien, apparemment, ne saurait procurer le retour en grâce du héros ni sa sortie de prison, si ne se produisait l’invasion sarrasine conduite par Bréhier, Un Sarrasin cui mes Dex mal li don (v. 9564), qui commet les dévastations habituelles :

En France entra la maisnie Mahon :
Des cristïens font grant confusion ;
Orient femes et petis enfanchon.
(v. 9576-9578)

48L’armée païenne progresse jusqu’à Monlaon, où réside le roi, et il apparaît vite que Bréhier, ce « Golias » (v. 9758) ne peut être vaincu, à moins de faire appel à Ogier. Il faudra convaincre Charlemagne d’accepter d’entendre prononcer le nom de son ennemi, qu’il croit mort, puis de faire appel à lui, enfin de se soumettre à la terrible condition qu’il pose à son intervention :

« Per cel Signor qi fist solel et nue,
Se ne me rens Callot t’engenreüre,
Si l’ocirrai a m’espee esmolue :
Ja autrement n’arés de moi aiue ».
(v. 9990-9993)

49On voit ainsi que, dans la Chevalerie, la révolte du vassal – liée à l’exacerbation de l’amour paternel – et le salut de la chrétienté menacée sont étroitement liés, et que la solution de l’un et l’autre drames ne peut intervenir que dans une sorte de paroxysme dramatique où tout semble un instant perdu, avant d’aboutir à une solution heureuse que seule l’intervention divine peut procurer.

50Ce sera donc la scène à la haute intensité tragique dans laquelle le roi supplie le héros d’épargner son fils : le conflit entre seigneur et vassal est ici transposé en conflit intérieur où l’amour paternel et le devoir du souverain chrétien s’opposent, Charles acceptant à la fin de sacrifier son fils à la défense de la chrétienté, sans supporter toutefois d’assister au meurtre de son enfant :

Kalles s’enfuit quant voit sachier le brant
En sa capele son chief acovertant.
Devant l’autel li rois en crois s’estant :
Tant a d’angoisse per son cors maintenant.
(v. 10447-10450)

51Du côté d’Ogier, les mêmes éléments sont en jeu, avec le souci de venger Bauduinet son fils et la volonté de combattre Bréhier, destructeur de la chrétienté ; mais la hiérarchie des devoirs est opposée, et le rebelle entend d’abord faire justice à son fils. Ainsi se trouve respectée, du reste, la hiérarchie entre les deux protagonistes : en dépit de tout, Charlemagne agit en souverain, et Ogier en vassal.

52Dieu seul peut dénouer le conflit, et il envoie son ange qui retient l’épée d’Ogier et indique pour Chariot une peine symbolique. Désormais le duel auquel est attaché le sort de la chrétienté peut avoir lieu, duel gigantesque, étant donné la personnalité des protagonistes, longtemps prolongé par le recours de Bréhier à son onguent miraculeux, au terme duquel le Sarrasin trouve la mort.

53La mise en œuvre de la Chevalerie est donc exemplaire de la volonté de nouer les éléments caractéristiques de la chanson de révolte et ceux de la chanson de croisade. C’est dans le paroxysme d’une opposition entre seigneur et vassal que la réponse à une invasion dévastatrice peut être donnée, lorsque le roi manifeste son dévouement absolu à sa fonction de protecteur de la chrétienté et procure du même coup la paix avec son vassal.

  • 21 Ed. A. Bayot, Paris, 1914.
  • 22 Ed. F. de Reiffenberg, Bruxelles, 2 vol., 1836-1838.

54La mise en œuvre de Gormont et Isembart21 constitue également une formule originale où révolte et invasion sarrasine sont étroitement liées. La chanson, telle que nous pouvons la reconstituer avec l’aide de la Chronique de Philippe Mousket22 et Lohier et Mallart, montre comment les exactions du roi Louis à l’égard d’Isembart conduisent celui-ci, exilé en Angleterre, à renier sa foi et à épouser la fille du Sarrasin Gormont. Lorsque le roi païen envahit le Vimeu, Isembart est à ses côtés, même s’il paraît avoir tenté de dissuader Gormont d’exécuter son projet :

« Ahi ! » dist il, « reis emperere,
tant le vos dis, plusurs feiees,
a Cirencestre, en voz contrees,
que Franceis sunt gent aduree !
Mult le vos dis en la galee :
Ça troverez tele maisnee ».
(v. 470-475)

55Le fragment de Bruxelles, qui commence lorsque la lutte est à son paroxysme, donne à voir les exploits du roi Gormont, tué par Louis, et ceux d’Isembart le margari, qui rallie les païens après la mort de leur chef et se montre fidèle au seigneur dont il a suivi la fortune :

« Ja ne faldrai a sa maisnee,
por tant cum puisse ceindre espee ».
(v. 487-488)

56Le narrateur, visiblement, ne tient pas grief au personnage de ce qui pourrait passer pour une sorte d’endurcissement dans le mal ; il s’intéresse au destin tragique d’Isembart, qui était informé du risque mortel qu’il prenait s’il accompagnait les envahisseurs et a pourtant persévéré :

« E ! jal me dist uns Sarrazins,
ultre la mer, qui en sorti,
si jeo veneie en cest païs,
que jeo sereie u morz u pris ».
(v. 636-639)

57Enfin, au moment d’expirer, il se repent, implore le pardon divin et pardonne lui-même à ceux qui l’ont blessé mortellement (v. 647-649). Courage, fidélité et bien sûr conversion contrebalancent la faute commise. Du reste la chronique de Mousket n’éprouve pas d’inquiétude sur le sort du renégat au-delà de la mort ; sa mère, devenue religieuse, prie Dieu pour lui

Mais a la mort s’en repenti
Et del tout a Dieu s’asenti,
Et bien i fu ses esperis.
(v. 14267-14269)

58Ainsi, l’originalité du poème réside dans une autre sorte de relation entre le motif de la rébellion et celui de l’invasion : ici, c’est le chrétien rebelle qui rejoint le camp des envahisseurs, avant de se convertir et de se purifier par une mort exemplaire.

59D’autres chansons de révolte donnent beaucoup moins d’importance au motif de l’invasion. Dans Raoul de Cambrai, l’attaque de Saint-Gilles par les Sarrasins de Corsuble et de l’aumassour de Cordoue est une péripétie dramatique destinée à justifier la séparation de Bernier d’avec son épouse et son fils. Il s’agit du reste d’une razzia limitée à la ville ; les païens incendient Saint-Gilles, pillent le bourg et se retirent ensuite avec leur butin (v. 6488-6496). Il ne s’agit pas d’une attaque d’envergure, dirigée contre une contrée entière : les Sarrasins agissent ici comme une sorte de rouage dramatique et, s’ils rappellent furtivement le péril toujours présent de l’invasion sarrasine, sont d’abord source d’aventures. Plus tard Bernier n’hésitera pas, comme dans les chansons d’aventures du type de Beuves de Hantonne, à prendre la défense de Corsuble contre Aucibier : le Sarrasin n’est pas ici, tant s’en faut, un ennemi implacable.

  • 23 Ed. J. Thomas, Genève, Droz, 1989.

60Avec Renaut de Montauban23, le motif de l’invasion joue également les utilités dramatiques, mais se souvient aussi de la fonction qualifiante qui est la sienne. On rappellera les épisodes parallèles dans lesquels Renaud et ses frères puis Roland refrènent l’orgueil des Sarrasins qui sont passés à l’attaque. Pour les fils Aimon, il s’agit d’abord d’expliquer la faveur dont jouissent bientôt auprès du roi Yon les fugitifs du pays d’Ardenne ; la construction de Montauban, le don de la sœur du roi sont les récompenses accordées après la victoire sur Begues qui mettait à mal les possessions de Yon :

« Beges li Arrabis l’a guerroié assez,
Brisiez a ses chasteaux et ses granz fermetez,
Hermitages, danjons, abeïes, citez,
Et est par droite force dedenz Tolose entrez ».
(v. 3921-3924)

61Il ne s’agit pas à proprement parler, d’une épreuve qualifiante, car la valeur de Renaud a déjà été maintes fois prouvée au cours de l’épisode ardennais ; pourtant il ne semble pas indifférent pour la gloire du héros que Renaud ait à combattre les païens, ne serait-ce que parce que Roland le fera aussi.

62Pour le neveu de l’empereur, il s’agit bel et bien d’une épreuve qualifiante, puisque le jeune homme est encore vierge d’exploit, dans Renaut s’entend, au moment où il se présente devant son oncle. Or, voici qu’arrive aussitôt un messager annonçant l’attaque de Cologne par les Sesnes et Laitiz, plus tard qualifiés de Sarrasins. Roland prend la tête de l’expédition de secours, triomphe des agresseurs et capture leur chef, Escorfaut, puis se voit aussitôt qualifier par Naimes de meilleur chevalier :

« Unques puis que Jhesus fu en la croiz penez
Ne fu uns chevaliers ne veüz ne trovez
Qui mieldre de lui fust ne jamés ne verrez ».
(v. 4787-4789)

Epopées tardives

  • 24 Ed. K. Vollmöller, Heilbronn, 1883.
  • 25 Ed. Cl. Roussel, Genève, Droz, 1995.

63Dans les chansons d’aventure, anciennes (Octavian24) ou plus récentes (La Belle Hélène25), le concept d’invasion joue le rôle important d’une péripétie destinée à nouer l’action et à révéler les héros.

64Dans Octavian, le point de départ du texte est de type folklorique, avec la séparation, fruit de la calomnie, de deux époux ainsi que des deux enfants qui leur sont nés ; mais l’essentiel de l’action s’organise autour de l’attaque menée par les Sarrasins contre Dagobert et la France, afin de récupérer les terres qu’ils ont perdues. Le récit des dévastations est traditionnel :

Li soudans fist par l’ost crier
Qu’il se feïssent tuit armer
Et aillent la terre essilier ;
Ne ramaigne tor ne clochier,
Que tres tot ne facent ardoir.
(v. 1451-1455)

  • 26 Voir Florent et Octavien, éd. N. Laborderie, Paris, 2 vol., 1991.

65Or c’est au cours des combats livrés devant Paris que Clément, l’un des fils des époux séparés, fait éclater sa prouesse et devient l’ami de Marsabille puis, après avoir été fait prisonnier, est secouru par son frère Octavien, le nouveau chevalier au lion, ce qui prélude au rassemblement de la famille dispersée. Le remaniement du xive siècle, qui amplifie considérablement la matière, gardera la fonction d’ouverture de cet épisode initial, tout en limitant son importance par rapport à l’ensemble de l’œuvre26.

66La Belle Hélène est, comme l’a montré son éditeur, un récit de la christianisation de l’Europe de l’ouest, donc une suite de relations de conquêtes. Néanmoins l’invasion sarrasine joue un rôle d’ouverture important, au sens où il précipite le cours de l’amour incestueux du roi Anthoine de Constantinople pour sa fille Hélène. Le roi Bruyant s’est attaqué à Rome avec une immense armée :

.IIIIc. mille Turs, se l’istoire ne ment
Avoit aveucques luy ; s’orent pris logement
Devant Romme le grant, et l’assaillent souvent
Pour confondre no loy ou ne croient noyent.
(v. 169-172)

67Au cardinal qui vient demander l’aide d’Anthoine, celui-ci répond qu’il ne se mettra en route que s’il reçoit du pape l’autorisation d’épouser sa propre fille (v. 248-255). Cette demande scandaleuse sème la désolation à Rome ; elle est néanmoins accordée, puisqu’il n’y a nulle autre solution, et Anthoine, à ce prix, aide à chasser les Sarrasins ; mais le neveu d’Anthoine, Richier, désespéré par le péché qui doit se commettre, se jette au plus épais des ennemis et trouve la mort :

« J’ayme mieulx que je muire en servant Jhesucris
Que ma cousine voye, qui tant a cler le vis,
Gesir aveuc son pere, che n’est point ses pourfis ».
(v. 505-507)

68Si bien que, dans ce texte comme dans bien d’autres, le motif de l’invasion sarrasine se trouve lié à l’action principale, dont il sert à mettre en lumière le caractère tragique.

69Ainsi le motif de l’invasion sarrasine, qui met en péril un lieu essentiel à la vie et au développement de la chrétienté (Rome, Paris, Jérusalem), les signes tangibles de l’adhésion à la foi (les édifices religieux et ceux qui y célèbrent le service divin) ou la survie des chrétiens, apparaît-il comme un élément fondateur de la chanson de geste, quelle que soit la thématique de celle-ci.

70Nous avons vu que l’invasion peut rester inexpliquée, ou qu’au contraire elle apparaît comme la réponse à la conquête chrétienne (on songera par exemple à la Chevalerie Vivien ou à la Destruction de Rome). Dans tous les cas on peut tirer de cette permanence du motif, qui ne concerne pas seulement, on l’a vu, les textes animés par l’esprit de croisade, quelques enseignements.

71Il s’agit de manifester tout d’abord le lien étroit qui associe la vaillance du chrétien et l’enracinement de la foi dans une terre, autrement dit d’encourager chacun à la vigilance : à la manière du « Veillez et prier » de l’Evangile, la chanson de geste veut suggérer que le péril qui menace la foi chrétienne n’est jamais écarté, et que la garde ne doit jamais être baissée. Du même coup, le poème épique justifie sa propre permanence et son actualité : la lutte contre l’Infidèle ou les échos qu’elle peut susciter n’est jamais démodée. Combattre les Sarrasins, c’est pour le héros acquérir ses lettres de noblesse : ainsi, même dans les épopées de la rébellion, la réponse guerrière à l’invasion sarrasine apparaît-elle souvent comme la justification de la valeur, et par conséquent du droit dans les conflits qui surviendront ensuite, d’où la longue première partie des Lorrains ou le second épisode sarrasin de Girard de Roussillon.

72Dans le même temps, le motif de l’invasion apparaît comme un élément important de la construction dramatique de la chanson. Il crée, par l’attente des exactions sarrasines, un puissant suspens ; il alimente le caractère pathétique d’une situation par la description du martyre des chrétiens et la destruction des emblèmes de la foi ; enfin il constitue un élément important de la fiction propre à certains textes, qu’il s’agisse de mettre en lumière le caractère scandaleux d’une situation (la demande exorbitante d’Anthoine, dans la Belle Hélène) ou de souligner le lien entre l’injustice des chrétiens (le tort fait à Isembart) et le péril sarrasin.

Notes

1 Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969, v. 1-3.

2 Chanson de Guillaume, éd. F. Suard, Paris, 2e éd. 1999, v. 12-15.

3 Garin le Loherenc, éd. A. Iker-Gittleman, Paris, Champion, cfma, 1996, v. 1248-1252 ; voir aussi v. 274-277, où il est fait état des tortures infligées aux chrétiens.

4 Ed. L. Formisano, Firenze, 1981.

5 Ed. McMillan, Aix-en-Provence, 1997.

6 Ed. Cl. Régnier, Paris, Champion, 1990.

7 Ed. Nigel R. Thorp, Tuscaloosa-London, 1992.

8 Ed. Cl. Lachet, Paris, Gallimard, Folio-classique, 1999.

9 Ed. Yvan G. Lepage, Genève, Droz, 1978.

10 Voir Aymeri de Narbonne, éd. L. Demaison, Paris, 2 vol., 1887.

11 Ed. H. Suchier, Paris, 2 vol., 1898.

12 Ed. J. Couraye du Parc, Paris, 1884.

13 Ed. J.-L. Perrier, Paris, 1926.

14 Ed. L. Brandin, Paris, 2 vol., 1924.

15 Ed. S. Duparc-Quioc, Paris, 2 vol., 1977-1978.

16 Ed. M. Eusebi, Milano-Varese, 1963.

17 On nuancera donc l’appréciation d’A. Labbé qui, dans sa n. 15 à l’article Guerre sainte et guerre privée dans les chansons de geste, Littérature et religion au Moyen Age et à la Renaissance, Etudes réunies par J.-Cl. Vallecalle, Lyon, 1997, p.47-64, insiste sur la « mise en place historique » du texte, du moins pour les combats d’Hervis : c’est la noblesse des descendants d’Hervis qui est en cause.

18 Ed. P. Taylor, Louvain-Lille, 1952.

19 Ed.-Trad. M. de Combarieu et G. Gouiran, Paris, 1993.

20 Voir éd. cit., v. 295-300.

21 Ed. A. Bayot, Paris, 1914.

22 Ed. F. de Reiffenberg, Bruxelles, 2 vol., 1836-1838.

23 Ed. J. Thomas, Genève, Droz, 1989.

24 Ed. K. Vollmöller, Heilbronn, 1883.

25 Ed. Cl. Roussel, Genève, Droz, 1995.

26 Voir Florent et Octavien, éd. N. Laborderie, Paris, 2 vol., 1991.

Auteur

Paris X-Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540