Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce nous dist li escris… Che est la verite

 | 
Miren Lacassagne

Décrire Jérusalem

Huguette Legros

Texte intégral

1S’il est une ville qui, au Moyen Age, cristallise les imaginations et les énergies, c’est bien Jérusalem. Vers elle s’orientent les églises romanes, les premières cathédrales, et métaphoriquement toutes les espérances.

  • 1 Sur ces textes que je n’étudierai pas, cf. l’article de Christiane Deluz, « Prier à Jérusalem » in (...)
  • 2 Même si comme l’écrit Emmanuèle Baumgartner dans son article « Jérusalem et l’écriture de l’Histoi (...)

2Les premiers textes à l’évoquer sont les récits de Pèlerinages1 bientôt suivis des relations historiographiques concernant les croisades ; à partir de la fin du xiie et au xiiie siècle, elle apparaît aussi dans des œuvres de fiction2.

3Or, que représente-t-elle pour les lecteurs de ces ouvrages ? Pour ceux qui ont vécu les événements elle est d’abord une ville à conquérir, puis à conserver ; elle est aussi, politiquement, la capitale du royaume latin de Jérusalem ; pour les Occidentaux, elle est encore une ville orientale comme Antioche, Tyr ou Constantinople.

  • 3 Cf. Catherine Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage. Poétique de la ville dans le roman antique (...)

4Aussi pouvons-nous nous demander s’il existe, dans les textes comme dans l’iconographie, une représentation convenue de la ville sainte ou si, à un moment où se constitue dans la littérature une typologie de la description urbaine3, elle est dépeinte de manière précise et pittoresque.

  • 4 A savoir les textes édités dans les Itinéraires à Jérusalem et descriptions de la Terre Sainte réd (...)
  • 5 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte français du xiiie siècle, revu et annoté par Paulin P (...)
  • 6 La Chronique d’Ernoul el de Bernard le Trésorier, éd. M.L. de Mas-Latrie, Paris, Société de l’Hist (...)
  • 7 La Conquête de Jérusalem, éd. C. Hippeau, Coll. des poètes français du Moyen Age, t. VII, Paris, 1 (...)
  • 8 Le Voyage de Charlemagne..., éd. Paul Aebischer, Genève-Paris, 1965, trad. Madeleine Tyssens, éd. (...)

5Dans les limites de cet article, il est impossible de prendre en compte tous les textes interrogés4 ; j’ai donc choisi d’étudier quelques récits, des xiie et au xiiie siècles qui m’ont paru représentatifs : la première traduction de l’Historia rerum in partibus transmarinis gestarum de Guillaume de Tyr5, la chronique d’Emoul écrite par un Poulain et se situant après la chute de Jérusalem en 11876, la Conquête de Jérusalem qui raconte sur le mode épique la prise de la Ville Sainte7 et enfin Le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, texte fictionnel, souvent considéré comme parodique et qui oppose les deux villes8.

  • 9 Op. cit., p. 262.

6Dans la première traduction de Guillaume de Tyr, la description de Jérusalem et de ses environs intervient après le récit de l’arrivée des chrétiens devant la Ville Sainte, encore aux mains des Infidèles ; la cité qu’ils ont devant les yeux et dont la vue suscite des manifestation de piété est donc tout à la fois celle « que nostre sires ama tant que il i vout sauver le monde9 » et une ville à conquérir.

7Le premier chapitre du huitième livre situe Jérusalem en évoquant ses environs ; le deuxième est consacré à ses « divers noms » et le troisième à ses « diverses portes et places ». Cependant certains détails sont repris et précisés dans les chapitres suivants qui racontent la prise de la Ville par les croisés. En effet, il n’y a pas de description systématique et la représentation est liée au récit et à sa visée narrative et apologétique. Les lieux sont censés être connus, il s’agit donc de raviver des souvenirs liés à l’Histoire Sainte pour permettre la compréhension des événements racontés.

  • 10 Ibid., p. 269. Notons la présentation des fontaines, représentative de la manière de faire du narr (...)
  • 11 Ibid., p. 267. « Sur chacune de ces portes qui joignent à la cité et par les angles, avoit tors ha (...)

8L’auteur esquisse d’abord la configuration de la ville qui est délimitée par « deus montaignes [qui] sient dedenz les murs » : Syon et Moria. Du côté de Syon, il retient l’église du même nom, la tour David, les murailles, l’Eglise du Sépulcre, plus longuement décrite ; du côté de Moria : le Temple dont l’histoire est évoquée, les portes et pour finir, l’architecture du temple. Ce point de vue panoramique doit permettre aux lecteurs de comprendre « coment li chrestien asistrent la cité de Jhérusalem » (ch. V) et de fait, la plupart des notations préparent le récit des actions militaires à venir. La tour David est qualifiée de « donjons de la ville, qui est de trop fort œuvre », puis les murailles sont mentionnées : « tors et murs et barbacanes [...] qui perent sur toute la ville ». L’auteur donne aussi des indications qui se révéleront utiles à la compréhension du siège : au chapitre IV, il insiste sur l’aridité de la région, tout en mentionnant les fontaines citées dans la Bible, mais il précise qu’elles sont presque toutes taries et que les Sarrasins les « estouperent [...] jusque à cinq miles ou à sis10 », eux-mêmes ayant, intra-muros des réserves d’eau ; ces indications préparent le chapitre VII dans lequel sont racontées les souffrances des assiégeants par « grant mesese de soif ». De même, parce que Jérusalem est d’abord pour les croisés une ville à prendre, l’auteur insiste sur l’occupation musulmane et sur le scandale qu’elle représente. Ainsi, à propos du Temple, il indique d’abord le nom que lui donne « la laie gent », puis il rappelle l’histoire de David et de Salomon, soucieux de distinguer la signification chrétienne des lieux du sort que leur ont réservé les musulmans ; ou encore lorsqu’il évoque les tours qui surmontent les portes et celles qui se trouvent aux angles des murailles, il rappelle l’usage qu’en faisaient11 les Sarrasins.

  • 12 Cf., par exemple, la description d’Antioche faite au livre quatrième, chapitre X.

9Qu’en est-il de la description urbaine proprement dite ? Jérusalem est aussi une ville orientale dont certaines caractéristiques pourraient étonner les croisés et intéresser les lecteurs de Guillaume de Tyr qui ne manque pas de donner certains détails pittoresques à propos d’autres villes orientales12.

  • 13 Ibid., p. 265.
  • 14 Ibid., pp. 266 à 268.
  • 15 Sur le massacre, voir chapitres XIX et XX, pp. 289 à 291. Puis après s’être désarmés, s’être lavés (...)
  • 16 Le chapitre huit se clôt sur une citation d’Isaïe, LXIII, 2, « Lors sembla que la parole au prophe (...)

10Les proportions de la ville, son étendue ne sont pas indiquées, la seule mention reste très vague : « La cité n’est ne mout granz ne mout petite, et plus est longue que lee13 ». Pas un mot n’est dit des rues, des habitations, des activités urbaines et seuls le Sépulcre et le Temple sont plus précisément décrits. L’église du Sépulcre est de forme ronde ; elle est « fete en merveilleuse maniere, aussi come une corone overte par de desus » ; c’est peu si l’on songe que toute l’aventure a pour but sa délivrance ! Quant au Temple il est présenté au centre d’une place « quar-rée, longue tant come uns ars peut trere a deus fois, et autretant lee » ; l’auteur précise que cette place est entourée de hauts murs et qu’on y accède par quatre portes dont il donne les noms ; au centre de cette première place se trouve une seconde « place plus haute, quarrée à quatre costez ives de toutes porz » ; puis, il fait une description précise de l’architecture du Temple et mentionne les matériaux employés : « marbre ocre [...] d’or musi », « plon », « moult bele pierre blanche14 ». L’évocation les lieux saints sera reprise lors du récit du « pèlerinage » mais ce qui importe alors c’est moins le pittoresque que la justification des massacres accomplis lors de la prise de la ville et au delà de l’expédition toute entière ; les pèlerins n’admirent pas les monuments, ils cherchent « les saintes places où Jhésuscrist avoit esté15 ». Ainsi l’auteur ne s’applique pas à donner à voir une ville réelle, la Jérusalem terrestre ; il s’efforce de présenter sa (re)conquête comme l’accomplissement d’antiques prophéties16 et de suggérer le caractère intemporel de la cité.

  • 17 Citons les trois premiers exemples : « Entre II est li chastiaus de Emaüs qui est la cité de Nicop (...)
  • 18 Chapitre III et chap. IV qui concerne la Palestine, les environs de Jérusalem et non plus la ville (...)
  • 19 Op. cit., p. 293.
  • 20 Les croisés entrent dans Jérusalem : « Ce fut le jor d’un vendredi, entor none. Bien est créable c (...)

11Le premier chapitre du livre huit (« Coment Jherusalem séoit à celui jor ») commence par une formule qui situe la cité dans une réalité autre que le présent immédiat : « Veritez est que... » et de fait elle est localisée en relation avec les principales villes bibliques dont les noms sont suivis du rappel des épisodes de l’Histoire Sainte qui s’y sont déroulés17. Le chapitre deux s’ouvre sur l’énumération des différents noms « que Jherusalem a eu » avant de donner des indications topographiques concernant ses diverses implantations jusqu’à l’époque contemporaine. Ensuite seulement sont données les précisions que nous avons étudiées18. Jérusalem est donc une « antive cité », choisie par le Christ, mais dont l’histoire remonte à David ; les chrétiens ont conscience de « veoir les leus où la foi crestienne fu fondée19 », mais ce temps des origines se double d’un autre temps originel, celui des ancêtres du Christ et ces temps vont se réaliser dans celui de la reconquête de la Ville Sainte dont la date est soulignée et commentée à plusieurs reprises20.

  • 21 Cf. par exemple, la citation faite à la note 11.

12Cette intemporalité est encore sensible dans le récit des événements. En effet, le chroniqueur se place tantôt au présent de la narration, tantôt dans la perspective d’une narration postérieure aux événements ce qui conduit à un brouillage temporel, manifestement voulu. Ainsi lorsqu’il évoque les monuments de Jérusalem, il commente les travaux effectués par les croisés après leur installation dans la ville ; à propos du Sépulcre, par exemple, il explique que les chapelles étant trop petites « ou si granz choses estoient », les chrétiens « firent un novel accint de mout fort œuvre, bel et haut, qui enclot et contient dedenz soi la premiere eglise et sains leus que je vos ai nomez » ; de même, à propos du Temple, il explique que les chrétiens couvrirent la roche de « bel marbre blanc et firent un autel desus où li clere font le service Dame Dieu »[...]. En évoquant ces transformations à venir, il présente l’occupation musulmane comme une sorte de parenthèse, ce que renforce encore l’emploi récurrent de l’imparfait pour parler des Sarrasins21.

13Ainsi Jérusalem est présentée aux lecteurs comme la cité biblique, la ville de la Passion, et non comme un centre urbain ; la « veritez » de Jérusalem est d’ordre spirituel, non de celui des realia, sauf, marginalement, de celles qui intéressent la mission des « pèlerins » : reconquérir la ville sainte.

  • 22 Entre la première traduction de Guillaume de Tyr et les continuations se situent les chroniques, e (...)

14Qu’en est-il dans les Continuations qui rendent compte des événements qui se sont passés après 1184, date à laquelle s’arrête la chronique de Guillaume de Tyr22 ? Nous n’évoquerons que la première d’entre elles, la Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier.

15Ernoul dit vouloir raconter la perte de la vraie croix et la prise de Jérusalem par Saladin en 1187 ; la situation est donc semblable à celle qui est présentée dans la traduction de Guillaume de Tyr, mais les enjeux sont inversés puisque la ville va être perdue par les chrétiens.

16L’auteur interrompt le récit du siège de Jérusalem par les troupes musulmanes en annonçant qu’il va décrire la cité telle qu’elle était alors ; or il ne dit rien de la défense de la ville, rien des murailles, des dispositifs militaires, rien non plus des défenseurs chrétiens, de leurs habitations, de leurs fortifications ; c’est que cette fois les événements vont se solder par la défaite des Latins.

17En revanche, le chroniqueur, un « Poulain », évoque les rues de Jérusalem, les métiers qui s’y exercent et même si elles ne figurent souvent que comme des axes qui permettent d’aller d’un monument à un autre, elles donnent de Jérusalem, pour un instant, l’image d’une « ville comme les autres ».

  • 23 Op. cit., p. 193. Ces remarques comme certaines des analyses suivantes doivent beaucoup à un excel (...)
  • 24 Emoul parle des orfèvres « Latins » (p. 193), du change des Latins et du change des Syriens (p. 20 (...)
  • 25 Op. cit., p. 206. Comme le précise l’auteur ce quartier est désormais habité par des Syriens qui s (...)

18Comme c’est le plus souvent le cas au Moyen Age chaque rue est affectée à une profession ou à un commerce ; Ernoul mentionne, entre autres, une rue « toute couverte à voute qui a non li Rue des Herbes » ; en haut de cette rue « a i liu là où on vent le poisson » et derrière il y a une « grandisme place là u on vent les oes et les fromages et les pules et les anes23 ». La répartition de certains commerces laisse supposer que la vie sociale est organisée en fonction de l’origine des habitants : Emoul distingue le « Change des Latins » et le « change des Syriens », de même les orfèvres et les drapiers sont regroupés selon leurs origines24 ; certaines rues sont spécialisées dans les activités nécessaires aux pèlerins : « En celle rue [Malquissinat] cuisoit on le viande c’on vendoit as pelerins. Et si i la voit on ciés ». En plus de ce réseau, Emoul évoque le quartier de la Juiverie qui a gardé son nom bien que les Juifs aient été bannis après la prise de Jérusalem par les chrétiens25.

  • 26 Par exemple : « A main seniestre, si comme on avale cele rue à aler al Temple, est li Boucerie, là (...)
  • 27 Par exemple : « A senestre de cele rue a i moustier c’on apele le Moustier Saint-Martin. Et près d (...)

19Cependant le chroniqueur ne brosse pas une description pittoresque de ces mes qu’il se contente de mentionner parce qu’on les emprunte pour aller d’un monument à un autre ou d’une porte à une autre26. Il ne cherche pas à faire une peinture colorée de la ville, seuls importent les lieux saints et les lieux de culte : quarante d’entre eux sont cités et l’auteur précise l’épisode biblique qu’ils rappellent27.

  • 28 Op. cit., p. 209 : « Mais je ne vous nomerai ne n’ai només les abbeies ne les moustiers des Suriie (...)

20Ernoul propose à son lecteur un itinéraire extra et intra muros ; il l’entraîne au nord de la cité vers le monastère commémorant le martyre de saint Etienne, puis au sud, à l’endroit où Pierre renia le Christ, puis à l’ouest dans l’abbaye qui recueillit un morceau de la Croix et jusqu’au Mont des Oliviers, où fut arrêté Jésus. Intra muros, les rues sont jalonnées par les différents sanctuaires, mais l’auteur ignore délibérément les églises de ceux qui, au fil des conciles, ont refusé de reconnaître la primauté pontificale28 ; ces évocations relèvent donc plus de l’idéologie que de la description urbaine.

  • 29 Pour la description du Sépulcre, cf. op. cit., pp. 194-195.

21Pour lui, préciser l’Estat de Jérusalem avant qu’elle ne soit prise par Saladin, c’est donner à voir la cité sainte ; aussi la vie religieuse estompe-t-elle les fonctions commerciales ou administratives de la capitale des royaumes latins d’Outre-Mer et un heu est-il privilégié : le Saint-Sépulcre. Lui seul est l’occasion d’un assez long développement justifié par l’importance de l’ensemble, églises, chapeUes, clochers, bâtiments conventuels, répartis sur plusieurs niveaux, et surtout par « li Monumens », le tombeau du Christ. Les pages qui lui sont consacrées sont empreintes d’une grande ferveur qui se manifeste dans l’évocation des événements qui s’y sont déroulés et non dans des commentaires sur l’architecture ou la décoration du heu. La plupart des éléments mentionnés ne servent qu’à la localisation : escaliers, portes de communication permettant d’aller d’un lieu à un autre, voire d’une confession à l’autre, entre « li canoines et li Griu », par exemple. Les éléments descriptifs sont rares et banals : Ernoul évoque « une mult bele place pavee de marbre », « une mout bele capele » qui est « si grans » ; seule l’architecture est l’objet de détails plus précis : « est li moustiers tous reons », « li Monumens est cou-viers à valte », « li cuers del Sepulcre [...] si est lons ». Le tombeau lui-même n’est évoqué que par une seule phrase : « Et dedens cel monumens est li piere del Sepulcre ». L’importance du lieu tient à l’évidence dans ce qu’il représente et non dans son aspect extérieur ; ce qui importe, c’est la proximité tangible de Dieu dont la présence est rendue perceptible par les offices : « là cant’on cascun pour la messe al point du jour », « li canoines chantent », « li Griu cantent » et surtout : « on cante messe de la Resurrection » en tournant son regard vers les différents lieux de la Passion29.

22Ainsi, Ernoul invite à une découverte tout intérieure de la splendeur de Jérusalem ; lui, le Poulain, ne s’intéresse qu’à ce qui concourt à faire de la Ville Sainte l’origine et le centre du monde chrétien, dans les siècles des siècles, et pour l’éternité.

  • 30 Cf., par exemple, la citation faite note 27.

23En effet, plus que jamais Jérusalem, chez ce chroniqueur, apparaît comme une cité hors du temps ; dans l’Eracles, les marques de temporalité sont, apparemment, employées de manière anarchique. Alors qu’Ernoul dit décrire Jérusalem telle qu’elle était avant d’être conquise par Saladin et emploie le présent de l’indicatif, de nombreuses phrases à l’imparfait rapportent des changements survenus après la prise de la ville ; ainsi à propos du Temple, il écrit : « A main diestre [...] est li Temples Salemon, là où li Templier manoient ». On relève également quelques exemples où, à propos d’un même lieu, passé et présent se mêlent inextricablement ; ainsi lorsqu’il évoque les bâtiments conventuels du Saint Sépulcre, l’auteur écrit : « Tout si comme li canoine issoient del Sepulcre, à main senestre estoit li Dortoirs, et à main destre estoit li Refrotoirs, et tenoit al mont de Calvaire » se plaçant alors dans la perspective temporelle d’une évocation de la ville avant sa conquête par les musulmans, mais faite après les événements ; il ajoute : « Entre ches II. offecines est lor enclostres et lor praiaus » comme s’il revenait brusquement au temps de la narration, à savoir la description de Jérusalem telle qu’elle était avant octobre 1187. De plus, continuellement, il rattache les lieux actuels, à un événement de la vie du Christ ou des Apôtres raconté au passé simple30.

24Jérusalem, grâce à ce brouillage, apparaît comme une ville intemporelle, assurée de la pérennité en dépit des événements qui peuvent influer sur son histoire présente. Origine et centre du monde chrétien, elle n’a d’actualité que dans la commémoration des temps bibliques. La ville profane s’efface devant la ville Sainte.

  • 31 La description faite par Emoul est reprise dans plusieurs continuations dont les Estoires d’Oultre (...)
  • 32 Itinéraires à Jérusalem et descriptions de la terre sainte rédigés en français aux xie-xiie-xiiies (...)

25Avant d’aborder les textes fictionnels31, il semble intéressant d’examiner le cas particulier de la continuation anonyme qui va jusqu’en 1275 et se termine par un chapitre sur les Pèlerinages por aler en Jherusalem32 En effet, le projet de l’auteur n’est pas de faire une pause descriptive dans le récit, mais d’inviter le lecteur à un pèlerinage stricto-sensu.

  • 33 « Sus la Monioie est l’yglise Saint Samuel le prophete ; si a iii lieues iusques e Iherusalem à en (...)
  • 34 Ibid., pp. 93-94.
  • 35 Ibid., p. 93 : « Emprès d’iqui, ce est à savoir au cuer où est le Compas de Nostre Seigneur, et si (...)

26Jérusalem y est moins encore décrite que dans les textes précédents ; le seul but de l’entrée dans la ville est de se rendre au Saint Sépulcre33 et c’est de là que sont vus les autres lieux saints : le Calvaire, le Golgotha, la colonne de la Flagellation, le lieu de la découverte de la vraie croix, la prison où le Christ fut enfermé, la chapelle des Grecs, Sainte Marie Latine, le Temple34 ; or la première mention concernant le Sépulcre se rapporte non pas au cénotaphe, mais au « Compas de Notre Seigneur » signifiant ainsi que là est bien le centre du monde35. Ce n’est qu’ensuite qu’est mentionné l’ensevelissement du « beneit cors » par Joseph d’Arimathie, àl’issue de « sa beneeit passion ». Ces indications sont les seules : l’éghse du Sépulcre n’est d’aucune manière décrite. Quant aux autres lieux, ils ne le sont pas plus ; à propos de chacun d’eux, un événement spécifique est raconté, l’auteur mêlant faits légendaires et faits historiques : à propos du Golgotha, il rappelle le sang du Christ qui « chaï sus la teste d’Adam », et si la Chapelle des Grecs est remarquable c’est que là « soloit estre la sainte vraie crois [...] et l’image de Nostre Dame qui parla à Marie l’Egyptienne et la converti ». Dans la partie VII, l’auteur évoque le Temple et en esquisse l’histoire ; il rappelle longuement des épisodes de l’Ancien Testament (pas moins de dix lignes sur vingt trois) tout en employant certaines expressions qui font le lien entre l’Ancien et le Nouveau. La cité eschatologique, la ville des origines, se hsent dans la Jérusalem temporelle, reliquaire et heu de promission.

  • 36 Citons par exemple Renaut de Montauban, Ami et Amile, ou encore l’Escoufle, Galeran ou encore La v (...)

27En raison même de ses caractéristiques, la cité sainte apparaît peu dans la littérature fictionnelle où le plus souvent elle n’est que nommée36. Cependant deux épopées en esquissent une description : La Conquête de Jérusalem et le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople.

28Dans le premier de ces textes, la ville à délivrer est d’emblée présentée comme « la vile sainte » en vue de laquelle les croisés mettent pied à terre : « et ont Jherusalem moult encliné ». En la contemplant, ils n’hésitent pas à rapprocher les souffrances qu’ils ont endurées avec la Passion du Christ, mais la vue de Jérusalem les emplit « de joie et de leece ».

29Après cette première vision extérieure, la ville leur est présentée par Pierre l’Ermite, du haut de la colline de Josaphat. Il ne décrit pas ce qu’ils voient, il nomme les lieux de la Passion et les fait revivre tels qu’ils étaient alors : « Veés la porte oires par où Jhesus entra I Dedens le sainte vile, et on li despoilla I Et le vair et le gris et il desor monta./... veés là le pretoire, là on le plaidoia/... Et veés la l’estaque, là où on le lia I. veés monte Calvaire, là où on le guia, I Baron, à icel jor qu’on le crucefia. I Veés la le Sepulcre où Joseph le posa »... (II, 2, pp. 37-38). Le présent est commémoration du passé qui renaît des noms et des mots prononcés qui sont autant d’actes de foi, préludes à la prière, qui, par-delà les siècles, unit les croisés aux témoins de la vie de Jésus. La Jérusalem terrestre préfigure et présage la cité céleste et « avis estoit chascun qu’il fust en paradis ».

  • 37 La Conquête de Jérusalem, éd. citée, chant I, 1. XXVIII-XXIX et Chant II, 1. V à XI. Sur l’idéolog (...)
  • 38 Sur la ville de Jérusalem dans le premier cycle de la croisade, voir l’introduction de Micheline d (...)

30Pourtant ni Pierre l’Ermite, ni les hommes qui l’accompagnent n’oublient que la ville est à prendre ; leur regard est aussi celui de chevaliers qui s’apprêtent à mener un siège. Au moment même où ils arrivent en vue de la ville, ils remarquent « Les murs et les batailles et la grant fermeté I La tor David, l’estandart sus levé / Que Sarrasin i orent et drechié et posé » et à l’émotion se mêle alors la colère. Ensuite Pierre l’Ermite souligne ce qui apparente la Ville Sainte à une forteresse : « Li mur... plenier / Les hautes tors de perre, de caus et de mortier / Les fors portes bandées et de fer et d’achier » et chacun de ceux qui commandent les troupes va commenter la situation géographique et défensive de la ville. Deux remarques dominent : la puissance des fortifications et l’aridité des alentours37. Face à ces difficultés, c’est dans la contemplation de la ville et dans l’espoir du soutien divin qu’ils trouvent la force de ne pas renoncer à « la charge de renouveler la consécration du corps du Christ38 ».

31Au moment de l’entrée des chrétiens dans Jérusalem, deux attitudes sont évoquées : d’abord les croisés pourchassent et tuent tous les Sarrasins, jusqu’au dernier ; puis trois d’entre eux, le duc de Bouillon, Robert le Frison, Thomas de Marne, se dirigent droit vers le Sépulcre « por bel faire et nier », avant de se rendre au Temple.

32Comme le sang des Infidèles a purifié les rues de la cité, il faut laver le Sépulcre des souillures qu’il a subies. Dès que cette tâche est accomplie, Dieu se manifeste par un miracle : le gardien du Temple, aveugle depuis trente ans, recouvre la vue par imposition de l’étoffe précieuse qui a servi à nettoyer le cénotaphe.

33Dans ce texte comme dans les récits historiographiques, le temps des événements se dissout dans un temps immémorial et il se fait et se veut commémoration du temps des origines, celui du Christ. Le présent devient éternité parce que la durée s’abolit.

34Dans le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, les deux villes sont évoquées successivement, mais de manière très différente. Alors que Constantinople est décrite selon la typologie propre aux villes orientales, Jérusalem est à peine figurée.

35La Ville Sainte n’est pas séparable de la terre « u Deus receut martirie » et est présentée comme une « citez antive ». Lorsqu’elle apparaît aux yeux des Francs, « li jors fu beaus et clers » et sa beauté semble rayonner dans cette lumière.

  • 39 L’évocation de Jérusalem occupe les laisses VII à XII. A ces douze sièges plus un correspondant à (...)

36Le premier geste des pèlerins est d’aller « al muster » pour déposer des offrandes et seul ce terme renvoie, encore qu’indirectement, à l’architecture de la ville. Charlemagne n’entre pas dans Jérusalem, mais « en un muster de marbre peint a volte » comme si la cité tout entière n’était qu’une vaste église voûtée de marbre, celle où le Christ célébra la Cène comme en témoignent la présence des douze sièges39 et celle du treizième, placé au milieu, dans lequel l’empereur va s’asseoir.

37La beauté du lieu, image de la ville, n’appelle pas l’admiration ou la curiosité, mais suscite la joie de l’esprit et la décoration est évoquée moins pour sa splendeur que pour sa signification. L’église est ornée de peintures qui représentent des « martirs e [des] virgenes e de grant maiester » ainsi que les temps forts du calendrier liturgique, à côté de ces motifs religieux figurent des « lavaeres curre et [des] peisons par mer » ; les poissons sont un symbolique christique, quant aux eaux lustrales, elles symbolisent une naissance nouvelle tout en étant symbole de régénération, or le pouvoir de Charles est conforté par le Patriarche de Jérusalem. Ainsi la « grant bealté » du lieu est tout intérieure.

  • 40 Ed. citée, 1. X : les reliques ont toutes un lien avec un des moments de la Semaine sainte.

38Puis intervient une longue énumération de reliques – pas moins de 26 vers ! – suivie du récit des miracles qu’elles accomplissent. A nouveau, la description de la ville laisse place à des précisions qui renvoient à son statut de ville sainte, et plus particulièrement, de ville christique40.

  • 41 Et la laisse XII se termine par un vers qui renvoie à la scène biblique de Jésus au Temple (Mt. 21 (...)

39Enfin, si « Quatre mois fud li reis en Jérusalem vile », de la cité nous ne « verrons » que la nouvelle église qu’il fait construire ; elle est implicitement comparée au Temple puisqu’il y a là des gens de toutes langues qui font du commerce41.

  • 42 Je me permets, pour faire une comparaison, de renvoyer à l’article que j’ai écrit dans les Mélange (...)
  • 43 Bibliographie complémentaire sur Jérusalem :

40En revanche, Constantinople est longuement décrite, avec un souci évident des détails pittoresques42, les caractéristiques d’une riche cité orientale ; c’est donc par choix que l’auteur refuse de peindre la ville de Jérusalem ; symbolisée par deux églises, elle ne doit apparaître que comme la cité sainte, la ville qui témoigne des actes du Christ et des Apôtres ; elle ne saurait être décrite sans perdre son caractère a-temporel. La Jérusalem terrestre n’est que la promesse de la Jérusalem céleste, même si l’auteur suggère aussi qu’elle est le seul siège possible de la chrétienté : l’église construite par Charlemagne porte le nom significatif de « Latine » ; la spiritualité de Jérusalem s’oppose à la profanité de la capitale de l’Eglise d’Orient : Constantinople43.

41Dans les textes historiographiques comme dans les récits fictionnels, Jérusalem n’est pas décrite selon la topique de la description urbaine ; elle est le lieu unique où l’humanité rencontre le divin et où les pèlerins vont mettre leurs pas dans ceux du Christ ; elle n’est pas perçue comme une ville orientale, mais comme un immense reliquaire et à cette organisation quasi-théâtrale de l’espace urbain s’ajoute la projection mentale et omniconsciente de la cité eschatolo-gique, la Jérusalem céleste.

42Aussi le temps et l’espace s’abolissent-ils dans la cité sainte et si elle échappe à toute évocation, typologique ou pittoresque, c’est qu’il n’y a pas de mots pour rendre compte de sa splendeur qui procède des res sacrae.

Notes

1 Sur ces textes que je n’étudierai pas, cf. l’article de Christiane Deluz, « Prier à Jérusalem » in La Prière au Moyen Age, Senefiance n° 10, publications du CUERMA, Aix-en-Provence, 1981, pp. 189 à 209. On pourra aussi se reporter aux Itinéraires à Jérusalem et descriptions de la Terre Sainte rédigés en français aux xie, xiie et xiiie siècles, publiés par Henri Micheland et Gaston Raynaud, Genève, 1882 et au volume Croisades et Pèlerinages paru chez Robert Laffont, Coll. Bouquins, Les relations du pèlerinage Outre-Mer : des origines à l’âge d’or par Béatrice Dansette, pp. 881-896.

2 Même si comme l’écrit Emmanuèle Baumgartner dans son article « Jérusalem et l’écriture de l’Histoire » in La croisade : réalités et fictions, actes du colloque d’Amiens, 18-22 mars 1987, publiés par D. Buschinger, Kümmerle Verlag, Göppingen, 1989, pp. 7 à 17 : « Son éminente sainteté fait sans doute obstacle à son intervention dans le récit de fiction ».

3 Cf. Catherine Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage. Poétique de la ville dans le roman antique au xiie siècle, Paris, Champion, 1994.

4 A savoir les textes édités dans les Itinéraires à Jérusalem et descriptions de la Terre Sainte rédigés en français aux xie-xiie, xiiie siècles publiés par Henri Micheland et Gaston Raynaud, Genève, 1882 ; les chansons de croisade (éditées par P. Aubry et J. Bédier) et autres poésies du xiiie siècle, les romans des xiie et xiiie siècles dans lesquels apparaissent à la ville. Aux raisons de longueur s’ajoutent des motifs liés à l’hommage que nous souhaitons rendre à Monsieur l’abbé Moisan qui a consacré ses travaux à la tradition épique française. Pour une étude des représentations de Jérusalem au Moyen Age, voir Jean Larmat « Images de Jérusalem dans la littérature française médiévale » in Le Mythe de Jérusalem. Du Moyen Age à la Renaissance, Etudes réunies par Evelyne Berriot-Salvadore, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1995, pp. 11 à 20.

5 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte français du xiiie siècle, revu et annoté par Paulin Paris, Paris, Firmin-Didot, 1879.

6 La Chronique d’Ernoul el de Bernard le Trésorier, éd. M.L. de Mas-Latrie, Paris, Société de l’Histoire de France, 1871.

7 La Conquête de Jérusalem, éd. C. Hippeau, Coll. des poètes français du Moyen Age, t. VII, Paris, 1877, Slaktine Reprints, Genève, 1969, trad. par J. Subrenat, in Croisades et Pèlerinages, Coll. Bouquins, 1997. Il existe maintenant une nouvelle édition, celle de N.R. Thorp, The Old French Crusade Cycle, vol. VI, La Chanson de Jérusalem, The University of Alabama Press, Tuscaloosa and London, 1992.

8 Le Voyage de Charlemagne..., éd. Paul Aebischer, Genève-Paris, 1965, trad. Madeleine Tyssens, éd. scientifiques, Gand, 1978.

9 Op. cit., p. 262.

10 Ibid., p. 269. Notons la présentation des fontaines, représentative de la manière de faire du narrateur ; il précise d’abord : « Nequedent aucunes escriptures dient que il i souloit avoir fontaines qui estoient hors la ville et coroient dedenz », comparant la situation présente et les témoignages bibliques ; puis il énumère certaines d’entre elles : « La mieudre de toutes les fontaines estoit Gyon, que Ezechias li rois estoufa, si com l’Escripture dit Gyon est ore un leu devers midi en la cité, dedenz la valée qui a non Ennon » ; les autres sont présentées de la même manière : elles sont d’abord référées à la Bible, puis situées dans le présent du narrateur.

11 Ibid., p. 267. « Sur chacune de ces portes qui joignent à la cité et par les angles, avoit tors hautes sur que li provoire des Sarrazins soloient monter à certainnes eures por semondre le pueple d’aler à aroison » [...] En chascun des angles souloit avoir oratoires où li Sarrazin fesoient leur oraisons ».

12 Cf., par exemple, la description d’Antioche faite au livre quatrième, chapitre X.

13 Ibid., p. 265.

14 Ibid., pp. 266 à 268.

15 Sur le massacre, voir chapitres XIX et XX, pp. 289 à 291. Puis après s’être désarmés, s’être lavés, avoir changé de robes « en leu de celes qui estaient ensanglantees. Lots commencierent à aler tuit mur piés, o sospirs et o termes, par les saint leus de la cité où Jhesuscrist li sauveur du monde avoit esté corporelment. Il besoient mout doucement la place par où si pié estoient alé [...] Iluec estoit douce chose à veoir et piteuse coment il se lessoient cheoir en croiz devant le Sepucre. Il sembloit à chascun que il veist encore le cors Jhesucrist gesir tout mort ». (Ibid., p. 292).

16 Le chapitre huit se clôt sur une citation d’Isaïe, LXIII, 2, « Lors sembla que la parole au prophete fust acomplie, qui dist, mout grant tans avant : « Lieve, Jherusalem, tes eut et regarde la puissance le Roi ; tes sauverres vient deslier toi du lien » ». De même le récit de la prise de la ville se clôt sur la narration de miracles qui justifient les actions des croisés et sur l’expression de leur joie annoncée (cf. p. 293) : « hors fu acompli tout apertement ce que li prophetes dit : « Esleeciet-vos avec Jerusalem et fetes joie dedenz li, tuit cil qui l’amez » ». (Isaïe, LXVI, 10). C’est dire que le présent s’inscrit dans un passé immémorial.

17 Citons les trois premiers exemples : « Entre II est li chastiaus de Emaüs qui est la cité de Nicople, où Nostre Sires aparut, puis que il resuscita, aus deus deciples. Ilec est Modin, la citez et la forteresce des Macabeus. Là est Nob où Abimelec, li sainz prestres, dona à David et a ses escuiers les pains à mangier qui estoient offerts sur la table Damedieu », p. 263 – chapitre 1 – pp. 263-264.

18 Chapitre III et chap. IV qui concerne la Palestine, les environs de Jérusalem et non plus la ville elle-même, op. cit., pp. 266 à 270.

19 Op. cit., p. 293.

20 Les croisés entrent dans Jérusalem : « Ce fut le jor d’un vendredi, entor none. Bien est créable chose que Nostre Sires te fist par grant senefiance car à ce jor, entor cele eure, soufrit-il mort en ce leu por les pecheurs raemble. A ce jor meisme fu fez li premerains homs ; pour ce vout-il, li haus Sires, que li pueples de ses pelerins leaus à tel jor li rendist sa ville et delivrast, a son servise fere, et rendist la franchise aus crestiens qui longuement i avoient esté en dolereus servage », op. cit., p. 289.

21 Cf. par exemple, la citation faite à la note 11.

22 Entre la première traduction de Guillaume de Tyr et les continuations se situent les chroniques, en langue vernaculaire, de Geoffroy de Villehardouin et de Robert de Clari racontant la prise de Constantinople en 1204 ; mais ces deux textes n’évoquent pas la ville sainte.

23 Op. cit., p. 193. Ces remarques comme certaines des analyses suivantes doivent beaucoup à un excellent mémoire soutenu en 1994 par Madame Françoise Toulorge-Orange.

24 Emoul parle des orfèvres « Latins » (p. 193), du change des Latins et du change des Syriens (p. 201) ; les drapiers latins et les syriens sont regroupés dans des rues différentes (p. 201).

25 Op. cit., p. 206. Comme le précise l’auteur ce quartier est désormais habité par des Syriens qui sont venus s’y installer vers 1115-1116 ; il était resté inhabité après le massacre des Juifs en 1099.

26 Par exemple : « A main seniestre, si comme on avale cele rue à aler al Temple, est li Boucerie, là où l’en veut le car de la vile. A main diestre, a une rue par là où on va à l’Ospital des Alemans. Celle rue a à non li Rue des Alemans. A main senestre, sour le pont, a i moustier c’on apele le moustier Saint Gille. Al cief de celle rue treuve on unes portes c’on apele les Portes Précieuses. Pour çou les apele on les portes Précieuses que par ces portes entroit Jhesu Cris en Jherusalem, quant il aloit par tiere. ces portes sont en un mur qui est entre le cité et le mur des portes Oires », pp. 196-197.

27 Par exemple : « A senestre de cele rue a i moustier c’on apele le Moustier Saint-Martin. Et près de cet moustier, à main seniestre, a I moustier de Saint Piere. Là dist on que ce fu que Jhesu Cris fist le boe qu’il mist as iex de celui qui onques n’avoit eu oel ; et qu’il commanda qu’il s’alast laver à le fontaine de Syloé, si verroit. Et si fist-il, et ot iex, et si vit », p. 202.

28 Op. cit., p. 209 : « Mais je ne vous nomerai ne n’ai només les abbeies ne les moustiers des Suriiens, ne des Griffons, ne des Jacopins, ne des Boamins, ne des Nestorins, ne des Hermins, ne des autres manieres de gens qui n’estoient mie abeissant à Rome ; dont il avoit abeies et moustiers plusieurs en le cité ».

29 Pour la description du Sépulcre, cf. op. cit., pp. 194-195.

30 Cf., par exemple, la citation faite note 27.

31 La description faite par Emoul est reprise dans plusieurs continuations dont les Estoires d’Oultremer et la continuation dite de Rothelin. Les différences, souvent minimes, sont cependant signifiantes et une comparaison de ces textes aurait été sans doute instructive, mais les limites de ce travail ne le permettent pas.

32 Itinéraires à Jérusalem et descriptions de la terre sainte rédigés en français aux xie-xiie-xiiie siècles, publiés par Henri Micheland et Gaston Raynaud, Genève, 1882. Texte n° VI, p. 87 à 103.

33 « Sus la Monioie est l’yglise Saint Samuel le prophete ; si a iii lieues iusques e Iherusalem à entrer par la porte S. Estiene et doit estre par droit iluec le Saint Sepulcre de Nostre Seignor », ibid., p. 93.

34 Ibid., pp. 93-94.

35 Ibid., p. 93 : « Emprès d’iqui, ce est à savoir au cuer où est le Compas de Nostre Seigneur, et si est ausi le lieu où Nichodemus et Joseph ab Aramatie mistrent son beneet cors, quant il fu ensevelis après sa beneete passion ».

36 Citons par exemple Renaut de Montauban, Ami et Amile, ou encore l’Escoufle, Galeran ou encore La vie de Marie l’Egyptienne. Cf. également Le Mythe de Jérusalem. Du Moyen Age à la Renaissance, études réunies par E. Berriot-Salvadore, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1995 ; en particulier l’article de Geneviève Grossel, Ibid., pp. 37 à 58.

37 La Conquête de Jérusalem, éd. citée, chant I, 1. XXVIII-XXIX et Chant II, 1. V à XI. Sur l’idéologie des croisés, voir Jean Subrenat, « La conquête de Jérusalem. Reflet d’une mystique du pèlerinage », in Le Mythe de Jérusalem. Du Moyen Age à la Renaissance, pp. 21 à 36.

38 Sur la ville de Jérusalem dans le premier cycle de la croisade, voir l’introduction de Micheline de Combarieu, op. cit., pp. 15 à 25 et la préface de Jean Subrenat, pp. VII à XIII.

39 L’évocation de Jérusalem occupe les laisses VII à XII. A ces douze sièges plus un correspondant à Constantinople les douze lits plus un sur lesquels les Francs s’allongent avant de prononcer leurs gabs.

40 Ed. citée, 1. X : les reliques ont toutes un lien avec un des moments de la Semaine sainte.

41 Et la laisse XII se termine par un vers qui renvoie à la scène biblique de Jésus au Temple (Mt. 21-12-13 ; Mc 11, 15-17 ; Lc 19, 45-46 ; Jn, 2-14-16). « Deus est uncore el cel quin volt faire justice ».

42 Je me permets, pour faire une comparaison, de renvoyer à l’article que j’ai écrit dans les Mélanges offerts à François Suard, à paraître.

43 Bibliographie complémentaire sur Jérusalem :

  • Bredero, « Jérusalem dans l’Occident médiéval », in Mélanges offerts à René Crozet à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, Poitiers, Centre de Civilisation médiévale, 1966, t. I, pp. 259-271.
  • D. Poirion (sous la dir. de), Jérusalem, Rome, Constantinople. L’image et le mythe de la ville, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1986.
  • C. Deluz, « L’accomplissement des temps à Jérusalem », in Fin des temps et temps de la fin dans l’Univers médiéval, Senefiance n° 33, 1993, publications du cuer-ma, pp. 187 à 198.
  • Marie-Madeleine Castellani, « De la Jérusalem terrestre à la Jérusalem d’en haut », in Uranie – Mythes et Littératures, n° 3 – Espaces mythiques, 1993, pp. 119 à 134.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540