Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

Le Beau et le Laid : fonction et signification dans Erec et Enide de Chrétien de Troyes

Michelle Houdeville

Texte intégral

1Beauté et laideur : deux concepts subjectifs, fréquemment opposés et cependant plutôt ambigus, ainsi que le révèle un essai de définition qui fait surgir des acceptions diverses.

2Ainsi, la beauté peut apparaître comme ce qui plaît, provoquant une certaine émotion esthétique, mais aussi comme ce qui correspond à des normes d’équilibre ; ou encore elle représente ce qui séduit un groupe social à une époque donnée.

3Inversement, si la laideur peut se définir comme son contraire, en tant que catégorie fondamentale de la valeur esthétique, elle constitue aussi une transgression par rapport à un type considéré comme parfait.

4Cette opposition est donc tantôt un phénomène de perception, tantôt le lieu d’un conflit de pouvoir qui met en jeu mémoire, tradition, organisation et vision de la société.

5Pour tenter de préciser la signification de ces deux notions, nous allons les étudier à travers une oeuvre courtoise bien connue, le roman Erec et Enide de Chrétien de Troyes, en nous plaçant aussi bien sur le plan moral que social ou symbolique.

  • 1 Le texte utilisé est celui de l’édition de M. ROQUES, Les Romans de Chrétien de Troyes édités d’ap (...)

6On se souvient que, lors de l’arrivée d’Erec chez le pauvre vavasseur, père d’Enide, la jeune fille effectue les gestes traditionnels d’accueil et aide sa mère dans les tâches domestiques1. C’est l’occasion de la découvrir, à travers une représentation en mouvement — et non à travers un portrait statique, comme le veut la tradition. L’auteur souligne le mauvais état de son vêtement qui laisse entrevoir la peau par ses déchirures. Cette semi-nudité a une double signification : sociale, d’abord, puisqu’elle révèle la misère familiale, d’autant plus scandaleuse que la générosité et la noblesse du comportement de l’hôte d’Erec dénoncent l’injustice de son sort. L’inscription de la différence à travers la tenue d’Enide permet à Chrétien d’introduire une revendication ou du moins une interrogation sur la noblesse : la richesse fait-elle la supériorité ? N’est-ce pas plutôt la valeur morale ? On découvre aussi que le père d’Enide ne peut compter que sur le mariage de sa fille pour améliorer sa vie et c’est, en fait, un problème de développement économique qui se trouve ici posé.

  • 2 ibid., vv. 1484-91.

7Mais du corps à demi-dévoilé d’Enide émane aussi une forte sensualité : Erec ne demeure pas insensible à sa beauté. Le corps, quoique silencieux, a donc un langage très convaincant et suggestif. Aussi Erec tombe-t-il amoureux de la pucelle dont il demande d’ailleurs la main peu après, mais le couple ainsi formé ne constitue pas une mésalliance car le romancier insiste sur la parfaite égalité des deux époux en beauté et en courtoisie2.

8Quant à la jeune fille, elle ne parait pas, tout d’abord, éprouver de gêne ou de honte à être aperçue en pareille tenue, sans aucun doute habituelle. C’est le père qui le premier soulève la difficulté de l’envoyer ainsi vêtue à la cour et qui suggère de lui trouver un costume plus convenable, en proposant d’emprunter une toilette décente à sa fille aînée mariée. C’est seulement lors de l’arrivée au palais d’Artur, en découvrant les autres dames somptueusement parées, qu’Enide semble prendre conscience de sa différence et se sent mal à l’aise. Sa pauvreté, mais aussi son exceptionnelle beauté, l’isolent des autres et font d’elle un être à part.

9On peut se demander pourquoi Erec a ainsi tenu, en l’obligeant à venir ainsi attifée à cette confrontation, à imposer pareille épreuve à celle qu’il aime. Faut-il le taxer de cruauté, d’indifférence ou d’inconscience ? N’est-ce pas plutôt que le romancier a voulu opposer un concept de beauté naturelle, sensuelle, celle du corps seul, à une notion d’élégance sociale où la parure joue un rôle essentiel dans l’attrait exercé par la femme ? Erec rend ainsi hommage au charme naturel qui l’a subjugué et dont le pouvoir va être reconnu par tous puisque la nouvelle arrivée, de l’avis unanime, sera publiquement proclamée la plus belle. Elle évite ainsi la compétition et les combats tant redoutés qui risquaient de conclure la chasse au blanc cerf, si le choix de la plus belle, effectué par le vainqueur de l’épreuve, pouvait donner lieu à contestation. Mais la façon dont Erec présente à la cour la femme qu’il a choisie revêt également un aspect provocateur.

10Car la tenue première d’Enide peut être tenue pour "laide", si l’on se réfère aux critères esthétiques et sociaux de l’époque qui exigent que la dame courtoise soit somptueusement parée et soigne son apparence aux yeux des autres. Enide incarne, en réalité, une autre conception de la beauté, plus sensuelle, plus naturelle, à la charge érotique plus poussée. "Belle quand même", en dépit de sa vilaine robe, Enide éveille le désir mais remet ainsi en cause l’équilibre social et la répartition traditionnelle des rôles masculins et féminins dans le groupe. Erec subit le charme mystérieux, presque féerique de la jeune femme. Il est comme envoûté, il devient "recreanz", néglige les devoirs de chevalerie pour se consacrer uniquement à sa lune de miel, devenant inutile pour la collectivité. L’amour inspiré par Enide est alors une passion purement charnelle, égoïste, qui sépare l’individu de la collectivité et le pousse uniquement à la recherche du plaisir. A une époque où le mariage est voulu et conclu par les familles, il affiche un choix personnel dicté par le seul désir amoureux.

11Ainsi, ce que l’on pourrait appeler la beauté "sauvage" d’Enide crée-t-elle un nouvel espace de liberté mais modifie les rapports entre l’individu et le groupe. L’amour de Mabonagrain pour la jeune fille au lit d’argent aboutit à un résultat analogue : pour lui plaire et demeurer fidèle au serment qu’elle a exigé de lui, il doit massacrer tous ceux qui se présentent, créant ainsi de grands dommages à la société qu’il dédaigne de servir pour ne se consacrer qu’au bon plaisir d’une seule créature. Dans ces deux cas, la beauté physique féminine se révèle dangereuse et susceptible d’être entachée d’une certaine laideur morale puisqu’elle distrait le chevalier de ce qui devrait être sa vocation et sa tâche essentielle. En se soumettant à son désir amoureux, le chevalier se dévalorise.

  • 3 Lais de Marie de France, traduits, présentés et annotés par Laurence Harf-Lancner, texte édité par (...)

12Si la jeune fille du verger enchanté de la Joie de la Cour, cousine d’Enide, se révèle, tout comme elle, capable d’éloigner le chevalier de ses semblables pour le garder tout à elle, comme la Dame de Lanval3, ni l’une ni l’autre ne sont pourtant réellement des fées. Si elles ont un indéniable pouvoir de séduction, elles ne disposent pas de l’immortalité et ne vivent que dans un bonheur illusoire car l’homme aimé, ainsi isolé, souffre et se sent vaguement dupé, comme l’atteste le soulagement de Mabonagrain quand, vaincu par Erec, il peut enfin échapper à son emprisonnement.

13La femme physiquement belle apparaît donc dans le roman comme une image dégradée de la fée dont elle n’a conservé, en fait, que la capacité d’enlever l’être aimé pour le contraindre à vivre, avec elle, dans un monde à part, perdu pour les siens auxquels il n’est plus d’aucune aide. Pourtant, un effort d’intégration avait été fait lors de l’arrivée d’Enide à la cour. En effet, la reine Guenièvre l’avait accueillie et s’était chargée d’elle, la dotant de riches atours et la parant comme les autres dames nobles. Le corps d’Enide se trouvait ainsi masqué, voilé. L’individu s’effaçait alors derrière un type social, se conformant au modèle et aux canons de la mode en vigueur. Le vêtement correct n’est pas seulement la marque d’une appartenance sociale ou la mise en valeur de soi, il se veut le reflet d’un comportement social. C’est pourquoi les critiques formulées contre Erec suspect de recréantise atteignent aussi Enide, responsable de son attitude.

14Parce qu’il y a donc, dans la beauté native d’Enide, supérieure à toutes les autres femmes, malgré leur parure, une violence cachée, elle va devoir expier, en accompagnant Erec, exposée à tous les dangers et à toutes les convoitises, richement parée, pour qu’il puisse prouver à tous qu’il n’a rien perdu, en se mariant, de sa valeur ; mais en éliminant les brigands ou les comtes désireux de l’enlever ou de lui faire violence, Erec contribue aussi à une amélioration de la vie collective, en châtiant des fauteurs de trouble et de désordre. La beauté d’Enide perd alors son pouvoir néfaste et n’est plus qu’une sorte de provocation ludique, au service de la prouesse chevaleresque et la femme se voit ravalée au rang d’objet par l’interdiction de parler formulée par Erec

15En transgressant cette défense, Enide montre qu’elle entend prendre sa part de l’aventure, s’associer à l’action de son mari, courir elle-même des risques. Tout se passe comme si Enide avait pris conscience d’un rôle nouveau et acceptait désormais la discipline du désir et l’oubli de soi. Peu à peu, sa beauté va cesser d’être une invite à la transgression pour devenir la source de la prouesse toujours plus grande d’Erec. Socialisée, ritualisée, elle n’est plus cause de tentations mais incitation à un perfectionnement moral et chevaleresque.

16Peu à peu, on constate qu’Enide va, sans rien perdre de sa noblesse, se fondre dans le groupe des dames. Non seulement son charme ne présente plus le même caractère provocateur mais la jeune femme elle-même parvient à réconcilier beauté physique et beauté morale dans les conseils qu’elle va dispenser à sa cousine, lui expliquant qu’il ne faut pas chercher à enfermer l’homme aimé dans le monde de la passion mais qu’une discipline du désir est nécessaire. L’amour ne doit pas être tyrannique et le bonheur réside dans l’équilibre d’un amour partagé. La réconciliation d’Erec et d’Enide ne clôt pas la fin des aventures. L’épisode de la Joie de la Cour montre bien que le chevalier ne se battait pas seulement pour reconquérir sa bien-aimée mais que la prouesse constitue un élément essentiel auquel il ne peut renoncer.

17Aussi l’harmonie rétablie dans le couple ne met-elle pas un terme aux responsabilités politiques et sociales d’Erec. Bien au contraire, comme le montre le splendide couronnement d’Erec, devenu roi après la mort de son père, le roi Lac. Enide est, bien entendu, associée à cette cérémonie mais pendant ce moment solennel, elle est tout de même nettement en retrait par rapport à son mari dont le superbe manteau symbolise le prestige et la valeur. Erec est digne de monter sur le trône puisqu’il a fait la preuve qu’il est capable de se dominer et de ne pas se laisser emporter par la passion.

  • 4 Colloque de Conques du 15 au 17 octobre 1998.

18Ainsi, la beauté du couple va-t-elle prendre un caractère symbolique. La dangerosité de la femme semble, à présent, éliminée. On assiste dans le roman à la métamorphose "d’un amour subversif en un amour conjugal" pour reprendre les termes d’un colloque récent4. Sans aller jusqu’à dire que désormais Erec applique le conseil de Saint-Jérôme : "L’homme sage doit aimer son épouse avec discrétion et sans passion", le caractère exclusif du sentiment premier s’est effacé. La beauté physique n’est plus tentation égoïste mais reflet de la perfection intérieure. Le corps féminin entrevu au début est à présent camouflé et devient le symbole de la morale courtoise qui exige la soumission à un idéal et la maîtrise du désir. Le couple est intégré, désormais, dans le groupe social. La bonne épouse n’est pas celle qui éveille la concupiscence mais celle qui fait montre de sagesse. La vertu et le dévouement d’Enide prennent le pas sur les élans de la sensualité. Largesse et piété, plus que la beauté, font la compagne modèle. Quant à la parure et à la recherche vestimentaire, elles s’inscrivent, désormais, dans cette "consommation démonstrative" dont parle K. König dans sa Sociologie de la mode, de la beauté, socialisée, du personnage.

19Dans un roman courtois, on attendrait l’éloge de la passion exclusive de l’amant pour sa dame. En fait, Chrétien de Troyes insiste sur le caractère irréaliste et impossible du désir d’éternité dans l’oubli total de soi et la fusion dans l’autre. L’enfermement dans l’amour est présenté comme une folie. Le romancier défend la volonté unitaire du groupe et fait progresser le couple vers un amour conjugal profond mais paisible et ouvert sur les autres. Peut-être subit-il là l’influence du mariage chrétien et de l’action de l’Eglise qui cherche à éliminer la passion païenne au profit de la tendresse mutuelle des époux. Chrétien, d’ailleurs, a manifesté d’autres réticences envers la doctrine courtoise traditionnelle : n’a-t-il pas laissé le soin à son disciple Godefroi de Lagny de terminer le récit d’un amour adultère dans le Chevalier de la charrette pour mieux se consacrer à la peinture du mariage dans Yvain ou le chevalier au lion ?

20L’union d’Erec et d’Enide est apparue d’abord comme une transgression de l’usage familial : Erec a choisi lui-même sa compagne qui ne lui apporte rien financièrement. C’est lui qui lui apporte richesse et rang social, s’inscrivant ainsi dans la ligne du douaire. A partir du xiie siècle, se répand l’usage de la dot versée par le père. Enide, elle, n’offre pas à son mari de ressources supplémentaires ni n’augmente son pouvoir. Leur mariage n’est ni voulu ni préparé par la famille d’Erec dont la décision ne s’explique que par le désir sensuel et la passion. Le héros semble donc concevoir le mariage comme une affaire purement personnelle et individuelle. Aucune contrainte familiale ne pèse donc sur les deux époux. Au moment où l’Eglise tend à instaurer l’image d’un couple librement formé par deux personnes qui se choisissent plutôt que d’une union voulue pour des intérêts politiques, familiaux ou financiers, la transformation de la beauté physique naturelle en une beauté révélatrice d’une supériorité morale et d’une réelle sagesse va dans le sens de cette évolution morale et religieuse.

21Mais la promotion d’Enide amène aussi une interrogation sur la société. Elle introduit une possibilité de promotion à l’intérieur d’un groupe qui n’est plus seulement marqué par la stabilité. Elle apporte un message d’espoir à la petite noblesse envieuse de la puissance des grands du royaume. La confusion entre la beauté et la vertu, le beau et le bien, ouvre la voie à une nouvelle réflexion sur son rôle, sa place et sa fonction et propose une supériorité fondée sur le mérite et non seulement sur la naissance ou l’appartenance familiale.

22La beauté native d’Enide sous-entend une certaine injustice de la voir confinée dans la pauvreté et traduit une revendication d’élévation sociale, la laideur de la misère contrastant cruellement avec les mérites des individus qui en sont victimes.

23Mais aux côtés de la jeune femme, le rôle d’Erec se fait de plus en plus important. Il n’apparaît pas comme un être soumis aux volontés de sa dame, mais comme celui qui prend les initiatives et dirige la vie du couple : il demande la main de la jeune fille à son père sans lui en avoir demandé l’autorisation, lui ordonne de se parer pour l’accompagner dans ses aventures comme il lui a imposé de venir en haillons à la cour, tout cela sans lui fournir la moindre explication ni lui demander son consentement. Enide redoute sa colère, il va même jusqu’à la menacer de la frapper si elle transgresse ses instructions. Il parle en maître, en dominateur. A ses côtés, elle, paraît, au début tout au moins, plutôt passive : elle l’accompagne à la joute de l’épervier, puis à la cour, pour obéir à son père.

24Peu à peu, pourtant, son rôle va évoluer, elle va s’affirmer et prendre des risques par amour pour son mari. Si elle ne se révolte pas quand il lui impose de servir d’appât pour qu’il puisse manifester sa valeur chevaleresque, c’est parce qu’elle admet qu’elle doit partager ses dangers et l’aider à prouver que le mariage ne lui a pas fait perdre sa bravoure et sa prouesse.

25Si l’attachement d’Enide à son époux est indéniable, à aucun moment la beauté physique d’Erec n’est présentée comme la cause de ce sentiment. Pourtant, l’élégance et la prestance du héros vont éclater pleinement lors de la scène du couronnement qui symbolise le haut degré de perfection chevaleresque auquel il est parvenu. Cependant, Erec n’aurait pas réussi à accumuler autant de mérites et à progresser moralement ainsi sans l’influence et les doutes de sa femme dont la beauté a donc servi de moteur à l’action du héros qui rejoint ainsi la doctrine courtoise, telle que la définissait André Le Chapelain dans son Art d’aimer déclarant que les "hommes ne sont rien et sont incapables de boire à la source du bien s’ils ne sont pas mus par les femmes."

26La position de Chrétien de Troyes vis-à-vis de la beauté apparaît donc plutôt nuancée. Si la perfection physique naturelle, sans apprêt, est présentée comme source de désir violent, parfois associée à une sorte de laideur morale par le désordre qu’elle introduit et l’excès de concupiscence auquel elle conduit, en revanche, en la beauté ritualisée, socialisée, où le corps humain s’efface derrière le vêtement, traduisant une parfaite intégration sociale, elle est au contraire, valorisée. Occasion de compétition entre chevaliers, la figure féminine tend, cependant, à s’effacer dans l’action masculine. La femme, d’abord définie par son seul corps, doit peu à peu s’affirmer comme partenaire à part entière dans le couple. Sans négliger l’idée courtoise de l’importance de la présence de la dame comme moteur et incitation à la prouesse, un certain nombre de revendications et d’idées se font jour à travers la représentation de la beauté et de la laideur. Grâce à l’amour, la beauté suscite en l’homme une aspiration à l’idéal et crée une volonté de dépassement et un mouvement ascensionnel vers le bien. Elle permet aussi au romancier de s’interroger sur l’organisation sociale et les possibilités de promotion de l’individu à l’intérieur du groupe, en fonction de ses qualités intrinsèques.

27La beauté, au Moyen Age, est définie par des critères stricts et le portrait répond à une thématique précise. Pourtant, Chrétien de Troyes suggère que l’appréciation esthétique peut varier d’un individu à l’autre et que les goûts peuvent varier : ne souligne-t-il pas le risque de dispute entre chevaliers pour arriver à découvrir la plus belle demoiselle de la cour ? Ainsi celle qui paraît belle aux yeux de son amant pourrait être jugée "laide" par les autres, ou, en tout cas, inférieure aux autres.

28Chrétien de Troyes relativise donc le concept de la beauté. Il oppose, à la beauté naturelle et "sauvage", considérée comme dangereuse, une beauté socialisée. C’est l’occasion pour lui d’une réflexion sur le couple, le mariage et le rôle du chevalier. Capable de prendre ses distances par rapport aux codes en honneur à son époque, il défend, sous la fiction, une morale personnelle originale marquée par un caractère de modernité.

Notes

1 Le texte utilisé est celui de l’édition de M. ROQUES, Les Romans de Chrétien de Troyes édités d’après la copie de Guiot, t. I, Erec et Enide, Paris, CFMA, 1952.

2 ibid., vv. 1484-91.

3 Lais de Marie de France, traduits, présentés et annotés par Laurence Harf-Lancner, texte édité par Karl Warnke, Lettres Gothiques, Paris, Livre de poche, 1990, pp. 134-167.

4 Colloque de Conques du 15 au 17 octobre 1998.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540