Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chrétienté au péril sarrasin

Réalités et imaginaires du péril sarrasin

Huguette Legros

Texte intégral

1Dès le viiie siècle, la chrétienté occidentale fut confrontée au péril musulman ; l’Espagne est envahie et la conquête arabe n’est arrêtée qu’à Poitiers ce qui n’empêche pas les côtes méditerranéennes de continuer à subir les assauts répétés de bandes armées bien organisées. Aux portes du monde chrétien se constitue un « monde islamique » qui s’étend du bassin méditerranéen à l’océan indien et dont les caractères sont suffisamment marqués pour qu’il soit identifiable comme tel : une langue écrite commune, de grands édifices, mosquées et palais, à l’architecture et à la décoration spécifiques, des objets reflétant un certain style et surtout une religion unique dont une des obligations est le jihad, la guerre sainte contre ceux qui menacent la communauté. En Orient, c’est dès le viie siècle que la ville de Jérusalem passe sous l’autorité arabe et dans les années 690, l’édification du Dôme du Rocher sur le site du Temple, revêt une valeur symbolique : l’islam se situe dans la lignée d’Abraham tout en se proclamant religion distincte, destinée à durer.

  • 1 J’ai travaillé à partir des textes suivants : Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte françai (...)

2Au xiie siècle et dans la première moitié du xiiie lorsque sont composées les chansons de geste, écrits en français les récits historiographiques concernant la première croisade et rédigées les chansons d’Antioche et de Jérusalem1 le péril apparaît plus lointain, comme rejeté aux marges de l’Occident, mais il n’en est pas moins présent dans les mentalités et les événements de Terre Sainte (le souvenir de la première croisade, les difficultés à conserver les états chrétiens d’Orient, le prêche de la seconde croisade, la reprise de Jérusalem par Saladin) maintiennent la conscience d’un danger pesant sur la chrétienté tout entière. Sa nature même, lointaine et funeste, génère une représentation mentale du péril sarrasin et des risques qu’il fait courir ; pourtant, selon les textes considérés, il est évoqué de manière différente, en fonction du point de vue adopté et de la visée des récits. En tenant compte de ces divergences, nous verrons ce qu’ils nous apprennent des réalités du péril sarrasin et des difficultés concrètes auxquelles se heurte le monde chrétien et ce qu’ils révèlent des mentalités et/ou de ou des imaginaire(s) qu’il suscite.

3Les textes historiographiques se donnent pour but de raconter la vérité, ils témoignent d’événements vécus comme le souligne l’emploi d’un « je » omniprésent se présentant comme acteur de l’action et/ou témoin privilégié. Ce souci est partagé par les chansons du premier cycle de la croisade même si les événements sont fréquemment dramatisés et si Antioche et Jérusalem donnent à voir l’extraordinaire aventure de ces pélerins partis pour délivrer le tombeau du Christ. Dans les chansons de geste, la fiction l’emporte, elles font le récit de hauts faits d’armes autant pour plaire que pour éduquer ; aussi donnent-elles une vision à la fois plus déformée et plus évidente des mentalités et accordent-elles une place capitale à l’idéologie.

  • 2 J’emprunte ce terme à Micheline de Combarieu, cf. Introduction à l’édition des chansons du premier (...)
  • 3 Guillaume de Tyr…, éd. cit., t. 1, p. 262.
  • 4 Ibid., p. 8.

4A ces différences, s’ajoute celle d’une conception dissemblable de ce qu’implique l’idée de défense de la chrétienté. En effet, selon les œuvres étudiées, celle-ci est perçue de manière spécifique. Le plus souvent, dans les chansons de geste, la chrétienté correspond à l’espace géographique occidental, coïncidant avec une aire religieuse ; dans les récits de croisade (historiographiques ou chansons), le terme renvoie aussi à une communauté humaine : c’est là où vivent des chrétiens, frères en Jésus-Christ, envers qui on a des devoirs et des obligations ; ainsi une des causes de l’initiation de la première croisade fut les inquiétudes que suscitait le sort des chrétiens vivant sous la domination arabo-turque ; c’est encore et sans doute de manière primordiale, la terre de « repromission2 », là où s’est accomplie la parole de Dieu ; plus que tout autre lieu, Jérusalem est « la sainte cité que Nostre Sire ama tant que il i vout sauver le monde3 » et au cœur de la ville se trouve « ceste sainte eglise qui estoit aussi corne fontaine et commencement de nostre vraie créance4 ». Cette terre est donc légitimement l’héritage des chrétiens et c’est ainsi que les récits historiographiques justifient le soudain élan des occidentaux partant pour la première croisade :

Car il sembloit que chacuns deust sur soi prendre tous sens à vengier le tort et la honte que li Mescréant fesoient à Notre Seigneur et à son pueple en sa terre de Jhérusalem.
(Guillaume de Tyr – Livre I. ch. XVI)

  • 5 Micheline de Combarieu, art. cité, p. 20.

5Ce faisant, ils portent le combat sur les territoires gouvernés par les autorités arabo-turques et d’emblée l’expédition est présentée comme la reconquête d’une terre promise qu’ils doivent protéger5. Ce but est clairement affirmé et souvent répété ; ainsi, alors que les Turcs mettent le siège devant Antioche nouvellement prise par les croisés, ceux-ci envoient Pierre l’Ermite négocier avec Corbagat et Guillaume de Tyr lui prête ces propos :

« Cele sainte compaignie des barons et du peuple Dame Dieu qui leanz sont dedenz cele cité te mandent que tu te partes de cest siege […] ; ainçois leur lesses tenir en pais la ville que Nostre Sires Jesucrist leur a rendue por tenir sa foi et por fere son service »,

  • 6 Guillaume de Tyr…, éd. cit., t.I, p. 211 ; les mêmes propos se retrouvent dans La Chanson d’Antioc (...)

6puis il rappelle qu’elle a été convertie par saint Pierre alors que : « vostre gent la conquistrent, n’a pas grant tens, a tort et a force » et il conclut : « revenu somes à nostre droit ; por ce nous doiz lessier joïr de nostre éritage et retourner en a la terre6 ».

  • 7 Guillaume de Tyr…, éd. cit., t. 1, ch. I à X.

7En fait, dès les premiers chapitres de son récit, Guillaume de Tyr dresse un panorama historique dont il ressort que les Arabes, puis les Turcs sont des conquérants et donc des agresseurs qui ont soumis les chrétiens. De ce récit, relativement long et détaillé, de la conquête musulmane7, se dégagent deux aspects particuliers du péril sarrasin : d’une part, il est un moment de l’histoire et n’est donc qu’un danger ponctuel : avec l’aide de Dieu, il pourra être anéanti ; d’autre part, les chrétiens ont pour devoir de venir au secours de leurs frères opprimés.

  • 8 Comme le souligne Jean Subrenat, Introduction à la traduction de La Conquête de Jérusalem, dans Cr (...)

8Aussi n’y a-t-il pas dans les textes historiographiques de rêve de conquête universelle au profit du christianisme, même si dans La conquête de Jérusalem, au chant VII, Godefroy dit au messager de l’émir son intention de vaincre le royaume de Perse et de tout raser jusqu’à la Mecque ; il s’agit là d’une exagération propre à la chanson qu’est Jérusalem. En fait, les croisés se sont fixés un but bien précis et quand il est atteint certains restent pour conforter la victoire par l’installation de royaumes durables, les autres rentrent chez eux8 ; tout au long du récit, les textes justifient leur mission, en particulier en insistant sur les malheurs des chrétiens d’Orient, aspect bien réel du péril que représentent les musulmans pour la communauté chrétienne.

9Les Arabes, au cours de leurs invasions successives ont détruit les églises, ils les ont profanées et ont bafoué la religion chrétienne et ces méfaits perdurent.

  • 9 Cette notation se retrouve quels que soient les textes, bien des chansons de geste s’ouvrent aussi (...)

10Ils exercent aussi une autorité brutale sur les chrétiens qui sont écrasés de « tieus, de tailles et de corvées9 » ; il leur est interdit de célébrer les fêtes chrétiennes, au contraire, ces jours-là, ils

« les fesoient plus traveillier et plus ouvrer par corvées et par force ; ou il leur defendoient […] que il n’ississent des huis de leur mesons, et les tenoient léanz enclos »,

  • 10 Guillaume de Tyr…, éd. cit., t. 1. Ch. III à VI.
  • 11 Ibid., ch. XI, p. 22-24.

11mais même reclus, ils ne sont pas à l’abri de la vindicte populaire ; on leur jette des pierres, « fiens et boe et toutes ordures ». Guillaume de Tyr détaille longuement les sévices supportés par les chrétiens d’Orient et insiste sur le fait que l’expansion turque a encore aggravé leurs conditions de vie10. Il rapporte le récit que le patriarche de Jérusalem fait à Pierre l’Ermite de « toutes les meseses de la chrétienté11 ». Le sort des chrétiens d’Outre-Mer revient comme un leitmotiv dans le récit des événements.

  • 12 Ibid., ch. XIX, p. 181.

12A chaque fois qu’une ville est prise, l’auteur insiste sur le fait que la communauté chrétienne remonte à l’origine même du christianisme et que, malgré les mauvais traitements infligés par les Turcs, elle est restée ferme dans sa foi ; ce qui est pour les chrétiens d’Occident un exemple et une justification pour leurs futurs combats et ceci d’autant plus que leurs correlégionnaires deviennent un enjeu dans la lutte qui oppose les croisés et les Turcs. Ainsi, par exemple, lorsque la ville d’Antioche est assiégée, les Turcs expulsent « les povres crestiens […] car il ne voloient mie que la cité en fust chargiée ne encombrée » ; en revanche, ils retiennent les plus riches « porce qu’ils avoient assez viandes » ; ils les rançonnent les font travailler « aus œuvres de la ville » et pour tout salaire, ils les « menoient batant par toutes les rues » ; leur sort est si détestable que Guillaume de Tyr conclut : « si que mieuz vosissent avoir esté gité hors de la ville dez le comencement avec les povres que estre retenu12 ». A plusieurs reprises, les Turcs songent même à exterminer tous les chrétiens d’une ville et ils n’y renoncent que par peur de la vengeance des croisés.

13Pour les croisés, ces menaces qui pèsent sur leurs frères en religion est un des aspects les plus tangibles du danger sarrasin en terre sainte. De plus, elles confortent leur sentiment d’une mission et d’une guerre justes dont ils supportent les souffrances au nom de Dieu et pour la sauvegarde de la chrétienté.

14Les « pélerins » sont aussi des combattants et en tant que tels, ils supportent des épreuves physiques. Etant sur leur territoire, les Turcs sont nettement plus nombreux que les croisés et ils emploient des techniques de combat qui les déroutent. Les chrétiens doivent faire face à trois types d’affrontements : des batailles rangées, des sièges et des embuscades. Chacun représente pour eux des dangers spécifiques, renforcés par l’éloignement de leurs bases.

  • 13 Ibid., ch. XV, p. 104.

15Lors des attaques à découvert, les croisés redoutent tout particulièrement les archers turcs qui causent de grands dommages non seulement à « la gent desarmée » qui « s’il ne se botoient entre les chevaus, estoient mort ou navré », mais aussi aux chevaliers13. De plus, la tactique de leurs adversaires déroute les chrétiens, habitués à se battre au corps à corps. En effet, les cavaliers turcs esquivent le combat « aus glaives et aus espees » et se « departirent tuit, si que cil [les chrétiens] ne troverent où férir » ; en revanche lorsque

  • 14 Ibid., ch. XV, p. 105.

« li Turc virent nostre gent bleciée et esbaudie, si […] leur corurent sus aus maces et aus espées […] [ils] deschargeoient sur eus les unes routes après les autres14 ».

  • 15 La situation se produit à plusieurs reprises, entre autres, devant Antioche et Jérusalem.
  • 16 Cette absence d’intendance et l’obligation de vivre sur le pays fragilisent cette armée nombreuse (...)
  • 17 Guillaume de Tyr…, p. 140 : « la nostre gent qui estoient ez heberges ne trovoient mie entour eus (...)

16Lors des sièges, outre les risques inhérents aux combats eux-mêmes, les croisés rencontrent des difficultés propres au terrain. D’une part, les villes orientales sont étendues et il est difficile de les cerner complètement15, si bien que les assiégés peuvent se ravitailler et soutenir, sans grave préjudice, l’encerclement imparfait des chrétiens. D’autre part, les croisés rencontrent de grandes difficultés à construire des machines de guerre : ils manquent de cuir et surtout de bois ; les forêts sont rares et le petit bois n’est guère plus facile à trouver ; quant au cuir, ils utilisent la peau des bêtes qui meurent16. La durée des sièges entraîne également un souci constant pour l’hébergement et les pâtures des animaux ; bien souvent, ils doivent être conduits assez loin du camp et des hommes armés ce qui permet aux Turcs de les tuer ainsi que ceux qui les gardent17.

  • 18 Guillaume de Tyr…, p. 144, 159, 239, par exemple.

17Le fait que les chrétiens combattent en terre étrangère influe aussi sur la nature même des combats qu’ils ont à mener. Bien souvent leurs ennemis utilisent des techniques propres à la guérilla ; les croisés doivent subir des embuscades rendues plus périlleuses par leur ignorance du terrain18.

  • 19 Guillaume de Tyr…, p. 116 ; p. 148, par exemple, le texte précise : « Iluce ne se pristrent pas ga (...)

18Les « Sarrasins » s’attaquent aussi aux civils qui composent, avec les chevaliers, cette armée de « pélerins » et ils n’hésitent pas soit à les massacrer, soit à les emmener en esclavage19. Ils pratiquent encore ce que nous appellerions la « tactique de la terre brûlée » : à l’approche des croisés, ils quittent les villes pour les montagnes, emmènent les bêtes et emportent leurs réserves si bien que les chrétiens qui vivent sur le terrain sont privés de nourriture.

19En effet, un des aspects les plus critiques du « péril sarrasin », Outre-Mer, est l’intendance et les conditions de la vie quotidienne.

  • 20 Guillaume de Tyr…, p. 143-144.
  • 21 Ibid., p. 273.

20Les conditions météorologiques sont éprouvantes et concourent à la « mesese » des chrétiens. Devant Antioche, ils subissent les conséquences « d’unes pluies si grosses et si espesses que nule toile ne les peust tenir » : les tentes et les vêtements pourrissent ; l’humidité et le froid sont tels que la mortalité augmente et ceci d’autant plus qu’un tel climat est propice aux épidémies20. Devant Jérusalem, la situation inverse engendre des conséquences similaires ; il fait chaud et sec et « en l’ost avoit mout grant mesese de soif21 » ; l’eau manque aussi bien aux hommes qu’aux animaux qui meurent en grand nombre ; la puanteur inquiète car « li airs estoit corrompuz mout perilleusement ».

  • 22 Ibid., p. 144. Guillaume de Tyr énumère les prix d’une vache, d’un agneau, d’un chevreau, d’un che (...)

21Malmenés par le climat, les croisés doivent affronter un péril plus grave encore : la famine. Le manque de nourriture est un souci constant qui s’aggrave lors des sièges. Ainsi trois mois après le début du siège d’Antioche « viande leur comença à faillir » et cette « granz soufretes de vitailles » touche aussi bien les chevaux que les hommes. Guillaume de Tyr donne des précisions ; il insiste sur la chereté des rares denrées et l’impossibilité « d’aler en fuerre » à cause des risques d’embuscades22.

22Le manque de nourriture fait autant de morts que les combats et Guillaume de Tyr suggère les extrémités auxquelles en sont réduits les croisés après la prise de Marran :

  • 23 Ibid., p. 240-241. Une des variantes est plus précise : « mains en i ot qui mengierent charoignes (...)

« Mainz en i ot, ce dit-l’en, qui menjoient char d’omes et maintes autres choses qui n’estoient ne netes ne bones a mangier23 » ;

  • 24 Ibid., p. 165.

23des faits semblables se sont passés lors du siège d’Antioche, sur lesquels Guillaume de Tyr reste discret, mais qui sont racontés par le pélerin Richard24 ; exagération ou pas, un nouveau péril se fait jour : les chrétiens sont conduits à transgresser ce qu’il y a de plus sacré : le respect de l’homme, nous y reviendrons.

  • 25 Au début de La Chanson d’Antioche, est rapportée une prophétie faite par le Christ sur la croix (c (...)

24Dans La Chanson d’Antioche comme dans Jérusalem, les faits se passent en Terre Sainte et les justifications sont les mêmes que dans les récits historiographiques25. Les événements racontés correspondent à l’histoire de la première croisade, de manière assez proche dans la première et plus arrangée dans la seconde.

  • 26 Guillaume de Tyr, quant à lui, insiste sur la part prise par les plus humbles pour construire des (...)

25Les récits de combat suivent les règles de la rhétorique épique si bien que la part prise par les petites gens s’en trouve amoindrie et que la spécificité des techniques de combat des Turcs est tout à fait gommée26. De plus, Graindor de Douai donne à la lutte entre chrétiens et Sarrasins une valeur symbolique proche de celle que lui confèrent les chansons de geste ; ainsi lorsqu’il évoque le peuple des « Ribauds », il en fait le représentant du pauvre « peuple de Dieu », assoiffé de vengeance, Tafur et ses hommes sont élevés au rang de courageux justiciers dont les exploits triomphent de la bestialité des païens ; nous reviendrons sur ces passages qui relèvent d’une vision religieuse du péril sarrasin. De même, pour suggérer la menace liée au nombre des ennemis il a recours à l’exagération épique et la vraisemblance fait place à des chiffres énormes qui soulignent la disproportion des forces et par voie de conséquence la vaillance des chrétiens et la protection divine dont ils bénéficient.

26Enfin certains procédés de style et certaines ellipses narratives donnent une impression de facilité ; ainsi Baudouin vainc sept mille païens de Syrie et continue sa marche vers Rohais :

Or s’en va Bauduins ot sa grant compaignie,
De si qu’à Ravenel ne s’atarja-il mie.
Set mil i ont trové de Païens de Surie,
Tous les ont affolés, et la cité saisie,
Puis a mises ses gardes en la cité antie.
Baudouin s’en va outre, ne s’i ataja mie,
Desci que à Rohais n’i prist hebergerie.
(Antioche, chant III, 1. XIV)

27Ces chansons se font aussi l’écho des dangers spécifiques rencontrés par les pélerins, mais la mise en récit tend à les rendre plus spectaculaires.

28Dans La Chanson d’Antioche, Graindor de Douai évoque la famine qui accable les croisés comme un fléau. Il ménage sur trois laisses une habile gradation qui dramatise l’épreuve endurée par les chrétiens ; dans la laisse XXVII du chant IV, il annonce le malheur qui va s’abattre sur les croisés :

  • 27 Tancrède vient de piller une caravane qui transportait des vivres.
  • 28 L’image inspire la pitié ; mais elle correspond aussi à une réalité : cette armée a, entre autres (...)

Or sont par tote l’ost esbaudi nostre gent27
Mais anchois quinze jors auront encombrement
Et tel faim et tel soif par l’ost communément
Que n’i porra aider la mere son enfant28 ;

29Puis dans la laisse suivante, il qualifie de « dolce gent hardie » l’armée qui, tout entière, est en grande « angoisse de faim » et conclut sur une prière : « Dame Diex les secore qui tres bien le puet faire » ; ce n’est que dans la laisse XXX qu’il donne des détails concrets pour suggérer l’extrême misère des croisés :

Moult fu grans la famine, bien en doit on parler,
Que Crestien soufrirent por lor armes salver.
Car qui un petit pain i peust recovrer,
Volontiers en fesist deus besans d’or doner.
La quisse d’asne crue font cent sous acater,
Cinc sous vent on la poire quant on la peut trover ;
Deus feves à donier là ot grant desirer,
Petit i remest heuse à mengier, né sollier
N’es los tacons, desous menjuent sans saler.
(Chant IV, 1. XXX)

30De même, la mention de la pluie continue et pénétrante laisse place à un spectaculaire déchaînement des éléments :

Li ores chiet arieres, li nois et li gresis
Et foudres et tempestes dont maint sont espanis ;
Onques n’i ot baron tant fust poesteis
Qui de ce ne fust moult merveille espoentis.
(Chant IV, 1. XXIX)

31Dans La Chanson de Jérusalem, les barons s’étonnent de l’aridité de la terre du Seigneur ; Thomas de la Fère décrit ainsi les environs immédiats de Jérusalem :

« Il n’y a à proximité ni forêt, ni source, ni cours d’eau, ni seigle, ni avoine, ni blé, ni pâturages. C’est une région sauvage […] l’eau est chère. Il n’y a ni bois, ni buissons, ni broussailles pour faire bouillir une marmite ou un pot de fer » ;

  • 29 La Chanson de Jérusalem, chant II, 1. V et VI ; citation de Micheline de Combarieu, dans Croisades (...)

32quant au comte de Flandre, il laisse éclater sa déception : « comment Jésus, le fils sainte Marie, a-t-il pu vivre en cette terre désertique ? » ; comme l’écrit Micheline de Combarieu : « ils ont du mal à accepter l’idée d’un Dieu créateur du monde, choisissant de venir en un lieu si déshérité… de lui29 ».

  • 30 Cf. Jean Subrenat, ibid., p. 172-175 et F. Suard, « Chanson de geste traditionnelle et épopée de c (...)

33Ainsi La Chanson d’Antioche et la Conquête de Jérusalem se situent aux marges du récit historiographique puisqu’elles font de l’histoire contemporaine leur sujet, mais elles usent de procédés littéraires qui les apparentent aux chansons de geste30 et qui donnent une certaine vision des événements. La relation fait place à une représentation des périls qui, par là même, sont moralises.

  • 31 Je cite selon l’édition de Duncan Me Millan, Klincksieck, Paris, 1972.

34Les chansons de geste racontent des luttes imaginaires contre les Sarrasins, menées à l’époque lointaine des Carolingiens. Les territoires concernés par la menace sarrasine sont le plus souvent les royaumes chrétiens d’Occident ; il est peu de chansons qui racontent l’annexion de terres païennes ; certes Guillaume dans Le Charroi de Nîmes31 demande à Louis un fief qu’il ira conquérir sur la « pute gent sarrasine » :

[…] vos demant Espaigne le regné
Et Tortolose et Portpaillart sor mer
Si vos demande Nymes cele cité,
Après Orenge, qui tant fet a loer ».
(v. 481-484)

35Cette requête est reprise dans les trois laisses suivantes et Guillaume ajoute : « s’en giterai le mal paien Otrant » ; puis, après s’être réjoui à cette idée, il évoque une promesse faite à une noble dame :

« La plevi ge le glorïeus del ciel
Et a saint Gile, dont venoie proier
Qu’en cele terre lor iroie aïdier
A tant de gent con porrai justisier ».
(v. 576-579)

  • 32 Ibid., v. 571-573.
  • 33 Nous pourrions encore citer La Chanson des Saisnes qui se conclut sur la conversion des païens, de (...)
  • 34 La Chanson d'Aspremont, éd. cit., v. 170-181.
  • 35 La Chanson d’Aliscans, éd. cit., v. 3168-3171.

36Ainsi, tout en se taillant un fief, Guillaume va secourir une terre envahie où les chrétiens sont tyrannisés32 et « essaulcier sainte chrétienté » ; de même, La Prise d’Orange se termine par la conquête de la ville sarrasine où Guillaume demeure : « .XXX. ans c’onques un jor n’i estut sanz chalenge ». En dépit de ces deux exemples et de quelques autres33 et malgré les souhaits exprimés au début de La Chanson d’Aspremont tant par les barons de Charles que par lui-même34, dans la plupart des chansons composées au xiie siècle et au début du xiiie, les héros chrétiens ont pour mission soit de défendre la chrétienté contre les invasions sarrasines, soit de la protéger, en acceptant comme Guillaume à Orange de tenir ses avant-postes35.

  • 36 Cf. par exemple, La Chanson d’Aspremont, éd. cit., v. 330. Ce n’est qu’une citation choisie parmi (...)

37Les chevaliers chrétiens mènent des guerres défensives, Charlemagne (ou Guillaume) sont avertis qu’un roi sarrasin « crestienté violt a grant tort despire36 » et ils doivent réunir leurs hommes pour aller combattre l’adversaire ; mais la lutte cesse lorsque les Sarrasins sont rejetés à la mer :

Diënt paien : « Mult fames grant folie,
K’a c’est dïable [Rainouart] nus laissum ci oscire ;
Fuium nus ent en mer, en cel abisme
[…]
Cil s’en fuient, si que un sul ne remeint mie

Ore unt Franceis l’estur esviguré
K’il ne trovent Sarazin ne Escler.
(Chanson de Guillaume – 1. CLXXX et CLXXXI – v. 3334 à 3336 ; v. 3342 à 3344).

  • 37 La Chanson de Guillaume, éd. cit., v. 8177-8185.

38Ainsi se termine La Chanson de Guillaume alors que La Chanson d’Aliscans se clôt sur l’annonce des futurs combats menés par Rainouart37 : la victoire n’était que provisoire.

  • 38 La Chanson de Roland, éd. cit., v. 3391-3399.
  • 39 La Chanson de Guillaume, éd. cit., v. 969-970.

39De fait, le danger que représentent les païens est montré comme une menace permanente, sans cesse recommencée. Ni Charlemagne ni Guillaume n’ont de répit. La Chanson de Roland s’achève sur les paroles de Gabriel qui prédit à l’empereur des luttes nouvelles38 et le comte d’Orange, dans La Chanson de Guillaume, rentre à peine « d’une bataille lunge » menée sur les bords de la Gironde quand Girart vient lui annoncer que « Reis Deramé est turné de sun pais /e est en la terre qu‘il met tut a exil39 ». De plus, nombre d’affrontements se soldent, d’abord, par des défaites successives qui obligent les chrétiens à repartir au combat. A l’intérieur même d’un cycle, la précarité des succès éclate ; dans le Couronnement de Louis, Guillaume sauve Rome de l’invasion sarrasine en triomphant du géant Corsolt, dans le Moniage Guillaume II, c’est Paris, assiégé par Ysoret qu’il délivre. Voulu ou non par les trouvères, ce rapprochement est significatif ; Guillaume d’Orange sauvegarde tour à tour la ville symbole de la chrétienté et la capitale du royaume de France.

  • 40 De nombreux Sarrasins sont des guerriers vaillants et d’une manière générale les textes ne minimis (...)
  • 41 Je renvoie à l’ouvrage de Jean Rychner, La chanson de geste. Essai sur l’art épique des jongleurs, (...)
  • 42 Nous pouvons citer Corsolt, Fierabras, etc. cf. Paul Bancourt, Les musulmans dans les chansons de (...)
  • 43 Ibid., t. 1 – p. 12 sq.

40Ainsi, malgré le début de La Chanson d’Aspremont, jamais il n’est décidé, dans les chansons de geste, de guerre totale contre les Sarrasins dont le nombre écrasant revient comme un leitmotiv, corrolaire de cette lutte interminable, et dont les trouvères soulignent volontiers la valeur guerrière ou la force exceptionnelle40 ; présentée comme une nouvelle hydre, la menace sarrasine ne peut être éradiquée et cet aspect du péril influe sur la narration et l’idéologie des chansons de geste. Toute victoire définitive rendrait le thème de la guerre contre les Infidèles caduque ; de plus, nous savons quelle part importante prennent les récits de combat dans l’écriture épique ; ils sont le plus souvent longs, difficiles et incertains, conséquence narrative, parmi d’autres, de la conception du danger que représente cet adversaire. Mais contrairement à ce qui se passe dans les récits historiographiques, seuls s’affrontent des chevaliers dont les techniques de combat sont semblables et les récits des affrontements généraux ou individuels suivent les règles de la narration épique41. Quant aux éléments divergents, ils sont la conséquence d’une certaine vision du monde païen : nombre de champions sont des géants42, certaines armées ou certains individus43 s’apparentent plus à des monstres qu’à des chevaliers ; dans ce cas, la force surhumaine de l’adversaire renvoie à une représentation idéologique des Sarrasins et du péril qu’ils incarnent.

  • 44 Cf. Alain Labbé, « Ciel météorologique et ciel mystique dans les chansons de geste », dans Observe (...)

41Les chansons de geste ignorent les contingences quotidiennes. Au matin de la bataille, il fait toujours beau44 :

Clers fu li jurz e bels fu li matins
Li soleie raie, qui les armes esclargit,

  • 45 La geste de Guillaume est sur ce point représentative ; Guillaume fait de la résistance à la soif, (...)
  • 46 Cf. Jean Frappier, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, SEDES, 1955, t. 1, (...)
  • 47 C’est juste après avoir supplié son oncle de lui trouver à manger et s’être restauré que Guiot sau (...)

42et les combattants savent supporter la soif et la faim, leurs privations ne durant que le temps de la bataille45 et si certaines chansons évoquent ces besoins vitaux, ils y prennent une valeur symbolique. La soif du héros mourant, Roland ou Vivien, est moins présentée comme un signe clinique de l’agonie que comme une imitation de la Passion du Christ46 et la faim de Guiot rappelle son jeune âge juste avant qu’il ne fasse ses preuves47.

43Les récits de combats dans les chansons de geste ignorent volontairement les réalités ; la fiction vise à la légende et crée un idéal héroïque et chevaleresque. De même les conséquences des affrontements avec le péril sarrasin ne sont pas les mêmes pour la communauté chrétienne selon les textes étudiés.

44En effet, dans les récits de la première croisade, un autre danger guette les pélerins : un péril non plus sarrasin, mais révélé par « le péril sarrasin ». La troupe des croisés est hétérogène ; elle est composée de chevaliers (ceux que le texte nomme : « li baron et li haut home »), de membres du clergé et de la « menue gent », expression qui renvoie aux civils qu’ils soient hommes, femmes, enfants. Or, à l’épreuve des événements il arrive que les buts des uns et des autres divergent. Ainsi, après la prise de Nicée, alors que les chefs militaires remettent la ville aux émissaires du basileus,

  • 48 Guillaume de Tyr…, éd. cit. p. 101.

« la menue gent de l’ost qui mout s’estoient traveillié à ce siège et mout i avoient aidié de cuer, se pleignoient mout ; car grant esperance avoient eue que l’en leur deust departir tout l’avoir et la garnison de cele cité48 » ;

45les tensions peuvent être plus vives et résulter des conflits qui opposent les chefs ; ainsi Baudouin refuse l’entrée dans Tarse à trois cents hommes à pied qui avaient quitté Banémont pour venir aider Tancrède ; fatigués, ils campent devant la ville et sont nourris par « la menue gent qui estoient en la ville » ; mais dans la nuit, ils sont tués par les Turcs ; le lendemain, lorsque le massacre est découvert,

« tant monta li corroz que la gent a pie s’alerent armer por corre sus aus chevaliers […] et se cil ne fussent feru ez tors, il les eussent touz decoupez ».

46Baudouin est obligé de se justifier et de s’excuser pour que la paix revienne. A la fin de 1098, le désaccord concerne la stratégie adoptée par « li baron » et le respect des buts de l’expédition. Les chefs de la croisade ont décidé d’ouvrir la route de Jérusalem en prenant les villes qui se trouvent sur leur chemin, mais

  • 49 Ibid., p. 240.

« la gent a pié se comencierent mout a corocier de ce que li Baron se demoroient au prendre ces menues citez, et faisaient contens entr’eus et tençons por leur conquestes49 » ;

47ils reprochent aux responsables d’oublier la raison « por quoi il estoient meu » et de ne pas accomplir leur vœu ; aussi

  • 50 Ibid., p. 240.

« la gent a pié comencierent toutes voies à crier et à requerre les Barons que il les conduisissent a parfere leur pélerinage ; où se ce non, ils esliroient de leurs pèlerins un chevalier qui il feroient chevetaine d’eus et le sivroient jusque a la cité de Jhérusalem50 ».

48Il y a là un ferment de dissention qui ne cessera que lorsque les barons céderont et conduiront l’armée des pelerins devant la cité sainte. De plus, la communauté chrétienne révèle ses failles ; certaines églises d’Orient jouent un rôle ambigu entre les occidentaux et les musulmans, les Arméniens n’hésitent pas à collaborer avec les Turcs.

  • 51 Les responsables religieux de la croisade comme Turpin dans La Chanson de Roland encouragent les c (...)
  • 52 Guillaume de Tyr…, éd. cit., p. 21 ; la conscience de l’indignité, la crainte de ne pas réussir à (...)
  • 53 Pierre l’Ermite répond : « Alés, prenés ces Turcs qui sont là mort jeté, bon seront à mangier s’il (...)
  • 54 Je ne puis développer cet aspect du « péril sarrasin » aussi longuement que je le souhaiterais : i (...)

49L’idéal de la croisade et à travers lui les principes fondamentaux du christianisme sont eux aussi plus d’une fois mis à mal. Si le second commandement ne s’applique pas aux impies qu’il est juste de massacrer s’ils refusent de se convertir51, d’autres valeurs morales sont transgressées. Les croisés en sont conscients et à plusieurs reprises ils attribuent leurs revers à une punition divine ; ainsi lorsque l’armée souffre devant Antioche, les « preudome qui estoient loial et religieus » et les hommes d’Église conseillent aux barons de faire pénitence et l’énumération des interdictions nous renseigne sur la vie des chrétiens : les « foles femmes » sont renvoyées, ceux qui seront pris « en avoutise n’en fornicacion » seront décapités ; les beuveries, les jeux sont proscrits, les malversations seront punies52. La famine les pousse à des extrémités qui ne sont pas développées dans la traduction de Guillaume de Tyr, mais que rapportent les chansons de croisade. Au début du chant V de La Chanson d’Antioche, Graindor de Douai rapporte une incroyable conversation entre le roi des Tafur et Pierre l’Ermite qui autorise les chrétiens à manger les cadavres des Turcs53. Les scènes de cannibalisme qui suivent montrent que les croisés n’éprouvent aucune réticence ni aucun remords à dévorer de la chair humaine, pourtant dans La Conquête de Jérusalem, manger des cadavres humains décomposés est une des caractéristiques des Gauffres et des Bulgares désignés comme des êtres abjects. D’autres exemples de transgression de la loi chrétienne pourraient être cités, même s’il faut se garder de faire des anachronismes54. Au péril sarrasin, l’armée de Dieu, est confrontée à ses propres démons ; elle agit pour Sa plus grande gloire, mais elle est composée d’hommes, de femmes avec leurs faiblesses et le caractère exceptionnel des événements rend possible des comportements scandaleux et sacrilèges qui ne peuvent se racheter que dans d’excessives pénitences.

50Ainsi au péril sarrasin, les faiblesses du monde chrétien sont mises en évidence par les événements, et la cohésion de la société occidentale, comme ses valeurs les plus importantes sont parfois ébranlées. Dans les chansons de geste, il en va autrement.

51L’épopée propose une image idéale de la chrétienté rassemblée pour lutter contre les Infidèles. Charlemagne mobilise ses vassaux qui se regroupent autour de lui et comme le dit Turpin dans La Chanson de Roland :

Pur nostre rei devum nus ben murir,
Chrestientet aider a sustenir.
(v. 1128-1129)

52En défendant l’empire de Charles, ses barons volent au secours de la chrétienté et le service du roi se confond avec celui de Dieu. Dans La Chanson d’Aspremont, même Girart le rebelle, va rejoindre les armées du roi parce que, comme le lui dit l’archevêque :

Defendra toi sainte crestïenté,
Tolt ton païs verras a mal torné,
(v. 1160-1161)

  • 55 Ed. citée, v. 1439 à 1504.
  • 56 Ne pas accomplir son devoir de défense de la chrétienté met l’âme en péril ; au contraire servir D (...)
  • 57 Dans La Chanson de Guillaume comme dans Aliscans, Guillaume repart de la cour royale avec une armé (...)

53arguments repris par sa femme, Emeline55 qui pense aussi au salut de son âme56. Pourtant la situation n’est pas toujours aussi harmonieuse ; dans les chansons de geste qui mettent en scène le personnage de Louis, c’est au vassal modèle, Guillaume, que revient la défense de la chrétienté dont le roi se détache ; il n’y a plus alors coïncidence entre les devoirs féodaux et la défense du monde chrétien ; en revanche, l’unité se reconstitue autour du comte d’Orange malgré la désaffection royale57.

54Avec des nuances, nous pouvons donc dire que les chansons de geste tendent à donner une représentation idéale de la société féodale occidentale ressoudée pour mener la lutte contre les Sarrasins, le péril qu’ils incarnent resserrant les liens sociaux ; face à l’Autre, les chrétiens ont conscience de former une unité et ils opposent « crestientez » à « paenie ». Les premiers ont « droit », les seconds, « tort » ; cette conception dualiste du bien et du mal fait que les périls de l’âme auxquels ont confrontés les armées croisées sont ignorés des chansons de geste. La lutte contre les Sarrasins est toujours présentée comme salvatrice ; celui qui meurt pour Dieu est sauvé et les combats sont une pénitence comme l’affirme le vers 1138 de La Chanson de Roland : « por penitence les cumandet a férir ».

  • 58 Guillaume de Tyr…, éd. cit., p. 18.

55C’est que le péril sarrasin est fondamentalement une menace religieuse. Dès les premiers chapitres de son récit, Guillaume de Tyr présente Mahomet comme le « messages au deable » et sa foi comme une fausse loi que lui et ses successeurs imposent par la force ; il la qualifie encore de « maleurté » et tout au long du récit, les musulmans sont appelés « mescréants », mais l’auteur ne les présente ni comme des païens ni comme des polythéistes. Il insiste sur leur volonté de se battre « pour essaucier leur foi et croistre leur pooir sur leurs ane-mis58 » et sur les sacrilèges qu’ils commettent dans les lieux saints des chrétiens.

  • 59 Lorsque les croisés entrent dans Antioche, « les eglises de la ville [fussent] netoiées […] car le (...)
  • 60 Ibid., p. 291.

56C’est pour réparer ces exactions et venger l’honneur du Christ que les croisés se mobilisent et tout au long de leur longue marche, ils justifient les atrocités commises au nom d’une réparation due par les musulmans qui ont profané non seulement les lieux saints de Jérusalem, mais aussi ceux des villes que les chrétiens reprennent59. Entrés dans Jérusalem, ils tuent tous les Turcs et massacrent ceux qui se sont réfugiés dans le temple. Or ce carnage apparaît comme légitime : le sang des musulmans doit laver « les ordures de leur mescreances60 ».

57De plus, selon le récit de Guillaume de Tyr, l’expédition est voulue par Dieu qui envoie des signes pour conforter les chrétiens dans leur mission. Il raconte comment Pierre l’Ermite fut encouragé à poursuivre ses projets par une intervention divine. Avant de revenir en Occident, il se rend au Sépulcre où il prie « a mout grant plenté de larmes » ; puis il s’endort ; alors

  • 61 Ibid., p. 24 et 25.

il lui fu avis que Nostre Sires Jesucrist venoit devant lui et li encharjoit ce message meismement, et il disoit : « Piere, lève sus ; haste-toi, et vas seulement là où tu as empris, car je serai avec toi. Il est tens desormés que ma sainte cité soit neteiée et que mes gens soient secoreues61 ».

  • 62 Ibid., p. 209-210. De telles manifestations n’excluent pas les doutes et quelque temps plus tard l (...)

58Ce détail se retrouve dans La Chanson d’Antioche qui est peut-être, sur ce point, la source du traducteur de Guillaume de Tyr. Plus tard, alors que les chrétiens se désespèrent, « Nostre Sires […] leur envoia un trop grant confort ». Saint André apparaît à trois reprises à un clerc provençal et lui demande d’aller dire aux barons que « la lance dont Nostre Sires avoit eu le costé percié en la croix estoit reposte en terre en l’église mon seigneur saint Pere, en la cité ». L’auteur ajoute que cet homme est « povres et de bas lignage et de petite lecture ». La lance retrouvée, d’autres « bones genz » avouèrent avoir eu des visions d’anges et d’apôtres : « par ces choses touz li pueples oublia mout ses meseses » et ils crurent à nouveau à la victoire62. Ving-six jours plus tard, Dieu se manifeste à nouveau durant le combat qui oppose les chrétiens aux hommes de Corbagaz : dès qu’ils furent en armes, les croisés qui étaient « pareceus et megre » et qui ne pouvaient plus se soutenir tant ils étaient faibles, devinrent « fort et delivre » ; puis il tomba une pluie « si douce et si plesant que onques nules plus soef rousee ne fu veue ». Les croisés y voient une bénédiction de Dieu et « tanstost furent si frès et si legier corne s’ils n’eussent onques soufertpoint de mesese » ; la pluie a aussi un effet bénéfique sur les chevaux qui

  • 63 Ibid., p.218.

« furent en cele bataille plus penible et plus isnel qui li cheval aus Turcs qui touz jors avoient eu à mangier tant corne il vouloient63 ».

  • 64 Ibid., p. 284.

59Lors du siège de Jérusalem, la sorcellerie des Turcs est vaincue par la foi chrétienne64. Durant la bataille, alors que les forces des croisés diminuent

  • 65 Ibid., p. 285.

« Nostre Seigneur […] par miracle les conforta. Du mont Olivet leur aparut uns chevaliers qui ne fu pas coneust ne puis ne pot estre trovez en l’ost ; icil comença a venteler son escu qui mout estoit clers et reluisanz, et fesoit signe à nos gens qui jà s’en retournoient, que il revenissent arrières à l’assaut65 ».

60L’apparition va galvaniser les combattants chrétiens et leur permettre de gagner la bataille. Enfin, après la prise de la ville, l’évêque du Puy, mort devant Antioche, apparaît à plusieurs reprises ; cet ultime miracle est interprété comme un signe de la satisfaction de Dieu qui « aime ceste cité sur toutes les autres ».

61Dieu témoigne ainsi de la légitimité de la lutte des chrétiens, de sa nature et par là même de celle du « péril sarrasin ». Cette conception est partagée par les textes fïctionnels qui le présentent aussi comme une forme du mal, même si les modes d’expression sont différents.

  • 66 La Chanson d’Antioche, éd. cit., chant I,1. 5.
  • 67 La Prise de Jérusalem, éd. cit., chant VII, L. XIII et XIV.
  • 68 Ibid., chant VIII, 1. XXII ; XXIV ; XXVI ; XXVII.

62Dans ces textes, la représentation morale et religieuse du « péril sarrasin » se fait de manière conventionnelle. Les musulmans sont présentés comme des païens polytheïstes qui adorent « les idoles de Mahomet et de Tervagant66 ». Dans La Chanson de Jérusalem, Graindor de Douai décrit une statue de Mahomet ruisselante de pierres précieuses ; elle est suivie d’un grand taureau de métal devant lequel Pierre l’Ermite doit s’incliner et la mention de la trilogie Mahomet-Tervagant-Apollin revient comme un leitmotiv67. De même certains Sarrasins sont des monstres : les Espics ont un bec et un corps velu ; au combat, ils collent aux gens comme de la glu ; les Béccus ont de grands becs et « aboient » ; les hommes de Buriane sont « poilus comme des chiens et ont une horrible figure grimaçante » ; d’autres « mangent les cadavres humains décomposés et ont le menton et les mâchoires collés à la poitrine68 » ; des géants qui portent des massues et de lourdes et grosses lances viennent à la rescousse des armées sarrasines, etc. Le combat devant Jérusalem menacée par les Turcs se transforme en une lutte formidable entre le Bien et le Mal :

  • 69 Ibid., chant VIII, 1. XLX.

« l’armée sainte […], les soldats de Nostre Seigneur […] combattent « le peuple du diable »… Ce fut une grande bataille, la plus farouche que l’on ait jamais vue69 ».

63Et, alors que les divinités sarrasines sont impuissantes, Dieu soutient efficacement les chrétiens.

  • 70 La Chanson d’Antioche, chant III, 1. XII et XXXV.
  • 71 La Prise de Jérusalem, chant I,1. XXII.
  • 72 Ibid., chant VII, 1. XVII.
  • 73 Ibid., chant VII, 1. XIX et XX.

64En effet, les interventions divines en faveur des croisés sont nombreuses. Dans La Chanson d’Antioche, saint Georges et saint Démitrius viennent à plusieurs reprises70 attaquer les Sarrasins qui sont immédiatement saisis de panique ; dans La Conquête de Jérusalem, accompagnés de saint Barthélémy, de saint Denis de France et de toute une légion d’anges, ils s’abattent sur les « païens mécréants71 ». Dieu envoie aussi des visions à certains membres du clergé ; ainsi lors du siège d’Antioche, le desservant d’une vieille église dédiée à la Vierge voit Jésus, entouré de saint Pierre et de saint Paul et accompagné de Marie, qui lui promet que les chrétiens recevront du secours s’ils se repentent de leurs fautes72 ; c’est grâce à saint André qui apparaît à l’évêque du Puy que les chrétiens retrouvent la Sainte Lance73. Enfin, Dieu accomplit des miracles : la Vraie Croix, portée en étendard, éteint le feu qui consume les combattants chrétiens et Dieu « abolit la nuit et ramène le jour » afin que Son armée puisse poursuivre les Sarrasins.

65Ces représentations des combattants sarrasins comme l’implication de Dieu dans les événements transforment ces batailles en un affrontement manichéiste, comme les chansons de geste qui font de la lutte contre les Sarrasins un combat sans cesse recommencé contre Satan.

  • 74 Dans les chansons de geste, ou les Sarrasins sont beaux et l’on regrette qu’ils ne soient pas chré (...)
  • 75 Cf. l’étude de Paul Bancourt, op. cit ; il existe également une bibliographie trop importante pour (...)

66En fait, c’est aux épopées que les chansons de croisade reprennent les descriptions de certains Sarrasins sous forme de monstres. Qu’on se souvienne de Tafur de Canaloine ou de l’émir Balan évoqués dans La Chanson de Guillaume ou des Vachiers contre lesquels se bat Vivien dans La Chanson d’Aliscans ; ils sont à la fois monstrueux et bestiaux74 ; en peignant ainsi les adversaires de la chrétienté, les trouvères visent à donner une certaine vision du péril sarrasin sur laquelle je ne m’attarderai pas parce qu’elle a été souvent étudiée75.

  • 76 Dont le principal bénéficiaire est Charlemagne : cf., entre autres, La Chanson de Roland.

67De plus, les chansons de geste multiplient les signes d’élection pour les chrétiens ; alors que les divinités sarrasines sont défaillantes, Dieu les sauve et ses interventions en leur faveur sont autant des messages adressés aux païens. Il accomplit des miracles76, donne une réponse immédiatement favorable aux prières du plus grand péril, protège et encourage les héros chrétiens. Il récompense ceux qui meurent pour lui et les chevaliers les plus exemplaires, tels que Roland ou Vivien, sont sanctifiés, leur mort glorieuse servant d’encouragement pour les leurs.

68Le Sarrasin devient l’Ennemi, il est l’Antéchrist, le support de Satan, hydre monstrueuse, jamais définitivement vaincue, comme le mal lui-même. Le danger arabo-turc se transmue en une vision apocalyptique de l’Autre qui fait d’autant plus peur qu’il renvoie aux faiblesses du monde chrétien. A la fois image de l’altérité la plus absolue et miroir angoissant, où se reflètent ses propres défaillances, le Sarrasin est le révélateur ou la projection de la part la plus sombre d’un monde chrétien qui en fait son bouc émissaire.

Notes

1 J’ai travaillé à partir des textes suivants : Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte français du xiiie siècle, éd. P. Paris, Paris, Didot, 1879 – 2 tomes ; Histoire anonyme de la première croisade, éd. et trad. L. Bréhier, Paris, 1924 ; La Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, Paris, J. Techener libraire, 1948, 2 tomes ; La Conquête de Jérusalem, éd. C. Hippeau, poètes français du Moyen-Age, t. VII, Paris 1877 (ces deux textes ont fait l’objet de Reprints, Slatkine, Genève, 1969 et il existe deux nouvelles éditions : La Chanson d’Antioche par S. Duparc-Quioc, Paris, Geuthner, 1977-1978, 2 vol. et La Conquête de Jérusalem par N.R. Thorp, The Old French Crusade Cycle, vol VI, the University of Alabama Press, Tusca-Coosa et London, 1992. Enfin, les chansons de geste composées avant 1204 et plus particulièrement : La Chanson de Roland, éd. Gérard Moignet, Paris, Bordas, 1969 ; La Chanson d’Aspremont, L. Brandin, Paris, Champion, 1970, 2 tomes ; La Chanson de Guillaume, éd. F. Suard, Paris, Bordas, 1991 ; La Chanson d’Aliscans, éd. Cl. Régnier, Paris, Champion, 1990, 2 tomes ; La Prise d’Orange, les rédactions en vers, éd. Cl. Régnier, Paris, Klincksieck, 1996.

2 J’emprunte ce terme à Micheline de Combarieu, cf. Introduction à l’édition des chansons du premier cycle de la croisade, dans Croisades et Pélerinages, Paris, R. Laffont, Bouquins, p. 14 à 24 et « La terre de repromission » dans Terres médiévales, Paris, 1993, p. 71-99.

3 Guillaume de Tyr…, éd. cit., t. 1, p. 262.

4 Ibid., p. 8.

5 Micheline de Combarieu, art. cité, p. 20.

6 Guillaume de Tyr…, éd. cit., t.I, p. 211 ; les mêmes propos se retrouvent dans La Chanson d’Antioche où l’évêque affirme : « […] cis regnes est nostres d’ancien tenement, mais lor gent (ceux de Corbaran) le tolurent par lor efforciement. Or i somes venus à cui l’onors apent ». (laisse XXII).

7 Guillaume de Tyr…, éd. cit., t. 1, ch. I à X.

8 Comme le souligne Jean Subrenat, Introduction à la traduction de La Conquête de Jérusalem, dans Croisades et Pélerinages, éd. cit, p. 175, il s’agit aussi d’un « récit de pèlerinage accompli avec piété », l’important est de délivrer les lieux saints.

9 Cette notation se retrouve quels que soient les textes, bien des chansons de geste s’ouvrent aussi sur la vision de la chrétienté dévastée. Dans Guillaume de Tyr… les profanations sont régulièrement rappelées lors de la description des villes prises par les croisés.

10 Guillaume de Tyr…, éd. cit., t. 1. Ch. III à VI.

11 Ibid., ch. XI, p. 22-24.

12 Ibid., ch. XIX, p. 181.

13 Ibid., ch. XV, p. 104.

14 Ibid., ch. XV, p. 105.

15 La situation se produit à plusieurs reprises, entre autres, devant Antioche et Jérusalem.

16 Cette absence d’intendance et l’obligation de vivre sur le pays fragilisent cette armée nombreuse et hétérogène – cf. Guillaume de Tyr…, p. 272-277.

17 Guillaume de Tyr…, p. 140 : « la nostre gent qui estoient ez heberges ne trovoient mie entour eus pastures à leur chevaus ne leur autres estovoirs ; por ce leur convenoit par force souvent passer le flun et corre par le païs […] Quant li Tur s’aperceurent de ce, souvent envoioient […] de leur genz qui prenaient et ocioient les noz, quant il les trovoient espan duz par la terre ».

18 Guillaume de Tyr…, p. 144, 159, 239, par exemple.

19 Guillaume de Tyr…, p. 116 ; p. 148, par exemple, le texte précise : « Iluce ne se pristrent pas garde, si corne il devoient, que il estoient en la terre à leur anemis, ainz s’asseurerent trop ».

20 Guillaume de Tyr…, p. 143-144.

21 Ibid., p. 273.

22 Ibid., p. 144. Guillaume de Tyr énumère les prix d’une vache, d’un agneau, d’un chevreau, d’un cheval en les comparant avec les anciens.

23 Ibid., p. 240-241. Une des variantes est plus précise : « mains en i ot qui mengierent charoignes et trestoutes ordures, et char de chien et de chat, qui n’estoient guères beles à mangier ».

24 Ibid., p. 165.

25 Au début de La Chanson d’Antioche, est rapportée une prophétie faite par le Christ sur la croix (chant I – 1. VII) ; de même la croisade est suggérée à Pierre l’Ermite non par une voix, mais une vision : « s’aparu à lui de Dieu la majestes ». (chant I – 1. XI). Ainsi les « Francs » ont une mission à accomplir

26 Guillaume de Tyr, quant à lui, insiste sur la part prise par les plus humbles pour construire des machines de guerre, aider les chevaliers ; les femmes ne sont pas oubliées.

27 Tancrède vient de piller une caravane qui transportait des vivres.

28 L’image inspire la pitié ; mais elle correspond aussi à une réalité : cette armée a, entre autres soucis, celui de nourrir des enfants en bas âge. Guillaume de Tyr explique les tracas causés par les femmes en couche : étrange armée que cette troupe où l’un des problèmes récurrents est la naissance de bébés !

29 La Chanson de Jérusalem, chant II, 1. V et VI ; citation de Micheline de Combarieu, dans Croisades et Pélerinages, éd. cit., p. 18.

30 Cf. Jean Subrenat, ibid., p. 172-175 et F. Suard, « Chanson de geste traditionnelle et épopée de croisades, dans Au carrefour des routes d’Europe. Actes du Xe Congrès International de la Société Rencesvals, Strasbourg, 1985, Senefiance nos 20-21, publications du cuer ma, Aix-en-Provence, 1987, p. 1033-1055.

31 Je cite selon l’édition de Duncan Me Millan, Klincksieck, Paris, 1972.

32 Ibid., v. 571-573.

33 Nous pourrions encore citer La Chanson des Saisnes qui se conclut sur la conversion des païens, de force ou de gré selon les différentes versions ou Guibert d’Andrenas dans laquelle les fils d’Aymai vont conquérir pour leur plus jeune frère une terre et une princesse sarrasines. Il est à noter que ces exemples datent du début du xiiie siècle.

34 La Chanson d'Aspremont, éd. cit., v. 170-181.

35 La Chanson d’Aliscans, éd. cit., v. 3168-3171.

36 Cf. par exemple, La Chanson d’Aspremont, éd. cit., v. 330. Ce n’est qu’une citation choisie parmi tant d’autres possibles.

37 La Chanson de Guillaume, éd. cit., v. 8177-8185.

38 La Chanson de Roland, éd. cit., v. 3391-3399.

39 La Chanson de Guillaume, éd. cit., v. 969-970.

40 De nombreux Sarrasins sont des guerriers vaillants et d’une manière générale les textes ne minimisent pas les qualités guerrières des adversaires : à vaincre sans péril… Même Charlemagne est mis en difficulté par Baligant.

41 Je renvoie à l’ouvrage de Jean Rychner, La chanson de geste. Essai sur l’art épique des jongleurs, Genève, 1955 et à l’étude de J.-P. Martin, Les motifs dans les chansons de geste, Lille, Centre d’Études médiévales et dialectales, Université de Lille III, 1992.

42 Nous pouvons citer Corsolt, Fierabras, etc. cf. Paul Bancourt, Les musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, Publications de l’Université de Provence, 1982, t. 1, p. 72 et suivantes.

43 Ibid., t. 1 – p. 12 sq.

44 Cf. Alain Labbé, « Ciel météorologique et ciel mystique dans les chansons de geste », dans Observer, lire, écrire le ciel au Moyen Age. Actes du colloque d’Orléans, avril 1989, éd. Bernard Ribémont, Paris, 1991, p. 127-152.

45 La geste de Guillaume est sur ce point représentative ; Guillaume fait de la résistance à la soif, à la faim, à la fatigue, un critère pour savoir si un homme peut aller combattre, lui-même supporte tout, mais de retour à Orange, il mange avec un appétit qu’admire Guibourc.

46 Cf. Jean Frappier, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, SEDES, 1955, t. 1, p. 195 sq.

47 C’est juste après avoir supplié son oncle de lui trouver à manger et s’être restauré que Guiot sauve Guillaume, cf. La Chanson de Guillaume, éd. cit., laisses CXVI, CXVII et CXX, CXXI, CXXII.

48 Guillaume de Tyr…, éd. cit. p. 101.

49 Ibid., p. 240.

50 Ibid., p. 240.

51 Les responsables religieux de la croisade comme Turpin dans La Chanson de Roland encouragent les chevaliers à tuer leurs adversaires, la conversion n’étant pas une préoccupation lors de la première croisade : celles qui sont racontées sont présentées comme une requête personnelle et volontaire de la part de certains Turcs.

52 Guillaume de Tyr…, éd. cit., p. 21 ; la conscience de l’indignité, la crainte de ne pas réussir à cause des péchés est constante.

53 Pierre l’Ermite répond : « Alés, prenés ces Turcs qui sont là mort jeté, bon seront à mangier s’il sont cuit et salé ». Dans Guillaume de Tyr…, éd. cit., c’est Bohémond qui, pour épouvanter les espions des Sarrasins, fait savoir que tous ceux que « l’on porroit prendre en l’ost l’en les rostiroit et serviroit l’en aus tables aus Barons, et en mengeroient li Baron par leur créant », (p. 152) et pour donner du poids à ses paroles il fait un exemple en embrochant ses prisonniers et en les faisant « atorner por rostir ».

54 Je ne puis développer cet aspect du « péril sarrasin » aussi longuement que je le souhaiterais : il faudrait faire une analyse précise et nuancée des passages concernant ces fautes morales et reconnues comme telles par les croisés.

55 Ed. citée, v. 1439 à 1504.

56 Ne pas accomplir son devoir de défense de la chrétienté met l’âme en péril ; au contraire servir Dieu permet le rachat de ses fautes, cf. éd. cit., 1. 83 et 84.

57 Dans La Chanson de Guillaume comme dans Aliscans, Guillaume repart de la cour royale avec une armée levée par Louis et entouré de toute sa parentèle.

58 Guillaume de Tyr…, éd. cit., p. 18.

59 Lorsque les croisés entrent dans Antioche, « les eglises de la ville [fussent] netoiées […] car les desloial Sarrazin […] metaient ez eglises, lez les autels, leur chevaus et leur asnes, les femmes et les garçons […] les images de Jhésucrist, de Nostre Dame et des autres sainz avoient conchiées de boue […] les nez leur avoient coupez et trez les euz » (Ibid., p. 224).

60 Ibid., p. 291.

61 Ibid., p. 24 et 25.

62 Ibid., p. 209-210. De telles manifestations n’excluent pas les doutes et quelque temps plus tard le témoignage de cet homme sera mis à l’épreuve, avec succès.

63 Ibid., p.218.

64 Ibid., p. 284.

65 Ibid., p. 285.

66 La Chanson d’Antioche, éd. cit., chant I,1. 5.

67 La Prise de Jérusalem, éd. cit., chant VII, L. XIII et XIV.

68 Ibid., chant VIII, 1. XXII ; XXIV ; XXVI ; XXVII.

69 Ibid., chant VIII, 1. XLX.

70 La Chanson d’Antioche, chant III, 1. XII et XXXV.

71 La Prise de Jérusalem, chant I,1. XXII.

72 Ibid., chant VII, 1. XVII.

73 Ibid., chant VII, 1. XIX et XX.

74 Dans les chansons de geste, ou les Sarrasins sont beaux et l’on regrette qu’ils ne soient pas chrétiens ou leur physique comporte des traits qui les font appartenir à plusieurs règnes, ce qui dénonce leur nature satanique.

75 Cf. l’étude de Paul Bancourt, op. cit ; il existe également une bibliographie trop importante pour être citée ici ; voir aussi plusieurs des communications présentes dans ce volume.

76 Dont le principal bénéficiaire est Charlemagne : cf., entre autres, La Chanson de Roland.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540