Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce nous dist li escris… Che est la verite

 | 
Miren Lacassagne

Esquisse biographique

Miren Lacassagne

Texte intégral

1André Moisan est né le 20 janvier 1924 à Augan (56), au pays de Merlin, de Viviane et du Val sans retour. De ses parents instituteurs, il apprit l’amour du travail bien fait. Entré au Petit Séminaire de Ploërmel en 1935, il y reçut une formation classique et, après six ans d’études au Grand Séminaire de Vannes, il fut admis au sacerdoce en 1947. Ses supérieurs le nommèrent professeur de lettres à la maison de Ploërmel où il avait été élève. Licencié ès lettres de l’Université de Rennes en 1950, il allait poursuivre sa carrière d’enseignant à Lorient, puis au lycée Saint-Grégoire de Tours (1959). C’est là, que désireux de se recycler intellectuellement, il reprit le chemin des études en 1966, à la faveur d’une rencontre décisive avec René Louis, professeur de littérature médiévale à l’Université d’Orléans-Tours, lequel allait devenir son maître, et, au fil des années, un ami et un guide. Ainsi s’ouvrait pour André Moisan la route de l’épopée française qu’il n’allait plus quitter. Un diplôme d’études supérieures sanctionnera en 1967 ses premières recherches sur le comte Vivien de Tours et sa légende épique.

2Désirant se rapprocher de la riche bibliothèque universitaire de Rennes pour préparer une thèse, André Moisan obtint un poste d’enseignant en littérature au lycée du Sacré-Cœur de Mayenne ; il y restera de 1967 à 1984, date de sa retraite d’enseignant. Il peut alors se consacrer à la recherche qui le passionne, avec l’ardeur et la méthode qui sont les siennes, sous la direction du professeur Louis. Le 21 mai 1971, il soutiendra brillamment à l’Université François-Rabelais de Tours une thèse de doctorat d’Etat sur La Légende épique de Vivien et la légende hagiographique de saint Vidian à Martres-Tolosane, dans les lieux mêmes où avait vécu Vivien, comte de Touraine sous Charles le Chauve. Dans le jury on notait la présence de Rita Lejeune, professeur à l’Université de Liège et de Pierre Le Gentil, professeur à la Sorbonne.

3André Moisan crut alors opportun de solliciter un poste à l’Université catholique d’Angers, mais de sourdes oppositions lui barrèrent cette route. Nullement affecté par cette épreuve, il décida, tout en restant dans l’enseignement secondaire, de s’adonner à la recherche. Il entreprit aussitôt de refondre et d’étendre la Table des noms propres contenus dans les chansons de geste d’Ernest Langlois publiée en 1904. Dix années d’investigations furent nécessaires pour mener à bien cette entreprise plutôt audacieuse. Elle aboutit en 1986 à l’édition du Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, en deux tomes et cinq volumes, chez Droz-Champion, avec le concours du cnrs dans la prestigieuse collection des « Publications romanes et françaises ». Accueilli favorablement par la critique et les médiévistes qui l’ont à portée de main pour leurs recherches, l’ouvrage se vit décerner en 1991 le prix Honoré-Chavée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres (Institut de France). Cependant, notre chercheur participait aux congrès de la société Rencesvals depuis 1978 et publiait régulièrement diverses études sur l’épopée.

4Entretemps, et pour varier ses plaisirs, notre jubilaire organiste avait pris des cours au conservatoire de Tours, encouragé par le maître Jean Langlais qui l’honorait de son amitié. Le fruit en fut la publication, entre 1965 et 1983, de quatorze pièces d’orgue. Cependant, en 1984, il faisait valoir ses droits à la retraite d’enseignant et revint à Vannes, son diocèse d’origine. L’évêque comprenant son « charisme » et sa disponibilité pour une nouvelle fonction ecclésiale, lui confia la charge de refaire la bibliothèque du Séminaire pour l’ouvrir au public, en même temps qu’il lui donnait la responsabilité des archives historiques du diocèse. Nouveau terrain d’investigations et d’initiatives pour un homme actif. La Bibliothèque diocésaine fut inaugurée sans tarder, le 3 juin 1987, offrant matière à la formation chrétienne et s’ouvrant aux différentes branches de la culture. Ainsi, André Moisan, à sa grande surprise, est-il élu en 1989 président de l’Association des bibliothèques ecclésiastiques de France ; il le restera jusqu’en 1997, menant une action vigoureuse près de l’épiscopat, pour que les richesses des bibliothèques religieuses une fois rénovées, soient accessibles à tout public. C’est avec un plaisir retrouvé que le « vieux professeur » aide les étudiants... Le domaine des archives, en particulier dans le cadre du Bicentenaire de la Révolution, devient un nouveau champ d’investigations qui allait aboutir, en 1993, à la publication d’une biographie nuancée de l’évêque constitutionnel du Morbihan, Charles le Masle et, en 1999, à un volumineux et désormais incontournable dossier sur Mille prêtres du Morbihan face à la Révolution. Pour cette période troublée et controversée, André Moisan fait preuve d’une belle probité intellectuelle.

5Mêlant l’agréable de la recherche au nécessaire de la fonction, André Moisan continuait à cultiver méthodiquement son « jardin secret », celui de l’épopée. La Chronique de Turpin fut une de ses passions pendant plusieurs années. Plus largement, le Codex Calixtinus de Compostelle fut l’objet d’une Etude critique et littéraire publiée chez Champion en 1992, avec le concours du cnrs dans la collection « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age ». Sujet controversé, s’il en fut, pour les médiévistes, abordé ici par une critique interne neuve et bien étayée. Entretemps, il eut la douloureuse charge de présider, en octobre 1985, les obsèques de Jean-Charles Payen, avec qui il partageait une discrète amitié.

6Décoré des palmes académiques en 1992 pour sa carrière d’enseignant, puis de l’ordre national du Mérite en 1997 pour son action en faveur de la culture, André Moisan ne prévoit pas d’arrêter ses activités. « C’est ma vie et j’apprends toujours... », dit-il en souriant.

7Carrière atypique d’un chercheur de valeur universitaire et sans poste à l’Université ? Sans doute. Mais parcours d’un courage exemplaire, chez un homme fidèle à lui-même et à son idéal intellectuel, à travers des épreuves qui en auraient découragé plus d’un. Homme discret et modeste, ennemi de l’esbroufe, fidèle à ses amitiés, véritable artifex de la recherche... Un clerc du Moyen Age en quelque sorte, un de ces ecclésiastiques qui, naguère encore, s’honoraient de culture, une personnalité en tout cas à l’abri de tout cléricalisme sclérosé, un « bénédictin égaré dans le siècle », dit-il parfois... Avant tout, un clerc fidèle à Celui qu’il a choisi pour lumière de sa vie.

8Ses collègues et amis de l’Université ne se sont pas trompés sur la valeur d’André Moisan. La cordialité spontanée avec laquelle ils ont offert leur collaboration à la rédaction de ces Mélanges en est la preuve. Seules les nécessités de l’édition ont imposé des limites à l’ouvrage qui voit le jour, grâce à l’obligeance active et amicale de Jean Subrenat, professeur à l’université d’Aix-en-Provence, ainsi que du comité d’honneur qui a mené à bien l’entreprise. Que tous les acteurs de cet hommage soient chaleureusement remerciés !

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540