Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

La beauté et la laideur dans la pensée de l’évêque d’Elne, Francesc Eiximenis

Manuel J. Peláez

Texte intégral

  • 1 Sur Vives, Jorge USCATESCU, "Vives y Erasmo", dans Folia Humanistica, XXXIV (1996), p. 343-347.
  • 2 Jordi VENTURA, "Joan Lluis Vives, pedagog de mestres i mestre de pedagogs", dans Revista de Catalun (...)
  • 3 Cf J. FTTZMAURICE-KELLY, "Vives and the Carro de las donas", dans Revue Hispanique, LXXX (1933), p. (...)
  • 4 C. FLOREZ MIGUEL, "Vives y las Utopias en el Renacimiento", dans Aula de Humanidades y Ciencias, 9 (...)

1L’étude de la femme que fait Francesc Eiximenis, en particulier dans son "Livre des femmes" (Lo libre de les dones) reste comme un exemple marquant dans la culture médiévale féminine, même si c’est Juan Luis Vives1 qui a le plus contribué en Espagne à l’exaltation de thèmes pédagogiques2 en relation avec l’instruction de la femme3 dans les débuts des temps modernes4.

  • 5 Voir David J. VIERA, "El Llibre de les Dones de Francesc Eiximenis y el Corbacho del Arcipreste de (...)

2On a écrit que Vives s’inspira d’Eiximenis mais il est aussi possible que le Corbacho de l’Archiprêtre de Talavera5 ait pris en compte le Livre des femmes. Eiximenis considère que la beauté féminine est une inclinaison naturelle ancrée dans l’homme et reliée à sa propre nature indépendamment de ce qu’ont ou non les femmes.

  • 6 Sur le Segon del Crestià voir Ms Bibliothèque Nationale de Madrid, n° 1791. Nous avons vu une copie (...)

3Dans ce sens, dans le Segon del Crestià, ch. 1636, se détache un cas singulier qui manifeste, selon le moine franciscain, la mauvaise inclinaison qui existe dans l’homme par sa corruption originelle.

4Un enfant fut accueilli dans sa plus tendre enfance par quelques saints ermites et fut maintenu dans le désert loin des rumeurs du monde de la ville et sans avoir jamais vu une femme dans sa vie. Il s’en alla une fois à la ville pour voir son père et sa mère, parce que ceux-ci sollicitèrent qu’ils voulaient voir leur enfant. En arrivant vers la population, l’adolescent contempla ce qu’il vit autour de lui et comme il observa qu’il y avait de belles et élégantes femmes. A son retour au désert, il demanda aux ermites ce que c’était. Ils lui répondirent que c’étaient des diables de l’enfer. Ils lui demandèrent de nouveau ce qui l’avait le plus attiré à la ville, et il répondit que "sur toutes les belles choses que j’ai vues, ce qui m’a le plus plu sont ces beaux diables". Alarmés, les ermites le reprirent sur le fait qu’il n’avait pas entendu que les démons provoquaient la perdition de l’être humain et la damnation éternelle. L’adolescent répondit qu’il le savait parfaitement et qu’il était disposé à cohabiter en enfer du moment qu’il pouvait le faire avec de semblables diables. Il affirmait "si je pouvais être dans cette abîme partageant ma vie avec eux pour toujours ! "

5L’exemple permet à Eiximenis de détacher que la beauté peut être l’origine de la tentation et de la perdition de l’homme. Elle le démontra avec Zorobabel, conseiller de Darius de Macédoine ; ce qui permet de faire une nouvelle réflexion sur la beauté :

  • 7 Segon del Crestià, ch. 164.

« per bella e per preciosa cosa que l’hom veja ni haja, si aprés veu una bella dona, totes aquelles coses precioses oblida e, de fit en fit, amb la boca badada, guardarà la dona e hi trobarà major delit e plaer que no en guardar qualsevol cosa altra. »7

6D’un autre coté, la laideur s’identifie dans le Segon del Crestià, et aussi dans le Terç comme le péché. Mais il y a aussi un autre type de laideur, qui est celle qui se trouve dans le Livre des femmes. Eiximenis parle avec clarté dans cette oeuvre des dangers de la beauté, comme il les nomme. Mais il avertit que la beauté est un danger non seulement pour l’homme mais aussi pour la femme. Ce à quoi fait appel l’autorité doctrinale dans ce cas, ce sont les origines qu’identifie l’idée d’ornementation avec l’embellissement de la femme, chose qu’Eiximenis confirme et identifie. L’ornementation est l’arme du diable.

  • 8 Lo Libre de les dones, éd. Frank Naccarato, Curt Wittlin et Antoni Comas, Barcelone, 1981,vol.I, ch (...)
  • 9 Lo Libre de les dones, vol. I, ch. 25, p. 44-45.

7Isaie 3, 16-26 est maintenant le point de départ de l’argumentation d’Eiximenis, mais le franciscain, en réalité, ne glose pas ce que disait le prophète de l’Ancien Testament, puisque celui-ci écrit sur les femmes au cou redressé, qui clignent des yeux, qui font des gestes avec les mains, qui ont des allures affectées, qui mettent des colliers, des perles, des bracelets, des chaînes en or, des bagues, des pierres précieuses qu’elles pendent à leur front, des capes, des gazes et des toiles fines, tandis qu’Eiximenis argumente que la beauté est dangereuse pour l’homme, puisque Dieu condamna Lucifer, premier ange, plus beau que les autres, Dieu maudit Adam et Eve tous deux beaux. Absalon, un bel homme, mourut pendu à un arbre, sa belle chevelure prise dans les branches. Le temple d’en haut détruit Sanson et Dalila et personne ne met en doute la beauté corporelle de chacun8. La belle Dura, fille de Jacob, fut violée par Emor. La non moins belle Jetzabel, pour ses péchés, fut exposée à la fenêtre et mangée par les chiens9.

  • 10 Lo Libre de les dones, éd., vol. I, ch. 25, p. 45. Voir aussi éd. Tractat de luxuria Capitols trets (...)
  • 11 « E vol dir que fembra bella e qui mal usa de sa bellea no és sino truga qui porta anell d’aur al m (...)

8Eiximenis reproduit de plus d’autres exemples de l’Ancien Testament et conclut : "Tu ne verras pas d’homme beau qui soit bon, ni de belle femme qui soit chaste"10. Eiximenis oppose, arrivé à ce point, non la beauté et la laideur mais la beauté avec la bonté et l’intelligence, en suivant l’idée du livre des Proverbes, 11, 22, où il est indiqué que la beauté d’une femme effrontée est comme une bague en or dans le museau d’un cochon, puisque, comme le précise bien la sagesse divine à travers ce livre inspiré, tous les désirs des justes se dirigent vers le bien. La belle femme, avec peu d’intelligence, ne fait pas honneur à Dieu11.

  • 12 « Vident tamen seculares multos predicatores sic scandalosos, sic male edificantes eos in verbis et (...)
  • 13 « E viven sens tota oracio e sens tota caritat, sens tota pietat e sens tota misericòrdia. E trobar (...)

9La beauté des femmes peut faire tomber les hommes dans le péché de luxure mais beaucoup plus grave serait le cas des clercs12 qui doivent vivre dans la continence en raison de leur état13.

  • 14 « La terça specia o grau d’aquest gran peccat es cant alcuna perssona se mescla, fahent aytal obra (...)

10Que se passe-t-il si un moine ou un clerc se sent attiré non par la beauté d’une femme mais par celle d’un homme ? Dans ce cas le péché de sodomie est celui contre lequel Eiximenis se jette le plus à l’assaut14. C’est un de ceux qui offensent le plus Dieu. Pour les ecclésiastiques qui en arrivent à de semblables fautes, on laisse libre cours à leur état en les condamnant à la pénitence perpétuelle.

  • 15 « Varro Cluniasensis, parlant de falsa amor con és perillosa e nociva a aquell qui la ha, si posa c (...)

11Eiximenis considère que l’amour entre l’homme et la femme, c’est à dire une relation hétérosexuelle basée exclusivement sur la beauté, est un amour passager, transitoire et qu’à la longue, cela engendre de la distance dans le couple puis du mépris. Eiximenis en donne la raison : La beauté féminine est changeante et une femme contemplée exclusivement pour sa beauté avec le temps est vue comme une bête15.

12L’illustration dans ce cas vient de nouveau de l’Ancien Testament. Le fait que les enfants de Seth prirent pour épouses de belles femmes fut propice à ce que Dieu punisse le monde avec le déluge universel.

  • 16 Lo Libre de les dones, éd., vol. I, ch. 80, p. 125-126.

13L’opinion d’Eiximenis, cependant, n’est pas concordante dans cette occasion avec le récit biblique. Il vérifie ensuite son opinion avec l’exemple d’Abraham, de Jacob, de Rachel, de Salomon et de Raab qui engendra Botz, un fils dans ce dernier cas misérable et qui mérite toute déconsidération16.

14Quand un homme voit que sa femme se maquille et s’orne trop, en particulier les cheveux, il doit la corriger et l’admonester pour qu’elle soit prudente et respectable. La grosseur, la malice et l’animosité s’opposent à la beauté et à la bonté.

  • 17 Voir Lo Libre de les dones, éd., vol. I, ch. 88, p. 137; vol. II, ch. 364, p. 528; vol. Il, ch. 371 (...)

15Tous ces maux sont propres aux paysannes et aux paysans, à ceux qu’Eiximenis considère comme un danger public, puisqu’ils ne raisonnent pas, réagissent avec violence et jouent comme des fous et des folles17.

  • 18 Francesc EIXIMENIS, De Sant Miguel Arcàngel. El quint tractat del "Llibre dels àngels", éd. Curt Wi (...)

16Eiximenis contemple, d’un autre coté, la beauté céleste de l’ange Michel, distincte de celle de la femme. Son excellence et sa prééminence ont une relation avec la notion de pulchrum, qui s’associe à saint Michel18 comme propriété transcendantale de l’être, tandis que Lucifer, personnifie la laideur avec toutes les caractéristiques qu’elle comporte.

17De plus, Eiximenis comprend le mal dans le sens métaphysique de l’absence du bien. Lucifer était beau mais, à cause de son péché, il n’est plus beau, ce qui rapproche l’idée de la beauté de celle du bien.

  • 19 Terç del Crestià, ch. 98.

18Parfois le mot "beauté" apparaît également dans l’oeuvre d’Eiximenis attribué aux animaux, aux plantes et aux arbres, comme c’est le cas d’un figuier, que le franciscain qualifiait de beau, des fruits duquel un mari mangeait fréquemment et sous lequel il se reposait en dormant. L’épouse, demanda qu’on coupe l’arbre car son mari y prétait plus d’attention qu’à elle. Le mari demanda, alarmé, qui avait coupé cet arbre et pourquoi19. La femme donna une réponse astucieuse qui n’avait rien à voir avec la préoccupation réelle qui l’avait poussée à agir de cette façon.

  • 20 Éds. Valence, 1499 et facsimil Valence, 1972 [de qua vid. Curt WITTLIN, "L’edicio del 1499 del Regi (...)
  • 21 Cf Francisco ELIAS DE TEJADA et Gabriela PÈRCOPO, Historia del pensamiento politico catalan, Sévill (...)
  • 22 Sur la notion de ville voir Josep OLIVES PUIG, "El concepte de participacio en el pensament classic (...)
  • 23 Cf Andreu IVARS, "El escritor Fr. Francisco Eximenez en Valencia", dans Archivo Ibero-Americano, XI (...)

19Lorsqu’Eiximenis écrit le "Réglement de la chose publique" (Regiment de la cosa pública20), dans une part (la IIIème) del Dotzè del Crestià, ch. 357-395, il fait un éloge enflammé de la ville de Valence, la qualifiant de très belle21. C’était la ville22 d’adoption mais pour Eiximenis, le valencianisme est quintessentiel à sa production intellectuelle de contenu politique23 et, aussi bien, forme une part de sa conception du pancatalanisme, d’une nation catalane indépendante, très belle, de Perpignan a la Murcie.

Notes

1 Sur Vives, Jorge USCATESCU, "Vives y Erasmo", dans Folia Humanistica, XXXIV (1996), p. 343-347.

2 Jordi VENTURA, "Joan Lluis Vives, pedagog de mestres i mestre de pedagogs", dans Revista de Catalunya, 73 (avril-1993), p. 54-71.

3 Cf J. FTTZMAURICE-KELLY, "Vives and the Carro de las donas", dans Revue Hispanique, LXXX (1933), p. 503-544 ; David J. VIERA, "Mas sobre Vives y el Carro de les dones", dans Estudios Franciscanos, LXXV (1974), p. 148-161 ; VIERA, "En defensa de Juan Luis Vives", dans Boletin de la Sociedad Castellonense de Cultura, LVII, n° 1 (1981), p. 77-93 ; VIERA, "The structure and division of the Llibre de les dones by Francesc Eiximenis (1327-1409) ", dans Josep Maria Solà-Solé : Homenage, Homenaje, Homenatje. Miscelanea de estudios de amigos y discipulos), éd. Antonio Torres-Alcala, Victorio Agüera et Nathaniel B. Smith, Barcelone, 1984, p. 159-164 ; Miguel BATLLORI, "Joan-Lluis Vives en l’Europa d’avui", dans De l’Humanisme i del Renaixement, Valence, 1995, p. 205-218 ; Carmen CLAUSELL, "Francesc Eiximenis en Castilla. I. Del Llibre de les dones al Carro de las donas", dans Boletin de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, XLV (1995-1996), p. 439-464.

4 C. FLOREZ MIGUEL, "Vives y las Utopias en el Renacimiento", dans Aula de Humanidades y Ciencias, 9 (1992), p. 49-64.

5 Voir David J. VIERA, "El Llibre de les Dones de Francesc Eiximenis y el Corbacho del Arcipreste de Talavera, ¿ influencia directa, indirecta o fuentes comunes ? ", dans Estudios Franciscanos, 81 (1980), p. 1-31 ; VIERA, " « El hombre cuerdo no debe fiar de la mujer ningun secreto », como tema de la literatura clasica hispanica", dans la publication de l’établissement de Culture Institut Caro et Cuervo, Bogota, 1975, p. 1-4 et dans Thesaurus, XXX (1975), p. 557-560 ; VIERA, "Mas sobre la influencia del Corlacho en la literatura espanola", dans Thesaurus, XXXII ( 1977), p. 384-387.

6 Sur le Segon del Crestià voir Ms Bibliothèque Nationale de Madrid, n° 1791. Nous avons vu une copie photographique de la Bibliothèque Nationale de Catalogne, Barcelone.

7 Segon del Crestià, ch. 164.

8 Lo Libre de les dones, éd. Frank Naccarato, Curt Wittlin et Antoni Comas, Barcelone, 1981,vol.I, ch.25, p. 44.

9 Lo Libre de les dones, vol. I, ch. 25, p. 44-45.

10 Lo Libre de les dones, éd., vol. I, ch. 25, p. 45. Voir aussi éd. Tractat de luxuria Capitols trets de "Lo Terç del Crestià", ms. inèdit en lo xiv en segle, compost per lo molt reverend Mestre Francesch Eximéniç, Barcelone, 1906.

11 « E vol dir que fembra bella e qui mal usa de sa bellea no és sino truga qui porta anell d’aur al morro. La truga qui anell d’aur porta e.l morro neguna honor no dona a l’anell, ans lo met per lo fanch pregon. Axi la fembra bella e ab poch seny no dona honor al don de Déu, ço és a la bellea que Déus li ha dada, car ella la posa e la ensenya a totes aquelles parts on més mal ne peccat ne viltat se.n pot seguir » (Lo Libre de les dones, éd., vol. I, ch. 25, p. 45).

12 « Vident tamen seculares multos predicatores sic scandalosos, sic male edificantes eos in verbis et factis » (EIXIMENIS, Ars praedicandi, II, ch. 307). Voir aussi Vida de Jesucrist, VIII, ch. 71. « Ne cum clericis cohabitent mulieres... Clericus solus prohibit, ne clerici frequentent nec visitent virgines nec alias mulieres tamen propter sui periculum que propter aliorum malum exemplum » (Pastorate, I, f. 9va-b).

13 « E viven sens tota oracio e sens tota caritat, sens tota pietat e sens tota misericòrdia. E trobar- los has homens dissoluts, ociosos, scandalosos e contra ordinacio de Santa Mare Església, portants armes, jugants a daus, anar curts en habits de malendrins, companyons de alcavots, procuradors de negocis setglars, sobre totes altres hômens, presumptuosos e orgullosos, avariciosos, vindicatius, carnals publichs, concubinaris, maliciosos, gelosos, desonets en gests e paraules » [Llibre dels àngels, III, ch. 13 et aussi bien III, ch. 18 et V, ch. 36. A ce propos voir J. RODRIGUEZ PUÉRTOLAS, "Eiximenis y Mendoza : literatura y sociedad en la Baja Edad Media Hispanica", dans Revista Valenciana de Filologia, VII (1963-1966), p. 158].

14 « La terça specia o grau d’aquest gran peccat es cant alcuna perssona se mescla, fahent aytal obra no ab aquell llinatge ab que deu, mas ab altre axicom si alcun hom fa aytal mal ab hom o fembra ab fembra » (éd. Tractat de luxuria, p. 13). Aussi bien, « qui s’ajuden d’instruments artificials de qualsevol matèria sien, per complir aquest peccat, ells son vers sodomites » (p. 13).

15 « Varro Cluniasensis, parlant de falsa amor con és perillosa e nociva a aquell qui la ha, si posa con los hômens han falsa amor a lurs muyllers, e no.ls van dret per moites maneres... car cant les prenen no attenen a lur bonea, sino que sien belles o riques. E cascun d’aquests esgarts ve fort falsament a la amor, car qui en la dona atén a la bellea, tantost com n’és fart passa la amor e torna en pudor » (Lo Libre de les dones, éd., vol. I, ch. 80, p 124).

16 Lo Libre de les dones, éd., vol. I, ch. 80, p. 125-126.

17 Voir Lo Libre de les dones, éd., vol. I, ch. 88, p. 137; vol. II, ch. 364, p. 528; vol. Il, ch. 371, p. 541.

18 Francesc EIXIMENIS, De Sant Miguel Arcàngel. El quint tractat del "Llibre dels àngels", éd. Curt Wittlin, Barcelone, 1983, 177 p. Voir autres éds. du Llibre dels àngels, Barcelone, 1494. Pour les mss de la traduction franç. voir Bibliothèque Nationale de Paris, franç. 24773, 1777, 19273, 13219, 1S6, 1000, 17087, 13211, 1791 ; Bibliothèque Institut de France (Chantilly), ms 634 ; Bibliothèque Nationale de Turin, ms 1647 ; Bibliothèque Besançon, ms 206 ; Bibliothèque Mun. de Lyon, ms 1261 ; Bibliothèque Royale Albert I de Bruxelles, ms 1723.

19 Terç del Crestià, ch. 98.

20 Éds. Valence, 1499 et facsimil Valence, 1972 [de qua vid. Curt WITTLIN, "L’edicio del 1499 del Regiment de la cosa pública. Les revisions i ampliacions al text, a l’endreça i a comiat escrit per Francesc Eiximenis el 1383", dans Boletin de la Sociedad Castellonensede Cultura, LXIX (1993), p. 441-459] ; Barcelone, 1927, Mexique, 1947. Les idées politiques dans cette oeuvre et dans le Dotzè del Crestià sont un thème de débats pour les courants intellectuels non-conformistes. Voir à ce propos MARTI DE BARCELONA, "Fra Francesc Eiximenis, OFM (1340-1409). La seva vida. Els seus escrits. Sa personalitat literària", dans Estudios Franciscanos, XL (1928), p. 437-500 ; M. DE BARCELONA, "L’església i l’Estat segons Francesc Eiximenis", dans Criterion, VII (1931), p. 325-338 et VIII (1932), p. 337-347 ; J. H. PROBST, "Francesc Eiximeniç. Ses idées politiques et sociales", dans Revue Hispanique, XXXIX (1917), p. 1-82 ; Angel LOPEZ-AMO MARIN, "El pensamiento politico de Eximeniç en su tratado de « Regiment de Princeps » ", dans Anuario de Historia del Derecho Espanol, XVII (1946), p. 5-139 ; Jill J. WEBSTER, "La funcion de las clases inferiores dentro de la sociedad del siglo xiv segun Francesc Eiximenis", dans Revista Valenciana de Filologla, VII (1963-1966) [1967], p. 87-92 ; WEBSTER, "The works of Francesc Eiximenis as a Historical Source", dans Catalan Studies in Memory of Josephine de Boer, Barcelone, 1977, p. 195-201 [de qua vid. compte-rendu M. J. PELAEZ, "Notas criticas a cuatro recientes estudios sobre Francesc Eiximenis en los Catalan Studies. A Volume in Memory of Josephine de Boer", dans Estudios Franciscanos, 80 (1979), p. 67-74] ; José Antonio MARAVALL CASESNOVES, "Franciscanismo, burguesia y mentalidad precapitalista. La obra de Francesc Eiximenis", dans VIII Congreso de Historia de la Corona de Aragon, Valence, 1969, vol. I, p. 285-306 ; Tomas CARRERAS ARTAU, "Fray Francisco Eiximenis. Su significacion religiosa, filosoficomoral y politico-social", dans Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, I (1946), p. 270-293 ; Enrique et Matilde GUERRA HUERTAS, "La paz dentro de la comunidad internacional en el pensamiento politico pancatalân medieval", en Fundamentos culturales de la pazen Europa, vol. III, Barcelone, 1987, p. 807- 842 ; V. SEBASTIAN IRANZO, "La teocracia pontificia en Francisco de Eiximenis", Anales del Seminario de Valencia, VII (1967), p. 1-182 ; Manuel J. PELAEZ, Estudios de Historia del Pensamiento politico y juridico catalan e italiano, Barcelona, 1993, p. 1-198 ; PELAEZ, "La sociabilité dans la pensée politique de l’évêque d’Elne, Francesc Eiximenis", dans Provence Historique, XLVII, n° 187 (1997), p. 259-271 ; PELAEZ et Maria E. GOMEZ ROJO, "El pacifismo y la tolerancia en el pensamiento social y politico de Francesc Eiximenis", dans Toleranz und Intoleranz im Mittelalter, Greifswald, 1997, p. 73-81 ; PELAEZ, "Noblesse et culture aristocratique dans la pensée de Francesc Eiximenis (xive siècle), Jeroni de Merola (xvie siècle) et Marco Antonio Savelli (xviie siècle) ", dans Noblesse et culture aristocratique au moyen âge et dans les temps modernes, Torun (23-28 septembre 1998), sous presse.

21 Cf Francisco ELIAS DE TEJADA et Gabriela PÈRCOPO, Historia del pensamiento politico catalan, Séville, 1965, vol. III, La Valencia clasicaf1238-1479), p. 90. Voir aussi ELIAS DE TEJADA, Las doctrinas politicas en la Cataluha medieval, Barcelone, 1950, p. 138-163.

22 Sur la notion de ville voir Josep OLIVES PUIG, "El concepte de participacio en el pensament classic : l’aportacio de la teoria eiximeniana de la ciutat, la comunitat i la cosa publica", dans Actes del II Congrés Català de Sociologia, Gerone, 15-17 avril 1994, éd. Barcelone, 1996, p. 193-312. A ce propos, voir Dotzè del Crestià, II, ch. 110 : « Quina forma deu haver ciutat bella e bé edificada. De la forma de la ciutat son estades diverses opinions ; car dixeren los grecs filosofos, jatsia que aprés hi hagen ajustat quencom los savis crestians, e han dit, sumàriament, en esta matèria : que tota bella cintat devia ésser quadrada, car ret-se’n pus bellae pus ordenada... la ciutat aquella hauria quatre quartons principals, ço és, quatre parts ; e cascuna part poria haver plaça gran e bella... En lo mig de la ciutat deu ésser la Seu ; e aprés ella deu ésser gran plaça e bella, ab graons alts de cada part. Lo mur deu haver en cascun angle principal un bell castell ».

23 Cf Andreu IVARS, "El escritor Fr. Francisco Eximenez en Valencia", dans Archivo Ibero-Americano, XIV (1920), p. 76-104 ; XV (1921), p. 289-331 ; XIX (1923), p. 359-398 ; XX (1923), p. 210-248 ; XXIV (1925), p. 234-382 et XXV (1926), p. 5-48 et 289-333 ; Antonio ELORZA, "Eiximenis y la sociedad valenciana bajo-medieval", dans Anuario de Historia Economicay Social, II (1969), p. 473-478 ; Julian SAN VALERO APARISI, "Riesgos y venturas de Valencia la gran en torno a 1400", dans Homenajeal Dr. Juan Regla Campistol, Valence, 1975, vol. I, p. 139-148.

Auteur

Université de Malaga

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540