Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

Le beau dans l’œuvre lyrique du Minnesänger. Walther von der Vogelweide

Claire Rozier

Texte intégral

  • 1 1170-1230 (environ).

1Le beau est un topos dans la littérature courtoise. Dans le lyrisme, il est certes affaire de convention, mais il est aussi l’expression de l’imaginaire, dans la mesure où il est posé comme partie intégrante de la représentation du monde. Chez Walther von der Vogelweide1, le plus grand poète allemand avant Goethe, la représentation du beau est non seulement signe esthétique, elle est aussi expression des valeurs d’un code social.

1 Le poète Walther et le beau courtois

1.1 Préambule

  • 2 Cf. Des Minnesangs Frühling, Carl von Kraus, S. Hirzel Verlag, Stuttgart 1967 (=MF).

2Le beau n’est pas au catalogue des valeurs courtoises telles qu’elles ont pu être recensées dans la littérature médiévale allemande de la période classique, il n’est pas inventorié comme en faisant partie au même titre que par exemple la mâze, la mesure, ou la triuwe, la loyauté. Et pourtant le beau, dans le Minnesang2, mais aussi dans les romans chevaleresques, s’il n’est pas une “valeur”, une “tugent”, au sens traditionnel du terme, est un concept central. Si par exemple la dame idéale doit réunir toutes les vertus, il est implicite qu’elle doit également être belle.

1.2 Corrélations croisées

  • 3 Sur les artes poeticae, cf. Edmond Faral, Les Arts poétiques du xiie et du xiiie siècle, Paris, Ch (...)
  • 4 Cf., infra, notre Étude lexicale du champ notionnel du "beau", dans laquelle nous nous attachons à (...)
  • 5 L’étude des images et des métaphores, qui sont d’efficaces vecteurs de concepts, ne pouvant être e (...)
  • 6 Cf. sur ce point, Horst Brunner, Gerhardt Hahn, Ulrich Müller, Franz Viktor Spechtler, Walther von (...)

3Qu’il s’agisse des romans ou de la lyrique courtoise, et quel que soit le genre, du chant d’amour aux poèmes religieux (à travers la perspective mariale) ou politiques, c’est à une terminologie collective que les poètes ou auteurs font appel pour exprimer la représentation du beau grâce à des outils communs dont certains sont proposés à l’emploi dans les Arts poétiques3. Ces outils, qui peuvent se spécialiser ou s’affiner, ont en commun une base lexicale à laquelle s’ajoute, selon le cas, une ou plusieurs séries de termes reliés qui renvoient les uns aux autres au sein d’un tissu de corrélations croisées4 prenant, suivant l’auteur qui les utilise, un tour particulier. Sur ce tissu viennent se greffer les recours à l’image, à la métaphore5, indispensables à la description, à la clarification et à l’illustration du concept. Mais même ces recours, dont on pourrait penser qu’ils laissent libre cours à une forme de créativité débridée, sont également soumis, en grande partie, au joug de la topique. Le propos sera donc, non point de faire une liste des topoi déjà largement connus de tous6, mais d’examiner, à travers l’étude du champ notionnel du beau chez Walther, quels en sont les éléments constitutifs et de dégager la part audacieuse ou novatrice du poète, pour montrer, via quelques exemples, comment le beau, dans son œuvre, est le produit d’un imaginaire collectif, mais également d’une approche réactive à l’état de l’art, donc enrichie par le talent du poète.

2 Étude lexicale du champ notionnel du “beau”

4L’étude du champ notionnel vise à faire l’inventaire de l’ensemble des dénominations et des domaines du “beau” dans le corpus clos que constitue l’œuvre de Walther et à dégager leurs relations, ceci afin de cerner la notion elle-même au sein de l’œuvre.

5L’analyse du vocabulaire du beau porte sur deux classes de termes, d’une part, des prédicats (adjectifs et adverbes) qui constituent les dénominations du beau, et, d’autre part, des supports de prédication (noms et verbes) qui constituent les domaines du beau. Ainsi l’adjectif schoen (beau) est associé à des noms tels que bluomen (fleurs) ou frouwe (dame) et l’adverbe schône (bellement), à des verbes tels que singen (chanter) ou grüezen (saluer). Mais le prédicat peut aussi apparaître sous la forme d’un nom, ainsi schoene (beauté) remplit une fonction syntaxique nominale dans la phrase, par exemple sujet ou objet, tout en étant le plus souvent rattaché par un possessif ou le génitif à un autre nom fonctionnant comme support de prédication.

2.1 Les dénominations du beau

6On évoquera, dans un premier temps, les termes dénommant la beauté, puis des termes qui leur sont associés sur la base d’une relation d’équivalence, exprimée le plus souvent au moyen de la conjonction de coordination und / unde (et). Enfin on conclura cet inventaire par le traçage de la limite du champ, à savoir les antonymes du champ notionnel de la beauté.

2.1.1 Les dénominations propres

7Les prédicats dénommant la beauté sont au nombre de six.

2.1.1.1 schoen

  • 7 Nous indiquons, pour chaque terme, sa fréquence absolue.
  • 8 L’adjectif schoen donne aussi lieu à une dérivation verbale à l’aide du préfixe be- (équiper de) : (...)

8Le terme central par sa fréquence7 et par la diversité de ses domaines d’application est schoen (83) “beau”, réalisé comme adjectif épithète ou attribut8 (schoen : 46), adverbe (schône : 18, “bellement”) ou nom (schoene : 21, “beauté”).

  • 9 Cf. Joerg Schaefer (in Walther von der Vogelweide, Wissenschatfliche Buchgesellschaft, Darmstadt, (...)

9Schoen est issu d’une racine9 qui a donné en allemand moderne schauen, dont le sens n’est pas seulement voir, mais aussi regarder. La beauté s’offre donc tout d’abord au regard et naît de la perception visuelle : il ne s’agit pas d’une propriété intrinsèque de l’objet, mais de l’effet que sa vue provoque sur un observateur. Est beau ce qui plaît, ce qui est agréable à la vue.

10La beauté est un attribut des fleurs (bluomen) et de l’été (schoene zît, “la belle époque”), de certains pays (l’Autriche et la Palestine), du rêve (troum), mais c’est avant tout l’apanage des femmes et tout particulièrement de l’aimée.

11L’adverbe schône a un champ d’application plus large, notamment il ne se limite pas au champ (par exemple schône grüezen “saluer bellement”) et s’applique aussi au domaine de l’audible (schône singen “chanter bellement”) comme aux domaines les plus divers (lônen “récompenser”, danken “remercier”, pflegen “se comporter envers quelqu’un”, ...).

12Si schoen prédique la beauté, il ne l’identifie pas : le poète nous dit que l’aimée est belle, mais pourquoi elle l’est, on ne le sait pas. Les autres adjectifs sont, de ce point de vue, plus riches, en ce qu’ils permettent de rattacher la beauté soit à sa cause, soit à son effet. Leur champ d’application apparaît comme réduit par rapport à celui de schoen, ce qui s’explique par leur valeur plus forte, plus intense et plus précise.

2.1.1.2 lieht

  • 10 Le nom lieht signifie “lumière, clarté” (morgen lieht, la “clarté du matin, de l’aube”).
  • 11 Cf. Cormeau, op. cit., 83, II, 4.

13L’adjectif lieht (11) dérive du nom homonyme (“lumière, éclat”) et renvoie aussi à la vision. L’objet ainsi qualifié (lieht n’est attesté que sous la forme d’une épithète10) est décrit comme une source lumineuse rayonnante. Tel apparaît le jour en opposition avec la nuit : beide naht und ouch den liehten tac (112,2611), “nuit et jour”, mot à mot : “tous les deux, la nuit et aussi le jour lumineux”, telles sont aussi les armes brillantes (helme “heaume”, ringen “armure”).

14C’est donc par un glissement métaphorique privilégiant les connotations positives attachées à l’idée de luminosité que cet adjectif est aussi employé pour prédiquer la beauté des fleurs (bluomen), de la lande (heide), de l’Autriche (die liehten ougenweide “le paysage riant”), des louanges du prince (diz liehte lôp) et, plus spécifiquement, des yeux de la dame (liehten ougen).

  • 12 Cf. Cormeau, op. cit., 70, IV, 3.
  • 13 Cf. Cormeau, op. cit., 19, III, 3.

15L’effacement du sens propre de l’adjectif au profit de ses connotations positives apparaît nettement quand on compare l’association avec tac déjà mentionnée (den liehten tac) et l’évocation des jours heureux : gedenke an mangen liehten tac (101,1612), “souviens-toi de maints jours heureux”, cf. également 42,1713.

2.1.1.3 süez

16L’emploi de suez (20), “suave”, pour décrire, par exemple, une jeune fille, est à l’origine métaphorique. En effet on transpose alors sur le plan visuel une sensation gustative agréable ; la connotation positive devient centrale (cf. par exemple süeze froide, “douce joie”) et l’idée originelle de sensation physique ne subsiste qu’à l'arrière-plan, disparaissant progressivement à mesure que l’origine métaphorique de cet emploi s’estompe.

17La suavité est liée à l’amour (minne) et à son enseignement (lêre der minne), mais aussi aux plaisirs du monde (frôideri). C’est encore une caractéristique du jeune roi Philippe de Souabe ou de la Vierge Marie (süeze maget).

  • 14 Cf. Cormeau, op. cit., 92, I, 8 et 62, II, 10.

18La douceur peut même naître des efforts de l’amoureux pour conquérir l’aimée, ce qu’exprime l’oxymore siieze arebeit 119, 24 et 92, 3014 “douce peine / doux efforts”.

2.1.1.4 minneclîch

19L’adjectif / adverbe minneclîch (28), “aimable, qui inspire l’amour”, est dérivé au moyen du suffixe -lîch à partir du nom minne, “amour”. Il est parfois employé en association ornative redondante avec le nom minne lui-même (minneclîchiu minne). Le plus généralement il qualifie le comportement, les propos et les pensées des amants : minneclîch ansehen “considérer avec amour”, danc (remerciement), gruoz (salut, signe), ja (oui, accord), rât (conseil), rede (discours), strît (querelle), wân (espoir fallacieux, illusion, fantasme).

  • 15 Cf. Cormeau, op. cit., 30, I, 3-4.

20Mais, bien souvent, l’idée d’amour est indissociable de celle de beauté, de charme, comme, par exemple dans la combinaison avec le nom lîp, “corps” : ich setze ir minneclîchen lîp / vil werde in mînen hôhen sanc (53, 27-2815), “je place son corps beau stêt wol daz man si heize schoene aimable très haut dans mes hautes louanges”. Si l’idée d’amour est dominante, celui-ci est bien provoqué par la beauté de la dame.

  • 16 Cf. Cormeau, op. cit., der minneklîchen, 82, I, 2.

21Cet emploi culmine dans la nominalisation de l’adjectif utilisé pour dénommer la femme aimée : der minneclîchen (112,416), en quelque sorte “l’aimable”, car belle, agréable à regarder.

2.1.1.5 wünneclîch

  • 17 S’y ajoute la variante wunnenrîch (1) “riche en délices”

22L’adjectif wünneclîch (19)17, “délicieux”, est aussi un dérivé en -lîch à partir du nom wünne, “délices”. Ici aussi l’idée de beauté est liée au sens de l’adjectif, car elle est à l’origine de l’effet (wùnne) associé à l’évocation de l’objet décrit : wân, “espoir fallacieux, illusion, fantasme”, trôst, “consolation”, sanc, “chant”, mais aussi une belle journée de printemps (tac) et, bien sûr, la beauté (schœne).

2.1.1.6 wol getân

  • 18 S’y ajoute la variante wolgetaene (1).
  • 19 Cf. Cormeau, op. cit., 91, V, 4.

23La combinaison de l’adverbe wol “bien” et du participe passé getân (6)18 “fait(e)” constitue un autre prédicat de la beauté féminine, souvent nominalisé : diu wolgetâne tuot mir vil ze leide (119,1419), “la bien faite me fait grandement souffrir”.

2.1.1.7 La beauté est absolue

  • 20 Cf. Cormeau, op. cit., 38, II, 1.
  • 21 Cf. Cormeau, op. cit., 22, III, 6.

24Il est remarquable que les adjectifs prédiquant la beauté (schoen, lieht, suez, minneclîch, wünneclîch) sont employés de façon exclusive. L’emploi d’un terme de la série exclut tous les autres, par exemple on ne trouvera jamais coordonnés schoen unde süez, alors que l’association de schoen avec d’autres adjectifs est possible : Vrowe, ir sint schoene und sint ouch wert (62,1620), “Dame, vous êtes belle et vous êtes aussi noble”, ou encore : der sî geschuof schoen unde reine (45,2221), “qui la créa belle et pure”.

25Chacun de ces termes prédique la beauté de façon spécifique et par là absolue, il exclut donc la présence d’un terme voisin qui serait un concurrent redondant ou gênant.

  • 22 Une seule exception : (3,28) der reinen süezen maget désignant la Mère de Dieu.

26D’autre part, hormis schœn (qui connaît des associations avec d’autres adjectifs positifs comme edel, guot, reine), ces adjectifs ne sont jamais22 combinés avec un autre adjectif. Leur richesse sémantique en fait des attributs de qualité absolus et semble détrôner l’existence d’une autre qualification, qui ne pourrait qu’affaiblir la prédication centrale.

2.1.2 Les dénominations associées

  • 23 L’opérateur liant de façon privilégiée les éléments d’une même classe paradigmatique est la conjon (...)

27Au niveau du lexique, les dénominations associées ne réfèrent pas spécifiquement au beau, mais au sein du système clos que constitue le corpus des poèmes de Walther, certaines équivalences entre termes peuvent être établies à partir d’une méthodologie précise fondée sur la notion linguistique de classe paradigmatique23.

28Les qualités associées à l’adjectif schoen varient selon la nature du support prédicatif :

  • La beauté du monde est associée à des couleurs éclatantes, mais elle n’est qu’apparence trompeuse aux yeux du poète vieillissant : diu welt ist ûzen schoene, wîz, grüen unde rôt, / und innan swarzer varwe, vinster sam der tôt (124,37-3824), “le monde est à l’extérieur beau, blanc, vert et rouge, mais dedans il est de couleur noire, sombre comme la mort”.
  • La Palestine est le joyau des contrées les plus belles, riches et magnifiques : Schoeniu lant rîch unde hêre / swaz ich der noch hân gesehen, / sô bist dûz ir aller êre (15,625), “des pays beaux, riches et magnifiques que j’aie déjà vus, tu es de tous le plus beau joyau”.
  • La beauté humaine (schoene) est parfois associée à la sagesse, à la jeunesse et à la vertu : Owê daz wîsheit unde jugent / des mannes schoene noch sîn tugent / niht erben sol, sô ie der lîp erstirbet ! (82,2426), “Oh, quel dommage que la sagesse et la jeunesse, la beauté de l’homme et ses vertus ne puissent s’hériter quand le corps vient à mourir !”.
  • Le prince idéal allie à la beauté la générosité et la bonne éducation : milter man ist schoene und wol gezogen (81,327), “un homme généreux est beau et bien élevé”.
  • La femme belle se doit d’être aussi noble (edel, wert), pure (rein) et distinguée (guot), mais aussi bien mise : die schoenen frowen guot (90,628), “la noble dame distinguée” ; Vrowe, ir sint schoene und sint ouch wert (62,1629), “dame, vous êtes belle et êtes aussi noble” ; ein edeliu schoene frowe reine / wol gecleit unde wol gebunden (46,10-1130), “une belle dame, noble, pure, aux beaux atours et à la belle guimpe”.
  • 31 Cf. Cormeau, op. cit., 78,1, 6-7.
  • 32 Cf. Cormeau, op. cit., 88, V, 3.
  • 33 Cf. Cormeau, op. cit., 62, III, 7-9.

29La représentation courtoise de la femme associe la beauté à la valeur morale (güete) et à la considération (êre) : daz hât ir schoene und ir güete gemachet / unt ir rôter munt (110, 18-1931), “c’est sa beauté et sa valeur morale qui sont à l’origine de cela et sa bouche rouge”, sie ist ein wîp, die schoene und êre hât (116,2732), “c’est une femme qui possède beauté et considération”. Le bonheur amoureux découle de la beauté, mais aussi de la loyauté, de la pureté et des bonnes mœurs de l’aimée : waz ist den frôiden ouch gelîch, / dâ liebez herze in triuwen stât, / In schoene, in kiusche, in reinen siten ? (92, 39, 93, 1-233), “que peut-on comparer aux joies d’un cœur amoureux si à ces liens président loyauté, beauté, pureté et bonnes mœurs ?”.

2.1.3 Antonymes

30La notion de beauté ainsi que les termes associés s’opposent par ailleurs à des adjectifs et à des noms connotés négativement : boes “mauvais” (perfide, laid), sorge “souci”, trûren “tristesse, deuil”, übel, “mal”, haz “haine” (ce qui est haïssable, forme d’expression de la laideur), hoene “ce qui est méprisable” (forme d’expression de la laideur), übermüete “démesure”, leit “douleur”. Ces termes s’opposent aussi à des couleurs ni vives, ni tendres, ou à la perte (ou l’absence) de couleur, swarz “noir”, vinster “sombre”, val “décoloré”.

31Mais la beauté est aussi opposée à deux termes connotés positivement : fuoge (ce qui est convenable) et sin (sens moral), elle ne constitue donc pas toujours une valeur positive. Nous reviendrons sur ce point.

2.2 Les domaines du beau

32Dans le monde de Walther, la beauté ne se rencontre que dans quelques domaines, essentiellement quand il parle de la nature, du prince idéal et de la femme aimée. Mais la beauté est le plus souvent ambivalente ou éphémère et n’offre que rarement une consolation. L’homme, quant à lui, n’a pas à être beau, d’autres qualités font sa valeur, qui ne relèvent pas nécessairement de la nature. Quant au poète, c’est son art qui constitue son titre de gloire.

2.2.1 La nature

  • 34 Cf. Cormeau, op. cit., 51, I, 3-4.
  • 35 Cf. Cormeau, op. cit., 18, V, 6.
  • 36 Cf. Cormeau, op. cit., 51, II, 4-7.
  • 37 Cf. Cormeau, op. cit., 91, V, 6.
  • 38 Cf. Cormeau, op. cit., 16, I, 7-9.

33Walther évoque à de nombreuses reprises les beautés de la nature, associées au bonheur et à l’amour, la combinaison des épithètes et des noms répétant les topoi de la littérature courtoise. Les exemples suivants le montrent : sô zieret ir den tanz / mit den schoenen bluomen, als irs ûffe traget. (74,22-2334), “alors vous parerez la danse des jolies fleurs que vous porterez sur la tête” ; der liehten bluomen schîn (42,1235 ), “l’éclat des belles fleurs” ; wîzer unde rôter bluomen weiz ich vil. / Die stênt sô verre in jener heide. / dâ si schône entspringent (75,12-1436), “je sais de nombreuses fleurs blanches et rouges. Elles sont là-bas sur la lande, où elles jaillissent joliment”, daz ich mit ir müeste brechen bluomen an der liehten heide ! (119,1637), “que je puisse cueillir avec elle des fleurs sur la lande jolie” ; Vor dem walde in einem tal, / tandaradei, / schône sanc diu nahtegal (39,17-1938), “devant la forêt, dans un vallon, tralala, chantait joliment le rossignol”.

34Mais si la belle saison, les fleurs aux couleurs vives qui ornent la lande, le doux chant des oiseaux peuvent être qualifiés de beaux, le poète n’oublie pas, et de façon plus prononcée avec l’âge, que ces manifestations alternent avec le cycle des saisons et qu’au plaisir de l’été succède la désolation de l’hiver aux couleurs sombres (swarzer varwe, vinster sam der tôt, “noir(es), sombres comme la mort”) ou dé-colorées / délavées (val), la blancheur de la neige et le cri sinistre de la corneille et qu’à côté des fleurs et du trèfle poussent aussi de mauvaises herbes (boesez unkrût “pernicieuse ivraie”).

  • 39 Cf. Cormeau, op. cit., 10, IX, 7-9.

35De façon plus générale le monde (welt) connaît une alternance analogue à celle de la nature, sauf que la beauté (schoene) est associée aux temps anciens et la laideur, sous la forme de “ce qui est méprisable” (hoene), est la vision du poète vieillissant : Hie vor dô was diu welt sô schoene, / nû ist si worden alsô hoene / des enwas niht wîlent ê. (23,32-3439), “ Autrefois le monde était si beau, maintenant il est devenu si méprisable, il n’en n’était pas ainsi auparavant”. Le monde à l’extérieur, ûzen, est riant et repoussant à l’intérieur, innan : le poète oppose à l’être caché l’apparence trompeuse.

2.2.2 La femme

  • 40 Cf. Faral, op. cit., p. 79.
  • 41 Cf. le Minnesänger Heinrich von Morungen qui présente sa dame, frouwe, comme étant : “Belle et plu (...)
  • 42 Cf. Cormeau, op. cit., 62, I, 11.
  • 43 Cf. Cormeau, op. cit., 91, IV, 6.

36La beauté, schoene, lieht, siieze, minneclîch, wünneclîch, wol getân, wolgetaene, est l’un des attributs essentiels de la femme (Arts poétiques40) et c’est à son propos qu’elle est le plus souvent évoquée. La beauté de la femme aimée est superlative41, “elle est plus belle qu’une belle femme” : si ist schoener donne ein schoene wîp (92,1942), plus belle qu’Hélène et que Diane : si ist schoener unde baz gelobt denne Helêne und Dijâne (119,1043).

37Nous avons vu que la beauté est réunie chez l’aimée avec toutes les autres qualités et les vertus que l’idéal courtois prête à la dame : êre (bonne réputation, considération), guot / güete (valeur, qualités morales), hoher muot (exaltation), liebe / liep (charme, charmante), sœlde (félicité), staetekeit (constance), triuwe (loyauté), et wertlwerdekeit (valeur, dignité). En outre, la femme doit être noble (edel), pure (rein) et d’un caractère enjoué (wol gemuot) ou consciente des valeurs morales (également : wol gemuot). L’ensemble de ces qualités est subsumé sous le terme de tugent (haute qualité).

  • 44 Cf. Cormeau, op. cit., 87, III, 1-4.

38La réunion de ces qualités dans la femme est source de joie (froide) et d’exaltation (hoher muot) pour celui qui l’aime. Mais le trouble amoureux qui naît de l’attirance provoquée par la beauté de la dame peut aussi être invalidant pour celui qui aime : Als ich under wîlen zir gesitze, / sô sî mich mit ir reden lât, / sô benimt si mir sô gar die witze, / daz mir der lîp alumbe gât (115,22-2544), “quand parfois je suis assis auprès d’elle, quand elle me permet de parler avec elle, elle me prive tellement de mes facultés que j’en ai le vertige”. Et ainsi, paradoxalement, la dame qui, au départ, est censée être ou devoir être l’inspiratrice conduit en fait le poète au silence.

  • 45 Cf. Cormeau, op. cit., 20, III, 1-4.

39Les qualités de la femme sont celles que l’on aime à retrouver dans la nature et le poète se plaît à montrer le parallélisme entre les deux thématiques : Wir wellen, daz diu staetecheit / den guoten vrouwen rehte ein krône si. / kunnen sie mit zùhten sîn gemeit, / sô stêt vil wol die lilie der rôsen bî. (43,29-3245), “nous estimons que la constance est une couronne pour les femmes bien nées. Si vous êtes gaie avec dignité, alors le lys côtoie la rose”.

  • 46 Cf. Cormeau, op. cit., 20, III, 5-8.
  • 47 Cf. Cormeau, op. cit., 26, III, 3-6.

40Cependant la position de la femme est supérieure à celle de la nature : Nû merket, wie der linden stê / der vogele singen, / dar under bluomen unde klê. / noch baz stêt vrouwen schoener gruoz. (43,33-3646), “voyez comme le chant des oiseaux convient au tilleul, et les fleurs et le trèfle à son pied. Un salut sied encore mieux à la dame”. Mais la beauté n’est pas le ressort essentiel de l’amour, c’est en effet le charme (liebe), c’est lui qui fait la beauté accomplie, alors que la beauté seule ne fait pas le charme : liep tuot dem herzen baz, / der liebe gêt diu schoene nâch. / Liebe machet schoene wîp, / des mac diu schoene niht getuon, sine machet nimmer lieben lîp (50,3-647), “le charme est plus doux au cœur, le charme l’emporte sur la beauté. C’est le charme qui rend les femmes belles. S’il est une chose que la beauté ne peut faire, c’est bien de rendre quelqu’un charmant”.

  • 48 Cf. Cormeau, op. cit., 26, II, 6.
  • 49 Cf. Cormeau, op. cit., 57, II, 5-8.

41Toutefois le poète met son auditoire en garde contre le seul désir de jouir de la beauté et des biens matériels : die dâ nâch dem guote und nâch der schoene minnent, wê, me minnent die ? (49,3648), “ceux qui ne cherchent dans l’amour que la richesse et la beauté, hélas, comment aiment-ils ?” En effet, la beauté du corps seule n’est rien si elle n’est pas associée à la vertu et si la dame ne tire pas gloire de sa beauté, ce n’est pas uniquement par bienséance : In weiz, oh ich schoene bin, / gerne hete ich wîbes güete. / lêrent mich, wie ich die behüete ; / schoener lîp der touc niht âne sin (86,11-1449), “Je ne sais si je suis belle. Ce que je souhaite, c’est la valeur morale d’une noble dame. Apprenez-moi à la conserver : un beau corps ne vaut rien sans le sens moral !”

  • 50 Cf. Cormeau, op. cit., 71, II, 9-10.
  • 51 Cf. Cormeau, op. cit., 26, III, 1-2.

42Aussi les jeunes femmes doivent-elles se défier des beaux jeunes gens dénués de vertu : vil dicke in schoenem bilde / siht man leider valschen lîp (102,9-1050), “bien souvent on rencontre sous une belle apparence un homme fourbe”. La beauté peut en effet voisiner avec la méchanceté : Bî der schoene ist dicke haz / zuo der schoene niemen sî ze gâch. (50,1-251), “Souvent à côté de la beauté se trouve la méchanceté / que nul ne se précipite trop vite vers la beauté !”.

  • 52 Cf. Cormeau, op. cit. 43, V, 1-8.

43Et si la beauté féminine ne change pas au rythme des saisons, le poète vieillissant déplore toutefois qu’elle aussi soit éphémère et ne subsiste que comme souvenir de temps heureux : Ich hâte ein schoene bilde erkorn, / und owê daz ichz ie gesâch / und ouch sô vil zuo ime gesprach, / ez hât schoene und rede verlorn. / Dâ was ein wunder inne, daz fuor ich enweiz war, / dâ von gesweic daz bilde iesâ. / sîn lilierôsevarwe wart sô karkervar, / daz ez verlôs smac unde schîn. (67,32-36 et 68,1-352), “J’avais choisi une belle créature. Hélas, pourquoi l’ai-je vue et lui ai-je tant parlé ? Elle a perdu la parole et la beauté. Il y avait en elle un miracle : il s’est enfui je ne sais où et la créature s’est tue aussitôt. Son teint de lys et de rose est devenu sombre comme un cachot au point d’avoir perdu son parfum et son éclat”.

2.2.3 Les hommes

44Si la beauté est parfois prédiquée des hommes, il s’agit là d’une qualité non nécessaire.

  • 53 Cf. Cormeau, op. cit., 12, XVI, 1-4

45L’homme idéal est noble (edel) et bien élevé (wol gezogen), viril (manheif), preux (küen), constant (staete), il se caractérise par sa générosité (milte), son intelligence (wizze) et sa sagesse (wîsheit) : An wîbe lobe stêt wol daz man si heize schoene / manne stêt ez übel, ez ist ze weich und ofte hoene. / küene und milte, und daz er dâ zuo staete sî, / sô ist er vil gar gelobt. (35,27-3053), “Il convient pour louer les dames de dire qu’elles sont belles : pour un homme, cela convient mal. C’est trop faible et souvent méprisant. Courage, générosité et en plus constance, c’est comme cela qu’il est bien loué”.

  • 54 Cf. Cormeau, op. cit., 88, IV, 1-2.

46Aussi Walther conseille-t-il à la femme amoureuse de rechercher plutôt la bienséance que la beauté chez son partenaire : Wil si fuoge fur die schoene nemen, / sô ist si wol gemuot (116,17-1854), “si elle préfère la bienséance à la beauté, elle sera dans le vrai”.

  • 55 Cf. Cormeau, op. cit., 54, XI, 1-2.

47Le prince occupe une place à part dans la mesure où le poète fait appel à sa générosité pour vivre. Le courtisan Walther ne tarit pas d’éloges envers le maître généreux, ce qui le touche est qualifié de schoen, lieht, minneclîch et suez. Il réunit toutes les vertus mâles et le poète n’hésite pas à louer même sa beauté, alors que d’ordinaire elle ne constitue pas à ses yeux une qualité remarquable chez les hommes : Den dîemant, den edeln stein / gap mir der schoenesten ritter ein (80,35-3655), “ce diamant, cette pierre précieuse, c’est l’un des plus beaux chevaliers qui me l’a donné”.

48De toutes ces qualités qui siéent à la dame et à son chevalier, deux peuvent être considérées comme plus spécifiques de chaque sexe, ce sont la pureté (rein), pour la femme, et la notion générale de valeur (guot), pour l’homme. Ces deux adjectifs dénomment d’ailleurs, sous la forme nominalisée, les deux figures emblématiques de la chrétienté, le Christ (guoter) et Marie (reine) (5,39 sqq.).

2.2.4 Le poète

49Le poète lui-même assure à plusieurs reprises qu’il n’est pas beau (cf. 115,30 sqq., cf. Cormeau, op. cit., 88), ce qui ne l’empêche pas de briguer les faveurs de sa dame (qui, pour être “aimable”, doit, elle, être belle, bonne et pure). S’il utilise parfois les termes schoen, minneclîch, wünneclîch en ce qui le concerne, c’est en fait pour qualifier le produit de son imagination (wân “illusion”, troum “rêve”) et son chant (sanc) pour lequel son auditoire, son maître, et plus particulièrement sa dame, lui doivent reconnaissance et récompense.

  • 56 Cf. le sumerlaten-liet: weiz si niht, swenne ich min singen lâze, daz ir lop zergât? (73,4, cf. Co (...)

50Mais si le chant est beau et doux à celle qui l’écoute, le poète le brandit parfois comme une menace : lorsqu’il est éconduit, il menace de cesser de chanter les louanges de la dame et par là de ne plus être le prophète de sa beauté, la condamnant à l’oubli et à la mort56.

  • 57 Cf. Cormeau, op. cit., 30, III, 1 et sqq. Cf. également, id., 11, VII, 6-7, swelch schœne wîp mir (...)

51La beauté de la dame n’existe pas sans le regard du poète posé sur elle. Le poète se met lui-même en scène et se pose comme étant l’acteur privilégié de la mise en valeur de la beauté - il EST l’artisan de son expression, il en est le créateur (sans lui, dit-il, elle n’est rien). Dans le poème, comme Dieu qu’il évoque, le poète met tout son soin à colorer les joues de la dame (Got hât ir wengel hôhen vlîz...57) aux couleurs du lys et de la rose. Le détail concret relatif aux couleurs qui parent le teint (blanc / rouge / fleurs) est certes le topos par excellence. Ce qui n’est pas topique, en revanche, c’est la façon dont Walther l’introduit, à savoir en relation avec le Dieu-artiste, le Dieu-créateur de beauté : Dieu fait naître sous son pinceau les attributs de la beauté d’une femme qui en devient l’incarnation. Comme Dieu, le poète est le démiurge de la beauté.

3 Convention et transgression des interdits

52La représentation du beau dans la lyrique courtoise constitue pour Walther un réservoir de topoi dans lequel il puise largement. Mais elle est chez lui, aussi, étroitement liée au wân, à un état d’esprit ou d’âme voisin de l’illusion, que nous, modernes, pourrions traduire par “fantasme”.

  • 58 Cf. Faral, op. cit.
  • 59 Cf. Cormeau, op. cit., 30, passim et en particulier II, III, V (Si wunderwol gemachet wîp, 53,25 s (...)

53Les Arts poétiques recommandent de décrire la femme de la tête aux pieds58, ce à quoi Walther se conforme59 évoquant la tête merveilleusement belle (wunnenrîch), les yeux qu’il compare à deux étoiles (zwêne stemen), les joues au teint de rose et de lys (hie roeseloht, dort lilienvar), le cou, les mains et les pieds aux contours parfaits (ze wunsche wol getân). Mais alors que la bienséance interdit de mentionner la nudité ou des éléments dont l’évocation pourrait heurter la décence, Walther n’hésite pas à décrire la dame nue (dô ich si nacket sach), s’attardant sur un point de son corps qu’il nomme allusivement “enzwischeri” (“ce qui se trouve entre”). Cependant l’aspect provoquant de la mention est gommé par une pirouette finale : la dame n’est ni impudique ni compromise. En effet, si le poète l’a vue nue, c’est parce qu’il l’a surprise, à son insu, au sortir du bain.

  • 60 Cf. Cormeau, op. cit., 51.
  • 61 Cf. Morungen, MF, passim.

54L’art avec lequel Walther renouvelle la lyrique courtoise se manifeste encore, par exemple, dans le poème Nement, frowe, disen cranz (74,20 sqq.60). Le thème est annoncé dès le premier vers par le don d’une couronne, couronne de fleurs s’entend, forme ronde sans épines qui figure l’idée d’harmonie, de paix, voire d’accomplissement à venir. La couronne pare (zieret) et glorifie la beauté. Les belles fleurs (schoene bluomen) ornent les belles formes (la demoiselle est dite, d’une part bien faite, bien tournée, d’autre part, bien belle (wol getân et vil schoene). Les fleurs renvoient au teint de la belle : il en est des rouges, comme ses lèvres, des blanches, comme son teint de lys et de rose, lorsque, d’émotion, les joues de la belle s’empourprent : same diu rose, dâ si bî der liljen stât, “comme la rose lorsqu’elle jouxte le lys”. Le pourpre de ses joues, l’inclinaison de sa tête, voilà pour le poète une belle récompense, ze lône, mais, ajoute-t-il, si j’obtenais plus, je le tiendrais secret : das trage ich tougen, un secret vite trahi puisqu’il avoue bientôt n’avoir jamais été plus heureux : mich duhte daz mir nie / lieber wurde, danne mir ze muote was. L’on voit que la phraséologie du Haut Minnesang (lôn, tougen) s’allie à une situation puisée dans un autre genre, à une forme d’expression qui tisse des liens de lumière et de couleurs. La pluie de fleurs qui se répand, dans la strophe suivante, sur le couple, fait naître la joie du poète, une joie violente : Seht, dô muoste ich von froïden lachen, “Voyez, dit-il, je n’ai pu m’empêcher de rire de joie.” Mais – coup de théâtre ! – l’on apprend que ce bonheur est vécu en rêve, waz in troume riche, qu’avec les lueurs de l’aube (dô taget ez) le rêve s’enfuit et que le poète doit se réveiller. Dans le genre de l’aube, introduit dans le Minnesang par Morungen61, ce vers “dô taget ez” est le signal de la séparation des amants. Ici les premières lueurs de l’aube sont le signe de ce que le poète doit quitter un rêve où les amants étaient réunis. La dernière strophe nous livre une digression : l’objet de ses songes amène le poète à souhaiter regarder toutes les demoiselles pour tenter d’en découvrir une parmi elles qui pourrait le délivrer de sa peine. Le poème s’achève sur une pirouette : les dames sont invitées à soulever plus leur coiffe ! Le dernier vers est à l’irréel : owe, gesaehe ichs under cranze !, “Ah si je pouvais les voir sous la couronne”. Le rêve est donc ce cercle magique, cette couronne irréelle et élective où tous les vœux se réalisent. Mais ce ne sont que des vœux : le poète le déplore, il reste la chanson. La projection du désir voyage du rêve au réel, laissant le poète malgré tout confiant, car l’espoir demeure, celui de trouver, un été, peut-être, dans la réalité, ce que l’on a vécu en rêve.

4 Conclusion

55Le beau chez Walther est certes affaire de convention, mais l’étude du champ notionnel a montré que les relations dégagées s’inscrivent dans un système de signes reliés entre eux qui ont la cohérence d’une construction. Il est souvenir de lectures antérieures et restitution d’images qui se superposent et se répondent, à la fois reprise, variation, voire re-création. Il est l’expression d’un désir et sa satisfaction poétique simultanément, il est essentiel, mais il est aussi éphémère et illusoire. Or, sans lui, l’édifice courtois devient fragile, il ne tient pas. Le poète jeune est davantage sensible à la beauté que le poète vieillissant : amour et temps qui passe ne s’accordant parfois guère.

Notes

1 1170-1230 (environ).

2 Cf. Des Minnesangs Frühling, Carl von Kraus, S. Hirzel Verlag, Stuttgart 1967 (=MF).

3 Sur les artes poeticae, cf. Edmond Faral, Les Arts poétiques du xiie et du xiiie siècle, Paris, Champion 1971.

4 Cf., infra, notre Étude lexicale du champ notionnel du "beau", dans laquelle nous nous attachons à démêler l’écheveau des relations et interconnexions telles qu’elles sont révélées par le lexique du beau, compris largement comme un champ entre termes de base et termes reliés. L’étude statistique a été menée (informatiquement) à partir de l’édition de Friedrich Maurer, Walther von der Vogelweide, Sämtliche Lieder. Wilhelm Fink Verlag, Munich 1972. Elle est indicative et pertinente dans le cadre de l’édition de Maurer. Les citations sont tirées de l’édition de Christoph Cormeau, Walther von der Vogehveide, Leich, Lieder, Sangsprüche. Walther de Gruyter, Berlin New York, 1996. Dans le corps du texte nous citons la référence de l’édition de Lachmann telle qu’elle est citée par Cormeau. Nous précisons en note, dans l’ordre, les numéros de poème, de strophe et de vers de l’édition de Cormeau.

5 L’étude des images et des métaphores, qui sont d’efficaces vecteurs de concepts, ne pouvant être envisagée de façon exhaustive dans le cadre de cet article, nous nous bornerons à en donner quelques exemples, cf. infra, passim.

6 Cf. sur ce point, Horst Brunner, Gerhardt Hahn, Ulrich Müller, Franz Viktor Spechtler, Walther von der Vogehveide, Epoche, Werk, Wirkung, Verlag C.H. Beck, Munich 1996, passim, et, en particulier, pp. 74-134, le chapitre "Walthers Minnesang" (Gerhard Hahn), ainsi que l’important appareil bibliographique traitant des thèmes, à savoir ceux du Minnesang et de la Spruchdichtung, de la poésie d’amour et de la poésie politique, et des rapports de Walther avec ces derniers.

7 Nous indiquons, pour chaque terme, sa fréquence absolue.

8 L’adjectif schoen donne aussi lieu à une dérivation verbale à l’aide du préfixe be- (équiper de) : beschoenen (rendre beau, embellir).

9 Cf. Joerg Schaefer (in Walther von der Vogelweide, Wissenschatfliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 1972), à l’article sur le terme “schoene”, pp. 548-549 : “schoene” : Mit “schauen” verwandt. Grundbedeutung : “ansehnlich”, ursprünglich auf angenehme Gesichtseindrücke beschränkt, doch dann auf Gehörästhetik bezogen [...].

10 Le nom lieht signifie “lumière, clarté” (morgen lieht, la “clarté du matin, de l’aube”).

11 Cf. Cormeau, op. cit., 83, II, 4.

12 Cf. Cormeau, op. cit., 70, IV, 3.

13 Cf. Cormeau, op. cit., 19, III, 3.

14 Cf. Cormeau, op. cit., 92, I, 8 et 62, II, 10.

15 Cf. Cormeau, op. cit., 30, I, 3-4.

16 Cf. Cormeau, op. cit., der minneklîchen, 82, I, 2.

17 S’y ajoute la variante wunnenrîch (1) “riche en délices”

18 S’y ajoute la variante wolgetaene (1).

19 Cf. Cormeau, op. cit., 91, V, 4.

20 Cf. Cormeau, op. cit., 38, II, 1.

21 Cf. Cormeau, op. cit., 22, III, 6.

22 Une seule exception : (3,28) der reinen süezen maget désignant la Mère de Dieu.

23 L’opérateur liant de façon privilégiée les éléments d’une même classe paradigmatique est la conjonction de coordination und / unde. Les autres marqueurs de relations sont la parataxe entre épithètes : ein edeliu schoene frowe reine (46,10, cf Cormeau, op. cit., 23, II, 1) “une noble belle dame pure”, les indications de hiérarchie : gân vor (passer avant, prédominer), gân nâch (passer après, être inférieur à), la comparaison d’égalité au moyen de et de scan (ainsi, comme), la comparaison d’inégalité au moyen de baz (plus, mieux), l’adjonction au moyen de dar zuo et enfin les conjonctions de coordination oder (ou) et “négation... noch” (ni... ni). Enfin certaines équivalences ou oppositions ne sont pas marquées par un terme spécifique ; dans ce cas, le rapprochement s’effectue entre des éléments reconnus comme équivalents ou opposés au sein de structures parataxiques construites de façon parallèle : Waz sol lieplich sprechen, waz sol singen, / waz sol wîbes schoene, waz sol guot (112, 10-11, cf. Cormeau, op. cit., 82, II, 1-2), “à quoi bon les aimables paroles, à quoi bon chanter, à quoi bon la beauté de la femme, à quoi bon les biens ?”

24 Cf. Cormeau, op. cit., 97, III, 3-4.

25 Cf. Cormeau, op. cit., 7, II, 1-3.

26 Cf. Cormeau, op. cit., 52, II, 1-3.

27 Cf. Cormeau, op. cit., 54, XI, 5.

28 Cf. Cormeau, op. cit., 59, VII, 4.

29 Cf. Cormeau, op. cit., 38, II, 1.

30 Cf. Cormeau, op. cit., 23, II, 1-2.

31 Cf. Cormeau, op. cit., 78,1, 6-7.

32 Cf. Cormeau, op. cit., 88, V, 3.

33 Cf. Cormeau, op. cit., 62, III, 7-9.

34 Cf. Cormeau, op. cit., 51, I, 3-4.

35 Cf. Cormeau, op. cit., 18, V, 6.

36 Cf. Cormeau, op. cit., 51, II, 4-7.

37 Cf. Cormeau, op. cit., 91, V, 6.

38 Cf. Cormeau, op. cit., 16, I, 7-9.

39 Cf. Cormeau, op. cit., 10, IX, 7-9.

40 Cf. Faral, op. cit., p. 79.

41 Cf. le Minnesänger Heinrich von Morungen qui présente sa dame, frouwe, comme étant : “Belle et plus belle et la plus belle de toutes les belles / c’est ce qu’elle est, ma dame : je dois le lui dire”, schône und schôner und schône aller schônist, / ist si, mîn frouwe : des muoz ich irjên, in MF (133,31-35).

42 Cf. Cormeau, op. cit., 62, I, 11.

43 Cf. Cormeau, op. cit., 91, IV, 6.

44 Cf. Cormeau, op. cit., 87, III, 1-4.

45 Cf. Cormeau, op. cit., 20, III, 1-4.

46 Cf. Cormeau, op. cit., 20, III, 5-8.

47 Cf. Cormeau, op. cit., 26, III, 3-6.

48 Cf. Cormeau, op. cit., 26, II, 6.

49 Cf. Cormeau, op. cit., 57, II, 5-8.

50 Cf. Cormeau, op. cit., 71, II, 9-10.

51 Cf. Cormeau, op. cit., 26, III, 1-2.

52 Cf. Cormeau, op. cit. 43, V, 1-8.

53 Cf. Cormeau, op. cit., 12, XVI, 1-4

54 Cf. Cormeau, op. cit., 88, IV, 1-2.

55 Cf. Cormeau, op. cit., 54, XI, 1-2.

56 Cf. le sumerlaten-liet: weiz si niht, swenne ich min singen lâze, daz ir lop zergât? (73,4, cf. Cormeau, op. cit., 49, II, 6), “ne sait-elle pas que si je cesse de chanter, c’en est fait de ses louanges ?” et id. : sterbet si mich, sô ist si tôt. (73,16, cf. Cormeau, op. cit., 49, IV, 6), “si elle me tue, elle est morte.”

57 Cf. Cormeau, op. cit., 30, III, 1 et sqq. Cf. également, id., 11, VII, 6-7, swelch schœne wîp mir gœbe danne ir habedanc, / der lieze ich liljen unde rôsen ûz ir wengel schînen,“

58 Cf. Faral, op. cit.

59 Cf. Cormeau, op. cit., 30, passim et en particulier II, III, V (Si wunderwol gemachet wîp, 53,25 sqq).

60 Cf. Cormeau, op. cit., 51.

61 Cf. Morungen, MF, passim.

Auteur

Université de Paris X

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540