Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

De la laideur à la beauté : la métamorphose de Tronc en Aubéron dans le roman d'Ysaÿe le Triste

Anne Martineau

Texte intégral

  • 1 Ysaÿe le Triste, Roman arthurien du Moyen Âge tardif, éd. par André Giacchetti, Publications de L' (...)

1Le roman d'Ysaÿe le Triste, précieux cadeau qui a été fait aux médiévistes il y a juste dix ans1, est une œuvre aussi complexe que déroutante, abondant en péripéties si invraisemblables que, faute de leur trouver la moindre signification, de guerre lasse, le lecteur est souvent tenté de n'y voir qu'un effet de la débordante imagination de l'écrivain.

2Notre projet aujourd'hui est d'étudier la plus inattendue de toutes les surprises que nous réserve ce roman : la métamorphose du nain Tronc en Aubéron, son passage de la laideur la plus extrême à la plus sublime beauté, en l'utilisant comme une clef pour entrebâiller ce texte (bien plus cohérent qu'il n'y paraît) et en proposer de nouvelles directions de lecture.

3Pour cela, nous nous arrêterons d'abord à l'annonce et à la réalisation de cet invraisemblable événement.

  • 2 Ibid., p. 394, § 549(h et i).

4L'annonce en est très tardive, puisque le lecteur doit attendre l'épisode du Vergier as Fees, c'est-à-dire être parvenu aux trois quarts du long roman d'Ysaÿe le Triste, pour que la fée Oriande lui fasse (en même temps qu'au personnage de Marc, fils d'Ysaÿe), cette stupéfiante révélation : sous l'apparence misérable et hideuse du nain Tronc, serviteur d'Ysaÿe avant d'être celui de Marc, se dissimulerait un prince ensorcelé, que — ce qui est plus stupéfiant encore — l'identité de ses parents (Jules César et la fée Morgue) permet aussitôt (au seul lecteur, et non au personnage de Marc, qui n'a bien évidemment pas lu Huon de Bordeaux) d'identifier comme le légendaire petit roi de féerie.2

5Le maléfice cependant pourrait être détruit, si le malheureux Tronc trouvait un héros capable de satifaire aux deux conditions exigées par la fée qui lui a jeté ce mauvais sort. Elles sont, hélas, si difficiles à remplir que, depuis neuf cents ans, nous dit-on, le nain espère en vain sa délivrance !

6Si la première en effet n'apparaît que comme une condition de type classique : l'accomplissement d'une prouesse par un champion valeureux (passer le Pont de Dolleur et conquérir le Chastel Envieux), la seconde, qui lui est obligatoirement couplée, relève, elle, d'un ordre radicalement différent, tout en étant en soi pour le moins saugrenue. Elle consiste en effet en une étrange synchronie conjugale : le vainqueur de ces deux épreuves devra se marier le jour même où son père épousera sa mère :

  • 3 Ibid., p. 394, § 549(h)).

« chieulx enffes [ =Tronc] serroit le plus laide creature qui oncques fust, et viveroit en paine et en dolleur tant que le chevalier aroit trouvé qui passeroit le Pont de Dolleur, et concquerroit le Chastel Envieux, et espouseroit femme le jour que ses peres espouseroit se mere. »3

  • 4 Le fait est souligné par la fée Oriande, Marc lui ayant objecté que son père était mieux à même qu (...)

7Le fils d'Ysaÿe, Marc (et non, comme le titre du roman aurait pu le laisser croire, Ysaÿe lui-même, étant donné que ce dernier, orphelin dès sa prime enfance, n'aurait jamais pu, quelles que fussent ses qualités, remplir la seconde condition4), s'étant révélé le sauveur tant attendu, puisqu'il passe le Pont de Dolleur, conquiert le Chastel Envieux... et se marie le jour même où Ysaÿe, son père, parvient enfin à épouser Marthe, sa mère, nous assistons donc dans l'épilogue du roman à la transformation de Tronc, le plus laid (et le plus misérable) des nains dans le plus beau (et le plus puissant) de tous. En pleine nuit, les fées viennent le tirer de son sommeil pour lui offrir, avec la beauté, pouvoirs magiques et royauté. Il quitte alors le ridicule sobriquet de Tronc ("bout", "trognon"), descriptif de son ancien être, pour recevoir au baptême le nom d'Aubéron. Puis, ayant fait ses adieux à ses anciens amis, il s'évanouit sous leurs yeux pour prendre possession de son nouveau royaume.

  • 5 The Vulgate Version of The Arthurian Romances, éd. O. Sommer, vol. II, L'Estoire de Merlin, p. 422 (...)
  • 6 The Didot-Perceval, Accordind to the Manuscripts of Modena and Paris, éd. W. Roach, Genève, Slatki (...)

8Heureux dénouement qui pourrait, certes, faire penser au vieux motif de contes du beau prince (ou de la belle princesse) libéré du maléfice qui le frappait (motif auquel la littérature médiévale a déjà eu recours, faisant même parfois du maléfice une transformation en nain difforme : ainsi du nain Evadeain de la Vulgate Merlin5, ou de Rosette la Blonde du Didot-Perceval6), n'étaient deux différences essentielles.

  • 7 « Et quel non, dist Ysaÿe, vaurés vous avoir ? - Tel, dist il, que a cieulx qui haptesme me donra, (...)

9La première est que, dans les contes de ce type, le prince recouvre sa beauté première, redevient ce qu'il était auparavant et rentre en possession de son héritage. Tandis que Tronc n'a jamais été beau. Il n'a jamais été riche. Il n'a même jamais été Aubéron, puisque ce nom est créé à l'occasion de son baptême, moitié par Tronc, qui choisit de prendre le nom de l'évêque Aubert, moitié par Ysaÿe qui, jugeant ce nom trop grand pour le nain, le réduit à celui d'Aubéron (qui n'est donc bizarrement encore qu'un diminutif, mais nous pouvons cependant noter au passage que la christianisation d'Aubéron est poussée jusqu'à celle de l'étymologie de son nom7). La laideur a ici engendré la beauté. C'est donc bien une métamorphose, au sens où l'entendent les entomologistes (désignant ainsi, par exemple, la transformation de la chrysalide en papillon). Et cette métamorphose est de plus une apothéose : l'apothéose de Tronc.

10La seconde différence est que, loin d'être une simple fin heureuse, cette métamorphose finale engage le lecteur à une relecture complète du roman.

11Par souci de clarté, nous scinderons cette relecture en deux moments, et commencerons par réexaminer les trois premiers quarts de l'œuvre, c'est-à-dire tout ce qui précède la révélation du Vergier as Fees.

12La première découverte est celle de l'existence d'un double fil et d'une double quête sous-tendant, depuis le début (mais la deuxième à l'insu du lecteur), l'action du livre.

  • 8 Depuis la mort d'Arthur, il n'y a plus ni roi ni loi : « ly chevaliers du païs et especiaument les (...)

13La première quête, en effet, a toujours été explicite : c'est la croisade entreprise par Ysaÿe (avec l'aide active du nain) pour rétablir l'ordre dans un monde que l'écroulement de l'univers arthurien avait plongé dans l'anarchie.8 Tandis que l'autre, qui doublait la première, était privée, secrète, souterraine en quelque sorte : c'était celle que le nain menait patiemment — mais en y déployant toute son énergie — pour mériter sa propre beauté.

14Le lecteur réalise seulement alors en effet que, tout en servant loyalement Ysaÿe, son premier maître, Tronc n'avait jamais perdu de vue ses propres intérêts. La nécessité de célébrer le même jour les noces des deux générations jette en particulier, à distance de temps, un éclairage inattendu sur l'animosité évidente du nain à l'égard de la belle Marthe, sur ses efforts répétés pour l'écarter d'Ysaÿe (Tronc allant même, pour plus de sécurité, jusqu'à la faire enfermer !), après que, dans une chambre de Blamir, le couple a conçu un fils (Marc). Et cette révélation transforme le sens du livre, faisant apparaître Tronc comme le véritable maître du jeu, sinon comme un double du romancier lui-même, le plan si longtemps tenu secret par le nain coïncidant en effet exactement avec la composition même de l'œuvre, que nul, à l'exception du romancier et du nain, ne connaissait d'avance.

15L'autre découverte est que ce second fil était manifestement fait pour rester invisible. Non seulement en effet jamais, dans cette longue partie qui précède la révélation du Vergier as Fees, il n'est fait allusion au secret du nain, à cette beauté qu'il s'efforce de conquérir, mais l'écrivain ménage visiblement la surprise qu'il nous prépare en renchérissant à l'extrême sur sa laideur.

  • 9 Ibid., p. 35, § 16(a).
  • 10 Ibid., p. 35, § 16, et p. 139, § 188.

16Elle est telle qu'il est absolument impossible de deviner le futur bel Aubéron sous son état tronnesque (comme on parle d'état larvaire). Tronc n'est pas simplement un très petit nain très laid, c'est un véritable monstre, même aux yeux des autres nains du roman : Tronc est tout simplement la plus laide créature que la terre ait jamais portée. Sa laideur va jusqu'à l'extragance, l'auteur, pour atteindre son but, faisant fi de tout réalisme. C'est ainsi que Tronc présente la singularité d'être microcéphale. Or la microcéphalie s'accompagne toujours d'un bas niveau d'intelligence, ce qui est loin d'être le cas pour Tronc, mais qu'importe ! puisque cela permet à l'écrivain de doter son nain d'une ridicule petite "tête de chat"9. Avec cela, naturellement, il est bossu. Mais surtout, son corps est un assemblage absurde de parties atrophiées et de parties hypertrophiées : petite taille, petite tête, gros poings, gros yeux, grandes oreilles, grande bouche, grands et gros pieds, larges épaules, menus rains.10

  • 11 Ibid., p. 59, § 46(a).
  • 12 Ibid., p. 366, § 527(b) : et avoit ung oel tout enfflé et lez levres touttes escorchies, sy en est (...)
  • 13 Ibid., p. 61, § 46(d).

17Cette laideur, l'écrivain ne cesse de surenchérir sur elle et de la renforcer, en faisant endosser au nain de misérables oripeaux, en le déguisant (ne va-t-il pas jusqu'à le travestir en demoiselle !11), en le tuméfiant (on imagine ce que donne un tel visage avec un œil poché, des lèvres fendues12) enfin, en l'animant : Tronc ne cesse de sauter, de cabrioler, de s'enlaidir lui-même en grimaçant. C'est de plus un nain très peuple, qui ignore les bonnes manières, en particulier celles de table. En un gros plan saisissant, l'écrivain nous livrera même le cocasse et répugnant spectacle de son énorme bouche saisie en plein travail de mastication et de déglutition !13

  • 14 Ibid., p. 35, § 16(a); p. 41, § 25(a); p. 68, § 53(d); p. 112, § 133(b); p. 358, §521(0; p. 254, § (...)
  • 15 Ibid., p. 365, § 526(d) : « syfort m'a mors en me jambe que je m'en deul : il a lez dens aussy agu (...)

18Tronc d'ailleurs est-il seulement humain ? On peut se le demander, devant la pluie d'images animales qui s'abattent sur lui : chat, lièvre, écureuil, loutre, loup, âne, cheval, singe et surtout... chien14. Entre sa large gueule aux dents acérées et son comportement, il offre tant de ressemblances avec cet animal, que dans la confusion du pugilat qui inaugurera sa rencontre avec Marc, le jeune homme, dans la jambe duquel le chiennet de Tronc a planté ses crocs, croira tout bonnement que c'est le nain qui l'a mordu !15

19En résumé, comme le lui dira aimablement Marc, ce nain est un concentré ou une mosaïque de tout ce que la création, dans le domaine zoologique, a produit de plus affreux :

  • 16 Ibid., p. 384, § 544(a).

« de touttes lez laides bestes du monde tu as une enssengne. »16

  • 17 Ibid., p. 90, § 85(b).
  • 18 Ibid., p. 359, 522(a).
  • 19 Ibid., p. 54, § 39(d).
  • 20 Tronc transporte en réalité des têtes coupées entassées sur une brouette (ibid., p. 341, § 512(d))
  • 21 Ibid., p. 348, § 515(1).

20L'apparition d'un tel monstre ne peut que soulever une vive émotion. Tronc est un nain qui répand la terreur. Il est lais espoentans17. À en croire en effet ceux que la vue de Tronc terrifie, ce serait un enemis, sinon Burgibuz en personne.18 Autrement dit, cet être minuscule et contrefait, à la bouche largement fendue et aux yeux globuleux, presque nu et largement zoomorphe, ressemblerait en tous points à un diable, ou plutôt, pour être plus exact, à l'un de ces petits démons qu'aime réprésenter l'iconographie du moyen âge. L'un lui conseille de s'en retourner ratisier le fu desous le caudiere en Infer19, des chaufourniers le prennent pour un démon poussant devant lui une brouette d'armes20, un portier, le voyant surgir à l'improviste portant dans ses bras son petit chien favori, est même victime d'une hallucination : il détale en hurlant qu'il vient de voir un diable emportant dans ses griffes la petite âme noire d'un damné. Et l'auteur croit bon de préciser : car ly kiennés estoit noirs.21

  • 22 Ibid., p. 364-365, § 526.

21Naturellement, les plus cocasses manifestations d'épouvante étant toujours le fait de personnages antipathiques ou ignorants (et n'ayant apparemment eu, comme la mère de Villon, d'autre éducation chrétienne que celle des peintures de leur moustier), on pourrait crier à la sotte superstition, n'était ce témoignage de poids : Marc, le propre fils du héros, a vu de ses yeux un démon qui hantait une maison de Blamir. Il s'est même colleté avec lui. Or, la première fois qu'il rencontrera Tronc, l'épouvantable ressemblance l'abusera tant qu'il se ruera sur le nain comme un furieux.22

22Le lecteur est donc forcé de se rendre à l'évidence : Tronc n'est pas simplement laid en diable, c'en est bel et bien le sosie.

  • 23 Facétieux et capable d'auto-dérision, le nain ira même jusqu'à suggérer qu'on l'utilise comme arme (...)

23De cette laideur, Tronc (mais aussi ses maîtres) savent à l'occasion tirer partie. C'est souvent pour eux une arme, dont ils usent23 — ne fût-ce que pour rire — contre les méchants et les imbéciles, tous ces aveugles qui accablent Tronc de moqueries et de grossièretés à cause de sa laideur.

24Nous prenons en effet rapidement conscience (et cela dès la première lecture du roman) que plus les personnages placés en face de Tronc sont situés bas dans l'échelle de l'Esprit (qui est Amour et Intelligence), plus ils sont épouvantés par sa laideur.

25Et l'inverse aussi, naturellement. Car pour ne pas avoir peur et horreur de Tronc, il faut être capable de voir au-delà du sensible.

26Certains dans le roman y parviennent graduellement. C'est le cas de l'ermite Sarban, horrifié d'abord à l'idée de devoir confier le bébé à ce petit monstre abominable, et qui, peu à peu, lui accordera son amitié et sa confiance. Et surtout le cas de Marc, incapable au début de dominer la peur irrationnelle que tant de laideur provoque en lui. Chez lui, l'amour de Tronc, nécessitant le dépassement de sa laideur, coïncidera avec le grandissement de son être. Il en sera le résultat et le signe.

  • 24 Ibid., p. 122, § 153(a).

27Seul un petit nombre d'êtres choisis — des élus — n'éprouvent immédiatement aucune peur ni répulsion pour Tronc : Ysaÿe, dès le premier instant où, tout bébé, il le voit, et Marthe, comme elle-même le dit, à cause du dévouement du nain à Ysaÿe.24 Tous deux l'étreignent et l'embrassent à la stupéfaction... et à l'horreur générales.

  • 25 Après que ses ennemis ont enlevé Tronc, Ysaÿe perd, littéralement parlant (et de son propre aveu), (...)

28Eux seuls en effet voient ce que les autres ne voient pas : la beauté cachée, réelle, de Tronc (qui ne fait qu'un avec sa bonté et son intelligence, ce sens, dont Ysaÿe a un tel besoin que sans lui il sombre dans la folie25). Mais pour accéder à cette beauté intérieure de Tronc, une seule voie (cela nous est dit et redit) : l'amour. Car la beauté de Tronc n'est visible qu'aux yeux de l'âme et du cœur, seuls capables de dépasser le corps horrible de Tronc pour accéder à la vérité de son être. Le nain lui-même en préviendra Marc dès le début de leur compagnonnage :

  • 26 Ibid., p. 384, § 544(a).

« se vous aviés amour a moy, je vous sambleroie bieaux. »26

  • 27 C'est en effet une œuvre bien inclassable que ce roman qui se présente au début comme une continua (...)

29Un premier et profond message nous est donc déjà délivré ici sur la laideur, dénonciatrice de l'apparence, l'auteur semblant nous inviter, à travers le personnage de Tronc, à une remise en cause de l'esthétique médiévale, qui lie indissolublement beau et bien, comme Platon l'avait fait dans le Banquet pour le kalos kagathos des Grecs avec l'exemple de Socrate (Si le laid est signe de turpitude, comment se fait-il que le plus sage d'entre nous soit privé de beauté ?). Mais le rapprochement de Tronc avec le Socrate de Platon, ramenant aussitôt à notre mémoire le futur prologue du Gargantua, nous conduit à nous poser une question : l'auteur d'Ysaÿe le Triste n'aurait-il point fait du nain monstrueux la métaphore de tout son roman, qui est lui-même un assez étrange monstre hybride ?27 Quelque chose comme la “petite boîte” — en forme de Silène grimaçant — de Rabelais, grotesque à l'extérieur, mais qu'il faut savoir ouvrir, car elle contient en elle parfums et onguents délicieux ? En un mot, ne serions-nous pas invités d'abord par le nain lui-même, qui, avec une insistance remarquable, attire l'attention des personnages (et donc du lecteur) sur sa beauté couverte, et donc par l'auteur d'Ysaÿe le Triste (puisque, ne l'oublions pas, l'écrivain a peu ou prou fait du nain son double, en lui déléguant une partie de ses prérogatives de romancier) à procéder à une lecture exégétique de son œuvre ?

30C'est cette voie dans laquelle nous allons tenter de nous engager dans la troisième et dernière partie de notre recherche, qui concernera plus spécialement le dernier quart du roman.

  • 28 Ibid., p. 482, § 614(d et e).
  • 29 Le supplice d'Elias nous est en effet décrit à la p. 482 et la métamorphose de Tronc à la p. 488 d (...)

31Après la révélation du Vergier as Fees, le rythme de l'action se précipite. Maintenant Marc est un chevalier accompli, et l'on sent en Tronc comme une impatience d'atteindre le terme de cette réalisation de soi — sa beauté — si longtemps attendue. Mais en même temps se fait jour un autre aspect de sa personnalité, aussi déplaisant que dérangeant, car en contradiction apparente non seulement avec ce vers quoi nous allons, mais même avec tout ce qui nous a été dit de la beauté cachée du nain : son abominable cruauté. Plus on approche en effet de la fin du roman, plus cette cruauté va croissant, jusqu'à culminer dans ce paroxysme de l'horreur qu'est le supplice d'Elias du Mont, que le nain mutile dans sa prison, découpant son corps, jour après jour, morceau après morceau, non sans délectation.28 Scène atroce, où le bourreau Tronc nous apparaît soudain pour ce pour quoi seuls, semblait-il, les imbéciles le prenaient : un démon de tympan de cathédrale, et un démon... à l'œuvre. Et cela à quelques pages de sa métamorphose en Aubéron !29 Nagerions-nous en pleine incohérence ?

32La lumière viendra conjointement de la bouche du nain (présentant Elias, devenu hideux, à ses maîtres horrifiés) et de celle d'Elias lui-même, contraint de constater le résultat produit par le couteau de Tronc :

  • 30 Ibid., p. 482, § 613(f).

« Il est beaux chevaliers, mes sy mauvais estoit que on ne pooit trouver pieur ; sy ne le pooie faire boin, sy l'ay fait lait. — Je te ressamble » dist Hellias.30

33Ce que Tronc a opéré sur le corps magnifique du pire des chevaliers du roman (ennemi juré du nain et de tout le lignage d'Ysaÿe), c'est en effet une opération esthétique à rebours, visant à faire cesser le scandale d'une âme laide dans un beau corps.

34Aucun doute, cette scène qui, prise au sens littéral, est abominable, apparaît manifestement, lue au sens spirituel, comme le premier volet d'un dyptique des Fins Dernières : l'enfer, où le supplice d'Elias figure celui des damnés. Vision à juste titre terrifiante, à laquelle, notons-le bien, l'écrivain n'a cessé de nous préparer plastiquement, en attirant notre attention sur les ressemblances entre Tronc et un diable de l'iconographie.

  • 31 « Sy venra ung tamps que quant par le glore de Dieu serrons renouvelle, que mes corps, desservir p (...)

35Le second panneau du dyptique, où Tronc (symbolisant, lui, les élus) reçoit enfin (des fées, il est vrai !) le corps d'Aubéron, aussi beau que son âme, serait donc alors le paradis ? À ceux qui se moquaient de sa laideur présente, le nain ne répondait-il pas d'ailleurs par son espérance en ce corps de gloire dans lequel, s'il plaisait à Dieu, il serait un jour renouvelé ?31

  • 32 Proinde nulla erit deformitas, quam facit incongruentia partium, ubi et quae prava sunt corrigentu (...)

36L'embarrassant est que, tout en devenant beau (plus beau même que l'Aubéron que nous connaissions, puisqu'il perd sa bosse), Tronc-Aubéron reste petit. Peut-on imaginer un corps de gloire de trois pieds ? Non, le corps glorieux, saint Augustin nous l'atteste, sera rectifié dans toutes ses proportions : il ne souffrira plus de manque ni d'excès.32 Autrement dit, au paradis, pas plus de géants ou d'obèses que de nains. Entre sa hideur passée et la beauté de son corps de gloire futur — qui sera d'une taille idéale — la beauté du nain Aubéron apparaît donc comme un curieux intermédiaire. Comme le royaume que les fées remettent au nain en même temps que la beauté, qui est lui-même un étrange royaume intermédiaire. Ce n'est plus celui des hommes, et ce n'est point encore le paradis, même si c'en est assurément la promesse, son roi ayant sa place réservée d'avance à la droite du Seigneur. Serait-ce ce royaume où vont les bons morts, en attente de la Résurrection ? La longue et patiente quête menée par Tronc pour gagner sa beauté représenterait alors celle d'une âme individuelle tâchant de mériter le salut.

  • 33 Il est manifeste à nos yeux que l'auteur a voulu que la lecture exégétique de son œuvre s'accomplî (...)

37Mais peut-être même est-il possible d'aller plus loin et, reprenant toutes les données du roman, d'y lire un sens anagogique d'une bien plus vaste portée encore : les tribulations de Tronc, nain hideux né avant le Christ et espérant depuis neuf cents ans un sauveur qui lui donnât sa beauté, ne seraient-elles point celles de l'âme humaine elle-même ? Son histoire, n'est-ce point celle de l'humanité ? Humanité précipitée par la faute des premiers parents dans le péché, qui est déchéance (Laideur), et depuis lors péniblement en marche vers le salut (la Beauté), annoncé et préparé par les anciens prophètes (Ysaÿe), confirmé par les apôtres (Marc), et scellé par le baptême ? L'étrange mais nécessaire synchronie des mariages des deux générations symboliserait alors la nécessaire fusion ou réconciliation des trois grandes religions monothéistes : judaïsme et christianisme (Ysaÿe épouse Marthe), puis christianisme et islam (Marc épouse Orimonde, Sarrasine convertie), fusion — cela va sans dire ! — ne pouvant s'opérer pour l'écrivain que dans et par le christianisme. La métamorphose de Tronc (originellement païen et appartenant par sa généalogie d'un côté à l'antiquité romaine, de l'autre au monde celtique) — en Aubéron (chrétien, comme nous l'avons vu, dès l'origine de son être), représenterait alors la promesse du rachat et de la régénération de l'humanité entière, depuis la nuit des temps, celle d'avant la Révélation, par l'Evangile, la Bonne et Belle Nouvelle : celle de l'avènement du Christ, symbolisé ici par la Beauté Nouvelle de Tronc devenu Aubéron. Sens anagogique trop grave et trop sublime pour être mis sans sacrilège à la portée de tous. Voilà pourquoi, selon nous, l'auteur d'Ysaÿe le Triste l'a si soigneusement dissimulé sous le chatoiement de l'intrigue, afin que seuls ceux qu'anime l'amour, l'amour de Dieu (et donc ni les impies ni les mécréants), puissent, le découvrant graduellement, en admirer toute l'étendue et toute la beauté.33

38Lors de la parution d'Ysaÿe le Triste, la transformation du nain Tronc en Aubéron a sans doute été l'épisode du roman qui a le plus frappé les esprits des médiévistes et les a le plus étonnés — quand elle ne les a pas tout simplement fait rire. Comment cette invention baroque avait-elle pu germer dans l'esprit d'un romancier de la fin du moyen âge de faire d'un hideux nabot, par ailleurs absolument inconnu, et affublé de l'abominable sobriquet de Tronc, la première incarnation d'Aubéron, ravissant petit roi de féerie et personnage littéraire prestigieux entre tous ! Depuis le temps, nous nous sommes apprivoisés à cette œuvre protéiforme (et un peu monstrueuse) qu'est le roman d'Ysaÿe le Triste et nous nous sommes mis en quête de l'Aubéron qu'il porte en lui. La laideur et la beauté, dans leur opposition radicale, les liens qui s'établissent parfois entre elles jusqu'à former couple, les fréquents passages de l'une à l'autre (et de l'autre à l'une), ainsi que les significations morales, symboliques et mystiques dont elles sont chacune porteuses, nous sont apparues comme une clef à la tête assez complexe pour faire un peu jouer le pêne — lui-même d'une structure fort complexe — d'une des multiples serrures qui ferment encore ce livre.

Notes

1 Ysaÿe le Triste, Roman arthurien du Moyen Âge tardif, éd. par André Giacchetti, Publications de L'Université de Rouen, n° 142, 1989.

2 Ibid., p. 394, § 549(h et i).

3 Ibid., p. 394, § 549(h)).

4 Le fait est souligné par la fée Oriande, Marc lui ayant objecté que son père était mieux à même que lui de remplir une telle mission : « Marcq, Ysaye est encore josnes, se ly sont venues moult de grandes aventures [...] mes jamais ne lez achevera car espouser ne peut jamais femme le jour que sez peres espousera se mere, car il n'a ne pere ne mere ; » (ibid., p. 395, § 549(j)).

5 The Vulgate Version of The Arthurian Romances, éd. O. Sommer, vol. II, L'Estoire de Merlin, p. 422-424, 451, 453-460 et 464.

6 The Didot-Perceval, Accordind to the Manuscripts of Modena and Paris, éd. W. Roach, Genève, Slatkine Reprints, 1977 (réimpression de l'éd. de Philadelphie, 1941), p. 187-195).

7 « Et quel non, dist Ysaÿe, vaurés vous avoir ? - Tel, dist il, que a cieulx qui haptesme me donra, sy mandés l'evesque appellé Aubert. » Et Ysaye dist : « Il est trop petis pour sy grant non porter, il ara a non Auberon » (Ysaye le Triste, éd. cit., p. 488, § 623(c)).

8 Depuis la mort d'Arthur, il n'y a plus ni roi ni loi : « ly chevaliers du païs et especiaument les nouviaux fais, ont levé tant de mauvaises coustumes cy avant qu'a mervelles, pour ce qu'i n'y ot onques personne puis qui presist le couronne, quant ly Rois Artus morut. Sy veut chascun estre sires de son païs, et avoec ce alieuvent telz coustumes qu'i leur plest. » (Ibid., p. 51, § 37(a)).

9 Ibid., p. 35, § 16(a).

10 Ibid., p. 35, § 16, et p. 139, § 188.

11 Ibid., p. 59, § 46(a).

12 Ibid., p. 366, § 527(b) : et avoit ung oel tout enfflé et lez levres touttes escorchies, sy en estoit plus lais de le moityé.

13 Ibid., p. 61, § 46(d).

14 Ibid., p. 35, § 16(a); p. 41, § 25(a); p. 68, § 53(d); p. 112, § 133(b); p. 358, §521(0; p. 254, § 375(b); p. 375, § 536(b).

15 Ibid., p. 365, § 526(d) : « syfort m'a mors en me jambe que je m'en deul : il a lez dens aussy agus c'un quiens. ».

16 Ibid., p. 384, § 544(a).

17 Ibid., p. 90, § 85(b).

18 Ibid., p. 359, 522(a).

19 Ibid., p. 54, § 39(d).

20 Tronc transporte en réalité des têtes coupées entassées sur une brouette (ibid., p. 341, § 512(d)).

21 Ibid., p. 348, § 515(1).

22 Ibid., p. 364-365, § 526.

23 Facétieux et capable d'auto-dérision, le nain ira même jusqu'à suggérer qu'on l'utilise comme arme secrète dans la guerre contre les Sarrasins : « Le plus grand sens que ly rois de Blamir poroit faire, ce seroit que quant il se combatera il me fesist aller devant, et je croy qu'il n'y aroit ne sarrasin ne paien qu'il ne s'enfuissent s'il n'avoient aprins a congnoistre tel gent que je sui. » (Ibid., p. 345, § 515(b)).

24 Ibid., p. 122, § 153(a).

25 Après que ses ennemis ont enlevé Tronc, Ysaÿe perd, littéralement parlant (et de son propre aveu), le sens : « je perch le sens quant j'ay perdu Tronc mon amy. » (Ibid., p. 193, § 297(b)). Sur ces mots, il s'enfuit en déchirant ses vêtements, en proie à la démence.

26 Ibid., p. 384, § 544(a).

27 C'est en effet une œuvre bien inclassable que ce roman qui se présente au début comme une continuation du Tristan en prose (ibid., p. 27, § 1) et s'achève, en quelque sorte, comme un prologue à Huon de Bordeaux. Non content de faire ainsi fusionner roman arthurien et chanson de geste, cet étrange pot-pourri comporte de surcroît, intégrés dans la structure narrative, des passages lyriques de belles dimensions.

28 Ibid., p. 482, § 614(d et e).

29 Le supplice d'Elias nous est en effet décrit à la p. 482 et la métamorphose de Tronc à la p. 488 de ce roman, qui en comporte 489.

30 Ibid., p. 482, § 613(f).

31 « Sy venra ung tamps que quant par le glore de Dieu serrons renouvelle, que mes corps, desservir puist a avoir glore, serra sans nulle deformité. » (Ibid., p. 358, § 521(e)).

32 Proinde nulla erit deformitas, quam facit incongruentia partium, ubi et quae prava sunt corrigentur, et quod minus est quam decet, unde Creator novit, inde supplebitur, et quod plus est quam decet, materia servata integritate detrahetur (Œuvres de saint Augustin, 37, cinquième série, La Cité de Dieu, éd. B. Dombart et A. Kalb, Paris, Desclée de Brouwer, 1960, L. XXII, XIX, § 598-599, p. 632).

33 Il est manifeste à nos yeux que l'auteur a voulu que la lecture exégétique de son œuvre s'accomplît dans un ordre précis, déterminé à l'avance par lui, et que cette compréhension exigeât en outre du lecteur un effort croissant : lui aussi doit mériter le sens sublime qui est caché dans le livre ! Le thème choisi pour ce colloque nous a amenée à n'étudier que les sens mystiques, anagogiques. Mais les autres sens sont également présents. Très vite en effet se fait jour dans le roman un premier sens, moral : le couple Ysaÿe-Tronc, rigoureusement complémentaire, représente l'homme parfait, celui qui allie en lui le sens (Tronc) et la force (Ysaÿe). Ensemble, maître et nain sont donc invincibles. Mais sens vault mieux que force (ibid., p. 75, §61). Et l'écrivain de nous démontrer a contrario la justesse de cet adage : sitôt qu'Ysaÿe est privé de Tronc, il perd le sens : il devient fou ! Un second sens, historique — ou plutôt politique — s'y adjoint bientôt : Ysaÿe et Tronc représentent l'alliance de la noblesse et du bon peuple (Tronc), celui qui reste à sa place et approuve que la noblesse seule tienne en mains les rênes du pouvoir, car elle seule a les qualités requises pour le faire. Les vaines tentatives de Driant, frère de lait d'Ysaÿe, pour accéder à la condition de chevalier, servent, là encore, d'illustration a contrario : comme le dit Tronc, nain politiquement fort conservateur, on ne feroit jamais de bruhier esprivier (ibid., p. 151, §219). Ces significations morale et politique sont les premières perçues parce qu'elles correspondent à la première quête, celle que mènent conjointement et ouvertement Ysaÿe et Tronc, et elles sont les plus facilement perceptibles, l'auteur les soulignant au moyen de proverbes (généralement placés dans la bouche du nain). Tandis que la troisième signification, qui concerne le seul Tronc, ne peut en aucune façon se deviner avant les révélations faites sur le nain au Vergier as Fees : c'est seulement alors, comme nous l'avons vu, que le lecteur apprend l'existence de la quête secrète menée par Tronc pour gagner sa beauté (son salut) et réfléchit (éventuellement) à ce qu'a été son rôle caché dans la partie du roman qui précède. Quant au quatrième et plus haut sens de tous : l'histoire humaine toute entière en marche vers le Christ, non seulement il ne peut être saisi qu'à l'extrême fin du roman, mais il nécessite, de surcroît, de repenser toute sa structure. Admirable construction, de type polyphonique, dans laquelle les quatre sens exégétiques, décalés dans le temps de la lecture, convergent ainsi tous ensemble vers l'épilogue, qui est apothéose.

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540