Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

Du laid comme signe dans l’architecture ecclésiale : du diable de la façade occidentale de Chartres et de quelques autres laideurs au midi

Michèle Vauthier

Texte intégral

  • 1 Ps. DENYS Lesl Noms divins, chap. IV, § 7, 704 A, éd. Maurice de GAND1LLAC, Aubier, Paris, 1943. p. (...)
  • 2 PLATON, Rep., V, 457 b ; Lois, II, 667 b-c.
  • 3 Ce sujet est au cœur du traité De duabus animabus.

1Les personnages laids sont nombreux dans l’iconographie ecclésiale du Moyen-Age, qu’ils soient polymorphes, tordus, bossus, grimaçants ou atrophiés et bancales. Dans un premier regard, ils peuvent paraître simples à considérer. En effet, dans la perspective chrétienne des bâtisseurs de cathédrales, le Beau n’est pas seulement l’Un néo-platonicien ou aristotélicien, c’est-à-dire Unité, principe universel1, Harmonie, objet de contemplation pour l’intelligence2. En vertu de l’Incarnation, le Beau est le Christ, Dieu fait homme, l’homme parfait. L’homme originel est beau puisqu’il est fait “ad imaginent suam (Gen 1,26). Le sculpteur du portail de la Sagesse, à Chartres, a mis cette affirmation théologique en image avec force dans les voussures consacrées à la Création ; le visage du Créateur et celui de l’homme y sont deux figures jumelles. Saint Augustin puis Boèce le dirent autrement en guise d’exégèse : toute beauté vient de Dieu et participe à celle de Dieu3 ; toute beauté consiste dans l’identité ou la proportionnalité. Toute laideur, en conséquence, est une moindre participation au plan divin et, moraliter, il existe un laid absolu qui est celui du refus de Dieu, celui de Satan.

2Peut-on dire pour autant que toute représentation du diable n’est qu’une manière esthétique de montrer ce refus ? Qu’y a-t-il de commun entre chacune d’entre elles à une époque donnée ? Pendant la période médiévale en particulier, existe-t-il un lien entre ces diverses figures posées sur les cathédrales et les personnages laids des romans ?

3Ces questions sont moins simples qu’il n’y peut paraître si l’on en juge par l’attitude des auteurs en langue romane à l’égard de ce qu’ils évoquent ou décrivent. Parmi ceux-là, nous ne prendrons ici pour référence que le maître des romanciers du xiième siècle, Chrétien de Troyes. Dans un regard impartial, et quelle que soit l’époque, le gardien des essarts du Chevalier au Lion s’impose comme laid :

  • 4 CHRETIEN de TROYES, Le Chevalier au lion, éd. Mario ROOUES, d’après la copie de Guiot, Bibl. Nattio (...)

[...] Ot grosse la teste
plus que roncins ne autre beste,
chevox mechiez et front pelé,
s ’ot pes de deus espanz de lé,
oroilles mossues et granz :
autiex com a uns olofanz,
li sorcix granz et le vis plat,
ialz de çuete, et nes de chat,
boche fondue come lous,
danz de sengler aguz et rous,
barbe rosse, grenons tortiz,
et le manton aers au piz,
longue eschine torte et boçue. (vv. 293-305)4

  • 5 CHRETIEN de TROYES Le Conte du Graal, éd. William ROACH, d’après le Ms fr. 12576 de la Bibliothèque (...)
  • 6 CHRETIEN de TROYES Le Chevalier au lion, op. cit., v. 288.
  • 7 ibid, v. 799.
  • 8 CHRETIEN de TROYES Le Conte del Graal, éd. cit., vv. 4618-4619.
  • 9 “En non Dieu, fait li notoniers,
    [...]
    Vos oïssiez ja tels noveles
    Qui vos anuiassent molt fort,
    Se ne (...)
  • 10 “S’eschace n’est mie de tramble,
    Fait mesire Gauvains, par foi.
    Car molt estbel ceque g’i voi.” (vv. (...)

4La demoiselle hideuse qui surgit à Carlion, montée sur une mule, dans le Conte du Graal ne l’est pas moins5. Dans le même récit, l’échassier posté à l’entrée du Palais des Reines rivalise en laideur avec les deux personnages précédents à cause de son pilon baroque et grotesque. L’auteur ne semble pourtant pas les considérer également et se montre nuancé à leur propos. Le gardien des taureaux et la demoiselle sur la mule sont décrétés laids d’office. L’un est “uns vileins [...] leiz et hideus a desmesure, [...] tres leide criature6, oevre leide et vilainne7. Onques rien si laide a devise / Ne fu neïs dedens enfer8 que l’autre. A leur différence, l’unijambiste posté au bas des escaliers du palais d’Ygerne ne fait l’objet d’aucune appréciation esthétique, lorsqu’il est considéré dans la totalité de sa personne. Il est seulement réputé “riche” (v. 7670) et dangereux9. Plus encore, sa jambe artificielle fait paradoxalement l’admiration de Gauvain qui s’émerveille devant la beauté des pierres enchâssées dans le métal10.

  • 11 Lorsque, chez d’autres auteurs tel Benoît de Sainte-Maure, la quasi totalité de l’action se déroule (...)

5Ce sentiment est d’autant plus remarquable que l’échassier est un personnage lié sinon à l’enfer, du moins à l’un de ses avatars puisqu’il demeure dans une contrée où le fils de Lot, lors d’une sorte de catabase, retrouve sa mère et sa sœur décédées depuis plusieurs décennies. Or, dans le reste du conte, comme chez d’autres auteurs de la même époque11, c’est à la laideur que l’Hadès est associé. Ainsi pour évoquer l’aspect détestable de la pucelle à la mule, Chrétien s’exclame-t-il :

  • 12 Un tour d’horizon de la production littéraire de l’époque nous mènerait trop loin, et nous écartera (...)

Onques rien si laide a devise
Ne fit neïs dedens enfer. (vv. 4618-19)12

  • 13 Conte du’Graal, vv. 4611, 4614, 4639, 4640.
  • 14 Conte du Graal,vv. 7651, 7657, 7660,7665, 7670.
  • 15 Chevalier au Lion, vv. 286, 292, 312.

6Il est remarquable en outre de constater avec quelle insistance Chrétien affirme l’humanité de ces différentes créatures : celle juchée sur sa mule est dite “damoisele à quatre reprises13, l’“escacier est pareillement nommé cinq fois14. Plus encore, le “vilain — ainsi nommé trois fois15 — s’affirme comme créature humaine :

[...] Il me dist qu’il ert uns hom.
“Quiex hom ies tu ?—Tex con tu voiz ;
si ne sui autres nule foiz [...]
Einsi sui de mes bestes sire ~ (Chev. au lion, vv. 327-330 ; 355)

7Pour tenter d’approcher la perception que l’homme médiéval peut avoir de cette (ou de ces) laideur(s), il nous semble nécessaire de remettre la question dans son contexte culturel et de nous en référer au lieu où, par excellence dans la foi, demeure la source de toute beauté en son tabernacle, la domus Dei, l’église ou la cathédrale, où l’homme n’hésite pas à poser l’image de Satan. Plus précisément et à titre d’exemple, nous comparerons ici une figure considérée comme étant celle du Malin, apparemment isolée sur le mur occidental de la cathédrale de Chartres avec celles qui sont insérées dans un programme iconographique situé sur le portail méridional du même édifice. Nous les situerons ensuite dans l’ensemble architectural. Nous tâcherons enfin d’en saisir le rôle et la valeur pour apprécier la perception du laid chez quelques-uns des hommes de cette époque.

8Sur la façade occidentale, au bas de l’extrémité droite de l’archivolte du portail droit du Portail Royal, près du clocher vieux, un être est tapi dans le creux de la pierre (fig. 1). On n’en peut discerner que la tête et l’extrémité des membres antérieurs. L’abbé Guy Villette en propose la description suivante :

  • 16 Guy VILLETTE “Le diable caché du Portail Royal” dans La Cathédrale de Chartres, œuvre de haut savoi (...)

“Le plus grinçant des démons de l’art roman, cornu, le nez en croupion de poulet, la denture en dents de scie, les pattes disposées à la façon d’un lion sur le point de bondir”16

  • 17 1 Petr., 5, 8.

9Cette assimilation du diable au lion s’appuie, chez le même auteur, sur une ligne de la première épître de saint Pierre où l’animal est comparé à Satan prêt à tout dévorer – “adversarius vester diabolus tanquam leo rugiens ... quaerens quem devoret.17

  • 18 Dedisti clipeum, Ars. 2058, f. 35 r = Maz. 788, f. 71 v 1 ; cité par Michel ZINK La prédication en (...)

10Nous savons bien, au demeurant, que le diable n’a pas le monopole de la figure du lion. Certains de ces animaux portent même parfois la croix en étendard à l’extrémité de la queue, tel cet animal de la crypte de Canterbury. Ils représentent alors le Christ. La même figure, verbalisée, surgit également sous la plume des écrivains ecclésiastiques. C’est ainsi que l’auteur du sermon Dedisti clipeum déclare que tout chrétien doit porter un lion sur son bouclier18. De même, Fulbert de Chartres assimile métaphoriquement le Christ au lion de Judas dans l’hymne qu’il compose pour le temps de Pâques pour chanter la victoire de la descente aux enfers :

  • 19 [Le Christ, lion invincible, après avoir anéanti le dragon, se dresse et des accents de sa voix bie (...)

Quo Christus invictus leo
dracone surgens obruto
dum voce viva personat
a morte functos excitat.19

11Dans les bestiaires encore, le lion est roi des animaux. Comme tel, il a pour signefiance

  • 20 PHILIPPE de THAON Bestiaire 31 (cité par LANGLOIS, la vie de la France au Moyen-Age, III : La conna (...)

“le fils de Sainte-Marie, roi du monde qui, le jour du Jugement, sera terrible aux Juifs”20.

  • 21 Psaume 109 dans la Vulgate.. Pour une bibliographie détaillée, voir J. COPPENS “La portée messianiq (...)

12L’ambiguïté entre ces deux interprétations — Satan ou Christ — est levée dans le cas de la sculpture chartraine occidentale pour deux raisons au moins. D’une part, l’agressivité de la face de l’animal ne saurait être assimilée à la Miséricorde du Rédempteur. D’autre part, cette figure fait pendant à une autre, sereine celle-là, située à l’extrémité gauche de l’archivolte du portail gauche de la montée aux cieux (fig. 2), symétrique de la baie de la Vierge en majesté par rapport à l’ouverture centrale consacrée au deuxième avènement où le Christ apparaît au cœur d’une mandorle (fig. 3). Cette opposition géométrique — représentation visuelle et actualisation néotestamentaire du Psaume 11021 — enlève toute équivoque. L’horrible figure animale et menaçante de la façade occidentale est celle d’une nature mauvaise.

13La même opposition entre les deux côtés du portail se retrouve dans la baie centrale du côté méridional (fig. 4). Le Christ enseignant y est sculpté en colonne sur le trumeau qui sépare les deux battants de la porte. Il est à nouveau représenté sur le tympan, cette fois-ci en juge trônant, entouré de la Vierge et de saint Jean. A sa droite, à l’extrémité des voussures, des anges accompagnent des silhouettes humaines au visage serein, à l’égal de la petite figure finissant la baie occidentale de la montée aux cieux (fig. 5). A sa gauche, d’autres personnages sont entraînés par des créatures polymorphes dont les composantes rappellent fortement ce que décrivent les bestiaires aux chapitres des démons : têtes d’âne et pattes de lion, bonnet d’âne et ventre à visage humain grimaçant, tête de bouc et pattes de coq (fig. 6).

  • 22 C’est un des sujets au centre du De carne Christi et du De anima de Tertullien, du De Spiritu sanct (...)

14Placées à la gauche du Christ, toutes ces figures hideuses s’affichent comme des silhouettes de diables. Leur représentation anthropomorphique ne doit pas nous surprendre puisqu’un bon nombre des Pères de l’Eglise admettent la corporéité des anges bons ou mauvais22. Il s’agit pour nous de comprendre les raisons pour lesquelles l’homme médiéval les a représentés en ces endroits précis de l’édifice et ce qu’une répartition sur des parois différentes peut nous apprendre des modes de pensée de l’époque.

15Toute église et toute cathédrale obéit à un schéma structurel dont le sens est lié à une attente eschatologique précise qu’il nous faut rappeler.

16En premier lieu, l’édifice est un vaisseau de lumière — vive et blanche chez les cisterciens, plus tamisée par la couleur chez les autres. Il en est ainsi parce qu’au Moyen Age la lumière occupe une place très différente de celle que l’homme moderne lui octroie communément.

  • 23 AUGUSTIN De Civitate Dei, X, 2 ; XI, 7-9.
  • 24 François-Joseph THONNARD “La philosophie et sa méthode rationnelle en Augustinisme, dans Revue des (...)
  • 25 S. AUGUSTIN De Genesi ad litteram, I, X, 18.
  • 26 ibid. II, VIII, 19.
  • 27 ibid. I, II, 4.

17Quand celui-ci écoute les versets du prologue à l’Evangile de saint Jean consacrés à la lumière — “Vita erat lux hominum [...]erat lux vera (Jn I,4,6) — il entend souvent spontanément une métaphore. Pour lui, la lumière est d’abord et au sens propre un objet d’expérience sensible accessible à tout homme qui n’est pas aveugle. De cette clarté qui semble connue, il tire une image appliquée ensuite à Dieu et aux réalités spirituelles, suivant les règles de l’analogie. Au contraire, l’homme médiéval, à la suite de saint Augustin23, cherche d’abord la vérité qu’il désire comprendre24. Pour lui comme pour l’évêque d’Hippone, la lumière est antérieure à tout ordre dans la Création (Gen. I,3). Elle est “sine tempore25, antérieure au temps, constitutive de l’essence des choses26, immatérielle27. Elle est celle de la connaissance angélique et mystique. A sa différence, la lumière que nous percevons et dont nous pensons faire l’expérience principale est une analogie de la lumière véritable.

18Cette lumière est également celle de la fin des temps. En effet, dans la vision de Patmos, saint Jean rend compte de cette présence de la lumière au centre de la Jérusalem future. Là encore, les différentes clartés visibles sont dites analogues à la vraie clarté, qui dépasse et englobe le monde sensible :

“Et sustulit me in spiritu [...] et ostendit mihi civitatem sanctam Jerusalem [...] habentem claritatem Dei, et lumen ejus simile lapidi pretioso tanquam lapidi jaspidis, sicut crystallum”(Ap. XXI, 10-11).

  • 28Et vidit Deus lucem quod esset bona (Gen. 1,3). C’est ainsi, au sens premier, qu’il nous faut ent (...)
  • 29 HUGUES de SINT-VICTOR, De Sacramentis I,1, cap. XIII, P.L. 176, col. 199.

19Lorsque les bâtisseurs percent les murs de l’église pour laisser filtrer la lumière du soleil, ils évoluent et font entrer dans un monde d’analogies qu’ils connaissent comme telles pour dire une vérité de foi. Ils permettent aux fidèles de baigner dans une autre lumière angélique qui est l’apparence de celle du premier jour et de celle de la Parousie à la fois, une lumière qui est belle puisque bonne (Gen. I,3)28, “manifestum ... de omni luce utrum bona est — pour répéter Hugues de Saint-Victor29.

  • 30 Ap. XXI, 2.

20Cette même aspiration à la beauté divine se manifeste dans ce qui préside au choix des matériaux et de certains éléments de l’architecture ecclésiale. Toute cathédrale manifeste le désir de reproduire dans sa totalité la Jérusalem céleste déjà citée, “paratam sicut sponsam ornatam viro suo30.

  • 31 Ap. XXI, 12-21.
  • 32 H. SEDLMAYR, Die Entstehung der Kathedrale, Zurich, 1948. Anne PRACHE Chartres, image de la Jérusal (...)

21Le modèle suivi est celui que décrit l’évangéliste : pierres, jaspe, cristal, bases rehaussées de pierreries, mur de grande hauteur percé de portes réparties sur les quatre côtés et ouvrant sur les quatre points cardinaux31. Tout dans l’église participe de cette splendeur : les ouvertures des portes, la place des parvis, le nombre des colonnes, la couleur (aujourd’hui souvent effacée)32, l’orientation générale.

  • 33 CARMIGNAC Le mirage de l’eschalologie, Letouzé et Ané, Paris, 1979.
  • 34 THEOPHILUS The various Arts - De diversis Artibus, éd. C.R. DODWELL, Oxford Medieval Texts, Clarend (...)
  • 35Eximius prophetarum David, quem Dominus Deus praesciuit ante tempora secularia et praedestinavit q (...)
  • 36 “cuius longitudo ad orientem tendatur” (ibid. Lib. III, 1, p. 64).

22L’édifice sur lequel sont situées les images de diables qui nous préoccupent est donc avant tout, fondamentalement, une tentative de retrouvailles avec la bonté des premiers temps de la Création et une manifestation de l’attente de la révélation apocalyptique — au sens vrai du terme33 — de la beauté des derniers jours. Pour le bâtisseur, il s’agit de visualiser la parole dans l’art. Cet acte ne peut se faire que dans l’obéissance qui est le signe du désir d’une rencontre personnelle avec Dieu. C’est cette humilité qui émane encore des propos du moine Théophile, ce bénédictin d’outre-Rhin qui, dans son traité De diversis Artibus, se présente comme “humilis presbyter, servus servorum Dei, indignus nomine et professione monachi et aspire, par son travail d’artisan de la cathédrale, à la “retributionem coelestis34. Il y avertit tout homme pieux entreprenant l’édification de la Domi Dei qu’il doit — tel Salomon, et à la différence de David — non seulement désirer glorifier Dieu mais également avoir le cœur et les mains lavés de toute souillure pour offrir son ouvrage comme une mortification authentique35. La même attitude est suggérée dans le monde des maîtres verriers dont le même ouvrage nous apprend qu’ils travaillent dans un atelier orienté vers l’est, à l’instar de l’église elle-même36.

23La cathédrale n’est pas seulement une mise en mémoire de récits et de visions. II est également une tentative de transcription et de transmission de ce qui est au cœur de l’économie du salut : la beauté paradoxale de la Croix qui sauve l’humanité de sa laideur.

  • 37 Richard KRAUTHEIMER Introduction à une iconographie de l’architecture médiévale, éd. Gérard Montfor (...)
  • 38 L’expression apparaît pour la première fois pour qualifier l’architecture des églises chez Maurille (...)

24A quelques exceptions près qui reproduisent la rondeur du Saint Sépulcre ou la colline de saint Michel Archange37, l’Occident médiéval privilégie la forme de la croix, “in modum corporis humani38 L’emplacement des trous des fenêtres y évoque les plaies du Crucifié Les rosaces au-dessus des portails ouest, nord et sud occupent respectivement les places des clous des pieds et des mains tandis que l’ensemble des verrières de l’abside se déploie à l’emplacement de la couronne d’épines.

25Or, cette croix de souffrance, laide et détestable, est croix de lumière, de cette lumière du début et de la fin des temps, donc croix de gloire. Tel est le paradoxe de la beauté de la croix.

  • 39 Mt. XXI, 13.

26Cette église est également le lieu où les fidèles sont appelés à se rassembler pour prier et glorifier, conformément à la volonté divine dictée en Saint Matthieu et chantée lors des secondes vêpres de la Dédicace : “Scriptum est : Domus mea domus orationis vocabitur39. Or, la tradition patristique ne cesse de le rappeler, la Cité sainte de la vision johannique et l’Ecclesia sont une seule et même réalité. La Jérusalem d’en haut promise aux élus commence en bas ; elle est une image de l’Ecclesia ;

  • 40 ANDRÉ de CÉSARÉE, P.G. 106, 356 ; cité par Mireille MENTRÉ Création et Apocalypse, éd. O.E.I.L., Pa (...)

“[son] tabernacle est le vrai tabernacle ; celui de Moïse en fut un type (typos) ou l’archétype. Le tabernacle qui apparaît dans le ciel ouvert est celui à l’image duquel Dieu prescrit à Moïse de faire celui de la terre”40.

27Cette transformation radicale substantielle ne peut se faire que par le travail de la Croix que, dans ses souffrances, achève l'Ecclesia, peuple des baptisés. Dans son Hymne à la Dédicace, Adam de Saint-Victor ramasse ces vérités de foi en trois versets denses qui clament la royauté du Christ et celle des laïcs :

Rex Salomon fecit Templum
Quorum instar et exemplum
Christus et Ecclesia.

  • 41 Sam 8,5-18. Mt 27, 11 ; Lc,23,3.
  • 42 . Jn 19,19
  • 43 Lc 7,16 ; Mt 21, 11 ; Mc 11,9
  • 44 Jn 6,44
  • 45 1 Tm 2,5
  • 46 Jn 18,36
  • 47possessio non est in terra sed in celis (JACQUES de VITRY - 11651240 -Sermones vulgares, s.9, ad (...)
  • 48Ipsa [humilitas] est omnium conseruatiua, quia sine ea alie virtutes sunt quasi pulis. .. Hec est (...)

28En effet, le Christ est Roi41 – condamné à ce titre42 – prophète43, et par- dessus tout prêtre, source de tout sacerdoce44, “l’unique médiateur entre Dieu et les hommes45. Cette royauté “n’est pas de ce monde46entendons : “pas temporelle”. Elle est celle du Prêtre, toute intérieure. “Votre bien est au ciel, non sur la terre, dit Jacques de Vitry47. “L’humilité est la vertu fondamentale du sacerdoce, rappelle Prévostin de Crémone48.

  • 49 Ap. I, 4-6
  • 50 dans “De Cruce Domini, M.-Th. d’ALVERNY Alain de Lille, Textes inédits ; Paris, 1965 ; p. 143.

29Par son baptême, tout chrétien est participant du corps mystique du Christ49, “race choisie, sacerdoce royal, nation sainte, peuple qui appartient à Dieu. Le Baptême est le sacerdoce du laïque disait saint Jérôme. Tout chrétien est Roi et Prêtre en tant qu’il fait partie de l’Eglise, en tant qu’il adhère et participe par ses offrandes à l’œuvre de la Croix. “Nous avons perdu le signe de notre triomphe et de notre rédemption, le signe de la croix, le rempart de la croix s’écrie Alain de Lille à la veille de la troisième croisade. “Seuls les pauvres de cœur qui acceptent de porter de nouveau le signe de la croix seront sauvés50.

  • 51 Yves CHRISTE Les grands portails romans, Droz, Genève, 1969.
  • 52 Anne PRACHE Notre-Dame de Chartres, op. cit., p. 36.
  • 53 Ez. I, 5-12.
  • 54 Ap. 4, 6-7.
  • 55 AdoIf KATZENELLENBOGEN ~ The Sculptural Programs of Chartres Cathedral : Christ, Mary, Ecclesia, Ba (...)

30Tel est le mystère clamé dans ces versets de Dédicace. Il est également développé inlassablement en images sur la façade occidentale de nos cathédrales médiévales, passage obligé des catéchumènes dans la liturgie du Baptême et introduction grandiose à la contemplation. Sur les portails romans, l’image y est à la fois une Ascension, une vision de saint Jean et un rappel de la théophanie au prophète Isaïe51. Avec le temps, le programme se détaille. Ici, à Chartres, “le Portail Royal est d’abord le porte du Roi sauveur et rédempteur du monde 52. Au tympan de la porte centrale, le souverain règne, assis sur un trône encore plus resplendissant que celui de Salomon puisque placé dans une mandorle, ouverture sur la lumière céleste. Les quatre vivants, les vieillards et les anges qui l’entourent visualisent une synthèse de la vision d’Ezéchiel53 et celle de l’Apocalypse54. Au-dessous, sous le linteau, les douze apôtres participent à ce chant de triomphe. Les tympans des portes latérales, plus petits, figurent l’Incarnation, “mystère de la venue du Messie sur terre, avènement de la Nouvelle Alliance”. A droite, Alliance de la mère de Dieu, à l’heure de chacune des étapes de sa vie sculptées sur le linteau et sedes sapientiae au sommet et présentant l’Enfant-Roi. A gauche, l’Ascension fait pendant à l’Incarnation55.

  • 56 Fût-ce avec des changements de détails liés à la formation spirituelle donnée en chaque lieu.
  • 57 M 8,11 ; Lc 13,29.

31Conçue comme une synthèse des vérités de la foi, cette vaste image recommencée sur chaque édifice56 est placée sciemment du côté de l’Occident. “Ceux qui viendront prendre place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des Cieux partiront de l’ouest, dit l’Evangile57. L’entrée occidentale est celle des rois invités à prendre place au festin des noces de l’Agneau.

  • 58 Yahvé Dieu planta un jardin en Eden, à l’Orient, et il y mit l’homme qu’il avait modelé (Gn II, (...)

32Celui qui en franchit le perron pénètre dans le Temple de Dieu face au Levant et au Paradis, par fidélité à ce qui est dit dans le premier récit de la Genèse58. Ainsi fait l’assemblée lorsqu’elle remonte la nef vers l’autel où le pain de Vie (Jn VI, 35) est présent en chaque Eucharistie. Le peuple de la Cité d’en bas s’avance alors vers la Jérusalem future par Celui qui, en Saint Jean, est la porte (Jn X, 7 ; 9) et la résurrection (Jn XI, 25).

  • 59 S AUGUSTIN In Ps. 47, 3. ; Origène, Homélies sur l’Exode IX, 3.
  • 60 A l’origine, les roues de Fortune sont mobiles et mues à la main ; cf. K. Künstle Ikonographie der (...)
  • 61 J SAUER Symbolik der Kirchengebäudes und seiner Ausstattung in der mittelaltertichen Litteratur, Fr (...)
  • 62 G. VILLETTE ibid.
  • 63 E KONIGSON, L’Espace théâtral médiéva,. Paris, Editions du CNRS, 1975.

33Sur sa gauche, s’étend le côté nord qui est celui des frimas et des orages, “d’où se penchent les malheurs sur toute la terre, comme le dit le prophète Jérémie (Jer. I,13 ; VI, 1), et d’où revient l’enfant prodigue d’après saint Augustin59. Aussi, la roue de Fortune y tourne-t-elle60, comme à Bâle, Beauvais et Reims, à l’image des fascinations qui entraînent le cœur de l’homme loin de Dieu, avec l’espérance d’y revenir. La révolte de l’ange y est montrée punie sans retour tandis que le péché du premier homme, “bienheureuse faute, est pardonné grâce à l’expiation du Crucifié comme sur le tympan de Fribourg en Brisgau61. En un programme plus ample et plus savant encore, le porche nord de Chartres montre à son tour le péché venant rompre l’harmonie universelle. Il insiste également, avec une éloquence particulière, sur la miséricorde divine. Dieu ne condamne pas, il expulse du jardin d’Eden et permet au pécheur d’expier sa faute par le travail. En vertu de l’effort du labeur, la peine née du péché s’achève en un sourire et la bénédiction du Créateur dont les traits se confondent avec ceux du Rédempteur62. La liturgie pascale et ses mystères rendent largement compte de cette symbolique. Le transept nord y abrite le tombeau de Lazare, zone de froid et de mort que l’Evangile conjure lorsque le prêtre ou l’évêque en entreprend la lecture dans sa direction63.

  • 64 Cant., I, 7.

34Le bras sud, lui, à sa droite, s’allonge vers la porte du midi, elle-même analogue au porche méridional du temple d’Ezéchiel. Les Pères y insistent : midi est certes “l’heure du travail et de la peine64, celle de la traversée du désert de la vie. Il est également l’heure choisie par Jésus pour rencontrer la Samaritaine, lui révéler sa pleine connaissance de nos péchés et son désir d’amour (Jn IV, 7).

  • 65 S. JEROME In Ezéchiel XL ,45, lib. XII., Ez. XLII 9, 12, lib. XIII. ; S. GRÉGOIRE In Ezechiel XL, 2 (...)

35Aussi la porte méridionale marque-t-elle le lieu de la rencontre avec le Sauveur, celui de la conversion et du passage des hommes avancés dans la vertu et la science divine, le lieu de résidence et du règne de Dieu65. De ce côté, sont figurés les saints, les martyrs et les docteurs de l’Église, la Jérusalem nouvelle, la Cité sainte de l’Apocalypse, image du cœur des convertis en vraies épouses du Christ (Ap. XXI, 2), le Jugement Dernier qui est un jugement de miséricorde.

36L’iconographie ecclésiale est indissociable du mystère qui se déploie en son centre comme des gestes de ceux qui évoluent dans son espace. Nous pouvons même reprendre, à son sujet, les termes par lesquels E. Konigson envisage le lieu théâtral du drame liturgique :

  • 66 E. KONIGSON ibid.

“[Elle] n’est pas telle ou telle partie architecturale de l’église, mais l’église elle-même, structurée par l’axe qui va du porche au chœur et par les trois pôles Ouest-Centre-Est dont la valeur symbolique restitue à l’ensemble son fondement cosmique”66.

  • 67 LEON LE GRAND Epistola XVI, cap. 3,3, P.L. LIV, col. 696.

37A Chartres, tout particulièrement, la porte latérale droite de la façade occidentale où se trouve la figure du lion grinçant est celle-là même par laquelle les catéchumènes pénètrent pour recevoir le baptême la nuit de Pâques ou à la Pentecôte67. Or, dans la liturgie baptismale, la deuxième partie concerne directement Satan puisqu’elle est celle qui commence par l’exorcisme.

38Ce n’est donc pas un lion bondissant — comme le prétendait Guy Villette — qui est ici reproduit mais bien une bête qui recule, en grognant derrière ses crocs et qui s’enfonce dans la pierre tandis qu’à la lumière, bien distincte en relief sur la façade, se dégage le double du visage intérieur de celui auquel le prêtre va imposer les mains.

  • 68 Les maisons des chanoines s’élevaient au nord et à l’ouest, la salle du chapitre et la bibliothèque (...)

39De son côté, la porte du midi est celle par laquelle entrent les clercs venus de la bibliothèque à l’heure de chaque office et de chaque eucharistie68.

40Comme l’ensemble de l’édifice, la partie centrale de ce portail méridional qui nous occupe est une anticipation sur le temps. La méditation née de l’étude prend ici forme visible. Le regard contemplatif qui anime la liturgie s’y poursuit en une image de ce qui se passe dans le cœur de l’homme lorsque, à la lumière de la meditatio sur le Livre que tient le Christ sur le trumeau central de la porte, il y cherche la figure de Dieu a quo factus est. Il s’y dévoile la totalité de l’âme, le bon grain et l’ivraie, la beauté de ce qui demeure en lui-même conforme au projet divin et les métamorphoses dues au travail du démon. Il y découvre son indignité et la gratuité du don de Dieu, source de vie (“Ego sitienti dabo de fonte aqua viate gratis (Ap. 21,6). Ce que la liturgie de l’époque chante pendant le temps de carême :

  • 69 “Nous croyons à ta Parole : / ceux qui recherchent d’abord (le Royaume) / recevront tout le reste / (...)

Te pollicente credimus
Quod hec prius querentibus
Addantur ultro cetera
Quecunque restant, commoda69.

  • 70 Mt VI ; 5 ; XVI, 5.

41Tandis que la première figure infernale, située sur la façade occidentale, était une métaphore de l’esprit malin vaincu par les eaux du baptême, celles qui dessinent une frise à la gauche de Dieu juge apparaît comme une métaphore de ce que l’âme voit d’elle-même sous l’effet de la grâce. L’homme découvre son humanité déformée. Les pieds d’apôtre sont devenus des pattes d’animaux. La coiffe de l’âne, la plus humble des bêtes, est ostensiblement collée sur sa tête (fig. 7), comme un casque muni d’appendices animaux. Or, arborer l’humilité, c’est être pharisien70. L’âme découvre ainsi son pharisaïsme et le matérialisme qui s’y attache. Certains lieux de la demeure intérieure semblent être en péril mortel sous la figure d’autres humains jetés cul par dessus tête.

  • 71 S. BERNARD Dominica infra octavam Assumptions, 2, P.L. 183, 437-438.
  • 72 T. KOEHLER Les principales interprétations traditionnelles de Jean XIX, 25-27 pendant les douze pre (...)

42Le tout est remis à la miséricorde divine dont le premier signe est l’Incarnation – désignée par l’enfance de Jésus sur le portail latéral droit — et l’ultime appel lancé à chacun à venir rejoindre la place que Dieu lui réserve depuis l’Ascension – dessinée sur le portail latéral gauche, à l’Occident de la cathédrale. La même espérance préside à la représentation de la Vierge Marie et de saint Jean de chaque côté du trône de Miséricorde, tous deux martyrs en leur âme et à ce titre, dans le monachisme, plus que martyrs71 : intercesseurs (interventrix)72 sur la façade méridionale.

43Il peut paraître que nous avons effectué un détour bien long avant de retrouver les deux laideurs relevées à l’Occident et au midi de la cathédrale de Chartres. Il était nécessaire. L’image une fois terminée est livrée — comme un écrit — au risque de la métalecture. Or, la laideur a été ici représentée par des hommes qui ont une vie spirituelle qui leur est propre et dont il nous fallait rendre compte. Vues de l’intérieur et du fait de ce qu’est l’édifice, temple de pierres et métaphore du Temple qu’est tout chrétien, les deux figures diaboliques apparaissent comme des épiphanies mettant en images deux moments de l’homme dans l’Eglise ; l’heure du baptême et celle de la rencontre avec Dieu avant la Communion. Ils sont deux représentations inséparables de la vie liturgique.

  • 73 “The exemplum should be understood in the widest possible sense, as both event and as account of an (...)

44Situées dans le cadre ecclésial, elles ont une valeur morale (c’est-à-dire propre à la vie de l’esprit) incontestable de ce point de vue, et du fait même qu’elles visualisent et offrent à voir, elles peuvent être entendues comme des éléments d’exempla, dans leur acception la plus large73. Est beau ce qui est né du désir de Dieu et provoque l’anticipation sur le temps divin. Est également beau ce qui provoque ce désir — ici, la liturgie dans sa totalité, incluant tous les arts plastiques. Faute de quoi l’image perd tout son sens. En d’autres termes, est beau ce qui grandit l’homme pour en faire un roi, au sens théologal ; est laid ce qui réduit l’homme à l’animal.

45Au terme de ce parcours, les mécanismes de l’esthétique ecclésiale attachée à la laideur s’apparentent beaucoup à ceux de l’esthétique des romans du poète champenois. Dans les deux mondes — si tant est qu’ils soient si distincts —, cette laideur est non seulement une provocation des yeux, elle est également une provocation du cœur. Nous ne sommes pas loin ici de la réalité du gardien du troupeau dans le Chevalier au Lion, ni de celle de la demoiselle hideuse du Conte du Graal. La laideur oblige à chercher où est l’homme — métaphoriquement, à lever le masque de l’apparence — et à entreprendre (ou refuser) la quête. Dans les deux arts (architectural et littéraire), ne serait-elle pas une des formes de la merveille ? Rappelons-nous seulement les termes par lesquels se définit le dialogue entre Calogrenant et le vilain :

  • 74 CHRÉTIEN de TROYES Chevalier au Lion, op. cit., vv. 358-371 (= vv. 356369, éd. Mario David F. HULT, (...)

“Je sui... uns chevaliers
qui quier ce que trover ne puis
...
Or te pri et quier et demant,
se tu sez, que tu me consoille
ou d’aventure ou de mervoille.
— A ce, fait [le vilain], faudras tu bien :
d’aventure ne sai je rien,
n’onques mes n’en oi parler.
Mes se tu voloies aller
Ci pres jusqu’a une fontainne ...”74

(fig.1) porte latérale droite (gauche du porche du Christ en gloire)

(fig.1) porte latérale droite (gauche du porche du Christ en gloire)

(fig.2) porte latérale gauche (droite du porche du Christ en gloire)

(fig.2) porte latérale gauche (droite du porche du Christ en gloire)

(fig.3) Chartres : Portail Royal (côté Ouest)

(fig.3) Chartres : Portail Royal (côté Ouest)

(fig. 4) Chartres : Portail méridional

(fig. 4) Chartres : Portail méridional

(fig. 5) à droite de Dieu juge

(fig. 5) à droite de Dieu juge

(fig.6) à gauche de Dieu juge

(fig.6) à gauche de Dieu juge

(fig.7) à gauche de Dieu juge ( détail )

(fig.7) à gauche de Dieu juge ( détail )

Notes

1 Ps. DENYS Lesl Noms divins, chap. IV, § 7, 704 A, éd. Maurice de GAND1LLAC, Aubier, Paris, 1943. p. 101.

2 PLATON, Rep., V, 457 b ; Lois, II, 667 b-c.

3 Ce sujet est au cœur du traité De duabus animabus.

4 CHRETIEN de TROYES, Le Chevalier au lion, éd. Mario ROOUES, d’après la copie de Guiot, Bibl. Nattionale, fr. 794, Champion, Paris, 1968.

5 CHRETIEN de TROYES Le Conte du Graal, éd. William ROACH, d’après le Ms fr. 12576 de la Bibliothèque Nationale, Champion, Paris, 1959.
Ainc ne veïstes si noir fer
Come ele ot le col et les mains,
[...] si oeil estoient de rat.
Ses nez fu de singe ou de chat.
Et ses levres d’asne ou de buef ;
Ses dent sambloient miol d’oef,
De color tant estoient rous
Et si ot barbe corne bous.
Enmi le pis ot une boche,
Devers l’eschine sambloit croche ;
[...] S ‘ot boche el dos et hanches fortes
Qui vont ausi come deus roortes
(vv.4620-21, 4624-32, 4635-36)

6 CHRETIEN de TROYES Le Chevalier au lion, op. cit., v. 288.

7 ibid, v. 799.

8 CHRETIEN de TROYES Le Conte del Graal, éd. cit., vv. 4618-4619.

9 “En non Dieu, fait li notoniers,
[...]
Vos oïssiez ja tels noveles
Qui vos anuiassent molt fort,
Se ne fust ce que je vos port
Compaignie et si vos condui.” (vv. 7669 ; 7672-7675)

10 “S’eschace n’est mie de tramble,
Fait mesire Gauvains, par foi.
Car molt estbel ceque g’i voi.” (vv. 7666—7668)

11 Lorsque, chez d’autres auteurs tel Benoît de Sainte-Maure, la quasi totalité de l’action se déroule aux enfers, les choses sont plus simples. Dans le Roman de Troie, Charon est “leiz (v. 2442), Cerbère bicéphale est “laide riens (v 2578), les monstres infernaux sont “laide gent (v. 2402), “grant et laiz et molt terribles (v 2422).
Quand, ailleurs, l’auteur juge laid son personnage, il le compare à un diable. Ainsi dans le Roman de Thèbes, le sphinx abattu par Œdipe gît tel “le deable hysdous et grant”” (v. 374, Roman de Thèhes, éd. Francine MORA-LEBRUN, d’après le ms S Londres, Brit. Libr., Add. 34114, “Lettres Gothiques”, Paris, 1995).

12 Un tour d’horizon de la production littéraire de l’époque nous mènerait trop loin, et nous écarterait de notre sujet. Nous pouvons pourtant déjà ici affirmer que, après inventaire, Chrétien est celui qui montre le plus de nuances dans la réception de la laideur des créatures.

13 Conte du’Graal, vv. 4611, 4614, 4639, 4640.

14 Conte du Graal,vv. 7651, 7657, 7660,7665, 7670.

15 Chevalier au Lion, vv. 286, 292, 312.

16 Guy VILLETTE “Le diable caché du Portail Royal” dans La Cathédrale de Chartres, œuvre de haut savoir, éd. Jean-Michel Garnier, Chartres, 1994. p. 101.

17 1 Petr., 5, 8.

18 Dedisti clipeum, Ars. 2058, f. 35 r = Maz. 788, f. 71 v 1 ; cité par Michel ZINK La prédication en langue romane, Champion, Paris, 1982, p. 120.

19 [Le Christ, lion invincible, après avoir anéanti le dragon, se dresse et des accents de sa voix bien vivante fait sortir les morts de la mort]. A. LENTINI Hymni instaurandi Breviari romani, Vatican, 1968, p. 105, cité par Paule LE RIDER, “Lions et dragons dans la littérature de Pierre Damien à Chrétien de Troyes”, p. 11, dans Le Moyen Age CIV, 1998 pp. 9-52.

20 PHILIPPE de THAON Bestiaire 31 (cité par LANGLOIS, la vie de la France au Moyen-Age, III : La connaissance de la nature et du monde, Slatkine Reprints, Genève, 1970, pp. 14 15. = PIERRE de BEAUVAIS.

21 Psaume 109 dans la Vulgate.. Pour une bibliographie détaillée, voir J. COPPENS “La portée messianique du Psaume 110”, Revue théologique de Louvain, 32 (1956), pp. 1-23. M. GORGUES “A la droite de Dieu : Résurrection de Jésus et actualisation du Psaume 110, 1, dans le Nouveau Testament”, Etudes Bibliques, 1978, pp. 31 -32.

22 C’est un des sujets au centre du De carne Christi et du De anima de Tertullien, du De Spiritu sancto de saint Basile (ch. XVI) et de certains développements du De Civitate Dei XXI, X de saint Augustin.

23 AUGUSTIN De Civitate Dei, X, 2 ; XI, 7-9.

24 François-Joseph THONNARD “La philosophie et sa méthode rationnelle en Augustinisme, dans Revue des Études augustiniennes, VI, 1960, p. 12-30.

25 S. AUGUSTIN De Genesi ad litteram, I, X, 18.

26 ibid. II, VIII, 19.

27 ibid. I, II, 4.

28Et vidit Deus lucem quod esset bona (Gen. 1,3). C’est ainsi, au sens premier, qu’il nous faut entendre l’illumination dont parle Suger lorsqu’il préconise, dans un regard dionysien, l’ouverture de larges fenêtres dans les églises : “Clarificet mentes, ut eant per lumina vera/ad verum lumen, ubi Christus janua vera (SUGER De Administratione II, 3-5 ; cité par E. PANOVSKY Abbot Suger, pp. 46-48.). Sur les liens entre la pensée du Pseudo-Denys et Suger, voir E. E. PANOVSKY Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, 1967.

29 HUGUES de SINT-VICTOR, De Sacramentis I,1, cap. XIII, P.L. 176, col. 199.

30 Ap. XXI, 2.

31 Ap. XXI, 12-21.

32 H. SEDLMAYR, Die Entstehung der Kathedrale, Zurich, 1948. Anne PRACHE Chartres, image de la Jérusalem céleste,éd. C.N.R.S., 1993.

33 CARMIGNAC Le mirage de l’eschalologie, Letouzé et Ané, Paris, 1979.

34 THEOPHILUS The various Arts - De diversis Artibus, éd. C.R. DODWELL, Oxford Medieval Texts, Clarendon Press, Oxford, 1986. Lib. I, Prologus, p. 1.

35Eximius prophetarum David, quem Dominus Deus praesciuit ante tempora secularia et praedestinavit quemquem iuxta simplicitatem et humilitatem mentis illins secundum cor suum elegit et sibi dilectae plebi principem praeposuit [...] sed pro humani sanguinis, licet hostili, crebra tamen effusione non meruit, in auro et argento aere et ferro Salomoni filio delegauit (THEOPHILUS, The various Arts — De diversis Artibus, Prologus Libri tertii,op. cit., p. 61-62).

36 “cuius longitudo ad orientem tendatur” (ibid. Lib. III, 1, p. 64).

37 Richard KRAUTHEIMER Introduction à une iconographie de l’architecture médiévale, éd. Gérard Montfort, Paris, 1993, pp. 7-18 ; 49-50.
J. ESSEX “Observations on the Origin and Antiquity of Round Churches” Archeologia VII, 1787, p. 163 sqq.
Ch. CLARKE “An Essay towards an History of Temples and round Churches”, dans.
J. BRITTON, Architectural Antiquities, I, 1, 1807.

38 L’expression apparaît pour la première fois pour qualifier l’architecture des églises chez Maurille de Rouen, dans son Expositio Divinorum officiorum.

39 Mt. XXI, 13.

40 ANDRÉ de CÉSARÉE, P.G. 106, 356 ; cité par Mireille MENTRÉ Création et Apocalypse, éd. O.E.I.L., Paris, 1984. sp. pp. 179-206.

41 Sam 8,5-18. Mt 27, 11 ; Lc,23,3.

42 . Jn 19,19

43 Lc 7,16 ; Mt 21, 11 ; Mc 11,9

44 Jn 6,44

45 1 Tm 2,5

46 Jn 18,36

47possessio non est in terra sed in celis (JACQUES de VITRY - 11651240 -Sermones vulgares, s.9, ad seculares canonicos,“In terra eorum nihil possidebitis , Paris, BN lat. 17509, f° 17r).Cité par Jean LONGERE Œuvres oratoires de Maîtres parisiens au xiième siècle, Etudes Augustiniennes, Paris, 1975. t. II, p. 291, n. 73.

48Ipsa [humilitas] est omnium conseruatiua, quia sine ea alie virtutes sunt quasi pulis. .. Hec est que, sicut in principio dictum est, competit sacerdotio (PRÉVOSTIN de CRÉMONE— 1140- 1209 — “Super quem requiescet spiritus meus, Paris, Arsenal 543, f° 214 ra), cité par Jean LONGERE, ibid.,T. II, p. 291, n. 72.

49 Ap. I, 4-6

50 dans “De Cruce Domini, M.-Th. d’ALVERNY Alain de Lille, Textes inédits ; Paris, 1965 ; p. 143.

51 Yves CHRISTE Les grands portails romans, Droz, Genève, 1969.

52 Anne PRACHE Notre-Dame de Chartres, op. cit., p. 36.

53 Ez. I, 5-12.

54 Ap. 4, 6-7.

55 AdoIf KATZENELLENBOGEN ~ The Sculptural Programs of Chartres Cathedral : Christ, Mary, Ecclesia, Baltimore, John Hopkins, 1959.

56 Fût-ce avec des changements de détails liés à la formation spirituelle donnée en chaque lieu.

57 M 8,11 ; Lc 13,29.

58 Yahvé Dieu planta un jardin en Eden, à l’Orient, et il y mit l’homme qu’il avait modelé (Gn II, 8).

59 S AUGUSTIN In Ps. 47, 3. ; Origène, Homélies sur l’Exode IX, 3.

60 A l’origine, les roues de Fortune sont mobiles et mues à la main ; cf. K. Künstle Ikonographie der chrisdichen Kunst, 2 vol. Fribourg, 1930. t. 1, p. 204 s.

61 J SAUER Symbolik der Kirchengebäudes und seiner Ausstattung in der mittelaltertichen Litteratur, Fribourg en Brisgau, 1924.

62 G. VILLETTE ibid.

63 E KONIGSON, L’Espace théâtral médiéva,. Paris, Editions du CNRS, 1975.

64 Cant., I, 7.

65 S. JEROME In Ezéchiel XL ,45, lib. XII., Ez. XLII 9, 12, lib. XIII. ; S. GRÉGOIRE In Ezechiel XL, 24, 26 lib. II, homil. VII, 3 et X, 14.

66 E. KONIGSON ibid.

67 LEON LE GRAND Epistola XVI, cap. 3,3, P.L. LIV, col. 696.

68 Les maisons des chanoines s’élevaient au nord et à l’ouest, la salle du chapitre et la bibliothèque à l’est et au sud-est. (cf. A. PRACHE, op. cité p. 20).

69 “Nous croyons à ta Parole : / ceux qui recherchent d’abord (le Royaume) / recevront tout le reste / en surcroît”. Deus, Pater piissime, Hymne pour le temps de carême, 1er mode plagal (ton 2) ; ms. d’Angers xième.

70 Mt VI ; 5 ; XVI, 5.

71 S. BERNARD Dominica infra octavam Assumptions, 2, P.L. 183, 437-438.

72 T. KOEHLER Les principales interprétations traditionnelles de Jean XIX, 25-27 pendant les douze premiers siècles ; Etudes Mariales, 1959, pp. 119-155.
F. M. BRAUN La Mère des Fidèles, Essai de théologie johannique, Paris- Tournai, 1953 (2ème éd. 1954). T. PRIGENT Apocalypse 12, Histoire de l’exégèse.Ttibingen, 1959.

73 “The exemplum should be understood in the widest possible sense, as both event and as account of an event, as both a model and a warning, as both an exemplary moral figure and as an evidence of a thouhgt”. (Peter VON MOOS “The use of Exempla in the Policraticus of John of Salisbury”, dans The World of John of Salisbury, Oxford, 1984, pp. 207-261. sp. p. 211.

74 CHRÉTIEN de TROYES Chevalier au Lion, op. cit., vv. 358-371 (= vv. 356369, éd. Mario David F. HULT, Pans, “Lettres Gothiques”, 1994).

Table des illustrations

Titre (fig.1) porte latérale droite (gauche du porche du Christ en gloire)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre (fig.2) porte latérale gauche (droite du porche du Christ en gloire)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4056/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre (fig.3) Chartres : Portail Royal (côté Ouest)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4056/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre (fig. 4) Chartres : Portail méridional
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4056/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre (fig. 5) à droite de Dieu juge
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4056/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre (fig.6) à gauche de Dieu juge
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4056/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre (fig.7) à gauche de Dieu juge ( détail )
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4056/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540