Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce nous dist li escris… Che est la verite

 | 
Miren Lacassagne

En haute mer : navire et marin dans la chanson de geste

Kimberlee A. Campbell

Texte intégral

1Au-delà de la terre, la mer s’étend sur les trois quarts de la surface de la planète. Aussi indispensable à l’homme que l’air qu’il respire, la mer n’est toutefois pas son élément. A la différence de son expérience terrestre, l’homme en mer ne peut se déplacer indépendamment, à part ses courtes aventures à la nage. Dans le contexte marin, il se voit donc obligé de se réfugier à l’intérieur d’une coque dont l’efficacité est limitée par sa fragilité, et pourtant, sans ce vaisseau, l’homme se voit immobilisé, voire menacé de mort. Même à bord de son navire, l’homme ne maîtrise guère l’élément marin. Il ne peut transformer la surface de l’eau, comme il le ferait avec la terre, pour tracer un chemin à son usage ; il ne peut mettre en place des repères pour se guider. Malgré tout effort de la part de l’homme, la mer reste indifférente. Par contre, l’homme ne peut se permettre une telle insouciance à l’égard de la mer ; pour sa vie même, il doit tenir compte de ses moindres caprices, car les courants, les marées et les vagues qui lui font fortune peuvent également le perdre. Trop souvent, sa prévoyance, son savoir, et toute la force et la vitesse de son vaisseau ne valent rien face à l’immense et immuable puissance de la mer.

2Bien que l’évaluation précédente ait à peine évolué au cours des siècles – même dans notre ère de magie technologique, la mer perd peu de son mystère – elle s’impose instamment à toute analyse de l’imaginaire du Moyen Age, car, à un degré bien supérieur à celui de l’homme du xxe siècle, l’homme du Moyen Age se trouvait à la merci des éléments, surtout en mer. Pour l’homme médiéval, la mer était à la fois source de misère et de vie. Du côté pratique, au Moyen Age comme maintenant, le transport de biens et de gens s’effectuait très souvent par la mer. Le voyage marin était donc un élément du vécu quotidien médiéval. Toutefois, l’implacable force des tempêtes ou bien de la faune marine, associée aux limitations médiévales à l’égard de la navigation et de la technologie de la construction de navires, rendait le voyage maritime difficile et dangereux. Transis, trempés, et effrayés, les voyageurs voyaient la main de Dieu dans le vent. Tenant compte de cette vulnérabilité en mer, il n’est pas surprenant que cet élément aussi bien que les vaisseaux qui le traversaient se transformassent en mythe. En effet, pour l’homme médiéval, la mer relevait à la fois du réel et de l’imaginaire. Elle appartenait à la fois au quotidien, dont l’on dépendait pour la pêche, le commerce et le transport, et à l’imaginaire, habité par des créatures monstrueuses. Le mythe marin, comme tout mythe d’ailleurs, servait donc à gérer cet inconnu quotidien ; ainsi le matelot lui-même était non seulement un professionnel de la technologie maritime contemporaine mais aussi un adepte des rituels superstitieux par lesquels il tentait d’apaiser sinon de dompter cet univers liquide. En mer alors le réel et l’imaginaire se côtoyaient et se confondaient, créant ainsi un espace à part où l’ordinaire se dissolvait en mystère à l’horizon.

  • 1 Faute de temps, nous nous voyons obligée de nous limiter à l’étude du voyage en mer, nous n’aborder (...)
  • 2 Cf. par exemple Wace, Roman de Brut, les récits de Joinville et de Philippe de Mézières, entre autr (...)

3Dans les pages suivantes, nous nous donnons pour but l’analyse de la représentation de cet espace maritime dans la chanson de geste1. Il n’est certes pas sans risque que de tâcher d’élaborer un schéma de l’imaginaire d’après le récit fictif ; néanmoins la continuité de représentation qui se manifeste à l’examen de l’ensemble d’archives textuelles et visuelles nous y autorise2. Nous devons toutefois reconnaître que le vécu ne peut se transformer au représenté qu’en s’estompant quelque peu au passage. Nous nous avançons donc avec prudence sur ce terrain où s’entremêlent le concret et le fantastique, et où, de surcroît, le tout se filtre à travers une volonté d’auteur.

4Les références à la mer dans la chanson de geste sont aussi nombreuses qu’elles sont très souvent sommaires. De toute évidence, bien des jongleurs se passaient de raconter en détail des expériences qui leur étaient routinières ; ainsi, le voyage marin s’exprime par de courtes formules, telles :

  • 3 Le Bâtard de Bouillon, éd. Robert Francis Cook, TLF 187 (Genève : Droz, 1972).

Par dedans. j. chalant qu’il fisent aprester
Entrerent li baron, le voile font lever,
Et li vens se feri qui s’i prist a bouter.
Tant alerent nagant li hardi bacheler Qu’il virent seche terre pour lor nes arriver3.
(Le Bâtard De Bouillon, vv. 3353-3357)

5Nous confirmons donc d’emblée le constat que nous avons évoqué ci-dessus, à savoir que le voyage maritime était un événement quotidien. Les navires traversaient la Méditerranée et longeaient la côte atlantique tous les jours ; pour une assistance habituée au voyage maritime, la moindre allusion aurait suffit pour l’évoquer, puisque l’événement s’insérait dans une matrice culturelle qui en permettait le déchiffrement. La banalisation du voyage maritime au niveau du vécu se complétait par une banalisation complémentaire littéraire, le voyage se transformant en topos formulaire.

6Quoique la plupart des références dont nous disposons dans la chanson de geste soient de ce type formulaire, la lecture détaillée du corpus épique nous permettra de préciser un peu plus les contours de l’expérience maritime. D’abord, comme nous l’avons déjà remarqué, les jongleurs, et sans doute leur public, étaient de toute évidence assez bien renseignés en ce qui concerne les détails du voyage maritime ; nous revenons à l’idée d’une sorte de métatexte culturel, qui, en transmettant des récits de voyage, permettrait même à ceux qui n’avaient jamais été à bord de comprendre et d’apprécier une narration plus explicite. Deuxièmement, le récit se raconte presque toujours du point de vue du passager. Le matelot, le pilote, le charpentier-calfat et le pêcheur se voient marginalisés, leur rôle minime se délimitant en fonction des actions de ce passager. Ainsi la chanson de geste n’est pas le récit du professionnel de la mer ; au contraire, il s’agit d’un récit d’amateur. Les détails que nous pouvons dégager d’une lecture de la chanson de geste sont donc ceux que remarquerait ce passager amateur. De plus, conformément aux paramètres du genre, ce passager appartenait le plus souvent à la classe noble, fait qui à son tour structure le récit de voyage maritime. Les passages, les batailles et même les naufrages reflètent les préoccupations féodales des chevaliers qui étaient à la fois sujet et public de la chanson de geste.

  • 4 Anseÿs de Mes, éd. Herman J. Green (Paris : Les Presses modernes, 1939). A titre d’exemple, voir ce (...)

7Le voyage d’un tel chevalier commence par la préparation du navire. Avant de prendre la mer, l’homme prudent s’assure du bon état de son vaisseau : il examine et répare les voiles, inspecte et remplace les cordages, comme commande Berenger à ses hommes4 :

Et Berengiers a fet crier ses bans
Et commandé a ceus de mer laians
Qu’apresté aient lor navie a cor tans
Car movoir veullent tempre bien en est temps.
Qui don veïst aprester ces challans
Et cordes mestre et voilles testoz blanz !
(Anseÿs de Mes, w. 10757-10762)

  • 5 Les Enfances Guillaume, éd. Patrice Henry, SATF (Paris, 1935), vv. 271-273.

8D’ailleurs, afin de s’assurer une bonne vitesse, il faut frotter la partie immergée de la coque pour enlever toute pousse marine qui se serait accumulée, empêchant un mouvement efficace à travers l’eau. Dans l’absence de moyens techniques modernes, il faut attendre que le vaisseau s’échoue lors d’une marée basse pour en frotter et nettoyer la coque dans l’intervalle avant que la marée montante ne le remette à flot. Dans Anseÿs de Mes, Forquerés rassure ses alliés en leur indiquant qu’il s’en occupera : « Elle sera a Bordiaus envoïe./La sera bien gardee et netoïe » (Anseÿs de Mes, 11255-11256). Et enfin, on apporte les provisions à bord du navire : « An petit d’oure orent les neis garnie ;/Aseis i mistre pain et vin et farinne, /Et char saleie et bon becut i mise5. »

9En plus de la nourriture, il faut embarquer la cargaison : du tissu fin ou peut-être des épices pour le commerce, ou bien des armes et même des chevaux s’il s’agit d’une expédition militaire :

Au nez menerent parlefrois et chevaus,
Haubers et esmes et escus a esmaus,
Foint et avainne aveques lor chevaus,
Somiers et coffres et pailles de cendaus
Et arbelestres et fleches et quarriaus, Haches, espees et branz forbis noviaus.
(Anseÿs de Mes, w. 10878-10883)

  • 6 De toute évidence, le jongleur ne se soucia guère de la distinction technique entre la « nef » du P (...)
  • 7 Aye d’Avignon, éd. S. J. Borg, TLF 134 (Genève : Droz, 1967) 1367-69.

10Il est évident que les vaisseaux capables de transporter une telle cargaison sont de taille importante ; dans la chanson de geste, ce type de vaisseau s’appelle une « nef », une « nave » ou une « barge »6. Il s’agit des navires « ronds », qui se déplacent principalement à la voile. Ils n’étaient pas aussi rapides que les « dromons » – vaisseaux « longs » manœuvrés à l’aviron qui servaient le plus souvent de navire de combat – mais ils étaient un moyen de transport relativement efficace pour le fret. Leur seule taille devait rassurer le voyageur éventuel : « une navie/Qui est for e tenant e couverte e garnie ;/Ne crient pluie ne vent ne roche ne abisme7 ».

11En ce qui concerne leur aménagement, ces navires étaient plus utilitaires que luxueux ; pourtant, on peut imaginer, comme le fait ce jongleur, les raffinements qu’un homme riche aurait fait installer à bord de son vaisseau personnel :

La neif Thiebaut est plus riche des autre,
Blanche est et perce et vermoille et puis jaune,
Sus an la neif un dragon et crois aigle.
A chief devant premerains de la barge
De Mahonmet i asistre l’imairge,
A set colonbres antaillieies de maibre,
Cincante piés chescune an son estaige,
Les trois sont verde et les quatre sont jaune.
Lai le drecerent fondut per atimaire,
Postandus fut anviron d’un vert paile,
De blanc cristal furent fait le estaige,
Tres devan lui trante lanes i airde,
Et vint lanterne que relusent et braiment,
Et chieires pieres, matistes et topaise,
Teil clarteit gitent conme solaus qui raie.
Quant nagerait per mei la meir plus haute,
Anviron lui an vairont tut li autre.
(Les Enfances Guillaume, vv. 222-238)

  • 8 Cf. à titre d’exemple : Jean Froissart, Chroniques, BNF FR 2643, f° 7 v°, 72, 118, 352 v°, 393, ou (...)
  • 9 Wolfgang Grape, The Bayeux Tapestry (New York : Prestel, 1994) 38.
  • 10 Merrien 144-147.

12Quoique cette description témoigne plutôt de l’imagination du poète – ce vaisseau invraisemblable, luisant aux reflets de lanternes et de pierres précieuses, un aigle à la proue, aurait servi à renforcer à la fois le pouvoir et l’altérité des forces sarrasines auprès d’une assistance qui n’aurait sans doute jamais vu un navire équipé de la sorte -nous pouvons toutefois constater quelques détails de luxe. La masse même des « nefs » et des « naves » permettait un meilleur logement à bord. Des châteaux à l’avant et l’arrière proliféraient8. Des passagers aisés ou importants pouvaient s’y loger en confort relatif, c’est à dire, à l’abri des éléments et avec de la ventilation. Il était possible d’obtenir un espace privé à l’aide de rideaux ou de tentes, un luxe accordé à Aye d’Avignon, bien qu’elle soit prisonnière à bord : « A Aye la duchoise, qui forment fu marrie, /Desor le faudestuel d’ivoire l’ont asise ;/E tendent paveillons desor le dame » (Aye d’Avignon, 1384-1386). D’autres passagers devaient se contenter des étages inférieurs du bateau, les plus pauvres parmi eux logés parmi les chevaux, au fond de la cale : une couchette insalubre et malodorante pour les hommes comme pour les bêtes ! En effet, les chevaux représentaient une difficulté particulière, puisque ces vaisseaux étaient trop grands pour permettre un embarquement des animaux par plat-bord, comme cela se faisait dans le cas de bateaux à faible hauteur, tels ceux représentés dans la tapisserie de Bayeux9. Les plus grandes « naves », construites pour le commerce et le transport de toutes les armes et provisions d’un croisé vers le Moyen Orient, chargeaient leur cargaison vivante par la coque elle-même. Afin d’embarquer les chevaux, on faisait une percée dans le flanc de la coque, ce qui permettait le chargement des chevaux par marée basse. A bord, on les suspendait par des sangles pour les protéger des blessures éventuelles dues au mouvement du navire. Après les avoir embarqués, on refermait et calfatait soigneusement l’ouverture dans la coque ; néanmoins, par mauvais temps, cette ouverture restait une source de faiblesse, par où périssaient maint vaisseau10.

  • 11 Gerbert de Mez, éd. Pauline Taylor, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, (...)

13Mais pour revenir à notre passager. S’il s’agissait d’un seigneur aisé, ou d’un roi, comme St. Louis, il se pouvait que ce passager eût un bateau ou des bateaux à lui-même. D’autres passagers éventuels devaient payer leur voyage, en négociant avec l’équipage du bateau, comme le fait Fromont dans Gerbert de Mez11 ».

Aval Geronde a choisie une né
De marcheanz, qui erent esquipé
Du port de Blaives, et parti et sevré
Marcheandise portoient a plenté.
Fromons les voit, si lor a escrié :
« Franc marcheant, avoec vos me metez !
Je voz donrai ce destrier sejorné
Et ce hauberc et cest elme gemé...
Qui en Aufrique me getera de mer.
Il en ara. c. marz d’arjent pesez... »
(Gerbert de Mez, vv. 7354-7363)

  • 12 « Drecent lour ancre », in Huon de Bordeaux, éd. Pierre Ruelle (Paris : PUF, 1960) v. 8662.
  • 13 Cf. Lionel Casson, The Ancient Mariners, 2e éd. (Princeton UP, 1991) ; Richard Armstrong, The Early (...)

14Parfois un chevalier achetait non seulement son passage, mais aussi celui de son entourage, engageant le navire et l’équipage pour un voyage privé, comme le fait Berenger : « E achatent la barge tant con il la lor firent, /A tot les mariniaus qui par la mer la guient » (Aye d’Avignon, vv. 1380-1381). Le voyage arrangé, le jour du départ arrive. L’équipage lève l’ancre12, tire sur les drisses et prend la mer : « Il sachierent lor voiles amont a hautes cordes, /Que li vens les enchace e la mer les enporte » (Aye d’Avignon, w. 1410-1411). Et à partir de ce moment-là, le navire et l’équipage était à la merci de la mer. Par beau temps, la difficulté primaire était, bien entendu, l’incapacité des navires de remonter au vent. La voile carrée européenne, et même les voiles « latines » (triangulaires), n’étaient pas efficaces à cet égard. Le navire avançait donc par vent arrière ou de travers. Pour cette raison, les marins professionnels faisaient très attention aux variations géographiques et saisonnières du temps ; néanmoins, les épisodes de vents défavorables pouvaient amener un navire loin de sa route13. Et malheur au navire pris en mer lors d’une tempête ! A bord de leurs navires peu maniables, les marins trouvaient qu’il valait mieux baisser les voiles, si celles-ci n’étaient pas déjà en lambeaux, pour se laisser aller au sens du vent, tâchant de rester à flot. Malgré leurs efforts, bien des navires et des hommes périssaient, même sous les regards de leurs camarades :

Car uns tempés lor sort devers Galice
Qui lor dura bien jornee et demie
Entre Bretaigne et entre Normandie.
Vers La Rochelle ja l’avoient choisie,
Si la lesserent a la destre partie
Quant lor resaut uns vens qui les cuvrie.
Fiert soi es nez, la plus fors est bessie.
A poi la nef Berengier n’est froissie.
Ces ondes volent par si ruste bondie
N’est hons vivans qui le vos deïst mie.
Li maistre crient, « Sainte Marie, aïe ! »
Voiles abatent, mainte corde ont trenchie.
Li plus hardis ne s’aseüre mie.
Et li venz fiert, s’a une nef froissie.
De ceux de Flandre i ot grant braerie
Et cil des autres lor vorent fere aïe.
Mais en poi d’eure la nef fu si plungie,
Ja fust en mer tot erranment partie,
Mais maronnier de chacune partie
Ont par desouz mainte buche mucie
Qui de la nef ont d’afondrer detrie.
Cil cheval noient desous en la sentine.
De lor avoir ne rescorent demie
Mais deus cent homes ont garenti la vie
Li autre noient qui la est aramie.
Sessante furent, tot une compaignie.
(Anseÿs de Mes, w. 10924-10949)

15Dans le passage précédent, la tempête détruit les voiles et les drisses, puis fait couler un navire. Deux cents membres de l’équipage échappent à la mort, mais au moins soixante d’entre eux sont perdus. Le jongleur raconte le sort particulièrement horrible des bêtes noyées dans la cale, sans qu’il soit possible de les secourir.

16Après une telle tempête, dans les meilleures circonstances, l’équipage du navire se trouvait loin de sa position originale, accostant une ville différente de celle visée au départ. Au pire, le navire perdu, la survie s’assurait parfois pour les quelques heureux qui avaient la chance de se cramponner à un morceau de débris flottant, comme le fait Huon, lorsque son navire se brise en deux sous la force du vent et des vagues :

Une tempeste commence par le mer.
La nes Huon, u la damoisele ert.
Commence a croistre et trestote a froer ;
Ens cinq cen pieces esst li calans volés.
Sour une plance est Hues demorés.
(Huon de Bordeaux, vv. 6828-6832)

17Huon et son compagnon Esclarmonde sont rejetés sur une île déserte sans provisions ni vêtements. La situation empire lorsque des pirates sarrasins, arrivés par hasard sur la même île, enlèvent Esclarmonde, mais laissent Huon, tout nu et les mains liées, à son sort.

  • 14 Tristan de Nanteuil, éd. K. V. Sinclair (Assen : Van Gorcum, 1971).

18Malgré ces difficultés, Huon se trouve parmi les naufragés fortunés ; d’autres, moins chanceux, se voient condamnés à mourir de faim et de soif14.

Sy diray de Clarinde, la courtoise mouller,
.iii. jours fut ou bastel sans boire et sans menger :
Se de la mer ne but n’avoit aultre vivier,
Et sy lui convenoit son enffant aletter.
(Tristan de Nanteuil, vv. 18095-18098)

19Clarinde, coincée à bord d’un navire à la dérive, n’a d’autre recours que de boire de l’eau salée, à défaut à la fois de nourriture et d’eau douce. Son corps s’affaiblissant, elle devient incapable d’allaiter son enfant, qui meurt de faim sous ses yeux :

Ly enffes crie et bret a moult haute alenee,
Ung jour fut sans menger dont pas ne lui agree.
La dame ne lui sot donner nulle riens nee,
Se ne fut sa salive dont a bouche arosee.
(Tristan de Nanteuil, vv. 18142-18145)

  • 15 Doon de Maience, éd M.A. Pey, Les Anciens Poètes de la France, vol 2 (Paris : Vieweg, 1859). Cf. à (...)

20Pitoyablement, elle ne peut rien pour son enfant non plus, si ce n’est lui mouiller les lèvres avec sa salive. Elle se voit tourmentée non seulement par la faim, mais aussi par son impuissance à l’égard de son enfant souffrant. A la longue, Dieu vient en aide à Clarinde et son fils, mais ce genre de secours miraculeux n’est pas toujours à espérer. Dans Doon de Maience15, on essaie d’assassiner le jeune Doolin et ses frères en les mettant à la mer, une grosse pierre attachée au cou. L’un des enfants meurt, en effet, avant que son frère Doolin ne réussisse à mettre leur prétendu assassin par-dessus bord. Voici donc les enfants libérés de leur ennemi, mais seuls et sans provisions à bord d’un bateau à la mer :

Li enfant sunt en mer, ainsi com vous dison,
Tous seuls en. I. batel, sans autre marinon.
Deus jours i ont esté sans autre livreson,
Que il n’i ont mengié pain ne char ne poisson.
(Doon de Maience, p. 39)

21Doolin se maintient en vie en mangeant des algues, mais son petit frère ne peut résister à cette cruelle épreuve. Le petit garçon meurt de froid et de faim. Ces scènes de naufrage sont brutalement réalistes ; en fait, de tels récits ont peu changé au cours des siècles. Nos récits contemporains de naufragés à la dérive sur un radeau de sauvetage peuvent nous servir à la fois de comparaison et de vérification du récit médiéval. Et si, même à la fin du xxe siècle, nous ne pouvons que subir les caprices de la mer une fois à bord d’un navire, nous devons facilement comprendre pourquoi l’homme médiéval aurait élaboré des mythes et des rituels pour se protéger de l’impondérable.

22En effet, le merveilleux accompagnait l’équipage à chaque départ du port. A la dureté de la vie à bord s’ajoutait la crainte de l’inconnu, combinaison qui aurait stimulé l’imagination de chacun ; l’apparition de bêtes monstrueuses se serait acceptée comme tout autre événement. Dans la chanson de geste, alors, la présence de monstres n’avait rien d’extraordinaire ; au même titre que la tempête, le monstre ne représente qu’un autre aspect de la vulnérabilité de l’homme.

  • 16 Lion de Bourges, éds. William Kibler, Jean-Louis Picherit et Thelma Fenster, 2 vol., TLF 285 (Genèv (...)

23A l’examen des représentations du monstre marin dans la chanson de geste, deux attributs sautent aux yeux : premièrement, ce monstre se sent chez lui en mer. L’eau est son environnement naturel ; contrairement à l’homme, le monstre peut survivre et se déplacer à son gré loin de la terre. Deuxièmement, le monstre est d’une puissance énorme ; sa force rapetisse celle de l’homme et de ses minuscules navires. Il peut donc détruire un vaisseau sans pensée, sans effort, et sans raison compréhensible. Le monstre représente un danger d’autant plus effrayant qu’il est imprévisible. Un tel monstre est évoqué dans Lion de Bourges16 ; ce « poisson-diable » attaque et détruit tout navire qui vise la Terre Sainte.

Adont volt li roy en Aicre repairier,
Maix la vinrent grant plainte du poisson d’infer
Qui met les crestien a mortelz encombrier :
Pellerin, merchant fait en la mer noyer.
Et quant li roy l’oyt et dire et retraitier.
Si jurait Dammedieu le Perre droiturier
Qui a la beste ennemie s’irait baitillier,
Per quoy lez crestien puissent sans destorbier
Venir au Saint Sepuilcre en guise de palmier.
(Lion de Bourges, vv. 28272-28280)

24Olivier essaie de détruire ce monstre tout seul, mais il échoue à l’épreuve, puisque le merveilleux poisson-diable ne peut se vaincre qu’à l’aide d’une force magique correspondante. Le « Blanc Chevalier », envoyé par Dieu, vient au secours d’Olivier, et finit non seulement par tuer le poisson-diable mais aussi par expulser le mauvais esprit de la peau du poisson.

  • 17 Conformément à ce que nous dit Jacques Le Goff : « Domesticated or not, the marvelous remained ambi (...)

25Cependant, les monstres de mer ne sont pas toujours malveillants17. Dans Huon de Bordeaux, lorsque Huon, faute de navire, ne peut traverser la Mer Rouge, un monstre lui vient en aide :

Et Huelins est venus a la mer,
Qu’ele couroit asés pres de l’ostel.
Es vous Huon sor le rive aresté,
Mais il n’i trove ne pasaige ne gué,
Plance ne pont, ne barge ne grant nef,
Par u li ber peüst outre paser.
Par devens l’eue a s’espee bouté,
Mais il n’i a fons ne rive trouvé.
Desus la rive commença a plorer.
Entrués qu’il est ensement demenés,
Si a son cief devers destre torné ;
Voit une beste venir devers la mer
Que plus tost noe que saumons ens la mer.
En quise estoit d’un luiton figurés ;
(Huon de Bordeaux, w. 5333-5340 et 5347-5352)

26Cette créature merveilleuse, esprit familier d’Auberon condamné par son maître à une période de trente ans dans le corps d’un poisson, accepte que sa peine soit doublée afin de transporter Huon. Ainsi, le chevalier peut traverser la mer sans encombre, monté sur le dos de l’animal charitable.

  • 18 « Marvels consisted in large part of enlargements or distortions of the normal natural world » (Le (...)

27Bienveillant ou méchant, le monstre marin décrit dans la chanson de geste, quoique bizarre, représente une déformation de la nature plutôt que l’expression d’un monde extraterrestre. C’est à dire que le monstre imaginé s’invente à partir de l’expérience marine vécue dont on transforme les éléments. Alors, si ce monstre existe en marge du monde connu, il n’en dépasse pas pour autant les bornes, renforçant ainsi cette ambiguïté du réel qui est le propre du contexte marin18.

28Quel que soit le danger – monstre ou tempête – l’homme y réagit en invoquant ses propres rituels, faisant appel tantôt au Dieu chrétien tantôt aux esprits marins païens. Dans Anseÿs de Mes par exemple, au fort de la tempête, les passagers comme les marins implorent l’intervention divine :

Fors est li vens qui le ondes enpaint.
Ces nez baloient de coi chacuns se plaint.
Et pou s’en faut que le plus fors n’estaint.
Dieu reclamerent et avec tant bon saint :
« Hé, sires Dieus, qui trestote rien vaint.
Abesiés nos cest vent qui nos destraint. »
Dieus a oïe la parole de maint.
Baisse li vens, li orages remaint.
(Anseÿs de Mes, w. 10968-10975)

  • 19 Jourdain de Blaye, éd. Peter Dembowski, CFMA (Paris : Champion, 1991).

29Dieu les entend et fait calmer la mer, mais le pouvoir de Dieu ne suffit pas toujours pour tirer d’affaire le pauvre matelot. Quand la prière n’aboutit donc à rien, les marins retombent dans le réseau de superstitions maritimes élaboré par leurs aïeux. Chez le marin, ces superstitions sont aussi bien ancrées que la pratique chrétienne ; en effet, certains de ces rituels survivent même au xxe siècle, comme par exemple, mettre une pièce d’argent sous le mât d’un voilier, éviter les départs le vendredi, et refuser de rebaptiser un vaisseau. De tels rituels sont faits soit pour assurer du beau temps, soit pour éviter le danger ou la malchance. Les marins représentés dans la chanson de geste ne se montrent pas moins superstitieux ; dans les moments de péril, le christianisme cède la place aux anciennes traditions païennes de la mer. Par exemple, dans Jourdain de Blaye19, Jourdain, perdu en mer et agrippé à un tronc d’arbre, se sert de la superstition à son avantage. Sachant que la mer n’aime pas le sang, il s’inflige volontairement une blessure au bras :

Il s’est navréz el bras de maintenant,
N’avoit autre arme dont il se fust aidant.
Por ce le fist, gel voz di et creant :
Mers ne puet sanc souffrir ne tant ne quant.
(Jourdain de Blaye, vv. 1260-1263)

30En versant son propre sang, il espère obliger la mer à le recracher, ce qu’elle fera. Il est transporté à la côte, maintenu à flot autant par ses croyances que par le tronc d’arbre. Ainsi, cette blessure ritualisée devient un élément intégral de la réponse au danger à la mer. Aussi importants que l’abaissement de la voile ou l’écope, de tels rituels permettent à l’homme de dialoguer avec la mer, de racheter sa vie au prix de son sang. Mais cette tentative ritualisée de négocier avec l’élément marin ne s’arrête pas forcément à la simple blessure d’un membre de l’équipage ; au contraire, si toute une compagnie est menacée, il se peut qu’on élise un bouc émissaire, choisi le plus souvent parmi les passagers, car les marins, eux, ne sautent certainement pas sur l’occasion de mourir en héros. Ainsi, dans Jourdain de Blaye, c’est la femme de Jourdain qui se voit ainsi élue :

La mers commence forment a engrossier.
Icil des nés prennent a esmaier,
Li uns a l’autre a prins a conseiller :
« Tuit sommez mort, se Dex n’en a pitié
Par ceste damme sommez mal engingnié,
Qu’il noz convient dedens la mer gietier,
Ou noz trestouz convenra perillier. »
(Jourdain de Blaye, vv. 2166-2172)

  • 20 James Clary, Superstitions of the Sea (St. Clair : MI, Maritime History in Art, 1994).
    « Like the an
    (...)

31Jourdain a beau essayer de sauver sa femme, les marins insistent pour qu’on la mette par-dessus bord pour faire calmer la tempête. Les matelots acceptent finalement de l’envoyer à la dérive dans une petite barque, l’abandonnant ainsi à une mort presque certaine, afin d’assurer la survie du navire et de l’équipage. Trouver un bouc émissaire n’est pas un phénomène unique à la chanson de geste ; cela fait partie d’un corpus plus grand de traditions anciennes de la mer, qui prétendaient que l’individu différent ou déformé apportait de la malchance au vaisseau. Le sacrifice d’un tel individu aurait protégé les membres de l’équipage du navire en apaisant la mer furieuse. D’ailleurs, le matelot se méfiait particulièrement des femmes, puisque celles-ci portaient malheur en mer20. Ainsi le rôle de bouc émissaire convient particulièrement bien à la femme de Jourdain, et, en effet, la tactique montre vite sa valeur : dès qu’on met la femme par-dessus bord, la mer se calme ; le navire arrive au port sans délai et sans autre perte de vie. Nous notons entre parenthèses que la femme de Jourdain, elle aussi, regagne la terre grâce à l’intervention de Dieu, mais cette fin optimiste relève de la fiction plutôt que du vécu, car la mer n’est guère bienveillante. Bref, l’homme face à cet environnement brutal devenait à son tour sauvage et impitoyable.

32En somme, malgré sa connaissance du vent et de la vague, l’homme médiéval qui se déplaçait en navire se trouvait à la merci de la mer. Pour exploiter cet élément il devait donc accepter de risquer sa vie. Sur des vaisseaux peu efficaces gouvernés à l’estime, l’homme s’aventurait dans un univers qui lui était au mieux indifférent et au pire hostile. Afin d’apaiser les forces à peine comprises qui animaient cet univers, l’homme se servait non seulement de son savoir technique, mais aussi d’un système de croyances et de rituels, synthétisant le concret et l’imaginaire de sorte que chaque voyage se déroulât non seulement dans l’espace mais aussi dans l’esprit même de l’homme du Moyen Age.

Notes

1 Faute de temps, nous nous voyons obligée de nous limiter à l’étude du voyage en mer, nous n’aborderons donc ni la construction de bateaux ni la bataille en mer, sujets pourtant vastes, fort intéressants et bien représentés, surtout dans l’iconographie. Toutefois, comme point de départ, je me permets de signaler, pour ceux qui s’y intéressent, dans le Moniage Rainouart I (éd. Gérald Bertin, SATF, Paris : Picard, 1973), les vers 3670 à 4445 qui offrent une excellente description d’une bataille au courant de laquelle Rainouart se sert du mât du dromon comme arme contre les Sarrasins ! En ce qui concerne la construction du navire, cf. Richard Unger, The Art of Medieval Technology : Images of Noah the Shipbuilder (New Brunswick : Rutgers UP, 1991).

2 Cf. par exemple Wace, Roman de Brut, les récits de Joinville et de Philippe de Mézières, entre autres. Autre constat important : La forme et le gréement des navires n’ont guère changé entre le xiie et le xve siècles. Cf. Jean Merrien, La Vie de marins au Moyen Age (Rennes : Terre de Brume, 1994) 83-84.

3 Le Bâtard de Bouillon, éd. Robert Francis Cook, TLF 187 (Genève : Droz, 1972).

4 Anseÿs de Mes, éd. Herman J. Green (Paris : Les Presses modernes, 1939). A titre d’exemple, voir cette image tirée des Chroniques de Jean Froissart, BNF FR 2643, f° 352 v°.
Image 100000000000017E000001EB254CB58C.png

5 Les Enfances Guillaume, éd. Patrice Henry, SATF (Paris, 1935), vv. 271-273.

6 De toute évidence, le jongleur ne se soucia guère de la distinction technique entre la « nef » du Ponant et la « nave » du Levant ; pour lui aussi bien que pour son assistance (rappelons-le, des amateurs plutôt que des professionnels de la mer), la seule différence saillante semble avoir été la distinction entre la nef/nave à forme « ronde » qui se déplaça à la voile, et le dromon/galère « long », qui se déplaça à l’aviron. Pour une discussion des différences entre la nef et la nave, cf. Merrien, La Vie de marins au Moyen Age.

7 Aye d’Avignon, éd. S. J. Borg, TLF 134 (Genève : Droz, 1967) 1367-69.

8 Cf. à titre d’exemple : Jean Froissart, Chroniques, BNF FR 2643, f° 7 v°, 72, 118, 352 v°, 393, ou bien Bartolomaeus Anglicus, On the Properties of Things, BNF FR 136, f° 26.

9 Wolfgang Grape, The Bayeux Tapestry (New York : Prestel, 1994) 38.

10 Merrien 144-147.

11 Gerbert de Mez, éd. Pauline Taylor, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, fascicule 11 (Louvain : Nauwelaerts, 1952).

12 « Drecent lour ancre », in Huon de Bordeaux, éd. Pierre Ruelle (Paris : PUF, 1960) v. 8662.

13 Cf. Lionel Casson, The Ancient Mariners, 2e éd. (Princeton UP, 1991) ; Richard Armstrong, The Early Mariners (London : Emest Benn Limited, 1967) et Mireille Pastoureau, Voies océanes (Paris : BNP/Hervas, 1990).

14 Tristan de Nanteuil, éd. K. V. Sinclair (Assen : Van Gorcum, 1971).

15 Doon de Maience, éd M.A. Pey, Les Anciens Poètes de la France, vol 2 (Paris : Vieweg, 1859). Cf. à titre d’exemple l’enluminure suivant, de la vie de Saint Clément (Breviary of Martin of Aragon, Spain, 15th century – BNF ROTH 2529, f° 409.
Image 100000000000025D0000022DDD209835.jpg

16 Lion de Bourges, éds. William Kibler, Jean-Louis Picherit et Thelma Fenster, 2 vol., TLF 285 (Genève : Droz, 1980).

17 Conformément à ce que nous dit Jacques Le Goff : « Domesticated or not, the marvelous remained ambiguous, neither wholly good nor wholly evil », The Medieval Imagination, trans Arthur Goldhammer (Chicago : Chicago UP, 1988) 40.

18 « Marvels consisted in large part of enlargements or distortions of the normal natural world » (Le Goff 40).

19 Jourdain de Blaye, éd. Peter Dembowski, CFMA (Paris : Champion, 1991).

20 James Clary, Superstitions of the Sea (St. Clair : MI, Maritime History in Art, 1994).
« Like the animal sacrifices for the launch of a new vessel, rituals involving human sacrifice were also performed for protection on long voyages or to calm an angry sea (p. 213).
Voir aussi p. 193, au sujet de la femme comme bouc émissaire à bord des navires.

Auteur

New York University

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540