Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce nous dist li escris… Che est la verite

 | 
Miren Lacassagne

Le terroir d’Orson de Beauvais

Jean-Pierre Martin

Texte intégral

  • 1 Orson de Beauvais, Chanson de geste du xiie siècle publiée d’après le manuscrit unique de Cheltenh (...)
  • 2 Jean-Pierre Martin, Une Chanson de geste du xiie siècle, Orson de Beauvais. Etude linguistique et (...)

1En éditant Orson de Beauvais en 1899, Gaston Paris a situé avec une grande vraisemblance en Beauvaisis l’origine de cette chanson1. Les conditions particulières dans lesquelles cette première édition fut préparée ayant justifié une nouvelle édition, la question du terroir dans lequel elle a été conçue s’est une nouvelle fois posée. Les conclusions ne sont pas différentes sur ce point. Mais en reprenant le travail, il a été possible de réunir un plus grand nombre d’éléments et de proposer une vision d’ensemble renouvelée de la question2.

2On sait que ce texte raconte les tribulations du duc de Beauvais Orson, de sa femme Aceline et de leur fils Milon, victimes d’une trahison perpétrée par Hugon de Berry, compagnon d’Orson et parrain de Milon. Le traître, après avoir convaincu le duc de partir avec lui à la Croisade, le vend aux Sarrasins, puis revient en France, où il raconte que son compagnon est mort à Jérusalem, et soudoie l’empereur pour obtenir la main de la prétendue veuve et s’emparer en même temps du fief. La chanson est largement inspirée de Beuve de Hantone, et il n’y a donc pas à rechercher à son contenu narratif le moindre fondement historique. Le Beauvaisis, en particulier, n’a jamais constitué un duché, surtout avec l’étendue qui lui est donnée dans le texte, où il recouvre aussi le Vermandois, le Santerre, l’Amiénois et peut-être le Ponthieu. Il n’est pas exclu toutefois que, dans cette fiction, le poète ait pu, à travers les noms propres notamment, faire allusion à des personnages ou des événements plus ou moins proches de la période où il a composé son œuvre.

  • 3 Régine Le Jan, Famille et Pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie soci (...)
  • 4 Gaston Paris, éd. cit., pp. lxviii-lxix. Cf. L.-H. Labande, Histoire de Beauvais el de ses institu (...)
  • 5 V. Leblond, La Cathédrale de Beauvais, Paris, Henri Laurens, 1956, pp. 5 et 9-10.

3S’agissant des personnages, les noms d’Orson, d’Aceline et de Milon ne trouvent guère de correspondants historiques. On trouve un Ursus, père d’un Urson, dans la première moitié du xe siècle parmi les Bosonides3, mais on ne voit guère en quoi il pourrait être lié au Beauvaisis. Le nom d’Orson n’apparaît hé à Beauvais, comme l’indique G. Paris, qu’avec Ursion, évêque-comte de la ville de 1085 à 10894, et c’est sans doute le rapprochement historique le moins invraisemblable. La mention au vers 2527 du grant moutier saint Pere attire d’ailleurs l’attention sur un monument dans la construction duquel les divers évêques de Beauvais furent évidemment impliqués au premier chef, qu’il s’agisse de la première cathédrale, dont les fondements furent jetés par l’évêque Hugues en 949, et qui fut incendiée en 1180 et en 1225, ou de celle que nous connaissons aujourd’hui et dont l’édification commença après ce dernier incendie5.

4Le nom de Hugues est en revanche beaucoup plus largement connu. S’il n’est guère possible de rapprocher le traître de l’évêque qui entreprit la construction de la première cathédrale Saint-Pierre, trois coïncidences partielles peuvent ici être évoquées :

  1. C’est à la suite du mariage de Hugues le Maine, frère du roi Philippe Ier, avec Adèle ou Adélaïde, héritière du comté de Vermandois6, que ce dernier, le plus important des fiefs situés entre l’espace français et l’espace flamand, est entré dans l’orbite royale. Adélaïde était la fille de Herbert IV de Vermandois, lequel avait en 1077 récupéré du chef de sa femme les comtés de Valois et d’Amiens lorsque le frère de celle-ci, Simon de Valois, s’était retiré à l’abbaye du Mont-Jura. L’alliance des deux lignages permettait ainsi de constituer un vaste ensemble territorial qui aurait pu donner naissance à une véritable principauté autonome7. Mais en déshéritant son fils Eudes au profit d’Adélaïde, Herbert IV permit au Capétien de mettre la main sur la région8. L’annexion de fait eut lieu en 1102, après la mort de Hugues à la Croisade9. Acquisition d’un fief par mariage et dépossession de l’héritier légitime au profit d’un Hugues que soutient le roi : on peut voir là quelques analogies avec notre chanson.
  2. Le nom de Hugues a été particulièrement répandu dans la descendance de Hugues de Tours, autrement dit, après le mariage de sa fille (elle aussi nommée Adélaïde) avec Robert le Fort10, chez les Robertiens. Or la longue rivalité de ces derniers, futurs Capétiens, avec les Carolingiens, a contribué à leur faire porter une réputation d’usurpateurs : ainsi Robert le Fort avait été l’allié de Wenilon contre Charles le Chauve lors de la révolte de 85811. Malgré sa victoire contre les Normands et sa mort héroïque à Brissarthe, il est présenté par Hincmar dans les Annales Sancti Bertini comme un usurpateur puni par Dieu12. On sait que la légitimité des premiers rois robertiens eut quelque mal à se faire reconnaître, et qu’ils eurent à compter jusqu’à la fin du xe siècle au moins avec une opposition, peut-être plus prestigieuse que réellement puissante au demeurant13 : la littérature conserva longtemps la mémoire de cette indignité originelle, puisque la chanson de Hugues Capet, au xive siècle, jouera précisément sur l’opposition entre une naissance peu reluisante et les qualités personnelles supérieures du héros, finalement reconnu digne de se voir transmettre par mariage la succession des Carolingiens14. Ajoutons que le fils de Hugues Capet, Robert le Pieux, avait eu maille à partir avec l’Eglise pour avoir épousé sa cousine qui, circonstance aggravante, était aussi sa commère, nouveau point commun avec Hugon15.
  3. L’attribution du Berry à Hugon peut-elle être enfin rapprochée des rapports qu’ont eus les Robertiens avec cette région ? Le beau-père de Robert le Fort, qui a légué aux descendants de ce dernier le nom de Hugues, avait à Tours, à proximité du Berry, la base de sa puissance. Robert le Fort, lui-même longtemps maître de la Touraine, y a un temps ajouté le Berry16. La présence d’un autre Hugues, deuxième fils du comte de Tours Thibaud le Tricheur, à la tête de l’archevêché de Bourges de 969 à 985, peut aussi avoir laissé un souvenir : U s’agissait encore d’un descendant de Hugues de Tours, mais aussi de Herbert II de Vermandois17, ce qui le qualifie mal pour un rapprochement avec l’usurpateur de la chanson. Notons encore que la vicomté de Bourges fut rattachée au domaine royal à la fin du xie siècle, soit à l’époque où les Capétiens commencèrent à asseoir leur domination sur le Vermandois. Ils détenaient La Châtre depuis beaucoup plus longtemps18 : pas plus que la Picardie, le Berry n’était alors unifié : depuis la mort du dernier comte de Bourges, en 927, il était éclaté entre un Bas-Berry qui regarda longtemps vers l’Aquitaine, et les châtellenies du Haut-Berry, vite dépendantes des Robertiens puis des maisons d’Anjou ou de Blois19, ce qui exclut, comme pour le duché d’Orson, quelque correspondance que ce soit entre le fief supposé de Hugon et la situation réelle de la région correspondante aux xie et xiie siècles. A la fin du ixe siècle, en revanche, le fils de Robert le Fort, Eudes, premier roi robertien, avait donné le comté de Bourges à un de ses fidèles, lui aussi nommé Hugues, dépossédant ainsi le duc d’Aquitaine Guillaume le Pieux qui ne reconnaissait pas son élection, et qui récupéra très vite son bien après avoir fait passer l’intrus de vie à trépas20 : usurpation ou prise de possession d’un fief par un Hugues proche du roi capétien21.

5Ces divers rapprochements doivent être nuancés par deux observations :

  1. S’il paraît plus facile de trouver des correspondants historiques au personnage de Hugon, c’est d’abord par suite de la fréquence de ce nom dans l’onomastique nobiliaire des ixe-xie siècles : on le trouve 29 fois dans l’index du livre de R. Le Jan, pour 20 Thierry, 15 Louis, 13 Arnoul, 13 Guillaume, 11 Bernard, 11 Eudes, 11 Adalhard, et 9 Charles seulement. Celui de D. Barthélémy, qui toutefois ne s’attache pas seulement à l’onomastique, pour les xie et xiie siècles, ne connaît plus qu’un Arnoul, un Charles et un Thierry, 4 Louis, 5 Eudes, 6 Bernard, et surtout 22 Guillaume (auxquels il faudrait ajouter au moins 3 Guilhem), mais encore 16 Hugues ; Adalhard a disparu. C’est aussi que les actes d’usurpation, de révolte ou d’insubordination, réels ou perçus comme tels ici ou là, ne manquaient pas. Il reste que le choix, par l’auteur d’Orson, d’appeler son traître Hugues ne saurait totalement relever du hasard dès lors que, dans les familles princières, la moitié environ des Hugues repérés appartenaient à la descendance de Hugues le Fort, Hugues le Maine ou de Vermandois étant le dernier fils de roi à l’avoir porté pour la période considérée, c’est-à-dire précisément à l’époque où les Capétiens commencent à faire un usage systématique du nom carolingien de Louis. Le choix du nom donne ainsi une certaine vraisemblance à l’hypothèse de l’allusion, mais n’autorise aucune identification complète, d’autant plus que le dernier intéressé, chef du contingent français de la Première Croisade, mort en Orient de ses blessures, correspond mieux à l’image littéraire d’un héros qu’à celle d’un traître22.
  2. Et quand bien même on pourrait avec certitude proposer une telle identification, la chanson ne nous offrirait que l’application d’un nom à un type littéraire largement conforme à la fois à la tradition des chansons apparentées à Beuve de Hantone, et à celle du mauvais conseiller que sa naissance indigne voue nécessairement à devenir usurpateur.

6Les rapports entretenus par le texte avec l’espace, et plus généralement le milieu géographique picard, semblent a priori moins problématiques. G. Paris relevait déjà la précision des informations géographiques d’Orson, du moins en France, et tout particulièrement en Picardie. Les fiefs attribués à Orson ou dépendant de lui (vv. 1820-1825) sont situés dans un espace cohérent et aisément repérable :

« Ci sui Ors par mon [non] de Biauvaiz apeléz ;
Amiens tieg et Corbie et Ancre [par] deléz,
Batpaumes et Peronne, et Saint Cointin deléz,
Ribemont et Chaunin et Noon la cité,
Ham e Roe et Naalle, et Mondidier deléz,
Et Brusteul et Clermont et trestot le regné. »

  • 23 Histoire de la Picardie, p. 143.
  • 24 Id., La Terre et les Hommes, p. 487.

7Le vers 1226 lui attribuait Amiens, le Vermandois et le Ponthieu. Enfin le vers 2196 indique que Gui de Vermandois a reçu de Hugon, devenu duc à la place d’Orson, le fief de Santerre, et Hugon lui-même est, par suite de son usurpation, donné pour maître du Santerre et du Ponthieu au v. 1242. Cet ensemble territorial, s’il n’a jamais constitué un duché, n’en est pas moins spatialement cohérent, et témoigne, de la part de l’auteur, d’une connaissance précise des lieux. C’est ce que montre d’abord le choix des localités mentionnées dans les vers ci-dessus : à la seule exception de Chauny, toutes figurent parmi les sièges de comtés ou de châtellenies diverses sur la carte des cadres seigneuriaux picards au xiie siècle qui illustre l’étude de R. Fossier sur la société picarde au Moyen Age23. Elles en fournissent d’ailleurs, pour les comtés de Vermandois et de Montdidier, ainsi que pour l’Est du comté d’Amiens, un relevé presque complet. Et si la chanson n’évoque à aucun moment le comté de Montdidier, alors que celui de Clermont y occupe une place de premier plan et que la ville de Montdidier y est plusieurs fois mentionnée, c’est sans doute une indication a contrario : ce comté eut en effet une existence autonome de 950 à 1054, mais fut ensuite absorbé par les fiefs voisins de Valois et de Vermandois24.

  • 25 Gaston Paris, Orson, p. lxxiii et note 3.

8L’itinéraire emprunté par Orson et Hugon aux vers 195 et 196 montre aussi une bonne connaissance de la région. Si pour atteindre l’Italie ils font un léger détour vers le Nord, par Saint-Just, Montdidier et Noyon, ils retrouvent ensuite une route plus attendue par Soissons, Reims et Châlons. On ne voit guère à quoi attribuer ce détour25, à moins qu’il ne s’agisse d’un éventuel itinéraire de jongleur allant d’un évêché (Beauvais) à un second (Châlons) en passant par d’autres sièges épiscopaux (Noyon, Soissons, Reims) ; encore faudrait-il rendre compte alors de l’absence de Laon dans cette énumération. Mais quoi qu’il en soit, l’ordre suivi est parfaitement cohérent et implique une connaissance directe.

9Celui dans lequel les vers 1821-25 présentent le fief d’Orson respecte de même la géographie de façon très précise : commençant par Amiens, il se dirige d’abord vers le nord-est : Corbie, Ancre (Albert) et Bapaume, limite septentrionale de l’Amiénois ; il prend ensuite le chemin du Vermandois : Péronne, Saint-Quentin. Après avoir ainsi joint l’ensemble des chefs-lieux seigneuriaux couvrant la zone au nord, il s’oriente vers le sud, d’abord en descendant le cours de l’Oise : Ribemont, Chauny, Noyon ; puis par la route qui, au sud-ouest, joint Saint-Quentin à Beauvais : Ham, Roye, Nesle (ces deux dernières, très proches, étant ici interverties), Montdidier, Breteuil. A ce niveau, le nom de Beauvais n’est pas répété, et, au prix d’un léger virage à gauche, le sud de la zone est atteint à Clermont. On notera la position centrale accordée à Saint-Quentin, pivot des trois axes ouest-est, nord-sud, nord-est-sud-ouest. C’est une véritable carte routière des terres attribuées à Orson que nous donnent ainsi ces vers, notamment pour le Santerre et le Vermandois ; le Ponthieu n’est mentionné que de loin. C’est peut-être aussi la topographie des lieux qui peut se reconnaître dans le paysage relativement accidenté du Beauvaisis, avec ses puis (v. 2334), ses tertres, ses vaus, ses mons (v. 2231) et ses larris (v. 845), ainsi que le rocher sur lequel est assis le château de Clermont (vv. 2492 et 2648). Mais le vers 2217 semble évoquer des cols et des défilés dans le Santerre, ce qui semble pour le moins une exagération épique destinée à donner à la région une configuration apparentée à celle de la Chanson de Roland, et dans l’ensemble le cadre de l’action est à cet égard conforme à la rhétorique traditionnelle du paysage épique.

10Cette connaissance de la région est confirmée par la place que la chanson accorde aux bourgeois, toujours fidèlement attachés à leur duc légitime : en témoignent leurs larmes au moment de son départ (v. 171), leur chagrin lors du remariage forcé de la duchesse (v. 434) puis du supplice qui lui est infligé (v. 859), mais aussi leur joie quand Hugon revient mal en point de sa première rencontre avec Milon (v. 739). Ils n’hésitent pas à fermer la porte à Hugon dès lors qu’Aceline, en danger d’être brûlée vive sur son ordre, a été mise à l’abri à Clermont (vv. 2170-2191), montrant ainsi qu’ils ne toléraient l’usurpateur qu’autant qu’il tenait son pouvoir de son mariage avec la duchesse. Et lorsque Hugon a réussi avec l’aide du roi à rentrer dans la ville, et qu’il punit les principaux bourgeois, le texte y voit un scandale susceptible de rejaillir sur l’honneur royal (vv. 2427-2434). Doon au contraire peut avec confiance faire appel aux bourgeois de Clermont, qui prennent aussitôt les armes et lui fournissent un renfort de plus de cinq mille combattants (vv. 2234-2237, 2247, 2259-2261). Sans doute la place qui leur est accordée demeure-t-elle réduite : l’univers de la bourgeoisie n’est guère propice au déploiement des vertus héroïques. Il est cependant assez notable par rapport à ce que l’on trouve ordinairement dans la production épique : quasi inexis-tance des habitants des villes, apparaissant tout au plus dans les récits de siège pour servir de gibier aux pillards ou aux incendiaires, au mieux à titre d’hôtes accueillants et généreux à l’égard du héros malheureux (Aliscans) ; ou au contraire, dans les textes plus tardifs (Hervis de Mes, Hugues Capet), incarnation de valeurs antihéroïques et servant ainsi de faire-valoir au héros. Tout en accordant nécessairement les premiers rôles à l’aristocratie guerrière, Orson de Beauvais, en définitive, traite plutôt les bourgeois avec respect. C’est là très vraisemblablement le reflet d’une évolution propre à l’histoire picarde.

  • 26 Robert Fossier, Histoire de la Picardie, pp. 148-150. Cf. Emest Berlemont, op. cit. ; Emmanuel Lem (...)

11Si l’on excepte l’Italie dont l’urbanisation très ancienne et l’activité économique très avancée faisaient une zone particulière, la Picardie est la région d’Europe où l’émancipation urbaine fut la plus précoce et la plus générale26.

  • 27 Robert Fossier, Ibid., pp. 150-152 ; cf. Id., La Société médiévale, Paris, Colin, 1994 (2e tirage) (...)

12Saint-Quentin et Beauvais ont une charte avant la fin du xie siècle ; Abbeville, Noyon, Amiens, Saint-Riquier, dans le premier tiers du xiie siècle ; Ham, Péronne, Soissons, Senlis, Ancre (Albert), Montdidier, Roye, Vermand, Compiègne, Corbie, avant le xiiie siècle27. Or l’octroi d’une loi marque moins l’émergence d’une conscience bourgeoise que sa reconnaissance officielle ; il constitue un premier aboutissement, non un point de départ, et c’est dès le milieu du xie siècle par conséquent qu’il faut situer le développement du mouvement qui va aboutir à la constitution des communes. Décrivant une bourgeoisie déjà bien organisée et installée, notre texte témoigne ainsi d’une connaissance vraisemblable des villes picardes à partir du xiie siècle. Les activités qu’il lui attribue font aussi écho aux droits accordés aux communes :

  • 28 Jean Estienne, loc. cit., p. 32.

13Abbeville, Soissons, Amiens étaient de véritables républiques bourgeoises [...] ayant le droit [...] de s’armer, de lever des troupes et d’entreprendre des opérations militaires [...]28.

  • 29 Id., Ibid. ; Dominique Barthélémy, op. cit., p. 118.
  • 30 Robert Fossier, Histoire de la Picardie, pp. 159-160.

14Plus souvent toutefois, il s’agit seulement, au plan militaire, de la possibilité d’élever et de garder des remparts29 : mais tel est bien précisément le pouvoir dont usent dans Orson les bourgeois de Beauvais lorsqu’ils ferment leurs portes à Hugon. En revanche le développement limité du système féodal en Picardie n’est pas sensible. Les liens interpersonnels y semblent encore fortement marqués. La chanson cherche plus à ce niveau à figurer un idéal de société où l’hérédité et l’investiture féodale se rejoignent parfaitement, qu’une réalité où la part aussi bien des alleux que de l’administration royale directe était encore très importante30.

  • 31 Dans les obituaires et cartulaires, son nom est toujours Beata Maria de Basso Opere : V. Leblond, (...)
  • 32 Id., Ibid., et Robert Fossier, Histoire de la Picardie, pp. 154-156.

15Mais trois autres traits confirment enfin la solidarité de notre auteur avec la Picardie du xiie siècle. C’est tout d’abord la mention du nom de saint Richier au vers 3098, qui fait écho au prestige de l’ermite sur le tombeau duquel fut édifié la célèbre abbaye. C’est ensuite, à Beauvais même, l’évocation au vers 2527 du grant moutier saint Pere, qui a déjà été signalée. Cette désignation correspond ici vraisemblablement à celle de Haut-Œuvre, par laquelle on distingue le nouvel édifice de la Basse-Œuvre, c’est-à-dire de l’ancienne cathédrale Notre-Dame, d’époque carolingienne, qui lui est contiguë31. La mention des chanoines de la cathédrale au même vers correspond tout à fait, par ailleurs, à un trait notable de Beauvais et de la Picardie au xiie siècle : le nombre particulièrement élevé de chapitres dans la région, et bien entendu la présence de l’un d’entre eux à Beauvais32. Or il s’agit là de la seule mention que le texte fasse du monde ecclésiastique en France, avec celle de l’archevêque auquel Milon se confesse avant le combat judiciaire (v. 3459). L’absence du clergé régulier ne saurait à elle seule prouver quoi que ce soit, mais elle s’accorde bien avec la faiblesse relative de celui-ci dans la région.

16Le dernier trait concerne Baudouin de Flandre, et a été justement relevé par G. Paris. Le vers 3267 énumère ainsi ses possessions :

17Cil tint Arras et Lille et Ypre et Bruge et Gans.

  • 33 Gaston Paris, Orson, p. lxxvi ; Robert Fossier, La Terre et les Hommes, p. 482, et Histoire de la (...)
  • 34 Pierre Pierrard, op. cit., p. 63.
  • 35 Claude Régnier, Les Rédactions en vers de la Prise d’Orange, Paris, Klincksieck, 1966, p. 90, note (...)

18Or si les quatre dernières villes ont appartenu au comte de Flandre pendant tout le Moyen Age, sa domination sur Arras n’a été que transitoire. Tombé aux mains de la Flandre au début du xe siècle, le comté d’Artois en a été détaché en 1191, date à laquelle il a été réuni au domaine royal33. Ce n’est toutefois qu’au traité de Péronne, en 1200, que l’Artois est officiellement cédé à Philippe-Auguste par le comte de Flandre Baudouin IX34. L’indication ne montre plus seulement une familiarité avec la région, elle fournit à la chanson les éléments d’un terminus ad quem, le souvenir de cette appartenance devant être encore assez vivace pour que ce vers puisse être écrit35.

  • 36 Gaston Paris, Orson, p. lxix. Cf. L.-H. Labande, op. cit., p. 31.

19Le contraste est alors d’autant plus frappant entre cet ensemble d’indications assez précises et le caractère imaginaire du domaine attribué à Orson. Non seulement les fiefs énumérés n’ont à aucun moment constitué une unité politique, mais le comté de Beauvais lui-même ne fut jamais rattaché à l’un d’entre eux qu’autant qu’il dépendait au même titre qu’eux du pouvoir royal. Devenu fief ecclésiastique dès 101536, son histoire propre s’écarte encore plus de celle de ses voisins du nord, et il est donc impossible de trouver entre eux le moindre rapport susceptible de servir de référent historique au domaine affecté à Orson, sans même parler du duché de Beauvaisis qu’évoque le vers 3222.

  • 37 Il est vrai que le mot Biauvoisin, dans le dernier cas, se trouve en fin de vers, ce qui en diminu (...)

20On a ainsi le sentiment que la chanson relaie a posteriori le désir d’unité qui s’était fait jour au temps de Herbert II ou de Herbert IV de Vermandois par le biais d’une fiction de duché picard centré sur Beauvais, et récupérant sa liberté que l’usurpateur Hugon et ses sbires étrangers, avec l’aide du roi, avaient un temps étouffée. En même temps le texte laisse percevoir des indices dénonçant cette fiction : Beauvais, ville épiscopale, extérieure aux comtés picards, ne saurait en aucune manière en être la capitale féodale commune. L’auteur montre trop bien sa connaissance de la région pour se tromper et (sauf à fabriquer des fantaisies gratuites) chercher à tromper son public sur ce point. Il nous le dit presque expressément lorsqu’il situe le lieu de naissance d’Orson successivement en France (v. 6) et en Beauvaisis (v. 1225), intégrant par là le second à la première37. Sans doute n’ignore-t-il pas que, si l’unité picarde a pu être tentée, ce sont le Vermandois et le Valois, non le Beauvaisis, qui en ont été les foyers successifs : au vers 1510, Orson est ainsi appelé duc de Vermandois (mais c’est en fin de vers, et il s’agit peut-être d’une pure facilité de versification). On a vu aussi que l’espace constituant ce fief était imaginé à partir d’un squelette de routes articulé autour de Saint-Quentin. Si la contradiction entre la réalité féodale et la fiction du texte ne relève pas d’une pure absurdité, d’une fantaisie gratuite, elle peut recouvrir des allusions historiques ou politiques que nous ne pouvons plus que supposer, mais que le public de la chanson percevait sans doute beaucoup plus aisément. Dès lors le choix d’évoquer à propos de ce fief imaginaire une usurpation commise avec l’appui du roi par un traître nommé Hugon de Berry (un amalgame entre Hugues de Bourges et Hugues de Vermandois est-il tout de même concevable ?) pourrait conserver la trace de rancœurs qu’aurait suscitées la prise de contrôle de l’espace picard par les Capétiens à la fin du xie siècle.

Notes

1 Orson de Beauvais, Chanson de geste du xiie siècle publiée d’après le manuscrit unique de Cheltenham par Gaston Paris, Paris, Firmin Didot, 1899 (S.A.T.F.), p. xxxv.

2 Jean-Pierre Martin, Une Chanson de geste du xiie siècle, Orson de Beauvais. Etude linguistique et littéraire, édition, notes, index et glossaire d’après le manuscrit B.N.N.A.F. 16 600. Thèse de Doctorat d’Etat préparée sous la direction de M. Jean Dufoumet et soutenue devant l’Université de Paris III le 27 novembre 1998. La présente contribution reprend approximativement les pp. 141-151 de cet ouvrage. Les références au texte renvoient à cette nouvelle édition.

3 Régine Le Jan, Famille et Pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, pp. 403 et 455.

4 Gaston Paris, éd. cit., pp. lxviii-lxix. Cf. L.-H. Labande, Histoire de Beauvais el de ses institutions communales jusqu’au commencement du xve siècle, Paris, Imprimerie Nationale, 1892, p. 52.

5 V. Leblond, La Cathédrale de Beauvais, Paris, Henri Laurens, 1956, pp. 5 et 9-10.

6 Ce nom revient à plusieurs reprises dans les rapprochements éventuels qu’on peut effectuer. C’était déjà celui de la femme de Richard le Justicier, frère du bosonide Ursus. Peut-on toutefois penser qu’il y ait un rapport entre Aceline et Adèle ou Adeline ?

7 Pierre Feuchère, « Une tentative avortée de principauté territoriale au xie siècle : la principauté Amiens-Valois-Vexin », Revue du Nord, 35, 1953, pp. 81-82 ; Robert Fossier, « La Société picarde au Moyen Age », dans Histoire de la Picardie, s.d. R. Fossier, Toulouse, Privat, 1974 (Univers de la France et des pays francophones), p. 138 ; Pierre Pierrard, Histoire du Nord. Flandre, Artois, Hainaut, Picardie, Paris Hachette, 1978, p. 60.

8 Ernest Berlemont, Histoire de l’émancipation communale à Saint-Quentin et dans le Vermandois, Saint-Quentin, Librairie Parisienne de Langlet, 1873, p. 86 ; Emmanuel Lemaire, « Essai sur l’histoire de la ville de Saint-Quentin », tome troisième, dans Mémoires de la Société académique de Saint-Quentin, 4e série, t. VIII, 1886-1887, p. 351 ; Robert Fossier, La Terre et les Hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie siècle, Paris-Louvain, Nauwelaerts, 1968, pp. 479-480 et 542 ; et Histoire de la Picardie, p. 140.

9 Cte de Mas-Latrie, Trésor de Chronologie d’Histoire et de Géographie pour l’étude et l’emploi des documents du Moyen Age, Paris, Victor Palme, 3 vol., 1889, III, 1698 et 1693 ; Jean Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, Fayard, 1993, s.v. Valois.

10 Régine Le Jan, op. cit., p. 209.

11 Laurent Theis, op. cit., p. 49.

12 Id., Ibid., p. 70.

13 Id., Ibid., pp. 129-136. R. Fossier parle des interrègnes des « usurpateurs robertiens » et de « l’usurpation de Hugues Capet » : Histoire de la Picardie, p. 139.

14 Hugues Capet, chanson de geste, publiée pour la première fois d’après le manuscrit unique de Paris par M. le marquis de La Grange, Paris, Franck, 1864 (Anciens Poètes de la France) ; traduction : Le Roman de Hugues Capet au xive siècle, traduit par François Suard et Jean Subrenat avec une introduction historique de J. Subrenat, Troesnes, Corps 9, 1987 (Trésors littéraires médiévaux du Nord de la France). Voir aussi la nouvelle édition : Hugues Capet, Chanson de geste du xive siècle, éditée par Noëlle Laborderie, Paris, Champion, 1997 (C.F.M.A., 122).

15 Georges Duby, Le Chevalier, la Femme et le Prêtre, Paris, Hachette, 1981, p. 93. Faut-il rapprocher de Robert le Pieux la figure passagère dans Orson de Robert de Senlis (vv. 2311 et 2378) ? Ce personnage apparaît toujours situé du côté de la révolte ou de la trahison : le nom de Robert est particulièrement caractéristique du lignage robertien-capétien, et Senlis appartenait à Hugues Capet lorsqu’il s’y est emparé de la royauté : cf. Laurent Theis, op. cit., p. 191. Mais il y a eu aussi à Senlis un évêque de ce nom à la fin du xe siècle : Mas-Latrie, op. cit., III, 1488.

16 Laurent Theis, op. cit., pp. 66 et 68.

17 Régine Le Jan, op. cit., pp. 209 et 424.

18 Dominique Barthélémy, L’Ordre seigneurial, xie-xiie siècle. Nouvelle Histoire de la France médiévale, III, Paris, Seuil, 1990 (Points), pp. 48 et 85 ; Laurent Theis, op. cit., p. 239.

19 Guy Devailly, « Le Temps de la division », dans Histoire du Berry, s.d. G. Devailly, Toulouse, Privat, 1980 (Pays et Villes de France), pp. 78-83.

20 L’identification a été proposée par Ferdinand Lot, « Orson de Beauvais », Romania, 1903, 32, pp. 578-583. Sur cet épisode, voir Abbon de Fleury, Le Siège de Paris par les Normands, éd. et trad. Henri Waquet, Paris, Belles Lettres, 1964 (Les Classiques de l’Histoire de France au Moyen Age), II, vv. 551-566. Cf. Guy Devailly, loc. cit., pp. 78-79, et Laurent Theis, op. cit., pp. 129-130.

21 Walter Benary, « über die Verknüpfungen einiger französischer Epen und die Stellung des Doon de Laroche », Rom. Forsch., 31, 1912, pp. 350-351, propose d’après la chronique de Reginon un autre rapprochement avec un Hugues fort peu sympathique, le fils de Lothaire II, banni en 878 par le synode de Troyes. Mais la région où ce personnage a perpétré ses méfaits ne semble pas connue.

22 Notons encore parmi les Hugues les comtes du Maine, dont le nom est repris dans la chanson pour le père d’Aceline.

23 Histoire de la Picardie, p. 143.

24 Id., La Terre et les Hommes, p. 487.

25 Gaston Paris, Orson, p. lxxiii et note 3.

26 Robert Fossier, Histoire de la Picardie, pp. 148-150. Cf. Emest Berlemont, op. cit. ; Emmanuel Lemaire, op. cit., pp. 355-358, et L.-H. Labande, op. cit., pp. 55-61.

27 Robert Fossier, Ibid., pp. 150-152 ; cf. Id., La Société médiévale, Paris, Colin, 1994 (2e tirage), p. 244. Jean Estienne, « Histoire et Art », dans Picardie, Paris, Bonneton, 1987 (Encyclopédies régionales), pp. 30-31, rappelle en outre la part prise par les milices de Corbie, Amiens, Beauvais et Compiègne à la bataille de Bouvines.

28 Jean Estienne, loc. cit., p. 32.

29 Id., Ibid. ; Dominique Barthélémy, op. cit., p. 118.

30 Robert Fossier, Histoire de la Picardie, pp. 159-160.

31 Dans les obituaires et cartulaires, son nom est toujours Beata Maria de Basso Opere : V. Leblond, op. cit., p. 10.

32 Id., Ibid., et Robert Fossier, Histoire de la Picardie, pp. 154-156.

33 Gaston Paris, Orson, p. lxxvi ; Robert Fossier, La Terre et les Hommes, p. 482, et Histoire de la Picardie, pp. 172-174.

34 Pierre Pierrard, op. cit., p. 63.

35 Claude Régnier, Les Rédactions en vers de la Prise d’Orange, Paris, Klincksieck, 1966, p. 90, note 122, fait toutefois descendre le terminus ad quem résultant d’une telle appartenance jusqu’au traité de Lens, en 1212. Ce dernier était toutefois destiné à mettre fin au contentieux opposant Philippe-Auguste et les héritiers de Philippe d’Alsace ; mais dès 1191, l’Artois avait été constitué en apanage pour le futur Louis VIII, et c’est bien depuis 1200 que la cession au roi était effective.

36 Gaston Paris, Orson, p. lxix. Cf. L.-H. Labande, op. cit., p. 31.

37 Il est vrai que le mot Biauvoisin, dans le dernier cas, se trouve en fin de vers, ce qui en diminue la valeur de preuve. Reste que c’est de France qu’est né le duc qui tient Clermont et Beauvais, mais aussi Amiens et le Vermandois, et que cette apparente contradiction semble bien faire sens.

Auteur

Université d’Artois

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540