Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’aventures en Aventure

 | 
Micheline de Combarieu du Grès

De chrétien de Troyes au Lancelot en prose

Matière, san et conjointure : de la chevalerie dans deux versions du Conte de la charrette (Chrétien de Troyes et Lancelot en prose)*

Texte intégral

  • * Paru in Amour et chevalerie dans les romans de Chrétien de Troyes, Littéraires 5, Université de Be (...)

1La matière des deux œuvres est la même si on la définit en termes généraux comme la quête par Lancelot (et par Gauvain) de la reine Guenièvre enlevée par Méléagant, le fils du roi Baudemagus, au pays de Gorre. L’issue victorieuse de l’entreprise permettra à Lancelot de délivrer, avec la reine, les gens du pays de Logres retenus captifs depuis plus longtemps qu’elle, et, après un temps d’emprisonnement par trahison qui retarde son action, de tuer en combat singulier le ravisseur.

  • 1 Introduction à l’édition, pp. xxv-xxvi.

2Leur san, lui aussi a beaucoup de parenté. « Roman d’aventures mais aussi roman d’âmes » écrit M. Roques à propos de la Charrete de Chrétien de Troyes1. On pourrait le dire aussi de l’épisode du Lancelot. L’amour de Lancelot pour la reine s’y affirme dans l’accomplissement de nombreux exploits chevaleresques (aventures) et dans l’acceptation de l’humiliation au nom de cet amour (la charrette, le combat au pire), laquelle ne sera d’ailleurs qu’une épreuve limitée dans le temps : dans les deux cas, l’honneur guerrier du héros n’aura pas à être longuement mis en doute.

3Mais la mise en œuvre de ces éléments est à plusieurs égards différente. Elle concerne d’abord la construction de l’œuvre.

4Pour Chrétien de Troyes, le Conte de la charrette constitue un tout qui se suffit à lui-même : il y a donc une évidente unité d’action, du défi de Méléagant à sa mort. Certes, le romancier utilise le procédé des personnages reparaissants : dans la matière arthurienne qu’utilisent tous ses romans, le centre curial est constitué par le couple Artus/Guenièvre et Lancelot lui-même a déjà été nommé dans des œuvres antérieures. Mais de même qu’Yvain, Cligès, Erec ne deviennent protagonistes que le temps d’un conte et s’effacent conventionnellement ensuite, de même Lancelot, et de même sa relation avec Guenièvre qui n’a pas de nécessaire suite littéraire. Il en est tout autrement dans le cycle du Lancelot-Graal. L’unité de matière est donnée par l’ensemble de la vie de Lancelot qui, bébé aux premières pages du roman, meurt à la fin de la Mort Artu ; l’unité de « sens » consiste en ce passage, réussi ou manqué, de la chevalerie terrienne à la chevalerie célestielle (il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus) qui ne s’effectue pas brutalement avec la quête du Graal, mais est préparé dès le début du Lancelot ; celle de « conjointure » oppose un récit qui met en œuvre une collectivité, celle de la Table Ronde ou de la cour arthurienne, à une écriture qui se contente de prendre comme héros, successivement, tel ou tel personnage lui appartenant.

5La « Charrette » n’est qu’un épisode parmi beaucoup d’autres de la vie littéraire de Lancelot, à l’intérieur duquel il a un passé et un avenir, de même que tous les autres personnages. L’auteur doit l’insérer dans cette longue durée ; le héros ne peut apparaître comme ce chevalier anonyme s’empressant au service de sa dame, récompensé et content sans lendemain.

6Ce n’est pas comme chez Chrétien de Troyes, on ne sait comment ni venant d’où, qu’il se trouve ce jour de l’Ascension assister à l’enlèvement de la reine. Au contraire, le Lancelot revient sur le passé proche de Lancelot, en même temps que sur son enfance, et montre ainsi dans quels nombreux filets de liens il est pris. Le personnage est donc chargé d’une épaisseur romanesque qu’il n’a pas dans le roman de Chrétien de Troyes. Ces liens, ce sont d’abord ceux qui l’attachent à Galehaut : la vaine quête qu’il a faite de son ami l’a mené jusqu’à une forme de folie violente :

… quant Lancelos se parti de Sorelois en emblé, et il fu hors de la terre, si fist duel chascun jor et menja petit et dormi. Si li wida la teste si qu’il forsena et fu en tel maniere tot l’esté et tot l’hiver jusqu’al Nöel et ala par totes terres menant sa forsenerie. (Lancelot, t. 2, p. 1.)

7Ce sont ensuite, en remontant plus loin, ceux qui le mettent en relation avec la figure tutélaire de la dame du lac « qui le nori ». C’est elle qui, après l’avoir cherché plus d’un mois, « le trova la veille de la Chandelor gisant en un buisson en la forest de Tintajuel en Cornoaille » (p. 1) et s’occupe de le guérir tout en lui taisant la mort de Galehaut (p. 1). C’est elle enfin qui effectue le lien passé/présent/avenir, car sa qualité de magicienne lui ouvre ce tiers aspect du temps :

« Lancelot, or vient li tens que tu recoverras quanque tu as perdu, se tu vels ; et sachies qu’il te covient estre le jor de l’Ascension ains none a Camaalot ; et se tu a cele ore n’i estoies, tu ameroies miels ta mort que ta vie… por ce que la roine en sera a force menee ; et se tu ies la, tu la secorras et de la ou nus ne fu onques rescos. » (t. 2, pp. 1-2.)

8L’histoire de Lancelot et celle de son amour avec Guenièvre ne s’arrêtent pas non plus au rendez-vous nocturne en Gorre, ni à la mort de Méléagant ; l’auteur prolonge la fin de l’épisode en faisant de Lancelot, une deuxième fois, le défenseur de l’honneur de la reine (et du sien propre) : Kex et Méléagant éliminés, c’est le même récit qui se poursuit. En effet, le jour même où il a tué Méléagant et où le roi Artus lui rend de singuliers honneurs pour avoir libéré sa femme, se présente à la cour un chevalier qui accuse le héros d’avoir tué le fils de Baudemagus en traître ; un duel judiciaire est fixé (de lundi en un mois à la Madeleine) et une semaine plus tard, Lancelot se met en route ; le deuxième jour de sa chevauchée, c’est à deux reprises qu’il doit se battre pour défendre l’honneur de la reine. Puis, le lendemain, il participe à un tournoi où il affronte sans les reconnaître Lionel et Hector. A l’issue du combat cependant, la reconnaissance a lieu et entraîne la joie de Lionel qui était, dit-il, en quête de son cousin depuis plus d’un an. Autre lien encore donc qui enrichit le réseau des diverses solidarités dans lesquelles Lancelot est partie prenante, et aussi introduction d’un autre héros.

9Dans la mesure où le Lancelot-Graal est l’histoire de la communauté de la Table Ronde, et du royaume arthurien, il est normal que, différemment de ce qui se passe chez Chrétien de Troyes, Lancelot ne soit pas le seul héros. Certes, la libération de Guenièvre et des exilés y demeure son seul fait et on ne saurait dire que Kex et Gauvain voient leur rôle mieux mis en valeur. D’une certaine façon même, le passé préexistant entre Guenièvre et Lancelot (non évident chez Chrétien de Troyes) contribue à le minorer : si la reine, en souveraine consciente de ses devoirs de dame, leur accorde attention et bienveillance, il est évident que la préférence accordée à Lancelot doue d’emblée celui-ci d’une importance à laquelle les deux autres ne sauraient prétendre ; il se peut que, substituée à l’anonymat prolongé du héros chez Chrétien de Troyes, l’affirmation, d’entrée de récit, de son identité aille dans le même sens : il a derrière lui un passé nourri d’exploits chevaleresques dont nous ne pouvons le couper au seuil de cette nouvelle aventure ; de toute façon, il n’est pas mis là en valeur pour la première fois, après Erec, avant quelque autre.

  • 2 Il faut lui ajouter le comte Guinable (v. 214) qui est le seul à entendre une réflexion que la rei (...)

10Mais la cour, dans les scènes initiales surtout, s’avère peuplée de personnages plus nombreux et qui ne sont pas que des noms, en opposition avec la longue et sèche énumération, chez Chrétien de Troyes, des participants au tournoi de Noauz. De même que l’aventure, sujet du récit, n’est pas la seule mais un moment pris dans une succession d’autres aventures, d’avant et, du coup, on l’imagine, d’après. Chez Chrétien de Troyes, la cour tenue par le roi à l’occasion de l’Ascension n’est guère que le cadre commode où l’aventure va commencer. Au demeurant, la date choisie, traditionnelle, n’exige aucune référence à un passé antérieur conventionnellement inexistant. Dès le vers 44, Méléagant est introduit. L’auteur mentionne seulement le roi, la reine, le sénéchal Kex (à la fois personnages obligés de la cour et acteurs de l’aventure à venir) et une collectivité, obligée elle aussi, et anonyme de « bele(s) dame(s) cortoise(s) (v. 39) et de barons » (v. 49). Le seul Gauvain sort vraiment de cet anonymat (à partir du v. 224) dans la mesure où il va tenter de suivre le ravisseur de la reine2. Au contraire, dans le Lancelot, après s’être ouvert sur le rappel du passé proche de Lancelot, (ce qui, déjà, fait place à d’autres personnages extérieurs à la cour mais y étant passés ou y ayant séjourné), l’évocation de la cour tenue par le roi prend en compte ces divers éléments et personnages :

… mais ce n’estoit mie des hautes cors merveilloses qu’il soloit tenir a la vie del buen Galehout et tant com Lancelos del lac i estoit, dont chascuns cuidoit que mors fust, ançois fu la cors le jor triste et dolente… (p. 2.)

11On note en particulier qu’il y a là :

la dame de Malohaut que nule riens ne pooit faire esjoïr kar ele avoit perdu en la mort Galehout a estre dame de .XXX. roialmes et le devoit esposer dedens cel an.

12La première aventure de la journée, c’est le retour de Lionel, « li cosins Lancelot, qui venoit de lui quere par maint païs » (p. 2). La cour passe de la tristesse à la joie pour le retour de Lionel et, parce qu’on attend des nouvelles de Lancelot, joie qui redevient chagrin « quant il lor dit que ses cosins estoit perdus, et que bien cuidoit qu’il fust mors » (p. 2). On fait des hypothèses sur les raisons de cette mort (« Et li rois dist que c’estoit por le duel de Galehout qui estoit mors », p. 2) ; s’esquisse un petit drame où l’approbation de Gauvain (« … il a grant droit, kar après tel home come Galehout estoit ne deust nus hom deignier qu’il vesquist », pp. 2-3) suscite la critique de l’amoureuse Guenièvre (« De ceste parole fu la roine molt corocie kar a la mort Lancelot ne s’acordast ele mie », p. 3) déguisée en défense de son époux (« Si est, vostre oncles al mains », p. 3) qui paraît bien vaine au chevalier :

Et il s’en lieve et li cuers li engroisse et les lermes li vienent as iex, et il s’en torne et dist ensint com il s’en aloit : « Certes, dame, il le deust bien estre ». (p. 3.)

13Il y a donc là la peinture d’une communauté bouleversée par la mort de deux des siens et en même temps traversée de tensions, de secrets, de dissensions. On essaie de garder la face sans trop y arriver :

Li rois asiet al mengier ne mie por talent qu’il en ait, mais por sa cort esleechier. (p. 3.)

14certains s’isolent pour essayer de se consoler (Lionel et Guenièvre). Le défi de Méléagant s’inscrit lui aussi dans le passé arthurien puisque le personnage se présente d’abord comme venant réclamer d’affronter Lancelot en combat singulier pour se défendre d’une supposée accusation de trahison portée contre lui (p. 4), ce qui suscite une violente réaction de Lionel prêt à défendre l’honneur de son cousin (p. 4, paragr. 7). Ce n’est donc que parce que cette bataille est impossible, en l’absence de Lancelot, que Méléagant met en avant le motif des captifs de Gorre et combine l’enlèvement de la reine (pp. 4 sq.) pour contraindre un (autre) chevalier à l’affronter. La suite de la séquence fait encore intervenir Dodinel le sauvage (p. 6, paragr. 12) qui critique violemment Artus pour avoir confié la reine à la seule garde du sénéchal, et Gauvain (avant qu’il ait décidé de suivre Méléagant) à qui Guenièvre se plaint de ce qu’elle perçoit comme son abandon :

Et ele esgarde mon seignor Gauvain qui fet tel duel qu’il l’ocit et ele ne se puet tenir qu’ele ne die : « Ha, mesire Gauvain, hui m’apercevrai je qu’après Galehout est tote proesce morte » (p. 7.)

15L’écart est moins net pour la suite du récit. Mais la comparaison redevient plus intéressante, dans notre perspective, pour la fin du « conte ». Le récit de Chrétien de Troyes s’achève sur la mort de Méléagant et cinq vers suffisent pour dire la joie du roi et celle de la cour à nouveau présentée comme la communauté anonyme qu’elle était au début (vv. 7093-7097). Trente lignes sont nécessaires au Lancelot. pour traiter le même motif (p. 107). Y sont nommément désignés plusieurs chevaliers qui, l’un après l’autre, font fête à Lancelot : Kex, Yvain, Gauvain. On décrit les manifestations enthousiastes de leurs sentiments (p. 107). Si la reine se doit d’être plus discrète dans ses gestes (seulement), le roi, lui, ne se connaît plus de joie (p. 107) et on insiste sur l’honneur exceptionnel qu’il rend à Lancelot en le faisant asseoir à sa table juste à côté de lui :

Ne por nul home ne l’avoit il onques mes fet, kar il le fist aseoir a son haut dois ou il menjoit, droit devant lui, ne chevaliers n’i avoit onques mes sis nule fois fors as hautes festes au soper… (p. 107.)
(Cf. aussi, à la même page, tout le paragr. 12.)

16Sont donc associés, dans cette fin, honneurs rendus à Lancelot et joie de la cour ; les premiers apparaissent certes comme dus à l’initiative d’Artus, mais aussi, me semble-t-il, expriment la reconnaissance unanime de la cour qui voit, en lui, couronnée cette « flor de chevalerie » – selon l’expression de Gauvain, p. 107 – dont il est l’incarnation privilégiée à laquelle tous participent.

17D’une œuvre à l’autre la mise en œuvre de l’épisode de la charrette diffère également, et, de ce fait, le sens qu’il revêt.

18Dans la version de Chrétien de Troyes, elle est une (é)preuve d’amour : pour l’amour de sa dame, l’amant doit accepter l’humiliation (au moins temporaire). La honte liée à cette situation est si forte que le courageux – mais non amoureux – Gauvain se refusera à l’affronter : pour avoir des nouvelles de la reine et une occasion de la sauver, il acceptera de suivre la charrette mais jamais d’y monter ; seul Lancelot, inspiré non par le respect chevaleresque dû à la reine mais par l’amour qu’il éprouve pour elle, s’y risquera. Guidé par un amour de passion et d’exception, l’acte du héros apparaîtra clairement comme ayant été le fait d’un homme qui n’a pas manqué à l’honneur de la chevalerie, mais il sera cependant impuissant à rompre l’association généralement faite entre « charrette » et déshonneur.

19Le Lancelot fait de cette « charrette » un élément qui concerne non plus l’aventure amoureuse du seul Lancelot mais celle de toute la cour.

20Elle cesse d’être une épreuve de l’amour-passion pour devenir une épreuve de l’amour au sens le plus général du mot, celui que l’homme porte (idéalement) à son ami, à son prochain.

  • 3 En renchérissant sur le personnage de Chrétien de Troyes puisqu’il n’hésite même point l’espace de (...)

21En effet, si, au début de l’aventure, le schéma narratif reproduit celui de Chrétien de Troyes (Lancelot monte sur la charrette3, Gauvain s’y refuse, pp. 11-12), il est fondamentalement modifié ensuite. Après la « disparition » de Lancelot au pays de Gorre, Gauvain et la reine retournent à la cour d’Artus, où tout le monde est « dolens » de cette fin qui leur paraît signifier la mort du héros et les laisse sans réaction (pp. 85-86). De la tristesse à la résignation, combien y a-t-il de pas ? Au bout d’un mois, les exilés de Gorre, de retour, demandent à Artus d’organiser une « assemblee » pour que prouesse et mariages, pour que la vie sans Lancelot, reprennent. Le roi, un temps, s’y refuse et obtient l’accord des demandeurs, pour combien de temps ? La reine ne compte plus sur personne, et pas même sur Dieu, pour venir au secours de Lancelot ; il lui reste cependant l’espoir de la dame du lac (p. 86, fin du paragr. 7). Mais tristesse et impatience sont bien inagissantes et incapables d’inventer un mode d’action efficace. On ne parlera peut-être pas d’ »acedia » – il s’agit non de Dieu mais d’un homme – mais en tout cas de « pereche » : on sait, depuis les enseignements de Niniène à Lancelot (t. 7) comment le « cuer » qui s’y laisse aller manque à la chevalerie qui ne va pas sans effort sur soi pour acquérir et développer les « teches del cuer ».

22Au milieu de cette langueur, éclate un exploit paradoxal, à première vue antichevaleresque puisqu’à la fête des Rogations se présente aux yeux de la cour rassemblée un autre chevalier « charreté », dans une position encore plus humiliée que celle de Lancelot, qui était monté volontairement sur le véhicule honni et pouvait en descendre à volonté :

… en la charete avoit .I. chevaliers, les mains liees triés le dos, en une chemise sale et despanee et fu par les .II. jambes liees as .II. limons de la charete… (p. 87.)

23Et chevalier blanc par son cheval et son écu (p. 87), couleur dont la plurivalence ne permet pas, d’emblée, de se prononcer sur celui qui l’arbore. Le chevalier « charreté », loin de se taire comme le faisait Lancelot, se lamente et prie :

« Ha, Diex, qui me deliverra ? » (p. 87.)

24mais ne proteste pas lorsque le nain qui conduit la charrette répond à une question d’Artus (dont la formulation ne dissimule pas le fond de sa pensée : « Qu’a forfet cis chevaliers ? ») qu’il a fait « altant come li autre ». Il n’y a donc pas lieu d’être surpris si, à cette réponse, un grand silence se prend à régner sur la cour : première réponse négative donnée à celui qui implore avant le refus articulé au nom de tous par le roi lorsque le chevalier dit que, pour le délivrer, le seul moyen est que quelqu’un vienne prendre sa place :

« Ce ne troverois vos hui. » (p. 87.)

25Pendant sa traversée de la ville, le chevalier subit moqueries et avanies de tous (pp. 87-88). Le seul à manifester quelque émotion est Gauvain (à qui on raconte l’incident) ; encore est-ce uniquement parce que cela lui rappelle Lancelot :

Et il comence a plorer et dist que maleis soit qui charete establi a tel mestier, si li menbre que Lancelos i monta. (p. 88.)

26Pendant le repas, la charrette revient à la cour et le « charreté » qui en est descendu va pour s’asseoir parmi les chevaliers. Ils le repoussent de place en place et il est réduit, à s’asseoir avec les écuyers. Cependant, quelqu’un va lui tenir compagnie, et c’est rien moins que Gauvain, le parangon de la chevalerie arthurienne. La raison qu’il en donne apparaît quelque peu formelle :

… dist qu’il li fera compaignie, puis que chevaliers est. (p. 88.)

27Peut-on faire l’hypothèse que le souvenir de Lancelot sur la charrette, qu’il vient d’évoquer, lui a rappelé aussi qu’on pouvait se trouver sur une charrette sans avoir pourtant rien accompli de déshonorant ? Et donc qu’il peut y avoir loin de l’apparence à la réalité ? L’ensemble de la cour, en tout cas, est bien loin de cette sympathie et de cette (possible) réflexion. A nouveau, le roi se fait son porte-parole en signifiant à Gauvain « qu’il a forfet le siege de la Table Ronde » (p. 88) :

Et mesire Gauvain li remande ariers que s’il est honis por la charete, donc est Lancelos honis ne après son honissement ne velt il nul honor avoir. (p. 89.)

28La réponse de Gauvain montre que la référence à Lancelot est à la fois d’ordre amical et éthique. Gauvain se refuse à ce qu’on ait meilleure opinion de lui que de Lancelot parce qu’il a toute confiance en lui et qu’il se le représente comme incapable d’un acte honteux. Selon Cicéron (De amicitia), repris par Aelred de Rielvaux, la véritable amitié ne peut se nouer qu’entre hommes de bien ayant en vue le bien de l’autre.

29Aussitôt d’ailleurs, un renversement de discours (et de rapports) se produit. Le chevalier « charreté » se mue en donneur de leçons : il adresse des reproches à ceux qui, le considérant comme un suppôt du mal, s’estimaient sans hésitation supérieurs à lui et fondés à le mépriser. Il s’en prend au roi qu’il accuse d’avoir manqué à ses devoirs, faute d’autant plus grave que c’est à lui qu’il revient de donner l’exemple :

« Et sachiés que vos estes li plus faillis et li plus recreans qui onques fust. »
(p. 89.)

30Discours de l’homme en peine venu chercher de l’aide auprès de celui qui, avec l’aide de ses barons, se fait gloire de ne jamais éconduire un suppliant, si difficile à fournir que soit l’aide demandée, et qui, ici, a fait défaut. Ce n’est pas la première fois : on se rappelle que, jadis, Artus a manqué à ses devoirs de seigneur en ne secourant pas le roi Ban de Benoÿc, le père de Lancelot, dans la guerre que lui faisait Claudas de la Terre Déserte ; on se rappelle aussi comment un chevalier « enferré » s’était vu refuser l’aide du roi et de tous ses chevaliers, alors que seul le jeune Lancelot avait accepté de tenter l’impossible. Impossible « physique » alors : celui qui relevait le défi semblait ne pouvoir échapper à la mort du corps. Ici, c’est, sous la forme de la honte, la mort sociale (son exclusion de la Table Ronde) et le mépris de tous auxquels Gauvain s’est exposé.

31C’est au tour du chevalier « charreté » de défier le roi (il part avec son cheval, il promet de lui prendre plus à l’avenir, s’il en a l’occasion, p. 89, paragr. 14) et toute la cour : il appelle en combat singulier quiconque s’aviserait de « laidenger » monseigneur Gauvain et de « le tenir por honi » (p. 89) pour s’être assis à la même table que lui. Et ce ne sont pas vantardises d’un homme justement méprisé. Tour à tour, l’inconnu abat plusieurs des plus valeureux chevaliers de la cour : Sagremor (p. 90), Lucan le bouteiller (p. 91), Bedoier et Girflet (même page), Kex (pp. 91-92). Le récit de ces combats, de plus en plus brefs, donne même l’impression d’une facilité grandissante. A chaque fois, le vainqueur garde pour lui le cheval de son adversaire, avérant ce qu’il avait annoncé au roi – qu’il s’approprierait de ses biens – : Gauvain est certes fondé à commenter ironiquement :

« De plus honis en i a. » (p. 92.)

32Plus sérieusement, la charrette revient à nouveau, portant cette fois une demoiselle qui fait, elle aussi, honte au roi Artus en explicitant sa faute et celle de la cour :

« Rois Artus, l’en soloit dire que nus desconseilliés ne nule desconseillie ne venoit saiens qui conseil n’i trovast, mes bien i pert que c’est mençonge, kar li buens chevaliers s’en est alez ne onques n’i trova qui en la charete montast por lui : si i avez plus honte que honor, kar il en a mené .VI. de vos chevals malgré vostre » (p. 92.)

33Pour la délivrer à son tour, dit-elle, il faudrait que quelqu’un prenne sa place. C’est Gauvain qui l’a interrogée et qui, aussitôt, se précipite :

« En non Dieu, je i monterai por le buen chevalier qui i monta. » (p. 92.)

34Il n’était pas là lors de l’arrivée du « charreté » à la cour. Aurait-il eu, en souvenir de Lancelot, d’emblée la même attitude ou ne l’a-t-il qu’a posteriori, convaincu par les exploits de l’anonyme ? Nous ne le saurons pas. Mais ce qu’on voit, c’est s’opérer un nouveau classement des chevaliers. Gauvain se comporte honorablement, mais il est devancé par deux autres héros, Lancelot et l’inconnu, dont la demoiselle révèle la parenté :

« Il est jovenes enfes de .XXI. ans et fu chevaliers novials a Pentecoste et est cosins germains Lancelot et freres Lionel. » (p. 93.)

35Quant à Artus, il est loin derrière :

« Rois Artus… tu ne deuisses pas avoir failli al chevalier, ains i deuisses estre saillis, kar il n’i estoit montés fors por l’amor de Lancelot qui por cele dame i monta et fist ce que tu n’oissaises enprendre por li qui ta fene est. » (p. 93.)

36De Lancelot affrontant le déshonneur pour l’amour de sa dame à Bohort (puisque tel est son nom) le risquant pour l’amour de Lancelot, lequel est le plus remarquable ? La jeunesse du dernier ferait peut-être pencher la balance en sa faveur : comme dans la quête du Graal, le moins expérimenté est le premier. « Novissimi erunt primi ». Le jeune chevalier est preux mais sage aussi : il rapporte les chevaux à Artus. Quant à la « demoiselle », ce n’est pas, en réalité, une malheureuse « desconseillie », mais la demoiselle du lac, « qui Lancelot norri et lui (= Bohort) et Lionel » (p. 94). Celle sur qui encore Guenièvre comptait pour avoir des nouvelles de Lancelot et pour le sauver va bien jouer ce rôle (p. 94), mais elle est surtout venue donner à la cour cette leçon de vraie (sainte ?) chevalerie conforme à celles qu’elle avait jadis prodiguées à Lancelot. Elle est enfin entendue. Tous, le roi, la reine, les barons rattrapent la charrette sur laquelle se trouve Gauvain et y montent à leur tour (p. 94). Parlant de Lancelot, la dame du lac disait :

« … por lui devroient estre charetés honorés a tos jors mes. » (p. 93.)

37et l’auteur ajoute :

… ne des lors en avant, ne fu nus hom dampnés mis en charete… (p. 94.)

38L’aventure du héros, redoublée au vu et au su de la cour a donc valeur exemplaire et générale. En cela aussi qu’elle parle non d’une passion rare mais de l’amitié que des chevaliers doivent se porter entre eux et du devoir qu’ils ont de venir en aide à plus faible qu’eux (le chevalier attaché, la demoiselle « desconseillie ») ; devoir qui s’étend au-delà même du cercle de la chevalerie, puisqu’on voit la reine y entrer.

39Tout le texte semble aussi fondé sur une dénonciation de l’écart possible entre apparence et réalité. La culture de la honte (voir l’emploi fréquent de termes comme « honir », « honi », « honte ») dont le fondement est le regard porté sur quelqu’un par autrui nous y apparaît comme remise en question. Bohort n’a rien fait de honteux, non plus que Lancelot. Bien au contraire : ils ont agi par amour et sont capables de tous les exploits guerriers qui définissent au premier chef le chevalier. Ils n’ont donc pas sujet d’avoir honte d’eux-mêmes ni de leur acte puisqu’ils ne sont coupables de rien à leurs propres yeux. Les fautifs sont, au contraire, ceux qui les méprisent. La culture de la culpabilité, liée à un sentiment de responsabilité personnelle, s’instaure-t-elle ici ? Il est décevant de devoir répondre « pas encore ». Il serait faux d’affirmer le contraire, dans la mesure où la charrette est aussitôt remplacée :

… ains avoit en chescune vile un viel roncin sans coe et sans oreilles, si i montoit l’en cels que l’en voloit honir et si les menoit l’en par totes les rues. (p. 94.)

40Lors d’une prochaine aventure, tout pourrait donc recommencer ; or, nous ne verrons pas Lancelot, Bohort, Gauvain confrontés à l’épreuve du canasson sans queue ni oreille.

41Mais, on le sait, la cour arthurienne sera, collectivement, incapable de changer ce système de valeurs. Elle n’a d’ailleurs plus beaucoup de temps pour le faire comme le dit la dame du lac à Artus :

« … ta cors aproche de delivrer, si prendront fin les aventures… » (p. 92.)

42On peut voir, dans ce déplacement insuffisant de la charrette au cheval, qui confond le signe et le signifié, l’incapacité profonde d’Artus et des siens à passer à un autre mode d’appréhension des valeurs. Seuls, à titre individuel, certains y arriveront – ici Lancelot, Bohort et Gauvain. Mais, dira-t-on, pourtant, toute la cour monte sur la charrette. Oui, comme tous les chevaliers jureront la quête du Graal et s’y engageront sans en avoir compris les exigences bien que celles-ci leur aient été clairement annoncées lors de la Pentecôte. Seuls, les deux derniers venus, et pas ou si peu passés par la cour, Perceval et Galaad, le « novissimus » de la charrette, Bohort, et à un moindre degré celui qui y est monté pour un amour plus traditionnel, Lancelot, en auront une idée plus ou moins approfondie. Gauvain qui, ici, agit plus par un conformisme au demeurant respectable dans son ordre (faire comme Lancelot, ne pas s’estimer supérieur à lui) qu’en fonction d’une découverte propre, restera, à son tour, en arrière.

43L’horizon de la quête du Graal, évidemment absent du roman de Chrétien de Troyes se dessine donc nettement dans le Lancelot. Ce sont les deux versions de l’aventure du cimetière qui illustrent ce troisième écart.

  • 4 Trouvaille du peigne de la reine, rencontre du chevalier qui veut enlever la jeune fille qui accom (...)

44Chez Chrétien de Troyes, celle-ci, qui se situe le troisième jour de la quête, ne suffit pas à remplir une journée. C’est à « none » (v. 1836), après une matinée et un début d’après-midi déjà bien occupés4 que Lancelot parvient à un « mostier » que jouxte un cimetière. Ce cimetière a ceci de particulier que s’y alignent les tombes de futurs morts, entre autres celles de Gauvain et Yvain. Une autre, anonyme, porte une inscription qui désigne seulement comme libérateur des captifs du pays celui qui parviendra à soulever la dalle « marbrine » qui la recouvre, laquelle est fort lourde :

« Et sachiez que c’est chose certe
Qu’au lever covandroit set homes
Plus forz que moi et vos ne somes. »
(vv. 1696-1698.)

45Lancelot accomplit l’épreuve et apparaît donc comme celui qui va arracher au pays de Gorre les exilés de Logres détenus de force par Méléagant. Lui-même découvre ainsi une nouvelle dimension à sa quête (si son but demeure la délivrance de Guenièvre, la conséquence en aura une portée collective). Par la même occasion, honneur est rendu au « chevalier charreté » par une autorité dont personne ne songe à contester l’authenticité, même si son origine demeure, elle aussi, non explicite. Le voisinage de la tombe gravée (l’ermite, le « mostier ») introduit indéniablement le motif d’une désignation par la toute-puissance d’En-Haut : on passe ainsi de Lancelot l’amoureux à Lancelot l’élu. Cependant, cela n’est qu’indiqué et s’inscrit dans le cadre de la quête amoureuse qui acquiert seulement une dimension qui la dépasse. Moins de 200 vers auront suffi au récit de l’aventure.

46La structure de l’aventure est toute différente dans le Lancelot. Certes, là aussi, c’est dans l’après-midi, et après un début de journée aussi bien rempli pour le moins, que Lancelot arrive « a une maison de religion » (p. 31)… non dépourvue de connotations chevaleresques : parmi les religieux retirés là, il y a un de ses oncles qui, jadis, dans le monde, fut un preux chevalier ; mais en même temps, c’est un exemple, de chevalier passé des valeurs terriennes aux célestielles qui est présenté sinon proposé en exemple au héros. Le cimetière aligne des tombes de chevaliers morts – en cela, il est plus banal que celui de Chrétien de Troyes –, mais la première dont la présence est signalée est celle de l’ancêtre Galaad :

… le menor fiz Joseph de Barimatie, celui qui fu engendrez en Sorelice qui puis fu apeles Gales por lui, kar il i fist la lei en non Nostre Seignor Jhesu Crist. (p. 31.)

47Personnage donc dont la mission a été d’ordre religieux, et dont Lancelot a reçu le nom en baptême avant qu’il ne s’appelle Lancelot. Par la mention de son père, « Joseph de Barimacie », c’est aussi la mémoire du Christ lui-même qui est d’emblée suggérée. Et si cette tombe porte gravée une inscription semblable à celle que l’on trouve chez Chrétien de Troyes (p. 31), elle est de plus à mettre en relation avec une prophétie de Merlin :

… et de ce avoit Merlin profetisié que, si tost comme la lame Galaad seroit levee, si en seroit ses cors aportés en Gales ; et si tost com ses cors en seroit fors, si vendroit li delivremens as enprisonés. (p. 32.)

  • 5 Lors du passage de Gauvain, l’auteur l’évoquera négativement (il n’est ni or, ni pierre précieuse, (...)

48La quête de Lancelot mettra donc fin à un triple exil : celui de la reine, des prisonniers de Gorre et de Galaad. Exil des corps, mais le troisième met cependant directement Lancelot en relation avec un saint personnage. Mystérieusement avertis, des « rendus » arrivent juste à temps pour l’aventure de la tombe (pp. 33-34). Pas question, ici de tombe « marbrine », mais d’un matériau-énigme aux yeux des hommes… comme le Graal au château de Corbenyc5 :

Laiens avoit .II. lames sor .II. tombes ; si estoient assez merveilloses, kar nus ne savoit de quoi eles estoient. (p. 32.)

49Elles sont deux en effet, et pas une comme chez Chrétien de Troyes. La deuxième, dans une crypte (p. 32) est celle de Symeu « qui fu peres Moysi, a celui dont li cors gisoit en la Dolorose Tombe de la sale as grans poors dont li grans conte parole del Graal » (p. 32). La présentation des deux tombes se conclut sur deux éléments importants : les deux « aventures » dont elles sont le siège, seront accomplies par deux chevaliers différents mais appartenant à un même lignage (p. 32). Enfin, le caractère sacré du lieu est bien explicité, contrairement à ce qui se passait chez Chrétien de Troyes :

Et li mostiers avoit non li Sains Cimetieres por les sains cors qui i gisoient… (p. 32.)

50C’est le lendemain matin seulement, après qu’il a entendu la messe et s’apprête à partir, que les religieux parlent d’abord à Lancelot de la première tombe. Introduit au cimetière, Lancelot « saisist la lame, si la lieve en haut, sans lui grever » (p. 33) : pas question, ici, de démonstration de force. Si cette réussite le désigne bien comme celui qui délivrera les prisonniers du Royaume sans retour, selon l’inscription après l’annonce de Niniène, le récit met plutôt l’accent sur la vision qu’offre le cadavre dans la tombe :

… il voit dedens le cors d’un chevalier tot armé : si est encore li haubers autresi blans comme le jor que l’en le vesti premierement, et li hialmes et li escus autresi fres et luisans comme le jor qu’il furent fet ; et l’espee estoit tote nue sor lui del lonc, si paroit en pluisors liex estre sanglente de fres sanc, et li escus d’or a une vermeille crois… (p. 33.)

51L’état de conservation du cadavre fait évidemment penser à un miracle destiné à honorer un « cors saint » désigné comme celui d’un chevalier (les armes) et d’un roi, mais avant tout d’un roi chrétien (voir l’inscription) et saint (il se dégage de lui cette bonne « odeur de sainteté », p. 33). Dans tout cela, il n’est plus question de la portée chevaleresque de la quête de Lancelot – et au demeurant, qui doute de son succès à venir ?

  • 6 Pas question, ici, de la pusillanimité que l’épopée leur reproche habituellement en opposition à l (...)

52Mais l’aventure ne fait que commencer ; elle se dédouble avec celle de la tombe de Symeu. La crypte où celle-ci se trouve est un de ces lieux apparentés à l’Enfer, tels qu’on en a déjà rencontrés dans le roman : comme dans les souterrains de la Douloureuse Garde et comme à Escalon le Ténébreux, c’est d’affrontement avec le Mal (et non avec un mauvais chevalier) qu’il va s’agir. De la crypte sort de la fumée ; c’est, dit le religieux, le plus « felon lieu » et « le plus hisdeus » (p. 34) « qu’il ot onques veu ». Si la crypte est elle-même obscure (« noire et obscure », p. 34), la tombe à laquelle on accède par un escalier qui descend (vers l’abîme) est située dans une chambre où règne une clarté éblouissante. Mais celle-ci ne naît pas du soleil du jour et de Dieu mais de flammes dont la valeur infernale est soulignée par la puanteur dégagée (p. 34). Feu et fumée (association du rouge et du noir), puanteur, toutes les suggestions infernales, et démoniaques y sont : c’est bien pour cela que les moines, dans leur peur6, se sont refusés à accompagner Lancelot et que lui-même commence par reculer : (« il se trait arriere sans fere plus », p. 34). Cependant, se reprenant, il s’avance, mais protégé de quelle arme inadéquate :

Lors s’adresce a la tombe et cuevre le vis de son escu por la flambe. (p. 35.)

53Si nous avons évité jusqu’ici de compter les cris qui se dégagent aussi de la tombe au nombre des éléments qui caractérisent ce lieu comme enfer, c’est qu’en fait ils ne sont pas démoniaques : ils sont ceux d’un pécheur (Symeu fait pénitence de ses péchés dans ces flammes qui le torturent), mais d’un pécheur repentant et soumis à la volonté de Dieu (p. 36). Une « vois » annonce d’emblée à Lancelot que cette aventure dépasse ses forces :

« Fui, va arriere, kar tu n’as ne le pooir ne le congié de ceste aventure achever. » (p. 35.)

  • 7 Cette corruption serait due non à une faute personnelle de Lancelot, mais à un péché de son père, (...)

54et lui demande pourquoi il s’est écrié « Diex, com grant damage ! » quand il a pénétré dans ce lieu. Lancelot dit qu’il a voulu ainsi stigmatiser son mouvement de recul, lâcheté indigne, selon lui, d’un chevalier. Symeu va donc lui expliquer comment il a dit là une vérité mais pas celle qu’il croyait. Dans l’ordre du célestiel, où se situe cette aventure, comme ce sera le cas constamment dans la quête du Graal, ce n’est pas le langage, ce sont les valeurs qui sont changées. Le « damage », c’est qu’il est un « home corrumpu7 » (p. 37) et que, pour cela, il ne peut ni libérer Symeu de sa tombe ardente (il ne peut être le libérateur de cette âme captive) ni mener à fin les aventures de Bretagne après s’être assis à la Table Ronde sur le Siège périlleux (p. 36, paragr. 39, qui reprend le contenu de p. 32, paragr. 29) : il y faut une intégrité dont il est dépourvu. Comme il veut cependant tenter l’aventure, Symeu lui ordonne de se protéger au mieux : contre le feu, il faut user de l’eau, mais pour supporter cet incendie surnaturel (à la fois symbole et châtiment du péché), il faut une eau sanctifiée – et pas seulement ordinairement bénite :

« … prenés en cele piere de marbre qui est sor moi a destre l’eve que vos i troverois, kar c’est l’eve des mains au lavement al provoire, après ce que il a usé le cors Jhesu Crist. » (p. 37.)

55Le rapprochement avec le Christ fait de cette scène une prophétie, mieux une « représentation » (mimêsis) des scènes du Graal. Si l’écu de Lancelot ne peut constituer un écran suffisant et deviendrait même dangereux (« Ostés vostre escu, kar autrement seriés vos peris », p. 38), ce n’est pas tant à cause de la température dégagée par la flamme qui, chauffant à blanc le métal, brûlerait le chevalier (le haubert, toujours porté, lui, tombera en morceaux, mais sans le blesser), mais parce qu’il est arme des hommes et non « arme de Jhesu Crist ». L’échec de Lancelot a aussi valeur d’avertissement pour tous ceux qui voudraient se risquer à tenter l’aventure : il ne s’agit pas là d’être le meilleur chevalier au sens terrien (Lancelot l’est assurément), mais le plus pur et le plus parfait moralement ; répondant à une question des moines sur son échec, Lancelot dit :

« Certes molt sera preudon qui la levera, et sachés qu’encor n’est il nus buens chevaliers. » (p. 38.)

56A cette nouvelle aune, il n’y a en effet pas encore de « bon » chevalier, il faudra attendre Galaad pour que ce titre soit mérité. Avec Lancelot, sont donc disqualifiés tous les Gauvain, Yvain, etc. En même temps on sait ce qui est en cause : Bohort et Perceval (ce dernier non encore apparu dans le roman) seront en effet plus parfaits que Lancelot, Galaad (encore à naître) poussera ces vertus jusqu’à la perfection :

« Cil sera buens et biais et de si vertuoses teches que, si tost com il mettra le pié dedens ceste chambre, estaindra ceste anguoissose flambe qui ci art et degaste m’ame et mon cors. » (p. 36.)

57Cela dit, la leçon adressée à Lancelot n’est pas que condamnation. On lui annonce qu’il n’accomplira pas les plus saintes aventures, mais on ne le décourage pas pour autant de poursuivre sa vie aventureuse. L’aventure même des deux tombes le montre à la fois qualifié (par son succès à la première) et disqualifié (par son échec à la seconde). Le discours de Symeu se ramène à cette dialectique du succès et de l’échec, ou plus exactement, du plus et du moins, non du oui et du non :

« … si ne dis preu de dire “com grant damage” de ce que tu n’es pas li mieldres des buens, mais de tel cors et de tel vertu comme tu as, enpren besoigne a achever, kar cil qui sera buens chevaliers n’est pas encore avant venus… » (p. 35.)

  • 8 Le vocabulaire du (lieu) (ou du moyen) purgatoire n’est pas utilisé mais c’est bien de cela qu’il (...)

58La quête du Graal, avec Lancelot, Bohort, Perceval et Galaad, participera de cette conception de la vocation et de l’élection. Surtout, il faut rappeler que, même parmi ceux qui ne feront rien dans la quête du Graal et qui, avant cela, ne connaîtront qu’échecs et humiliations dans leur(s) passage(s) au château de Corbenyc, certains, tel Gauvain, seront cependant sauvés (Mort Artu) : l’échec de Lancelot à la tombe de Symeu le disqualifie comme Sauveur mais ne fait pas de lui un damné (non plus que de tous ceux qui après lui échoueront auprès d’autres tombes ardentes ou cuves ou fontaines bouillantes) ; il le montre seulement comme pécheur, à l’instar de Symeu qui, lui-même, ne doute nullement d’être sauvé – il dit que la flamme qui le dévore est purificatrice8 :

« … por un pechié dont je meserrai vers mon creator si en sui tormentés ame et cors en ceste tombe que Diex ne velt que je soie tormentés en l’autre siecle. » (p. 36.)

59et qu’il attend celui dont la grâce lui sera également nécessaire pour être libéré, le médiateur, le saint qui lui donnera communion à ses mérites.

60On voit donc comment, malgré une grande fidélité au texte de Chrétien de Troyes dans le récit et la présentation des personnages, le Lancelot procède à une nouvelle « conjointure » du conte qui lui donne un autre « san », à moins que ce soit ce nouveau sens qui entraîne le renouvellement de l’écriture. A l’aventure individuelle s’ajoute une aventure de portée collective. Au-delà de l’aventure singulière, amoureuse et profane, s’en profile une autre, charitable et sacrée. A la délivrance de Guenièvre (par amour) et des captifs de Gorre (par chevalerie), s’ajoute celle à venir de Symeu, et se dessine la (proche) fin des aventures que n’accompliront ni Artus, le roi de la Table Ronde, ni ses chevaliers les plus anciens, mais les derniers venus et ceux qui sont encore à venir, restés plus purs parce que plus longtemps à l’écart d’une cour vieillie dans la décevante Histoire, et qui a oublié partie de ses devoirs fondamentaux ou s’accommode de ne plus les accomplir (l’absence de secours aux suppliants, pourtant la fonction que, dès l’origine des temps, Dieu avait fixée à la chevalerie selon les enseignements initiatiques de Niniène à l’enfant Lancelot). Comment ceux qui ne voient pas plus loin que le timon d’une charrette ou la queue pelée d’un cheval pourraient-ils supporter la vue du Graal « tot a descovert » ? Comment ceux qui sont incapables de distinguer par eux-mêmes entre apparence et réalité pourraient-ils être capables de s’avancer en direction de ce que le cœur humain ne peut concevoir ni les mots humains exprimer ?

61Editions utilisées et citées en référence : Le Chevalier de la charrete, éd. par M. Roques, Paris, 1970 ; Lancelot, éd. par A. Micha, t. 2, Paris-Genève, 1978.

Notes

1 Introduction à l’édition, pp. xxv-xxvi.

2 Il faut lui ajouter le comte Guinable (v. 214) qui est le seul à entendre une réflexion que la reine se fait à elle-même. Mais cette notation demeurera sans suite.

3 En renchérissant sur le personnage de Chrétien de Troyes puisqu’il n’hésite même point l’espace de deux pas.

4 Trouvaille du peigne de la reine, rencontre du chevalier qui veut enlever la jeune fille qui accompagne Lancelot, arrivée dans le pré où Lancelot est honni par l’assistance, intervention du père du chevalier « ravisseur » pour qu’il renonce à affronter Lancelot, chevauchée jusqu’à l’ermitage.

5 Lors du passage de Gauvain, l’auteur l’évoquera négativement (il n’est ni or, ni pierre précieuse, etc.) incapable de dire, positivement, ce qu’il est.

6 Pas question, ici, de la pusillanimité que l’épopée leur reproche habituellement en opposition à la bravoure du chevalier.

7 Cette corruption serait due non à une faute personnelle de Lancelot, mais à un péché de son père, « ce qui ne paraît nulle part ailleurs dans notre roman », comme le signale A. Micha (Lp. t. 2, p. 37, note au paragr. 40). Gardons-en donc seulement l’idée d’une imperfection spirituelle du héros qui le rend incapable de libérer non un corps prisonnier mais une âme captive.

8 Le vocabulaire du (lieu) (ou du moyen) purgatoire n’est pas utilisé mais c’est bien de cela qu’il s’agit. Nous ne sommes qu’au début du xiiie siècle ; le succès du Purgatoire est encore à venir (Voir J. Le Goff, L’Histoire du Purgatoire).

Notes de fin

* Paru in Amour et chevalerie dans les romans de Chrétien de Troyes, Littéraires 5, Université de Besançon, 1995.

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540