Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chrétienté au péril sarrasin

La tentation sarrasine de Beuve de Hantone

Valérie Galent-Fasseur

Texte intégral

  • 1 Beuve partage notamment cette expérience avec Gui de Nanteuil, élevé paternellement par le Sarrasi (...)
  • 2 Sur le problème de l’héritage des fiefs, voir D. Boutet, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginair (...)
  • 3 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. A. Stimming, 1899, réimpression Genève, Slatkine, 197 (...)
  • 4 Ibid., vers 277-279 : voici la réponse de Beuve au portier qui veut l’empêcher d’entrer dans la sa (...)

1La version anglo-normande de Beuve de Hantone est l’une des premières chansons de geste1 à substituer le monde sarrasin aux racines chrétiennes du protagoniste, dont il a été coupé depuis son enfance. Après avoir fait assassiner par l’empereur Doon d’Allemagne le comte Gui, son mari et le père du protagoniste, la mère de Beuve épouse, dès le lendemain du meurtre, l’assassin, qui devient du même coup usurpateur. Beuve, âgé de onze ans et fort de sa légitimité d’héritier2, fait irruption dans la salle de noces, insulte l’empereur en dévoilant devant la cour les exactions du couple et donne trois coups d’épée à son parâtre, sans réussir à le tuer. Cette initiative lui vaudrait la mort, si sa mère n’était aussi cupide que félonnesse : voici Beuve, plein d’ardeur vengeresse, vendu à des marchands sarrasins, embarqué vers les rivages d’Égypte, où il est racheté par le roi païen Hermine, qui le prend en pitié, le fait écuyer tranchant et, au bout de quelque temps, chevalier. Beuve, outre les faveurs du monarque, gagne l’amour de Josiane, la fille d’Hermine3. Celui qui se reconnaît « enfant de putain4 » découvre donc la joie d’être sincèrement aimé d’une chaste jeune fille et, frustré en terre chrétienne de son héritage, retrouve chez les Sarrasins une place dans la société féodale.

  • 5 Ibid., vers 15-44 et 120-121 :
    « Ore oiez, ke il fest graunt pecché que doune jofne femme a viel ho (...)
  • 6 Ibid., vers 311-314.

2En territoire sarrasin, Beuve peut mettre en pratique les valeurs épiques auxquelles il est fidèle et qui lui ont valu d’être exilé de chrétienté, où le mal et la violence règnent effrontément. Seuls Beuve et son maître Sabaoth échappent à la peinture dévastatrice de la féodalité anglaise : le père de Beuve a péché en épousant tardivement une femme trop belle et trop jeune pour lui5 ; on connaît les crimes de cette épouse et de son amant, l’empereur d’Allemagne. Quant aux veules vassaux de la cour de Hantone, terrorisés par leurs tyranniques suzerains, ils n’osent aucune résistance ; tout au plus quelques-uns d’entre eux protègent-ils discrètement la fuite de Beuve qui vient de frapper l’empereur au cours des noces6.

3A la noirceur de ces êtres qui n’ont de chrétien que le nom, s’opposent la majesté d’Hermine le chenu et la fidélité jamais démentie de Josiane. L’épisode sarrasin est jalonné de scènes qui inversent l’histoire catastrophique de Hantone. Par exemple, pour faire assassiner Guy, la mère de Beuve l’avait envoyé à la chasse au sanglier, après avoir demandé à Doon d’organiser un guet-apens et de lui envoyer la tête du mari en gage d’amour. En Égypte, Beuve décapite un sanglier qui ravageait la région, puis tombe dans un guet-apens dont il sort victorieux, avant d’envoyer à Hermine la tête de la bête, en gage de fidélité. La pseudo-chasse au sanglier consommait la haine de l’épouse ; l’exploit de Beuve chasseur fait naître l’amour de Josiane.

4Autre parallélisme significatif : lorsqu’à la cour de Hantone, Beuve avait voulu faire honte à Doon de ses exactions, sa franchise avait attiré sur lui la colère de l’usurpateur, puis de sa mère, qui l’avait paradoxalement accusé de traîtrise, avant de le condamner à mort :

  • 7 Ibid., vers 302 ; 310 ; 346-352.

Lui emperur respondi : « Fol, kar vus teisez ! »
La dame se escrie : « Ceo tretur me pernez ! »
La dame […]
deus chevalers apele si lor va demaunder […]
que il le vendent saunz point delaier,
ou si nul ne trovent, que il le facent neer7.

5Au contraire, lorsqu’il raconte sa vie à Hermine, celui-ci, touché de pitié, lui offre aussitôt sa fille et son royaume, pourvu qu’il embrasse la religion de Mahomet. Beuve refuse avec hauteur, et sa franchise lui vaut, cette fois, la faveur du roi, qui lui promet de le prendre à son service, puis de l’adouber et de le faire gonfalonier :

  • 8 Ibid., vers 406-410.

« Emfes », ceo dist li rois, « mult as estable quer,
e pus ke tu ne veus Mahun honurer,
tu me serveras le jour de ma coupe a manger.
Kaunt tu serras de age, jeo te frai chevaler
e en balai le mon gomfanoun porter8. »

6L’« estable quer », qui se dévoile avec le refus de se convertir en préservant ainsi son altérité, constitue donc pour Hermine la garantie de la valeur féodale et de la fidélité de Beuve. Le roi, pour sa part, ne tient-il pas toutes ses promesses ? Franchise, fidélité, loyauté, respect de la parole donnée, autant de valeurs fondamentales dans le fonctionnement de la féodalité et dans la tradition épique, que Beuve a vues bafouées par les chrétiens et observées par les Sarrasins. Il n’est donc guère étonnant que le protagoniste, lui-même aveuglément fidèle à ces valeurs, soit tenté de vivre parmi ceux qui les respectent le mieux.

  • 9 Ibid., vers 822-862.

7Aussi, lorsque, portant de la part d’Hermine une lettre au roi sarrasin Bradmund, il rencontre, sous l’habit de pèlerin, le fils de son fidèle maître Sabaoth, parti à sa recherche, Beuve dissimule son identité et prétend que Beuve est mort9. Les larmes sincères du pèlerin ne modifient pas sa décision : Beuve, manifestement, a rompu avec son passé et préfère rester fidèle à la terre païenne. Oubliés, les serments de vengeance, pourtant maintes fois réitérés ! Bien qu’il n’abjure jamais la foi chrétienne, Beuve est maintenant un Sarrasin d’adoption.

  • 10 Ibid., vers 921.

8Mal lui en prend, car à peine arrivé chez Bradmund, Beuve est jeté au cachot, à trente toises sous terre10 : la lettre d’Hermine donnait l’ordre qu’on le pende.

9Comment Beuve en est-il arrivé là ?

10Lorsque Hermine, croyant sur parole des traîtres qui prétendent que Beuve est l’amant de Josiane, lui demande de porter à Bradmund une lettre, lui enjoint de ne pas emporter d’armes et lui fait jurer de ne montrer cette lettre à personne, Beuve prête serment sans hésiter. Il ne peut se douter qu’Hermine, jusqu’alors souverain modèle et parfait substitut de son propre père, et dont le portrait contrastait si radicalement avec celui des usurpateurs de Hantone, agit maintenant comme eux. De même que Doon et la mère de Beuve voulaient supprimer l’enfant parce qu’il constituait un danger potentiel pour l’exercice de leur pouvoir, Hermine souhaite la mort de Beuve car sa présence est un risque pour l’honneur de Josiane. Et seulement un risque : nul besoin de vérifier les dires des traîtres, la rumeur constitue en elle-même une menace pour l’honneur. On ne signifie pas à Beuve qu’il s’est rendu coupable, il ne fait pas l’objet d’un jugement ; on le sacrifie plus qu’on ne l’exécute : à l’instant où il décide la mort de Beuve, Hermine agit en tyran.

11Jusque-là, il avait tenu ses promesses ; et, grâce à lui, Beuve avait enfin pu prouver sa bravoure, digne des plus illustres héros épiques. Mais, à y regarder de plus près, que penser des serments d’Hermine ? Comment expliquer sa colère présente contre Beuve, soupçonné d’être l’amant de Josiane, alors qu’il l’avait accueilli en lui proposant spontanément la main de sa fille ? Cette proposition, déjà trop généreuse, s’accompagnait de l’offre de son royaume. Qui voudra croire que la seule pitié engageait Hermine à abdiquer en faveur d’un gendre élu sur-le-champ par la seule grâce de ses malheurs ? Les paroles d’Hermine n’avaient d’autre but que de sonder le cœur de l’enfant. Quelle aubaine que de s’allier, ou plutôt de se soumettre un jeune chrétien de haut lignage, dont l’« estable cuer » est un gage de fidélité, et que son passé mortifiant entraîne à une gratitude aveugle envers quiconque daignera jeter les yeux sur sa misère !

  • 11 Ibid., vers 503-509 :
    « Hermine », dist Brademound, « vostre file me donez, e, par Mahumet ! si vus (...)

12Certes, Hermine tient vite sa promesse de le prendre au service de la coupe. Il n’y a pas là grand risque. Mais c’est une autre affaire que de l’adouber : il faut toute l’insistance de Josiane et une situation militaire désespérée pour qu’Hermine consente à faire Beuve chevalier, comme s’il demeurait quelque danger à placer entre les mains de cet étranger, de cet enfant d’ennemis, des armes destinées à décimer une armée sarrasine. L’armée sarrasine de ce même Bradmund, dont Hermine n’aurait pu se débarrasser sans les exploits de Beuve, et à qui il demande maintenant de mettre Beuve à mort : comme s’il était bien plus sûr de s’allier un roi sarrasin plutôt qu’un preux chrétien, même si ce Sarrasin fut récemment un ennemi redoutable, même s’il a, bien plus gravement que Beuve, offensé Josiane en menaçant de l’enlever, puis de la prostituer11.

  • 12 C’est la même paresse à exercer son jugement qui entraîne Beuve à céder, quoique après quelque mol (...)
  • 13 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., vers 530 ; 562-566.
  • 14 Symboliquement, à chaque fois que Beuve accepte de voir porter atteinte à sa liberté : vers 531, a (...)

13Hermine n’assume donc envers Beuve un rôle paternel que dans la mesure où il lui vaut la gratitude, donc la soumission du jeune homme. La cour sarrasine est une prison dorée pour Beuve, dont le roi fait peu de cas : la moindre velléité d’indépendance lui coûtera la vie. Hermine, avec Beuve, ne voulait surtout pas d’un gendre : il voulait un esclave qui s’ignore, ou plutôt un esclave consentant. Les honneurs de la cour, la gloire des armes, autant de marques de générosité qui, de la part d’Hermine, n’ont d’autre but que de plonger Beuve dans la léthargie12 : que Beuve, peu à peu, se fonde à l’univers sarrasin au point d’oublier à la fois ses origines et ses serments de vengeance ; qu’il s’y aliène, au point de porter symboliquement l’étendard de l’armée païenne13 ! Hermine est en passe de réussir, comme le prouvent les marques d’obéissance réitérées par lesquelles Beuve croit prouver l’exemplarité de son vasselage14.

  • 15 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., vers 229-232 :
    « Sabot », fet ele, « il te coven (...)

14Hermine est donc le premier sarrasin de la chanson à user de manière perverse du serment. Le système féodal, reposant tout entier sur la parole d’hommage, se prête naturellement à un tel abus de pouvoir. Le tyran compte sur la peur du parjure, qui retient les vassaux de se révolter contre leur suzerain. C’est sa force et sa faiblesse : parce qu’il donne l’exemple d’un usage pervers de la parole, il ouvre une faille dans laquelle se délite la sacralité du serment et s’installe le règne du mensonge : il ne tarde pas à devenir victime de ses propres méthodes. Ainsi la mère de Beuve, au début de l’œuvre, faisait promettre à Sabaoth de mettre Beuve à mort. Et Sabaoth jurait sans hésiter, pour assoupir la vigilance de la criminelle et mieux protéger son jeune maître15. Hermine, de même, ne soupçonne pas les traîtres de mensonge. Le faux serment devient ainsi le fait de tous les personnages d’exception – les meilleurs et les pires.

  • 16 Ibid., v. 957.
  • 17 Ibid., v. 214-219 ; 390-391.
  • 18 Ibid., v. 992 sq.
  • 19 Ibid., v. 2053-2116. Sur la signification de cette ceinture, voir R. Wolf-Bonvin, « Nouer l’amour, (...)
  • 20 Ibid., v. 1495 sq.
  • 21 Ibid., v. 2711 sq.
  • 22 Ibid., v. 2529 sq.
  • 23 Ibid., v. 3415 sq.
  • 24 Toutefois, les plus barbares ne sont pas ceux que l’on pense : les événements de chrétienté se dér (...)

15Hermine, par sa ruse, initie le processus de décadence qui, dès lors, mine le monde sarrasin, comme il mine la chrétienté. Les événements, toujours parallèles à ceux qui se déroulent en Angleterre, ne les annulent plus, ne les rachètent plus, mais les redoublent, les imitent ou les préfigurent. Beuve réduit à l’impuissance au fond de sa chartre jure de détrôner Hermine16, son père de substitution, comme jadis il avait juré de se venger de sa mère et de son parâtre17. Prononcé par un condamné à mort, ce serment est aussi dérisoire que celui d’un enfant de onze ans. Pendant son incarcération, sa promise Josiane est mariée contre son gré au roi sarrasin Yvori, dont la jeune fille se préserve grâce à une ceinture enchantée18 ; plus tard, mariée à Beuve, elle sera épousée de force par le comte chrétien Miles, qu’elle étranglera à l’aide de sa ceinture19. Beuve, pour sa part, n’hésite pas à l’enlever à son mari20, qui la fera à son tour enlever à Beuve21. Le fidèle destrier Arundel sera tour à tour convoité par le fils du roi d’Angleterre22 et par Yvori23. Il n’y a donc pas de différence entre les Sarrasins et les chrétiens, en proie aux mêmes convoitises, et qui se rendent œil pour œil, dent pour dent. Les deux univers, également décadents, sont devenus fidèles reflets l’un de l’autre24. Ni dans l’un, ni dans l’autre, il n’y a de place pour le héros épique. Lorsque Beuve choisit la société sarrasine contre la société pseudo-chrétienne, il se laisse donc piéger par les apparences. De même qu’il porte lui-même la lettre qui ordonne sa mort, il s’est lui-même aliéné en acceptant sans discernement la servitude dans laquelle Hermine l’a insidieusement enfermé. Son incarcération est l’aboutissement logique de cette aliénation progressive.

  • 25 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., v. 2579-2590.

16Cependant, dès son évasion sept ans plus tard, Beuve court d’aventures privées en victoires politiques, qui sont autant de pas vers son couronnement. Mais il ne recouvrera pas son héritage de Hantone. Revenu d’Égypte en compagnie de Josiane et d’Escopart qui se font tous deux baptiser, Beuve combat et tue l’empereur d’Allemagne avec Sabaoth, seul a avoir tenté la résistance contre la tyrannie de Doon ; il ne pleure guère la mort de sa mère, qui se jette du haut d’une tour lorsqu’elle apprend la mort de son mari. A ce moment, pour un temps très court, Beuve reçoit Hantone du roi d’Angleterre. Mais le fils du roi veut voler Arundel, le cheval de Beuve, dont la fidélité est telle que, d’une ruade entre les deux yeux, il étend raide mort le voleur. Colère et douleur du roi. De nouveau, Beuve échappe à la mort in extremis, les conseillers du roi demandant pour lui l’exil, plutôt que la pendaison25.

17Ce nouveau rebondissement ne se réduit pas à une fantaisie romanesque. Outre la force structurante qu’il tire de ses similitudes avec les autres passages où Beuve est injustement condamné à être pendu, par le couple usurpateur puis par Hermine, il prouve que Beuve n’est décidément pas destiné à gouverner Hantone. Plusieurs raisons à cela. D’abord, Beuve, ayant été tenté par l’univers sarrasin, a momentanément renié ses attaches avec ce territoire, qu’il a par conséquent trahi. Sa pénitence n’a pas effacé les faits : pas plus que celui des usurpateurs, le gouvernement d’un traître n’a de légitimité. D’autre part, tout au long de la chanson, l’hérédité de Beuve pèse sur sa destinée. Fruit d’une mésalliance peccamineuse, il est surtout, il ne le nie jamais, « fils de putain ». Enfin, si Beuve avait conservé l’héritage de Hantone, il ne serait pas reparti en exil. La chanson se serait arrêtée là, abandonnant les Sarrasins à leur triste sort et à une damnation certaine. Or l’épopée vise à une conversion universelle.

18La troisième disgrâce de Beuve inaugure donc un nouveau mouvement de la chanson : celui où Beuve est appelé, en traditionnel héros de geste, à assainir et, si possible, à christianiser, le monde sarrasin. Hermine cède sa couronne à Guy, l’aîné des jumeaux de Beuve et Josiane, et meurt chrétien, réconcilié avec son gendre. Son âme va en paradis. Malgré ses abus de pouvoir, il est en effet celui dont la protection a permis à Beuve de se faire héros épique. Même le piège qu’il a tendu à Beuve est en définitive salutaire, puisque c’est à la suite de cette aventure que Beuve, révolté, élimine tous les mauvais suzerains. De l’expérience de la tyrannie, Beuve a tiré une leçon d’équité. Dans cette mutation, il a gagné le pouvoir d’agir à rebours de la décadence, de convertir hommes et terres à la justice et au christianisme.

19Beuve combat ensuite Yvori qui s’est emparé d’Arundel. Les hostilités s’achèvent sur la défaite d’Yvori, la conversion d’un almaçur et de quinze rois païens, puis le couronnement de Beuve, qui devient roi de Monbrant. C’est la fin de ses aventures sarrasines, et aussi de l’univers sarrasin, puisque tous les païens se sont convertis au christianisme. L’ancien monde sarrasin forme une chrétienté neuve, où les justes trouvent enfin leur place.

20Fin de la chanson ? Point du tout ! Car la vieille Angleterre continue d’être en proie à l’injustice. On apprend que le roi a déshérité Robant, le fils de Sabaoth. Beuve vole à son secours. La puissance du nouveau monarque fait trembler le roi d’Angleterre qui, pour sceller la paix avant même que n’aient commencé les hostilités, donne sa fille en mariage à Miles, le puîné des jumeaux. Les deux territoires qui auraient dû revenir à Beuve par héritage, Hantone et le royaume d’Hermine, échoient donc finalement, aux deux jumeaux, comme si chrétienté et monde sarrasin, dont la chanson n’a cessé de souligner, par-delà les apparences, les profondes analogies, désormais rendus aux vraies lois féodales et à la vraie foi, affirmaient leur gémellité.

21L’Angleterre retrouve la paix et la justice parce que Beuve a préalablement christianisé les territoires sarrasins qui sont à leur tour devenus modèles pour la féodalité décadente d’Angleterre. La vieille chrétienté renaît ainsi de ses cendres en s’alliant à la nouvelle, conquise sur les païens. Le travail de conversion des Sarrasins, dans Beuve de Hantone, s’avère doublement nécessaire. D’abord, comme dans toute chanson de geste traditionnelle, parce qu’il est seul à pouvoir « eshausser la chrétienté » et sauver les païens de la mort éternelle. Ensuite, et c’est plus original, parce que convertir les païens, c’est offrir la vigueur de leur foi nouvelle en exemple à la chrétienté décrépite, et la régénérer.

  • 26 Arrivant dans le royaume de Bradmund muni de sa fatale lettre, Beuve, pour preuve de son christian (...)

22Reste à comprendre pourquoi et comment cette apothéose a pu se construire à partir de l’expérience d’une incarcération, dont tout portait à croire qu’elle serait définitive. Et d’abord, Beuve avait-il la liberté d’éviter la tentation sarrasine ? Pouvait-il échapper à ce piège, puisqu’en apparence, il contraste si violemment, dans une dichotomie faussement manichéenne, avec la décadence du monde féodal chrétien, qui, pour sa part, affiche cyniquement son mépris de toutes les valeurs traditionnelles ? La rencontre de Beuve avec le pèlerin, scène au cours de laquelle se nouent les fils du drame, éclaire les enjeux de la chanson. Le pèlerin, doué de singuliers dons divinatoires, révèle à Beuve, qui lui en interdit la lecture, le contenu de la lettre. Mais du strict point de vue de l’éthique féodale, Beuve, en éconduisant le pèlerin pour respecter le serment prêté à Hermine, se conduit en parfait vassal. Pourtant, cette attitude le mène droit au fond d’un cachot, que sa situation à trente toises sous terre, ses ténèbres, les serpents dont il est infesté, le jeûne que Beuve est contraint d’y subir sans mourir, désignent comme un lieu infernal, ou plutôt purgatoire. C’est à la suite d’une prière que Beuve en sortira miraculeusement, au terme d’une durée symbolique de sept ans. Autant dire que ce séjour en prison n’est pas le seul fait de la complicité des deux rois sarrasins : c’est une pénitence, à laquelle Dieu consent, et qui désigne donc Beuve comme coupable. Comme pécheur. Or, Beuve aurait pu, aurait dû échapper à cette épreuve, s’il avait reconnu sous l’habit du pèlerin un émissaire divin. Les indices ne manquaient pas : pour le lecteur, sans doute possible, sa prescience, grâce à laquelle il révèle le contenu de la lettre. Pour Beuve, sa spontanéité à offrir son pain au voyageur inconnu et affamé qui porte la lettre ; son identité : il est le fils de Sabaoth ; la sincérité de ses larmes lorsqu’il croit apprendre la mort de Beuve. Et surtout le fait que, envoyé par Sabaoth à la recherche de Beuve, le pèlerin vient implicitement rappeler au protagoniste un autre serment : celui de venger le père assassiné et de reconquérir l’héritage de Hantone pour y ramener la justice. La rencontre de Beuve avec le pèlerin met donc en rivalité deux serments : l’un formulé jadis en terre chrétienne, l’autre naguère chez les Sarrasins. L’issue funeste du choix de Beuve prouve qu’il s’est aliéné la faveur divine. Or, sa tentation sarrasine est d’ordre exclusivement social : il cherche à retrouver sa place dans un univers féodal, mais n’est jamais tenté d’abjurer la foi chrétienne26. Cependant, en refusant au pèlerin la faveur de lire la lettre, Beuve choisit délibérément de se priver du pouvoir de déjouer la ruse d’Hermine, ce qui aurait permis à la justice de l’emporter sur la tyrannie. A son insu, il se met au service de la décadence sarrasine, à rebours de ce que l’on attend d’un héros épique : au lieu de résister à la montée en puissance du mal, Beuve, par aveuglement, précipite son avènement.

  • 27 On peut du moins le supposer, puisqu’il les respecte dès le début de la chanson et qu’il n’a pu le (...)

23La tentation sarrasine de Beuve, quoique seulement sociale, est donc passible de châtiment divin et ses actes, quoique bien intentionnés, remettent en cause la validité de son christianisme. Comme les noirs personnages de Hantone, Beuve, en s’asservissant à la société sarrasine, se comporte à rebours de la religion à laquelle il s’affirme fidèle, puisque, comme eux, il dissocie le comportement social de la foi. Ainsi, il ne comprend pas que les valeurs féodo-épiques, privées de fondements sacrés, ne peuvent être, chez les Sarrasins, au mieux que valeurs morales, au pis stratagèmes : c’est pourquoi il est impuissant à lire dans le jeu de ceux qui abusent de ces valeurs. En considérant le système féodal du seul point de vue profane, Beuve lui dénie implicitement toute légitimité. Son incapacité à saisir les rapports qui unissent – ou devraient unir – féodalité et royaume céleste prouve qu’il n’est pas fidèle à ces valeurs par conviction, pas plus qu’il n’est fidèle au christianisme par foi personnelle. Fait remarquable : on ne voit jamais Beuve prier, avant son incarcération. Beuve se borne, sans en saisir les enjeux profonds, sans jamais aller au-delà des apparences, et en dépit du réel auquel il est confronté, à tenter de perpétuer les héritages qu’il a reçus de son père27, dont la mort, causée par des personnages anti-épiques par excellence, retentit maintenant comme le glas de la chanson de geste et des valeurs qu’elle prône.

  • 28 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., v. 1120-1126.
  • 29 Ibid., v. 1393-1464.
  • 30 Ibid., v. 2015-2041.

24Puisque chez les chrétiens, dire la vérité peut coûter la vie, puisque chez les Sarrasins, le serment est piège, Beuve, depuis qu’il a retrouvé la liberté, avance masqué. Caché sous diverses identités, il déjoue d’autant plus facilement pièges et embuscades que ceux qui croient le connaître ignorent chez lui cette aptitude nouvelle à ruser. Pour tromper la vigilance des gardes de Bradmund, lors de son évasion nocturne, Beuve n’hésite pas à se faire passer pour Bradmund lui-même, qui serait à la poursuite de Beuve évadé28. Pour tester la fidélité de Josiane retrouvée, Beuve se dissimule sous l’habit d’un pèlerin29 ; pour cacher son retour à l’empereur d’Allemagne, Beuve se fait passer pour un mercenaire, accepte de se mettre à sa solde sous prétexte de l’aider à combattre Sabaoth, et se fait ainsi fournir par l’usurpateur lui-même les armes qui l’anéantiront30.

  • 31 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., v. 2731-2742 et 3436-3443.
  • 32 Sur le rôle de ce personnage, voir notre article, « Un médiateur de la Providence : le personnage (...)

25Exploitant sans retenue les méthodes de ses ennemis, Beuve trahit donc ses propres principes et les valeurs épiques dont, jusqu’à son emprisonnement, il se voulait le champion. Ces ruses lui permettent, enfin, d’honorer ses serments, de ramener partout la justice, et de convertir les Sarrasins au christianisme. Dès qu’il entreprend une véritable action « sur le terrain », en ayant recours à la ruse, Beuve recouvre la faveur divine, dont il avait été privé durant son incarcération. Est-ce à dire que Dieu cautionne tous les moyens d’action, du moment que la cause est juste ? Sous le regard divin, la fin justifie-t-elle tous les moyens ? Pourquoi ne pas avoir plutôt permis à Beuve enfant de tuer immédiatement l’usurpateur, lorsqu’il l’avait pourfendu le jour des noces ? Quel est ce Dieu, qui a refusé l’ordalie à Beuve enfant, comme s’il protégeait l’usurpateur, et protège Beuve depuis qu’il use de méthodes imitées de celles de ses ennemis ? En ce monde de décadence, où les valeurs sacrées du féodalisme, foulées aux pieds par les chrétiens et détournées de leurs enjeux premiers par la perversité des Sarrasins, sont devenues les cadres habituels de la tyrannie, nul ne peut prétendre agir efficacement selon des principes fondés sur un idéal dont la réalité quotidienne – du moins celle que peint la chanson de geste – dément cruellement l’existence. Dieu lui-même considère l’univers féodal comme une image grossière et difforme de son royaume céleste : de même qu’il s’est détourné des hommes à la suite du péché originel, ne s’adressant plus à ses créatures que par énigmes, aux justes de chansons de geste, il ne se manifeste que dissimulé : dans les songes de Sabaoth31, – dont le nom n’est pas choisi au hasard32 – ou sous l’habit du pèlerin. Parce qu’il doit être d’abord identifié comme tel, puis lu et interprété, le signe divin garantit le libre-arbitre : qui ne sait le voir ni l’entendre court à sa perte. Le comportement social révèle donc la véritable nature de la relation de l’individu à Dieu : lorsque Beuve se trompe sur la mission du pèlerin et n’identifie pas en lui un émissaire divin, c’est qu’il est déjà trop sarrasin pour comprendre l’appel de Dieu. Sa soumission à la féodalité sarrasine, son état de servitude, qui le prive de tout discernement, l’entraîne à faire un choix coupable. La tentation sarrasine de Beuve est donc l’indice, ou le signe, qu’il a perdu, avec sa liberté sociale, le pouvoir de se tenir à l’écart du péché, dans lequel il s’est laissé emprisonner, par paresse à exercer la faculté de jugement qu’il a reçue de Dieu.

  • 33 Josiane, après avoir étranglé le comte Milon qui l’avait épousée de force, est condamnée au bûcher (...)

26Au contraire, après son épreuve purgatoire au fond de la chartre, Beuve, dissimulant son identité sous différents masques, se conduit à l’image de Dieu, qui ne se manifeste que médiatisé par des signes. Comme Dieu, il interpose, entre lui-même et son interlocuteur, le voile énigmatique approprié aux circonstances, pour mieux sonder l’autre. Entre l’individu masqué et son interlocuteur se joue un duel, dont l’issue est plus sûre, à l’heure où l’ordalie – hypothétique manifestation directe de Dieu – a prouvé son inanité33, que celle des traditionnelles passes d’armes épiques : un duel d’interprétation. L’individu masqué s’offre au discernement de l’autre, parce que la capacité, ou l’incapacité à démasquer le véritable interlocuteur sous son apparence est la pierre de touche à laquelle peut s’estimer la valeur de l’individu. C’est la libre réaction de l’autre, sa faculté de discernement inversement proportionnelle à son degré de complicité avec le péché, qui révèle sa nature profonde à celui qui, masqué, le sonde. Seule Josiane, amoureuse et ayant librement choisi de devenir chrétienne, reconnaît Beuve sous son habit de pèlerin. Les mauvais – gardes sarrasins ou empereur d’Allemagne – tombent dans le piège fatal. Ils revivent ainsi à leurs dépens, mais sans espoir de salut, l’histoire de Beuve lorsqu’il ne lisait pas dans le jeu d’Hermine. Et la virtuosité nouvelle de Beuve à jouer de l’arme de la dissimulation témoigne de sa propre conversion : libéré du joug des héritages féodaux – territoires, éthique, christianisme, auquel Beuve reste fidèle parce que l’efficacité de la prière qu’il formule au fond de sa prison, entraînant sa libération miraculeuse, lui donne l’expérience de la vérité de cette religion –, désormais capable de résister aux séductions de la féodalité sarrasine, il peut se conduire en héros conquérant. Voilà pourquoi, enfant, il ne pouvait, quels que fussent ses droits légitimes, exécuter l’usurpateur : la victoire devait être différée pour honorer non un héritier prédestiné, mais un vrai juste, sachant lire dans les desseins de Dieu et le jeu des hommes. Elle ne pouvait échoir qu’à un homme libre : capable de reconnaître le mal sous toutes ses formes et ayant librement choisi, contre l’univers décadent, le bien contre le mal.

27A l’heure où il n’est plus question d’aller conquérir par le fer les territoires païens, l’épopée médiévale renouvelle la signification des relations entre chrétienté et monde sarrasin. Les invraisemblables pérégrinations de Beuve, ses multipes allers-retours d’Anglerre en Égypte, assurent la mise en tension des deux univers : là où l’on attendait une altérité radicale, surgissent de multiples analogies, qui mettent au jour les dysfonctionnements de la féodalité, mère de tyrannie. Beuve vit successivement chez les chrétiens et chez les Sarrasins deux expériences à valeur initiatique, qui le mènent sur le chemin de la couronne. Il apprend d’abord que le mal peut momentanément l’emporter sur le droit : l’ordalie n’existe pas. Il apprend ensuite que les valeurs féodo-épiques, si elle ne sont pas légitimées par les fondements sacrés de la foi chrétienne, sont grosses de conséquences aussi désastreuses que la pratique ostentatoire du mal. Dans ce contexte, toute forme d’héritage pèse sur la liberté de l’individu en l’empêchant d’affronter les véritables ennemis que sont les suzerains abusifs, quelle que soit leur religion. Le poète épique ne peut plus, lui non plus, perpétuer la tradition littéraire. Il ne chante plus qu’accessoirement les prouesses d’armes, car dorénavant, le salut vient de la ruse. Mais il fait de la chanson de geste une réflexion sur les valeurs féodales et un engagement politique : pour recevoir la caution du poète, il ne suffit pas aux protagonistes de correspondre en tous points au portrait préétabli du vassal chrétien obéissant aveuglément à son suzerain, acceptant avec fatalisme les revers de la destinée. Bien au contraire, Beuve, Josiane, Sabaoth, sont des personnages actifs et rebelles, d’authentiques résistants, en lutte contre toutes les formes d’oppression : convoitise des princes, mariages forcés, usurpation des territoires ; en lutte, surtout contre cette forme de la complaisance des hommes pour les chaînes du péché : tendu par la générosité diabolique du tyran, le piège doré de la servitude volontaire.

Notes

1 Beuve partage notamment cette expérience avec Gui de Nanteuil, élevé paternellement par le Sarrasin Ganor (dans Aye d’Avignon, éd. S. J. Borg, Genève, Droz, 1967) et avec Beton dans la chanson occitane de Daurel et Beton (éd. P. Meyer, Paris, S. A. T. F., 1880). Le scénario renverse l’histoire de Rainouart, que le roi Louis relègue aux cuisines (Aliscans, éd. C. Régnier, Paris, Champion, cfma, 1990). A ce sujet, voir notre ouvrage, L’Epopée des pèlerins. Motifs eschatologiques et mutations de la chanson de geste, Paris, Presses Universitaires de France, « Perspectives littéraires », 1997, p. 107.

2 Sur le problème de l’héritage des fiefs, voir D. Boutet, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992, p. 120.

3 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. A. Stimming, 1899, réimpression Genève, Slatkine, 1974.

4 Ibid., vers 277-279 : voici la réponse de Beuve au portier qui veut l’empêcher d’entrer dans la salle de noces et l’appelle « fiz a putein » :
« Porter », ceo dist li enfes, « si Jhesu me saut !
fiz a puteine su jeo verreiment,
que ma mere est puteine, si com jeo entent. »

5 Ibid., vers 15-44 et 120-121 :
« Ore oiez, ke il fest graunt pecché que doune jofne femme a viel homme barbé. »

6 Ibid., vers 311-314.

7 Ibid., vers 302 ; 310 ; 346-352.

8 Ibid., vers 406-410.

9 Ibid., vers 822-862.

10 Ibid., vers 921.

11 Ibid., vers 503-509 :
« Hermine », dist Brademound, « vostre file me donez, e, par Mahumet ! si vus la deveez, jeo ne vus lerrai chasteus ni citez ne de vostre tere ne mie demi pez ; Josiane girra delez le moun costé, e puis serra doné a doel e a vilté a le plus mauveis ke seit en ma tere trové ! »

12 C’est la même paresse à exercer son jugement qui entraîne Beuve à céder, quoique après quelque molle résistance et bien chastement, à l’amour de Josiane. La jeune fille, en effet, promet que par amour pour Beuve, elle se convertira au christianisme. Mais que vaut un tel serment dans la bouche d’une Sarrasine ? Pas plus que lorsqu’il écoute Hermine, Beuve ne soupçonne que le serment de Josiane puisse être un piège. Il a de la chance : Josiane est la femme par qui viendra le salut.

13 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., vers 530 ; 562-566.

14 Symboliquement, à chaque fois que Beuve accepte de voir porter atteinte à sa liberté : vers 531, après qu’Hermine lui ordonne de porter la bannière : « Sire », ceo dist Boefs, « si seit com vus comaundez. » ; vers 770, lorsqu’il cède, contre son gré, à l’amour de Josiane : « Damoisele », dist Boefs, « volunters e de gré. » ; vers 809 et 817, lorsqu’Hermine l’envoie porter la lettre, sans armes, et en lui interdisant de la montrer à quiconque : « Sire », ceo dist Boefs, « tut a vostre comaund ! » ; puis lorsqu’il est ligoté par les gardes de Bradmund : msB, vers 926 : « Sire », ceo dist Boefs, « ore seit a tun comaund ! ».

15 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., vers 229-232 :
« Sabot », fet ele, « il te covent jurer,
que tu fras uncore hui le enfant tuer,lequel tu vodras, pendre ou escocher. »
« Dame », ceo dist Sabot, « tut a vostre comaund. »

16 Ibid., v. 957.

17 Ibid., v. 214-219 ; 390-391.

18 Ibid., v. 992 sq.

19 Ibid., v. 2053-2116. Sur la signification de cette ceinture, voir R. Wolf-Bonvin, « Nouer l’amour, nouer la mort : la ceinture de Beuve de Hantone », à paraître dans Mélanges de littérature médiévale, Paris, Champion, 2000.

20 Ibid., v. 1495 sq.

21 Ibid., v. 2711 sq.

22 Ibid., v. 2529 sq.

23 Ibid., v. 3415 sq.

24 Toutefois, les plus barbares ne sont pas ceux que l’on pense : les événements de chrétienté se déroulent toujours avec des raffinements de sauvagerie que le poète épique épargne au monde sarrasin, comme s’il avait voulu rendre plus intolérables les agissements de ceux qui devraient agir selon la vraie foi.

25 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., v. 2579-2590.

26 Arrivant dans le royaume de Bradmund muni de sa fatale lettre, Beuve, pour preuve de son christianisme, entre dans le temple païen et brise la statue de Mahomet. Ibid., vers 876-887.

27 On peut du moins le supposer, puisqu’il les respecte dès le début de la chanson et qu’il n’a pu les recevoir ni de sa mère, ni du vieux Sabaoth qui, on l’a vu, use de la parole avec plus d’habileté que de franchise.

28 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., v. 1120-1126.

29 Ibid., v. 1393-1464.

30 Ibid., v. 2015-2041.

31 Der Anglonormannische Boeve de Haumtone, éd. cit., v. 2731-2742 et 3436-3443.

32 Sur le rôle de ce personnage, voir notre article, « Un médiateur de la Providence : le personnage de Sabaoth dans la version anglo-normande et la version en prose de Beuve de Hantone », Littérales n°22 : L’épopée tardive, 1998.

33 Josiane, après avoir étranglé le comte Milon qui l’avait épousée de force, est condamnée au bûcher : elle n’est pas sauvée par ordalie, mais par Beuve.

Auteur

Université de Pau et des pays de l’Adour

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540