Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chrétienté au péril sarrasin

Sarrasins et chrétiens dans la Geste des Loherains

Jean-Charles Herbin

Texte intégral

  • 1 Cf. G. Huet, « Le retour merveilleux du mari », Revue des Traditions populaires, XXXII-7/8, juille (...)

1Si les chansons de geste, au moins à leur origine, paraissent ne pas être étrangères à l’idée de croisade, à la Reconquista, à la lutte contre les Infidèles qui menacent la Chrétienté, la Geste des Loherains présente, dans cette perspective, un cas de figure extrêmement complexe et contrasté d’un poème à l’autre. C’est, en effet, en interrogeant cet interminable cycle sur la place qu’il accorde aux Sarrasins que l’intention des poètes successifs apparaît peut-être dans ce qu’elle a de plus original, de plus radicalement isolé, au moins dans les chansons « de la bonne époque » pour étendre à l’ensemble une expression que Gédéon Huet1 appliquait au poème de Hervis de Metz.

2L’étude qui suit tente de cerner la place accordée aux Sarrasins dans chacun des poèmes qui composent la Geste des Loherains, au risque de souligner des éléments qui, dans la guerre des Loherains et des Bordelais, peuvent n’être que secondaires. On verra clairement apparaître les vrais périls qui menacent la Chrétienté : l’appât du gain, la volonté de puissance des lignages, la démesure des individus. Chemin faisant, j’essaierai de définir la nature des Sarrasins que nos poètes jettent dans l’action ou tiennent en réserve, selon les besoins de leur propos. Par commodité, je suivrai l’ordre généalogique des personnages (Hervis, Garin, Gerbert, Anseÿs/Yonnet), mais il faut rappeler que ce n’est pas l’ordre de composition des poèmes, qui serait plutôt Garin, Gerbert, Hervis, Anseÿs, Yonnet. Il convient de noter que la Vengeance Fromondin ignore totalement l’existence des Sarrasins ; quant au Yonnet, il n’existe plus que dans la mise en prose de Philippe de Vigneulles et ne paraît pas avoir accordé beaucoup d’attention non plus auxdits Sarrasins, même si sa vision de la guerre fratricide des Chrétiens fait preuve, comme on le verra plus loin, d’une étonnante lucidité.

  • 2 C’est-à-dire le manuscrit E (= Paris, B. N. fr. 19160). Cf. J. C. Herbin, Hervis de Mes, TLF n° 41 (...)
  • 3 Pour la version rajeunie et allongée des manuscrits NT (respectivement Arsenal 3143 et Turin, B. N (...)

3Le poème de Hervis de Metz, dans sa version la plus ancienne2 qui date des années 1200-1215, se contente d’évoquer les Sarrasins à propos des martyrs des grandes invasions qui seront vengés par Hervis, ou à propos de la Croisade dans laquelle se lance le duc Pierre, après avoir marié sa fille à un riche roturier ; j’ai relevé les occurrences suivantes3 : Sarrasins : 4 occurrences ; Wandres : 4 occ ; Esclers : 3 occ. ; Paiens : 1 occ. ; Paienime : 1 occ.

  • 4 La version AT cite encore Bave, Bruians, Bucifans, Bucifaus, Buiemont, Justamont le Faé, Murgalant (...)

4En dehors de Mahomet renié par le roi d’Espagne, le seul personnage sarrasin nommé dans la version ancienne est le roi Salatré, mentionné deux fois4. En définitive, c’est peu de chose : sept noms propres (seize occurrences au total) pour un poème de 10521 vers, dans lequel on relève plus de cent soixante noms propres. Le remanieur à qui l’on doit la version NT a tenté de remédier à cette situation en multipliant par cinq le nombre des noms renvoyant au monde sarrasin. A la vérité, dans Hervis de Metz, le monde sarrasin n’existe que dans un lointain spatial et temporel aux contours très vagues, sorte de coulisses où l’on peut garder le duc Pierre en réserve de l’action principale, au sein de laquelle il aurait constitué essentiellement une gêne ou une invraisemblance permanente.

5Toutefois, notons dès maintenant que la Chrétienté en tant que telle n’est guère plus présente dans Hervis de Metz : une dizaine de saints, une quinzaine de mentions du Saint Sépulcre tout aussi lointain et imprécis que le monde sarrasin qui l’entoure, une seule occurrence de la Sainte Crestïenté, mais seulement sept vers avant la fin, pour assurer la liaison avec Garin le Loherain. Il n’est pas jusqu’à la conversion du roi d’Espagne qui ne se signale par son caractère non religieux : le vieux roi se convertit afin de pouvoir épouser la belle Béatrix dont le seul portrait l’a rendu éperdument amoureux. C’est dire la profondeur du sentiment chrétien qui peut l’animer, ainsi que ceux de ses sujets qu’il parvient à convertir sous peine d’avoir « le chief… copé » (Hervis, v. 688).

  • 5 Cf. A. Iker-Gittleman, Garin le Loherenc, H. Champion, cfma nn°117-119, Paris 1996-1997.

6Le poème de Garin le Loherain s’ouvre sur trois invasions sévères des Sarrasins qui mettent en péril le royaume de Charles Martel, puis le duché de Lorraine et enfin le royaume de Maurienne. L’esprit de croisade souffle encore, semble-t-il, à ce moment du récit où les envahisseurs se voient traités de « chien de lisse né » (v. 313), « cuvert mescreant » (337), « granz singes » (1559). Le péril menace toute la communauté des Chrétiens, comme il est explicitement déclaré dès l’ouverture du poème5 :

4 Crestïenté ont malement bailli,
Les homes morz, et ars tout le païs.

7C’est encore à l’intérieur de la référence chrétienne que les barons du roi voient le jeune Bégon :

1075 Dit l’un a l’autre : « Cë est la verité,
N’a chevalier si gent en la Crestïenté ! (alexandrin)
Preudom sera, së il vit par aé ! »

8Même s’il faut faire la part de la phraséologie épique, cette exclamation paraît renvoyer au rôle assigné par Dieu lui-même aux chevaliers, selon les propres dires de l’archevêque de Reims :

93 « Chevaliers estes, Nostre Sire vos fist
Et comanda et de boche vos dist,
Tote droiture comanda a tenir
96 Et Sainte Eglyse salver et garantir ! »

9Dans la même perspective, on relève les paroles de Charles Martel ou du duc Hervis, qui restent conscients de leur mission chrétienne au cœur même du combat :

299 Deu reclama par la soë bonté :
« Glorïeus Sire, qui es en majesté,
Preste moi force, së il te vient a gré,
Par quoi il soient mort et debareté,
303 Et essauciee Sainte Crestïenté ! »

10Ou encore, lorsqu’apparaît le Sarrasin Godin :

484 « Sainte Marie, ce dit li dux Hervis,
Roïne, Dame, Mere Deu, Genitrix,
Car proiez ore en cest jor vostre fill
Que je destruire puisse cel Sarrazin
Qui nostre loi destruit et affeblist,
Ne Deu ne prise vaillant un angevin.
Sainte Marie, vos devez bien sofrir
Que destruit soient li cuvert Sarrazin
492 Qui Deu ne prisent ne tienent a ami ! »

11Et Hervis de conclure, avant de porter à Godin le coup fatal :

1 « Car melz valt Dex que Mahons n’Apollins ! »

12Toutefois, il y a déjà quelque chose de pourri dans le royaume de France, car l’archevêque de Reims n’apporte aux chevaliers la caution divine que pour mieux leur refuser tout soutien financier, argumentant que le rôle des moines est de prier, non de payer ! C’est là une belle perversion de l’idéologie des trois fonctions dans la société chrétienne. Certains manuscrits s’empressent d’ajouter que, pour cette parole, l’archevêque sera mis à mort un jour proche, par les Wandres contre lesquels, précisément, il refuse son soutien à Charles Martel…

  • 6 Nous n’avons pas retenu les occurrences où le nom Sarrazins désigne en fait les Romains ou plus gé (...)

13Quoi qu’il en soit, c’est bien sur la question des Sarrasins que se fait le premier clivage entre les Loherains et les Bordelais, les premiers se lançant dans un combat désespéré dont ils ne sortent vainqueurs que grâce à l’intervention divine, les seconds affichant une prudence qui, dès le départ, confine à la lâcheté : en effet, ils abandonnent les Loherains, regardent la bataille sous Valparfonde de loin et n’interviennent que lorsque le gros du danger est passé. Apparemment, les Sarrasins jouent dans le récit le rôle de révélateurs des qualités des uns et des tares des autres. De toute façon, la lutte contre les Infidèles ne reste pas longtemps le sujet principal de la narration. J’ai relevé les éléments suivants qui renvoient au monde sarrasin : Sarrazins 52 occurrences6 ; Paiens : 26 occ. ; Woandres : 5 occ. ; Turs : 3 occ. ; Esclavons : 2 occ. ; Esclers + Lutiz : 1 occ.

14J’ajouterai Mahon cité deux fois, Apollin une fois ; et huit personnages païens nommés, mais qui n’apparaissent guère dans le récit que pour être invariablement tués par un Chrétien (Bruiant, Butor, Charbocle, Clotaire, Godin, Golias, Marsofles, Quinqueniax).

15Ainsi, dans Garin le Loherain, dix-sept noms propres sont censés représenter le monde païen, soit cent neuf occurrences tous exemples confondus, pour un poème qui compte 18650 vers. Encore faut-il bien voir que soixante-dix-huit occurrences concernent seulement deux appellatifs extrêmement vagues (Sarrazins, Paiens) et que, plus intéressant encore, seules huit occurrences dépassent le vers 1877 (dont six de Sarrazins, une de Paien, une de Woandre). C’est dire si les Sarrasins sortent alors des préoccupations du poète.

  • 7 Le remanieur à qui l’on doit le début de Garin le Loherain dans la version NT a estimé qu’il ne fa (...)

16En face, les dix-neuf saints chrétiens cités sont à peine mieux répartis dans le texte, mais ils n’y jouent à peu près aucun rôle, même saint Georges dont on nous dit qu’il fut vu dans la mêlée sous Valparfonde, nous laissant totalement libres d’imaginer ce qu’il a bien pu y faire en caracolant sur son beau cheval blanc7

17Au fond, les Sarrasins n’ont servi, en affaiblissant le royaume et en amenant sur le trône un roi enfant faible et influençable, qu’à créer les conditions qui vont rendre possible la lutte interminable de deux grands lignages, les Loherains et les Bordelais, dont la puissance profite en premier lieu de l’affaiblissement royal, qu’ils l’aient voulu ou non.

18On peut donc retenir que le poème de Garin le Loherain s’ouvre sur un monde chrétien aux prises avec des hordes de Sarrasins qui menacent l’existence même du royaume de France. Mais n’allons pas plus loin pour l’instant, car nous aurons à constater dans ce qui suit que la solidarité chrétienne et la conscience communautaire sont, dans ce poème, singulièrement absentes.

  • 8 Cf. P. Taylor, Gerbert de Mez, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, fasc (...)
  • 9 Nous n’avons pas retenu l’occurrence unique où le nom Sarrasins renvoie à l’Antiquité païenne (v. (...)

19Avec Gerbert de Metz, le rôle des Sarrasins change et leur présence devient écrasante, au moins en apparence. On relève ainsi parmi les éléments les concernant8 : Sarrasins : 98 occurrences9 ; Paiens : 80 occ. environ ; Esclers : 9 occ. ; Turs : 9 occ. ; Persans : 6 occ. ; Danois : 4 occ.

  • 10 A. Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste f (...)

20Mais l’impression de déferlement est accentuée par la prolifération des appellatifs désignant des peuples païens, même si chacun n’apparaît qu’une fois ou deux : Achopars, Amoravis, Arrabiz, Beduïns, Comains, Esclamors, Esclavons, Frisons, Hermins, Hongres, Lucans, Navares, Norrois, Outremarois, Pullains, Rous, Saines, Tirans, Venicïans. Voilà, pour une seule chanson, un bel échantillon des cent soixante noms de peuples païens qu’a répertoriés A. Moisan10.

21A cette liste, on ajoutera les trois dieux païens (totalisant vingt-quatre occurrences) Mahomet, Tervagant, Apollin et les quarante-trois personnages sarrasins nommés dans le texte (et totalisant 148 occurrences) : Amabron, Amodïant, Amaudas (39 occ), Aristant, Aristier, Aufanïon, Baufumé, Boïdant, Charboncle (17 occ), Codroé, Cormadant (9 occ), Corsabrin (5 occ), Desramé, Enpire, Empire le Ros, Faïnon, Fanin-Aufarin-Fenaon (5 occ), Farïon-Sarïon (10 occ), Fauseron, Gaifier I, Gaifier II, Galafré, Haurïon, Isoré, Ludaire (5 occ), Ludinas, Maderanz, Malatré I, Malatré II, Maturni, Maufin, Mauprïant, Neruz, Rigon, Rubïanz li Turs, Samuel, Sanguin, Saradoc, Sinoples, Sordevant, Samadin, Sorsables-Corsables, Tempier (4 occ), Tervaganz.

22Ainsi, le monde sarrasin est-il présent dans Gerbert de Metz, sans même compter les termes comme amiré, amirant, aumustant, aumaçor… par plus de soixante-dix noms propres correspondant à plus de quatre cents occurrences, tous exemples confondus, pour un poème qui compte 12324 vers. Comment expliquer une telle présence ? Par l’esprit de croisade ? Non point. Lors des deux expéditions que Gerbert mène à Cologne contre les Sarrasins qui assiègent le roi Anseÿs, la référence chrétienne est totalement absente. Les motivations de Gerbert seront examinées plus loin, mais on peut noter dès maintenant que ce qui aurait pu être le récit épique de deux petites croisades se résout d’une part, sur fond de massacre de Sarrasins, à une idylle où Gerbert est tiraillé, à son corps défendant, entre la reine mère de Cologne et sa fille, d’autre part à la conquête du cheval Flori et à un épisode où s’exprime pleinement la rivalité de Fromondin et de Gerbert ; cette rivalité occupe même davantage le texte que l’expédition proprement dite, réduisant les Sarrasins à de simples comparses invariablement massacrés pour la plus grande gloire des Loherains. Il est bien question de « La honte Diu sor Sarrasins vengier » (v. 9933), mais c’est là un élément de phraséologie obligée, éculée, non un élan. Les Sarrasins ont peut-être alors pour fonction de lier l’action du poème au souvenir prestigieux des Croisades, mais l’esprit n’y est plus.

23Rien ne change dans les trois dernières expéditions contre les Sarrasins, expéditions qui mènent Gerbert successivement à Aix-en-Gascogne (= Dax), à Saint-Gilles et à Narbonne. Et même, bien qu’il incarne le héros positif du poème, le roi Gerbert traîne les pieds et préférerait ne pas intervenir. Le lecteur décidera lequel des deux arguments de Gérin a bien pu l’emporter dans l’esprit du roi (qui craint, il est vrai, que Fromondin ne profite de son absence pour se révolter) :

11245 « Lairas tu dont Crestïenté honnir ? »

24ou

11246 « Encor iez jones, ne te doiz alentir.
De cest secors aras tu los et pris
Plus que de cex que tu onques feïs ! »

25Dans Gerbert de Metz donc, il semble qu’il y ait d’autant plus d’éléments renvoyant au monde païen qu’il y a moins de préoccupations chrétiennes. On a l’impression, dans ce poème, qu’il en va de la ferveur chrétienne comme de l’oralité dans les chansons de geste : plus on en multiplie les signes, plus il faut en craindre le caractère illusoire. D’une manière tout aussi symptomatique, on ne relève la mention que de dix saints, soit vingt-sept occurrences, dont onze concernent les seuls saint Denis et saint Martin (il s’agit en fait dans huit cas d’emplois de ces noms à l’assonance dans des formules passe-partout).

26De plus, la multiplication des expéditions contre les Sarrasins (il y en a cinq dans le poème), leur caractère répétitif et sans surprise, leur émiettement aussi qui fait que ce n’est pas un royaume mais toujours une ville qui, à chaque nouvelle invasion, est menacée, tout cela traduit bien le changement des enjeux dans ce poème qui paraît se resserrer sur la lutte des deux lignages ennemis, les Loherains et les Bordelais. Dans Hervis de Metz, le duc Pierre partait en Croisade ; dans Garin le Loherain, le duc Garin est assassiné alors qu’il venait juste de prendre la croix et qu’il s’apprêtait à partir pour la Terre Sainte : dans Gerbert de Metz, les Loherains se contentent d’un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, pèlerinage qui ne présente aucun danger réel car, même en tenant compte des projets criminels de l’ermite Fromondin qui réapparaît à ce moment du récit, on est en droit de se demander ce que peuvent bien risquer trois Loherains grands, forts et en bonne santé contre un ermite affaibli par plusieurs années de jeûne et, qui plus est, trahi par son propre serviteur…

  • 11 Cf. H. J. Green, Anseys de Mes, Paris 1939 ; édition très fautive et fondée sur le manuscrit N, le (...)
  • 12 Cf. à ce propos, Garin le Loherain, éd. cit., v. 16956-16959, Gerbert de Metz, éd. cit., v. 8420-8 (...)

27Dans Anseys de Metz enfin11, la déroute de l’idée de croisade est encore plus patente, la lutte des deux lignages prend définitivement le pas sur toute autre préoccupation. Il y a bien encore, au début, un vague souvenir de l’idée de croisade ou au moins du thème épique lié à la lutte contre les Sarrasins qui menacent le royaume, mais cet élément est alors totalement assujetti à l’intérêt des lignages : en effet, c’est en faisant courir le bruit d’une invasion des Sarrasins que Hernaut rassemble son lignage dans la guerre qui reprend après le meurtre de Gerbert, comme si seul ce mensonge pouvait encore fournir un argument assez fort pour relancer une guerre qui a lassé tout le monde12 : cela prouve que les Sarrasins peuvent encore faire office d’épouvantails.

28Je ne dispose pas de relevés précis pour ce poème encore à moitié inédit. De toute façon, dans Anseys de Metz, les Sarrasins ne sont jamais des personnages à part entière, pas même des comparses de l’action ; le récit se contente de les mentionner comme ayant envahi ou menaçant d’envahir telle ou telle contrée (cf. par exemple, le manuscrit L = B. N. fr. 24377, f° 11 v°-12 r°, 54 v°-55 r°) ; les Sarrasins, dans ce poème, ne sont que de lointaines menaces dans l’espace et dans le temps, même si les Chrétiens semblent toujours sur la défensive, ainsi Anseys lui-même qui déclare être désireux d’en finir avec le siège de Gironville :

Forment desire que cis castiaus fust pris, Lf 46 r°
« Et s’ai grant doute de çaus de mon païs
Que ne se metent Paiien ne Sarrasin ! »

29A aucun moment on n’envisage une quelconque expédition préventive ou punitive contre les Sarrasins, alors qu’on annonce leur venue prochaine comme conséquence des guerres fratricides qui déchirent les Chrétiens, notamment celle qui renaît à la mort de Gerbert :

Dont puis lonc tans fu li païs torblés Lf 4 v°
Et li roiaumes de France desiertés :
De Besençon ki est molt fors cités
Dusc’a Bologne ki est desour le mer,
Ne trovast on. CC. miles d’armés.
S’en furent puis Paien si desraés
Qu’il en conquisent et castiaus et cités !
En grant peril fu donc Crestïentés,
Car en grant pièce ne fu il (= li roiaumes) repuplés.

30Ou encore, dans ce passage qui fait clairement allusion aux chansons de Gormont et Isembart et de Girart de Rousillon, lorsque saint Léger déconseille aux Bordelais de faire la guerre au roi Pépin (je situe le passage d’après la numérotation de Green, mais je donne le texte de L) :

5069 « Por Deu, cousin, ne faites mie ensi,
Dex ne comande mellee në estri : Lf 108 r°
Se gent a gent venés d’ire aati,
Molt en seroient li païs afoibli.
Li rois Gormons si maint molt prés de ci,
Ki paenie a toute desous lui,
Ki molt trestost seroit nos anemi.
Au tans vo pere ki fu par devant ti,
Quant dans Martiaus a Girart combati,
Quant Paien sorent le dolor et le cri,
Vinrent en France Turc et Amoravi,
Crestïenté orent prés tot saisi,
5081 Quant sains Nicaises le mort i recoilli […]

31(Cf. encore v. 6445-6470.)

  • 13 On ajoutera, mais à l’adresse plus spécifique des Loherains et du roi Pépin, un autre signe dont c (...)

32Si l’esprit conquérant du Chrétien a totalement disparu ici, le poète d’Anseÿs de Metz, il faut en convenir, est pourtant le premier à poser un regard chrétien sur les guerres des Loherains et des Bordelais. Il se complaît à souligner l’aveuglement des deux parties, qui refusent de céder aux possibilités d’une paix honorable que le pape les aiderait à négocier par l’entremise de ses cardinaux ; les belligérants refusent même de tenir compte des signes envoyés par Dieu, en l’occurrence un grand serpent dans le ciel, dont la gueule crache du feu et incendie les toits des maisons13 :

6352 Icelle nuit, je vos di vraiement,
Demostra Dieus sor crestïenne gent
Qu’i (Que L) pas n’estoient (n’erroient L) a son commandement.

33Ce poète est le premier, semble-t-il, à mettre dans la bouche d’un personnage – un Bordelais, ce qui n’est pas innocent – une condamnation assez claire en définitive de l’interminable conflit des deux lignages ennemis :

7986 Dist Forquerés : « Cis jors est maleïs !
Mien escïant, c’est li Jors del Juïs :
Ja des deus os n’en ist [e] ra uns vis !
Iceste guerre commença Antecris
Droit a ce point qu’il fu engenuïs,
Quant tant prodons en est mors et ocis
7992 Qui bien creoi (en) t Jhesu de Paradis ! »

34(Cf. encore v. 2606-2609.)

35Mais sa condamnation demeure ambiguë, puisque sans effet ; et nous verrons plus loin qu’il est prêt à faire dire des horreurs à un personnage aussi positif que le roi Gérin de Cologne. En vérité, le premier à souligner sans ambages le caractère monstrueux de la guerre qui se livre entre Chrétiens est le poète auquel on devait le Yonnet aujourd’hui perdu sous sa forme versifiée. On peut lire, dans la prose de Philippe de Vigneulles, le commentaire suivant : « Helas, le grant dommaige ! Et le malvais conseil que donna Ludie, la traistre femme ! Car las, ce ne sont mie Paiens ne Sarrazins, ains sont pairans et amis, comme Franceis, Allemans, Lorrains et Hannouviers, ceulx d’Artois, Picars et Borguignons, et plussieurs aultres de diverses nacions, lesquelx se frappoient d’estoc et de taille sans espargner grans ou petis » (Manuscrit v, B. M. Metz n° 847 aujourd’hui perdu, f° 319 r°). Voici le passage correspondant chez le remanieur de la version N qui, comme l’on sait, commence par remanier le début de Yonnet avant de rattraper la fin d’Anseÿs. Ainsi, de manière très symbolique, il commence par une séquence épique hyperclassique :

1366 Granz fu la noise, si tremble li païs
La veïst on granz dolors et granz cris
Quant s’entrefierent de lor espiés forbis.
La veïst on un estor maintenir,
Tante ante frete et tant escu croissir,
Et tant haubert rompu et desartir,
Tant chevalier contre terre gesir,
Tant pié, tant poing, tante teste tolir,
1374 L’un mort sor l’autre trebuchier et cheïr.

36Et d’ajouter, avec une lucidité à laquelle les autres poètes ne nous ont pas habitués :

1375 Se ne sont mie Paien ne Sarasin,
Mais sont François corageus et hardis,
Et cil d’Artois et Loherant de pris,
Et d’Alemaigne et de Borgoigne ausi,
Qui s’entr’ocïent a lor branz acerins.

37On notera qu’aussi bien chez le remanieur qui vient d’être cité que chez Philippe de Vigneulles la Chrétienté semble incapable de se penser comme communauté, puisqu’on oppose les Païens et Sarrasins non aux Chrétiens, mais aux combattants d’Ile de France, d’Artois, de Lorraine, d’Allemagne et de Bourgogne. Dans ces conditions, ne peut-on penser que la Chrétienté est, au fond, essentiellement au péril de la féodalité ? C’est en grande partie le cas, mais ce n’est pas si simple.

38Il est vrai que, le plus souvent, c’est d’abord au nom du lien féodal ou familial que les victimes des invasions sarrasines demandent du secours. L’argument de la solidarité chrétienne, quand il est exprimé, n’est jamais prépondérant.

39Dans Hervis de Metz, la question ne se pose pas, étant donné que le monde sarrasin constitue une entité hors du texte, un ailleurs du texte. Dans Anseys de Metz, secours féodal et secours contre les Sarrasins sont imbriqués dans un subtil mélange puisque, comme on l’a vu, le secours féodal dont Hernaut ne se sent pas assuré choisit de se cacher derrière une demande de secours contre des Sarrasins imaginaires. Dans Garin le Loherain, la situation est plus nette. C’est bien une armée féodale qui répond à l’appel de Thierry de Maurienne : on n’y décompte pas des Chrétiens mais, comme il se doit dans l’armée d’un monarque médiéval, des Français, des Manceaux, des Angevins, des Normands, des Bretons, des Lorrains, des Allemands, des Flamands, des Gascons… (Cf. v. 1395, 1400-1402, 1410-1414, 1418).

40C’était déjà à l’intérieur du devoir d’aide féodale que Hervis avait demandé le secours du jeune roi Pépin, et le texte y insistait lourdement, lors de l’invasion de la Lorraine :

828 Mez ont assisse qui fu au duc Hervi ;
A grant despit en vint au palasin ;
Secors vet querre au riche roi Pepin.

842 « Granz merciz, sire, ce dit li dux Hervis.
A grant besoing vos ai ci or requis,
Qu’en vostre fié m’ont assis Sarrazins :
Le Val de Mez ont brisié et mal mis.
Or vieng a vos, emperere gentix,
Que vos veigniez vostre fié garantir.
Se vos nel fetes, mal en somes bailli !
Tuit li baron de vos doivent tenir »

887 « Or m’estoet porchacier qant ai a toi failli : (alexandrins)
En tel point le metrai, le fié que tieng de ti,
N’i recoverras mes tant com tu soies vis ! »

41Sur les conseils de Hardré, le roi Pépin abandonne aussitôt son fief et Hervis court proposer au roi Anseys de le tenir désormais de lui, ce que le roi de Cologne ne manque pas d’accepter (cf. v. 923-938).

42On peut aussi considérer qu’il existe, ou au moins qu’est fortement suggéré, un lien de type féodal entre le pape et Charles Martel. C’est bien, en effet, dans cette perspective qu’il faut comprendre la menace que profère Charles Martel pour le cas où le pape serait incapable de l’aider :

59 « Ou se ce non, je vos rent le païs,
Si m’en fuirai com uns autres chetis ! »

43Comme nous le verrons plus loin, Dieu lui-même n’est pas traité autrement qu’un seigneur féodal que Fromont n’hésite pas à « relenquir » parce qu’il ne lui a pas apporté l’aide escomptée. Ou encore, dans Yonnet, on retrouvera dans la bouche du roi Gérin des accents similaires devant la puissance de son ennemi (on n’a plus, à cet endroit, que le témoignage de la version N, qui s’est séparée quelques vers plus tôt de celle que suivait Philippe de Vigneulles) :

1693 « Chasera nos par force du païs,
Outre la mer nos convendra fuïr,
Moi et Hernaus, et mon niés Loeÿs,
Outre Paiens, ou regne aus Arabis,
Covenra nos Damedieu relenquir ! »
[…]
— Tesiez, cosins, cë a dit Mauvoisins,
1701 Ancor est Dieus ou il estoit tozdis ! »

44(Cf. encore v. 6560-6566, 6578-6579, 6611-6112.)

  • 14 En fait, dans la partie empruntée par N au Yonnet.

45On aura noté que, dans son désespoir, Gérin n’évoque l’outre mer que comme une solution de repli, et non comme Terre Sainte susceptible d’offrir une voie de salut, contrairement à l’esprit qui animait encore Hernaut au début du texte14, sous le coup de la nouvelle du meurtre de Gerbert :

480 « Outre la mer m’en fuirai con chetis,
Moi et mon frere, et li dus Mauvoisins,
Servir au Temple sans nesun contredit,
483 Et tot por l’ame de Gibert, mon cousin ! »

46Dans Gerbert de Metz, la seconde expédition à Cologne au moins repose sur une obligation de type féodal, à l’exclusion de toute autre motivation morale (sans parler pour l’instant des motivations matérielles) ; ainsi, le messager que rencontre Gerbert lui déclare-t-il, à propos de l’appel au secours formulé par Anseys de Cologne :

9281 « Failliz li est li riches rois des Franz ;
A voz m’envoie secorz querre et garant.
Car voz ramenbre, franz hom, du sairemant,
Cant voz jurastes sa fille o le cors jant,
Qu’il voz rendi quite les tenemenz,
9286 Mez et Messainz et l’onor qu’i apent ».

47Et le messager de préciser :

9287 « Gardez, biax sire, por Diu omnipotent,
Que de par voz n’i ait enconbrement,
Que reprovier n’i aient vostre jent !
Par moi voz mande, n’en celerai noient,
9291 Qu’il voz semont de foi de sairement ! »

48Il n’y aura pas la moindre prise en considération de la nécessité religieuse de secourir un coreligionnaire…

49De même, pour les deux dernières expéditions à Saint-Gilles et à Narbonne, le secours ne paraît dû par Gerbert qu’en tant qu’il est seigneur desdites villes. Voici ce que déclarent les habitants de Saint-Gilles :

11618 Au conte dient : « Que porrons devenir ?
Penser estuet de nos vies garir.
Mandez Gerbert, le fil au duc Garin,
Quë il noz vaingne secorre en cest païs :
11622 Il est nos sires, si ne noz doit faillir ! »

50(Cf. encore v. 11648-11652.)

51Pour Narbonne, l’implication féodale de Gerbert est plus discrète : on lui demande, à la fin du message, d’intervenir « Por amor Deu » (14049), mais le premier argument consiste à rappeler que Gerbert avait confié Narbonne en fief au comte Aÿmer dont la fille l’appelle maintenant à son aide (cf. v. 14045).

52On en arrive à se demander si ce n’est pas le lien féodal qui, par sa nature, met le plus en péril les valeurs chrétiennes :

  • parce qu’il exacerbe la violence en la déculpabilisant ;
  • parce qu’il débouche rapidement sur une confusion des valeurs féodales et chrétiennes.

53Reprenons ces deux propositions.

54Comment ne pas s’étonner lorsque le poète décrit ainsi la mort d’Anseÿs, avec des accents qui n’ont rien de particulier par rapport aux morts des précédents héros ? Pourtant Anseys est coupable d’avoir relancé la guerre une dernière fois en assassinant Bauche li Cors qui vivait saintement reclus dans son ermitage :

14057 Dieus ! quel domage du chevalier baron
Qui tant par fu en sa vie prodom
Et tant ocist du lignage Fromont !
Or muert li bers, Dieus li fasse pardon.
Envers Dieu ot moult bonne entencïon :
Morant s’estent envers enz el sablon,
Il bat sa corpe par grant devoctïon.
L’ame s’en va du chevalier baron,
14065 Jhesus de gloire li face vrai pardon !

55Dans la partie empruntée à Yonnet par le manuscrit N, Anseÿs a eu dans son acharnement, il faut en convenir, des mots peu chrétiens pour encourager ses soldats :

1444 A vois escrie : « Chevalier, ferez i !
N’i espargniés ne parent ne cousin :
Si m’aïst Dieus, toz somes anemis ! »

  • 15 Peut-être y a-t-il dans ce passage la même ironie que celle dont le poète paraît faire preuve dans (...)

56Quoi qu’on puisse savoir des efforts de l’Eglise pour canaliser la violence des milites dès le xie siècle, le poète d’Anseÿs de Metz met dans la bouche du roi Gérin de Cologne, qui refuse de céder aux dernier signes de la colère divine, une profession de foi chevaleresque ahurissante, sans aucune perspective autre que la guerre pour la guerre, au point qu’on peut même se demander s’il faut vraiment prendre ce passage au premier degré15. Je crois utile de le reproduire in extenso :

6481 « Signor, dist il, por coi le lerïon ?
6482 Hui est li jors del grant estor felon,
Hui vos sovaigne du lignage Fromont
Qui no lignage nos a ocis trestot !
Mais se Dieus plet, hui venjance en aron :
6486 Chevalerie soit hui misse en saison !
Bien ait de Dieu qui en ara le don,
Qui ci mora, Dieus li face pardon ;
Et une chose sachiés sanz mesprison :
6490 Que chevaliers qui muert en sa meson,
Desor son lit ne desor son leson,
Chevaliers est, si n’enn est pas franz hon,
Sa mort ne vaut neant plus d’un boton (moton LS).
6494 Mais por cë a de chevalier le non,
Se vient a cointe (coite LS) ferir de l’esperon,
Ferir i doit de si tres grant randon
Quë il ocie errant son compaignon.
6498 De reposer ne doit querre ocoison,
Mais d’estre en guerre toz jors jusqu’au menton,
Chevalerie querre par contençon,
Servir bataille, estors et chaplisson ;
6502 Et, s’il i muerent, Dieus lor face pardon.
Vivre ne doit chevaliers par reson
Lonc tans aprés quë adoubé l’a on,
S’il ne l’enporte par force d’esperon.
6506 Cil a conquis de chevalier le non,
A toz jors mais parler en devrait on,
Et de plus jones chevaliers refait on […] »

57La chevalerie ne se confond pas avec la féodalité, soit. Mais elle en est une émanation. Pas un mot, on l’aura remarqué, sur les Infidèles, les Sarrasins, la Croisade, les devoirs envers l’Eglise, les humbles et les faibles, dans ce credo d’une rare violence que ne conteste aucun des chevaliers présents :

6520 Tuit escrierent : « Ci a bonne reson ! »

58On reste perplexe quand on sait qu’il s’agit de Chrétiens et que Gérin, qui s’exprime ici, est le seul des Loherains qui trouvera grâce aux yeux du poète et qui pourra, contrairement à tous ceux qui sont morts dans le péché de la guerre, bénéficier d’une longue vieillesse pour faire pénitence et obtenir le pardon…

59La seconde proposition amène à une conclusion tout aussi inquiétante. La féodalité débouche sur une confusion des valeurs. Ainsi, ceux qui sont morts pour la foi (cf. Garin le Loherain, v. 10), mais aussi ceux qui ont perdu la vie pour leur seigneur dans une guerre privée sont déclarés martyrs. C’est saint Léger lui-même qui le dit explicitement au roi Pépin après sa défaite en Santerre :

8955 Dist sains Ligiers : « Rois, que tu es chetis
Quan tu ceus pleures qu’a l’estor sont ocis !
Dieus en ara et menaide et mercis :
Il sont toz sauf, par foi le vos plevi,
Car el servisse de lor signor sont pris.
Mais desor toi en doit torner li pis,
Car d’ostoier trestoz les semonsis
8962 Et il i vinrent volentiers non envis ».

60On pourrait alléguer le caractère plus récent du poème d’Anseÿs de Metz pour justifier la présence d’une telle déclaration, mais déjà dans le poème de Garin le Loherain on pouvait lire, à propos des chevaliers tués par les Bordelais lorsqu’ils attaquent Bégon et sa jeune épouse sur la lande :

7027 Et les morz ont en la terre enfoïz,
Croiz font sor elx, qu’il ierent droit martir :
7029 Por lor seignor sont en estor ocis.

  • 16 Cf. par exemple J. Flori, La Première Croisade – L’Occident chrétien contre l’Islam, Editions Comp (...)

61On ne peut pas être plus explicite, mais cette déclaration du poète ne représente pas une perversion isolée des valeurs chrétiennes ; elle s’appuie, en fait, sur l’autorité de textes et d’attitudes remontant au moins au xie siècle16.

62A la confusion des valeurs répond une confusion des vocables. Dans Gerbert de Metz, Fromont va « relenquir sa foi » et passer aux Sarrasins dans un passage qui vaut d’être cité :

7622 Dist l’amirans : « Or as tu dit assez,
Or te covient a relenquir ton Dé ».
Et dist Fromons : « Si con voz conmandez !
Ainc ne l’amai nul jor de mon aé :
Con l’ameroie, cant m’a deserité ? »
A .I. ymage de Manon l’ont mené,
Son doi li firent en la bouche bouter
Et des genox jusqu’a la terre aler,
Tendre ses mains et du chief aorer.
Entr’ex disoient Sarrasin et Escler :
« Molt ont François malvaise loiauté !
7633 Molt a or tost cis relenqui son Dé ! »

  • 17 La confusion est aussi lisible dans le parallélisme apparent entre l’or et l’argent avec lesquels (...)

63Et les Sarrasins soulignent indirectement, par leur commentaire, le fait que Fromont préfère le reniement au martyre, les paroles du vieux Bordelais confirmant l’idée que nous émettions précédemment selon laquelle la fidélité à Dieu s’inscrit dans un rapport de type féodal et suppose une réciprocité de service17… D’ailleurs, la trahison féodale a précédé immédiatement le reniement religieux (cf. v. 7599-7611), puisque Fromont a proposé à l’émir de l’aider à conquérir le royaume de France ; comme convenu, il amènera par la suite les armées sarrasines à pied d’œuvre dans le Bordelais (cf. v. 10766-10775). On rencontrait déjà le verbe « relenquir » dans Garin le Loherain, dans la guerre toute profane qui avait opposé Fromont à Garin, lorsque Gerbert déclarait qu’il venait de gagner à la cause des Loherains un baron du parti adverse :

16969 Se dit Girberz : « Par le cors saint Denis
[…]
16973 Pris avons Lenz et trestot le païs,
Par tote Flandres avomes le feu mis […]
16976 S’ai converti Aliaume, mon cosin :
Relanqui a Fromont le poëstif ».

64On annoncera dans la même tonalité à Fromont qu’Aliaume est « renoiez » (v. 16988). Dans la Geste des Loherains, on peut aussi à l’occasion « confesser » ou « convertir » son adversaire à la pointe de l’épée, image qui suggère que la confusion des vocables n’exclut pas un certain humour noir (cf. par exemple, Hervis v. 9591 N, Garin v. 1785, 3732, 9042, 10624, Anseÿs v. 8534…).

  • 18 Comme pecus en latin, Vieh en allemand.
  • 19 Cf. J. C. Herbin, « L’arrière-plan socio-économique de Hervis de Metz – Travaux d’approches », dan (...)

65Mais il est une autre confusion de valeurs que trahit le vocabulaire : celle qui superpose l’appât des biens matériels aux motivations proprement religieuses. Là encore, il s’agit probablement d’un glissement des valeurs féodales. Il est vrai qu’à l’origine le mot « fief » lui-même n’est pas étranger à la famille de mots qui désignent le bétail18, c’est-à-dire, par excellence, le bien matériel sur lequel porte la razzia. Et les textes ne se privent pas d’évoquer les vaches, bœufs, moutons… sur lesquels les combattants font main basse chez l’ennemi, ainsi dans Garin le Loherain aux v. 2860, 3801, 4573-4574, 12472, 12725, 14183, 15217… Dans Hervis de Metz, les termes « conquerre » et « trésor » sont indifféremment employés à propos des activités commerciales du prévôt de Metz et des expéditions en Terre Sainte du duc Pierre de Lorraine19. Force est de constater, dans la perspective du rôle que jouent les Sarrasins dans la Geste des Loherains, que « l’avoir », « l’eschac », « le butin », « la proie » sont invariablement la seule conclusion à laquelle s’arrête le poète lorsque les Sarrasins sont mis en pièces, à l’exclusion de toute considération religieuse, de toute messe, par exemple, qui célébrerait l’événement, ainsi dans Garin le Loherain :

235 Plus de .III. mil lor en i ont ocis,
Parmi cez chans gisent come mastin.
Et Loherenc i ont assez conquis,
Or et argent et chevax et roncins.
349 Plus de.X. mil en gisent par le chanp.
Gaaignié ont chevalier et serjant.
541 A grant merveille i ont sa gent conquis ;
Cil de Sessons en furent enrichi.

66(Cf. encore v. 990-991, 1697-1698, 1876-1881.)

67Même son de cloche dans Gerbert de Metz lors des expéditions contre les Sarrasins qui assiègent Cologne :

10056 Et sunt venu as trez as Sarrasins
[…]
10059 Cil de Coloigne grant avoir ont conquis
[…]

10928 Et Gerbers est as loges arestez :
Dieus, quel avoir ot iluec conquesté ! […]

11161 Dieus, quel avoir ont François gaaignié ! […]

11396 Puis s’en repairent as loges et as trez.
Molt granz avoirs i fu pris et trovez.

  • 20 Dans Gerbert de Metz, il y a toujours dans les expéditions contre les Sarrasins, si l’on ose dire, (...)

68L’inconvénient moral est double. D’une part, les Chrétiens perdent facilement de vue la finalité de la lutte contre les Sarrasins20, et pour s’en persuader on citera la harangue de Charles Martel à ses barons juste avant la bataille décisive contre les Sarrasins qui assiègent Sens, harangue bien inquiétante, en effet :

318 « Seignor baron, fet il, venez avant !
Por Deu vos pri, le verai raamant,
Prenez vos garde de moi et de ma gent !
Ne tendez mie au chevax auferranz,*
Au bêles armes n’a l’or në a l’argent,
Mes de l’ocirre les petiz et les granz,
Et as espees les alom conquérant !
Ce doit l’en fere de si malvese gent ».

69Et pour appuyer son propos, le roi renonce par avance à sa part de butin :

328 « Je vos otroi, de bouche vos creant,
Ja de l’eschec n’avrai goute d’argent,
Enceis l’avront li petit et li grant ! »

70C’est peut-être ici le moment de rappeler que le poème de Garin le Loherain s’ouvre sur une terrible crise financière dans laquelle le royaume de France risque de disparaître. Contre les Sarrasins, il faut d’abord de l’argent. C’est du moins ce que montre le poème, comme si le principe de réalité déjouait les artifices de l’idéologie qui voudraient nous faire croire qu’avec les Sarrasins le péril serait essentiellement religieux. Il faut d’ailleurs noter que c’est, précisément, à cause de l’égoïsme et de l’avarice du clergé qu’il y a crise financière et donc péril sarrasin (cf. v. 19-29, 67, 86, 102-103, 115-120, 128-131…).

71D’autre part, et l’inconvénient moral est beaucoup plus grave (car, après tout, on veut bien qu’une belle ferveur religieuse ne puisse se passer de moyens d’action…), on retrouve exactement les mêmes termes lorsqu’il s’agit de combats entre Chrétiens, ainsi dans le même poème (le sujet est Bégon et l’action se passe entre Beaujeu et Mâcon) :

3593 La terre cerche parmi ses enemis,
N’i ot chastel tant fort qu’il ne preïst.
Dex ! quel eschec ses genz i ont conquis,
Bués et chevax et motons et berbiz !

72On aboutirait à la même conclusion si l’on rapprochait ce que les poètes nous disent des exactions commises par les Sarrasins de celles dont les Chrétiens se rendent coupables entre eux. Le grand scandale apparent de l’invasion des Sarrasins, c’est leur mépris des pauvres populations, des ecclésiastiques et des lieux sacrés, ainsi dans Garin le Loherain :

51 « Car es mostiers font lor chevax gesir
Ou Dex de gloire deüst estre serviz,
Et les provoires escorchent trestoz vis,
S’ont arcevesques et evesques ocis ! »

274 « Lor chevax font gesir enz es mostiers ;
Ne prenent home, pucele ne moillier
Quë il ne facent ardoir ou escorchier :
Certes des criz vos prendrait grant pitié ! »

1211 « En Morïane se sunt li gloton mis :
Brisent mostiers, destruient crucefïz,
En cez chapeles font lor chevax gesir… »

73(Cf. encore v. 251-255.)

74Ou dans Gerbert de Metz :

10831 La terre ont arse jusqe prés de Poitiers,
Les gens ocises et tos martirïés ;
Assés enmainent chetis pris et loiés,
Belles pucelles et cortoises moilliers […]

75Nul doute qu’il y ait là des souvenirs d’invasions sarrasines réelles. Mais, là encore, force est de constater qu’on retrouve à peu près les mêmes vers lorsqu’il s’agit de décrire le comportement des Chrétiens en campagne contre des Chrétiens ; par exemple, dans Garin le Loherain, lorsque le roi Pépin hésite à reprendre la souveraineté de Soissons, voici comment Garin menace de traiter la ville où son père Hervis a pourtant jadis déposé la Croix Noire conservée à Saint-Drosin (cf. v. 543-564) :

2422 « Ou se ce non, foi que doi mes amis,
Ja la verroiz et fondre et broïr,
Les murs abatre et les mostiers cheïr,
Et contre terre verser les crucefiz ! »

76Mais les Chrétiens ne s’arrêtent pas aux seules menaces, ainsi quelques centaines de vers plus loin, dans le même poème :

2836 Li coreor ont partot le feu mis ;
Ardent cez viles, la fumee en oissi.
Cez proies chacent, si ont cez vilains pris,
Les mains liees les meinent com chetis.
Les genz s’esfraient, si enforce li criz :
Parmi cez chans veïssiez gent foïr […]

3503 Le feu escrient, par tot le font ruer ;
La vile esprent, nus ne l’en poet tenser !
La veïssiez cez mostiers embraser,
Cez gens menuez et cez fames crier !
De morz i ot que nus ne set nombrer.

77Ainsi du Bassigny, la terre de Bernard de Naisil :

3799 Droit a Chastel Vilain Begues ganchi ;
En lor forfet, or entendez que fist :
Vaches et bués veïssiez acoillir,
En Basigni oïssiez noveax criz
Cant il i entrent, et cez mesons broïr,
Et cez vilains et lier et sesir […]

78Ainsi de Verdun, ville de l’évêque Lancelin :

4317 Le borc ont tot entor a la reonde pris (alexandrins)
Et escrient le feu, si l’ont par trestot mis :
Ardent cez beles sales et cil palés marbrin,
Des mostiers, des chapeles veïssiez feu issir ;
Cez menues genz ardent qui n’en pueent partir […]

79Ou encore, paroxysme de la barbarie :

16842 En Flandres entrent, el regne Baudoin ;
Ardent et proient et gastent le païs :
Enz es brecels ont les anfanz ocis,
Cil qui masle erent n’an eschaperent vis…

80Cf. encore, pour d’autres exactions commises par des Chrétiens sur d’autres Chrétiens, v. 2859-2862, 3246-3259, 3495-3499, 3595-3598, 4075, 4083, 4177-4181, 4572-4590, 6150-6152, 6182, 6242-6245, 6816-6818, 6834-6836, 7168-7174, 7784-7788, 8165-8168, 9347-9352, 9474-9482, 10677-10684, 12180-12182, 12309-12311, 12369, 12393-12399, 12471-12473, 12646-12648, 12723-12725, 13059-13063, 14059-14065, 14079-14081, 14206-14216, 14360-14363, 15216-15217, 15393-15402, 15408-15409, 15414-15415, 15429, 15433-15437, 15691-15692, 15746-15749, 15771-15773, 16151-16153, 16253-16260, 16271-16274, 16283-16285, 18072-18078, 18319-18321, 18397-18406, 18429-18430.

81On constate jusque dans les termes d’injures utilisés que le clivage ne passe plus entre les Chrétiens et les Sarrasins, mais entre les Loherains et les Bordelais : dans Anseÿs de Metz, le Bordelais Bauche li Cors est vu par ses adversaires comme un « Antecris », un « Maufé », un « Sathenas », et Beranger de Boulogne comme « uns granz deables ».

  • 21 En vérité, les Sarrasins, auxquels on propose la conversion, paraissent mieux traités que les popu (...)

82En définitive, on est en droit de se demander ce que les Sarrasins font de pire que les Chrétiens21 et si la démesure de certains individus ou de certains lignages de la Chrétienté ne menace pas celle-ci infiniment plus que des Sarrasins de pacotille que les poètes jettent dans l’action pour illustrer inlassablement ( ?) la prouesse des héros francs. Le mot d’ordre que l’on donne aux nouveaux chevaliers dans Garin est, à cet égard, sans faux-semblant :

12945 « Ammez les voz, haez voz anemis ! »

83(Cf. encore 10790-10794.)

84En vérité, la lutte implacable des deux lignages ennemis finit par corrompre l’univers tout entier et la bataille en Santerre offre le spectacle d’une guerre mondiale apocalyptique à laquelle les femmes elles-mêmes prennent part les armes à la main. Avant même cette confusion, universelle, dès le poème de Gerbert, Dieu lui-même était enrôlé dans les rangs des Loherains auxquels il livrait leur pire ennemi, l’évêque Lancelin de Verdun :

16344 Oiez miracles que Damedex i fist
Bien s’en alast, ne fust ne morz ne pris,
Qant ses chevax dedesoz lui cheï.
En mi la fange est volez Lancelins !

85Et l’on sent une véritable jubilation du poète et du public (comme des Verdunois, du reste, cf. v. 16364-68) dans le massacre de l’évêque décapité, éventré, mis en pièces et dont le cœur est jeté dans la Meuse.

86De plus, la confusion des valeurs, la mise sur le même plan de la lutte contre les Infidèles et des guerres intestines des Chrétiens, tout cela s’insinue de manière sournoise jusque dans les relations du poète-récitant et du public. Au début, on constate que le pronom nous unit le poète, le public et les héros chrétiens contre l’ennemi païen, ainsi dans Garin le Loherain :

192 Des Loherens nos font tex.C. verser
Q’ainz puis nul jor ne porent remonter.

202 Un chevalier de Mez nos i ocist.

247 Et cil de ça, que Dex puist maleïr,
Nos ont le Val de Sessons tot porpris,
Et l’arcevesque de Rains nos ont ocis.

87Cf. encore 415, 428-429, 479, 627, 670, 968, 1214.

88Et dans Gerbert de Mez :

12182 Maint Crestïen noz i ont mors jetez.

14131 Fiert.I. des no, quë il l’a mort rué
(Sujet = le païen Ludaire).

89Cf. encore, pour « noz jenz » Gerbert, v. 12349, « nostre jent » Garin, v. 603, 607, 1560, Gerbert, v. 12415. De même, le roi Pépin est appelé « nostre roi/enperere » par le narrateur dans Garin, v. 4924, 5576, 6283, 8503, 11937.

90Mais subrepticement, au détour d’une phrase, le pronom nous ne recouvre plus qu’une connivence entre le poète, le public et le seul lignage lorrain, comme si l’important n’était plus de se sentir partie prenante du peuple élu, mais seulement du bon côté, du côté du « bon » lignage de la fiction, ainsi dans les affrontements entre Chrétiens dans Garin le Loherain :

3545 Maint chevalier i ot des noz ocis ! (devant Mâcon)

4484 Il n’est nus jorz, .III. foiz ou IIII. ou .V.
Qu’il ne s’en issent por les noz estormir.
(devant Saint-Quentin)

4757 Ez vos Fromont tant com il pot venir :
La nos abat le preu conte Amauri.

17903 De cex de Mez nos ont bien .X. ocis.

91Cf. encore v. 4210, 4737, 8028, 8538, 8741, 8767, 8770, 9023, 9381-82, 10619, 12211, 14555, 14570, 14580 (à corriger ?), 14588, 14612, 16583. ; et pour « nostre gent » v. 3469, 7568, 9237, 9479, 16921, 16934, « noz genz » 18307, « les nostres » v. 8569.

92Que dire lorsque la connivence se réduit, comme dans Hervis de Metz, à « nos borjois » (v. 10010, 10157) ?

93En définitive, je ne suis pas sûr que dans la Geste des Loherains la Chrétienté parvienne à se penser comme telle, comme communauté élue.

94En allait-il autrement, à la vérité, chez la plupart des contemporains de nos poèmes ? Nos héros ne voient dans les Sarrasins qu’une source potentielle de profit, de prouesses, voire de divertissement qu’il ne faut pas mépriser tant qu’on est encore assez jeune pour combattre (cf. le passage déjà cité de Gerbert de Metz, v. 11246 : « Encor iez jones, ne te doi alentir »).

95Est-ce là une régression ? N’est-ce pas plutôt le reflet sans fard des mentalités réelles et non des idéologies ? Çà et là, pourtant, surnagent de rares épaves de la grande entreprise que fut la christianisation, notamment dans les quelques mentions de conversions qu’on relève dans Hervis de Metz (mais celle du roi d’Espagne est, comme on l’a vu, essentiellement courtoise) ou dans Gerbert de Metz (ainsi celle d’Amaudas, qui devient un second Gérin par son baptême, cf. v. 12535). Dans Garin le Loherain, en revanche, rien de tel : la seule relation envisageable entre les Sarrasins et les Chrétiens est le massacre. Rudesse d’une ferveur encore sur la défensive ?

96Pour paraphraser le titre choisi pour ce colloque, on pourrait dire que dans les luttes qui déchirent les grands lignages de la Geste des Loherains, c’est la Chrétienté elle-même qui est confrontée au danger de son auto-destruction car, au fond, c’est toujours le sentiment d’honneur, l’orgueil, qui ressoudent les Chrétiens contre le péril sarrasin ; ce n’est donc pas de l’essence du christianisme que provient le salut du royaume. Et qu’on ne s’y trompe pas, lorsque le Bordelais Fromondin décide d’aider d’abord Gerbert contre les Sarrasins avant de le combattre, ce n’est pas le sentiment de la solidarité chrétienne qui l’anime. En effet, voici comme il justifie lui-même sa décision :

9807 « En la bataille seronmes bon ami,
S’irons ensanble sor Sarrasins ferir […]

9812 Et l’endemain reserons anemi.
A tant de gent con nos remandra ci
Nos conbatrons en ce chanp, moi et li » […]

9820 « Je ne vaudroie pas avoir Paradis
Devant que j’aie le duc Gerbert ocis ! »

97Fromondin ne doute visiblement pas d’obtenir le Paradis, ajoutant le blasphème chrétien à la haine qui l’anime, et il est coutumier du fait ; déjà, lorsqu’il s’est défroqué, il s’était écrié :

9371 S’en Paradiz estoie la moitié
Et je veïsse Enfer desverroillié,
Ainz que laisase au conte Hernaut mon fié,
Miex ameroie en Enfer herbergier ! »

98Il n’est pas le seul : en effet, de tels blasphèmes sont proférés tour à tour par Fauconet, le fils de Bernart de Naisil (dans Garin le Loherain) :

4256 « Certes, se je tenoie.I. pié en Paradis (alexandrins)
Et l’autre pié tenoie el chastel de Nesil,
Si retrairoie je celui de Paradis
Et enteroie, pere, el chastel de Nesil ! »

99et par Gerbert lui-même (dans Gerbert de Metz) :

4319 « Se je tenoie.I. pié en Paradis
Et l’autres fust sor le cheval Flori,
Jë osteroie celui de Paradis,
Si monteroie sor le cheval de pris
Por guerroier mes mortez anemis,
Fromont le Viel et son fil Fromondin ! »

100D’un côté comme de l’autre donc, blasphème, orgueil, démesure. En définitive, le dernier mot de l’histoire n’est guère édifiant. Les Sarrasins, dans la Geste des Loherains, sont devenus des utilités littéraires, des figurants de pacotille que l’acharnement monstrueux des Chrétiens à s’entre-tuer a fait passer au second plan. Ils ne sont plus dans l’Histoire qu’une incarnation du Mal parmi d’autres (bien chrétiennes, celles-là), comme le suggère la vision du monde toute profane et laïque que propose à ses disciples le magicien Tulles, dans la partie inédite d’Anseÿs de Metz :

« Tot ansi est, dist Tuiles, en tous païs Lf°56b
De Crestiiens u soit de Sarrasins, (var. S = des Arrabis)
Car li plus grans mangue le petit
Et li plus foibles a vers le fort le pis,
Car il li tolt sa tiere et son païs
U en bataille l’a molt trestost ochis ! » Lf°56c

101Vision désabusée d’un clerc désabusé, sans doute. N’oublions pas que dans le dernier poème de la Geste des Loherains, on n’hésite pas à se battre à coups de sortilèges, à convoquer Satan. C’est pourtant un poème où l’on fait aussi intervenir saint Léger notamment, qui paraît sanctifié de son vivant (cf. v. 4929, 5747, de même que saints Philibert, Valéry, Sylvestre…).

102On n’est décidément plus à l’époque où l’on pouvait faire dire au héros de la Chanson de Roland, sans sourciller :

  • 22 Chanson de Roland, v. 1015.

« Paien unt tort e Chrestïen unt dreit22 ! »

103Toutefois, si Fromont n’hésite pas à passer aux Sarrasins pour poursuivre sa lutte implacable contre les Loherains, si Gerbert lui-même envisage un instant de faire appel aux Sarrasins contre les Bordelais (cf. Gerbert de Metz, v. 3479-3481), il n’y a pas là nécessairement marque du caractère récent de la Geste des Loherains : la même problématique sous-tend la trahison de Ganelon ou celle d’Isembard dans des chansons dont l’ancienneté ne fait aucun doute. Le seul véritable indice qu’on pourrait alléguer, c’est le degré de perversion des valeurs chrétiennes qu’il faut accepter pour qu’arrive à son terme le conflit inexpiable des Loherains et des Bordelais. Probablement, seuls le temps qui passe, les souvenirs des menaces qui s’éloignent ont pu autoriser une telle dérive.

***

104Si les poètes aussi doivent rendre des comptes dans l’autre monde à la fin des temps, il sera sans doute demandé à ceux qui nous ont laissé la Geste des Loherains dans quelle intention ils ont détourné le souvenir des luttes fondatrices de la Chrétienté au profit d’une fiction. Le nombre des témoins existants prouve que nos poèmes ont bien dû passionner les mêmes Chrétiens dont la ferveur allait encore, au xiiie siècle, s’exprimer par cinq croisades. Du moins ferons-nous semblant de croire que seule la ferveur religieuse les animait…

Notes

1 Cf. G. Huet, « Le retour merveilleux du mari », Revue des Traditions populaires, XXXII-7/8, juillet-août 1917, p. 152.

2 C’est-à-dire le manuscrit E (= Paris, B. N. fr. 19160). Cf. J. C. Herbin, Hervis de Mes, TLF n° 414, Droz, Genève 1992.

3 Pour la version rajeunie et allongée des manuscrits NT (respectivement Arsenal 3143 et Turin, B. N. L-II-14), il faut ajouter dix-sept occurrences de Sarrasins, douze de Paiens, sept d’Esclers, cinq de Wandres, ainsi qu’une occurrence des noms de peuples suivants : Achopars, Auphages, Papelicans, Persans, Sesnes, Turs.

4 La version AT cite encore Bave, Bruians, Bucifans, Bucifaus, Buiemont, Justamont le Faé, Murgalant, Tangré, Toramons.

5 Cf. A. Iker-Gittleman, Garin le Loherenc, H. Champion, cfma nn°117-119, Paris 1996-1997.

6 Nous n’avons pas retenu les occurrences où le nom Sarrazins désigne en fait les Romains ou plus généralement les hommes de l’Antiquité païenne (v. 1498, 6486, 6527, 6532, 9263, 14169, 14376, 14879, 15933), cf. J. P. Martin, « Les Sarrasins, l’idolâtrie et l’imaginaire de l’Antiquité dans les chansons de geste », dans Littérature et Religion au Moyen Age et à la Renaissance, études recueillies par J. C. Vallecalle, Presses Universitaires de Lyon, 1997 (XI-XVI Littérature), p. 27-46.

7 Le remanieur à qui l’on doit le début de Garin le Loherain dans la version NT a estimé qu’il ne fallait pas laisser le lecteur sur sa faim et a développé l’intervention de saint Georges dans le récit, donnant de lui l’image d’une sorte de croisé céleste ; cf. mon édition du début de T dans Première Journée Valenciennoise de Médiévistique (3 avril 1998), actes parus dans Lez Valenciennes n° 25, 1999, en particulier les v. 166-169, 440-467, 484, 495, 633-634, 655.

8 Cf. P. Taylor, Gerbert de Mez, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, fascicule 11, Namur-Louvain-Lille 1952.

9 Nous n’avons pas retenu l’occurrence unique où le nom Sarrasins renvoie à l’Antiquité païenne (v. 2791), cf. plus haut, note 6.

10 A. Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, 5 volumes, Droz, Genève 1986.

11 Cf. H. J. Green, Anseys de Mes, Paris 1939 ; édition très fautive et fondée sur le manuscrit N, le moins représentatif du poème ; pour la partie non éditée (qui représente environ 13000 vers), j’ai eu recours directement aux divers manuscrits.

12 Cf. à ce propos, Garin le Loherain, éd. cit., v. 16956-16959, Gerbert de Metz, éd. cit., v. 8420-8432, 9522-9525, Anseys de Metz, éd. cit., v. 2606-2609.

13 On ajoutera, mais à l’adresse plus spécifique des Loherains et du roi Pépin, un autre signe dont ces derniers ne tiennent aucun compte : la mort de la reine lors d’un tremblement de terre (« crolle » v. 6415) à Paris.

14 En fait, dans la partie empruntée par N au Yonnet.

15 Peut-être y a-t-il dans ce passage la même ironie que celle dont le poète paraît faire preuve dans le portrait du vieux Perron d’Artois, cf. J. C. Herbin, « L’enchanteur Tulles dans Anseys de Metz », dans Magie et Illusion, Senefiance n° 42, cuer ma 1999, p. 224-226.

16 Cf. par exemple J. Flori, La Première Croisade – L’Occident chrétien contre l’Islam, Editions Complexe, 1992, en particulier les p. 142-143. Le pape Léon IX, lui-même, prétendit avoir vu en songe, élevés au rang de martyrs, ses soldats tombés contre les Normands chrétiens lors de la bataille de Civitate, en 1053.

17 La confusion est aussi lisible dans le parallélisme apparent entre l’or et l’argent avec lesquels Fromont compte dédommager Garin et les dix mille messes promises par le vieux Bordelais pour le repos de l’âme de Bégon, cf. Garin le Loherain, v. 10836-38.

18 Comme pecus en latin, Vieh en allemand.

19 Cf. J. C. Herbin, « L’arrière-plan socio-économique de Hervis de Metz – Travaux d’approches », dans Heldensage – Heldenlied – Heldenepos, Colloque de Gotha 16-20 mai 1991, actes parus Wodan n° 12, p. 141-142.

20 Dans Gerbert de Metz, il y a toujours dans les expéditions contre les Sarrasins, si l’on ose dire, une épouse à la clé, sans compter l’intérêt matériel escompté sur lequel le poète ne se montre pas très discret, cf. par exemple v. 3545-3549, 3639-3640.

21 En vérité, les Sarrasins, auxquels on propose la conversion, paraissent mieux traités que les populations chrétiennes qui n’ont comme tort que de vivre sur les terres du lignage ennemi…

22 Chanson de Roland, v. 1015.

Auteur

Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540