Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

La laideur de la rue polluée à la fin du Moyen Age : "Immondicités, fiens et bouillons" accumulés sur les chaussées des villes du royaume de France et des grands fiefs au xvème siècle"

Jean-Pierre Leguay

Texte intégral

1Parmi les mots qui sont les plus couramment utilisés de nos jours figure la pollution qu’on qualifie, selon les cas, d’atmosphérique, de chimique, de mécanique, de nucléaire. On a la fausse impression que la prise de conscience de son existence est récente, que ce fléau ne préoccupe les humains que depuis quelques décades, sans doute à cause de l’emploi généralisé de pesticides et du développement d’industries néfastes pour l’environnement, probablement aussi à cause de l’information dont nous bénéficions ou dont nous sommes les victimes.

  • 1 GUILLERME (A.), Les temps de l’eau, la cité, l’eau et les techniques, collection milieux, éditions (...)
  • 2 FAVREAU (R.), Epidémies à Poitiers et dans le Centre Ouest à la fin du Moyen Age, Bibliothèque de (...)

2La pollution, en tant que telle, n’est pas nouvelle. Elle est dénoncée, sous d’autres noms, depuis des siècles, notamment celle des rues, ces "cloaques à ciel ouvert". Des études sur les villes de l’Ancien Régime l’ont décrite sous des titres évocateurs d’une cruelle réalité : "Pot de fleur et jambe de bois, la voirie parisienne à la fin du xviie siècle" (J. Thibaut-Payen) ou "Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire" (A. Corbin). A. Guillerme a parlé, dans un ouvrage consacré aux "Temps de l’eau", des rivières réceptacles de tous les détritus et déjections individuels et collectifs. Nous l’avons fait dans le cadre d’un ouvrage sur les chaussées, en mettant l’accent sur la pollution provoquée par l’activité physiologique des hommes et des animaux et par les ateliers producteurs de déchets minéraux et organiques1. L’enquête est loin d’être achevée et se nourrit d’exemples locaux, d’une relecture des textes, de découvertes archéologiques (à propos des fosses d’aisance), de réflexions historiques et sociologiques2. Le sujet prête à la discussion voire à la contradiction Il est pas rare que des historiens doutent d’une réalité, généralement admise, quitte à dresser, quelques lignes plus loin un tableau apocalyptique des pavés et des cours d’eau !

3Après un constat de pollution fait à travers le vocabulaire, les anecdotes et les extraits d’archives municipales, nous en examinerons les raisons, les risques d’aggravation au xvème siècle, puis les premières mesures consécutives à une prise de conscience du risque.

*

4La pollution, même si elle ne dit pas encore son nom, existe depuis fort longtemps ; les prestigieuses civilisations du passé égyptien, assyrien, gréco-romain nous ont légué de solides chaussées dallées, bombées pour faciliter l’écoulement des eaux, creusées de rigoles portant l’empreinte des roues de chars (Pompéi), doublées d’un réseau d’égouts. Dès à cette époque, la réalité, vécue quotidiennement par les citadins, était sensiblement différente ; la plupart des voies secondaires étaient mal protégées par des revêtements sommaires en terre battue et en galets, mal entretenues et à peine balayées.

  • 3 LAVEDAN (P.) et HUGUENET (J.), Histoire de l’Urbanisme, tome II, Bibliothèque de la Société França (...)

5Le Moyen Age, héritier du Bas Empire, récupère donc un état des lieux qui ne prêterait guère à l’optimisme, si des extraits de chroniques des représentations iconographiques, des miniatures du Missel de Juvénal des Ursins, des Chroniques de Normandie, de la Vie de saint Denis, n’avaient tendance idéaliser des rues à les représenter parfaitement pavées et luisantes de propreté. La vision que donnent les contemporains de ces siècles lointains est plus proche des "marres et bouillons" que des "pavés presque point souillés de taches de boue.....tout à fait unis, propres et nets" qu’évoque Jean de Jandrun dans sa description de Senlis3.

6La toponymie vicinale commence à se fixer depuis le XIIème siècle, parfois plus tôt comme dans certaines villes (Caen, Rouen). A côté de la sempiternelle Grand’Rue ou Grand Pavé rencontré partout, des habituelles rues du Château, de l’Eglise, de l’Abbatiale, des Halles figurent des toponymes évocateurs de la gravité d’une situation, d’un état des lieux. Les rues Cavée, Creuse, Bie Crabe (rue en creux de Pau), les Trous Punais, la rue des "Petits Pentheurs" (Bernay) et d’autres appellations similaires sont déjà en soi révélatrices de voies remplies de saleté, de véritables fossés. Que dire alors des rues ou ruelles Sale, Foireuse, du Bourbier ou de l’Avalasse (Rouen), des voies appelées Basse-Fesse, Bougerue, du Pipi, des "Aysances", de la Triperie (Saintes) ! Qu’évoquent encore pour nous ces légions de Merderon, de Merdereau, de Merdaric, de Merderet (Caudebec) ou encore ces rues Etoupée (bouchée), ces impasses du C(l)oaque, du fossé du Poullyon (à Rouen) et autres appellations qui indiquent la présence d’immondices ?

7Les écrits de l’époque usent d’un vocabulaire d’une richesse peu commune quand il s’agit d’évoquer l’excrément, la pestilence, le malodorant.

8Le vocabulaire courant est, dans sa variété et sa richesse l’expression d’une fixation qui peut être matérielle, morale, sexuelle. On parle sans cesse de la "merde", de la "fange", de la "vase", des "vilenie et ordure", de la "bourbe", des "bétumes", de la "boe" ou du "bourrier", de la "fiente" ou des "fiens" des "chendres" (Saint-Omer), des "vuidenges", des "ords" (ordures), des "framboiz ou fembrois", des "infections et viscositez" (Thouars), des "immunidicités" ou "immundacions", du "mesc" (Calais), des "paluz" ou fange (à Dijon), des "punaisies (puanteur), de la "pourriture", des "ramonures" (à Amiens, à Lille), des "infections et viscositez" (à Thouars), des "gravois, terreaux et immondices" (à Paris), des "fiens, terres, tassons et autres ordures" (à Dijon).

9La fange est également présente dans l’anecdote. Les Chroniques de Saint-Denis donnent un aperçu du Paris de Philippe Auguste qui s’écarte des normes descriptives habituelles :

  • 4 Extrait des Chroniques de Saint-Denis, édition J.J. BRIAL, Recueil des historiens de la France, t. (...)

"Une heure aloit (le roi) par son palais pensant à ses besoignes, come cil qui moult estoit curieus de son roiame maintenir et amender. Il s’apuia à une des fenestres de la sale à laquelle il s’apuioit aucunes foiz pour Saine regarder et pour avoir recreation de l’air. Si advint en ce point que charetes que on charioit parmi les rues, esmurent (soulevèrent) et toouillière (remuèrent) si la boue et l’ordure dont eles estoient plaines que une puors (une puanteur) en issi si granz que à peines la peust nus souffrir. Si monta jusques à la fenestre où li Rois seait. Quant il senti cele puor si corrompue, il s’entorna de cele fenestre en grant abomination de tueur. Lors fist mander le prevost et les borjois de Paris et leur commanda que toutes les rues et les voies de la cité fussent pavées bien et soinieusement de grez gros et fort"4.

10L’encombrement de la chaussée, la présence de "mairiens, piere, bois, fiens, ramonures ou autres empiècements" sont tels que traverser une ville devient un exploit à pied et en voiture. Le détail de l’inhumation à Lille du comte Louis de Male et de son épouse Marguerite de Brabant, le 29 janvier 1384, est l’occasion pour le lecteur de découvrir un triste spectacle :

  • 5 Texte cité par D. CLAUZEL, Finances et politique à Lille pendant la période bourguignonne, édition (...)

"Quand ils furent arrivés à la porte de Lille, lesdits corps furent deschargés des chars et furent chargiés sur deux autres petis et bas charios... pour les mener plus seurement jusques en ladite église Saint-Pierre par le long de la chaussée... qui es moult mauvaise escriliant et périlleuse, et ne les eust on peu bonnement porter a gens considéré le mauvais pavement."5

11Les archives officielles et privées évoquent les nuisances matérielles et olfactives dont sont victimes les riverains des chaussées et des rivières. Elles dénoncent en plus le laxisme des édiles, l’égoïsme individuel. Des ordonnances se préoccupent au xvème siècle de l’hygiène publique, des causes et des conséquences d’une situation qui a tendance à s’aggraver. Témoin la réaction de Jean II le Bon suite à la plainte déposée par les professeurs et étudiants de l’Université de Paris contre leurs voisins bouchers :

  • 6 ISAMBERT (F.A.), Recueil général des anciennes lois françaises, Paris 1821-1830, tome V page 149. (...)

"ladite université, collèges et autres particuliers susmentionnés se doutaient et complaignaient de ce que les bouchers tuaient leurs bêtes en leurs maisons, et le sang et les ordures de ces bêtes ils le jettent tant par jour comme par nuit en la rue Sainte-Geneviève, et plusieurs fois l’ordure et le sang de leurs dites bêtes gardaient en fosses et latrines qu’ils avaient en leurs maisons, tant et si longtemps qu’il était corrompu et pourri et puis le jetaient en ladite rue de jour et de nuit, dont ladite rue, la place Maubert et tout l’air d’environ était corrompu, infect et puant".6

  • 7 HUMBERT (F) Les finances municipales de Dijon du milieu du xivème siècle à 1477, Paris, 1961, page (...)

12D’autres textes officiels traitent des mêmes nuisances à Dijon (ordonnance de la duchesse Marguerite de 1374), à Strasbourg en 1452, en Languedoc7.

13Les registres des villes (comptes, procès verbaux de réunions, bans) se font souvent l’écho de situations inextricables. Ils décrivent à propos de travaux de construction d’enceintes ou de bâtiments publiques, de la venue de personnalités, de l’organisation de fêtes ou d’autres affaires, des quartiers et des chaussées devenus impraticables, encombrés à un point à peine croyable de gravats et de dépôts de bois, de fumiers, des voies souillées et imprégnées de mauvaises odeurs. Les consuls de Moulins sont obligés, de faire "sarrer la fange qui estoit davant la porte d’Allier car ne pouvoient passer les gens à cause de la fange". A la même époque, la rue des Grands Champs à Dijon "estoit toute plainne de fumier, de terres et autres bétumes que à grant peine y pouvoient passer les arnois et rendoyent lesdits bétumes grandes punaisies et infections". Quand il faut nettoyer, en 1390, la rue Paraphernie d’Avignon, les responsables de la ville doivent payer 70 journées de manoeuvres pour venir à bout de la masse des immondices accumulées.

  • 8 LAVEDAN (P.) et HUGUENEY (J.), L’urbanisme, tome II, op. cit., page 141.

14Les villes bruissent de dénonciations qui visent des catégories professionnelles ou des individus, accusés de semer l’infection et des enquêtes de incommodo incriminent surtout les membres des métiers de la métallurgie, du textile et de la teinture, de la tannerie, de l’alimentation, tous ceux qui détiennent des chaudières dégageant des vapeurs polluantes, des cuves à macération malodorantes, des matières premières et de rognures encombrantes. Les bourgeois de Béziers exigent ainsi, en 1345, qu’une enquête soit conduite contre les artisans de la "coyateries"8. Les quartiers populaires sont davantage menacés que ceux qui sont habités par des notables, les villes basses aux sols spongieux plus que les villes hautes protégées naturellement par leur déclivité et par des circuits d’égouts plus complets.

*

15Les enquêtes montrent les origines complexes de ces "infections".

16La pollution domestique résulte d’une accumulation de résidus organiques qui proviennent des "nécessités" (sic) biologiques des humains et qui ne sont pas auto-épurées. On "lasche ses eaues", on défèque ou, plus poétiquement, on fait ses "aysemens et souillures", on crache n’importe où au Moyen Age. L’individu satisfait ses besoins naturels à même le pavé, dans la rigole appelée, selon les endroits, "esseau, essiau, gazilhans", au pied des façades des habitations, dans le caniveau central à la rencontre des deux inclinaisons. Il le fait aussi dans les impasses, dans les cours des immeubles, dans les "passages", à l’intérieur des bâtiments publics, des tours des enceintes, sous les halles sous les portails des églises. L’aménagement de lieux d’aisance aux siècles précédents aurait été un incontestable progrès prophylactique si ces petits endroits nécessaires à la vie intime et collective avaient été en nombre suffisant et si les fosses d’évacuation avaient été bien conçues. Les cabinets qu’on nommait alors "aisemens", "aesiez", "clouaques", "cabinetsd’aisance", "chambres aisées, privées ou courtoises", "fosses", "privées" ou "retraite... sont notoirement insuffisants pour satisfaire le bon peuple, tantôt éparpillés dans une agglomération, tantôt concentrés sur les bords d’un ruisseau devenu "ruissel commun" ou "merderon" (comme la rue). Les fosses d’aisance que les archéologues parviennent à retrouver (à Arras, à Rouen autour de la cathédrale, à Beauvais) sont de dimension restreinte ; leurs "pertuys" (trous) et leurs rigoles sont vite engorgés de fèces. Jeter des détritus, des ossements, des cendres, des eaux sales, "en droit soi" sur la chaussée ou, pire encore, sous le porche du voisin est une habitude commune qui justifie la publication réitérée d’interdits (Dijon, Douai, Senlis). Un article d’un règlement parisien déclare :

  • 9 BRETON (C), Dijon sous Philippe le Hardi, Mémoire de maîtrise de l’Université de Bourgogne, 1975, (...)

"ycelle ville est si pleine de boez, fiens, gravois, ordures que chacun a lessié et mis devant son huy"9

  • 10 HIGOUNET-NADAL (A.), Hygiène à Périgueux op. cit. pages 85-86. — DUPARC (P.), La formation d’une v (...)
  • 11 LE MENÉ (M.), "La population nantaise à la fin du xvème siècle", Annales de Bretagne, tome LXXI, j (...)

17Les malotrus ont aussi la fâcheuse habitude de déverser des fenêtres d’étage des liquides nauséabonds au risque d’arroser les passants. Saint Louis en fait la pénible expérience un petit matin qu’il se rend à pied à la messe ! La pratique est à ce point répandue à Périgueux qu’un édit de 1342 rappelle que "pour le bon ordre de la ville, il a toujours été observé qu’on ne jetait pas par les fenêtres des eaux fétides et putréfiées qui empoisonnent l’air et les gens du voisinage"10. Bref, tout espace libre attire à un moment ou à un autre l’immondice et génère le cloaque. Même les cimetières ne sont pas respectés et il n’est pas rare que des ossements humains soient, traînés par les chiens et les rats ; c’est le cas à Saint-Nicolas de Nantes au xvème siècle11 !

  • 12 BARTHELEMY (Ed. de), Histoire de la ville de Chalons-sur-Marne, Chalons, 1883, page 130. — LABANDE (...)

18Bien "des immondicités" ont une origine animale. L’élevage vicinal de volailles, de porcs, de caprins "querans leur vie et substance" est pratiqué partout, même si les risques épidémiques conduisent les autorités à en limiter parfois le nombre, à quatre porcs par famille à Reims en 138912. Les hôtels particuliers, les palais, les bâtiments administratifs, les auberges et hôtelleries, disposent de soues à cochons, de cahutes à moutons (dans les villes du Midi ), "d’estables" (sic) pour les chevaux, les ânes et les mulets. Les propriétaires de ces animaux évoquent pour leur défense les nécessités du ravitaillement et de la locomotion, la résorption de l’ordure (du son chez les boulangers), l’intérêt du crottin et des bouses qui constituent une source de revenus vavec le "racton" d’Annecy).

  • 13 Archives municipales de Rouen, A 11 f° 228 v° — LALLEMAND (L.), Histoire de la Charité, Paris, tom (...)

19La plupart des bouchers et des charcutiers travaillent sur des étals qui donnent directement sur la rue, égorgent et dépècent sur le pavé en l’absence d’équipement spécifiques, d’abattoirs extra muros, réclamés à cors et à cris (Bressuire, Thouars, Salon). Les "escorcheries" ou "tueries" ont laissé le souvenir de noms de rues : le Champ Dolent, des douleurs ou des cris des victimes (Rennes), la rue Massacre (à Rouen), "le bourc aux tripes" (Reims), les "chambres à chair" (Elbeuf). Les poissonniers, les boulangers, les barbiers-chirurgiens ne sont guère plus propres. "Que nul barbier, quand il fera une saignée n’ose tenir en dehors de la porte de sa boutique plus de deux écuelles de sang" rappellent les coutumes de Lunel en 1367 relayées par un article d’un registre des délibérations de la ville de Rouen visant le manque d’hygiène des.... médecins en 151913.

  • 14 Archives départementales de Seine-Maritime, G 7323 (chiens dans l’église Saint-Nicolas). — LE ROUX (...)
  • 15 Journal d’un Bourgeois de Paris, présentation de C. BEAUNE, Les Lettres Gothiques, Paris 1990 : av (...)

20Les animaux errants constituent un fléau redoutable à une époque d’épidémies. Les chiens prolifèrent, se déplacent en bandes bruyantes jusque dans les églises et sont à ce point présents qu’on donne leur nom à des artères qu’ils fréquentent au grand dam des citadins. Il existe une ruelle aux "Qiens" à Rouen, une place du même nom à Paris (près de la rue des Bourdonnais) "où len gettoit les chiens mors qui s’appelloit la Fosse aux chiens".14 La nuisance ou "noise" est telle qu’il convient de faire appel à des spécialistes pour éliminer des bêtes "qui ne servent qu’à mangier" (Chalons-sur-Marne). Les conseils s’adressent au bourreau et à ses aides (Amiens, Dijon), aux soldats du guet (Moulins) ou désignent un spécialiste, un "Tuekien" ou "Tue-chien" payé à la pièce (Douai, Lille, Dijon). La découverte de bêtes crevées, jusqu’à 123 en cinq semaines à Douai, est d’autant plus préjudiciable à la santé publique que des pauvres sont amenés, en période de famine, à s’en nourrir15.

  • 16 SOWINA (U.), "L’eau et les nouveautés techniques dans l’espace urbain et suburbain au Moyen Age", (...)
  • 17 GUILLERME (A.), Les Temps de l’eau op. cit., pages 106-118, 160-176.

21La pollution chimique n’est pas réservée à nos civilisations industrielles. Elle existe bel et bien au Moyen Age et s’avère même, à la lecture de certains témoignages, tout aussi redoutable que la pollution biologique. Le site lui-même peut être malsain dès l’origine ou contribue à entretenir l’immonde (Lille). Au fur et à mesure de l’extension du tissu urbain des villes entre le xème et le xivème siècle, de nouveaux quartiers sont conquis sur des terrains spongieux jusqu’ici inoccupés ou livrés à l’élevage. Avec l’augmentation du prix des terrains dans les centres enclos, les classes laborieuses s’y sont installées en permanence. Les habitats populaires des basses villes, parfois aménagés sur pilotis, ont mauvaise réputation : le "Prez-au-ljoup" à l’est de Rouen, les abords de la Porte d’Ouche à Dijon, la Roquette à Saint-Lô, le Marais et le voisinage du ruisseau de Ménilmontant à Paris. La situation initiale défavorable peut encore s’aggraver avec l’installation d’activités qui "corrompaient" l’air, le sol et l’eau des rivières et des canaux indispensables à leur exercice16. Des procès, en augmentation à la fin du Moyen Age, jugent les collectivités ou les particuliers qui incommodent leur environnement : les serruriers à Rouen en mars 1510, des poissonniers de la rue Foire-le-Roi à Tours, des tripières à Poitiers. On serait en droit de redouter, à cette époque, l’argile à potier volontairement laissée pourrir dans des caves (Paris), des peintures à base d’oxydes métalliques, des substances animales et végétales toxiques, des mordants comme l’alun, le tartre, la soude, l’urine, la fiente de poule ou les excréments de chien dont les sécrétions servent de détergents, accélèrent la fermentation et la putréfaction des fibres, sont aussi utilisés en tannerie. N’oublions pas que la laine brute contient jusqu’à 30 % d’impuretés qui s’échappent dans la nature une fois les opérations de tri, de cardage, d’élimination du suint, de traitement achevées17. La pollution hydrique menace surtout les cours d’eau qui ont un débit trop lent pour assurer leur auto-épuration. Les "missels" sont loin d’être ces "joyaux", "ces beautés enchantées" des poètes d’antan.

  • 18 ROUX (S.), La construction courante à Paris du milieu du xivème à la fin du xvème siècle, Actes du (...)

22Les nuisances mécaniques, si fréquentes de nos jours avec les détritus non périssables, existent, à proximité des ateliers de potiers des tuileries, des chantiers. Les citadins ont tendance à laisser traîner dans les rues des matériaux de construction, des outils, des gravats, de vieux chiffons. Un mandement d’Harfleur du mois d’avril 1509 demande d’ôter au plus vite, les "tuilleaux et immondices qui estoient tumbées en la ruelle du costé devers la maison de l’ancre et d’autre costé dedans le cimetière de l’église"18.

*

23La toxicité semble s’être aggravée à la fin du Moyen Age pour des raisons qui tiennent à l’évolution des villes et à la conjoncture.

24La construction ou la reconstruction des remparts à l’époque de la guerre de Cent Ans, la croissance des centres puis des quartiers périphériques, la densité des tracés viaires, l’épaississement du tissu urbain avec l’arrivée de nouveaux venus et l’apparition de véritables immeubles à côté des maisons particulières, ont contribué à développer et à entretenir la fange. Le rempart, base matérielle de l’identité urbaine, orgueil de toute une population, garde et amplifie les nuisances, retient la saleté individuelle et collective, le ruissellement des eaux, les déchets organiques, même si des conduites maçonnées , des trous ou "pertuys", des puisards sont prévus dans le mur d’enceinte. L’étroitesse des rues, réduites à des successions d’étranglements et d’élargissements, de coudes et de biaisements, ne favorisent ni la propreté, ni l’aération, ni la clarté. Un extrait du Livre du Châtelet en date du 13 juin 1320 montre que les artisans et commerçants ne peuvent se satisfaire de l’exiguïté de leurs logements :

  • 19 FAGNIEZ (G.), Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, xivème-xvèm (...)

des voieries et des estaulx mis parmy les rues dont il n’y a si petite poraiere (marchande de légumes) ne si petit mercier ne autres quelconques qui mette son estai ou auvent sur rue qu’il ne reçoive prouffit et si en sont les rues si empeschées que pour le grand prouffit que le prevost des marchans en prent, que les gens ni les chevaulx ne pevent aler parmy les maistres rues"19

  • 20 FAVIER (J.) Nouvelle Histoire de Paris, 1380-1500, Paris au xv° siècle, Paris, page 332. — Journal (...)

25Il existe aussi une aggravation conjoncturelle, des moments plus dangereux que de coutume où la rétention de l’ordure prend des proportions inquiétantes. Les périodes défavorables dans une année correspondent aux canicules estivales qui accentuent la décomposition, provoquent souvent des recrudescences de fièvres (typhoïde), des troubles rénaux et intestinaux dus à l’absorption de boissons et des nourritures souillées. Les gros orages provoquent un phénomène de glissement de boue, lorsque l’eau dévalant les chaussées "monteuses", les "degrés" ou escaliers entraîne l’ordure, par coulées successives, dans les bas quartiers, sur les places, devant le parvis des églises, et finalement contre les vantaux des portails d’entrées qui finissent pas être bloqués20.

  • 21 CHEVALIER (B.), Tours, ville royale (1356-1520), Paris-Louvain, 1975, page 179.

26Le danger s’aggrave aussi avec l’afflux de la foule à certaines occasions. Les marchés et les foires sont des facteurs de nuisance en accumulant dans le minimum d’espace le maximum de denrées putrescibles, des bêtes de somme et des gens dont l’hygiène n’est pas la préoccupation dominante (place du marché de Quimperlé). La venue d’une troupe, l’installation à demeure d’une garnison perturbent l’ordre naturel des choses. Les tas de fumier auraient atteint à Tours, 100 m de long, 14 m de large et 6 m de haut après le départ des soldats de la garde de Louis XI.21

*

  • 22 RIGAUDIERE (A.), Saint-Flour, ville d’Auvergne au Bas Moyen Age, Etude d’histoire administrative e (...)
  • 23 BIRABEN (J.N.), Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 2 v (...)
  • 24 GUILBERT (S.), "A Chalons-sur-Marne au xve siècle : un Conseil municipal face aux épidémies", Anna (...)

27Une prise de conscience du risque, une peur de "l’infect" se manifestent à la fin du Moyen Age frappé par les "pestilances" à recrudescences épisodiques, presque tous les quatre ans à Saint-Flour entre 1399 et 143922. La crainte d’une épidémie, alors mal expliquée, incite les autorités à prendre et à réitérer des mesures d’hygiène publique. L’homme du Moyen Age est démuni face à "l’infection épydémie" dont il méconnaît l’origine microbienne. Le corps médical est incapable enrayer le fléau, même si certaines précautions, inspirées par la prudence et le savoir empirique des guérisseurs ne sont pas dénuées de bon sens23. Les plus avisés ont compris, d’instinct, que les tas d’ordures, "les immondices, infections et punaisies", l’eau fétide ou "le mauvais her", "l’air infect et corrompu", en période estivale, sont source de danger24.

  • 25 Le rôle du bruit a été souligné dans les Actes du XXIVe Congrès de la Société des Historiens Médié (...)
  • 26 DESPORTES (P.), Reims et les Rémois op. cit., page 360.
  • 27 Archives municipales de Nantes BB 4 f°56. — Archives municipales d’Angers BB6 P49, texte cité par (...)
  • 28 BOUTIOT (T.), Histoire de Troyes, tome II, 1875 page 442.
  • 29 PETOURAUD (Ch.), "Les léproseries lyonnaises au Moyen Age et à la Renaissance", Cahiers d’Histoire (...)

28La rumeur, nourrie d’une psychose morbide, occupe une place de choix dans la mesure et la démesure du danger25. Les hommes du Moyen Age sont très attentifs aux bruits qui circulent dans les rues. La "parole sans auteur" (C. Beaune), nourrie d’un mélange de faits vraisemblables mais incontrôlés et de ragots colporte sous couvert de "on dit" toutes sortes explications, des plus vraisemblables aux plus saugrenues, accueillies par des oreilles complaisantes ou inquiètes. Ce moyen d’information et de divulgation spontané dont l’efficacité croît avec l’instabilité et le drame, a tendance aussi à désigner, de "toute bonne foi", à la cantonade, des responsables matériels ou humains. Certaines explications s’inscrivent dans la logique des faits. L’opinion publique, relayée ensuite par la municipalité de Reims, pense que l’origine d’un mal qui ronge la communauté (une typhoïde) provient de l’eau des fontaines polluées par les artisans, explication qui paraît a posteriori parfaitement fondée et justifie les mesures d’hygiène édictées26. La peur de la "pestilance" conduit les autorités nantaises à dénoncer l’exposition au soleil de denrées périssables : "Pour ce que les bouchers à présent vendent la chair par les rues à découvert où il peut tomber ordure qui causerait par le temps de chaleur qui s’offre maladie de peste en la ville, est ordonné que les bouchers iront vendre leur chair en la boucherie"27. La gravité des nuisances se mesure aux dénonciations et aux plaintes qui affluent davantage des bas quartiers menacés que des rues bien fréquentées28. La rumeur devient nocive quand elle pratique l’amalgame et associe la maladie à la marginalité, quand elle recherche, à tout prix, et dénonce des "fauteurs de peste" locaux ou étrangers. Un texte lyonnais un "Etablissement pour l’honnesteté des rues" de 1474-1482 voue aux gémonies les porcs, les lépreux et les prostituées29 !

  • 30 Des règlements sont anciens : Cf. R. GRAND : "Notes et observations sur des règlements d’urbanisme (...)

29La crainte a été parfois salutaire. Dès les xiième et xiiième siècles, des souverains (Philippe Auguste), des seigneurs, des édiles ont dénoncé, dans des ordonnances ou des bans, la nuisance sous ses multiples formes. Le mouvement se généralise aux siècles suivants où la connaissance se nourrit d’une documentation plus abondante et plus variée. Un processus de répression s’engage, assorti d’édits qui ont tendance à se répéter, sans pour autant enrayer les racines du mal. Des procès se multiplient à l’instar de cette affaire qui met en cause à Rouen, en mars 1510, les serruriers qui incommodent leur voisinage par l’odeur et le bruit, de ce conflit tourangeau où Etienne et François Ragueneau engagent une action contre cinq poissonniers de la rue Foire-le-Roi. D’autres remèdes semblent plus efficaces : les premières mesures d’assainissement, le transfert autoritaire d’activités polluantes, le curage des rivières et des canaux, l’installation de services de répurgation, le pavage des rues30.

*

  • 31 CAROLUS-BARRÉ (L.), "les institutions municipales de Compiègne au temps des gouverneurs attournés (...)

30Bien qu’anachronique, le mot de lutte anti-pollution recouvrira des décisions administratives, des travaux d’intérêt collectif dont on perçoit l’origine précoce dans plusieurs villes du Nord (Douai, Saint-Omer), de Champagne (Chalons, Reims), du Massif Central (Aurillac), du Midi méditerranéen (Avignon), de Normandie (Rouen)31.

  • 32 DESPORTES (P.), Reims et Rémois, op. cit., p.491 — DURBEC (J.A.), "Les premières délibérations des (...)
  • 33 SIVERY (G.), Histoire de Maubeuge, Westhoek-Editions, 1984, pages 67, 69. Les barbiers-chirurgiens (...)
  • 34 Archives Municipales de Rennes liasse 183 (1450-1453).
  • 35 WOLFF (Ph.) "Les bouchers de Toulouse du xiiie au xve siècle", dans Regards sur le Midi médiéval, (...)

31Les mesures d’hygiène individuelle et collective sont encore rares. On y inscrira cette ordonnance de l’archevêque de Reims, datée de 1370, qui veut empêcher les passants d’uriner à l’intérieur de la halle au pain, l’interdiction faite aux Niçois de jeter des immondices et des dépouilles d’animaux dans le "béal" ou canal de la ville32 ! Dans le même ordre d’idée, il est rigoureusement interdit, dans un ban de Maubeuge (1436) de déposer ses ordures près de l’école, de la boucherie publique, dans la fontaine "au saule" et dans l’abreuvoir municipal, sur les ponts de la Sambre et sous le portail de l’Eglise Sainte-Adelgonde33. D’autres règles d’hygiène sont imposées aux professionnels de l’alimentation. Les boulangers de Rennes sont tenus de se faire couper la barbe et les cheveux une fois toutes les trois semaines, de porter des chemises propres et d’éviter de pétrir la pâte si leurs mains sont "infectez d’ulcères"34. On se préoccupe de l’exposition de denrées avariées, de viandes, de poissons "empires" avec la chaleur estivale, des produits devenus "ordes et viles". Des prescriptions poitevines dénoncent la vente de viande de porc acheté à un "mézeau" (lépreux), d’un animal atteint d’une excroissance charnue en forme de figue ou "fic" (sic) ou dont la chair est de couleur "cendrée"35.

  • 36 BOUTIOT (T) Histoire de la ville de Troyes, op. cit., tome II, pages 88-89.
  • 37 COMBES (J.), Histoire de Béziers sous la direction de J. SAGNES, éditions Privat, Toulouse, 1986, (...)
  • 38 MONTEILLARD (N.), "Artisans du métal à Rouen", dans Hommes et le travail du métal dans les villes (...)
  • 39 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine G 552 a (statut des gantiers).
  • 40 GIMPEL (J.), La révolution industrielle du Moyen Age, éditions du Seuil, page 89.

32La viabilité des rues sales préoccupe davantage les villes confrontées avec l’accumulation insoutenable, résultat du système du tout-à-la-rue. Les municipalités recherchent la caution de la législation officielle dont les responsables reprennent les principales dispositions. Ainsi, les magistrats de Troyes que la propagation de la peste noire inquiète, ont l’appui du roi Philippe VI, présent en Champagne, et se retranchent derrière son ordonnance du 19 juillet 1349 pour condamner toutes les sources de "cloaques infects" connues, dont l’élevage en semi-liberté des porcs36. La honte incite une municipalité à agir. Charles VI, visitant Béziers en 1393, trouve la ville particulièrement sale et le fait savoir37 ! Les interdits, "criés" par les sergents municipaux et assortis d’amendes, visent plus précisément les fumiers trop voyants "qui boutent parmy les rues" (Annecy), les tas de bois, l’usage de chaudières, de bassines sur le pavé, les "aysemens" individuels ou les détritus amoncelés devant les portes. Dès 1243, les édiles d’Avignon décrètent que "personne ne doit jeter dans la rue de liquide bouillant ni de paille ni des détritus de raisin, ni des excréments humains, ni d’eau de lavage, ni d’autre ordure". On condamne également la nuisance sonore, les bruits assourdissants des marteaux des forgerons qui abrutissent les habitants des quartiers de la rive droite de Rouen38. Des délais sont fixés pour déblayer impérativement les immondices devant chez soi : dans les deux jours à Poitiers sous peine de 60 sous d’amende (1477), dans les huit jours à Reims, dans les quinze jours à Chalons ou à Strasbourg, en fin de semaine dans les villes où on se soucie de la propreté dominicale (Douai). Depuis le xiième siècle, les municipalités s’efforcent aussi de déplacer, loin des quartiers surpeuplés, les métiers bruyants et polluants, ceux qui utilisent des "drogues puantes" ou qui étalent "des peaux en paste et en alun degoutentes" (les gantiers-boursiers rennais)39. La meilleure solution consiste à les rejeter à la périphérie des faubourgs, sur des terrains vagues ou dans des bâtiments spéciaux, voisins de ruisseaux. Les peaussiers de Paris qui travaillent sur la rive de la Seine depuis le Grand-Pont jusqu’à l’hôtel du duc de Bourbon sont déplacés plus en aval40.

33La limitation des méfaits de l’élevage intra-muros est devenue nécessaire. Il faut soit interdire la présence des porcs et des volailles dans la rue (Rouen, Blois) , soit en limiter le nombre à quatre bêtes par maison (à Reims en 1389), soit obliger leurs propriétaires à les enfermer dans les arrière-cours (Colmar, Metz, Rennes), dans des "loges" ou soues, dans un bâtiment désaffecté, une vieille "haranguerie" (Rouen). Le conseil de Chalons-sur-Marne agit efficacement en forçant, le 30 mars 1467, les bourgeois

"a oster soubz quinzaine pour tout délai tous pourceaux, oyes et canards estant en la closture dudit Chaalons et ne plus en avoir doresnavant sous peine de grosse amende et de confiscation".

  • 41 CALONNE (Baron A. de), La vie municipale au xve siècle dans le Mord de la France, Paris, 1880 page (...)

34Un édit amiénois prévoit même que chaque animal errant sera amputé d’une patte avant d’être rendu dans ce triste état à son maître, d’une seconde en cas de récidive41.

  • 42 HUMBERT (Fr.), Les finances de Dijon, op. cit., page 194. — DESPORTES (Mme F. Fr.), Droit économiq (...)
  • 43 BILLOT (Cl.), Chartres à la fin du Moyen Age, Paris, 1987, pages 117- 120.
  • 44 DESPORTES ( P.), Reims et les Rémois, op. cit., page 716.

35Comment "sarrer" la fange qui rend la "ville puante" ? Une solution aléatoire consiste à utiliser l’ordure comme talus d’un rempart (Amiens, Beauvais) ; une autre la commercialise pour engraisser les jardins et les tenures maraîchères (Saint-Omer, Chartres). Un progrès consiste à creuser des puits perdus, des fosses rondes, empierrées, recouvertes de planches, appelées "fosses à immondices", "gouffres" (Laon) "heurts" à Rouen, "putels" à Saint-Omer. On les installe de préférence dans des "places vuides" à distance des sites habités, "le trait d’une arbalète arrière es fossés" (Reims), à dix pieds des murs de la ville (Saint-Omer), dans une île abandonnée (Nantes), en bordure de vasières inondables (Saint-Malo), dans une impasse (Colmar). Leur emplacement est signalé par des croix (cinq à Dijon en 1402) et une zone interdite est délimitée avec soin42. Des fosses ont été retrouvées à Arras, à Beauvais, à Chartres où leur terre noire a livré des monnaies, des tessons de céramique et des cornes de cervidés43 ! Les Rémois se sont équipés d’une quarantaine de fosses situées derrière le couvent des Augustins et d’une trentaine à côté de la Léproserie44.

  • 45 ENLART (C), Manuel d’archéologie française, tome I, architecture civile, éditions Picard, Paris, 1 (...)
  • 46 LEGUAY (J.P.), La ville de Rennes au xvème siècle à travers les comptes des Miseurs, publication d (...)
  • 47 TEYSSOT (J.), "L’eau propre, l’eau sale à la fin du Moyen Age. Le cas des égouts de Riom en Auverg (...)

36L’aménagement de réseaux de collecteurs, appelés "conduits", "merderons", "coys" à Saintes est un étonnant retour au passé antique. On observe un renouveau de ce type d’équipement à partir de la fin du xiième et du début du xiiième siècles. Ici on réutilise, en les réadaptant, des installations d’origine gallo-romaine (Clermont, Vannes). Là, on recouvre un ruisseau, d’anciennes rigoles à ciel ouvert et on les affecte à l’expulsion des matières fécales et des ordures ménagères (Soissons Montpellier)45. La pose de canalisations neuves est malaisée dans des quartiers densément habités ou dans un sol instable et humide (Lille). Paris est curieusement pauvre en canalisations avant l’aménagement d’un grand collecteur en 1356 et l’oeuvre entreprise par le prévôt Hugues Aubriot sous Charles V. Des systèmes plus élaborés de circuits maçonnés ou en tuiles creuses se mettent en place dans des villes qui en ont les moyens matériels et qui en ont grand besoin : à Troyes où les premières installations connues sont signalées en 1208, à Amiens dès 1224, à Sens en 1246, à Beauvais en 1251. Le Moyen Age a accompli de belles réalisations, restées longtemps méconnues et redécouvertes par des devis (Rennes, Aix-en-Provence) ou par des fouilles46. Les conduits rennais, en excellente pierre à maçon mesurent 3,5 à 4 pieds en carré (1,15 à 1,30 m), ceux d’Aix 0,25 à 0,50 m de côté. Les "tunnels" en scories noyées dans le ciment à Clermont, en tuf volcanique à Riom, localisés entre 4 et 8 m de profondeur, n’épousent pas forcément le tracé des rues actuelles47. L’entretien des égouts exige la présence d’un corps d’égoutiers, dirigés par un "horricus" ou "ourry" à Paris, et des modes de financement privés ou collectifs.

  • 48 QUENEDEY (R.), L’habitation rouennaise, op. cit., page 98. — BILLOT (C.), "Du devis de maçon au tr (...)
  • 49 BARRIERE (D.), L’eau, la saleté, l’hygiène à Rouen de la fin du Moyen Age au siècle des Lumières, (...)

37La fin du Moyen Age amène l’extension des fosses d’aisance, des "chambres pourr l’aisement des habitans", des latrines munies de "planquettes" (planchettes) pour les deux sexes, collectives ou privées, simples ou à plusieurs "gorges" et situées, de préférence, au fond des cours, en surplomb sur une rivière ou sur un rempart, entre deux maisons (Pau). Ces "retraits" sont décrits dans des devis d’habitations où ils représentent jusqu’à 4,5 % du prix d’une maison (Chartres), dans les archives municipales (Aix, Nantes)48 ou ont été exhumés récemment par des archéologues (Beauvais, Rouen)49. Des responsables de l’hygiène publique nommés prud’hommes (Marseille), "sergent des fiens" veillent à leur entretien et dirigent des équipes de vidangeurs professionnels, les "cureurs", les "maîtres fifi" de Paris, des gens qui exercent un métier dangereux mais lucratif tenu, en monopole, par.....les Bretons !

38La règle du balayage "en droit soi" (devant sa porte) ne satisfait personne et est source de récriminations (Angoulême, Poitiers, La Rochelle, Marseille). La nécessité s’impose donc d’instaurer un véritable service de "purgatio", de "purge" ou de "vuidange". Le passage régulier de "banneaux" (tombereaux) avec leur équipage, un maître et ses valets, constitue donc un mieux, précoce à Montpellier et Marseille où des "probi homines" s’emploient, dès le xiiième siècle, à nettoyer les chaussées. Un système s’instaure lentement dans la majorité des villes, au prix de laborieuses discussions et de tâtonnements (Poitiers, Lille, Tours). Des villes comme Amiens, Strasbourg, Rennes, Nantes Saint-Omer se dotent même d’un poste budgétaire annuel, créent un service régulier de "ramonage des chauchies" ou de "curage", un "long jour" à Amiens, deux jours hebdomadaires à Nantes ; elles recrutent, à cet effet, un ou plusieurs "bonnetier", "barrotier" ou "vallet des boues" un charretier ou un laboureur, fermier ou salarié. Un itinéraire précis est mis en place (Angers) et les citadins sont tenus de faire des tas ou "monceaulx" pour faciliter le chargement (Amiens, Reims).

  • 50 Actes du colloque de l’abbaye de Liessies, mars 1999 (sous presse), sous la direction de P. Benoît

39Mais une des meilleurs solutions pour régler le problème reste l’empierrement des rues, la pose de gravillons, de galets de rivière ou mieux encore "d’attaches" ou de sections de pavé neuf ou relevé, en pierre suffisamment dure pour résister aux plus lourds attelages de 3 à 4 tonnes et aux sabots des chevaux. Le pavage constitue un second volet d’une étude entreprise50.

*

40Face à une situation rendue intenable par l’afflux de réfugiés, de véhicules lourds ou d’animaux de bât et par les misères du temps (les pestes), des mesures ont été prises pour améliorer l’hygiène collective et la circulation.

41Un effort a été fait à la fin du Moyen Age pour combattre ou discipliner le comportement des citadins, pour limiter l’accumulation d’ordures, les effets du méphitisme émanant des fosses d’aisance ou des cimetières, les pollutions biologique, minérale, chimique dans les rues, hydrique dans les canaux et les rivières. Des fosses communes, des égouts, des gouttières, des pavés ont été installés ; des sanctions ont été prises à l’encontre des contrevenants aux règles élémentaires d’hygiène.

42Mais il reste encore beaucoup à entreprendre à l’époque de la Renaissance, surtout dans les petites villes, dans les quartiers périphériques ou déshérités. Le grand nombre de règlements inobservés, la répétition des interdits montrent que le bout du tunnel de la laideur n’est pas encore atteint. On cherche encore la solution aux siècles suivants et la parade va de la répression à des entreprises de grande envergure, de la réquisition des indigents, des "pauvres valides" mis à curer de force les fossés, à des campagnes d’aménagement pour dissimuler des cloaques et déjà introduire l’espace vert intra-muros. Plus près de nous, de vieilles photographies d’avant les réalisations d’Haussman à Paris, des enquêtes (celles du Docteur Laennec à Nantes), des récits et des romans (ceux de Zola), des décisions administratives témoignent d’une réalité quotidienne difficile à vivre et à supporter.

*

Notes

1 GUILLERME (A.), Les temps de l’eau, la cité, l’eau et les techniques, collection milieux, éditions Champ Vallon, Seyssel 1983 — LEGUAY (J.P.), La rue au Moyen Age, éditions Ouest-France Université, Rennes 1984. Et la Pollution au Moyen Age, éditions J. P. Gissserot, Paris, 1999 (bibliographie).

2 FAVREAU (R.), Epidémies à Poitiers et dans le Centre Ouest à la fin du Moyen Age, Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, tome 125, 1967 page 352 & "Les rues de Poitiers au Moyen Age", Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, tome XV, 4° série, 1979, pages 232 à 236. — HIGOUNET-NADAL (A.), "Hygiène, salubrité, pollutions au Moyen Age, l’exemple de Périgueux", Annales de démographique historique, 1975, pages 81 à 92 ? — VIGARELLO (G.) Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, collection Points Histoire, éditions du Seuil, Paris, 1985 & Le sain et le malsain, santé et mieux-être depuis le Moyen Age, éditions du Seuil, Paris 1993.

3 LAVEDAN (P.) et HUGUENET (J.), Histoire de l’Urbanisme, tome II, Bibliothèque de la Société Française d’Archéologie n°5, Arts et métiers graphiques, Paris 1974. — LE ROUX de LINCY et TISSERAND (L.M.), Paris et ses historiens aux xiv° et xv° siècles, Paris 1867, page 77.

4 Extrait des Chroniques de Saint-Denis, édition J.J. BRIAL, Recueil des historiens de la France, t. XVII, pages 354, 359, 363, Paris, 1818. A. FRANKLIN, Les rues et les cris de Paris au xiiie siècle, Paris, 1874, page 16

5 Texte cité par D. CLAUZEL, Finances et politique à Lille pendant la période bourguignonne, éditions des Beffrois, Westhoek-Editions 1982 page 28.

6 ISAMBERT (F.A.), Recueil général des anciennes lois françaises, Paris 1821-1830, tome V page 149. — HÉRON de VILLEFOSSE (R.), "Etude de la communauté des bouchers", Bulletin de la Société d’Histoire de Paris et de l’Ile-de France, tome 53, 1926, pages 61 à 73 — FOVIAUX (J.) "Discipline et réglementation des activités professionnelles à travers les arrêts du Parlement de Paris (1257-1382)", paru dans Le travail au Moyen Age, une approche interdisciplinaire, Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve de mai 1987, Louvain 1990, pages 208-209.

7 HUMBERT (F) Les finances municipales de Dijon du milieu du xivème siècle à 1477, Paris, 1961, page 260. — HATT (J.), Une ville du xvème siècle, Strasbourg 1929 pages 107-108.

8 LAVEDAN (P.) et HUGUENEY (J.), L’urbanisme, tome II, op. cit., page 141.

9 BRETON (C), Dijon sous Philippe le Hardi, Mémoire de maîtrise de l’Université de Bourgogne, 1975, page 32. — ESPINAS (G.), La vie urbaine de Douai au Moyen Age, Paris, 1913, pages 902-903. — FLAMMERMONT (J.), Histoire des institutions municipales de Sens, B.E.H.E., Paris, 1881, page 130. — HEERS (J.) , la villeau Moyen Age en Occident : paysages, pouvoirs et conflits, éditions Fayard, Paris, 1990, page 307.

10 HIGOUNET-NADAL (A.), Hygiène à Périgueux op. cit. pages 85-86. — DUPARC (P.), La formation d’une ville, Annecy jusqu’au début du xvième siècle, Annecy 1973 page 271.

11 LE MENÉ (M.), "La population nantaise à la fin du xvème siècle", Annales de Bretagne, tome LXXI, juin 1964, n° 2, page 207, note 111.

12 BARTHELEMY (Ed. de), Histoire de la ville de Chalons-sur-Marne, Chalons, 1883, page 130. — LABANDE (L.H.), Histoire de Beauvais et de ses institutions communales jusqu’au commencement du xvème siècle, Paris, 1892, page 135. — DES PORTES (P.) Reims et les Rémois aux xiiième et xivème siècles, éditions Picard, Paris 1979, page 716. — BAUMEL (J.), Histoire d’une seigneurie du Midi de la France ; Naissance de Montpellier, M. 1969, page 89.

13 Archives municipales de Rouen, A 11 f° 228 v° — LALLEMAND (L.), Histoire de la Charité, Paris, tome III, 1906, page 33.

14 Archives départementales de Seine-Maritime, G 7323 (chiens dans l’église Saint-Nicolas). — LE ROUX de LINCY et TISSETRAND (L.M.), Paris et ses historiens aux xiv° et xve siècle, Paris, 1867. — BAER (P.), Les institutions municipales de Moulins sous l’Ancien Régime, Paris, 1906, page 271.

15 Journal d’un Bourgeois de Paris, présentation de C. BEAUNE, Les Lettres Gothiques, Paris 1990 : avril 1421, page 169. — ESPINAS (G.), La vie urbaine à Douai, op. cit. page 903. — BARTHELEMY (Ed. de), Chalons-sur-Marne, op. cit. page 131.

16 SOWINA (U.), "L’eau et les nouveautés techniques dans l’espace urbain et suburbain au Moyen Age", article paru dans L’innovation technique au Moyen Age, Actes du VIe congrès international d’Archéologie médiévale, sous la direction de P .BECK, Dijon 1996, éditions Errance, Paris, 1998, pages 85-86.

17 GUILLERME (A.), Les Temps de l’eau op. cit., pages 106-118, 160-176.

18 ROUX (S.), La construction courante à Paris du milieu du xivème à la fin du xvème siècle, Actes du Congrès des Médiévistes de Besançon 1972 page 177. — DUMONT (E.), Histoire de la ville d’Harfleur, éditions Leclerc, Le Havre, 1968.

19 FAGNIEZ (G.), Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, xivème-xvème siècles, tome II, éditions Picard, Paris, 1900, page 42.

20 FAVIER (J.) Nouvelle Histoire de Paris, 1380-1500, Paris au xv° siècle, Paris, page 332. — Journal d’un Bourgeois de Paris, édition C. BEAUNE, op. cit., page 410.

21 CHEVALIER (B.), Tours, ville royale (1356-1520), Paris-Louvain, 1975, page 179.

22 RIGAUDIERE (A.), Saint-Flour, ville d’Auvergne au Bas Moyen Age, Etude d’histoire administrative et financière, P.U.F., Paris, 1982, pages 78, 508-512.

23 BIRABEN (J.N.), Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 2 volumes, Paris 1975-1977. — GRMEK (M.D.), Histoire de la pensée médicale en occident, tome I, éditions du Seuil, Paris, 1995. — Archives départementales du Morbihan 29 H 3 (formules intéressantes d’un curé guérisseur).

24 GUILBERT (S.), "A Chalons-sur-Marne au xve siècle : un Conseil municipal face aux épidémies", Annales E.S.C. novembre-décembre 1968, n° 6, pages 1283-1300.

25 Le rôle du bruit a été souligné dans les Actes du XXIVe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de V Enseignement Supérieur Public, Avignon, juin 1993. Sur la circulation des nouvelles au Moyen Age, Publication de l’Ecole Française de Rome et de la Sorbonne, Rome-Paris 1994 (articles de Cl. GAUVARD et de C. BEAUNE).

26 DESPORTES (P.), Reims et les Rémois op. cit., page 360.

27 Archives municipales de Nantes BB 4 f°56. — Archives municipales d’Angers BB6 P49, texte cité par R. FAVREAU, Epidémies dans le Centre Ouest op. cit., page 352. — QUENEDEY (R.), l’habitation rouennaise : étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, 1926, page 97.

28 BOUTIOT (T.), Histoire de Troyes, tome II, 1875 page 442.

29 PETOURAUD (Ch.), "Les léproseries lyonnaises au Moyen Age et à la Renaissance", Cahiers d’Histoire, tome VIII, 1963, pages 51-52.

30 Des règlements sont anciens : Cf. R. GRAND : "Notes et observations sur des règlements d’urbanisme et de voirie dans les villes à Consulat au XIIIe siècle", Bulletin Monumental, tome CV, 1947, pages 8-9.

31 CAROLUS-BARRÉ (L.), "les institutions municipales de Compiègne au temps des gouverneurs attournés (1319-1692)", Bulletin du Comité historique des travaux scientifiques, 1940, p.1 à 84. — GIRY (A.), Histoire de la ville de Saint-Omer et de ses institutions, Paris, 1877, page 260. — DESPORTES (F.), "droit économique et police des métiers en France du Nord", Revue du Nord, n°249, tome LXIII, avril-juin 1981, pages 323-336. — RIGAUDIERE (A.), Gouverner la ville au Moyen Age, Paris 1993.

32 DESPORTES (P.), Reims et Rémois, op. cit., p.491 — DURBEC (J.A.), "Les premières délibérations des conseils de la ville de Nice en 1454-1457", Actes du 90e congrès national des Sociétés savantes, Nice, B.P.H. 1965, Paris, 1968, page 498-499.

33 SIVERY (G.), Histoire de Maubeuge, Westhoek-Editions, 1984, pages 67, 69. Les barbiers-chirurgiens de la ville ne peuvent plus élever des porcs, de peur qu’ils ne soient tentés de leur donner à boire le sang humain des saignées !

34 Archives Municipales de Rennes liasse 183 (1450-1453).

35 WOLFF (Ph.) "Les bouchers de Toulouse du xiiie au xve siècle", dans Regards sur le Midi médiéval, 1978, pages 118-119. — FAVREAU (R.), "La boucherie en Poitou à la fin du Moyen Age", Bulletin Philologique et Historique, tome I, 1968, Paris, 1971, pages 295-318.

36 BOUTIOT (T) Histoire de la ville de Troyes, op. cit., tome II, pages 88-89.

37 COMBES (J.), Histoire de Béziers sous la direction de J. SAGNES, éditions Privat, Toulouse, 1986, page 143.

38 MONTEILLARD (N.), "Artisans du métal à Rouen", dans Hommes et le travail du métal dans les villes médiévales, Diffusion Picard, Paris, 1988, page 113.

39 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine G 552 a (statut des gantiers).

40 GIMPEL (J.), La révolution industrielle du Moyen Age, éditions du Seuil, page 89.

41 CALONNE (Baron A. de), La vie municipale au xve siècle dans le Mord de la France, Paris, 1880 page 105. — DERVILLE (A.) Histoire de Calais, éditions Westhoek, 1985, page 36.

42 HUMBERT (Fr.), Les finances de Dijon, op. cit., page 194. — DESPORTES (Mme F. Fr.), Droit économique et police des métiers, op. cit., page 29. — PERNOUD (R.), Statuts municipaux de Marseille, Monaco-Paris 1949, page XXXVII. La zone interdite à Marseille correspond à la Canebière, à la plaine Saint-Michel et à la colline Saint-Charles.

43 BILLOT (Cl.), Chartres à la fin du Moyen Age, Paris, 1987, pages 117- 120.

44 DESPORTES ( P.), Reims et les Rémois, op. cit., page 716.

45 ENLART (C), Manuel d’archéologie française, tome I, architecture civile, éditions Picard, Paris, 1929, page 279.

46 LEGUAY (J.P.), La ville de Rennes au xvème siècle à travers les comptes des Miseurs, publication de l’Institut Armoricain, Rennes, 1968, pages 271-272. — BERNARDI (Ph.), Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique (1400-1550), P.U.Provence, Aix, 1995, pages 389-390.

47 TEYSSOT (J.), "L’eau propre, l’eau sale à la fin du Moyen Age. Le cas des égouts de Riom en Auvergne", Cahiers d’Histoire, tome XXXVII, n° 2, 1992, pages 112-119.

48 QUENEDEY (R.), L’habitation rouennaise, op. cit., page 98. — BILLOT (C.), "Du devis de maçon au traité d’architecture : évolution de l’habitat urbain (xve-xvie siècles)", paru dans les Actes du colloque de Rome 1986, D’une ville à l’autre, sous la direction de J.C. MAIRE-VIGUEUR, collection de l’Ecole française de Rome n° 122, Rome, 1989, pages 537-555. — TUCOO-CHALA, Histoire de Pau, éditions Privat, Toulouse, 1989, page 22.

49 BARRIERE (D.), L’eau, la saleté, l’hygiène à Rouen de la fin du Moyen Age au siècle des Lumières, mémoire de maîtrise de l’Université de Rouen, 1992, pages 41-42, 80, 84, 87. — BERNARDI (Ph.), métiers du bâtiment., à Aix, op. cit., pages 382-383. — FÉMOLANT (M.), "L’archéologie à Beauvais", Archéologia, n° 346, juin 1989, pages 39-40.

50 Actes du colloque de l’abbaye de Liessies, mars 1999 (sous presse), sous la direction de P. Benoît.

Auteur

Université de Rouen-Haute-Normandie GRHIS

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540