Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce nous dist li escris… Che est la verite

 | 
Miren Lacassagne

Ces « chroniqueurs à l’oreille épique »

Remarques sur l’utilisation de la geste chez Philippe Mousket et Aubri de Trois-Fontaines

Marie-Geneviève Grossel

Texte intégral

  • 1 André Moisan, Aubri de Trois Fontaines à l’écoute des chanteurs de geste (pp. 949-976) in Essor et (...)
  • 2 Edité en partie par P. Scheffer-Boichorst in Monumenta Germanica Historiae, t. XXIII, Hanovre, 1874 (...)
  • 3 Suivant l’expression de Mireille Schmidt-Chazan, Aubri de Trois-Fontaines : un historien entre la F (...)
  • 4 Edition de F. de Reiffenberg, Bruxelles, 3 vol., 1836-1838.
  • 5 L’expression de « chroniqueurs à l’oreille épique » est de Jules Horrent cf. article Mousket dans l (...)
  • 6 André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste (...)
  • 7 La date de la Chronique rimée de Mousket, in Revue Belge de Philologie et d’Histoire, t. IV, 1925, (...)

1« En l’abbaye de Trois-Fontaines, sise aux confins de la Champagne et de la Lorraine, première fille de Clairvaux fondée en 1116 par Hugues de Vitry au diocèse de Châlons, vivait dans la première moitié du xiiie siècle le moine Aubri1 ». Ainsi commence, sur un ton modeste et uni qui évoque le conteur, l’un des articles les plus riches et les plus documentés que l’on ait consacrés à l’étude d’Aubri de Trois-Fontaines, chroniqueur et grand connaisseur de la Geste. Le monumental Chronicon2 qu’avait réalisé le Cistercien sombra presque aussitôt dans l’oubli malgré sa qualité, malgré le fait (ou à cause du fait ?) qu’il s’agissait d’une « histoire totale3 » à laquelle nul matériau ne saurait être étranger. Dans ces mêmes années, à Tournai, Philippe Mousket, laïc et bourgeois, écrivait en langue vernaculaire sa Chronique rimée qu’il mena jusque 12424. Comme le Chronicon, l’œuvre du Tournaisien, conservée en un unique manuscrit, ne connut ni succès ni diffusion. Comme Aubri encore, Mousket, qui ne soulève guère l’enthousiasme des chercheurs actuels5, est très souvent utilisé à cause de ses allusions aux chansons de geste qu’il cite avec abondance et prédilection, devenant ainsi aujourd’hui une mine de renseignements très ponctuels6. Dans un article ancien, le Jésuite J. Nothomb s’était attaché à prouver avec grand soin que Mousket a connu le Chronicon puisqu’il en recopie textuellement certains passages7. Pourtant si nos deux « historiens » partagent la même passion pour le registre épique, rien n’est plus différent que l’utilisation qu’ils en ont réalisée, tout comme d’ailleurs s’opposent leurs oeuvres, révélant deux personnalités et deux desseins bien particuliers.

2Philippe Mousket ne peut prétendre à la gloire pour la valeur de son style : son vocabulaire et sa syntaxe dénués de richesse le gênent souvent pour rimer ; l’intérêt de son œuvre vient d’ailleurs. Pour les périodes dont il est le contemporain, il offre un témoignage de premier plan, indéniablement original. Pour l’histoire ancienne, il n’est que de reférer à son Prologue où il nous annonce d’emblée quel est son dessein :

Phelippres Mouskes s’entremet,
Ensi que point de faus n’i met.
Tout sans donner et sans proumetre
Des rois de Franche en rime mettre
Tote l’estorie et la lignie. (vv. 1 sq.)

3La Chronique est donc avant tout française et royale, même s’il est nécessaire, pour trouver l’origine, de remonter jusque la Guerre de Troie puisque Mousket ne remet pas en cause l’origine mythique et troyenne des Francs. Appuyée sur l’autorité des « livre anchiens », trouvés dans l’abbaye capétienne de Saint-Denis, l’histoire se veut exemplaire, elle est leçon destinée au public oublieux de prouesse et de savoir. On ne peut donc tenir grief à Mousket d’avoir eu recours sans discernement à toutes les sources possibles, légendaires ou non ; son propos est bien défini dès le début :

On siout jadis tenir grans cours
Et despendre l’avoir a cours,
C’on en parloit outre la mer,
Et siout on par amors amer (vv. 29-32)
.... Ne de biel conte ne d’estore
Ne set nus mais faire memore. (vv. 36-37)

4Dès lors, on ne sera pas surpris de voir Mousket choisir pour son œuvre la suite d’octosyllabes à rimes plates qui le situe sur le même plan que les romanciers. Et de revendiquer bien haut son originalité :

Or en ai l’estorie entamee
Ki ne fut mais onques rimée. (vv. 13-14)

5Et il a bien raison ! Dans le même sens va l’organisation de son texte. Pour les rois des premiers temps, Mousket n’a pas beaucoup d’éléments qui rendent vivante son histoire et la succession des rois, sèche et sans guère de détails, consiste surtout dans l’énoncé de la durée des règnes, du nombre de descendants, du lieu élu pour la sépulture. Les véritables héros des temps premiers sont les saints dont, suivant les Vitae, notre auteur déroule le glorieux martyre :

Et moult forment li anoia
Que saint Denis le guerroia.
Prendre le fist et le cierviel
D’une soie ki fu d’aciel
Li fist trencier outre parmi.
Saint Denis ot Dieu a ami :
Son hanepier con li trença
Prist et remist et si parla,
Voiant tous, si con le vot Deus. (vv. 410 sq.)

6Les saints qui lui sont le plus chers sont naturellement ceux de sa région puis saint Denis, patron de la couronne dont il se doit de faire le panégyrique. On trouvera ainsi une retranscription détaillée du baptême de Clovis par Rémi et la légende royale de la Sainte Ampoule. Et l’on peut noter, dans le même sens, le petit couplet élogieux qui accompagne la présentation de Tournai, patrie de Mousket, glorifiée par son attitude irréprochable à l’égard du roi Chilpéric : « ville de grant renon », Tournai permet à son évêque de sortir devant les portes refermées de la cité pour rencontrer le roi banni, abandonné de tous ; le saint prélat est saisi de juste pitié et fait rentrer en sa demeure l’exilé.

7La lutte entre Childebert et Chilpéric est prétexte à un excursus historique sur les origines fabuleuses de Tournai, cette « seconde Rome ». Jadis, elle avait même failli devenir l’Urbs tant sa beauté concurrençait sa rivale italienne :

Et petit failloit que Romain
Pour li liu délitable et sain
Ne laisoient Rome le grant
Pour a Tournai estre manant. (vv. 1026 sq.)

8Appelée alors Hastile, la cité tira ensuite son nom du héros éponyme Turnus. Mais, cette fois encore, elle trouvera sa consécration dans la présence du premier de ses saints, l’évêque Eleuthère dont Mousket fait une sorte de double de saint Gilles puisqu’il est capable, comme l’ermite de Provence, de remettre à son roi un péché gravissime et inavouable :

Rois Cloevis fist en sa vie
Un peciét plain de vilonnie,
Tel c’onques ne l’osa gehir... (vv. 496 sq.)
Si vint a Lehire, le vesque
De Tournai, et gehi li a
Et li vesques Dieu en proia
Tant k’il l’en dist la connissance
Et li rois fu fors de cremance. (vv. 501 sq.)

9Parmi toutes les histoires, récits, légendes, Mousket ne sait ni ne veut choisir. De toutes façons destinée à goïr le cœur des auditeurs, son estoire a bien le droit d’en prendre à son aise avec la vérité. Mousket d’ailleurs n’évoque pas cette notion qui semble étrangère à son ouvrage. L’ancienneté des récits suffit seule à garantir leur authenticité et les traditions ont force de preuve. Dans le même temps et de façon complémentaire, le déroulement temporel qui énumère les lignées royales, épouses, enfants, morts, successions n’affecte de nul changement les mœurs et les coutumes, à peine évoquées comme allant de soi en leur immuabilité : la société ne change pas si les hommes passent. Hector, à l’orée de l’histoire, était « flour de cevalerie », Priam « sage et courtois et frans ». L’opposition qui se trace n’est pas dans l’épaisseur d’un temps enfui, verticalité du passé pour ainsi dire, mais bien dans l’horizontalité d’un espace qui sépare la Hongrie et la lointaine terre des Sicambres où la gent « molt hardie » a encore à franchir ce qui la sépare de Sagesse et de Baptême, à gagner la culture et la civilisation.

10C’est ainsi que les chansons de geste apparaissent au fil du texte comme un matériau parmi les autres, pierre appelée à la (re) construction du récit exemplaire que Mousket veut édifier :

Adont roi Cloevis régna... (v. 464)
XXX ans maintint sa tiere bien,
Assez conquist n’i perdi rien.
.I. fil ot eu de Meulsent,
Si l’apielerent Floevent ;
Si fu compains a saint Ricier... (vv. 478 sq.)
Et se fisent maintes fois gierre
As Sarrasins et a lor tiere... (vv. 484-485)

11Si l’ami de Floovant, Richier dans la chanson, est assimilé à saint Riquier, honoré dans un sanctuaire fameux du Ponthieu, le héros épique lui-même se voit incorporé au récit historique où il n’a évidemment pas sa place, n’ayant pas existé. Il ne fait donc que passer et, puisque l’histoire ne parle pas de lui, il meurt à la fleur de l’âge, laissant dûment hériter ses demi-frères, fils de Clothilde :

Cis Floevens fu moult vallans,
Sages, vistes et conquerans,
Et de largaice fu moult clers,
Si moru jovenes bacelers. (vv. 486 sq.)

12Peu inspiré par la geste de Floovant, Mousket détaille davantage celle de Girart de Rousssillon qu’il connaît bien. Il la situe sous Charles Martel et rappelle la cause de la querelle qui opposa le roi au comte, le choix par Charles parmi les deux princesses venues de Constantinople, de celle qui ne lui était pas destinée mais était la plus jolie. Il rappelle que la seconde, finalement épousée par Girart, était « safirs et gemme » ; que Girart expia ses méfaits et sa révolte « con karboniers ». Nous trouvons ici l’analyse d’un texte réduit à ses traits essentiels.

13Au fur et à mesure que Mousket avance dans son Histoire, il se permet de plus nombreux excursus et les résumés des Chansons de Geste qu’il donne vont s’étoffer. Sous Pépin, il fait apparaître le clan des Bordelais, Fromond et Fromondin en tête. Nous avons droit à un récit très circonstancié de la chasse tragique menée par Begon contre le sanglier. Les noms de lieux sont soigneusement épinglés : c’est en la Vicogne que vient chasser le frère de Garin le Lorrain, à Valenciennes qu’il trouve à s’héberger, dans la forêt de Lens que se déroule la traque du porc monstrueux. Le récit de la chasse et de la mort du « quens Beghes qui tint Belin » occupe 45 vers tandis que 16 vers suffisent à évoquer la suite du cycle en nommant Gerbert, la Mort Garin et, peut-être, Anseïs de Metz ou La Vengeance Fromondin, mais ce n’est pas sûr. Mousket, semble-t-il, cite de mémoire, il ne reste donc que des épisodes particulièrement saillants, dont le reniement de Fromont.

14Par contre, lorsqu’il en vient à relater le mariage de Pépin avec Berthe, il ne relate pas la lutte du roi contre le lion, pourtant légende chère aux capétiens, alors qu’il n’aura garde d’omettre la lutte de Charlemagne contre l’ourse, origine de son surnom « le Grand ». Pour le reste, Mousket suit de près la trame que nous retrouverons chez Adenet : fille du roi Floire, la jeune et jolie Berthe arrive en France avec sa suivante, la « serve », ici anonyme. Mais l’initiative d’une substitution vient de la fiancée, qui redoute une nuit avec Pépin pour « son grant vit ». Conduite dans les bois, elle y échappe à l’exécution avant de se réfugier chez un forestier. Très allusif, le récit suppose une connaissance précise de la part du lecteur, appelé à restituer un grand nombre de « maillons manquants » s’il veut éviter l’incompréhension. L’histoire de Berthe est la dernière à laquelle Mousket consacre un développement avant d’en arriver à ce qui est son sujet de prédilection, la Geste de Charlemagne.

15En effet, si l’on regarde la composition de la Chronique rimée, on ne pourra que constater la place disproportionnée qu’occupe, par rapport à l’ensemble, le règne de Charlemagne : l’auteur ne lui consacre pas moins de 9 790 vers, soit presque un tiers de son texte, inachevé, il est vrai. Pour retranscrire les événements de cette époque, entre toutes glorieuse, il a recours à un certain nombre de sources parmi lesquelles la Vita Karoli Magni d’Eginghard et surtout la Chronique du Pseudo Turpin occupent le premier rang. C’est peu de dire que Mousket a lu cette dernière, il s’en est nourri et la traduit avec beaucoup de fidélité ; de très longs passages sont ainsi un calque scrupuleux de ce texte fameux. Le fait d’avoir délaissé la Chanson de Roland proprement dite n’a rien d’étonnant puisque tel avait déjà été le choix d’Aubri, suivant en cela Hélinand de Froidmont. La prose du Turpin, ses choix, notamment sa théologie verbeuse et ses partis pris de prosélytisme, leur avaient paru à coup sûr des garants de sa « véracité historique », ne s’agissait-il pas d’un « témoin » ? Pour Mousket, ce ne sont guère de tels arguments qui ont pu entraîner sa prédilection affichée pour le faussaire. Il faut plutôt y voir une avidité de détails qui trouvait mieux à se satisfaire dans les longueurs du Pseudo Turpin que dans l’esthétique de l’ellipse et de la sobriété si caractéristiques du Roland. De plus, la reconstruction magistrale de l’Anonyme lui avait valu une notoriété qui justifiait sa présence dans les documents que Mousket pouvait compulser. Enfin il y a entre le Pseudo Turpin et le Tournaisien, une certaine affinité de conceptions devant la Geste exemplaire de Charlemagne.

  • 8 Clercs et légendes épiques : Hélinand de Froidmont, Aubri de Trois-Fontaines, Vincent de Beauvais e (...)

16Mousket ne renonce à presque rien alors que, comme l’a souligné André Moisan, aussi bien Hélinand qu’Aubri, contraints par le registre où ils travaillaient, ont opéré des résumés draconiens dans le texte redondant du Pseudo-Turpin8. Les longs passages moralisateurs ont ainsi disparu, disparue la discussion théologique entre Fernagu et Roland, la longue plainte du héros sur son épée Durendal ou ses ultimes prières, le miracle réitéré des lances fleurissant ou le supplice détaillé de Ganelon. Mousket ne se sentait nullement tenu par ces mêmes contraintes puisque son propos n’était pas d’écrire l’histoire mais bien de nous faire accéder à la valeur exemplaire des rois ; leur lignée trouve à se justifier, à se résumer dans celui qui la symbolise et l’enferme tout entière en sa propre existence, Charlemagne. Dès lors Mousket n’éprouve pas de gêne à prendre et reprendre le portrait de son héros. Les premières fois, c’est en quelque sorte le même éloge qui se poursuit, entrecoupé par une série d’exploits qui en sont la démonstration concrète. Il en résulte un piétinement de l’action qui laisse penser que, sous son couplet à rimes plates, Mousket se sent attiré par l’écriture lyrique de la Chanson. C’est, bien sûr, dans l’épisode de Roncevaux qu’il laissera le mieux percer ce regret implicite des laisses parallèles, avec une écriture pathétique et largement répétitive.

17Pour en revenir au portrait de l’empereur, notre Tournaisien nous redira deux fois qu’il était grand amateur de chasse, ce qui est un trait, selon lui, caractéristique des françois, qu’il pratiquait volontiers la baignade, sachant fort bien nager, qu’il était attentif aux Lettres et scrupuleusement religieux. D’autres détails, venus d’Eginghard, ne sont pas redupliqués : sa vêture, toujours au-dessus du genou, sauf à Rome quand on le sacra, son soin à chausser ses pieds qu’il avait beaux, ou sa sobriété à table. Mousket a relevé le nom de son maître, Alcuin, les matières enseignées, chronique, physique, patrologie, ses dons de polyglotte enfin. Tous ces détails, intéressants par ce qu’ils nous restituent du personnage, laissent le plus souvent place au dithyrambe exclamatif et généralisant. La Simplece de coulon qui va de pair avec le cœur de lion (vv. 353-3534) relèvent du style formulaire, bien présent aussi dans l’hagiographie, comme les référents animaux pour décrire les combats, ou l’assimilation récurrente de Roland à Judas Maccabée, héros à la fois épique et religieux.

18Après la disparition de Roland, le texte se mue en un panégyrique continu comme si la cruauté de la perte éprouvée s’assimilait implicitement à un martyre sur terre pour faire accéder dès ici-bas le roi à la sainteté. Les visions et les miracles se succèdent et s’enchaînent, le pèlerinage à Jérusalem (pas à Constantinople car Mousket ne s’amuse pas avec son héros !) est le point culminant de cette thématique. Quand arrive la fin du règne, la mort de l’empereur est précédée par un ultime « portrait » comme pour suspendre le temps avant la catastrophe, résumant en une synthèse toute une existence, soudain basculée sur l’éternité. On y donne une courte description physique et même la taille du héros ! Quelques traits répétitifs sur ses goûts puis une évocation globale de la charité imprégnant sa vie sociale.

19Il est naturel que tout ce règne soit agrémenté de nombreuses allusions aux chansons que nous regroupons dans le « Cycle du Roi ». Mousket a su les tisser étroitement à son récit, mêlées à la trame de l’existence de son héros. Elles ne se présentent donc plus sous la forme du résumé, ainsi pour Aspremont où l’on voit Rollandin affirmer sa valeur ; le passage est suivi sans transition des faits relatés dans Girart de Vienne, selon Bertrand de Bar ; Roland se fiance à Aude ; s’ensuit immédiatement la querelle de Roland et du Roi ; à Granople, Roland implore et obtient le miracle qui lui permet de voler au secours de Charles, assiégé à Worms ; presque aussitôt, Charlemagne conquiert le Danemark, et Gaufrey lui livre en otage le jeune Ogier ; à peine le temps d’évoquer les ennuis à naître de cette affaire que déjà Jehan de Lanson amorce sa rébellion. Puis les vers nous entraînent en Espagne où l’on crie au secours :

Lor tramist Guion de Bourgogne
Ki nouviaus chevaliers estoit.
Et des jovenes enfans avoit
Devant çou la couronne ot prise... (vv. 4679 sq.)

20Devant Rome en guerre, Olivier est aux prises avec Fierabras qu’il prive de son baume, tandis que Charles s’endort et voit lui apparaître le saint de Galice en personne...

21Ainsi dans ces passages où le tempo s’accélère, peut-être pour donner l’impression d’une existence débordante d’exploits, le texte épique joue en arrière-plan un rôle de déjà su que, d’une allusion à l’autre, on suscite sans plus résumer. C’est sur la mission confiée par l’Apôtre que le projecteur se fixe car, là aussi, Mousket suit d’enthousiasme son modèle turpinien. Et la vie de Charlemagne passe avec régularité du grand sanctuaire d’Espagne à la demeure princière d’Aix, continûment présentée à travers ses édifices religieux transformés en reliquaires, où il sera couché pour l’éternité, autre guerrier apostolique. La dernière image de Charles atteint presque à l’apothéose :

A grant ounour fu entièrés
A Ais, a la digne kapele
Que on de Nostre Dame apiele.
S’ot torné son vis viers Espagne.
Ce fu demostrance et ensagne
Qu’encor Sarrasins maneçoit
De Joiouse qu’el puing tenoit... (vv. 12127 sq.)

22Après Charlemagne, l’avènement de Louis amène naturellement le personnage de Guillaume, mais ce dernier, ignoré d’Aubri, n’est pas l’objet de longs développements chez Mousket : il alla « secorre Orenge » ; il finit au désert, sanctifié. Rainouart et son tinel se trouvent dans des formules rapides : « élevé dans les cuisines », le frère ignoré de Guibourc saura s’illustrer à Aliscans ; et c’est tout. Bien plus long, le récit d’un miracle effectué par saint Jacques qui rendit à Compostelle la vue à un aumaçor de Cordoue !

23Mousket raconte avec complaisance les invasions normandes car il admire Rollon ; il note la rébellion de Raoul de Cambrai, personnage qu’il n’aime pas, cuivert responsable d’avoir ars les nonnains d’Origni et feri Bernier el cief par contençon. Enfin la dernière chanson développée, Gormont et Isembart, a été souvent l’objet de commentaires car Mousket nous donne quantité de renseignements sur ce qui n’est plus pour nous qu’un pauvre lambeau de texte. On notera une dizaine de vers sur Godefroy de Bouillon descendant du Chevalier au Cygne.

24En arrivant à son époque, Mousket continue de s’inspirer de toutes sortes de légendes mais les épopées de la croisade n’entrent pas dans sa documentation. L’utilisation du registre épique est donc bien chez lui centrée sur la figure de Charlemagne ; temps des héros, la geste est le langage requis pour raconter l’estoire, au-delà de la véracité, dans l’essence même de la signification qui poussa aux « rimes ». Autour du Pseudo Turpin, prose plus épique que l’épopée même, Mousket égrène les chansons du cyle royal pour mieux magnifier la figure du Monarque Saint et Héros.

25Aubri de Trois-Fontaines, homme d’Eglise, cistercien, n’éprouve pas de la même façon que Mousket la fascination épique. Son but est, à n’en pas douter, strictement historique comme le prouve le choix du registre annalistique pour rédiger son Chronicon. Nulle recherche stylistique, nul effort formel ne se discerne dans son travail voué à l’austérité, ainsi des premiers mots du texte, dédaignant même une introduction :

Anni 1656 qui sunt a creatione Ade usque ad dilivium secundum
Hebraicam veritatem et beati Ieronimi translationem sic colligentur...

26Et lorsqu’il se laisse aller à une appréciation esthétique par exemple à propos de la légende de la reine Sebile, fille de Didier de Lombardie et première épouse de Charlemagne :

An. 769 Super repudatione dicte regine que dicta est Sibilia, a cantoribus
Gallicis pulcherrima contacta est fabula.

27Cela ne l’empêche nullement d’appliquer à ce qu’il vient d’apprécier ses critères de véracité et d’exactitude :

... et cetera isti fabule ex magna parte falsissima.

  • 9 Dans sa conclusion à son étude Aubri de Trois-Fontaines à l’écoute des chanteurs de geste.
  • 10 Art. cit., p. 163.

28André Moisan a excellement montré que le cas d’Aubri est tout-à-fait unique9, que nul chroniqueur de son époque n’a voulu comme lui intégrer une telle masse d’éléments légendaires dans l’Histoire. Du côté des historiens, Mireille Schmidt-Chazan note que « La chronique universelle attribuée à Aubri, moine de l’abbaye cistercienne de Trois-Fontaines, est une œuvre remarquable par le nombre et la diversité des sources utilisées, par la largeur de vues dont il fait preuve et par la qualité du récit où le souci d’être exhaustif ne fait pas disparaître l’esprit critique10 ». Mais les deux savants se heurtent aussitôt à l’irritante énigme de la personnalité d’un auteur dont nous ignorons tout, sauf le nom.

29Pour connaître une telle masse de documents, pour mener à bout une recherche qu’elle estime avoir duré au moins vingt-cinq ans, Mireille Schmidt-Chazan suppose de très nombreux voyages au cours desquels Aubri, d’abbaye en abbaye, se serait nourri des chroniques existantes, aussi bien dans la province de Champagne où est située Trois-Fontaines, province dont Aubri connaît parfaitement tant de textes, que dans le diocèse de Liège (on sait qu’il était en relations avec Orval, une des « filles » de Trois-Fontaines, et qu’un moine de Huy, Maurice de Neufmoustier est l’interpolateur démasqué du Chronicon vers 1251) que dans l’Empire, au long des vallées de la S ambre, de la Meuse et du Rhin. Cela fait bien du temps passé sur les routes pour un fils de Cîteaux, beaucoup moins célèbre que saint Bernard, cet autre voyageur... Et cela ne nous explique pas la seconde facette de ses connaissances, non religieuses celles-là. Il vaut sans doute mieux s’imaginer Aubri au centre d’un réseau d’informateurs qui travaillaient pour lui, lui ramenant des abbayes de France, de Flandre et Hainaut, de Lorraine et d’Empire les documents nécessaires. Peut-être bibliothécaire de Trois-Fontaines, Aubri ne saurait, en ce cas, avoir été le premier venu et la valeur attachée par ses supérieurs à son travail n’était pas médiocre.

30D’autre part, son extraordinaire connaissance d’œuvres profanes, essentiellement chansons de geste mais aussi littérature arthurienne, à côté d’écrits hagiographiques, très marqués par leur caractère fabuleux, avait incliné André Moisan à se poser la question d’une possible carrière de jongleur du moine avant son entrée dans les ordres. Après tout, tel avait été le cheminement d’Hélinand. Mais, nous l’avons vu, Aubri est indifférent au plaisir esthétique de l’écriture et de la composition, alors que les vers de la Mort, tout ascétique que soit leur propos, n’ont rien oublié des Artes dicendi. Ils furent écrits dans l’abbaye de Froidmont néanmoins, tout comme Guiot de Provins rédigea sa Bible -où le style est éclatant de rhétorique et de métaphores- alors qu’il était déjà moine, sous les draps noirs des clunisiens, il est vrai. Mais les heures de travail qu’implique l’ampleur du Chronicon rendent improbable une carrière monastique tardive après des années passées dans le siècle.

  • 11 Je suis de façon schématique l’un des chapitres de ma thèse consacré au milieu littéraire en Champa (...)

31Il faut donc souhaiter, bien plus encore que pour Mousket, que de jeunes chercheurs s’attachent à cette quasi terra incognita que réprésente le Chronicon, œuvre foisonnante sous sa sèche apparence annalistique. Je me contenterai ici de quelques brèves remarques11 qui vont dans le sens des recherches passionnantes menées par André Moisan.

  • 12 Usque hodie rane sunt mute de mandato eius de sancti et miraculo.

32On peut penser que l’Histoire pour Aubri trouve sa signification dans l’étude de deux grandes directions : les lieux et les hommes. Les lieux sont lourds de leurs traditions, de leur passé. C’est pourquoi il recense avec minutie toutes les notations qui situent les événements qu’il égrène année après année et cela, dès les fondations des saints des premiers temps, on notera bien évidemment l’abondance de toponymes situés dans sa province : Saint-Pierre de Reims fondé en 583 par saint Baudri ; Hautvillers, fondé en 662 par saint Berchaire, disciple de saint Remacle ; Beaulieu en Argonne fondé en 668 par un groupe d’ermites, ou encore Orbais fondé en 686 par saint Réol archevêque de Reims, quelques exemples parmi une quantité d’autres. Sa curiosité insatiable pousse notre chroniqueur à rajouter, fût-ce en résumé, toutes les merveilles qui accompagnèrent ces fondations : ainsi la minuscule (parvam) abbaye d’Oye, créée en 676 dans les marais par Saint-Gond, un disciple de saint Wandrille est-elle bâtie en des lieux si inhospitaliers qu’il y fallut un signe de Dieu, les grenouilles cessent ici leurs coassements assourdissants lorsque se déroulent les offices12...

33On sait que, dans ce registre, rien de ce qui touche aux lieux n’est indifférent puisqu’on a pu dire de l’hagiographie qu’elle se fonde sur une géographie du sacré. Aubri rapporte avec le même soin les voyages des corps saints qu’abritent les sanctuaires de Champagne : au moment des invasions normandes, saint Rémi quitte Reims pour Epernay puis Orbais avant de réintégrer son monastère. Inquiets de la progression des Hongrois, les moines de Rebais expédient à Marcilly-sur-Eure les reliques de saint Agile. Aubri n’omet pas de préciser que le corps saint mettra 259 années à revenir (an. 1197).

34Notre moine assurément a le sens de la temporalité. On comparera avec Mousket qui n’hésitait pas à montrer Charlemagne disputant avec Baligant de religion : l’un des critères de la supériorité de la foi chrétienne selon lui résidait dans la multiplicité des ordres religieux, tout particulièrement celui des Templiers dont le Tournaisien brossait un vivant éloge ! Aubri sait bien, quant à lui, que Hugues de Payns fonda l’ordre militaire en 1113 et il précise que saint Bernard en personne leur fit adopter la règle de saint Augustin en un concile tenu à Troyes. Nous descendons même à une précision de cartographe lorsque nous lisons que l’ordre des Trinitaires, destiné au rachat des captifs, situa sa maison-mère « apud Cherfroy justa Wandeluz » (an. 1198). Qui d’autre qu’un Champenois pourrait apprécier cet infime détail ?

35Les localisations dont Aubri parsème ses allusions à l’épopée nous semblent aller dans le même sens. Aubri a une tendance, qu’André Moisan a justement soulignée, à situer dans la province où il vit un grand nombre de toponymes, sujets à la variation dans les textes. On saura que la Champagne, terre de saints et d’abbayes, a ouvert ses sanctuaires pour accueillir les corps des héros, ainsi Ogier à saint Faron de Meaux. C’est un identique procédé qui poussait le jongleur à identifier in fine le mâle Aiol au saint Ayoul de Provins... La Champagne n’a pas toujours à en tirer gloire d’ailleurs puisque d’elle seraient nés, selon Aubri, les lignages de traîtres à partir de Ganelon identifié comme originaire de Ramerupt. Le félon n’en avait pas moins été fondateur de Nesles-la-Reposte dont les moines s’en allèrent recueillir ses membres mutilés après le supplice pour lui accorder une sépulture, par delà les châtiments des hommes. Le traître Galeran de Bacaire se mue en Galeran de Bayarne ; Gondeboef de Wandoil devient sire de Vandeuil et le père de Roland, Milon, se voit gratifié d’une naissance à Anglure ; enfin la geste de Nanteuil, scrutée avec une grande attention par Aubri, se localise à Nantillois dans la Meuse. Bien avant la Chanson de Gaufrey, postérieure à Aubri, Montaimé près de Vertus est identifié par le Chronicon au mont Wimer des sires de Hautefeuille. Cet endroit, maudit dans la geste, ne l’est pas moins dans l’histoire puisqu’y furent brûlés une centaine de parfaits en 1239, ce qu’hélas, Aubri rapporte avec grande joie.

36Notre chroniqueur partage avec les hommes de son époque la conscience d’appartenir à une « terre », celle de Trois-Fontaines dans le diocèse de Châlons, ce qui explique ce noster dont il qualifie Gui de Bazoches qui est une de ses sources les plus exploitées, bien que son latin hérisse Aubri... On pense à Adam de Perseigne autre cistercien fier de la pureté de sa langue, même si, pour notre moine, c’est surtout de clarté qu’est singulièrement dénuée la prose du chantre de Châlons ! L’intérêt porté à la province explique l’attention avec laquelle sont recensés les hauts-lieux où exploits des hommes et miracles de Dieu appellent la commémoration exigée par toute Histoire.

  • 13 On la trouve chez Map ou chez Giraud de Barri ; on notera à ce propos l’attitude ambivalente des in (...)

37Mais les lieux et les hommes sont indissociablement liés. Aubri ne s’intéresse ni au peuple ni aux bourgeois des villes, ce qui laisse deviner d’où il venait ! C’est la noblesse à laquelle il s’attache, poussé notamment par ce véritable « dada » généalogique propre aux grands de son temps. Tout doit être retrouvé de ce qui concerne une lignée – même ce qui n’est pas glorieux, comme la présence des traîtres légendaires pour celle d’Arcis-Ramerupt. Nous ne trouvons cependant rien dans le Chronicon sur l’origine diabolique des Plantagenêt13, de la « male » Aliénor ou des Comtes de Champagne, toutes histoires dont Mousket fait ses délices. Aubri manifeste de la sympathie pour les Thibaudiens et il faut noter que son abbaye était en relations assez proches avec la cour de Champagne pour qu’il puisse noter sous l’année 1230 le passage d’un courrier venu apporter au comte Thibaut des nouvelles d’Orient. A retracer les généalogies des Brienne, des Dampierre ou des Rouci, le chroniqueur sait bien nous emmener (et sans erreur) jusqu’aux souverains de Castille et de Navarre, jusqu’aux comtes de Flandres. Et n’est-ce pas en suivant ces familles, où s’illustrèrent des mécènes fameux, que l’on trouve l’explication à de menus faits problématiques, telles les allusions à la version flamande de la Chanson du Chevalier au Cygne avec son héros Elias : les Dampierre, grands protecteurs de Trois-Fontaines étaient devenus comtes de Flandres par le mariage de Gui avec Marguerite de Constantinople, cousine de Thibaut de Champagne.

  • 14 On sait qu’à la même époque un bénédictin comme Gautier de Coinci compose et fait chanter des chans (...)

38Il est probable que le Chronicon fut écrit pour ces milieux de nobles qui donnaient leurs fils aux abbayes qu’ils protégeaient, dont sans doute Aubri lui-même était originaire. Il est plus dificile de savoir si ceux qui restaient dans le siècle étaient à même d’apprécier une telle entreprise, de surcroît en latin. Aubri suivait la tendance habituelle aux hommes de sa province de s’attacher plus particulièrement aux œuvres qui avaient cours dans sa région, surtout si quelques toponymes venaient plus ou moins artificiellement les y fixer. Il cite donc avec exactitude Les Narbonnais, probablement composé en Brie, ou le Girard de Vienne de Bertrand de Bar sur Aube ; il résume l’itinéraire édifiant de « saint Renaut » de Montauban ; il est bien moins familier avec la geste de Guillaume d’Orange qui est surtout pour lui l’ermite de la Vita ; dans son abbaye, située en une terre où les mécènes pullulent, ne pouvait-il pas, au gré des visites des seigneurs escortés de toute leur suite de serviteurs et jongleurs, écouter les chansons, sans avoir même besoin de s’en aller au devant des récits ? Et l’on sait que l’attitude de l’Eglise vis à vis de la geste n’était pas foncièrement hostile, qu’elle avait tendance à la rapprocher des Vies de Saints. Pour Aubri, prêt à accueillir toute information, quitte à la confronter avec d’autres, voire à donner son avis critique, l’utilisation historique du registre épique était pleinement justifié. Homme de son temps, il n’avait jamais entendu de voix s’élever contre le prétendu Turpin mais il savait que l’archevêque a bel et bien existé, et en Champagne de surcroît. Le fait qu’il ait étendu son enquête à la matière de Bretagne peut également s’expliquer par le milieu littéraire qui caractérise sa province et qui, il faut bien le croire pour conclure, ne laissait pas les monastères, tels des îlots isolés, à l’écart de toute culture, fussent-ils de stricte obédience cistercienne14.

39L’utilisation de la geste chez Aubri n’a donc rien à voir avec celle qu’en réalise Mousket ; ce dernier nous est un bon témoin de la réception des publics au xiiie siècle. Ce n’est plus la traditionnelle image de badauds ignorants écoutant sur les places. Il s’agit bien plutôt d’auditoires avertis dans les salles des demeures bourgeoises, capables au besoin d’aller alimenter leur fascination par un retour aux sources, et même aux textes latins, avec l’espoir secret de rivaliser dans ce bonheur d’écrire. Aubri, lui, écrit l’Histoire, son esprit critique est déjà capable d’accumuler les documents et de les comparer, il a déjà le profil du chartiste, selon André Moisan. Sa documentation est totalement ouverte, aucun élément ne sera refusé : les traditions orales ou écrites, chronistiques, hagiographiques, historiques, romanesques, épiques, tout a sa place dans le Chronicon, assorti ou non de son avis. Ce moine qui voulait tout embrasser, que tout intéresse, nous paraît ainsi, quoiqu’il n’en ait eu sans doute ni la conscience ni la volonté, extrêmement proche de nos conceptions modernes, pour lesquelles connaître l’homme, c’est aussi bien se pénétrer de ses rêves, entrer dans le monde de son imaginaire.

Notes

1 André Moisan, Aubri de Trois Fontaines à l’écoute des chanteurs de geste (pp. 949-976) in Essor et fortune de la chanson de geste dans l’Europe et l’Orient Latin, Actes du IXe congrès international de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes, Padoue-Venise 1982, Modena 1984 (2 t.).

2 Edité en partie par P. Scheffer-Boichorst in Monumenta Germanica Historiae, t. XXIII, Hanovre, 1874, pp. 631-950.

3 Suivant l’expression de Mireille Schmidt-Chazan, Aubri de Trois-Fontaines : un historien entre la France et l’Empire in Annales de l’Est, t. 36, 1984, pp. 163-192 (l’expression se trouve dans la conclusion, p. 192)

4 Edition de F. de Reiffenberg, Bruxelles, 3 vol., 1836-1838.

5 L’expression de « chroniqueurs à l’oreille épique » est de Jules Horrent cf. article Mousket dans le Dictionnaire des Lettres françaises (Moyen Age) de La Pochothèque.

6 André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, 5 vol., Genève, 1986.

7 La date de la Chronique rimée de Mousket, in Revue Belge de Philologie et d’Histoire, t. IV, 1925, pp. 77-89.

8 Clercs et légendes épiques : Hélinand de Froidmont, Aubri de Trois-Fontaines, Vincent de Beauvais et la Chronique du Pseudo Turpin in Au carrefour des routes de l’Europe, la chanson de geste. Actes du Xe congrès de la société Rencesvals, Strasbourg 1985, Aix-en-Provence 1987 (pp. 913-925).

9 Dans sa conclusion à son étude Aubri de Trois-Fontaines à l’écoute des chanteurs de geste.

10 Art. cit., p. 163.

11 Je suis de façon schématique l’un des chapitres de ma thèse consacré au milieu littéraire en Champagne et, de façon plus détaillée, à la culture épique d’Aubri. (Le milieu littéraire en Champagne sous les Thibaudiens, Paradigme, 1995),

12 Usque hodie rane sunt mute de mandato eius de sancti et miraculo.

13 On la trouve chez Map ou chez Giraud de Barri ; on notera à ce propos l’attitude ambivalente des intéressés qui n’hésitaient pas au besoin à s’en targuer, cf. Richard Cœur de Lion, histoire et légende, collectif, 10/18, 1989.

14 On sait qu’à la même époque un bénédictin comme Gautier de Coinci compose et fait chanter des chansons à la mode des trouvères en utilisant en contrefacta les mélodies de ses contemporains, trouvères profanes, qu’assurément il connaissait parfaitement.

Auteur

Université de Vaienciennes

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540