Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce nous dist li escris… Che est la verite

 | 
Miren Lacassagne

Le poème d’Alexandre du chanoine Albéric

Ulrich Mölk

Texte intégral

1Le nom de l’auteur du poème d’Alexandre nous est parvenu par Lambrecht ; mais on le reconnaît aussi, quoique légèrement modifié, dans le premier remaniement français, l’Alexandre décasyllabique. Ici, il s’appelle Auberin (ms. de Venise, Museo Correr 1493, v. 10 : Auberin li canoine), là, Alberich ou Albrich. Le nom Albéric est très répandu dans les terres burgondes (duché, Haute-Bourgogne, partie septentrionale de la Basse-Bourgogne) tandis qu’on ne le retrouve que fort rarement dans la région, de langue provençale, qui s’y rattache au sud. G. Tuaillon (1970) a voulu voir dans le fragment qui nous est conservé une copie, exécutée par un scribe francoprovençal, d’un texte strictement provençal, ce qui, cependant, ne peut pas être exact puisque le fragment présente plusieurs formes purement françaises (p. ex. occisist et fist) que l’assonance empêche de remplacer par des formes provençales. Il est par conséquent plus convaincant d’attribuer le poème à la zone méridionale du francoprovençal, limitrophe du provençal. L’interprétation littéraire du fragment nous permet de préciser cette conclusion : le fait qu’Albéric a utilisé un grand nombre de sources latines, prouve qu’il avait à sa disposition une très riche bibliothèque, soit d’une cathédrale, soit d’une église collégiale, soit d’un couvent important, à Lyon, peut-être, ou à Vienne ou encore plus au sud. Mais il subsiste une difficulté, car Lambrecht, une fois (v. 13), appelle notre auteur Alberich von Bisinzo, ce qui, évidemment, serait peu compatible avec l’argumentation ici présentée. Comme il n’y a pas de doute que, pour Lambrecht, Bisinzo ne signifiât Besançon, métropole et ville libre impériale, et que, d’autre part, Besançon, pour des raisons linguistiques, ne convient pas, on a cherché d’autres solutions. Partant d’une erreur de la part de Lambrecht, Paul Meyer proposa Briançon (Hautes-Alpes), Pisançon (Hautes-Alpes, à 20 km au nord de Gap) ou Pizançon (Drôme, à 2 km à l’est de Bourg-de-Péage) ; Jules Ronjat (1927) plaida pour la dernière proposition de Meyer, celle-ci, seule, correspondant à l’hypothèse selon laquelle le fragment serait originaire de la zone intermédiaire entre le francoprovençal et le provençal. Cette hypothèse, cependant, ne prend pas en considération le fait que la sonorisation de la consonne initiale (P > B) n’est aucunement caractéristrique de la langue de Lambrecht, ni – ce qui est plus grave – le remplacement du suffixe -AN par -ON, car le toponyme en question, amplement attesté à partir du xie siècle, a toujours la forme Pisancianum (Castrum Pisancianum, castrum Pisanciani, mandamentum de Pisantiano, cas-tellum Pisancianum, même en langue vulgaire, encore au xive siècle, Pisansan). Est-il vraiment admissible que Lambrecht ait transformé un Pisansan de son modèle en Bisinzo ? La recherche, dans la région francoprovençale, d’un équivalent de Bisinzo présuppose qu’Albéric aurait choisi, pour son poème, la langue de son pays. Cette opinion, cependant, ne s’impose pas. Mais il y en a une autre qui, elle, s’impose réellement ; c’est qu’Albéric a choisi une langue que son public comprenait, et comme le francoprovençal ne possédait pas encore de langue littéraire, il est tout naturel d’admettre que les deux langues littéraires alors existantes, le français et le provençal, lui ont fourni des formes et des tournures dont il avait besoin. Vu sous cet angle, la patrie d’Albéric a bien pu être Besançon (le Besençun de la Chanson de Roland) ; Albéric a bien pu ajouter, à son nom de baptême, le nom de sa ville natale lorsque, vers la fin du xie siècle, il vivait ailleurs, quoique toujours dans le royaume de Bourgogne. Beaucoup d’exemples de l’époque nous montrent, en effet, que la mobilité des clercs, même au-delà des limites de diocèses et d’archevêchés, était tout à fait étonnante.

2Le fait que Lambrecht dit plusieurs fois que l’auteur de son modèle s’appelle Alberich, nous permet de faire encore une autre observation. Comment Lambrecht en connaissait-il le nom ? Probablement, le nom se lisait dans le texte lui-même, et comme nous savons qu’il ne figure pas au début du texte, il est logique de penser qu’il se trouvait dans un des vers finals, ce qui nous permettrait en plus de présumer qu’Albéric n’aurait pas laissé inachevé son poème. Ceci établi, il s’agit maintenant de savoir quel en était le plan. Nous disposons, pour discuter ce problème, d’une part, du remaniement de Lambrecht et, au moins pour le début, de l’Alexandre déca-syllabique, d’autre part, des différentes sources latines qu’utilisait Albéric.

3Chez Lambrecht, l’épisode final est la bataille entre Alexandre et Darius : Alexandre délivre la Grèce d’un tyran qui l’a longuement et injustement subjuguée ; Alexandre le vainc et le tue (v. 1527). Il est important de constater que le ms. de Vorau, qui est le témoin le plus important du texte de Lambrecht, s’achève sur la mention des deux noms d’auteur :

1529

Sus saget uns maister Albrich

unde der gute phaffe Lampret.

Diz liet ist war unde rehth.

1552

Hie duhte si beide diu maze.

(Ainsi nous le dit maître A. et le bon clerc L. Ce poème est vrai et bon. Tous les deux étaient d’avis qu’ainsi, le poème a la bonne mesure.)

4Partant de cette fin d’un poème, « bien mesuré », sa structure, pour l’essentiel, se présente ainsi :

    1. Naissance légitime d’Alexandre

    2. Son éducation (Aristote est un de ses maîtres, tout comme Neptanabus qui est tué par l’enfant)

    3. Bucifal

    4. Equipement d’Alexandre qui décline le titre prématuré de roi

    5. Alexandre vainc Nicolaus, roi de Césarée, et remporte la couronne du vaincu

    6. Réconciliation des parents

    7. Les messagers de Darius réclamant le tribut dû à leur roi par son vassal Philippe (colère d’Alexandre qui jure venger son père)

    8. La mort du père

    9. Alexandre, devenu roi, ralliant vassaux et voisins, soumet la Grèce, l’Italie, l’Afrique et la Palestine (y compris Tyr qui est détruite)

    10. Les cadeaux de Darius et la réponse d’Alexandre

    11. Victoire sur Mennès, vassal de Darius (Dan Clin, tuant Jubal, sauve la vie d’Alexandre, lequel tue Pincun et Mennès)

    12. Victoire sur Darius qui est tué par Alexandre.

5Les épisodes 1 à 8 relatent les « enfances » du héros, les épisodes 9 à 12, par contre, les exploits du jeune roi. Ceux-ci ne sont pas motivés par une volonté indomptable de conquérir le monde entier, mais par un fait politique très précis, la sujétion du peuple grec par Darius, roi des Persans, de laquelle Philippe, le père d’Alexandre, n’est pas capable de s’affranchir. Alexandre, qui a eu les meilleurs maîtres (2) et qui acquiert un cheval d’une qualité toute particulière (3), conscient de son rôle de fils de roi (4 et 6) et sûr, après sa première victoire, de ses propres forces (5), jure de se venger de Darius (7 et 10), serment qu’il parvient à réaliser, en pacifiant d’abord les terres de l’ouest, du sud et du Proche-Orient (9), en éliminant ensuite le vassal de Darius le plus puissant (11).

6Pour apprécier la façon dont Albéric a utilisé ses sources latines, dont la plus importante, mais non la seule, est l’Epitomé de Julius Valerius, nous allons faire quelques remarques sur les épisodes 1, 4, 5, 11 et 12, qui sont ceux où l’originalité d’Albéric est le plus manifeste. Nous commençons, procédant dans l’ordre inverse, par l’épisode 12 qui nous présente une mort de Darius que ne connaissent ni l’Epitomé ni l’Historia de preliis ni les historiens romains (Quinte-Curce, Justin, Orose). S’agirait-il d’une invention de la part d’Albéric ?

7D’abord, on dirait qu’à Albéric qui, d’une part, présente un despote ayant assujetti la Grèce et, de l’autre, un fils de roi proposant de secouer le joug du tyran, une mort de ce tyran par les faits du jeune héros même paraissait, certes, plus logique qu’une mort effectuée par des traîtres persans, d’autant plus qu’une telle opinion ne s’écartait aucunement du texte biblique. En effet, la Bible, aux deux endroits où elle parle d’Alexandre soit explicitement (Maccabées) soit allégoriquement (Daniel), dit ceci :

Et factum est, postquam percussit Alexander Philippi Macedo [...]
Darium regem Persarum et Medorum etc. (Macc. I 1, 1)
Cumque (sc. hircus = Alexander) appropinquasset prope arietem
(= Darius), efferatus est in eum et percussit arietem [...] cumque
eum misisset in terram, conculcavit etc.
(Dan. 8, 7)

8Evidemment, le verbe percussit ne signifie pas nécessairement « tua », mais il est intéressant d’ajouter que beaucoup d’exégètes et chroniqueurs ecclésiastiques l’ont ainsi interprété, p. ex saint Jérôme, dans sa Chronique (Migne 27, 399 : « Alexander obtinuit Babylonem interfecto Dario »), et, encore plus clairement, dans son Commentaire sur Daniel (Migne 25, 529 : « quem et superavit et occi-dit Alexander »). Plus tard, au ixe siècle, Raban Maur, dans son Commentaire sur les Livres des Maccabées, est péremptoire :

Itaque Alexandrum, Philippi et Olympiadis filium, Darium regem Persarum atque Medorum occidisse omnibus manifestum est.
(Migne 109, 1129)

9Ceci nous permet de faire une observation importante : Albéric avait devant lui deux traditions écrites différentes dont l’une (Epitomé, historiens romains) attribuait la mort de Darius à des traîtres tandis que pour l’autre (auteurs ecclésiastiques, que nous n’avons d’ailleurs pas tous cités), c’est Alexandre lui-même qui avait tué Darius ; Albéric, à l’opposé de sa source principale, adopte celle qui lui offre une variante cadrant beaucoup mieux avec son plan d’ensemble.

10Quant à l’épisode 11, nous constatons à peu près la même chose. Ici non plus, Albéric ne suit l’Epitomé ni, d’ailleurs, Justin ou Orose. Il semble qu’Albéric avait besoin d’une grande bataille précédant la bataille définitive. Il la trouva dans un texte en prose, sorte de supplément, rédigé probablement au xie siècle, au début du texte de Quinte-Curce, dont les deux premiers hvres étaient perdus. Ce supplément raconte la mort de Memno(n) mais ne précise pas que c’est Alexandre qui l’aurait abattu, et, auparavant, le service que Clitus rend à son roi qui est dangereusement menacé par un certain Rhosaces. Chez Lambrecht, le dernier s’appelle Jubal, Clitus c’est Daclym, et il y a encore un autre Perse nommé Pincun, tué par Alexandre. Il est évident que tout l’épisode remonte à Albéric qui, comme on le voit, introduit deux noms de son propre cru (Jubal, nom tiré, peut-être, de la Bible : Genèse 4, 21, et Pincun, probablement « Pinçon » qui, phonétiquement, n’est pas trop éloigné des Pinceneis de la Chanson de Roland), tout en retenant deux autres qui se rencontrent aussi chez Quinte-Curce (Memnon et Clitus lequel, chez lui, devient « Dan Clin » ou, plus probablement, parce que plus conformément au francoprovençal, « Don Clin ») ; et, ce qui est peut-être plus intéressant, notre poète, non content de s’écarter, ici aussi, de l’Epitomé, modifie sa nouvelle source sur un point essentiel : son jeune héros tue, de sa propre épée, le puissant vassal de Darius.

11L’épisode 5, récit du combat d’Alexandre et de Nicolaus (« Nicolas », probablement, chez Albéric), a ceci de particulier que Léon déjà, traducteur au xe siècle d’une version grecque du roman (et l’Historia de preliis, bien sûr, qui est un remaniement du texte de Léon), n’a plus compris qu’il s’agissait, dans son modèle, d’un combat sportif, une course de chars, en l’occurrence. Chez Léon, ce combat devient un combat mortel : Alexandre, victorieux, tue son adversaire (« manu propria occidit ») et gagne la couronne de son royaume. Dans l’Epitomé, il est vrai, la couronne est restée celle du vainqueur de la course (« Alexander Nicolao superato et reliquis qui certamini adfuerant, corona redimitus repatriat Macedoniam »), mais il est probable qu’Albéric, soit avec soit sans l’aide de l’Historia de preliis, a compris l’épisode de la même façon que celle-ci. Mais il y a encore autre chose. Albéric n’hésite pas à remplacer le pays de Nicolas (Pisa, Elis), sans y être invité par aucun texte que je connaisse, par Césarée (en Palestine) et à faire de celui-ci un vassal de Darius. Peut-être que le dernier détail qui était important au niveau du plan d’ensemble, présupposait l’éloignement géographique du royaume de Nicolas. Qu’il ait choisi Césarée, précisément, s’explique peut-être par le fait que cette ville portuaire importante est assez souvent mentionnée dans les livres (Bible, Eusèbe, Isidore etc.) – de sorte qu’il n’est pas nécessaire d’en tirer un terminus post quem pour la datation du poème (arrivée, en 1099, des croisés devant cette ville) – et a en outre l’avantage de n’être pas trop éloignée de Tyr, dont le duc, chez Albéric, est également vassal de Darius. Quoi qu’il en soit, l’épisode montre, de la part de notre poète, une originalité ou, si l’on préfère, un talent artistique tout à fait remarquable.

12Dans l’épisode 4, pour lequel nous possédons, tout comme pour l’épisode suivant, non seulement le texte de Lambrecht mais encore la version française en décasyllabes, il y a un détail qui mérite notre attention d’autant plus qu’ici, le grand roman d’Alexandre s’écarte de ses prédécesseurs. C’est que Lambrecht et le remanieur poitevin précisent que le jeune héros, lorsqu’il entre, bien équipé, dans le palais, est par tous salué comme leur roi, titre qu’il rejette avec colère puisqu’il ne possède pas encore de terre :

314

Reau ! s’escrient, nostra reis est venuz.

-E Alixandres s’en est molt irascuz,

Damedeu jura e les soes vertuz

Qui rei l’apele cha ne sera sis druz.

368

Si gruzten in als ein chunich.

Er sprach, wa si des gedahten,

daz sim eins chuniges namen anleiten

al die wil, als er so vil chunicriches niuht hete

da er sinen vinger uf geleite.

Ils le saluèrent comme un roi. Il dit comment ils pouvaient avoir l’idée de lui donner le titre de roi au moment où il ne possédait, d’un royaume, même pas autant que son doigt y trouverait place.)

13L’accord exact du texte allemand et du texte français montre indubitablement que la scène remonte à Albéric, scène d’ailleurs qu’il n’a pas puisée dans ses sources et où il met en relief une conception idéologique précise. Alexandre qui, par un de ses maîtres, a été instruit dès l’enfance en matière de droit (autre détail qu’Albéric a ajouté au récit), connaît sa propre position juridique : quoique fils de roi, il n’est pas encore roi, parce qu’il ne possède pas de royaume, fût-ce celui dont il est l’héritier légitime ou un autre qu’il aurait conquis. On voit tout clairement à quel public Albéric s’adresse : l’aristocratie dont il adopte et propage la vision du monde.

14Et il y a encore autre chose qui nous intéresse dans le même épisode et qui confirme ce que nous venons de dire. Evidemment, pour un jeune aristocrate de l’époque d’Albéric, il était extrêmement important d’être fait chevalier et d’entrer, par là, dans le monde chevaleresque des adultes. Dans l’Epitomé, il n’y a que ceci : Alexandre demande à son père de lui donner char et chevaux pour qu’il puisse participer à la course de Pise. Chez Albéric, l’équipement d’Alexandre a la fonction plus générale de le faire chevalier. Cela ressort, à n’en pas douter, de l’accord de Lambrecht et du remanieur poitevin, dont il suffit de citer les vers suivants :

190

Quince anz avez e quatra meis passez,

Il est ben dreiz que siez adobez.

(Ici, c’est la mère qui s’adresse à A.)

349

Er chot : Fater, nu bin ich funfzen jar alt

[...]

357

Der chunich ne wolte es niwiht beiten,

er hiz daz chint bereiten.

(Il dit : Père, j’ai quinze ans maintenant... Le roi n’admit aucun retard, il donna l’ordre d’équiper l’enfant.)

15Chez Lambrecht, la scène entière ne comprend que 19 vers, tandis que le remanieur poitevin la développe beaucoup plus amplement (141 vers). Probablement, Albéric, lui aussi, était relativement bref : ce n’était sans doute pas encore une cérémonie complexe et solennelle d’adoubement mais plutôt un acte d’équipement qui se faisait à un âge précis du jeune homme (quinze ans) et qui avait la fonction de l’intégrer dans le monde chevaleresque.

16En ce qui concerne l’épisode 1, il suffit peut-être de faire ressortir ici un détail qui rentre dans le même domaine que ceux que nous avons discutés tout à l’heure : la vision du monde aristocratique. Ici, au début du poème, il s’agit de la mise en relief d’une naissance légitime. Albéric, se dégageant nettement de sa source principale, souligne qu’Alexandre est véritablement le fils de Philippe et d’Olimpias, qui, tous les deux, sont également d’extraction royale. Certes, Albéric disposait de sources littéraires qui, sur ce point, étaient sans équivoque (Bible, historiens romains) ; mais ici, il ne choisit pas seulement celle des traditions écrites qui lui paraissait la bonne, comme nous l’avons vu à propos de l’épisode final ; ici, il est explicite polémisant de façon sévère contre tous ceux qui voient la chose différemment :

27

Dicunt alquant estrobatour

que.I. reys fud filz d’encantatour.

Mentent, fellon losengetour ;

30

mal’en credreyz nec un de lour,

qu’anz fud de ling d’enperatour

et filz al rey Macedonor.

(Pour estrobatour ‘perturbateurs’et mal’= mala, à interpréter comme l’ancien fr. mar suivi d’un verbe au futur, nous renvoyons à notre édition critique du fragment d’Albéric laquelle paraîtra sous peu.)

17Où que l’on regarde, partout – là où nous pouvons apprécier le texte authentique et encore là où nous pouvons reconstituer la trame entière du poème à l’aide des remaniements postérieurs – il est surprenant de constater avec quelle assurance Albéric utilisait ses multiples sources pour composer son poème. C’est un poème qui s’adresse à la classe chevaleresque, présentant, cependant, un héros qui n’appartient pas, comme p. ex. Charlemagne, à l’histoire nationale mais à l’histoire ancienne, bien que le royaume dont il est question marque une étape importante de l’histoire universelle déterminée par Dieu et interprétée par les auteurs ecclésiastiques. L’Alexandre d’Albéric n’est tout de même pas identique à l’Alexandre biblique ou celui des historiens. Dans la Bible tout comme chez Orose ou Quinte-Curce, le portrait d’Alexandre n’est aucunement libre de touches expressément négatives (orgueil démesuré, cruauté excessive, p. ex.), Albéric, par contre, célèbre un prince parfait, engendré et éduqué noblement, soucieux d’honneur, de légitimité et de souveraineté, possédant toutes les vertus chevaleresques qui garantissent son succès militaire et politique. Albéric présenta à son public aristocratique un modèle d’identification que celui-ci ne connaissait pas. Il y parvint en recourant à une vaste gamme d’écrits latins, profitant, cependant, aussi de ce que les littératures française et provençale avaient déjà élaboré. Albéric, partageant l’idéologie de la classe noble, était un poète érudit ; peut-être, le copiste italien qui le qualifie de chanoine n’avait-il pas tort.

Auteur

Université de Göttingen

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540