Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

Beautés et laideurs de la chair. La passion du corps selon Iacopone da Todi

Jean Lacroix

Texte intégral

  • 1 Edition de référence : Iacopone da Todi ; les Laudi, coll. "Sagesses chrétiennes", intr. et notes, (...)

1Franciscain de la seconde moitié du xiiie siècle, mais appartenant à la fraction dissidente des "spirituels", Iacopone originaire de Todi, donc Ombrien comme son "maître" François d'Assise, à la différence de ce dernier auteur d'une petite trentaine seulement d'écrits et tous, sauf deux, rédigés en latin, Iacopone produit une œuvre poétique abondante, son laudario ou recueil de laudes (une centaine authentifiées), et rédigées en volgare (dialecte ombrien), le plus important recueil de toutes celles que l'on écrit au xiiie siècle, et à coup sûr le plus riche1.

2Entré — autre différence avec François d'Assise — fort tard, vers la cinquantaine, dans l'Ordre des Frères Mineurs, en 1278, bien que converti dix ans auparavant (en 1268) après avoir connu une vie dissipée, Iacopone da Todi effectue une bonne vingtaine d'années de militantisme dans les rangs dissidents des "Spirituels" ; et, autre différence avec François d'Assise emprisonné lui un an seulement (1202-1203) pour des raisons d'ordre militaire, il va connaître cinq années d'un très dur emprisonnement (de 1298 à 1303) à la suite d'une excommunication prononcée contre lui par l'adversaire acharné des Spirituels, le pape Boniface VIII. Il ne devra sa délivrance qu'à la mort de celui-ci, octroyée par son successeur Benoît XI.

  • 2 Ibidem, introd., p. 10.

3Sa longue vie inhabituelle pour l'époque, largement plus que septuagénaire (il mourra trois ans après sa libération, en 1306), complète ce qu'il convient de retenir au préalable pour mieux comprendre l'essence des réflexions marquées au sceau de la violence de la passion et de la "fougue d'un tempérament" peu commun2.

4Le corps et la chair constituent à cet égard, à l'évidence, l'axe porteur de la pensée iacoponienne tout au long de ces quatre-vingt-douze laudes écrites, pour une grande majorité d'entre elles, sur le tard, durant son emprisonnement sans qu'il soit à ce jour possible de dater avec plus de précisions cette petite centaine de compositions tantôt très courtes (laudes VI, XLV, LXXVI), tantôt beaucoup plus longues pouvant atteindre et dépasser deux cents (XLVII, LXV, LXIX), trois cents (XC) voire quatre cents vers (comme la laude-record XLIII avec ses 446 vers qui narre l'histoire allégorique de l'humanité pécheresse).

5Le corps et la chair sont même, on s'en apercevra vite, l'aune à laquelle peut être appréciée la relation beauté-laideur, objet de ce colloque. Nous envisagerons une réflexion et un examen en trois temps : d'abord le discours de la laideur omniprésente (celui du corps dans tous ses états) ; ensuite, la genèse d'un débat bipolaire laideur v/s beauté, enfin, pour terminer, un plaidoyer pour un discours de Beauté que nous appellerons "l'au-delà du corps" en vue de la Résurrection et de la Rédemption, chacune de ces parties correspondant approximativement à un tiers du recueil des Laudi.

I. Le discours de la laideur omniprésente :

6Les termes de corps et de chair coexistent dans le texte des Laudi mais avec un statut et une fonction tout de même différenciées :

7Corps (corpo) sera essentiellement l'enveloppe charnelle dont la créature pèlerine sur terre est revêtue de son vivant ; on pourrait dire le signe extérieur à quoi l'on reconnaît l'être en vie, de passage sur terre, astreint aux rites et aux codes biologiques du vieillissement : ce par quoi Dante se fait "reconnaître" des damnés dans l'Enfer : volume, ombre, ce qui pèse, etc ...

  • 3 Maladies nombreuses : hydropisie, angine, tumeurs, paralysie, chancres, goutte etc Auparavant la l (...)

8Chair (carne) au contraire sera le contenu, la gangue vitale source de ces rites et de ces rythmes biologiques d'abord, qui a faim (qu'il faut donc alimenter), qui a froid (qu'il faut protéger des intempéries), qui souffre périodiquement ou accidentellement (qu'il faut donc soigner) ; une laude (la laude XLVIII) passera en revue à cet effet, un grand nombre de ces maladies ou de ces tares ou handicaps physiques3 : au coeur arithmétique ou peu s'en faut de tout le recueil iacoponien, soit juste après l'importante laude de plus de deux cents vers (la XLVIIe) qui traite du débat entre le démon et l'âme où "corps" et "chair" renvoient réciproquement l'un à l'autre comme choses laides et corruptibles qui pourraient être toutefois source et facteur de "beauté" :

"Tu devrais aimer ton corps
"comme tu aimes ton âme ... " (v. 89-90)
"Par l'abstinence bien ordonnée
mon corps est devenu sain." (v. 97-98).

9Avec la souffrance tôt apparue dans le cadre de la première invocation à la Vierge (laude I) et avec elle "la crainte de l'enfer", hantise iacoponienne par excellence (v. 27), la chair fait son entrée (seconde louange à la Vierge Marie, sous les auspices de la virginité). Et la confrontation pathétique entre celle-ci (la chair) et celui-là (le corps), ne tarde pas à se présenter dans ce qui constitue le premier débat en opposition entre l'âme et le corps (laude III) "bataille très cruelle, dit le vers 2, "qui dure jusqu'à la mort".

10En fait, l'omniprésence, l'obsession même de la chair, au premier plan de tant de laudes saute aux yeux, au positif (assez peu souvent, à vrai dire) comme au négatif (le plus fréquemment, à satiété même) ; et ce dans la très grande majorité des fins de laudes qui présentent sous un jour des plus favorables l'influence pernicieuse d'une présence corporelle accusatrice du péché originel, de la Faute qui conduisit à exclure du Paradis terrestre, le premier couple de l'Humanité comme tant de peintres (Lucas Cranach, Masaccio par exemple) l'ont présenté, en larmes, dans la douleur d'une fuite éperdue, et d'une exclusion pathétique.

11Le corps et la chair occuperont en réalité une place différente selon que l'on aura à faire à la première partie du recueil (soit le premier tiers environ, de la laude I à la laude XXXVII) ; à la seconde partie, soit approximativement encore le second tiers (les vingt-six laudes suivantes jusqu'à la laude LXIV incluse) ; ou à la troisième et dernière partie, soit les vingt-neuf laudes restantes (LXIV — XCII) en incluant dans ces deux dernières parties celle qui marque incontestablement un tournant de par son caractère mixte (la seule du recueil ; la LXIIIe d'abord en prose, ensuite en vers et qui s'adresse à Frère Jean de la Verna, mort une bonne quinzaine d'années après Iacopone da Todi, en 1322).

12La première partie du recueil, soit les trente-sept premières laudes décrivent et dénoncent toutes les laideurs que le corps charrie et que la chair renferme ou exhibe, presque systématiquement. Mais la façon dont cette partie liminaire s'encadre d'une part précédée par la double louange à la Vierge Marie (Laude I et II) et d'autre part (avec la laude XXXVII) contenue a posteriori par la louange d'une des vertus cardinales de la pensée franciscaine de la première heure, la chasteté, en dit long sur la volonté iacoponienne de placer au corpus de cette trentaine de laudes de dénonciation, une autre louange, un autre éloge (laude XVII) afférents à la pauvreté, vertu du corps autant que de l'âme.

13De même, ce n'est certainement pas pur hasard si le recueil s'est ouvert (avec la seconde louange à la Vierge) sur le thème mariai de la virginité associé à celui de la maternité douloureuse, fil conducteur jusqu'aux dernières laudes chez celui qui très vraisemblablement est l'auteur du Stabat mater dont l'image pathétique clôt littéralement, Le Laudi, au pied de la Croix, au jour de la Crucifixion.

14Avec, dès le départ la présence de l'avènement de l'Annonciation, corps et chair scandent les étapes de la venue au monde dépeinte comme funeste et productrice de laideurs pour l'espèce humaine pécheresse de la première heure : paradoxalement, enfantement, grossesse, allaitement et accouchement s'annoncent indirectement comme une tragédie pour le corps et la chair des premiers pécheurs, ceux de nos premiers parents.

  • 4 Voir à ce sujet Cristaldi S. "l'escatologia militante", Annali del Dip. di scienze storiche, Univ. (...)

15Cette partie-ci se révèle être, sous la plume de Iacopone, tout à la fois celle du plus grand nombre de dialogues — ou débats — douze sur vingt-et-un que comporte le recueil — et celle qui partage avec la partie suivante, et centrale, la plus historicisée et la plus "politique" (treize laudes consécutives)4, des compositions franchement satiriques pour ne pas dire polémiques (de la laude L à la laude LXIII par exemple).

16La relation beauté-laideur saisie à travers la chair corruptrice mais aussi magnifiée et salvatrice, se ressentira fortement d'un tel engagement dans les problèmes de l'époque (affrontement du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel) et qui affectent jusqu'au comportement des individus et des collectivités de la société du xiiie siècle : comme par exemple l'institutionnalisation rapide de l'Ordre des Frère Mineurs dans le cadre universitaire dont Paris et Bologne constituent les deux pôles honnis :

... Paris a détruit Assise (laude XXXI, v. 2, p. 123)
... inutile d'aller plus à Bologne pour apprendre une autre doctrine,
(vv. 31-32),

17proclament les derniers vers de la laude LXXXIV dissertant sur l'impérieuse nécessité d'être fou d'amour pour le Messie.

  • 5 Saint François cité : 1ère partie, laude VII, IX et XII au travers de l'Ordre ; puis XVIII, XXX et (...)
  • 6 Voir à ce sujet Grisi, F., la protesta di Iacopone da Todi, Roma, Trevi, 1969.

18En cela, et vis-a-vis de l'étude et de l'écrit, Iacopone suit les préceptes de son "maître" François d'Assise qu'à plusieurs reprises il cite et commente dans ses Laudi5.Toujours en bon franciscain, et de surcroît en tant que "spirituel" qu'il paie d'un dur et interminable emprisonnement et d'une excommunication décrétée par l'implacable ennemi de cette dissidence, le Pape Boniface VIII, Iacopone se livre dans ce premier tiers du recueil à un diagnostic6 qui relève beaucoup plus de la déploration et des lamentations que de la célébration ; puisque c'est précisément entre deux pôles d'authentiques "louanges" et s'adressant à un corps pur, lui, de toute tâche et de toutes souillures, qu'il situe ces différents états d'un corps périssable et d'une chair mortelle c'est-à-dire corruptible : entre la laude II (hymne à la virginité de la Vierge Marie) et la laude XXXVII, éloge de la chasteté qui débouchera vers la fin du recueil sur une authentique folie d'amour, thème récurrent des vingt dernières laudes, celle du "nouvel Adam formé" (fin de la laude XCII, v. 107) :

"cette fournaise est telle qu'elle purifie et n'incendie pas".
(v. 187, laude XCI, p. 367).

19Par contre-coup, démenti très violent, prennent place à l'intérieur toute une série de compositions qui mettent en scène, notamment par le biais de dialogues, forme de prédilection poétique iacoponienne, un état de tension où en même temps que la dégradation se lit une volonté de reconstruction. Ainsi se déroulent, en phases successives comme autant d'étapes d'un débat continu :

laude III : le débat entre l'âme et le corps ;
laude V : le dialogue cacophonique entre les cinq sens, instrument de perversions et de subversion ;
laude XII : le nouveau parallèle entre le corps et l'âme, toutes étapes bientôt
aggravées d'une confrontation accélérée par la mort et, au-delà du trépas, par la menace de la damnation ;
laude XV : dialogue entre une âme damnée et son corps, sorte de dantesque prémonition,
laude XVI : dialogue entre un vivant et une morte,
laude XXII : dialogue entre deux vieillards en fin de vie et aux destins croisés ;
laude XXV : dialogue entre un vivant et un mort mais autour d'un corps devenu .... cadavre !

20Le corps tient donc une place de choix dans ce premier tiers du recueil des Laudi même s'il ne se présente pas sous son jour le plus favorable, support qu'il est d'une chair lourde de péchés et grevée de laideurs.

21Et l'aspect fondamentalement biologique des mentions désignant le corps n'hésitent pas à en accentuer le côté pathologique ; il contribue ainsi à assombrir une réflexion s'appuyant sur un langage scatologique : Iacopone en effet, multiplie les notations sensorielles des odeurs les plus repoussantes comme pour mieux souligner que cette enveloppe corporelle et son contenu charnel ne sont que la préfiguration du cadavre futur, vermine non exclue, puanteur comprise, signes l'une comme l'autre d'une décomposition bien avancée.

22D'entrée, la corruption physique et les relents qui l'accompagnent (laude XII) jouent sur le registre de la pestilence qui est le signal d'une danse macabre et d'une pantomime infernale :

"cette mort naturelle / donne le signal
"que la chair soit donnée
"aux vers pour leur nourriture,
"et ces vers rassemblés
"de ce corps font leur logis
"pour que le corps soit dévoré." (laude XII, v. 69-75).

23Aussi un palier est-il assez tôt franchi qui d'un contexte d'abord physiologique passe au plan spirituel d'un processus de décomposition et de dégradation généralisée.

24La laude se mue en un procès moral des perversions qui sont le pendant des différentes maladies agressant le corps et la chair au cours de leur courte existence. La peste appelle l'"enfer", la première mort (naturelle) appelle la "seconde mort". Dans la même laude XII, laude du "corps déformé" (v. 27-28), il est affirmé clairement, c'est-à-dire radicalement, irrémédiablement :

"cette mort enlève au corps
"sa beauté et sa couleur" (v. 21-22),

25langage clinique aussitôt explicité sous forme de langage ecclésial (et théologique) :

"le péché fait à l'âme / si terrible blessure
"qu'il lui ôte la Beauté / qui par Dieu était donnée insigne /".

26Il y a là des schémas de pensée typiquement iacoponiens qui se déploient et envahissent (en un premier temps) TOUT, y compris les propres essais timides de biographie (spirituelle) par lesquels Iacopone se met personnellement en scène comme dans la laude XXXV (Dialogue entre Iacopone et son âme noble).

27Tout comme c'est en vertu des principes de l'éthique franciscaine que sont évaluées les laideurs qui frappent le corps (et dont il est l'objet, la cible) ou qui le dévoient :

... "le fruit de la fausse jouissance / où l'âme a placé le corps".
(laude VII, fin)

28C'est-à-dire qu'au mépris du voeu et des pratiques de Pauvreté, s'instaure et se répand la laideur de l'Avarice en se rappelant que l'étymologie de habere (avere) est d'abord celle du désir d'avoir, de la passion de vouloir posséder, c'est-à-dire du mauvais désir.

29Ensuite, c'est que, faisant fi du voeu d'humilité, s'installe et se répand la laideur de l'Orgueil consistant à vouloir paraître infiniment plus que ce que l'on est en réalité, et à vouloir prétendre bien plus qu'on ne le serait ou qu'on le devrait.

30Enfin, contrevenant manifestement au voeu de chasteté et de fraternité comme en témoignent les laudes VI et surtout VII sur la coquetterie indue des femmes, s'étalent et prolifèrent la luxure et le goût immodéré pour l'argent, laideurs souvent conjuguées, deux formes de concupiscence et causes de corruption, de détérioration des âmes et des corps confondus.

31En bref, que la fréquente dichotomie âme-corps ne trompe pas en laissant croire à un facile clivage beau-laid : ce sont là deux entités, deux agents co-responsables de l'abâtardissement, du dénigrement, de l'enlaidissement de la créature qui obéit sans y prendre suffisamment garde à ses plus mauvais penchants.

32Au demeurant, une telle situation conflictuelle est-elle si radicale et si irrémédiable qu'il y paraisse dans cette première trentaine de laudes iacoponiennes ?

IL Laideur v/s beauté : une antinomie vraiment inconciliable ? (genèse d'un débat, XXXVII — LXIV)

33La question de fond qui se pose et que pose Iacopone da Todi est alors celle-ci l'alliance de mots étant la sienne : le monde est-il si immonde qu'il n'y paraît à l'évidence puisque les mille et une laideur offrent autant de visages négatifs à une créature en apparence interdite de Beauté ? (laude XV) ?

34Une échappatoire, à la réflexion, et en vue d'un salut possible, n'est-elle pas en fin de compte envisageable ?

35Là aussi, peu de place à la louange inconditionnelle dont toute laude peut être porteuse. Place en revanche pour un débat constructif réparateur, et pour un examen de conscience fécond.

36Instauration donc d'un débat par Iacopone qui ne renonce nullement à une élucidation entre les deux pôles d'un conflit en apparence insoluble, beauté contre laideur, davantage au singulier cette fois.

37La réponse sera fournie par un second état du recueil des laudi, quantitativement à peu prés équivalent de la phase initiale, précédente : un second tiers que l'on peut estimer à nouveau autour d'une petite trentaine de compositions-débats, soit de la laude XXXVII qui marque un tournant idéologique avec la louange de la chasteté comme nous l'avons déjà souligné, jusqu'à la laude LXIV. Ce second état, beaucoup moins phatique et énumératif et beaucoup plus didactique, donc démonstratif est d'abord caractérisé par un plus grand nombre de laudes abondamment développées (au nombre de six) qui pour cinq d'entre elles, excèdent la centaine de vers : XLII 106 vers, XLVI, 124 ; LV, 150 ; LX, 122 et enfin LXIII qui atteint 162 vers. Une laude, la XLVII, compte même deux-cent-quatre vers dépassant par conséquent les deux centaines de vers ; enfin, c'est dans cette seconde partie que l'on compte la plus pléthorique du laudario puisque la XLIII frise les 450 vers.

  • 7 Le Christ : à laudes XXIX, XL, XLI et XLII soit quatre laudes consécutives ; puis deux autres, ide (...)

38C'est en effet au cours de cette seconde phase, au sein de ce second volet, qu'avec une recrudescence de la présence ou des mentions christiques (un Christ particulièrement absent dans la phase précédente)7, Iacopone se fait à la fois plus "philosophe" et plus "historien" des maux qui accablent l'humaine créature dans son corps comme dans son âme, et qui affligent l'espèce humaine tout entière, tout autant que le corps de l'église-mère comme institution romaine, apostolique ... et pontificale !

  • 8 voir note 5 ; également Frugoni A. "Jacopone francescano" in Veltro, 1957, p. 39-44.

39Avec le Christ donc, surgit ou plutôt est confirmée la présence d'un second "personnage" témoin de son temps, François d'Assise cet "autre Christ", Gomme il aimait à se déclarer et à le paraître, François déjà présent à six reprises dans la première partie du recueil8.

  • 9 In La poesia dei sacro (Inni cristiani da Sant Ambrogio a Iacopone da Todi, a cura di Angelo Comin (...)

40C'est donc sous l'égide double du Christ et de Saint François que s'ouvre un long débat pathétique étalé sur la centaine de laudes mais plus particulièrement affûté et intensifié dans cette seconde partie (XXXVII -LXIV) c'est-à-dire au coeur du recueil de Iacopone da Todi. Tout comme le pathétique s'inscrit dans la dixième des vingt strophes du Stabat mater dont on dit que Iacopone pourrait être l'auteur9 et qui s'achève sur une séparation radicale entre le corps et l'âme, seules mentions explicites de ces deux "objets" du litige, à la fin des soixante vers de la lamentation de la Vierge au pied de la Croix et du Christ crucifié. Dans cette seconde phase, la plus marquée de tout le recueil par les événements socio-politico- religieux du temps, la plus polémique aussi deux paramètres sont à considérer qui donnent la juste mesure du débat entrepris : d'une part, le rapport lexical Beau-Laid dans chacune des laudes ; d'autre part, l'issue "stratégique" de chacun des récits développés.

* — En premier lieu, le rapport Beau-Laid :

41Le premier de ces deux termes, le Beau était pratiquement absent de manière explicite dans la première partie (I — XXXVI) : seules exceptions notables — ce n'est point hasard pensons-nous — le Beau figurait dans les quatre seules laudes consécutives remplissant véritablement la fonction d'hymne et de louanges qui ont trait à la philosophie de l'Amour, du véritable Amour (XXXII et XXXIV) et, pour les deux autres laudes contiguës (XXXV et XXXVI), à celles qui laissent entr'apercevoir la possibilité d'un paradis, notamment en priorité pour Iacopone-l'excommunié dans le dialogue qu'il établit avec son âme noble comme la laude qui sur près de deux cents vers (laude XXIV) a été assimilée à une biographie "spirituelle" du frère dissident.

42Quant à la catégorie du Laid, pour un nombre sensiblement égal de laudes concernées (six en tout), il est caractéristique qu'elle émerge dans le cadre d'une pénitence recherchée (les deux premières, IV puis X) bien dans le contexte franciscain de la première heure lorsque François et sa poignée de premiers fidèles étaient allés à Rome quérir auprès du Pape d'alors (Innocent III) l'approbation de prêcher ; approbation dont il n'avait reçu que l'autorisation orale en 1209-10 ; elle émerge d'autre part dans l'autre cadre qui est celui de l'affrontement entre états contraires (XII et XIII, puis XXII), laudes qui font l'objet de dialogues animés entre interlocuteurs réels ou figurés, voire d'échanges comme ceux entre l'âme et le corps justement, entre les sept péchés capitaux, ou encore entre deux vieillards.

43Mais la marque la plus en vue est, bien que parcimonieuse, celle qui dans les limites d'une même laude, les met en présence l'une de l'autre, comme les deux pôles d'un affrontement apparemment irréductible ; ceci à trois reprises, notamment au cours de la longue confession de 188 vers de Iacopone au sujet de la, de "sa" vieillesse c'est-à-dire à la veille de la très proche dissolution du corps en cadavre, cette première mort risquant fort de préfigurer une "seconde mort", hantise iacoponienne par excellence :

"Ainsi tourmenté, je viens à la vieillesse
"je perds Beauté et tout pouvoir
"je deviens laid perdant ma propreté
"il me faut aller par force à la mort." (XXIV, v. 165-168).

44Ceci pour la première partie. Qu'en est-il dans la seconde partie dont nous rendons compte, présentement ? Y-a-t-il progrès vers la Lumière, le salut ? Ou simplement stagnation ? Voire franche régression en direction du Laid et du Mauvais ? Semblable à ce jugement très lucide de la laude XXXIX dans laquelle Iacopone, à la lumière de "la vie de Jésus — miroir de vérité", complète ainsi cet incipit éloquent du commentaire suivant :

"regardant en ce miroir la lumière qui en sortait
"montra ma vie qui gisait très bas,
"me vinrent pleurs abondants voyant la démesure
"de la distance entre l'être et l'avoir :
"En regardant dans ce miroir, j'y vis mon essence :
"elle était entièrement pleine de pourriture." (XXXIX, v. 5-10).

45La question-clé qu'à présent se pose et nous pose Iacopone est celle-ci :

"O homme, ores pense qu'il est une autre vie
"laquelle est infinie où il nous faut aller" (ibidem ),

46Trois étapes de l'examen lucide de ce qu'il reste à parcourir et à affronter à toute créature qui ne doit ni renoncer, ni baisser les bras, encore moins s'abîmer dans la conscience malade et morbide du péché : aller à la mort, mais aussi aller vers une autre vie, sans cesser de prendre conscience de la distance entre l'être et avoir, voilà le programme de base de cette seconde partie, celle de la lutte entre beauté et laideur, entre le Bien et le Mal, entre l'enfer et le paradis toujours possible pourvu que l'on s'en donne la peine et qu'on y mette le prix Or, apparemment, tout ne va pas si vite et si facilement, l'avantage semblant même basculer en faveur de la laideur particulièrement récurrente dans la première dizaine de laudes, et au détriment du Beau qui n'affleure que dans trois laudes consécutives (XLI, XLII et XLIII) mais justement lié à la présence du Christ, et d'un Christ franciscanisé qui a le visage de Saint François en personne :

"Pourquoi allez-vous pauvrement pérégrinant ? (v. 2) ;

47un Christ qui finira par être celui au corps dénudé de la Crucifixion injurié, offensé, et même martyrisé par ses bourreaux :

"Et moi je lui donne mon corps avenant
"et le sang qui est sorti de mon côté (XLIII, v. 331-332)
"... nous invocâmes le Messie
"pour qu'il guérisse nos maladies,
"et voici, nu il gît dans la rue
"et il n'est personne qui de lui ait pitié.(lbidem, vv. 180-183).

48Tel est le miroir pour tout un chacun de "l'homme vêtu de chair/qui dans la chair souffre grande brûlure" (Ibidem, v. 359-360) ; de chair qui peut-être glorieuse mais tout aussi bien vicieuse (v. 371).

49Beauté paraît, fort peu, mais suffisamment pour laisser espérer un revirement salutaire, dans chacune de ces trois laudes :

50— D'abord dans cette laude XLI, où la Beauté demeure à l'état de statut provisoire et pour ainsi dire d'hypothèse :

"Afin que l'exercice eût son accomplissement
"je lui donnai le corps à son service et comme ornement
"Beau je fis l'instrument, pourquoi l'a-t-il oublié ? (v. 151)

51— Ensuite, et de manière beaucoup plus envisageable, dans la laude suivante XLII), Beauté au sein d'un nouveau dialogue corps-âme confirme son statut de projet à l'état de désir sans réel passage à l'acte :

"Quel est le vêtement que j'ai
"et qui me fait puante ? (v. 40-41 )
"car je veux être gracieuse pour Dieu,
"et comment devenir belle
"mon coeur en a grand désir ? (Ibidem, v.43~5).

52Cette seconde laude éprise de beauté, longue (elle compte 106 vers), s'achève sur le voeu et le thème très franciscains de la souffrance à convertir en joie ("joie me sera de souffrir", v. 105).

53— Enfin, dans la dernière des trois laudes concernées, la XLIIIe, c'est justement là que l'on rencontre un record en la matière et de loin puisque cette laude-ci on l'a déjà signalé, enregistre près de quatre-cent-cinquante vers, presque au coeur arithmétique du recueil ; elle commence par la notion de péché originel :

"l'homme fut créé vertueux,
"il voulut la mépriser, par sa folie
"la chute fut périlleuse ..." (XLI1I, v. 163)

54et s'achève sur celle d'un pardon espéré (v. 446-447) :

"Maintenant prions la haute Trinité
"qu'elle nous pardonne nos péchés."

55Entre ces deux bornes (la Faute et le Pardon), se déroule par allégorie l'histoire de l'humanité pécheresse et rachetée par l'Incarnation et la Rédemption. Revoilà le corps — et le corps ressuscité — de chair revêtu mais purifiée, sanctifiée, subsumée telle que la décrit Dante au Purgatoire (XXX, 15) :

  • 10 Dante, la Divine Comédie, t. I (Le Purgatoire) édit. bilingue trad. J. Risset ; GF-Flammarion, 199 (...)

"Comme les bienheureux, au dernier appel
"surgiront soudain de leur sépulcre,
"en alleluyant, de leur voix retrouvée10, (trad. J. Risset)

56alors que d'autres versions de ce vers controversé, à la place de "voix" (voce), lisent "carne" (la chair) et traduisent, croyons-nous plus judicieusement et d'une manière beaucoup plus conforme à la lectio liturgique,

... "alleluiant à la chair revêtue" (trad. L. Portier) ;

57cette autre traduction ayant de surcroît le mérite de "coller" plus fidèlement au texte métaphorique du "revêtement" si l'on veut bien songer, par exemple, à la représentation du Jugement dernier à la Sixtine, vu part Michel Ange, où un damné apeuré tient entre ses mains sa propre peau (charnelle défroque) sur laquelle figurerait un autoportrait du peintre.

58Pour rare que soit l'émergence de la Beauté dans cette seconde phase du laudatio, elle pèse néanmoins de tout son poids dans ce parcours de la folie Iacopone : de "sale et déformée" (v. 46), la créature de chair assiste à la métamorphose de l'âme à qui Dieu (v. 121-122) a donné "le corps d'une gracieuse jeune fille", un corps devenu avenant (v. 331). L'homme, l'homme nouveau "vêtu de chair" (v.359),a donc pu quitter "sa chair vicieuse"(v. 371) pour devenir Beauté :

"Belle la Prudence ne nous apparaît
"si le don de la Sagesse ne se fait entendre,

59dernier acte et dernier voeu (v. 425-426, ibidem) de ce long parcours de la conversion de la laideur pernicieuse et maudite en beauté gratifiante et triomphante, radieuse.

60La plus grande affluence de Laid, face à la présence parcimonieuse du Beau, ne doit cependant point faire illusion, et ce d'autant plus que le second paramètre est, lui tout à fait éclairant de l'optique de reconstruction tentée par Iacopone da Todi.

* — Second paramètre : l'issue des récits-débats

  • 11 Issues négatives : sauf cinq laudes, V, IX, XI, XII et XXXV.
  • 12 Issues positives : sauf six laudes : : XLIV, XLVII, XLVIII, L, LV, LVI.

61Elle tranche en effet de manière décisive, nettement en faveur d'un verdict positif ou, du moins, d'une possibilité de rachat. A la différence des trente-sept premiers récits du recueil, presque tous systématiquement négatifs (nous n'en avons repéré que cinq en sens contraire)11 ; à la fin des vingt-sept récits, c'est l'inverse qui se produit ici où la très grande majorité des récits finissent "bien" (six négatifs seulement pouvant être encore notés)12. Et pourtant, le point de vue abordé, philosophico-historique, notamment affiché dans treize laudes consécutives (de la laude L à la laude LXII incluse), ne se prêtait pas au départ à des considérations réjouissantes, ne donnait pas lieu à un quelconque espoir de rachat.

62Ni les quatre laudes (L à LIII) qui se déchaînent contre les tares et les vices de l'Eglise du temps (magie, hérésies, charlatanisme, luxure, etc....), ni les quatre missives (ou épistole) à deux souverains pontifes donnant la mauvais exemple : Célestin V alias Pier da Morrone (laude LIV) ou Boniface VIII pris pour cible dans trois laudes-missives consécutives (LVI, LVII et LVIII) par ordre croissant de fureur, de la simple supplique à l'anathème et au blasphème ; ni cette autre biographie iacoponienne, plaidoyer pathétique d'un franciscain injustement excommunié qui se fait "un bouclier de sa haine" (v. 112) et convoque pour ce faire un terrible bestiaire de l'agressivité et de la cruauté, aucun de ces textes bien ancrés dans le siècle, a priori, ne pouvait décemment laisser espérer la plus petite lueur d'un renversement de situation, d'une amélioration possible et du sort personnel de Iacopone da Todi et du sort collectif des croyants dans l'église du xiiie siècle.

63Il est vrai qu'entre la figure du Christ (laudes du début du recueil) et la figure de François (laudes de la fin de la partie concernée) d'une part, et l'éloge final de la Pauvreté (laude LIX) d'autre part, il y avait largement de quoi contrebalancer l'accumulation du négatif des laudes de la première partie. L'enfer, même sous cette forme allusive, infiniment moins récurrent dans cette partie-ci que dans la partie initiale, pouvait même au compte-gouttes autoriser à trois ou quatre reprises, d'envisager des perspectives paradisiaques comme dans les laudes XLVI et XLIX par exemple.

64Déjà fortement marquée par la tâche originelle, la laideur du péché de nos premiers parents, le corps-en-devenir de la créature pécheresse s'est chargé en cours d'existence et au fur et à mesure des expériences de la vie, de bien d'autres laideurs adventices.

65Malgré ce, on l'aura constaté, un espoir subsiste à l'issue de ces débats pour la créature repentante et repentie d'accéder à la Beauté, forme d'appel du Salut.

66A présent, qu'adviendra-t-il de cette conscience corporelle au-delà de celle que Saint François d'Assise, dans la dernière laisse rajoutée de son Cantico delle Creature, appelle "notre soeur corporelle", la mort ? Qu'en sera-t-il de ce corps voué à une "seconde mort", archétype de toute Laideur, si un miracle n'est accordé à l'âme qui l'accompagne ?

III L'au-delà du corps : "seconde mort" ou salut accordé ? Plaidoyer pour un discours de Beauté

67La troisième perspective du parcours corporel iacoponien se situe bien entendu dans l'au-delà et fait intervenir, dès lors, au corps subsumé "réduit" à son essence corporelle plus qu'à sa substance, celle de l'homme qu'une "seconde mort" ne condamne pas nécessairement, irrémédiablement à l'enfer :

"de l'homme qui meurt à bonne fin" (laude LXXVII, v. 30).

68Cette nouvelle participation du corps, d'un corps épuré de ses séquelles adamiques, de ses scories de pérégrination terrestre, prend place dans la troisième et dernière partie des Laudi ce que l'on pourrait désigner sous l'appellation englobante de "mystique" de Iacopone (à partir de LXIV jusqu'à XCII). La double articulation des "louanges" qui sont d'abord la vocation des laudes, celles de la Nativité (LXIV), puis celle de l'Amour divin (LXXXI) dit assez l'option résolument lumineuse et numineuse, garante de l'avènement de la Beauté.

69Dans ce cas de figure seulement mais qui est loin d'être la règle générale du Laudario iacoponien, la laude peut remplir et respecter sa vraie fonction première, soit la partie de l'office divin qui suit Matines ; car aux yeux du "spirituel" qu'est devenu, en cette fin de xiiie siècle, Iacopone, frappé d'excommunication qui plus est, et endurant la terrible épreuve d'un emprisonnement qui tourne au martyrologe, le Mal n'est point si facilement éradicable, gommable, éliminable.

70Le tournant dans ce domaine se situe aux deux-tiers du recueil des Laudi : il est marqué et concrétisé à / par la laude LXIV, c'est-à-dire précisément par ce chant de louanges à la Nativité ; cette nativité dont François d'Assise avait été le pionnier tout à la fin de sa vie en la célébrant avec figurants et animaux "en chair et en os" à Greccio, en 1223, l'année même où la règle de l'Ordre, la troisième, est définitivement instituée, agréée par Honorius III, et un an avant de recevoir les Stigmates à la Verna. Compte-tenu du bilan à la fois contrasté et complémentaire des deux premières parties, on pouvait espérer que dans la partie finale des vingt-huit dernières laudes, Iacopone poursuivrait son oeuvre de redressement et de réflexion plus constructive.

71Car de la laude LXIV à la laude finale XCII, le langage et le discours changent radicalement de nature : de politique, d'historique et de "philosophique" qu'il était précédemment, il devient essentiellement théologique, même si Iacopone da Todi aurait fortement protesté de l'usage de ce terme qu'il aurait récusé, lui qui dans la laude LXXX (v. 42) se déclare "ignorant en théologie". A moins de ré-emprunter pour cette partie la plus liturgique du recueil, riche de nombreuses citations bibliques, scripturaires, le terme de "philosophique" mais dans son acception iacoponienne :

"car cette écriture me fait en nature
"et en philosophie, docteur. (laude LXXXII, v. 27-30).

72Et c'est sous le signe de Pauvreté, déjà apparu(e) furtivement dans la première partie (laude XVIII : "pauvreté n'est pas vice"), mais sous l'angle éthique, que s'effectue la transition entre partie II et partie III.

73Il faut bien cette fois, et en pleine conclusion d'allégeance à Saint François de la laude LVII à la laude LXII dont Iacopone donne une nouvelle biographie spirituelle :

"O François pauvre nouveau patriarche
"portes nouvel étendard signe de la Croix ... " (laude LXI, v. 1-2).

  • 13 Les Stigmates, petit précis de Joachim Bouflet, Paris, Edit, du Cerf : coll. "Fides", n° 51, 1996, (...)

74Il faut donc bien à Iacopone deux laudes consécutives à présent (LIX et LX) pour tresser l'éloge systématique de Dame Pauvreté : une première fois en raccourci (54 vers seulement) avec l'évocation des sept apparitions de la Croix au saint assisiate dont le corps de beauté fut l'incarnation (épreuve des Stigmates)13 ; une seconde fois plus longuement, plus du double de vers soit 112, avec l'assimilation classique de l'hagiographie franciscaine de François en Christ en son "amour démesuré du cœur en feu" (v. 78) :

"Ô François aimé de Dieu
"Christ en toi s'est montré (laude LXXII, v. 1-2)
"... Vraiment tu fais comme un saint (v.7).

75Ce Saint-François là, iacoponien, "dans le supplice du Christ est transformé" (LXI, v. 68) ; il est porteur dans son corps et dans sa chair :

"son corps ne put contenir tel feu" (ibidem, v. 80)
"... en cette ressemblance de Christ crucifié" (ibidem, v. 53).

76des cinq gemmes soit des cinq plaies des stigmates. François par conséquent, qui "fut choisi comme gonfalonier" (ibidem, v. 31-32) et créateur successivement de trois ordres masculin (Ordre des Frères Mineurs), féminin (Clarisses) et "laïc" et séculier (le Tiers-Ordre), tous les trois rappelés dans ce second raccourci historique du panégyrique de la laude LXII, François est le vrai modèle pour Iacopone le "spirituel".

77En choisissant des quatre principes actifs fondateurs de ce que bien plus tard on nommera le franciscanisme (-isme que François eut violemment récusé), la vertu-clé et première qui était celle de Pauvreté, Iacopone pouvait à son tour ressusciter dans le cadre de sa dissidence de "spirituel" la figure de celui qui est resté dans l'histoire sous l'appellation de Poverello. Le changement radical de la démarche iacoponienne dans cette petite trentaine de dernières laudes est à ce point patent que tous les dialogues figurant en fin de recueil tous ne s'établissent plus désormais sous l'angle des contraires comme dans les parties précédentes (la première principalement) mais au positif sous les auspices de l'échange en vue d'une conformité de vues, d'un partage et même d'un consensus. En effet, et à la différence de ce que l'on avait pu constater auparavant par exemple dans la laude XL (dialogue avec le Christ) à propos de l'idée de pacte, dans la laude XLVII (débat entre le démon et l'âme) où il était question de l'idée de division, d'adversité malfaisante, ou encore dans la laude XLIX (dialogue entre l'âme et la conscience), la Beauté à présent de la parole échangée et partagée gomme les laideurs de la dissension et jette les bases d'une réconciliation. Ces dialogues ont nom désormais :

laude LXVII : dialogue entre l'époux et l'épouse ;
laude LXXV : dialogue entre deux contemplatifs, séparés seulement par une question de degré eu égard à la ferveur ;
laude LXXVIII : débat entre Amour et discrétion, laude
LXXX : dialogue sur l'essence du véritable Amour.

78Les deux derniers dialogues notamment, précédemment mentionnés, illustrent parfaitement ce qu'est l'essence de cette toute dernière partie des Laudi : une réflexion plus apaisée et plus gratifiante, une apologie, une théophanie de l'Amour humain transcendé désormais en amour divin.

  • 14 Amour : ce sont successivement laudes LXXII, LXXIII, LXXVII, LXXVIII, LXXIX, LXXX, LXXXI, LXXXII, (...)

79Le tout début (laudes LXVI et LXVII) s'ouvre sous l'aspect d'une lamentation, mais qui a pour objet un défaut d'amour (aridité mystique) et trouve un écho tardif dans la toute dernière composition (la laude XCII) sous la forme d'une complainte : entre ces deux pôles bien dessinés, procède l'axe idéologique de la partie finale du recueil des Laudi tout entière consacrée à l'Amour devenu le centre d'irradiation de l'influence bénéfique du Christ. La moitié ou presque (soit treize des vingt-huit laudes finales)14 traitent de ce thème porteur de la réflexion de Iacopone da Todi : la laude XC à cet égard, accumule jusqu'à saturation dans chacun de ses cinquante derniers vers (v. 242à 288), le sème "Amore" en construction systématiquement anaphorique tout particulièrement.

80Avec l'Amour apparaît ou réapparaît la Beauté à la fois cause et conséquence du premier nommé : désormais Beauté va étouffer et éclipser toute laideur malfaisante. La transition du négatif au positif a d'ailleurs été fort bien ménagée par les toutes dernières laudes, à partir de la laude LX avec, à chaque fois, au moins une mention, une occurrence judicieusement choisie, de cette Beauté.

81Qu'on en juge dans ce qui va suivre :

82— la laude LX célébrant "l'amour purifié qui vit dans la vérité" (v. 235) rappelle la foncière beauté de celui qui fait voeu et oeuvre de Pauvreté : beauté de ne rien posséder, ne désirer même aucune chose (v. 120-121).— la laude suivante (LXI), implicitement, gomme ce que les cinq sens du corps souillé, au début du recueil, pouvaient receler et charrier de laideurs contaminantes pour leur substituer les cinq gemmes, c'est-a-dire les cinq plaies du corps sublimé occasionnées sur le Mont d'Alverne par le séraphin aux ailes quinticolores des stigmates, symbole de "l'amour démesuré du cœur en feu" (v. 78). Désormais, dira la laude LXXVIII (v. 136) en recommandation, "il te faut dompter ces cinq sens-là", initialement outils de perversion et cause de damnation.

83— mieux encore, la laude LXIII, transition morphologique idéale puisqu'elle est la seule laude de tout le recueil à structure mixte ; d'abord en prose, ces conseils à un frère malade, Frère Jean de la Verna, s'achèvent en vers. Elle ajoute la touche métaphorique du beau vase :

"Vale, frère Jean, Vale, ne te déplaise de supporter le Mal
"entre l'enclume et le marteau, ainsi se fait le beau vase,

84transition par conséquent entre le Mal qui est laideur, et le Bien qui est de Beauté revêtu.

85— Encore, la laude LXI avec le référent musical de notes rappelant que ce sont des franciscains, Iacopone d'une part, et Tommaso da Celano d'autre part et avant lui, qui sont les auteurs des deux compositions liturgiques les plus célèbres de la sombre dramaturgie catholique : le Stabat mater et le Dies irae, deux moments cruciaux et pathétiques où intervient la Divinité en martyr d'un côté, en justicier implacable de l'autre, et où la lumière naît (renaît) des ténèbres. Dans cette laude à connotations musicales, Dieu apparaît (v. 25) "comme celui qui a enseigné le chant" ; or, au sujet de celui-ci, Iacopone da Todi aux vers 33-36 écrit :

"ce chant d'amour prend la norme du beau désir"

86— Mais de toutes celles précédemment examinées au crible de la Beauté, la plus curieuse dans l'apparente antinomie est bien celle de la louange déjà cité de la Nativité (laude LXV) qui oppose Beauté à Laideur sous de bien curieux auspices et au sujet du même objet sacré de culte : la crèche dans l'étable de Bethléem.

"dans une étable il veut rester palais abandonné (v. 13),

87à un "trône d'or" resplendissant de gemmes (v. 15)

"comme trône si beau tu as reçu une crèche" (v. 21).
... "En étable de laideur, j'ai voulu me reposer." (v. 172)

88Sous l'égide du corps et de la chair, la relation Beau-Laid a donc revêtu plusieurs formes successivement, correspondant à plusieurs états et étapes de la pensée iacoponienne ; celle d'abord de la dénonciation véhémente d'une chair corrompue et corruptrice ; celle ensuite de l'élucidation, par le biais d'un débat, de la confrontation entre les deux notions, c'est-à-dire les deux états ; celle enfin d'une résurrection espérée, et d'une Beauté retrouvée, tout au long de la centaine de laudes beaucoup plus conçues et entendues comme des écrits militants que comme des hymnes à vocation de simple panégyrique.

  • 15 "Vicaire du Christ", Voir au sujet de cette appellation consacrée M ? Maccarone :
    "Vicarius Christi(...)

89Mais ce que l'on doit retenir par-dessus tout, c'est l'idée-force de combat, de contestation ouverte, consciente et organisée, finalisée aussi d'un Pouvoir qui est celui de l'institution romaine et pontificale, responsable au premier chef d'une détérioration de l'ecclesia ; responsable non seulement d'une décision inique et totalement arbitraire à l'égard de l'excommunié" Iacopone, frère franciscain "spirituel" interdit de parole et d'action cinq années durant, mais encore ce qui est peut-être plus grave, de vices, de tares et de laideurs accumulées dans et par l'Eglise du temps et sous l'entière responsabilité de son chef suprême dont la fonction est pourtant celle d'être "le vicaire du Christ"15.

  • 16 Cf. Laudi op. cit., L, p. 199 : "le Soleil est Christ qui ne fait plus de signes / pour fortifier (...)

90Pour Iacopone da Todi gracié par le successeur de Boniface VIII, renvoyant à la leçon apostolique et évangélique de son Frère fondateur, le seul porte-parole authentique c'est "l'autre Christ" (alter Christus qu'avait voulu être François d'Assise célébrant le Soleil, père de toutes choses dans son cantique de 1224 qui était en réalité une autre "laude" (laudes creaturarum) mais toute d'harmonie, de lumière rayonnante et de paix16.

91Finalement, le recueil de 92 laudes (le Laudi) de Iacopone da Todi le frère franciscain "spirituel', se présente comme un violent diptyque confrontant, opposant d'une part la Beauté de la figure, de la pensée et des pratiques franciscaines, et d'autre part la / les laideur(s) d'une Eglise et d'une politique bonifaciennes totalement dévoyées, irrémédiablement discréditées à travers celui qui prétend les célébrer par un Jubilé tapageur, celui de l'an 1300, qui sert de dérisoire préface à Dante, au chant XVIII de l'Enfer pour introduire ses Malebolge ou royaume de la Fraude (v. 29 sqq.).

Notes

1 Edition de référence : Iacopone da Todi ; les Laudi, coll. "Sagesses chrétiennes", intr. et notes, trad, de l'italien par Lucienne Portier, Paris, éd. du Cerf, 1996 ; 382 p.

2 Ibidem, introd., p. 10.

3 Maladies nombreuses : hydropisie, angine, tumeurs, paralysie, chancres, goutte etc Auparavant la laude XLIII évoquait déjà "Dieu médecine" ; id. XLIV, v. 11 ; la cécité apparaissait laude XLVI, v. 29 et, à la laude XLVII, v. 61 sqq., c'était au tour d'un corps tout de souillure comme "une truie puante" (v. 53 sqq.), ou une chair siège de vermine repoussante.

4 Voir à ce sujet Cristaldi S. "l'escatologia militante", Annali del Dip. di scienze storiche, Univ. degli studi di Lecce, n° 2, 1983, pp. 97-119.

5 Saint François cité : 1ère partie, laude VII, IX et XII au travers de l'Ordre ; puis XVIII, XXX et XXXI à trav. les idées-force ou les lieux ; 2° partie : XXVIII, XLV mais surtout L, LVII, LIX, LXI et LXII.

6 Voir à ce sujet Grisi, F., la protesta di Iacopone da Todi, Roma, Trevi, 1969.

7 Le Christ : à laudes XXIX, XL, XLI et XLII soit quatre laudes consécutives ; puis deux autres, idem : XLIV et XLV ; enfin les trois dernières plus dispersées XLVIII, LII et LXI.

8 voir note 5 ; également Frugoni A. "Jacopone francescano" in Veltro, 1957, p. 39-44.

9 In La poesia dei sacro (Inni cristiani da Sant Ambrogio a Iacopone da Todi, a cura di Angelo Comini, presentazione di Mario Pomilio, Milano, Rusconi, 1998. Le Stabatmater avec ses dix strophes à pp. 154-159.

10 Dante, la Divine Comédie, t. I (Le Purgatoire) édit. bilingue trad. J. Risset ; GF-Flammarion, 1992, p. 27S ; Dante, la Divine Comédie, trad. L. Portier, Paris, éd. du Cerf, p. 340.

11 Issues négatives : sauf cinq laudes, V, IX, XI, XII et XXXV.

12 Issues positives : sauf six laudes : : XLIV, XLVII, XLVIII, L, LV, LVI.

13 Les Stigmates, petit précis de Joachim Bouflet, Paris, Edit, du Cerf : coll. "Fides", n° 51, 1996, notamment le chap. I, p. 16 sqq. ("les Stigmates du Poverello").

14 Amour : ce sont successivement laudes LXXII, LXXIII, LXXVII, LXXVIII, LXXIX, LXXX, LXXXI, LXXXII, LXXXIII, LXXXIV, LXXXV, LXXXVI et enfin LXXXIX.

15 "Vicaire du Christ", Voir au sujet de cette appellation consacrée M ? Maccarone :
"Vicarius Christi" : storia del titolo papale, Roma, 1952. Jacques Dalarun w' François d'Assise ou le pouvoir en question (principes et modalités du gouvernement dans l'ordre des Frères Mineurs), Bruxelles, De Boeck Université, "Bibliothèque du moyen-age, n° 15, 1999 mentionne (note 6S, p. 28) que selon Pierre de Blois — mort en 1211-12 "le pauvre est vicaire du Christ".

16 Cf. Laudi op. cit., L, p. 199 : "le Soleil est Christ qui ne fait plus de signes / pour fortifier ses serviteurs.
Idem Di Ciacca, cf. : "la francescanità delle Laudi iacoponiane sull'Assisiate", in Studi francescani, n° 80, 1984, pp. 5-11.

Auteur

Université de Paul-Valéry-Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540