Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chrétienté au péril sarrasin

Les Sarrasins, miroir des chrétiens ?

Michelle Houdeville

Texte intégral

1Les chansons de geste nous présentent la chrétienté en état de tension. Le héros doit lutter contre les Sarrasins, soit pour repousser leurs invasions, soit pour conquérir de nouveaux territoires. Les deux camps s’opposent et semblent souvent inconciliables. Pourtant, si l’on se réfère à la réalité historique, Orient et Occident ne représentent pas, au Moyen Age, deux univers séparés, étanches ou sans communication. On constate au contraire des jeux d’influences et des transferts réciproques entre deux mondes enchevêtrés. Pourquoi les œuvres littéraires choisissent-elles une vision manichéenne ? Est-ce uniquement pour mettre en évidence des traits spécifiques de chaque parti ? N’est-il pas possible d’apercevoir, à travers les Sarrasins épiques, une sorte de miroir des chrétiens ?

2Il faut rappeler, en effet, que le terme « sarrasin » ne recouvre pas une identité géographique, morale ou religieuse. Comme le fait remarquer Paul Bancourt, ce ne

  • 1 Paul Bancourt, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, 2 vol. Aix-en-Provence-Ma (...)

« sont pas seulement des peuples païens ou mahométans. Les poètes épiques mettent parmi eux des adversaires de la chrétienté d’Occident et nommément les Grecs […]. C’est qu’aux griefs des pèlerins chrétiens d’Occident à l’égard des schismatiques byzantins, s’ajoute, dès la première croisade, chez les Chrétiens d’Occident, un climat de suspicion, de tension, d’hostilité dont témoignent les chroniqueurs des croisades et qui, marquant tout le cours du xiie siècle, aboutira au détournement de la quatrième croisade contre Constantinople1 ».

3Il s’agit donc d’une notion floue et vague qui explique la grande diversité que l’on peut relever, tant du point de vue physique que du point de vue moral à travers les portraits des sarrasins dans les chansons de geste.

4Tout le monde connaît le vers célèbre de La Chanson de Roland :

  • 2 Chanson de Roland, éd. critique et trad. par Ian Short, Paris, Lettres Gothiques, Le livre de Poch (...)

Paien unt tort e chrestiens unt dreit2.

5Souvent, leur portrait se présente sous un jour négatif. De nombreux défauts sont cités, qui semblent n’appartenir qu’aux Sarrasins : cruauté, perfidie, religion superficielle et intéressée, caractère diabolique, aspect grotesque et ridicule sont les principaux aspects qui leur sont attribués. Peut-on, pour autant, considérer que les Chrétiens, dans la réalité, dans les textes, en sont totalement exempts ?

6En fait, dans bon nombre de chansons de geste, les Sarrasins sont l’occasion de faire apparaître les défauts des Chrétiens. Ainsi la Chronique de Turpin dénonce leur hypocrisie et leur rapacité lorsqu’un sarrasin, Aigolandus, se sent révolté par la vision des pauvres qui n’émeuvent nullement Charlemagne et les siens, bien que leur religion leur enjoigne la charité. On trouve une dénonciation du même ordre dans Anseÿs de Carthage :

  • 3 Anseïs de Carthage : Anseïs von Karthago, hgg. von Johann Alton, Tùbingen, 1892, v. 11496-98.

« Vo lois ne vaut vaillant un oef pelé,
Quant vostre dieu tenés en tel vilté,
Ke si mesage sont si poi honoré3 ».

7Dans ces deux cas, le paien, par sa logique implacable, oblige à réfléchir sur le comportement du chrétien et l’invite à adopter une attitude plus conforme aux principes qu’il prétend défendre.

  • 4 Cf. M. Villey, La Croisade, essai sur la formation d’une théorie juridique, Caen, imprimerie caenn (...)

8Le Sarrasin, pour sa part, apparaît très souvent fidèle à sa foi. Il accepte de mourir plutôt que de renier ses dieux. La violence contre lui est donc non seulement inefficace mais aussi révoltante. Cela constitue une illustration de la doctrine développée par plusieurs théologiens qui insistent sur la nécessité d’une persuasion et non d’un recours à la force, tels Saint Bernard ou Innocent IV4.

9Pourtant, les conversions épiques ne se font pas toujours par la douceur. Ainsi, La Chanson de Roland offre-t-elle l’exemple de la prise de Saragosse lors de laquelle se déchaîne la violence des chrétiens : les habitants, à l’exception de la reine Bramimonde, doivent choisir entre le baptême et la mort :

  • 5 Chanson de Roland, op. cit., v. 3660-3674.

Li emperere ad Sarraguce prise,
A mil Franceis fet ben cercer la vile,
Les sinagoges e les mahumeries ;
A mailz de fer e cuignees qu’il tindrent
Finissent Mahum e trestutes les ydeles ;
N’i remeindrat ne sorz ne falserie.
Li reis creit Deu, faire voelt sun servise,
E si evesque les eves beneïssent,
Meinent païen entresqu’al baptistirie.
S’or i ad cel qui Carie cuntredie,
Il le fait prendre o ardeir ou ocire.
Baptizét sunt asez plus de cent milie,
Veir chrestien, ne mais sul la reine :
En France dulce iert menée caitive,
Ço voelt li reis, par amur cunvertisset5.

  • 6 Paul Bancourt, Les Musulmans…, op. cit., t. 1, p. 514-549.

10La coexistence dans la chanson de geste de ces deux attitudes possibles du vainqueur : persuasion ou contrainte correspond ce qui s’est réellement produit : à côté d’un courant idéologique prônant la douceur, des conversions forcées ont existé, ainsi que le démontre Paul Bancourt6.

  • 7 Chanson de Roland, op. cit., v. 28-61.
  • 8 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte français du xiiie s., revu et annoté par Paulin Paris (...)
  • 9 Ibn Al-Athir, Histoire des Atabecs de Mossoul, t. II, Paris, 1887, éd. M. de Slane et Barbier de M (...)

11Par ailleurs, les Sarrasins épiques sont souvent accusés de perfidie et de mauvaise foi. Blancandrin n’hésite pas à conseiller publiquement à son souverain de prendre des engagements mensongers et de violer sans scrupules traité et serment de fidélité7. Il est sans doute facile de relever, dans l’histoire d’Espagne, par exemple, pareilles ruptures d’alliances ou d’engagement : en 1108, Baudoin du Bourg est attaqué par les Bédouins avec lesquels il avait contracté une alliance. Les Turcs, de la même façon, ont dressé un guet-apens contre les Francs auxquels ils avaient juré alliance, alliance gagée, comme dans La Chanson de Roland, sur la remise d’otages8. Mais la perfidie n’est pas une arme réservée aux païens : les chrétiens, eux aussi, y eurent recours. C’est ainsi que le roi Gui de Lusignan, contre Saladin, ou Jocelin III, comte d’Edesse, reçurent des historiens arabes le qualificatif de perfides pour n’avoir pas respecté la foi des serments9.

  • 10 Le Couronnement de Louis, chanson de geste du xiie siècle, éd. par E. Langlois, Paris, Champion, 1 (...)
  • 11 Les Saisnes : Jean Bodels Saxenlied, von neuen herausgegeben von F. Menzel und E. Stengel, Warburg (...)

12Une nature démoniaque est parfois imputée aux sarrasins : elle se révèle physiquement à travers leur laideur, la noirceur de leur teint, leurs attributs (cornes, becs, ongles) dans certaines chansons, et leur gigantisme. Corsolt, dans Le Couronnement de Louis, est appelé « aversiers10 ». Dans Les Saisnes, ils ont une tête d’une largeur monstrueuse11. Certains s’apparentent à des animaux : ainsi, les Micens, dans La Chanson de Roland

  • 12 Chanson de Roland, op. cit., v. 3221-3222.

Sur les eschines qu’il unt enmi les dos
Cil sunt seiet ensement cume porc12.

  • 13 Le roman d’Aquin ou la conqueste de la Bretagne par le roy Charlemaigne, chanson de geste publiée (...)
  • 14 La Destruction de Rome, 1re branche de la chanson de geste de Fierabras, éd. par G. Groeber in Rom (...)
  • 15 Micheline de Combarieu, Images et représentations du vilain dans les chansons de geste et quelques (...)

13Ils ont parfois des têtes d’animaux : de loup dans Aquin13, de sanglier dans La Destruction de Rome14. Mais ces disgrâces physiques, pour abominables qu’elles soient, ne constituent pas l’apanage des Sarrasins car on retrouve, chez les vilains chrétiens, semblables traits, ainsi que l’a montré Micheline de Combarieu15. En fait, dans les deux cas, il s’agit d’indiquer que ces personnages ne font pas partie du monde du héros, de la noblesse.

  • 16 Chanson de Roland, op. cit., v. 2580-2591.
  • 17 R. Dozy, Recherches sur l’histoire et la littérature de l’Espagne pendant le moyen âge, 3e éd., Pa (...)

14Si le Sarrasin a parfois endossé, dans la chanson de geste, des comportements qui peuvent être aussi ceux des chrétiens dans la réalité historique, il sert aussi souvent au poète à faire prendre conscience au public de l’impérieuse nécessité de certaines valeurs morales. Ainsi, dénonce-t-on, à leur sujet, l’erreur que constitue une conception intéressée de la religion. Ainsi, a-t-on dans La Chanson de Roland, la scène burlesque de la colère des Sarrasins renversant les statues des idoles qui les ont déçus16 mais cela constitue, en même temps, un avertissement pour les chrétiens, tentés de se révolter en cas de revers, contre Celui qui n’a pas répondu à leurs prières. N’a-t-on pas vu, en Espagne et en Sicile, des populations chrétiennes troublées par les conquêtes de l’Islam au point de se demander si cette nouvelle foi n’était pas plus efficace que la leur, faisant ainsi de la lutte guerrière une sorte de défi à Dieu17 ?

  • 18 Aliscans, Kritischer Text von E. Wienbeck, W. Hartnacke, P. Rasch, Halle, 1903, v. 3863.

15De la même façon, ceux qui seraient tentés d’admirer la force découvrent qu’elle n’est rien sans la valeur morale car le Sarrasin gigantesque cesse souvent d’être effrayant pour devenir grotesque. Ainsi, Corsolt, abattu, ne peut, en raison de son poids et de sa taille, se relever et demeure donc figé au sol, prisonnier de sa matérialité. En revanche, d’autres personnages, primitivement comiques, se métamorphosent progressivement après leur conversion et leur baptême, acquérant alors une élégance et un prestige nouveaux. Leur force herculéenne devient objet d’admiration, comme c’est le cas pour Rainouart, traité, dans la Chanson des Aliscans, de « biau baceler18 ».

16Ainsi, le reflet déformé et négatif que renvoie le miroir sarrasin constitue-t-il un moyen d’exorciser la faute et la culpabilité par un transfert sur l’adversaire, afin de mieux se reconnaître.

17Mais le miroir est aussi un objet qui peut offrir le plaisir de sa propre contemplation afin de se conforter, complaisamment, dans la bonne opinion que l’on a de soi-même. C’est le rôle que va jouer souvent l’image positive du combattant sarrasin chevaleresque.

  • 19 Chanson de Roland, op. cit., v. 3157-3161.

18Il arrive, en effet, que son aspect physique soit une exacte réplique de celui du chevalier chrétien : même blondeur, même clarté du teint chez l’un et l’autre. Baligant, dans La Chanson de Roland et Balan dans Aspremont ont la même beauté aristocratique que leurs adversaires chrétiens : grands, musclés, le visage noble, les blonds cheveux bouclés19, ils répondent à tous les critères traditionnels de la beauté virile médiévale. Peu importe que ces beaux sarrasins se convertissent comme Fierabras, ou non, comme Baligant : la supériorité du héros sera d’autant plus éclatante qu’elle se sera manifestée contre un adversaire aussi remarquable.

  • 20 Chanson de Roland, op. cit., v. 3611.

19D’autant plus que les performances physiques donnent souvent un léger avantage au Sarrasin mais le chrétien compense ce handicap par la force morale qu’il puise dans sa foi religieuse. Dans le Roland, Charlemagne, grièvement blessé par Baligant qui lui met l’os du crâne à vif, chancelle et manque tomber à terre. Il retrouve la force de se battre en entendant l’ange Gabriel le rappeler à l’ordre : Reis magnes, que faistu20 ? Par la suite, il ne sera plus question de cette affreuse plaie dont l’empereur ne semble plus souffrir après sa victoire sur l’émir.

  • 21 Gui de Bourgogne, chanson de geste publiée d’après les manuscrits de Tours et de Londres, par F. G (...)
  • 22 La Chanson d’Aspremont, op. cit., v. 10429-10432.

20La chevalerie est aussi un métier et des rites analogues font d’un individu, qu’il soit chrétien ou sarrasin, un guerrier de métier, comme dans La Chanson d’Aspremont. Parfois, les mêmes qualités humaines et chevaleresques les animent : Huidelon, dans Gui de Bourgogne, est un adversaire loyal21. Des deux côtés, on peut trouver des fidèles à la religion de leur peuple : Huon de Bordeaux comme Anseïs de Carthage nous offrent des exemples d’hommes qui préfèrent mourir plutôt que de renier leur religion. Si une telle attitude est parfois considérée comme le signe d’un dévouement au diable (pour l’émir Gaudisse de Huon de Bordeaux ou l’émir Balan de Fierabras), le comportement est plus souvent considéré comme noble. C’est ainsi, par exemple, que le roi Agolan, dans La Chanson d’Aspremont, refuse de se convertir pour ne pas déshonorer les siens22. C’est donc le même univers aristocratique qui se manifeste dans les deux camps. La lutte se déroule entre nobles, les valeurs sociales sont les mêmes, si bien que l’estime peut naître durant le combat entre des adversaires qui se découvrent des points communs.

21Mais le Sarrasin est aussi, sur le plan symbolique, un élément important. Il ouvre la voie vers un autre monde, riche, magique et séduisant. Le luxe des vêtements, l’élégance des installations intérieures, l’opulence des sarrasins constituent une tentation pour les chrétiens, non sans ambiguïté. Si Ganelon manifeste sa félonie en se laissant gagner, dans La Chanson de Roland, par l’appât de l’or et accepte les cadeaux qui lui sont faits, après sa promesse de trahison, le noble Guillaume, dans le Charroi de Nîmes, découvre, à travers la perspective de conquête des territoires ennemis, un moyen d’accroître le domaine royal mais aussi de s’assurer, personnellement, enfin, le fief dont il a été jusqu’alors injustement privé.

22Le mal, la souffrance et la mort apparaissent nécessaires et consécutifs au comportement des Sarrasins. En effet, le mal n’est pas que violence sauvage ou impulsivité. Il est organisé. La société ennemie constitue un système, une autre civilisation, d’autant plus dangereuse qu’elle est plus tentatrice. On peut être séduit par son luxe et sa beauté mais ces traits s’expliquent souvent par l’artifice ou la magie.

  • 23 Huguette Legros, Les automates. Attirance, répulsion de l’étrange in Senefiance n° 25, De l’étrang (...)

23Ainsi de l’arbre extraordinaire de Gloriette, au pied duquel se trouble Orable dans La Prise d’Orange, arbre qui est sans doute arbre d’orfèvrerie23. Les automates, dans le monde épique, sont réservés aux cours orientales. Ils symbolisent une monarchie où le souverain est investi d’un pouvoir magique alors que l’Occident distingue, entre le roi et le Pape, pouvoir temporel du pouvoir religieux.

24Ainsi, on voit que le monde sarrasin est, en partie, un espace imaginaire mais qu’il est, pour les chrétiens, l’occasion d’exprimer et de projeter ses rêves et ses fantasmes.

25Grâce à cela, le Sarrasin permet un questionnement sur le mal, la mort, la guerre. Sa rédemption, à lui qui apparaît parfois comme un reflet, donc un double du chrétien, est l’occasion d’un transfert de la faute vers un autre que soi-même. L’idéalisation de la violence permet de croire que le mal vient de l’extérieur. Par cette vision rassurante, on évacue le sentiment de culpabilité. De là l’ambiguïté du personnage du sarrasin à mi-chemin entre le Bien et le Mal, les valeurs collectives – légitimes ou non – et les convictions individuelles. Alors que le sentiment que le Bien et le Mal coexistent en chacun de nous crée une angoisse, en permettant de distinguer clairement les deux notions, le Sarrasin rassure. Il permet également au héros épique, Roland, Guillaume ou autre, de se révéler en dépassant les limites de la vie individuelle. De là s’introduit une critique subtile de la morale courante, des valeurs dont le respect s’impose à l’humanité moyenne en lui substituant une morale différente, héroïque, surhumaine.

26Ainsi le Sarrasin est-il une sorte de miroir des chrétiens. Derrière la fiction se dissimule parfois, nous l’avons vu, des éléments historiques réels. Tantôt, le païen propose un reflet inversé, ennemi démoniaque, parfois ridicule, souvent effrayant. Mais derrière lui se profile le portrait d’un adversaire qui professe des valeurs aristocratiques analogues et renvoie une image où le chevalier chrétien peut se reconnaître ou même se mirer complaisamment. Tantôt le monde sarrasin est l’occasion d’évoquer une civilisation luxueuse, en avance sur le plan technique, objet de convoitise et de fascination. C’est là l’occasion d’une interrogation sur le monde, sur l’organisation sociale, sur l’avenir. C’est un moyen de souligner le caractère tragique de la destinée humaine, offrant à chacun la mise en scène indispensable, selon Claude Simon, pour transformer les apparences de son existence de telle sorte qu’elle lui paraisse valoir la peine d’être vécue. Miroir du présent comme de l’avenir, le Sarrasin se fait l’écho des inquiétudes latentes et annonce les développements et les évolutions futures.

Notes

1 Paul Bancourt, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, 2 vol. Aix-en-Provence-Marseille, Publications de l’Université de Provence, Jeanne Laffitte, 1982, p. 29.

2 Chanson de Roland, éd. critique et trad. par Ian Short, Paris, Lettres Gothiques, Le livre de Poche, 1990, v. 1015.

3 Anseïs de Carthage : Anseïs von Karthago, hgg. von Johann Alton, Tùbingen, 1892, v. 11496-98.

4 Cf. M. Villey, La Croisade, essai sur la formation d’une théorie juridique, Caen, imprimerie caennaise, 1942, p. 33.

Abbé Pierre Derumeaux, « Saint Bernard et les infidèles » dans Mélanges saint Bernard, 24e congrès de l’association bourguignonne des sociétés savantes, Dijon, 1954, p. 78.

5 Chanson de Roland, op. cit., v. 3660-3674.

6 Paul Bancourt, Les Musulmans…, op. cit., t. 1, p. 514-549.

7 Chanson de Roland, op. cit., v. 28-61.

8 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte français du xiiie s., revu et annoté par Paulin Paris, Paris, Firmon Didot et Cie, 2 vol., 1879, Histoire générale des croisades par les auteurs contemporains, 1.1, p. 233-235.

9 Ibn Al-Athir, Histoire des Atabecs de Mossoul, t. II, Paris, 1887, éd. M. de Slane et Barbier de Meynard, p. 287.

10 Le Couronnement de Louis, chanson de geste du xiie siècle, éd. par E. Langlois, Paris, Champion, 1965, v. 1070.

11 Les Saisnes : Jean Bodels Saxenlied, von neuen herausgegeben von F. Menzel und E. Stengel, Warburg, 1906-1909,1. 192.

12 Chanson de Roland, op. cit., v. 3221-3222.

13 Le roman d’Aquin ou la conqueste de la Bretagne par le roy Charlemaigne, chanson de geste publiée par F. Joüon des Longrais, Nantes, 1880, Société des bibliophiles bretons, v. 941.

14 La Destruction de Rome, 1re branche de la chanson de geste de Fierabras, éd. par G. Groeber in Romania II 1873, p. 1-48, v. 1091-1092.

15 Micheline de Combarieu, Images et représentations du vilain dans les chansons de geste et quelques autres textes médiévaux in Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales, Senefiance n° 5, Aix-en-Provence, 1978, cuer ma, p. 7-26.

16 Chanson de Roland, op. cit., v. 2580-2591.

17 R. Dozy, Recherches sur l’histoire et la littérature de l’Espagne pendant le moyen âge, 3e éd., Paris, Maisonneuve, Leyde, E.J. Brill, 1881, 2 vol., t.I, p. 17.

18 Aliscans, Kritischer Text von E. Wienbeck, W. Hartnacke, P. Rasch, Halle, 1903, v. 3863.

19 Chanson de Roland, op. cit., v. 3157-3161.

La Chanson dAspremont, éd. par L. Brandin, 2 vol., Paris, Champion, cfma, 1923, v. 203-210.

20 Chanson de Roland, op. cit., v. 3611.

21 Gui de Bourgogne, chanson de geste publiée d’après les manuscrits de Tours et de Londres, par F. Guessard et H. Michelant, Paris, Vierveg, 1859, v. 2996-2997.

22 La Chanson d’Aspremont, op. cit., v. 10429-10432.

23 Huguette Legros, Les automates. Attirance, répulsion de l’étrange in Senefiance n° 25, De l’étrange à l’étrange ou la conjoncture de la merveille, Aix-en-Provence, cuer ma, 1988, p. 297-314, p. 311.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540