Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chrétienté au péril sarrasin

La chrétienté au péril sarrasin ?

Les Sarrasins dans la geste des Lorrains

Valérie Naudet

Texte intégral

1Le Sarrasin, c’est-à-dire l’infidèle, le mescreant, est celui que la chanson de geste désigne comme l’adversaire par excellence, l’ennemi héréditaire contre lequel d’éclatantes victoires, mais souvent bien éphémères, sont remportées. Il est même l’Ennemi, tant ses relations avec le diable sont évidentes. Lutter contre lui demande à la chrétienté de mobiliser toutes ses forces vives. C’est ce que nous proposent la plupart des chansons du cycle du roi ou de celui de Guillaume d’Orange. On voit donc l’ensemble de la chevalerie franque se masser derrière Charlemagne tout comme Guillaume peut s’appuyer sur les membres de son lignage pour défendre ses terres. Et si trahison et défection affectent le camp des chrétiens, elles sont toujours liées à la présence du péril sarrasin qui exaspère chez les uns les ardeurs guerrières et chez les autres la couardise et/ou la cupidité. Ces traîtres et ces lâches ne sont que le prolongement du bras sarrasin à l’intérieur de l’armée chrétienne, obligeant leurs anciens alliés à lutter sur un double front, à la fois contre les troupes des Infidèles grondant aux marches du royaume et contre la gangrène qui les ronge de l’intérieur. Ce péril extrême, qui vient de tous côtés, contraint les Français à s’unir pour faire front.

  • 1 Nous n’intégrons pas Hervis de Metz à cette étude car le texte, plus tardif, ne s’inscrit pas compl (...)

2En revanche, les poèmes de la révolte offrent un tableau très différent, les enjeux n’y sont pas toujours aussi clairement exposés, ni les oppositions aussi tranchées. Les conflits y sont nombreux et complexes, car chaque poème conte d’abord la lutte qui oppose un chrétien à un autre chrétien, soit que le vassal se révolte contre son seigneur, soit que deux lignages s’affrontent entre eux. Les Sarrasins interviennent, mais en marge de ce conflit central, venant ajouter épisodiquement un danger à un autre. Une geste, celle des Lorrains, répond particulièrement bien à ce schéma. Garin le Loherenc, Gerbert de Mes et Anseÿs de Mes ont en commun de chanter la lutte âpre et violente que se livrent deux familles de grands vassaux sous le regard d’un roi de France impuissant et incapable de la moindre action1. Cette violence, de surcroît, s’inscrit dans un cadre géographique bien déterminé, parfois restreint et en principe peu sujet aux invasions sarrasines puisqu’il s’agit majoritairement du nord de la France, des Flandres ou de la Lorraine. Pourtant ce cercle régional, cette sombre unité de ton que confèrent à la geste les conflits internes au royaume de France vont se trouver brisés par l’adjonction d’épisodes sarrasins. Il serait vain d’y voir des excroissances sacrifiant à la mode épique dominante qui fait de la défense de la chrétienté son sujet favori. Le péril sarrasin et les luttes intestines qui déchirent les chrétiens prennent tout leur sens à la lumière l’un de l’autre.

3Deux tendances se dessinent, en apparence contradictoires : la guerre sarrasine permet en effet de mettre en valeur certains membres de la chevalerie qui trouvent dans la confrontation avec l’Infidèle la justification suprême de leur activité de bellatores ou bien, au contraire, ce sont les failles et la déchéance de l’ensemble de la société politique, chevaleresque et religieuse occidentale qui sont mises à nu lors de l’affrontement avec les mescreanz.

*

  • 2 Nous citons le texte dans l’édition de J.-E. Vallerie, Garin le Loheren according to ms A (Arsenal (...)

Bonne chançon plairoit voz a oïr
De grant estoire et de mervilloz pris
Si con li Hongre vinrent en cest païs ?
Crestïenté orent forment maumis,
Les homes mors et arz tot le païs,
Destruisent Rains et asisent Paris ;
Et sains Nicaises de Rains i fu ociz,
Et sains Morises de Canbrai, la fort cit,
Et sains Remis, si con la chançon dist,
Ensanble o lui de chevaliers .VII. mil
Qui por Jhesu furent vrai martir.
Huimais conmence la chançons a venir
Et la mervelle qui la porroit oïr.
(Garin le Loheren2, v. 1-13)

4D’emblée le poème se donne à entendre (ou à lire) comme un récit célébrant des exploits contre des Hongres, variante en Europe orientale des habituels Turcs ou Africains. Le combat promet d’être acharné face à un ennemi particulièrement agressif qui a déjà envoyé à la mort nombre de chrétiens et non des moindres puisque quelques saints hommes ont été martyrisés durant les premiers affrontements. Le terme fort de martir, mis en valeur par sa présence sous l’assonance, laisse penser que le sujet de la chanson se trouve bien dans la lutte contre ce péril sarrasin qui affecte sur les derniers jours de sa vie le royaume de Charles Martel. La lecture des premiers vers ne dément pas cette impression : les Sarrasins (qu’ils viennent de l’Europe de l’Est, du Moyen Orient ou de l’Afrique, appelons-les ainsi par commodité) y sont omniprésents. Dans le prologue, ils ont mis à sac tout le Nord-Est de la France et sont proches de Paris quand, enfin, Charles Martel se trouve en mesure d’agir : aidé de son fidèle vassal Hervis de Metz, il délivre d’abord Saint-Denis avant de marcher vers la Lorraine. Devant le nombre des ennemis, les troupes françaises se scindent : le roi se dirige vers Sens tandis que le duc de Metz va à Soissons. Dans les deux cas, ils mènent une bataille décisive, obligeant les Sarrasins à fuir. Mais Charles Martel se laisse entraîner dans le tourbillon de la victoire et poursuit ses adversaires jusqu’à Troyes sans se rendre compte que, devant cette ville, le nombre des ennemis est bien trop élevé pour en venir à bout avec seulement sa moitié d’armée. Il sera blessé à mort durant le combat, ainsi que saint Loup de Troyes, malgré l’arrivée d’Hervis de Metz et de ses hommes. De retour à Paris, le loyal Hervis assure la transmission de la couronne à Pépin et place auprès de lui pour gouverner durant la jeunesse du nouveau roi Hardré de Lens.

5Ce premier épisode sarrasin se trouve immédiatement suivi d’un autre : quelques années plus tard, les mescreanz reviennent attaquer le Lorraine. Hardré refuse l’aide des troupes royales à Hervis qui rompt son hommage au roi de France pour aller solliciter le secours du roi de Cologne. La Lorraine est délivrée mais son duc trouve la mort dans l’enchaus final. Le prologue de la chanson se clôt sur la prise de Metz par les Allemands d’Anséÿs de Cologne et la fuite des deux jeunes fils du défunt, Garin et Bégon. Mais la famille de Lorraine n’en a pas fini avec les Sarrasins. L’une des premières actions qu’accompliront Garin et Bégon, après avoir été adoubés par Pépin, sera de porter secours au roi Thierry de Maurienne, assiégé par quatre rois infidèles. Si la Maurienne est finalement libérée, Thierry meurt de ses blessures et lègue son royaume à Garin à condition qu’il accepte la main de sa fille, la jeune Blanchefleur. Or cet héritage est l’occasion que choisiront les Bordelais pour faire éclater un conflit qui était latent depuis un moment : si les fils d’Hardré, Fromont et Guillaume, du même âge que Garin et Bégon, ont fraternisé avec ceux-ci, leur père a toujours été hostile à la faveur dans laquelle le roi tenait les deux jeunes gens. La colère du vieil homme avait été attisée par le don fait à Bégon d’un fief en Gascogne. Mais c’est la main, innocente encore, de Blanchefleur qui va déchaîner la violence et la guerre entre les deux lignages. En effet, au moment de livrer bataille devant Valparfonde de Maurienne dans laquelle est retranché Thierry, Fromont et Guillaume, reculent, effrayés par le nombre des Sarrasins. Sous la houlette de Garin, les Lorrains et leur parenté engagent le combat malgré cette défection. La bataille tourne à leur avantage et, avant la complète débâcle des Infidèles, les Bordelais n’ont que le temps de rallier in extremis les troupes chrétiennes afin d’éviter la honte. Mais lorsque viendra l’heure du partage du butin, Garin en privera les fils d’Hardré qui protesteront devant le roi, masquant leur cupidité et leur lâcheté derrière un prétexte : il faut refuser le mariage de Garin et Blanchefleur, car un Garin roi de Maurienne et héritier de la Lorraine serait un trop puissant vassal pour le petit roi de France. Une rixe éclate sans tarder, en présence du roi. Garin y tue le vieil Hardré. Il ne s’agit là que du prélude d’un conflit sans fin, qui se poursuivra sur trois générations et conduira à l’anéantissement des deux familles. Nous sommes alors environ au vers deux mille six cent de Garin, il en reste encore près de quatorze mille pour venir à bout du poème. Les Sarrasins ne reparaîtront plus.

6On compte donc trois confrontations entre chrétiens et mescreanz dans ce premier volet de la geste des Lorrains qui ont toutes un rôle similaire. Il s’agit d’une part de désigner un lignage comme étant digne d’une chanson et d’autre part de poser les fondations du récit à venir.

7L’extrême dramatisation des premiers vers de la chanson, la sombre litanie des saints morts au combat, le noir tableau de la France ravagée par les exactions sarrasines, la mise en valeur de l’affaiblissement de la noblesse française qui, à la suite de la guerre entre Girart de Roussillon et Charles Martel s’est appauvrie au point de ne plus pouvoir entretenir un équipement militaire, tout cela concourt à produire une tension qui va crescendo jusqu’à l’apparition de l’homme providentiel, celui qui par sa valeur pourra redresser la situation. De cet homme, le jongleur va très habilement soigner la présentation, mettant en avant, tant dans ses propres commentaires que dans les paroles qu’il place dans la bouche de son personnage, son appartenance à la classe des bellatores. Il est dit par deux fois en quelques vers que le duc de Metz (car il s’agit bien entendu d’Hervis) n’a rien à voir avec la clergie :

  • 1 vers soulignés par moi

Li preuz, li sages, li gentis quenz de pris,
Qui ne fu mie des clers si entrepris1
Qu’il leur laissat ne le vair ne le gris
Ne a ses hommes leur rentes recoeillir,
En piés se lieve devant toz les marchis :
« Sire apostoles, que est que avez dit ?
Ci a .XX. mil de chevaliers de pris
Dont li clerc ont les fours et les molins
Que lor donnerent nostre anchisor jadis.
Li clerc les tiennent, noz en sons defors mis ;
Si est bien droiz qu’autres consaus soit pris. »
(Garin, v. 81-91)

8Ces qualités de chevalier ne vont pas tarder à être éprouvées sur le terrain. Dans le combat contre les Sarrasins, Hervis déploie tout son talent et le jongleur tout l’arsenal rhétorique que l’on est en droit d’attendre : hypotyposes marquées par la formule classique la veïssiez, mêlées générales, coups épiques, duels entre chefs, prière du plus grand péril, enchaus. Par ailleurs, adroitement, il a séparé les deux grandes figures de la chevalerie chrétienne, envoyant Charles Martel à Sens et Hervis à Soissons : le roi ne porte pas ombrage durant la bataille à son vassal qui occupe seul le devant de la scène et apparaît comme authentique héros d’épopée. De plus dans un prologue qui insiste sur les ravages qu’a causés jadis l’antagonisme qui a opposé l’empereur à Girard de Roussillon, il n’est pas mauvais de démarquer un héros que l’on veut positif de ce Charles Martel au lourd passé.

9Mais l’affrontement avec les Sarrasins n’a pas pour unique fonction de mettre en valeur un guerrier exceptionnel : n’importe quel adversaire aurait pu jouer ce rôle, y compris et surtout un membre du lignage bordelais. Ce qu’Hervis gagne à combattre contre des mescreanz, c’est la faveur du ciel. En effet, dans cette lutte entre la religion du vrai Dieu et sa contrefaçon, une lutte qui est celle du Bien contre le Mal, de Dieu contre le diable, le chevalier chrétien est le champion de Dieu. Pour marquer son approbation, le Créateur envoie des signes qui disent à tous l’extrême valeur d’Hervis : il lui est donné de venger la mort de plusieurs saints et surtout il est le destinataire d’un miracle. Au sortir de la bataille de Soissons, le duc couvert de sang et de poussière s’approche d’un cours d’eau pour se baigner :

Devant lui garde, si i avoit choisi
.I. croiz noire qui contremont s’en vint
Tot ausement con se l’en l’en trasist.
Mise l’i orent paien et Sarrasin. […]
Le destrier broche, si s’est en l’aigue mis.
Molt granz miracles fist Damedex por lui,
Que li destriers desor coi li dus sist
N’i moilla onques ne flanc ne col ne piz.
(Garin, v. 533-545)

  • 3 Son fils Garin, à la fin du poème, parachèvera cette évolution : alors qu’il s’est croisé pour part (...)

10Outre sa saisissante poésie, la scène est remarquable par son inspiration biblique : les flots s’ouvrent devant Hervis comme ils se fendirent devant Moïse. De plus, une autre figure se superpose à celle du patriarche pour dessiner celle du Lorrain : saint Georges le combattant sanctifié par l’affrontement avec le dragon. C’est bien plus qu’un simple héros-chevalier que le poème offre dans ce prologue. Le combat contre les Sarrasins confère à Hervis une stature tout à fait exceptionnelle en en faisant une sorte de guerrier parfait, un saint-chevalier3.

  • 4 Garin le Loheren, v. 1910-1911.

11L’expédition de Maurienne, menée par les fils du duc, confirmera cette lecture : lorsque Fromont de Lens et Guillaume de Monclin, suivis par toute leur parentèle, se retireront avant même le début de la bataille contre les envahisseurs sarrasins, Dieu viendra en aide aux jeunes Lorrains en envoyant pour les seconder saint Denis, saint Domins (Dominique) et saint Georges4. La famille lorraine est bien celle qui agit conformément aux attentes du Créateur. Le péril sarrasin, non seulement permet à ses différents membres (les Bordelais étant systématiquement écartés de ces combats) de mesurer leur valeur à l’aune de l’ennemi traditionnel qu’est le païen, mais aussi de faire éclater au grand jour l’excellence du lignage qui est digne de conduire la chrétienté dans le combat et qui bénéficie de la bienveillance du Seigneur. Il s’agit d’une épreuve qualifiante, réussie par les uns et manquée par les autres.

12A partir de là on comprend bien l’autre rôle joué par les épisodes sarrasins dans Garin le Loheren : ils permettent de jeter les fondations du récit à venir. Dans une situation de crise, ils mettent à jour les différents motifs des guerres futures : le courage inébranlable des Lorrains, Hervis, mais aussi Garin et Bégon, la couardise de Pépin qui, dans un premier temps, hésite à porter secours à Thierry de Maurienne et, dans un second, tombe providentiellement malade la veille de se mettre en route pour Valparfonde, la frilosité d’Hardré qui refuse tous les combats, la traîtrise de Bernard de Naisil qui, au dernier moment, lâche ses alliés, effrayé par le nombre des ennemis, le caractère influençable de Fromont de Lens qui écoute trop facilement, quitte à s’en repentir ultérieurement, les conseils malavisés de son entourage. Même un personnage secondaire comme l’est Hervis le Vilain est expliqué : celui qui servira plus tard fidèlement Bégon en Gascogne, qui perdra trois de ses fils dans le combat que livrent ses seigneurs, se trouve déjà aux côtés d’Hervis de Metz lors de la bataille de Soissons (v. 422 à 428).

13Mais au delà d’une présentation des personnages, les épisodes sarrasins sont l’occasion de nouer le drame qui va se développer dans la suite du poème. Ils font office de scène fondatrice, relatant l’origine de l’interminable et mortelle querelle qui oppose Lorrains et Bordelais sur trois générations : les deux familles s’affrontent afin de garder une place de choix auprès du roi. Si, dans les derniers jours du règne de Charles Martel ou les débuts de celui de Pépin, c’est à Hervis de Metz que revenait ce rôle de conseiller, légitimé par son exceptionnel comportement lors des combats contre les envahisseurs païens, Hardré de Lens va profiter de sa position de gouverneur du jeune prince, position que lui a inconsidérément donnée Hervis, pour mettre ce dernier en difficulté en lui refusant l’aide des troupes royales lors de la seconde attaque des Sarrasins. La mort du duc de Metz assoit durablement le pouvoir de la famille bordelaise. Il ne sera vraiment remis en cause qu’avec la troisième apparition des Infidèles lorsque Garin et Bégon arriveront à faire s’émanciper le jeune roi de la tutelle d’Hardré afin de voler au secours de la Maurienne. La nouvelle puissance des Lorrains sera le facteur déclenchant de la guerre, les Bordelais redoutant un Garin roi de Maurienne grâce à Blanchefleur. Tragique et féroce ironie, leur manœuvre pour empêcher le mariage de Blanchefleur et de Garin va aboutir : la jeune femme épousera Pépin et la nouvelle impératrice sera la plus fidèle et la plus sûre alliée des Lorrains dans les conflits futurs, usant sans relâche de son pouvoir, de sa fortune et de l’influence qu’elle a sur son époux en faveur de son ancien fiancé.

14Concentré au tout début du poème, le péril sarrasin, dans Garin le Loheren, semble une ouverture d’opéra. Les principaux thèmes et motifs qui par la suite seront orchestrés sont présentés. Le ton est également donné, résolument épique avec cette grandiose et fracassante ouverture au son des trompettes sarrasines, le plus familier pour un auditoire de chanson de geste.

*

  • 5 Comme nous l’avons précédemment souligné, nous utilisons l’édition de P. Taylor (cf. note 1), tout (...)

15Gerbert de Metz, le second volet de la geste, reprend en partie la matière proposée par Garin. Il n’est évidemment pas question de présenter des personnages non plus qu’une situation : le public les connaît parfaitement. De fait, les épisodes sarrasins ne sont pas situés à l’ouverture de la chanson. On les trouve majoritairement dans la dernière partie de celle-ci, répondant dans une sorte de symétrie inverse à ceux de Garin. En fait, Gerbert de Metz est plus riche en invasions sarrasines que Garin le Loheren : la première mention des Infidèles se trouve environ quatre mille vers après le début du poème5 et à partir de cet instant le péril sarrasin ne fera que croître pour envahir presque complètement le dernier mouvement du poème : dans l’ordre, on voit les jeunes Lorrains Gerbert, Guérin et Hernaut, fils de Garin et Bégon, les héros du précédent volet, se porter au secours du roi Anséÿs de Cologne par deux fois (la seconde ils sont aidés par Fromondin, le fils de Fromont de Lens) ; à peine revenus d’Allemagne, Lorrains et Bordelais font face à une invasion du Bordelais qui menace Géronville et Bordeaux ; la paix rétablie, arrive un messager de la part de la fille du roi Yon de Gascogne qui mande Gerbert à l’aide pour délivrer sa terre d’envahisseurs sarrasins ; à la suite de cette expédition, Gerbert épouse la princesse de Gascogne, devient roi et l’on connaît une accalmie de trois ans et demi que ainc par guerre n’i fu espiez saisiz (Gerbert de Metz, v. 11610) mais les mescreanz débarquent à nouveau en Provence et Gerbert est obligé de voler au secours de Saint-Gilles ; pour finir il sera appelé une quinzaine d’années plus tard par la fille d’Aymeri de Narbonne qui ne peut défendre seule sa cité contre l’éternel envahisseur sarrasin. Veuf de sa première épouse, Gerbert s’unit à la jeune femme dès que le danger est écarté.

16Il est donc aisé de constater l’inflation très nette du motif de l’invasion sarrasine entre le premier et le second volet de la geste des Lorrains : on passe de trois épisodes sarrasins, très concentrés dans un espace restreint en début de chanson, à six épisodes qui occupent une place toujours grandissante au fur et à mesure du déroulement du poème. L’effet produit est radicalement différent : si, dans Garin, tout part et procède du péril sarrasin qui finalement s’efface des mémoires à l’audition des horreurs perpétrées durant les combats qui opposent les chrétiens entre eux, dans Gerbert il semble au contraire que les guerres intestines qui ensanglantent le royaume de France s’estompent progressivement devant la montée du péril sarrasin qui ne laisse quasiment aucun répit aux jeunes gens contraints de parcourir l’Europe de Cologne à la Provence en passant par Bordeaux et la Gascogne pour empêcher les Infidèles de prendre pied sur le territoire chrétien. De plus, la multiplicité et la diversité des lieux frappés par cet ennemi toujours en mouvement créent un effet d’enfermement qui accroît la sensation de danger et d’oppression, la chrétienté paraissant cernée de tous côtés par les forces de l’Islam. Et c’est un fait que les grandes guerres mobilisant le ban et l’arrière-ban bordelais contre l’ensemble du lignage lorrain n’ont plus cours dans Gerbert : le conflit ne s’est certes pas apaisé complètement (quoiqu’il y ait une belle part du texte entre le jugement rendu par Pépin à la suite de la seconde expédition à Cologne et le retour de Saint Gilles, soit environ deux mille vers, durant laquelle aucun grondement de colère ou de haine ne se fait entendre), mais les gestes isolés, tout aussi épouvantablement féroces, remplacent le fracas des troupes (meurtre des enfants d’Hernaut par Fromondin, vol du crâne sur le cadavre du vieux Fromont par Gerbert qui le fait monter en coupe à vin afin d’offrir à boire au fils de la victime). Les Sarrasins paraissent avoir concentré sur eux toute l’ardeur guerrière des Français jusqu’à prendre la première et principale place dans la narration des combats.

17Pourquoi une telle expansion du motif ? Le rôle et la fonction du péril sarrasin, on l’a vu, ne sauraient être les mêmes que dans Garin le Loheren. En effet, contrairement au premier volet de la geste qui posait les bases de la désunion des chrétiens et du désaccord qui allait violemment opposer Lorrains et Bordelais, les invasions sarrasines sont l’occasion dans Gerbert de rassembler les belligérants français. Lorsque le roi Anséÿs de Cologne appelle à l’aide Gerbert et Guérin pour la seconde fois, Fromondin, qui venait, suivant les termes d’une fragile trêve instaurée entre les deux familles, de prendre l’habit religieux à Saint-Seurin, se défroque aussitôt pour se lancer à la poursuite de ses ennemis dans l’idée de les prendre à revers tandis qu’ils seront aux prises avec les Sarrasins devant Cologne. Cette action ferait du fils de Fromont une sorte d’allié des Infidèles, unis avec lui, le temps d’un massacre, contre les Lorrains. Mais dans une scène qui est le pendant de celle, dans Garin, où Bernard, observant d’une hauteur le nombre des Sarrasins qui assiègent Valparfonde de Maurienne, décide de ne pas prendre part à la bataille, on voit Fromondin revenir sur son premier mouvement :

Quant vint au soir, que il dut avesprir,
Amont el tertre estes vos Fromondin,
Et vit Gerbert desos lui ou larris.
Devers Coloigne vit l’ost de Sarrasins.
A soi meïsme pense Fromons et dist
Que païen sunt la monte de.c. mil
Et li Gerbert li sanblent molt petit,
Et si les voelent de bataille envaïr.
(Gerbert, v. 9786-9793)

18La disproportion des armées (plus tard on apprendra qu’il y a trente musulmans pour un chrétien – v. 9877), touche Fromondin et le fait hésiter. Il ne peut se défendre non plus d’un mouvement d’admiration pour Gerbert qui ose affronter une telle armée (Molt est Gerbers coraigos et hardis ;/Onqes tel hom de son jovent ne vi. v. 9794-9795). Et malgré la haine tenace qu’il éprouve pour le Lorrain, poussé par le souci de sa gloire, il propose une trêve durant laquelle ils pourront tous ensemble livrer bataille contre les Infidèles : En la bataille serez anbedui per (v. 9882) selon la belle formule du conseiller de Fromondin. Gerbert accepte la proposition de son ennemi. Le trouvère salue l’union des Français contre les envahisseurs et souligne le bien fondé de cette attitude en faisant surgir à plusieurs reprises sous les yeux des auditeurs le spectacle des anciens ennemis combattant côte à côte pour une même cause :

A cel secors lor [les Lorrains] ot il [Fromondin] grant mestier.
Trestot ensanble ont sor ex chaploié.
(Gerbert, v. 9987-9988)

19ou encore :

A la resqueuse, o vint li quenz Fromons,
Poingnent ensanble li nobile baron.
(Gerbert, v. 9992-9993)

20Par ailleurs, pour appuyer encore le trait, les deux actions guerrières qui suivent ces vers marquant la bonne conduite des Français dans la bataille ont pour héros un Bordelais : Huon de Bordeaux abat Rigon tandis que Fromondin tue Aufanïon puis Fauseron (v. 9997 à 10014). Une telle profusion d’exploits dit à n’en pas douter que le droit est du côté des chrétiens, certes, mais aussi que les Bordelais ont fait le bon choix en faisant taire, le temps d’une bataille, le différend qui les oppose aux Lorrains.

21En fait, à la suite de cet épisode, on va assister à une progressive mise en sommeil des guerres entre Bordelais et Lorrains, les invasions sarrasines obligeant les Français à faire front ensemble pour lutter contre les

22Infidèles. On verra ainsi Fromondin proposer lui-même de se mettre aux ordres de Gerbert pour marcher sur Bordeaux et Géronville assiégées par l’émir Marsile et son fils Comadant :

« Se de la terre avions Turs jetés,
Tos jors seroie a lui enprisonés,
Que ses hom sui, se ne m’en voel oster.
Je li jurai, voiant tout le barné,
Ne li faudrai tant con puisse durer. »
(Gerbert, v. 10799-10803)

23De plus revient dans son discours, comme un rêve de paix et d’égalité fraternelle, l’idée de compagnonnage face à l’ennemi :

« S’or li [Gerbert] venoit a talent et a gré,
En cest afere fuissons moi et lui per. »
(Gerbert, v. 10797-98)

24Ce que ni le roi, ni la reine, ni les hommes de raison n’ont pu faire, les Sarrasins le réussissent : dans l’extrême danger qu’ils font courir au royaume de France, les Lorrains et les Bordelais oublient leur querelle pour contrer la menace. En effet, si à Cologne, c’est l’urgence face au nombre des ennemis qui fléchit Fromondin, si pour aller délivrer Bordeaux, son fief patrimonial, on peut penser qu’il est aiguillonné par le désir de protéger ses biens, par la suite ses raisons seront purement désintéressées : il marchera aux côtés de Gerbert en Gascogne et en Provence sans contre-partie ni obligation autre que le service dû par un vassal à son seigneur. Le péril sarrasin agit dans Gerbert à l’exact inverse de ce qu’il faisait dans Garin : d’un côté il servait de catalyseur au sourd conflit qui grondait entre Lorrains et Bordelais, de l’autre il réunit les ennemis d’hier dans un combat plus grand pour la survie de la chrétienté et du royaume de France. De diviseurs, les Sarrasins sont devenus, à leur corps défendant, des rassembleurs.

25Mais si Gerbert s’éloigne de Garin sur ce point, sur un autre, il reprend et confirme ce qui s’esquissait dans le premier poème : la conquête de terres. Après avoir délivré la Maurienne, Garin est fiancé à Blanchefleur et pressenti pour succéder au père de la jeune fille. Seuls la violente opposition des Bordelais et l’amour soudain que Blanchefleur inspire à Pépin feront obstacle à ce projet. Dans Gerbert, le combat contre les Sarrasins va donner à deux des trois cousins (Guérin et Gerbert) des terres, une couronne et une épouse. Ils accomplissent ce que leur père et oncle avait tenté de faire, s’implantant pour Guérin, en Allemagne, à Cologne, et pour Gerbert en Gascogne puis à Narbonne. A chaque fois le schéma est identique à celui proposé dès le Garin : les jeunes gens sont appelés à l’aide pour délivrer un royaume mis à mal par les Sarrasins et à la suite de la libération du territoire, la couronne leur en est offerte avec la main de la princesse héritière. On peut noter que, au départ, seul le fils de Garin, Gerbert, était appelé à ce destin de roi : dans un premier temps, c’est à lui que Beatrix, la fille du roi de Cologne, était fiancée. Mais les atermoiements du jeune homme et son peu d’empressement face aux charges du pouvoir et à celles du mariage associés au tendre sentiment que son cousin éprouve pour Beatrix font que Gerbert rend sa promesse et accepte l’union de Guérin et de Beatrix. Ce mariage reconnaît la vaillance et la valeur de la branche cadette des Lorrains.

  • 6 J.-P. Martin, Les Motifs dans la chanson de geste. Définitions et utilisation, thèse de troisième c (...)
  • 7 Dans Garin, il est confronté deux fois en tant que roi à une invasion sarrasine : la première fois (...)

26L’accession à la royauté de deux des Lorrains invite à lire les épisodes sarrasins comme des épreuves qualifiantes puisque c’est dans le combat contre les Infidèles que les chevaliers vont gagner leur couronne. De plus, ces épisodes arrivent à un moment dans la narration où le roi de France, Pépin, s’efface totalement. Avant de prendre pour épouse la fille du roi Yon de Gascogne, Gerbert s’inquiète bien d’obtenir l’assentiment du couple royal, mais Guérin le persuade vite de l’inutilité de la démarche. Il semble y avoir un transfert du principe royal de l’empereur à la famille lorraine, ce qui a conduit J.-P. Martin à parler de « royauté rénovée6 ». Parce que Pépin est incapable d’assumer sa charge, poussé par son épouse à prendre parti pour les Lorrains, par sa cupidité à se laisser acheter par les Bordelais, parce qu’il ne tente pas d’accroître ses terres par des conquêtes militaires, parce qu’enfin toute idée de croisade lui est complètement étrangère au point qu’il refuse, volontairement ou non7, tout combat contre les mescreanz, il offre une image très dégradée de la fonction royale. En fait, le poème entier de Garin le Loheren illustre cette délitescence de la royauté. Gerbert semble prendre le contre-pied de cette vision en reconstruisant une image forte d’un roi chevalier combattant (voire même celle d’un chevalier roi tant il est vrai que les jeunes gens ont d’abord assumé la deuxième fonction dumézilienne avant d’incarner la première). Lorsque Guérin s’emploie à convaincre son cousin de ceindre la couronne de Gascogne, il rappelle les devoirs d’un souverain :

« Se tu es riches et rois poësteïz,
Jusqu’à Bordiax justice le païs.
Cant le sara la roïne gentiz,
Cuides tu dont que t’en doie haïr ?
Se tu voez guerre, a bon port t’en est pris.
Voiz Terrasconne, qui est molt prés de ci,
Qui devroit estre du fief de cest païs.
Gueroier puez desor les Sarrasins,
Crestïenté essaucier a toz diz. »
(Gerbert, v. 11462-11470)

27La croisade contre les Sarrasins arrive dans l’ordre des priorités juste derrière la bonne administration des terres chrétiennes. Ce programme sera appliqué sans défaillance par Gerbert qui deviendra une sorte de gardien de la foi chrétienne pour tout le sud de la France : la fille d’Aymeri de Narbonne fait appel à lui pour délivrer ses terres. Pour finir, le rattachement de la famille lorraine à celle des Aymerides grâce au mariage de Gerbert avec la sœur de Guillaume apparaît comme la consécration suprême : le péril sarrasin a non seulement permis au héros de s’approprier des terres, d’accéder à une fonction sacrée, mais aussi de rejoindre l’une des plus illustres familles épiques de la littérature française. Il a glissé de la geste de Doon de Mayence à celle de Garin de Monglane, consolidant ainsi son statut de héros positif dont le principal souci est d’essaucier sainte crestienté.

28Au terme de Gerbert, apparaît donc un parcours imposé aux membres de la famille lorraine : à travers les dangers auxquels les invasions sarrasines les confrontent régulièrement, quoique peu fréquemment, ils se construisent en tant que héros épiques à part entière. C’est ainsi qu’à l’ouverture de la geste se dresse la quasiment sainte figure d’Hervis, secondé par Dieu dans son combat. Par son extrême bravoure dans la bataille, il légitime la célébration des exploits à venir, même si ces derniers ne sont pas inscrits directement dans la lignée des siens. Si son fils Garin n’a pas le temps de s’illustrer comme miles Christi, tombant sous les coups de ses assassins au moment même où il se croise, deux de ses petits-fils reprendront le flambeau, achevant ce que la génération précédente n’avait pu qu’esquisser : la conquête des terres sur les Sarrasins ainsi qu’une relative stabilité à l’intérieur du royaume de France. L’image qui clôt Gerbert de Metz, celle d’un héros roi, époux d’une sœur de Guillaume d’Orange, sanctifié par un pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle répond à celle de son grand père fendant les eaux pour se saisir d’une croix flottante. Le péril sarrasin scande l’itinéraire ascensionnel d’un lignage tandis qu’il est, pour un autre, la preuve éclatante de sa déchéance chevaleresque.

*

29Cependant on trouve dans Gerbert de Metz d’autres épisodes sarrasins que ceux que nous venons d’étudier. De leur lecture, ainsi que de celle d’Anseÿs de Mes naît un doute qui oblige à nuancer la première approche que nous avons jusque là développée : le péril sarrasin n’est pas uniquement présenté comme une épreuve qualifiante pour les héros. Il est parfois le révélateur de la désagrégation du monde chrétien, la mesure à l’aune de laquelle on prend conscience de l’affaiblissement du royaume de France. Une fois encore, c’est une idée que l’on trouvait en germe dans Garin, qui ancrait le désaccord séparant Lorrains et Bordelais dans l’attitude adoptée par les différents personnages face au péril sarrasin. Les poètes de Gerbert et d’Anséÿs vont reprendre ce motif, mais en l’orchestrant plus largement.

30Nous avons vu que dans Gerbert les épisodes sarrasins ne sont pas placés à l’ouverture du poème : le premier arrive passé le premier quart du texte, les autres suivent, de plus en plus rapprochés et longuement développés. Ce sont les deux premières apparitions des Sarrasins qui retiennent maintenant notre attention.

31A la laisse LXV, un messager arrive de Cologne pour mander l’aide de Pépin contre les Saines, les Lucanz, les Pullains et les Venicïans. Pépin refuse, évidemment. Gerbert, poussé par Guérin, accepte d’aller aider Anséÿs de Cologne. On reconnaît là un motif bien connu de l’auditeur de la geste des Lorrains : c’est Hervis qui se voit refuser de l’aide pour défendre sa ville ou encore Thierry de Maurienne. Toujours suivant les traces de Garin, on s’apprête à entendre de beaux récits de bataille, des luttes âpres et violentes contre un ennemi au nombre impressionnant. Mais le poète trompe notre attente, non sans un certain humour : les combats occupent dans la narration une place fort réduite, évoqués en passant, comme si l’objet du déplacement des personnages n’était pas la lutte contre les Sarrasins, comme si le péril sarrasin n’existait pas.

Puis fu Gerbers dedenz la cort.i. mois,
Que ne passerent li dui jor ne li .III.
Qu’il n’en isisent au matin et au soir.
Asez i font batailles et tornois.
(Gerbert, v. 3849-3852)

32Seule une centaine de vers dans un épisode qui en compte près d’un millier est consacrée à un affrontement armé contre les assaillants. L’intérêt du jongleur ne s’est pas porté sur ces combats, mais sur des petits riens qui trahissent des failles dans le lignage lorrain. Avec le sourire, il décrit la rivalité amoureuse qui oppose la femme et la fille d’Anséÿs de Cologne, toutes deux séduites au premier regard par Gerbert. Si la mère met en avant son expérience dans ce domaine, la fille insiste sur l’âge avancé de sa rivale. Quant à l’objet de cette lutte, il n’a d’yeux que pour un cheval, le merveilleux destrier Flori, qu’il a conquis dans la bataille. En revanche, Guérin trouve beaucoup de charme à la jeune princesse. Etrangement pourtant ce n’est pas elle qui focalise les passions mais Flori. Les deux cousins se disputent sa possession, le roi Anséÿs veut le garder pour lui. Finalement, c’est Gerbert qui sera l’heureux propriétaire du cheval ainsi que le très réticent fiancé de la princesse de Cologne. Si quand les jeunes gens quittent le pays, les tensions et les problèmes n’existent plus, il n’en reste pas moins qu’ils ont occupé le devant de la scène durant la majeure partie du passage. Ils ont mis à jour le caractère indécis et fuyant de Gerbert, qui refuse de se laisser enfermer dans le mariage et les honneurs qui vont avec. Le jeune orphelin entend demeurer libre de toute attache pour mieux se consacrer à sa haine des Bordelais. Ils ont également fait apparaître la première faille dans le lignage lorrain : Guérin et Gerbert se posant en rivaux, à la fois pour Flori et pour Beatrix. Plus tard, c’est une autre femme qui incarnera cette rupture dans le lignage : Ludie, la sœur de Fromondin, l’épouse d’Hernaut. Mais surtout, il s’agissait pour la seconde génération lorraine de la première confrontation avec l’ennemi classique de la chanson de geste. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’y ont pas brillé comme leurs pères et grand-père. Il ne ressort de cette première expédition à Cologne qu’une sensation d’amère confusion. Les héros ne se sont pas comportés comme on l’attendait des fils de Garin le Loheren et de Bégon de Belin. L’épopée semble céder la place à une sorte de parodie de roman courtois.

33Le second épisode sarrasin de Gerbert de Metz surprend le public tout autant que le premier : il se déroule en deux mouvements, séparés par le récit de la défaite complète des Bordelais devant Bordeaux puis Belin et celui de la seconde expédition à Cologne qui voit la première et timide alliance de Fromondin et de Gerbert contre les Sarrasins. Dans un premier temps, on voit le vieux Fromont de Lens prendre la fuite à bord d’un vaisseau marchand, être capturé par le roi Marsile et son fils Cormadant, abjurer le christianisme pour embrasser l’islam, combattre vaillament aux côtés de son nouveau seigneur. Le second mouvement ramène Fromont à Bordeaux, à la tête d’une grosse armée sarrasine. Le siège est mis devant Géronville. Immédiatement Guérin et Gerbert se portent au secours d’Hernaut, secondé par Fromondin. Durant la bataille, Fromont sera tué par Marsile qui se venge ainsi sur son allié de Fromondin qui a abattu Cormadant, le père payant pour l’acte du fils.

  • 8 Sur la prise de position du jongleur par rapport à ses personnages, on pourra se reporter à l’artic (...)

34Depuis le début de la geste, les forces qui s’affrontent ne sont pas des ennemis de religion, ce sont des familles chrétiennes qui s’entre-déchirent. Pour les besoins de la célébration épique, l’une de ces familles incarne les valeurs positives que sont la loyauté féodale, la foi inébranlable en un Dieu tout puissant, le respect de la parole donnée, tandis que l’autre abrite les parjures, les traîtres et les meurtriers8. Le jongleur a reconstitué le conflit métaphysique classique qui oppose les forces du Bien à celle du Mal en déplaçant l’incarnation de ces dernières depuis les infidèles adorateurs de Mahomet et Tervagant sur les chrétiens bordelais. Le reniement de Fromont et son passage à l’ennemi ne font que recadrer dans un schéma plus classique cette redistribution des rôles initialement opérée par le jongleur. Fromont révèle pleinement son appartenance aux forces du Diable dont il rejoint les disciples les plus avoués. C’est donc qu’au sein même de la société chrétienne le mal s’est infiltré, de manière bien différente de celle que représente un traître comme Ganelon qui n’abjure jamais sa foi et se sert des Sarrasins comme d’une arme pour frapper Roland et ses compagnons. Fromont est de la même essence que ceux qui l’accueillent. Il manie le mensonge et la trahison tout comme le font ses nouveaux alliés. Il est l’un des leurs puisqu’il a embrassé leur religion. Le danger qu’il représente pour les Français est le pire de tous : il connaît intimement leurs us et coutumes, les forces et les faiblesses du royaume. Il a si bien enseigné à Marsile les techniques de guerre françaises que ce dernier dans la bataille

Crie : « Monjoie ! » l’ensaingne Saint Denis,
Si con Fromons li ot dit et apris.
(Gerbert, v. 7777-7778)

35De plus les siens hésiteront face à lui dans le combat comme en témoigne le soulagement de Fromondin lorsque Gerbert ordonne que l’on prenne le renégat vivant (v. 11082 à 11085). Le péril sarrasin est renforcé par la présence dans les rangs infidèles d’un ancien chrétien.

36La trahison de Fromont reprend en appuyant le trait ce que la première expédition à Cologne ébauchait : le monde chrétien n’est pas assez uni pour faire face au danger. Il est gangrené de l’intérieur, empoisonné par la haine et la violence sans fin qui opposent Lorrains et Bordelais. Car on aurait tort, à la lecture des lumineux épisodes sarrasins qui montrent Gerbert et Fromondin marchant main dans la main contre les Infidèles, de croire que la guerre est achevée, tout comme il ne faut pas s’arrêter à ce titre royal qui pare deux des trois cousins à la fin du poème. S’il est vrai qu’un temps le péril sarrasin a pu rassembler les ennemis d’hier, qu’il a permis aux Lorrains d’acquérir des terres et des honneurs, s’il a focalisé sur lui toute l’ardeur militaire des Français, il n’a pas épuisé leur haineuse colère ni leur intrinsèque et horrifique penchant pour la violence. Tout roi auréolé de la gloire d’avoir libéré la Gascogne et la Provence qu’il soit, Gerbert ne se livre pas moins à une profanation de sépulture : il vole le crâne du vieux Fromont, le fait monter en hanap et y offre à boire à Fromondin. Ce dernier, dans un sursaut de dégoût et de haine, fracasse la tête de ses neveux, les fils de Ludie et d’Hernaut, contre un pilier du palais de Géronville. Quand, des années plus tard, retiré comme ermite sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle il verra passer les cousins lorrains en pèlerinage, il fomentera leur meurtre, reniant l’habit qu’il porte et méprisant le statut de ses interlocuteurs. Le péril sarrasin n’a finalement été qu’un moyen pour le poète de noircir à l’envi ses héros. Gerbert de Metz ne s’achève pas sur une image de la royauté triomphante et héroïque des Lorrains mais sur les épisodes sanglants et sacrilèges que nous venons d’évoquer.

  • 9 J. Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, Sedes, 1955, I, p. 88 et (...)
  • 10 Anseÿs de Mes, édité par H.-J. Green, Paris, 1939, v. 14532-14535. Toutes nos citations sont faites (...)

37Il reste le triste constat que rien ni personne ne peut plus intervenir en faveur de ces hommes qui ont gardé dans leur apparence et leur comportement toutes les vertus d’un héros épique, ce qui fait d’eux, selon les mots de J. Frappier « le résumé magnifique et prévu des plus hautes qualités du baron féodal », « des soldats de Dieu, des guerriers d’une croisade toujours recommencée9 », mais qui, au fond d’eux, sont mus par des pulsions d’une incontrôlable violence. La confrontation avec les Sarrasins, immédiatement suivie par les actions innommables qui entachent l’honneur des chevaliers, a servi à mettre à jour cette rupture profonde au sein de la chrétienté. De cette humanité, Dieu a dans un premier temps détourné le regard, cessant de seconder les chrétiens, dans leur lutte contre les musulmans. Mais face à l’épouvantable abjection des actes perpétrés à la fin du poème, il s’intéresse à nouveau au destin de ses indignes créatures, dans le but de toutes les anéantir par la guerre afin de purger l’univers de leur maléfique présence. C’est le troisième volet de la geste, Anseÿs de Mes, qui relate ce naufrage de la chrétienté qui s’abîme dans une guerre destinée par Dieu lui-même10.

*

38Trop occupé à chanter l’anéantissement du royaume de France dans le fracas de la bataille de Santerre, le poète d’Anseÿs n’a pas jugé bon de faire intervenir de surcroît une attaque extérieure. Le pays s’effondre, miné uniquement par des forces internes, comme vidé de sa substance vive. Pourtant, si les Sarrasins n’interviennent pas directement, ils forment une sorte de toile de fond inquiétante qui contribue à construire le climat d’apocalyptique angoisse qui se dégage du poème. Par trois fois, leur existence est mentionnée, par trois fois cela est fait dans un contexte de crise grave. La première mention est faite durant les préparatifs de la bataille de Santerre : Bauche et ses alliés font halte à l’abbaye de Saint-Valéry-sur-Somme et informent les saints hommes qui y prient de l’éminence d’une guerre civile. Saint Léger s’alarme aussitôt :

« Se a grant ire le avez fet ainsi,
Moult en sera li païs averti.
Li rois Germons si maint moult prez de ci
Qui paenime a toute desoz li
Qui moult trestuit seront ti anemi. »
(Anseÿs, v. 5071-5075)

39L’homme de Dieu dramatise son discours, soulignant la proximité de l’ennemi, comme tapi, à l’affût de la moindre faiblesse des chrétiens, mettant l’accent sur l’importance des troupes commandées par Germont avec l’insistante répétition de tout. Enfin il rappelle, quelques vers plus loin, l’extrême danger qu’ont fait courir au royaume les guerres entre Charles Martel et Girart de Roussillon durant lesquelles Turcs et Amoravi envahirent la France. L’exemple épico-historique, le pressant discours du moine convainquent Bauche : une ambassade sera envoyée à Pépin afin d’éviter la guerre. Mais le roi refuse d’entendre les arguments des messagers : la guerre aura bien lieu, mais nul ne sait quelles sont exactement les forces qui entreront en jeu. L’horizon de Santerre s’obscurcit encore. Dans Gerbert, le péril sarrasin avait permis une trêve provisoire, puis un réel apaisement des conflits militaires internes à la chrétienté ; dans Anseÿs, la désunion est telle entre Lorrains et Bordelais à la suite du meurtre de Gerbert que même le pire des dangers ne peut détourner les belligérants de leur entreprise suicidaire. La confrontation avec les Sarrasins ne joue plus un rôle fédérateur et n’entre pas vraiment non plus dans la narration (mais a-t-on vraiment besoin d’eux ? La chrétienté se chargeant elle-même de sa propre destruction, l’ennemi classique s’efface naturellement du récit). Il ne s’agit pour le poète que d’assombrir un décor déjà bien noirci, de faire planer un danger de plus dans le ciel déjà orageux de la France.

40C’est donc très logiquement que l’on retrouve le motif sarrasin dans l’un des moments les plus tragiques du poème : pendant que les hommes se massacrent à Santerre dans un combat à l’infernal gigantisme, la France est traversée par un orage monstrueux et un violent tremblement de terre qui abat maisons et châteaux, tours et donjons. La reine périt dans le séisme. Le jongleur risque une réflexion après avoir conté les funérailles de la souveraine :

  • * l’orage et le tremblement de terre

Par ces deus choses* dont oez la reson
Chaïrent puis et sales et donjon,
Et par la guerre qui mut du viel Fromont
Vinrent en France paien et Esclavon.
En grant tanz puis, ce conte la leson,
Uns amirant d’outre Carfenaon
Par mi France ferma puis maint donjon.
Assez fist puis mainte abitation
Et mainte ville mist a destruction.
Il prist de Gales tote la region
Et d’Angleterre reconquist maint donjon
Et de Gasconne, de Bretaigne environ,
De Denemarche et d’Illande a bandon,
Conquesta il dusqu’au coron du mont,
Puis vint en France, si a pris Monlouon.
Bruler les fist el val dezous le mont,
Et autres viles que nos pas ne nomon.
(Anseÿs, v. 6445-6461)

41Dans l’esprit du poète, tout semble aller de pair, les cataclysmes naturels et l’invasion du roi de Capharnaüm. Les craintes de saint Léger étaient donc justifiées, les Sarrasins profiteront de l’affaiblissement de la France pour l’envahir et au delà toute l’Europe. De la sombre perspective évoquée par le moine avant la bataille, on est passé à une actualisation du danger, d’autant plus forte qu’elle est prise en charge par l’instance de narration, celui qui garantit la vérité du chant, le jongleur. Nul écran narratif, nulle délégation de parole à un personnage, les faits sont assumés dans toute leur brutalité. Bien que rejeté hors de la narration, le péril sarrasin n’a probablement jamais été aussi fort ni aussi présent que dans Anseÿs de Mes grâce à l’art visionnaire d’un poète au pessimisme radical.

42Une ultime réflexion sur les ennemis est inspirée à l’artiste par le regard désabusé qu’il porte sur le champ de bataille. Il reprend la parole en son nom et inclut, dans une prolepse tragique de vérité, le public qui l’écoute :

Mort contre mort, tez en est li destin,
Par de deus pars seront auques frarin.
L’un après l’autre irons nos a declin,
Destruis en iert li roiaumes Pepin.
Mieus li venist qu’il fu mis au chemin
Et la pais fete tres le lundi matin.
Cil qui remessent en orent puis hustin
Contre la geste Maho et Apolin.
(Anseÿs, v. 8143-8150)

43A nouveau les Sarrasins apparaissent comme le dernier outrage infligé à un monde en décomposition, le dernier coup porté de l’extérieur par un ennemi qui n’aura que peu d’efforts à fournir pour conquérir un royaume qui s’est auto-mutilé. On constate, avec horreur, qu’ils sont l’avenir immédiat de l’empire franc.

*

44De Garin le Loheren à Anseÿs de Mes nous avons parcouru les pages les plus sombres de l’épopée française. Les hommes s’y maudissent, se battent, et meurent comme dans d’autres chansons. Mais les Sarrasins, ces monstres qui font de si parfaits adversaires à abattre, n’y font que de brèves apparitions. Ils ne peuvent y faire davantage, n’ayant plus ni place, ni fonction dans la narration. Ce sont en effet des chrétiens, des Français, des chevaliers jadis amis qui tiennent désormais le rôle de l’ennemi. Dès lors la gent paiennor se trouve cantonnée dans des emplois de catalyseurs, servant soit à révéler au grand jour l’excellence d’un lignage et donc à le consacrer comme digne d’un chant épique, soit au contraire à mettre à jour la profonde déchéance du monde chrétien. C’est ainsi que l’on remarque une évolution au fil des poèmes lorrains : au début de la geste, dans Garin, les épisodes sarrasins célèbrent les Lorrains et noircissent les Bordelais ; Gerbert nuance cette représentation et offre le tableau contrasté d’une alliance militaire des lignages contre les Infidèles tandis que les individus continuent de se poursuivre en se rendant coupables des pires horreurs. La noirceur des crimes commis assombrit singulièrement la gloire conquise dans le combat contre les Sarrasins ; enfin, c’est Anseÿs, qui sans jamais mettre en scène un seul mescreant, peint la pire des issues possibles : la victoire des Sarrasins sur des chrétiens indignes de vivre. Parce que la chrétienté est bien trop corrompue pour survivre, le poète propose une solution radicale : un royaume, celui de Pépin, va être écrasé et anéanti sous les coups des Infidèles, véritables instruments apocalyptiques entre les mains d’un Dieu vengeur, afin que puisse renaître une communauté plus saine, fermement dirigée par un souverain digne, Charlemagne. Car il n’a pas le droit de subsister le monde dans lequel le pire des périls n’est pas l’autre, le Sarrasin, l’infidèle, mais le semblable, le frère.

Notes

1 Nous n’intégrons pas Hervis de Metz à cette étude car le texte, plus tardif, ne s’inscrit pas complètement dans notre optique, tenant parfois plus volontiers du roman d’aventure que de la chanson de geste. Le conflit entre la famille lorraine et la couronne de France n’y apparaît pas.

2 Nous citons le texte dans l’édition de J.-E. Vallerie, Garin le Loheren according to ms A (Arsenal 2983), Columbia, 1947. On peut trouver depuis peu une édition du ms F que l’on doit à A. Iker-Gittleman : Garin le Loherenc, Paris, Champion, 1996-1997. Notre choix nous a été dicté par le souci d’harmoniser la lecture de Garin et Gerbert. Or la seule édition dont nous disposons aujourd’hui pour lire ce dernier poème est celle de P. Taylor qui a édité la suite du ms A : Gerbert de Metz, Lille, Giard et Louvain, Nauwelaerts, 1952.

3 Son fils Garin, à la fin du poème, parachèvera cette évolution : alors qu’il s’est croisé pour partir en Terre Sainte expier les fautes commises durant les guerres contre Fromont de Lens, il est assassiné dans une église par quelques Bordelais. Immédiatement le peuple voit en lui un saint et avant même d’avoir rendu son dernier soupir, il est dépecé pour faire des reliques. Symboliquement c’est son bras, le membre qui tient l’épée, l’attribut du chevalier, qui est coupé et emporté pour être vénéré.

4 Garin le Loheren, v. 1910-1911.

5 Comme nous l’avons précédemment souligné, nous utilisons l’édition de P. Taylor (cf. note 1), tout en étant parfaitement consciente que les 2470 vers de cette édition appartiennent vraisemblablement à Garin. Sur l’épineux sujet des manuscrits des Lorrains et de la frontière entre Garin et Gerbert, on pourra se reporter aux articles de Fr. Bonnardot « Essai de classement des manuscrits des Loherains, suivi d’un nouveau fragment de Girbert de Metz », Romania, 3, 1874, p. 195-262, J.-P. Martin « Lire Garin le Loherain hors du manuscrit A », La Geste des Lorrains, Littérales 10, Paris X Nanterre, 1992, p. 89-114, J.-Ch. Herbin, « Approches de la mise en prose de la geste des Loherains par Philippe de Vigneulles », Romania 113, 1995, p. 466 à 504 ainsi que nos deux études « La Geste des Lorrains de David Aubert. Vogue d’un genre et originalité d’un texte » L’Epopée tardive, Littérales22, Parix X Nanterre, 1998, p. 151-167 et « La compilation de David Aubert : Les Histoires de Charles Martel », dans Les Manuscrits de David Aubert, études réunies par D. Quéruel, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1999, p. 69-79.

6 J.-P. Martin, Les Motifs dans la chanson de geste. Définitions et utilisation, thèse de troisième cycle dactylographiée, Paris, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle, 1984, p. 173-174.

7 Dans Garin, il est confronté deux fois en tant que roi à une invasion sarrasine : la première fois Hervis de Metz vient lui demander de l’aide pour délivrer son duché. Pépin refuse par la bouche de son conseiller Hardré, qui met en avant le piètre état du royaume pour éviter de répondre aux sollicitations du duc. La seconde fois, c’est Thierry de Maurienne qui a besoin de secours. Si finalement, après bien des hésitations, Pépin accepte de se rendre sur place à la tête d’une armée, le projet n’aboutira pas : l’ost royal fait une halte à Lyon, l’empereur s’échauffe trop en joutant contre de jeunes chevaliers et tombe malade. Il est contraint de regagner Paris, confiant le commandement de l’expédition à Garin.

8 Sur la prise de position du jongleur par rapport à ses personnages, on pourra se reporter à l’article de B. Guidot, « La partialité du trouvère est-elle discrètement infléchie dans Garin le Loherain ? » Au carrefour des routes d’Europe, la chanson de geste. Actes du Xe congrès international de la société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes (Strasbourg, 25 août-1"erseptembre 1985) Aix-en-Provence, Publications du cuer ma, Senefiance 20-21, 1987, t. l,p. 601 à 627.

9 J. Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, Sedes, 1955, I, p. 88 et p. 106.

10 Anseÿs de Mes, édité par H.-J. Green, Paris, 1939, v. 14532-14535. Toutes nos citations sont faites à partir de cette édition.

Notes de fin

1 vers soulignés par moi

* l’orage et le tremblement de terre

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540