Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce nous dist li escris… Che est la verite

 | 
Miren Lacassagne

Les deux morts de Renaut de Montauban

(d’après les manuscrits Douce et La Vallière)

Micheline de Combarieu du Grès

Texte intégral

Pour A. Moisan et sa longue compagnie avec Vivien,
cet autre héros aux morts variables.

  • 1 Renaut de Montauban, éd. critique du ms Douce p. J. Thomas, Genève, 1989. Nous désignerons les réfé (...)
  • 2 La Chanson des Quatre Fils Aymon d’après le ms La Vallière, éd. p. F. Castets, Montpellier, 1909 (S (...)
  • 3 Il serait dommage que les éditions récentes des textes médiévaux, quand elles sont fondées sur d’au (...)

1Dans l’Introduction à son édition de Renaut de Montauban fondée sur le ms Douce (Oxford, Bodl., Douce 121), J. Thomas parle d’un « Renaut quasi inconnu1 ». Cet ouvrage, outre qu’il fournit une édition répondant aux critères scientifiques actuels, permet de comparer, en se reportant à celle de F. Castets basée, elle, sur le ms La Vallière (BN., fr. 243872), même si elle est philologiquement vieillie, deux versions différentes (pour le moment, nous nous contenterons de cet adjectif modeste) de la chanson3.

  • 4 L’ordre dans lequel nous les citons ici est celui de la publication des deux éditions. Chacun en so (...)

2Les deux manuscrits se distinguent d’abord par un notable écart de longueur : 18490 vers pour L, 14310 vers pour D4. Mais celui-ci ne provient pas seulement d’une rédaction qui serait, dans le cas de D, continûment marquée par l’esthétique de la brevitas.

  • 6 Cependant cette constatation devrait être affinée par une étude comparative précise de l’épisode ga (...)
  • 7 Pour plus de commodité, nous arrondissons ces chiffres.
  • 8 Avec 1 100 vers, cependant, le récit du voyage en Terre Sainte n’atteint pas tout à fait cet étiage

3Ce relevé schématique suffit à faire apparaître les choix narratifs différents supposés par les deux rédactions. D’intègre un prologue nettement plus développé que L, ce qui doue l’histoire des pères d’une importance plus signifiante. En revanche, la tendance s’inverse dès que commence celle des fils. Globalement, l’écart ira grandissant6. Si l’épisode ardennais, distingué de ses préliminaires parisiens, occupe un espace de texte quasi égal dans les deux manuscrits, l’épisode gascon comprend 2 000 vers de plus dans L (25 % environ de plus que D) ; cependant ce dernier représente la même proportion de la chanson dans les deux versions : un peu plus de la moitié (10 300 vers sur les 18 500 de L et 8 500 sur les 14 500 de D7) : c’est donc que le même rôle central lui est reconnu. En revanche, à partir de l’épisode rhénan, si dans L, on a des unités narratives d’environ 1 500 vers (presque égales à celle constituée par le Prologue8), D, tout en n’omettant aucune des séquences, les traite avec une brièveté comparativement de plus en plus grande et qui, d’autre part, contraste d’autant plus, de façon interne, avec l’ampleur de son propre Prologue.

  • 9 A une réserve près (cf. n. 6) : l’écart est encore plus accentué dans les deux versions de l’épisod (...)

4La plus grande distorsion est atteinte avec le récit de la mort de Renaut : de 180 vers à 600, on est dans un rapport de (même pas) un à trois9. Une comparaison interne fait aussi apparaître l’intérêt plus ou moins grand mis par les deux narrateurs à traiter cette fin du héros. Prenons comme exemple de référence l’épisode ardennais, qui ne multiplie pas, lui non plus, les péripéties et qui est bien centré autour d’un lieu unique :

5On a donc, dans un cas, un récit minimal, à la fois quant à son extension propre et dans une perspective de comparaison interne ; dans l’autre, un récit à ces deux égards plus développé.

6Mais comment sont opérées ces deux mises en œuvre si différentes ? La « matière » des deux manuscrits et son organisation sont identiques : la mort de Renaut engagé, par piété, sur un chantier de construction d’église et assassiné par ses jaloux compagnons de travail, puis sa sanctification manifestée par les miracles qui entourent cette mort et confondent ses auteurs, selon un récit chronologique dont les principales étapes sont celles que nous venons d’énumérer. Le « san » en est aussi le même : le héros révolté y fait une fin édifiante, l’orgueilleux y humilie sa chevalerie et sa seigneurie dans des tâches manuelles (où, cependant, on le « reconnaît » à sa supériorité même en cette pratique étrangère à sa fonction). Mais, comme dans toutes les « réécritures » médiévales, c’est la « conjointure » qui change tout ou presque.

7Dans les deux récits, on peut distinguer, pour simplifier, trois temps successifs.

  • 10 Voir notre communication au Colloque de Charleville-Mézières sur Les Quatre Fils Aymon (septembre 1 (...)

8Le premier, le moins développé dans les deux manuscrits est celui du départ de Renaut : il y consomme la rupture avec ce qui était jusque là son lieu de vie (le château) et avec ceux qui l’habitent (ses parents, ses hommes) : il s’en éloigne en s’enfonçant dans l’univers inverse, celui de la forêt10.

  • 11 Dans cette version, Renaut se contente de traverser la forêt ; il ne s’y installe pas un temps.

9A ce premier temps du récit, D consacre 15 vers (8 % du total), répartis entre deux éléments : le départ nocturne de Renaut pauvrement vêtu (cinq vers), son voyage puis sa vie dans la forêt (10 vers). A L il en faut 120 (20 % du total). Le départ nocturne de Renaut en occupe 10 et son voyage11 en forêt 20. Les 90 vers restants (c’est-à-dire les 3/4 du passage) offrent deux scènes à peu près également développées et qui sont absentes de D. Elles introduisent d’autres personnages. La première met en scène le portier (50 v.) : Renaut doit avoir recours à ses services pour se faire ouvrir, de nuit, la porte de la citadelle. Le serviteur s’inquiète de la démarche de son maître et s’efforce de le retenir (10 v.) mais le héros fait état de sa détermination et lui explique qu’il veut maintenant consacrer sa vie à faire son salut (15 v.) ; il lui laisse un anneau en présent et souvenir (5v) ; le bonhomme continue de manifester son chagrin... mais ne tarde pas à se consoler en constatant la valeur du bijou (20 v.). La deuxième met en valeur les fils et frères de Renaut qui, au matin, s’aperçoivent de son absence (40 v.) : ils cherchent dans tout le château et se lamentent en constatant que si armes, vêtements, cheval sont toujours là, leur père ou frère demeure, lui, introuvable (20 v.) ; réveillé, le portier les met au courant (12 v.), ce qui n’apaise nullement leur douleur affectueuse (8 v).

10Le second qui constitue le centre de la narration est évidemment consacré aux derniers jours de la vie de Renaut conclut sur son assassinat, puis aux miracles qui accompagnent aussitôt sa mort. Plus chargé de matière narrative que ce qui précède il est, normalement, le plus long dans les deux manuscrits : 120 vers dans D et (un peu plus de) 300 dans L. Cette étendue est égale aux 2/3 de l’ensemble dans le premier cas et à la moitié dans le second. C’est aussi là que la distorsion entre les deux versions est quantitativement la moins accentuée (de un à deux et demi quand même) ; mais elle n’est pas égale dans les trois moments qu’il est possible d’y distinguer :

11Le récit de l’assassinat du héros se voit consacrer un développement à peu près égal dans les deux manuscrits (D : 25 vv. ; : 30 vv.) : il en est de même pour la scène de l’engagement de Renaut par le maître d’œuvre (D : 15 vv. ; L. : 20 vv.). En revanche, plusieurs éléments, présents dans l’un, ne le sont pas dans l’autre (la réflexion initiale du personnage sur son choix de vie en A, attestée en L est sans correspondant exact dans D) ou, le plus souvent, se retrouvent bien dans les deux versions mais très inégalement développés : à titre d’exemple, citons l’évocation de la vie du chantier et de Renaut au travail (D : 10 vv. ; : 60 vv.), le retour des ouvriers assassins sur le chantier (D : 5 vv. ; : 20 vv.) ou encore les miracles sur le Rhin (D : 5 vv. ; : 20 vv.).

12Afin de passer d’une description à un essai d’analyse il faut voir encore ce qu’il en est dans le troisième et dernier temps narratif, celui qui met vraiment fin à l’histoire en faisant réapparaître Renaut dans « l’ouvrier de Saint Pierre », en enterrant son corps et faisant éclater sa sainteté aux yeux de tous. Dans les deux versions, on a un récit de translation : le corps va passer de Cologne à Trémoigne. Dans cette fin, on retrouve un écart de longueur plus accentué que dans la séquence précédente : 40 vers pour D et 175 pour L, c’est-à-dire de un à quatre et demi.

13Quelles visions du monde et de l’écriture – quelle éthique et quelle esthétique – ces deux « conjointures » différentes peuvent-elles traduire ? Pourquoi cette « amplificatio » et cette « abbreviatio » ?

14Dans la mesure où cette fin est l’histoire d’une sanctification, la première hypothèse qui vient à l’esprit est celle d’un moindre intérêt pris par D à ce versant du personnage épique. Qualitativement, les éléments religieux de L s’ordonnent autour de trois centres d’écriture : les réflexions sur la démarche de Renaut (discours au portier, raisons pour choisir une forme de vie active plutôt que la retraite érémitique), la description de sa vie pénitente et salvifique sur le chantier, les miracles entourant sa mort (les poissons soutenant le corps, le Rhin illuminé, le mort faisant élection de son lieu de sépulture).

  • 12 Voir le tableau correspondant.
  • 13 Il n’est pas mentionné en tant que tel dans notre tableau, mais revient, sous forme de notations ép (...)
  • 14 Dans la première partie, dite G1, de la chanson.

15De ces trois éléments, le premier n’est pas attesté en D, le troisième y est très abrégé12 ; seul, le second est mieux représenté13 et y est d’autant mieux mis en évidence ; il l’est aussi par la prolepse annonçant la mort sainte du personnage. C’est ce fait, et ce fait seul, qui occupe (quasiment) tout le récit de D : le registre du religieux y est donc plus pauvre et moins largement traité que dans L qui est plus soucieux à la fois d’expliquer (il commente la démarche de Renaut) et d’orner (il amplifie une séquence qui met longuement en œuvre les forces surnaturelles en une esthétique plus proche de celle du Roland que de la Chanson de Guillaume, lorsqu’il s’agit pour l’un et l’autre de narrer la mort de Roland ou de Vivien14).

16Mais les écarts ne portent pas sur ce seul point, – le tableau que nous avons dressé des deux fins le montre nettement. La plus grande brièveté de D est due également à un récit plus centré sur le seul héros, alors que L fait davantage de place à d’autres personnages.

  • 15 Les raisons de ce choix et le commentaire de cette scène mériteraient une étude dont nous n’avons p (...)

17Les frères et fils de Renaut sont introduits dans une scène sans équivalent dans D, celle où ils découvrent son absence quand il a quitté le château à leur insu, et où ils sont montrés fouillant toute l’habitation à sa recherche, puis laissant éclater leur douleur quand ils savent qu’il est parti (40 v.). Un personnage qui, de surcroît, n’apparaît habituellement que dans les marges de l’épopée – le portier – vole presque la vedette à Renaut le temps d’une scène de 52 vers pendant laquelle il est son seul interlocuteur au moment crucial où il quitte Montauban15.

18La vie et le travail sur le chantier y sont aussi l’objet d’une mise en œuvre beaucoup plus longue et précise : dans l’ordre des realia, L nous offre un document écrit rare dont D n’offre pas d’homologue.

19Enfin, le troisième temps du récit, celui qui suit la mort de Renaut jusqu’à son enterrement, du fait de sa longueur même dans L, donne un rôle plus important à ceux qui y jouent un rôle, depuis le clergé des deux villes jusqu’aux parents (à nouveau) de Renaut, en passant par les foules rassemblées sur le passage du char portant le corps, ces foules auxquelles on raconte, déjà, l’histoire du saint, afin qu’elles sachent pourquoi lui rendre un culte. Il y a donc, là encore, un environnement beaucoup plus riche. Renaut demeure évidemment le héros de l’histoire ; seulement, il y est montré non seulement dans l’exception de sa conduite sanctifiante mais aussi dans ses relations avec d’autres personnages, d’autres groupes. Plus que saint solitaire à la face de Dieu, il y est saint solidaire y compris de tous ceux qui, pourtant, ne comprennent pas (ou mal) sa sainteté : ses fils et frères qui se lamentent en leur douleur charnelle, le portier qui se console à gagner une belle bague au départ de son maître, les foules de Cologne et de Trémoigne pour qui il commence déjà de faire des miracles. Il est « situé » dans ce chantier où, jour après jour, on transporte pierres, chaux et mortier, et le long des routes où on vient rendre hommage à sa dépouille. Plus familier de discuter avec un humble portier mais aussi plus solennel dans le cortège des poissons et des lumières sur le fleuve ; non que D ignore ce dernier élément, mais il le réduit à si peu de chose !

20Cela étant, constater l’écart entre les deux manuscrits dans un seul passage, et surtout peut-être dans l’épilogue, où des raisons proprement structurelles peuvent aussi interférer ne permet pas d’induire une interprétation élargie à leur ensemble.

21Or, quelques sondages effectués dans d’autres épisodes encouragent à tout le moins à la prudence !

  • 16 C’est, en d’autres termes, la conclusion à laquelle aboutit A. Labbé dans l’article cité (n. 3) ; m (...)

22Dans le domaine religieux, on peut dire que les harmoniques des deux manuscrits sont quelque peu différents. Pour systématiser, D est plus soucieux d’en ramener les manifestations et considérations à une norme authentifiée par une Eglise méfiante vis à vis de tout ce qui pourrait être soupçonné de ne pas entrer totalement en adéquation avec son enseignement le plus officiel16.

  • 17 Dans une histoire au demeurant peu fournie, avant l’épisode terminal, en manifestations surnaturell (...)

23Cela ne mène pas D à minorer les éléments de merveilleux chrétien17. Les deux manuscrits rapportent le prodige qui signifie le courroux divin quand le roi Ys décide de livrer Renaut et ses frères à Charlemagne, en le présentant comme lié à la sainteté future du héros (D : laisse 153 ; L : vv. 6072-6077), le songe prémonitoire de Clarisse (D : laisse 160 ; L : vv. 6485-6505) et le nuage qui suspend le duel à mort entrepris par Roland et Renaut (D : laisse 225 ; : vv. 12295-12300). D est le seul à en rapporter un autre : la croix qui s’inscrit dans le ciel quand Charlemagne et Renaut font la paix (D : laisse 358). Cet esprit de D l’amène à faire du roi Ys un ermite (il meurt de maladie dans L), à imaginer que Bayait jeté à la Meuse en ressort pour rejoindre Maugis dans son ermitage (dans L, il hante la forêt et les esprits de ceux qui, du temps du trouvère, le croient encore vivant : bien samble anemi qui de Dex nen a cure, v. 15341), à limiter aussi le récit des miracles autour du corps de Renaut avec sa faune pourtant symboliquement baptisée (les poissons), – mais ce fleuve avec ses lumières errantes, sa forêt sur l’autre rive ?

24Cependant, s’il y a, d’un manuscrit à l’autre, des éclairages différents, cela ne signifie pas nécessairement une réduction des motifs religieux dans l’un plutôt que dans l’autre.

25Nous avons vu aussi que la fin de D montrait moins d’intérêt que L pour ce que l’on pourrait grossièrement présenter comme une réflexion sur la foi. Or, il est loin d’en être ainsi à considérer l’ensemble des deux manuscrits.

  • 18 Celle du Couronnement de Louis (éd. p. E. Langlois, Paris, 1961, 2e éd. revue, vv. 695-789) la dépa (...)
  • 19 dont le nom, est-il nécessaire de le rappeler, ne se trouve que dans les Evangiles apocryphes.

26Si l’on prend comme exemple les « prières du plus grand péril », on constate qu’on en trouve deux d’une certaine importance qui sont communes à D et : mais si l’une (dans la bouche de Renaut en route vers Vaucouleurs : D, début de la laisse 161 ; L, vv. 6610-6637) est également développée dans les deux manuscrits, la seconde (dans la bouche de Richart sur le point d’être pendu : D, laisse 196 ; L, vv. 10510-10523) l’est bien davantage dans D puisqu’elle s’étend sur pas moins de 90 vers (vv. 9610-9700) au lieu d’une vingtaine dans L. Cette longueur est même exceptionnelle dans l’épopée18. De plus, le trouvère y met longuement en œuvre non seulement des scènes évangéliques habituellement citées dans ce type de prière (l’histoire de Marie-Madeleine, celle du centurion Longin19) mais aussi d’autres qui le sont plus rarement et surtout jamais présentées avec cette ampleur : la descente du Christ aux Enfers (9 vers) et, mieux encore, la résurrection des morts et la venue en gloire du Christ à la fin des temps, montrant ses plaies (20 vers). De plus, D présente un troisième exemple de ce type de prière (dans la bouche de Yon, le fils de Renaut : D, laisse 421) : elle est centrée uniquement sur le « massacre des Innocents », thème qui convient bien à l’orant alors injustement accusé de trahison, ce qui fait apparaître le souci du trouvère de ne pas se contenter d’énumérer les références habituelles mais d’en approfondir une qui soit particulièrement en accord avec le personnage en situation. On a là de véritables contre-exemples de cette fin du manuscrit où la démarche pénitentielle de Renaut est décrite avec une sécheresse tout extérieure qui ne fait pas de place à une attitude réflexive.

  • 20 Voir, à ce sujet la communication de M. Gérard : L’ouvrier de Dieu – Etapes sur le chemin de la sai (...)

27D’autre part, une comparaison entre les deux versions du passage de Renaut en Terre Sainte ferait apparaître que sa démarche, telle qu’elle est décrite dans D est un pèlerinage de pénitence volontaire alors que, dans L, elle n’est guère qu’une obligation qui lui est faite par l’empereur : la sanctification du héros commence donc plus tôt dans D20 et c’est une des raisons qui peuvent expliquer la plus grande brièveté dans la narration de sa phase ultime.

28L’autre plan de divergence est celui qui oppose un récit exclusivement centré sur le héros à un autre qui donne un plus grand rôle à d’autres personnages considérés isolément ou en groupes.

29Là encore, il paraît difficile d’opposer, sans plus, D à L si on les compare en leur entier. Certes, la séquence qui, en parallèle avec le retour de Renaut, voit se reproduire, mutatis mutandis, à la cour de Charlemagne, avec, comme protagonistes, les fils du héros, la querelle dont lui-même (et ses frères) ont été, en leur temps, les héros malheureux et poussés à la révolte est beaucoup plus brièvement narrée dans D que dans L (rapport de un à deux et demi) ; en revanche, l’épisode qui met en scène la génération des pères (Beuve d’Aigremont et ses frères) est plus développé dans D que dans ; et l’on ne saurait dire ni que le traitement littéraire réservé à Richart, Aalart et Guichart, sans oublier celui dont bénéficie Clarisse, l’épouse de Renaut, soit plus ou moins valorisé dans l’un ou l’autre manuscrit, ni que des épisodes faisant la part belle aux realia (la construction des enceintes fortifiées avec Montessor en Ardenne, puis Montauban en Gascogne pour s’en tenir à d’autres chantiers que celui de Cologne) soient l’objet de plus d’attention dans l’un que dans l’autre.

  • 21 Charlemagne accepte de faire la paix mais se refuse à admettre Renaut en sa présence : ses frères l (...)

30C’est donc essentiellement dans la fin du récit que se concentrent les écarts. Ou, pour être plus précis, dans tout ce qui prend place après la conclusion de la paix avec Charlemagne. Différant de la présentation de L où la réconciliation avec l’empereur est assez imparfaite pour laisser planer des inquiétudes sur l’avenir21, celle de D marque assurément le retour à l’ordre, garanti par l’apparition de la croix dans le ciel et par le chant du Te Deum sur la terre :

Kalles servirent puis volentiers et de grez.
Quant la pes fu juree, le doel laissent ester,
Te Deum laudamus en ont li clerc chanté.
D., vv. 12919-12921

31Cela ne semble-t-il pas être la fin de la chanson ? On est loin de L qui enchaîne ainsi, de l’exécution manquée de Bayait au départ en pèlerinage de Renaut :

Or vos lairons de lui*, ne sai se il plus dure
Si diromes do roi qui en fist chiere oscure.
Toz les barons depart dont il tenoit grant cure
Et [retome a Paris] o sa fort[e] vesture.
Departi sunt les oz, c’est la guerre fenie,
Et Renaus s’en ala a la chiere hardie.
L., vv. 15342-15347

32Ici, l’histoire continue, et le trouvère a le souci de pratiquer l’amplificatio pour les épisodes encore à venir : il dédouble le récit du passage en terre Sainte en faisant succéder à la lutte contre les Sarrasins pour Jérusalem celle que, sur le chemin du retour, Renaut devra encore mener en Sicile ; il fait de l’épisode final des fils de Renaut accusés de trahison un équivalent de celui, initial, de Beuve d’Aigremont (Beuve : 1700 vers ; Fils : 1500 vers) ; enfin, sans faire des derniers temps de la vie de son héros l’équivalent d’un Montage Guillaume, il y voit la matière à un épisode dont le développement est nécessaire à la fin de l’histoire : pour lui ce n’est qu’alors que l’on peut parler conjointement, de fin et de paix. La conversion de vie du héros ne s’effectue que lorsqu’il devient « l’ouvrier de saint Pierre », et pas avant : au retour de Terre Sainte, la mort de son épouse le met encore au bord d’une révolte contre l’empereur (L, vv. 16506-16508) et contre Dieu (vv. 16515-16519) qui est loin de montrer en lui un homme ne pensant qu’à se repentir pour faire son salut. En revanche, dans D, dès le départ en Terre Sainte, on peut parler d’une sanctification du personnage : dans les combats où il s’y trouve engagé, le simple « paumier » redevenu chevalier ne voit qu’une occasion – il le dit à plusieurs reprises – de gagner la couronne du martyr. Participer à la construction d’une église ne sera qu’un autre moyen de faire son salut voire de s’y adonner à une autre forme de martyre (en menant une vie ascétique) avant d’en gagner, de façon imprévue (de lui) mais (littérairement) préparée la palme violente.

  • 22 On rappellera aussi la variante de l’édition de H. Michelant (Stuttgart, 1862) :
    En pais et en amor (...)

33On comprend donc que ce soit seulement à son dernier vers que l’auteur de L écrive22 :

En pais et en amor fais mon definement.
L., v. 18489

  • 23 Il le dit lui-même :
    Barons, imés comence chançon a abregier (v. 14170).
    J. Thomas conteste d’abord l (...)

34En revanche, si D ne peut totalement se dispenser de raconter à sa manière le pèlerinage, la querelle des fils et la mort sainte de Renaut – cette « matiere » est suffisamment connue pour que ce ne soit même pas concevable -, aux yeux de son auteur, la fin est acquise : on peut donc en « abregier23 » le récit. Du coup, le dernier vers marque non tant la fin même de l’histoire que celle de la performance du récitant :

Ci faut le Romanz de Reinaut
Qui boens est et maint bon denier vaut.
D., vv. 14309-14310

  • 24 Cependant, l’épisode où Ogier, une fois sa paix faite avec l’empereur, combat contre les Sarrasins (...)

35On peut trouver dans les chansons de geste, et plus précisément dans certaines de celles qui, à l’instar de Renaut de Montauban appartiennent au cycle des barons révoltés, des exemples de construction qui rappellent celle de D. La Chevalerie d’Ogier de Danemarche comporte un épisode équivalent de celui de Beuve (génération du père) puis une partie beaucoup plus longue consacrée à Ogier, le fils, mais rien sur la troisième génération (le héros se marie seulement aux derniers vers de la chanson24) ; Girart de Roussillon, une fois la paix conclue entre le héros et Charles Martel, montre Girart réglant l’avenir de ses terres (comme le fait Renaut) et quittant le monde pour mener une vie consacrée à Dieu dont rien ne nous est plus précisément raconté.

36Mais, plus qu’avec ces autres exemples, il est intéressant de comparer entre elles les différentes versions de la chanson en tout cas lorsque de nombreux manuscrits, comme il y en a eu pour Renaut, nous offrent des mises en œuvres aussi différentes.

  • 25 F. Castets en reproduit un extrait dans son édition, pp. 82-85.
  • 26 Très précisément depuis le moment où il raconte son histoire au maître d’œuvre.

37Nous n’avons étudié ici que deux rédactions de la fin, si divergentes dans leur « conjointure » qu’elles rendaient, parfois, la comparaison quasi impossible ou qu’elles inspiraient presque l’envie de la déclarer vaine. Mais elles constituent les extrêmes entre lesquels d’autres variantes s’inscrivent. N’en prenons pour exemple que celle du ms BN., fr. 76625. De l’engagement de Renaut sur le chantier26 au moment où son corps est jeté dans le Rhin, il comprend 122 vers (D : 70 vers ; : 177 vers) c’est-à-dire qu’il est, entre les deux autres manuscrits, l’exemple d’un milieu que l’on ne dira pas « juste » car cela impliquerait une critique de D et de L, ce qui trahirait notre propos. Factuellement, il appartient à la famille de : Renaut y a le crâne écrasé par un jet de pierres et non à coups de marteau (version de L) ; on y trouve aussi, absentes de L, l’annonce de sa mort sainte (conjointement à l’évocation de sa vie sur le chantier) et la prière qu’il fait juste avant d’être assassiné.

38La scène de la paye des ouvriers y est aussi développée que dans L (20 vers) et le récit de l’assassinat l’est même davantage (40 vers au lieu de 30) ; une trouvaille (littéraire) propre à ce manuscrit est que Renaut n’y est pas tué par n’importe quel « quarrel » (D, v. 14219) assez pesant pour en assurer l’efficace, mais par une pierre qu’il avait lui-même portée, si lourde que personne d’autre n’en avait été capable :

Iluec ot une pierre qui estoit grant et lée
Par. IIII. des glotons ne pot estre portée ;
En pes et en amor l’a Renaus jus posée.
Touz se sont merveillié cil de l’avironnée.
Li gloton jurent Dieu et la Vierge honorée
Que la pierre sera desor Renaut getée.
vv. 85-90 (Castets, p. 84)

39Nous ne prolongerons pas davantage la comparaison avec ce troisième terme faute d’espace pour le faire et parce que, comme nous l’avons, espérons nous, montré, pour être un peu plus que descriptive l’étude parallèle devrait être menée à partir de l’ensemble du manuscrit.

  • 27 Les références de ces éditions ont été données en n. 3.

40Renaut de Montauban pourrait bien être un cas-limite plus qu’un cas-type. Les deux éditions actuellement disponibles de Garin le Lorrain, pour s’en tenir à un exemple récent, ne font pas apparaître de telles distorsions entre les deux manuscrits de base utilisés27. En ce cas, elles permettent d’étudier des variantes de détail, ce qui présente au demeurant déjà un champ d’étude suffisant. Mais avec les différentes versions de Renaut, les « réécritures », sans toucher de façon fondamentale à la « matiere » ni au « san », témoignent de leur succès par l’établissement de ce que l’on ne peut plus guère appréhender comme des variantes mais plutôt comme des variations. Et combien Renaut en connut-il, si à toutes celles des rédactions en vers on ajoute celles des mises en prose dont le succès ne démentit point jusqu’aux populaires livrets de la Bibliothèque Bleue ?

Notes

1 Renaut de Montauban, éd. critique du ms Douce p. J. Thomas, Genève, 1989. Nous désignerons les références à cette édition par D.

2 La Chanson des Quatre Fils Aymon d’après le ms La Vallière, éd. p. F. Castets, Montpellier, 1909 (Slatkine Reprints, Genève, 1974). Nous désignerons les références à cette édition par L.

3 Il serait dommage que les éditions récentes des textes médiévaux, quand elles sont fondées sur d’autres manuscrits que les plus anciennes, éliminassent celles-ci du champ de l’investigation littéraire, plus difficiles à consulter. En l’absence d’éditions diplomatiques parfois impossibles à réaliser, disposer de deux, voire de plusieurs versions d’un même texte est nécessaire pour appréhender au plus près cette écriture – réécriture, si loin des usages littéraires actuels, mais si caractéristiques de la « conjointure » médiévale. C’est le cas, par exemple, de Garin le Lorrain (ms A, Bibl. de l’Arsenal, 2893, éd. p. J.-E. Vallerie, Ann Arbor, 1947 et ms F, BN, fr. 1582 éd. p. A. Iker-Gittleman, Paris, 1996). Sur cette question, voir : A. Labbé, Le château au péril du songe : le rêve de Clarisse dans Renaut de Montauban, à paraître dans les actes du colloque de Rambures, mars 1997, éd. J.-M. Pastré.

4 L’ordre dans lequel nous les citons ici est celui de la publication des deux éditions. Chacun en son temps, les deux éditeurs ont écrit qu’ils considéraient le manuscrit choisi comme un des plus anciens. Mais notre étude se contentera de comparer deux élaborations littéraires en tant que telles ; nous chercherons d’autant moins à voir de l’une à l’autre, abbreviatio ou amplificatio, que, l’étude de la mort du héros le montrera factuellement, l’une ne dérive pas de l’autre.

5 L’enchaînement avec l’épisode rhénan n’étant pas très net et, surtout, ne se faisant pas exactement de la même façon dans les deux manuscrits, on pourrait aussi faire la coupure respectivement au v. 13840 de L et au v. 12210 de D : cela ne changerait rien au rapport de longueur entre les deux versions.

6 Cependant cette constatation devrait être affinée par une étude comparative précise de l’épisode gascon, – dont la longueur, dans les deux manuscrits, représente plus de la moitié de l’ensemble : scènes spécifiques à l’une et à l’autre version, plus brièvement ou plus longuement narrées, sans que le plus et le moins soient nécessairement toujours du même côté, etc. On voit d’ailleurs déjà, dans notre tableau, que la tendance de l’écart à se creuser de plus en plus connaît quelques à-coups : l’épisode parisien est plus de trois fois plus long dans L, alors que l’épisode ardennais est à peu près aussi développé dans les deux manuscrits (120 vers de différence seulement, soit même pas 10 %).

7 Pour plus de commodité, nous arrondissons ces chiffres.

8 Avec 1 100 vers, cependant, le récit du voyage en Terre Sainte n’atteint pas tout à fait cet étiage.

9 A une réserve près (cf. n. 6) : l’écart est encore plus accentué dans les deux versions de l’épisode parisien.

10 Voir notre communication au Colloque de Charleville-Mézières sur Les Quatre Fils Aymon (septembre 1995). Forêts et châteaux : lieux de vie dans Renaut de Montauban (actes à paraître).

11 Dans cette version, Renaut se contente de traverser la forêt ; il ne s’y installe pas un temps.

12 Voir le tableau correspondant.

13 Il n’est pas mentionné en tant que tel dans notre tableau, mais revient, sous forme de notations éparses dans les deux premières parties de l’épisode de Cologne (jusqu’à l’assassinat de Renaut). Pour tous ces éléments factuels repris ici et ci-dessous, se reporter à ce tableau.

14 Dans la première partie, dite G1, de la chanson.

15 Les raisons de ce choix et le commentaire de cette scène mériteraient une étude dont nous n’avons pas la place ici.

16 C’est, en d’autres termes, la conclusion à laquelle aboutit A. Labbé dans l’article cité (n. 3) ; mais il souligne aussi que cette tonalité est particulière à D.

17 Dans une histoire au demeurant peu fournie, avant l’épisode terminal, en manifestations surnaturelles.

18 Celle du Couronnement de Louis (éd. p. E. Langlois, Paris, 1961, 2e éd. revue, vv. 695-789) la dépasse de bien peu. Et je n’en connais pas de plus longue.

19 dont le nom, est-il nécessaire de le rappeler, ne se trouve que dans les Evangiles apocryphes.

20 Voir, à ce sujet la communication de M. Gérard : L’ouvrier de Dieu – Etapes sur le chemin de la sainteté dans la chanson de Renaut de Montauban (dans les actes à paraître du colloque de Charleville-Mézières, septembre 1995).
Il faut ajouter que si l’épisode de Terre Sainte est plus brièvement raconté dans D (voir notre premier tableau), ce qui en rend la narration plus longue dans L n’est pas le développement d’éléments religieux, mais au contraire une accentuation de certains aspects de l’aventure qui peuvent aller jusqu’au burlesque. L’absence de ces éléments dans D y rend plus sensible la visée religieuse de la démarche décrite.

21 Charlemagne accepte de faire la paix mais se refuse à admettre Renaut en sa présence : ses frères le représenteront lors de la conclusion de l’accord. Tout ce que J. Subrenat a développé dans sa communication au colloque de Charleville-Mézières (actes à paraître), sept. 95 : La souffrance dans la Chanson des Quatre Fils Aymon, sur ce monde sombre qui n’arrive pas à parvenir à la joie en le fondant sur l’étude de D, trouverait des références encore plus nourries à celle de L.

22 On rappellera aussi la variante de l’édition de H. Michelant (Stuttgart, 1862) :
En pais et en amor orent* definement.
* Ce pluriel désigne les fils de Renaut.

23 Il le dit lui-même :
Barons, imés comence chançon a abregier (v. 14170).
J. Thomas conteste d’abord la portée du mot dans sa note à ce vers (éd. cit., p. 743) en renvoyant au vers 12531 mais concède ensuite que, pourtant, le terme a bien ici quelque raison d’être employé.

24 Cependant, l’épisode où Ogier, une fois sa paix faite avec l’empereur, combat contre les Sarrasins envahisseurs peut être comparé avec l’épisode de Terre Sainte dans Renaut.

25 F. Castets en reproduit un extrait dans son édition, pp. 82-85.

26 Très précisément depuis le moment où il raconte son histoire au maître d’œuvre.

27 Les références de ces éditions ont été données en n. 3.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540