Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chrétienté au péril sarrasin

Le Sarrasin : du fond de l’enfer aux portes du salut1

Gérard Gouiran

Texte intégral

  • 1 La première version de cette communication a été publiée dans De Toulouse à Tripoli. Itinéraires d (...)
  • 2 ne mais sul la reïne/En France dulce iert menee caitive :/Ço voelt li reis par amur cunvertisset ( (...)
  • 3 Fust chrestiens, asez oüst barnet (v. 899).

1On a pu relever l’ambiguïté du regard que porte sur les Sarrasins la Chanson de Roland, dans sa version la plus connue, celle du manuscrit d’Oxford. Même si, dans l’absolu, les chrétiens ont raison et les païens ont tort, dans le détail de la chanson, on peut se rendre compte qu’un tel manichéisme est loin d’être constant. Bien sûr, le roi Marsile est assez retors pour utiliser la colère d’un grand baron chrétien pour le transformer en traître, et cela avec l’aide de la reine Bramimonde ; pour autant, ces personnages ne sont pas caricaturés au point de ne pas être susceptibles d’évolution psychologique, comme le montre la révolte de la reine contre ces dieux-idoles qui n’ont pas su préserver son mari de la mutilation ; cela n’empêche pas non plus les chrétiens de regarder certains de leurs adversaires avec moins de prévention qu’on ne l’aurait attendu : on sait bien que, lors de la prise finale de Saragosse, les Sarrasins n’ont de choix qu’entre la conversion et la mort, « à l’exception de la reine qui sera emmenée captive en douce France : le roi veut qu’elle se convertisse par amour2 ». Il ne faudrait pas croire que la féminité seule de la reine lui vaille ce traitement : lors du défilé des preux de Marsile, l’auteur note avec admiration, à propos de l’émir de Balaguer, « quel baron s’il était chrétien3 ! ».

  • 4 Le Roland Occitan, Roland à Saragosse ; Ronsasvals, édition et traduction de Gérard Gouiran et Rob (...)
  • 5 « So dis la donna : « Oy, Bel sira Rollan », les Sarrasins et la Sarrasine dans Rollan a Saragossa(...)

2Dans les textes rolandiens occitans4, cette ambivalence du sentiment de l’auteur envers les Sarrasins est encore plus évidente. J’essaierai de le montrer à travers le Ronsasvals, car cette démonstration, que j’ai déjà eu l’occasion de tenter ailleurs5, en serait encore plus facile dans le texte quelque peu romanesque du Rollan a Saragossa, où la reine devient la domna du pair.

  • 6 sus un payan, mas non say dir cal fos (v. 1074).

3Une des caractéristiques les plus frappantes des Sarrasins est qu’ils sont le nombre indistinct et immense qui s’oppose aux individualités chrétiennes. Certes, plus d’un chef sera individualisé par un nom, particulièrement au cours d’un combat singulier, mais il n’empêche que le héros chrétien, le plus souvent vainqueur du duel entre chevaliers, se heurte continuellement à la mer toujours recommencée des païens où les individus se fondent. On notera ainsi que l’auteur, peut-être las d’inventer des noms de Sarrasins, illustre le premier coup porté par le fils d’Olivier en le faisant frapper « sur un païen, mais je ne sais dire qui c’était6 », de la même façon que, dans la laisse n° 2, était apparu un combattant qui, pour être décrit avec minutie, n’en restait pas moins anonyme, ce qu’on imaginerait fort mal dans le cas d’un chrétien.

  • 7 tantas n’i ha de la gent averseya,/mays per semblant que pels d’erba resteya (v. 211-212).
  • 8 e trencar testas e rompre gamizons,/elmes esfrondar e cors caser d’arsons,/e sanc espandre, servel (...)

4Cette foule des Sarrasins frappe par son indistinction, qui sera magistralement illustrée par ces mots de Roland : « Il y en a tant de ces gens impies qu’ils semblent plus nombreux que brins d’herbe tressée7 » et les chiffres cités sont toujours de ceux qui tentent de compter l’innombrable ; on a même l’impression qu’un effet de multiplication est encore obtenu par la division des païens, coupés en morceaux au cours de la bataille où l’on voit « trancher des têtes et rompre des armures, écraser des heaumes, désarçonner des corps, répandre le sang, les cervelles et les poumons, et sur le terrain voler les poings et les pieds8 ».

  • 9 « Dieus, ajudas ! dis Gandelbuon lo bier,/sancta Maria, com ho poyrem durier ?/Aquestas gens vey c (...)

5On voit bien l’utilité de cette multiplication à l’infini de l’adversaire lorsque, en dernière analyse, il s’agit de raconter – fût-ce en la transfigurant – une défaite : comment reprocher un échec aux preux lorsque les hordes païennes sont si nombreuses qu’elles ne paraissent même pas entamées par leurs exploits ? Gandelbuon, envoyé en éclaireur, ne voit plus de recours qu’en Dieu : « Mon Dieu, aidez-nous, dit Gandelbuon le pair, sainte Marie, comment pourrons-nous résister ? Je vois ces gens augmenter au lieu de diminuer, à croire que les morts ressuscitent ! Comment arrêterons-nous à trente chevaliers seulement ces soixante mille que je vois là ? A chacun d’entre nous il en échoit deux mille9 ! »

  • 10 Olivier sira, qui deroquet Rollan ?/- Per ma fe, sira, no vos say dire qual,/seyssanta milia foron (...)

6C’est que, dans la conception occidentale de la valeur, submerger par le nombre un adversaire ne vaut pas et, dans ces conditions, l’échec restera sans conséquences, à moins même qu’il ne se mue en succès. Dans le Saragossa, apprenant d’Olivier que Roland a été jeté à terre, Charlemagne s’empresse d’interroger : « — Sire Olivier, qui a désarçonné Roland ? » et lorsque le preux lui répond : « Par ma foi, sire, je ne sais vous dire qui : ils étaient soixante mille païens », le vieux maître en chevalerie tire la conclusion qui s’impose : « Je n’en fais aucun cas puisque ce n’est pas un homme seul qui l’a désarçonné10 ».

7Pourtant, quelque saisissants que soient les effets que cette exagération épique permet à l’auteur, je ne pense pas que ce soit là l’unique raison de son emploi. Je crois qu’il faut se souvenir de la réponse du démon expulsé par le Christ qui l’oblige à se nommer : « Mon nom est légion ». Si nous inversons les termes de la proposition, je dirais volontiers que les Sarrasins sont légions parce qu’ils sont démons.

  • 11 yeu ti trameti als princes enfernals ;/jus en enfern crey que sia tos hostals/on son veziblas las (...)
  • 12 el cap plus negre non es fons de caudier (v. 114).

8On en trouvera un indice dans l’emploi du mot aversier pour désigner les Sarrasins : quand Roland rapporte à Turpin ce qu’il a vu du haut de la colline, il parle de la gent averseya (211) avant d’envoyer Gandelbuon épier nostre aversier (595) ; or, si ce mot signifie bien « adversaire, ennemi », il désigne aussi « l’Adversaire » par excellence, le diable, le démon. Et l’on n’éprouve pas de surprise à voir l’archevêque Turpin – qui serait mieux placé que lui pour lutter contre le démon ? – renvoyer l’émir de Frontals dans un enfer qui est son véritable domaine : « je t’envoie aux princes infernaux ; je crois que ta demeure est en bas, en enfer, où l’on ne voit que peines et douleurs11 ». D’ailleurs, comment ne pas penser à une évocation populaire du démon lorsque l’auteur dote le Sarrasin anonyme dont j’ai déjà parlé d’un « visage… plus noir que le fond d’un chaudron12 » ?

  • 13 Sarrazins son salvage e ergulhos (v. 268)
  • 14 « Ben aus folia grant/que a tant pauc venga tant poderoza gant. Ayssi non prenc honor ni honremant (...)
  • 15 « Bel senher oncle, ben parles follamant/… si mi das lo don, guizardon n’aures gran ;/si non lo mi (...)

9Satanique encore, l’orgueil qui anime les Sarrasins et que l’auteur relève avec une belle régularité : « les Sarrasins sont sauvages et arrogants13 », un orgueil qui passe les bornes puisque, comme dans le cas des mauvais anges, il va jusqu’à mettre en cause leur seigneur et maître. Quand Marsile envoie Falsabroni mener soixante mille hommes contre les trente derniers Francs, il obtempère, mais non sans affirmer « Voilà une grande folie que contre si peu d’hommes marche une troupe si puissante ! Je ne trouve pas là occasion de gloire ni d’honneur14 ». Plus grave encore, lorsque Marsile tente de dissuader son neveu Juzian d’aller attaquer les pairs, celui-ci lui répond vertement « Beau seigneur, mon oncle, vous parlez comme un fou » avant de conclure « si vous me faites ce don, vous en serez bien récompensé ; si vous ne me le faites pas, je le prendrai tout de même15 ». Dès que le Sarrasin s’individualise, sa personnalité s’affirme d’abord dans le mal.

10Mais, précisément, le mal a double face et le monde sarrasin exerce souvent sur les chrétiens une véritable fascination que ce soit par la supériorité technique des artisans ou par une richesse toute proche du fantastique.

11Ainsi, si l’on se livre à une comparaison des soldats dont l’équipement est décrit, non au cours de l’action, mais bien en des sortes de hors-d’oeuvre dont l’auteur nous prévient formellement, on arrive au tableau suivant :

12On remarquera au premier coup d’œil que si le nombre des Sarrasins dont les armes sont décrites n’est pas si considérablement supérieur à celui des chrétiens, le tableau est beaucoup plus complet quand il s’agit de Sarrasins. Encore faudrait-il y ajouter le fait que seuls trois combattants sarrasins (Bossiran, Cauligon, Orgelin) interviennent sans que leurs armes aient été au préalable décrites, alors que nous voyons combattre du côté des Francs Estout de Langres, Jauceran, Garnier de Termes, Salamon de Bretagne, Garin de Sayne, sans compter Olivier et Roland dont les armes seront simplement mentionnées selon leur utilité dans le combat ; il faut mettre à part Durendal qui possède une existence légendaire qui la fait exister en dehors du récit de bataille. Les armes sarrasines sont donc en elles-mêmes un objet d’intérêt pour le public de la chanson, tandis que celles des chrétiens représentent le plus souvent les simples instruments indispensables à la bataille.

  • 16 que Galibot lo det al filh Simon (v. 803) : « que Galibot donna au fils de Simon ».
  • 17 lo camp fon d’aur el cap vermelh e blaus (v. 445) : « sur champ d’or tête vermeille et bleue ».

13J’ai noté dans le tableau par un double astérisque les éléments sur la description desquels l’auteur s’attardait particulièrement ; c’est à deux reprises le cas pour des chrétiens, mais, en ce qui concerne Savaric, il s’agit d’un seul vers précisant la généalogie d’une épée16 et, à propos de Turpin, là encore d’un seul vers précisant les armoiries figurant sur son enseigne17 : dans les deux cas on serait tenté de parler de précision d’histoire.

14Si nous considérons maintenant le côté sarrasin, pour le seul Juzian, nous trouvons deux spécifications, l’une d’un vers donne la généalogie de son cheval et l’autre, beaucoup plus importante, forme une parenthèse de 10 vers sur l’histoire de son épée.

  • 18 de ricas peyras fon l’elme vironat,/playnies, bericles e crestals e corals/e cassadonis e robins e (...)

15De la même façon, le heaume d’Amalroc semble ramener à la mémoire de notre auteur tous les trésors de l’orient « Ce heaume était entouré de pierres précieuses : gemmes, béryls et cristaux et coraux, calcédoines et rubis sertis, rubis balais, escarboucles, saphirs jointoyés, pierres pures et camaïeux fins ; il avait acheté ce heaume mille marcs d’or18 ». Etrangement, nous ne saurons jamais ce que devint ce trésor puisque Roland tue son maître d’un coup de lance frappé contre son bouclier comme si l’auteur avait épargné le superbe casque.

  • 19 l’ensenha fon de seda am l’arjant/e la fuvella d’un jaspi affricant/e de maragdes las autras eyssa (...)

16Enfin, à propos de Falsabroni, si la description s’attache à l’enseigne, comme pour Turpin, il ne s’agit pas du souci historique de préciser un point d’héraldique naissante, mais bien d’insister encore sur le rêve doré de l’Orient : « son enseigne était de soie brochée d’argent et la boucle [qui l’attachait] d’un jaspe africain, et les autres boucles étaient aussi d’émeraudes19 »

  • 20 de sonalhetas fon ornat son peitral (v. 447)
  • 21 e sonalhetas ha son peytral davant :/cant l’una pueja e l’autra s’en deyssant/e pueys deyssendon p (...)

17Même lorsque les Francs ne sont pas dépourvus de ces beaux ornements, quelle différence dans la présentation ! Ainsi la monture de Turpin, ce cheval qui est seul à être tout revêtu de fer » possède un poitrinal orné de clochettes20, mais quelle misère descriptive quand on compare avec le même ornement sur le cheval du sarrasin Juzian : « [il] portait des sonnettes devant son poitrail : quand l’une monte, l’autre descend ; elles descendent [et montent] sur des chaînes d’argent et sont accordées en une si claire harmonie que vous n’auriez pas autant de plaisir à écouter de la viole ou de l’orgue que la mélodie que font les clochettes21 ».

  • 22 en auta mar la giteron jayans,/sieu sopniayre la sopnieron en sopniant,/un encantayre las en trays (...)

18Mais cette supériorité peut encore alourdir le soupçon de connivence avec le monde mauvais qui pèse sur le Sarrasin ; ainsi, l’épée de Juzian lui vient-elle directement d’un autre monde, splendide et inquiétant : « des géants la jetèrent en haute mer, les rêveurs en rêve la rêvèrent, un enchanteur la retira par enchantement », de même qu’« il monte un cheval grand et merveilleux, fils d’une bête fauve et d’un destrier rapide22 ». Comment ne pas ressentir cette impression d’un fantastique menaçant lorsqu’on voit les couleurs du démoniaque Sarrasin anonyme qui présente sur lui un surprenant mélange : vert du heaume (elme vert), rouge du tapis de selle (falhas vermelhas), or de la sella (d’or mier) et noir (plus negre non es fans de caudier) de son visage ?

19De fait, on a l’impression que Satan lui-même prend part à la bataille, particulièrement à partir du moment où entre en scène Falsabroni : là encore, le cheval « grand, lourd, puissant » a son importance ; il représente une véritable machine de guerre qui permet au Sarrasin de sortir des rangs de ses hommes pour abattre un des pairs chrétiens avant de se réfugier de nouveau en leur sein, sans que jamais Roland puisse le rattraper. On assiste à la mise en place d’une terrible mécanique que rien ne saurait arrêter et dont les exécutions sont régulièrement rythmées par les planhz dont Roland accompagne ses compagnons défunts. L’efficacité de Falsabroni ne s’embarrasse pas de ce que les modernes appelleraient le fair play et il use sans discrétion d’une supériorité physique que Roland seul pourrait contester. Le Sarrasin en effet n’est pas présenté comme chevaleresque et on en trouve un bon exemple dans Orgelin, le vainqueur d’Olivier. Ce combattant « orgueilleux et farouche » va frapper d’un coup de masse d’arme le pair épuisé par le long combat, « peu s’en faut qu’il ne lui fasse sauter les yeux de la tête » ; sous le choc, Olivier perd la vue, au moment où Galian, son fils qu’il ne connaissait pas, vient se présenter à lui. « Pendant qu’ils parlaient, Orgelin est entré. en lice ; sur son écu il va frapper Olivier, il lui tranche l’écu, lui transperce le haubert ; il l’abat mort du rapide destrier ». Galian est outré de l’acte d’Orgelin : « Comment peux-tu lutter avec un homme mort ? Prends-t’en à moi qui ai le cœur intact ». On peut se demander si la rage de Galian, qui, après avoir fendu en deux le buste d’Orgelin, s’attarde à lui couper tous les membres, n’est qu’une vengeance légitime de son forfait ou si cet acharnement ne nous rappelle pas que Galian est fils de Sarrasine.

  • 23 de Chartres vos quier, la cieutat de Rollan ;/auzit ay dir que a mon linhatge apant/e mons payrons (...)

20Si le Ronsavals dans son pur classicisme a la particularité de se limiter à l’épisode de la bataille (avec il est vrai un épisode prolongé de la mort Aude), on ne nous laisse pas ignorer que la croisade d’Espagne ne représente qu’un bref moment de l’éternel affrontement entre le bien et le mal. Il est un temps d’avant Roncevaux, temps connu des seuls protagonistes des combats, ce temps où Roland s’est emparé de son cheval, devenu Malmatin de Bonmatin que le nommaient les Sarrasins, ce temps où l’empire du mal était encore plus puissant puisque Juzian expose ainsi sa revendication à Marsile : « Je vous requiers Chartres, la cité de Roland ; j’ai entendu dire qu’elle relève de mon lignage et que mes ancêtres l’ont possédée longtemps23 ».

21Une aussi longue fréquentation – comme dans la réalité historique – ne pouvait pas aller sans échanges et sans une connaissance mutuelle, qui ne peut néanmoins diminuer l’antagonisme. Le plus bel exemple nous en est donné par l’épée de Roland. Nous venons de voir que l’épée de Juzian avait une longue histoire ; elle a si peu à envier à celle de Roland qu’en fait ces armes sont sœurs : « Contre son épée, il n’est pas de protection : elle était la jumelle de celle de Roland et toutes deux furent faites dans la forge de Galan, l’une par le père et l’autre par le fils ». On a vu quel fut ensuite le sort féerique des épées, mais il n’est pas jusqu’à la façon dont elles sont parvenues à leurs présents propriétaires qui ne les rapproche. L’épée sarrasine a été enlevée au noble roi Agolan par Marsile qui l’a remise à son neveu Juzian. Durendart a été conquise par Charlemagne qui pour la posséder a tué Baynant et l’a remise ensuite à son neveu Roland le jour de son adoubement. Etrange coïncidence, d’autant que si, on le voit dans le Rollan a Saragossa, Durendal est très chrétienne, empli qu’est son pommeau de reliques diverses, on ne perçoit pas moins dans le Ronsasvals que cette épée se souvient d’avoir été fée : lorsque Roland, au jour de la dernière bataille tire son arme de l’étoffe de soie qui l’enveloppe, « il la vit quelque peu changée de couleur : « Hélas, Durandal, ma bonne épée, comme tu es devenue violette ce matin ! ». Et non seulement l’épée est donc capable de fournir des présages, mais encore, une fois Roland mort, il sera impossible de la lui arracher. On ne trouve rien dans le Ronsasvals des tentatives du Roland d’Oxford pour briser Durendal ; en revanche, seul Charlemagne sera capable d’ôter l’épée de la main de son neveu et il ne le fait que dans le but de la renvoyer là d’où elle vient, dans une eau. Même si l’on a affaire ici à une contamination avec la légende arthurienne, il n’en est pas moins clair que, en ce point, merveilleux chrétien et merveilleux païen font bon ménage : à Roncevaux s’achève un cycle de la grande bataille humaine et l’épée du rêve retourne, christianisée, dans les profondeurs d’où l’enchanteur l’avait tirée.

22Il existe un autre point de rencontre entre Sarrasins et chrétiens, particulièrement Roland : ils ont en commun avec Lucifer l’orgueil, thème récurrent du Ronsasvals. On sait que cet orgueil, que stigmatise à deux reprises Olivier, est senti comme le grand responsable du désastre de Roncevaux ; une première fois Olivier lui dira : « J’ai entendu dire à bien des hommes sensés que l’orgueil n’est rien qu’une très grande folie », avant de répéter : « un cœur orgueilleux ne vaut rien ; le grand orgueil nous a tués, la France et nous ». Mais, il existe une grande différence : Roland commet assurément le péché d’orgueil, mais les Sarrasins sont l’orgueil même : « Les Sarrasins sont sauvages et arrogants », dira Turpin.

23Cette sauvagerie, déjà entrevue avec Orgelin, trouvera sa plus totale expression dans le personnage d’Alimon de Mares. Lorsque Roland, après sa longue prière et son mea culpa s’est tu, « au défi de la mort », une nouveau centaure infernal apparaît : « Il vint éperonnant de toutes ses forces vers le perron où est le duc Roland pour le tuer » et c’est bien ce qu’il fera : « Le Sarrasin s’est approché du Franc sur Barbarot qui est grand et puissant : il lui donne un tel coup en pleine poitrine qu’il l’abat mort sur le perron où il se trouve », refusant donc à Roland la sérénité qui entoure sa fin dans le manuscrit d’Oxford.

24Ce personnage d’Alimon de Mares serait la plus parfaite garantie du manichéisme que revêt la lutte entre Francs et Sarrasins si, entre les deux passages que je viens de citer, n’intervenait un nouveau personnage, sarrasin lui aussi, mais « Sarrasin courtois » du nom de Falceron. Or, ce parangon de courtoisie va tenter de s’interposer, apostropher le « Sarrasin barbare », lui dire qu’il ne tirera de son action que « réputation d’orgueil et de mauvaise foi » ; puis, voyant qu’il ne pourra l’empêcher de perpétrer son mauvais coup, il le maudit en des termes beaucoup plus chrétiens que sarrasins : « Dieu te le fasse payer, par sa sainte miséricorde ».

25Ce serait déjà considérable, mais il y a plus encore : Falceron, resté seul avec un cadavre auquel il voudrait rendre la vie, va l’assister dans les derniers moments de son agonie : « Il alla s’asseoir tout près de lui, lui releva la tête et lui essuya le visage », soins d’une extraordinaire délicatesse de qui, sans oublier la religion qui les sépare, respecte assez l’autre pour prononcer ces mots, les derniers qu’entendra le pair : « Roland, dit-il, il faut que ton dieu t’écoute », après quoi « A ce moment, l’âme se sépara du corps ». La délicatesse de Falceron, sans doute ainsi nommé car il n’en demeure pas moins un homme de la fausse foi, est d’autant plus grande qu’il ne s’agit pas du tout pour lui de se convertir, il marque la distance qui persiste entre le dieu de Roland et le sien : « Que ce Dieu qui voulut créer ton corps si beau sauve ton âme et te préserve du péril ». Et l’étrange pietà qui réunit le très christique neveu de Charlemagne et un Sarrasin capable d’admettre la religion de l’autre se défait, car Falceron entend arriver l’armée franque et ne saurait demeurer sans se mettre en danger, car il demeure un Sarrasin.

26Alors que la malédiction semblait si globale, le blanc et le noir si tranchés, alors que les Sarrasins n’avaient de choix qu’entre la mort et la conversion le plus souvent forcée à la glorieuse exception de Bramimonde, voici que le Ronsasvals nous présente la figure inattendue d’un Sarrasin cortes qui n’a pas besoin d’une grâce divine particulière pour être capable de sentir l’inconvenance qu’il y a à achever un héros, mieux encore, capable de parler à un mourant, de s’en faire même le porte-parole pour adresser sa prière à un dieu auquel il n’a pas foi. Bien sûr, Roland, en victime offerte pour la rédemption de Charles, trouve ainsi une mort qui le place entre le bon et le mauvais Sarrasin, mais on m’accordera que l’image de Falceron, caressant le visage du presque cadavre de Roland sur le terrain imbibé de sang en quoi la croisade fraîche et joyeuse a transformé les coteaux de Roncevaux, dresse une figure d’espérance d’autant plus lumineuse qu’elle est totalement atypique.

Notes

1 La première version de cette communication a été publiée dans De Toulouse à Tripoli. Itinéraires de cultures croisées, anam, Toulouse, 1997.

2 ne mais sul la reïne/En France dulce iert menee caitive :/Ço voelt li reis par amur cunvertisset (v. 3672-3674), La Chanson de Roland, Texte présenté, traduit et commenté par Jean Dufournet GF-Flammarion, Paris 1993, à qui j’emprunterai les citations du Roland d’Oxford.

3 Fust chrestiens, asez oüst barnet (v. 899).

4 Le Roland Occitan, Roland à Saragosse ; Ronsasvals, édition et traduction de Gérard Gouiran et Robert Lafont, 10/18, Paris 1991.

5 « So dis la donna : « Oy, Bel sira Rollan », les Sarrasins et la Sarrasine dans Rollan a Saragossa » in De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille (en hommage à M. Rossi et P. Bancourt), senefiance n° 25, 1988, cuer ma, Aix-en-Provence, v. 222-244.

6 sus un payan, mas non say dir cal fos (v. 1074).

7 tantas n’i ha de la gent averseya,/mays per semblant que pels d’erba resteya (v. 211-212).

8 e trencar testas e rompre gamizons,/elmes esfrondar e cors caser d’arsons,/e sanc espandre, servellas e polmons,/e per lo camp olar pons e talons (v. 552-555).

9 « Dieus, ajudas ! dis Gandelbuon lo bier,/sancta Maria, com ho poyrem durier ?/Aquestas gens vey creysser ses mermier ;/yeu crey quels mortz tornan ressucitier./Con estarem sol .XXX. cavalliers/.LX. milia que yeu vey lay estier ?/Cascun de nos n’escazon .II. milhiers ! » (v. 615-621).

10 Olivier sira, qui deroquet Rollan ?/- Per ma fe, sira, no vos say dire qual,/seyssanta milia foron de la payana jant. »/So respont Karle : « Yeu non ho pres niant/pos un solet non l’annet derroquant… (v. 1167-1171).

11 yeu ti trameti als princes enfernals ;/jus en enfern crey que sia tos hostals/on son veziblas las penas e li mais (v. 455-457).

12 el cap plus negre non es fons de caudier (v. 114).

13 Sarrazins son salvage e ergulhos (v. 268)

14 « Ben aus folia grant/que a tant pauc venga tant poderoza gant. Ayssi non prenc honor ni honremant… » (v. 694-696).

15 « Bel senher oncle, ben parles follamant/… si mi das lo don, guizardon n’aures gran ;/si non lo mi das, penray lo eyssamant. » (v. 21-24).

16 que Galibot lo det al filh Simon (v. 803) : « que Galibot donna au fils de Simon ».

17 lo camp fon d’aur el cap vermelh e blaus (v. 445) : « sur champ d’or tête vermeille et bleue ».

18 de ricas peyras fon l’elme vironat,/playnies, bericles e crestals e corals/e cassadonis e robins encastratz/balays, carieis, saffilis ajustatz/e castaienis, camazieus esmeratz :/de mil marcs d’aur fon l’elme acaptat (v. 483-489)

19 l’ensenha fon de seda am l’arjant/e la fuvella d’un jaspi affricant/e de maragdes las autras eyssamant (v. 705-707).

20 de sonalhetas fon ornat son peitral (v. 447)

21 e sonalhetas ha son peytral davant :/cant l’una pueja e l’autra s’en deyssant/e pueys deyssendon per cadenas d’arjant,/assi s’acordan ha un clar covinant,/viola ni orguenas non volrias auzir tant/quant lo sonet que las esquillas fan (v. 55-60).

22 en auta mar la giteron jayans,/sieu sopniayre la sopnieron en sopniant,/un encantayre las en trays en encantantz (v. 43-45)… caval cavalca meravilhos e gran,/fils d’una fera e del destrier corrant (v. 52-53).

23 de Chartres vos quier, la cieutat de Rollan ;/auzit ay dir que a mon linhatge apant/e mons payrons la tengron longamant (v. 10-12).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

Auteur

Université Paul-Valéry – Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540