Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

Por la biauteit dont vo cors est torchiés... L’inversion esthétique dans les Sottes-Chansons

Marie-Geneviève Grossel

Texte intégral

  • 1 Las flors del gay saber (estier dichas Las Leys d’Amors) traduction d’Aguilar et Escouloubre, (1841 (...)

1Conçue pour "traiter principalement d’amour ou de louange avec de beaux vers agréables et des thèmes gracieux", selon les Leys d’Amors, la canso s’inscrit plus que tout autre registre sous le signe du Beau1. Pour la plus belle des Dames, chez qui Bonté et Beauté ne forment qu’un unique idéal, l’amant vise à atteindre la perfection, lorsque l’amour et le chant l’exhaussent, l’exaltent, le poussent jusqu’à l’apogée fragile et instable de l’Etre, boule tout en haut d’un jet d’eau.

  • 2 Ph. Ménard, Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Age, Genève, Droz, 1969 (...)

2Mais rien ne dévoile mieux l’ascèse artistique que sa caricature. Et, à y bien regarder, il est au fond tout naturel que la parodie — dont Ph. Ménard constatait qu’elle est, au Moyen Age, infiniment plus rare que la satire2 — ait touché, outre son domaine de prédilection qui est le sacré et la religion, précisément la canso. Il n’y manque même pas cette note grinçante qui nous surprend lorsque nous écoutons les contrefaçons parodiques des Goliards.

  • 3 Nous les étudions dans l’édition d’A. Lângfors, deux recueils de sottes-chansons, Bodleienne Douce (...)
  • 4 Il serait trop long et déplacé par rapport au présent sujet de faire une étude à ce propos, mais on (...)

3Les sottes-chansons dont il sera question ici, celles du fameux manuscrit d’Oxford, le Chansonnier I, et celles du BN 24432, avec ses chansons originaires de Valenciennes3, sont les plus anciens specimen de ce registre, promis à un long avenir. Elles opposent leur impeccable composition formelle, choisissant presque toutes le nec plus ultra de la composition formelle, les coblaq unissonans, à un contenu narquois où rien — la dame, l’amant, le décor, le vocabulaire, la rime4, les temps verbaux, le bestiaire et, naturellement, l’amour — n’échappe à la verve caustique et dévalorisante des trouvères.

  • 5 RS 1311, v.18.

4La dame que célèbrent les sottes chansons apparaît comme un reflet inverse de la Belle du Grand Chant ; pour en bâtir la figure, les trouvères prendront donc le contre-pied des qualités topiquement accordées à l’Amie ; ainsi rien d’étonnant que la dame soit ici nantie de noirs chaviaus5 par opposition à toutes les blondeurs lumineuses du roman ou de la lyrique. Mais plus encore qu’à la couleur, c’est à leur rèche laideur que s’en prend le caricaturiste : dans la dame de l’anti-canso rien ne saurait être doux, pas même la chevelure. Et l’amant de la prier avec courtoisie de couper cette tignasse qui lui met la nuit le visage en sang :

  • 6 RS 555, strophe 5, v.34 sq.

Si voirement que ver vous sus loiaulz
Et com mes cuers vuelt vilainne pansee
Ver vos gent cors, voilliés vos vos chaviaus
En mon despit coper de malz coutiaus,
Car cant me doi lés vos cors reposeir,
Il me font ci mon visaige graiteir
C’acunes gens dient ke suis musiaus.6

  • 7 "agneau" et "filer" ibidem, envoi, v.41 sq.

5La dame dont il est question, déclarée un peu plus loin par antiphrase "plus douce c’uns aigniaus" est en effet caractérisée par sa luxure, elle qui a "si chier" "nuit et jor le filer"7 (au sens obscène), et il est donc naturel qu’elle communique la lèpre à son amant.

  • 8 "poix chauffée" RS 537 v.19. ; "cherbon" RS 1342 v.7 ; "mal buée" RS 537, v.3 et "puant" RS 1202 v. (...)

6Son vice se lit d’ailleurs sur son visage. Elle est bien loin d’avoir le "vis fres colore" des amies de trouvères ! L’ardeur qui l’habite et la consume fait de sa noire figure le référent obligé de comparaisons qui évoquent l’enfer et ses flammes : elle est "blanche comme poix chauffée", ou encore "plus blanche c’uns cherbons". Elle est le lieu de la fausseté que cherche à cerner l’impensable paradoxe de cette pâle noirceur. Le moindre serait encore d’imputer cette peau sombre à sa crasse de "trop mal buee" qui, assurément la rend "puante"8 comme l’en accuse une mégère de sa compagnie.

7La raillerie en reste parfois au niveau du grotesque lorsque le trouvère pousse trop loin la comparaison accoutumée : le vermeil des joues, ce rose brillant si prisé de tous, se fonce par dérision jusqu’à devenir un rouge du plus mauvais effet :

  • 9 RS 406, v.17-18.

Plus ait lou vis vermeil et colorei
Ke n’est li dos d’une quite crevaice.9

8Dire qu’on "l’aime sans raison"signifie dès lors bien qu’on l’aime de façon insensée et non pas que l’amour d’elle se situe par delà les bornes de la sagesse. Les choix qui poussent à l’amour sont des plus incongrus. Ainsi dans l’une des chansons, l’amant en visite chez son barbier, se fait raser et, bien entendu, en vient à évoquer sa bien-aimée, l’endroit n’est pas indifférent... puisque la belle le fréquente assiduement, et pour cause !

  • 10 RS 174 v. 13 sq.

Et ier me dist on
Ou je fis ma barbe faire
Ke li belle blonde vaire
Ait tanre mousson.10

9Ces poils de menton (mousson) sont le prétexte et la cause, l’essamplaire, du son ici entonné en l’honneur de son velu viaire. Mais, plus souvent, les poils dont la dame est abondamment pourvue sont aussi piquants que ses cheveux et elle troquera donc la comparaison attendue avec la rose contre celle du chardon :

  • 11 RS 1342, v.14.

Douce est an chair : poc point plus ke chardon.11

  • 12 "N’ait en goule dant" RS 717, v.3 ; "goule bee" ibid.v.7. ;"borgne" RS 1342, v.7

10La laideur de la dame des sottes chansons s’explique de deux façons : le moins grave, c’est qu’elle est affreusement vieille. Cette vieillesse explique qu’elle soit "borgne des yeux" ou qu’il n’y ait "en sa goule de dent", manque d’autant plus remarquable qu’elle est toujours "la gole bee"12. Comme l’ex-bien aimée de Ronsard, la vieille femme hante assiduement le coin des cheminées, ce qui explique la comparaison de sa chevelure blanchie avec une galette cuite sous la cendre :

  • 13 RS 406 v.12.

Car les chavous ait plus blans ke fowaice.13

  • 14 RS 717 v.31.

11N’est-elle pas âgée de "plus de cent ans"14 ? Mais pourquoi doter la dame d’un âge aussi canonique ? C’est là encore tout simplement une conséquence dérisoirement logique du temps que l’amant affirme avoir passé à aimer, beau serment que le trouvère de sotte-chanson se garde bien de ne pas monter ridiculement en épingle :

  • 15 RS 555, v.25-26.

Trante .ij. ans l’ai bien de cuer amee,
N’en ruis mentir, vigne li quaremiaus...15

12Il ne se contente pas de jeter la suspicion sur une si belle affirmation par l’objurgation qui la contredit à l’évidence :"aussi vrai que je souhaite la venue du Carême !", il va parfois plus loin encore dans l’impossible en une sorte de caricature de la prédéstination de la passion amoureuse :

  • 16 RS 537 v.28-29.

Vint ans .v. mois avant ke fuxiés nee
Vostre biauteit se vint an moi flaitir.16

13On aura noté le très prosaïque "flaitir" = "flanquer", lui aussi très dévalorisateur pour la parole d’amour.

  • 17 RS 717 v.39.

14Le nombre des années qui pèse sur la dame de la sotte chanson explique assurément qu’elle "ait la faice ridolee"17, et elle s’oppose ainsi une fois de plus du tout au tout à la jeunesse caractéristique des Belles de la canso- ou de n’importe quel registre lyrico-amoureux qui vise au sérieux. Ce nouveau trait caricatural permet un raisonnement calqué avec humour sur celui des trouvères : de même que la multiple abondance de ses qualités rend la dame incomparable, de même pour la vieille des sottes chansons, le nombre des plis qui affectent son visage affaissé devient gage de sa valeur :

  • 18 RS 1630, v.6 sq.

Ma douce dame esmeree,
En cui biauteit est doublee
En tant de plois ke nuns hons deviseir
Ne lou saroit, tant seüst prés viser.18

  • 19 RS 1342 v.27
  • 20 RS 717, v.19 et RS 1334 v.29
  • 21 cf également "Quant je la voi, d’amors suix hereciés" v.8 de RS 1342.

15On conçoit qu’entre les rides et l’édentement, il ne soit guère plaisant de voir sourire cette face de cauchemar ; le poète compare de fait son rire à la laideur d’un lous enraigié19 ; on remarquera, à ce propos, que, parmi les référents assez peu nombreux au Bestiaire évoqué dans les sottes chansons, le loup et la louve tiennent une place non négligeable. Lorsqu’il s’agit de trouver un senhal pour désigner la dame, le poète tombe tout naturellement sur celui de Dame Hersant20, et unit ainsi en la dame sa laideur bestiale, sa luxure et son appartenance à un registre où la parodie est essentielle, celui de Renart. Peut-être est-ce aussi en ce sens qu’on peut expliquer l’importance insolite accordée aux poils dans nos sottes chansons : naturellement absents du registre de la chanson, les poils (cheveux et barbe) sont ici la marque d’une animalité brutale et grossière, antithèse absolue de la convenance du Grand Chant21 ; poils trop épais, hirsutes et piquants ou bien rongés de teigne :

  • 22 RS 717 v.12 sq.

Je proi a Deu ke ja nuns s’amor n’aie
Se il n’est dont ou borgnes ou tignous
Ou ke il soit plus poulus ke .j. lous.22

16ou encore cuir rasé par l’usage comme le laisse à penser le nom de l’Epoux d’une de nos sottes dames qui semble bien être une fripière dont le surnom est, telle une enseigne, le cri de son marchand de mari :

  • 23 RS 1342 v.3.

J’ain la feme Souleis Viés Houziaus Viés...23

  • 24 RS 717 v.22 sq
  • 25 RS 1342 v.5.

17De son côté, la friponne s’est amourachée d’un berger qu’elle désigne tendrement par sa "tête plumée" —conséquence de l’amour qu’elle lui porte ?— berger qui de façon bien louche l’a tantôt aidée "à tordre sa lessive"24... Si le berger y perd ses poils, l’amant de la fripière paie ses sentiments du "cuir de son talon"25 au prix d’un jeu de mots quelque peu acrobatique sur le" cuer" ici laissé en gage et qui n’est plus l’organe chanté par Chrétien de Troyes dans ses rêveries sur les deux coeurs ... mais nom et fonction de la Belle obligent !

  • 26 RS 1630 strophe 2.
  • 27 RS 1342 v.35.

18Tantôt "juive" convertie à 32 ans26 pour l’amour du chanteur, tantôt capable par sa seule apparence de glacer l’amant jusqu’à lui faire oublier le chemin de sa maison, l’égarer au sens propre,27 la sotte dame, à l’évidence, est une sorcière. Les sortilèges amoureux que tisse l’Aimée de la canso autour du Je poète deviennent ici de grossières ficelles, mais non moins efficaces. On comparera les vers de Thibaut de Champagne :

  • 28 Les chansons de Thibaut de Champagne roi de Navare, édition d’A.Wallensköld, Paris SATF 1925, chans (...)

Meus aim que d’autre amor don
Un regart quant le me lance.28

19et la transcription qu’en opère la sotte chanson :

  • 29 RS 1113, v.43-45.

Vos dous regars tant m’avance
Ke cant il m’est dou cuers de vos lanciés
En tout lou jor ne puis estre haitiez.29

20L’inversion esthétique boucle ici sa boucle : à la Dame si belle et si froide, toute d’or et de neige, qu’aime d’ardeur silencieuse un amant extasié, répond une femme fort laide mais brûlante, arborant les couleurs rouge et noire, qui refroidit totalement un amant, goguenard mais disert, dans son désir d’expliquer des défaillances très physiologiques... Comme dans les fabliaux où il s’échine à suivre le rythme, il cherche —et trouve— des explications : la dame, cette rose des trouvères, naguère chardon, se voit à présent transformée en sabine, le génevrier méridional, réputé pour rendre frigides les hommes :

  • 30 RS 1284 strophe 3.

Oï aveis dire d’un savignier
K’en tout lou mont n’est hons entalenteis
Ke il lou voit, de femes atouchier.
Dame, et vos cors est a çou compaireis,
Car il n’est hons tant sor feme eschaufeis
Ke c’il vos voit k’il ne soit refroidis
Et sa fame ne port faide tous dis.30

  • 31 RS 555, v.21.

21La sotte dame continue donc, comme l’Amie du Grand Chant, de faire oublier toutes les autres... mais pour d’autres raisons ! Si à sa vue, saisi de frixon, l’amant sent se hiricier sa piau31, il s’agit plus, hélas ! de l’horreur sacrée que d’un flux de force animale ! En digne Circé, la Vieille le métamorphose non point en loup mais en porc :

  • 32 ibidem, v.14 sq.

Et dou delit ke j’ai dou regarder
Me fourdout ci qu’il me covient pasmer
Et toëlier ausis com uns porciaus.32

  • 33 RS 1202 v.11.

22A la sotte dame qui aime "crupir as chans"33 comme une paysanne répond l’amant "cochon" qui se vautre (toëlier) ; c’est que le Bas a décidément remplacé le Haut, le Cuer a cédé la place au Cors. Sorcière, la sotte dame agit naturellement sur le corps de l’amant, transformant les rites sacrés et fervents du chant d’amour en fête des fous, en monde bestorné.

  • 34 RS 174 strophe 3.
  • 35 RS 142 bis strophe 3.
  • 36 RS 1656, strophe 5
  • 37 cf par ex RS 1209 "Je l’ain si desloiaument Ke nvais vent geter" v.38 de RS 1630 etc.

23Qu’une folie joyeuse et vulgaire ait remplacé la grave et sainte folie qui se targuait du modèle paulinien, on peut le voir dans l’abondance des référents au domaine alimentaire où fromage et autres denrées significatives tiennent bien évidemment une place de choix. Si la belle présente à son amant son visage tendrement duveteux, il lui offre en revanche son talent " a traire les vaches" et confectionner de délicieux "matons"34. ; pour séduire la sotte dame, on connaît le moyen dit le poète de Valenciennes : des tarteronchiaus, autrement dit des chaussons aux pommes ! mais cet imbécile d’amant a perdu son avantage en remettant un gâteau qui sentait le brûlé35 ! Ailleurs, il s’en tire mieux avec un tortel wacru, et un plein sauson d’empoise36. Bien sûr, comme dans l’aimable Jeu de Robin et Marion, on sourit de voir circuler un peu d’air rustique dans l’atmosphère raréfiée du grand Chant. Mais plus importante nous semble l’insistance implicite sur la folie, encore soulignée par tous les souffles corporels qui secouent les amants de la sotte-chanson37. La sotte dame a englouti avec la grâce qui la caractérise sa platée de pois et l’amant constate avec satisfaction :

  • 38 RS 1656V.44-45.

Dont vos avez vo bel vis colorei
Ke plus est vers ke porelz en estei.38

  • 39 comparaison chère notamment à Thibaut de Champagne, ce poète de la lumière.
  • 40 Platearius Le Livre des simples médecines, Editions Ozaled et textes cardinaux, Paris, BN, 1986 ; t (...)
  • 41 "tucir" v.40 de RS 527 ; "pance enflée"ibidem v.31 ou RS 555 v3 ; RS 1113 v.7 : "pance plaine" ; "e (...)

24Certes il y a là référence sarcastique à la lumineuse beauté des Dames de la canso qui passe et épuise la clarté des jours d’été "en plein midi39". Mais on se souviendra aussi que, selon le Platearius, le poireau n’est pas bon à manger car il est "trop chaud et sec, il peut provoquer une fumée noire qui donne de la mélancolie et obscurcit la vue ... il provoque des gonflements et des ventosités... il est bon pour ceux qui ont des rots et éructations surs et aigres."40 En face de sa douteuse belle, l’amant se retrouve "la pance enflée" ; la vue de sa dame le fait maintes fois tousser et quand elle se dresse devant lui, comme frappé par la foudre (esclistrer), il est contraint d’éternuer41. Bref, en une féminisation qui ferait penser à Néron enfantant sa grenouille, le voilà gros, enceint de son oeuvre, gravide du chant que la dame a engendré en lui — version quelque peu cacophonique, hélas ! du traditionnel Chanter m’estuet...

  • 42 RS 1113 v.5 sq.

Adont voil un chant trover
D’Amors et de sa poissance
Dont j’ai si plainne la pance
Ke jai mes vantres n’an serait alaissiez
S’ansois ne suix des .ij. fesces sainniés.42

  • 43 cf Thibaut de Champagne dans son Jeu Parti 1666 v. 49 "ce fet li maus des rains qui vos atise", adr (...)

25Là encore, le trouvère s’amuse à filer une métaphore topique jusque l’absurde et le dérisoire, il use des mots du corps (et du registre médical cf le très technique alaissier) ; néanmoins on ne pourra s’empêcher de penser que ces images trouvent toute leur force de fascination et de plaisir pour l’auditoire dans une secrète hantise misogyne qui se ferait jour au sein même de la lyrique en cette fin du xiiie siècle. Quoi qu’il en soit, on reconnaît bien le topos de la dame mire pour un mal dont elle est la cause ; mais la flèche empreinte de doux venin dont elle doit ôter la pointe, s’est désormais transformée en une lancette et le mal des reins, encore avouable43, s’est déplacée vers les fesses, endroit moins glorieux... Quant à la boiste où la Miresse enferme ses onguents précieux, tous auront compris où il faut la placer !

  • 44 RS 1113 v.l0 sq.

Por ceu vos proi, douce amie,
Ke vos me voilliez prester
Vos douce boiste une fie
Por mes fesces vantouser44.

26C’est peu dire donc qu’en retournant la comparaison, le poète en montre l’envers un peu dérisoire ; il transforme plutôt en maléfique la douceur bénéfique du sentiment, révèle en la grandeur sa petitesse et, rabaissant l’idéal par la caricature, lui redonne son aspect de réalité triste voire funeste. Si rire il y a, c’est un rire bien cruel. Mais l’intervention du corps et de sa pesante présence sert d’écran à la peur ; parce que le corps est jouissance, il nous permet d’ôter à la phantasmatique du Mal son côté oppressant pour le rendre simplement ridicule. Au moment où le Beau devenant laid, le Mal remplaçait le Bien, la sorcière, apparue au coin des vers se voit conjurée par les mêmes méthodes qu’avaient mises en pratique les trouvères contre les pouvoirs mortifères de Dolor, c’est-à dire la toute puissance du Verbe. Bien rira qui rira le dernier : chaque hémistiche contient sa vérité et sa contre-vérité :

  • 45 ibidem v. 37 sq.

Dame ki ai a moitie
Mon cuer dounei sans roster ( = roter Et ôter)
Flors estes de cortoisie
Et de cens, a droit border...45

  • 46 RS 1261.
  • 47 RS 555, v.4.
  • 48 RS 174.
  • 49 RS 1261 strophe 3.

27Voici que les larmes sont celles du fromage sur sa claie dans un exorde où l’épanouissement des fleurs se voit remplacé par un épanouissement de laitue confite dans du vinaigre46. Pourquoi ? si ce n’est que fromage comme laitue sont des mets froids et que, si en l’amoureux sommeille un fol, pourquoi le fol ne se réveillerait-il pas à son tour plein d’amour ? A se nourrir de mets pour fou, voilà qu’on peut chanter comme un arbalestiaus47, un faiseur de tours ! A la musique claire des oiseaux succède le cri d’un vendeur pour du porc un peu avancé — est-ce une autre image de ce que fait de vous Amour dûment qualifiée de Bonne ? Quand li harnus— cette chaleur lourde qui annonce l’orage— pèse sur nos désirs, nous voilà tous, dit le sot chanteur, de la cohorte des pélerins de Saint Acaire48. Ouvert à tous les souffles et à ses flatulences, le sot décide de se nourrir de têtes d’ail pilé dans la conviction qu’il soufflera une douce haleine au nez de sa dame qui le jugera "bon vivandier"49. Il n’a peut-être pas tout-à-fait tort si, comme le dit la médecine de l’époque, l’ail, "thériaque du vilain", est prompt à triompher de tous venins, ce qui est bien une finaude sagesse quand on affronte une sotte dame sorcière !

  • 50 RS 1334, envoi.

28Mais plus souvent encore que sorcière figeant dans sa peur un amant rendu fou, c’est dans la vie courante, la plus triviale possible, qu’on choisira la sotte dame. Elle sera paysanne, ou marchande voire mendiante à qui l’on offre un cheval pour s’en aller de porte en porte, ce qui est bien un cadeau de sot50 ! Elle sera tousete, vite séduite, vite achetée. Qu’elle réclame un cadeau occasionnel ou qu’elle se fasse régulièrement rétribuer ses charmes, la Belle, en effet, est vénale, c’est parfois une prostituée reconnue et c’est toujours une mégère.

29Mais par contrecoup, le Je qui la chante et la désire ne saurait être le chevalier courtois ou le poète : il ressemble à sa dame, aussi laid, aussi bas qu’elle. Ainsi dans la chanson RS 1656, il nous apprend incidemment qu’il a une bosse et qu’en outre il est affligé d’une forte boiterie, ce qui gêne fort sa belle au lit — et, de dépit, elle lui souhaite aimablement d’aller se faire échauder, traîner ou pendre- Il est fort chagrin de ce qu’elle lui a signifié de ne plus mettre les pieds chez elle ; mais il reconnaît dans les vers suivants que ce renvoi est consécutif à une raclée où il a si bien arrangé sa dame qu’elle ne peut plus se nourrir que de pain tosté. Menus incidents qui ne les empêchent pas de se retrouver pour de joyeuses nuits ensemble et tous en profitent !

  • 51 RS 1656, v.26-27.

Si coiement demenons no secrei
Ke no voisin en sont tuit esbarei.51

30Inversion évidente de cette règle d’or qu’est le "secret" dans la Fine Amor, le poète une fois de plus traite très prosaïquement ce silence obligé.

31La dame est parfois à mi-chemin de l’irréalité dans sa monstrueuse étrangeté : avec son corps écailleux n’a-t-elle pas quelque chose de la sirène ?

  • 52 ibidem, v.29-30.

Et cant je sant son vaillant cors velu,
Blanc et soeif, escaillant come roche...52

32En réalité la comparaison avec le gardon semble plutôt fonctionner comme une métonymie pour nous rappeler que la dame exerce souvent le métier peu valorisé de harengère. C’est ce qui poussa Långfors à interpréter l’énigmatique vers de la sotte chanson Valenciennoise :

  • 53 RS 1334 v.1.

Le miex tumant de toute no rivière...53

  • 54 RS 1630 v.47.

33comme : "Celle qui fait le mieux la danse de l’ours parmi nos poissonnières". Interprétation que vient sans doute corroborer le nom d’une de ces sottes dames, qui est Mehalet l’Escardée54. Ce beau nom est, comme en d’autres lieux lyriques, révélateur de celle qui le porte : écailleuse (escarder) mais aussi capable de distribuer force horions (escharder "rompre, briser").

  • 55 RS 535 v.4 et RS 1342 v.23.
  • 56 RS 1334 v.29-30.

34En face de la douce Mehalet, le chanteur se choisit pour référent tantôt Audigier le courtois si elle est sirène, ou bien Audigier le martyr55 si elle se fait trop cruelle. Ce champion, pourfendeur de papillon, est à la mesure de son courage sans parler des autres qualités bien connues d’Audigier... Mais le domaine scatologique n’est pas pour effrayer l’amoureux de la sotte chanson : si la dame est souvent comparée à la caille campiestre, boullante et caude56, celui qui l’aime en tire joie et orgueil :

  • 57 RS 1311 v.12-13.

Cant m’an sovient, plus sui fiers c’un cochiaus
Qui ces poules voit grater on fumier...57

  • 58 RS 406 v.39-40.
  • 59 RS 555 v.20.

35Bien loin des rossignols, il se réclamera de la pie car l’amour l’a tant fait se gratter qu’il en a le corps couvert de zèbrures58 ! En bref, placer la dame dans un milieu aussi populacier permet à la sotte chanson de faire miroiter toutes les facettes de ses antithèses : la dame a droit à la parole, au lieu de rester augustement silencieuse, et ce qu’elle nous fait entendre n’est pas précisément conforme à la convenance ni à la courtoisie ; elle se laisse aller à des gestes non moins explicites, ainsi de trousser ses jupons pour montrer au chanteur ébahi ses blancs trumiaus59. Elle en remontrerait à la dame du Grand Chant si bien apprise — dans un autre domaine toutefois :

  • 60 RS 1202 v.41 sq.

Hé, dame de sans farcie,
Saige et tres bien avenans,
A bource, cant est emplie,
Deveudier estes saichans...60

  • 61 par exemple RS 555 où il la rencontre sur le marché de Meaux ; mais surtout RS 564, où la belle uti (...)
  • 62 cf RS 642 "J’ain et desir... Demixele Eolent.. Et ele mi si angoissousement" v.11 sq.

36Libre d’aller et venir, elle rencontre l’amant sur le marché61 où elle se livrait à diverses activités fructueuses. Dernier point et d’importance, l’amour ici chanté est d’emblée réciproque62, ce qui est une hérésie en fine amor. Il arrive même que ce soit la dame qui fasse des avances à un amant plutôt inquiet de tant d’activité... Il s’agit naturellement de l’amour le plus charnel et, quoiqu’entrecoupé par des bagarres et crêpage de chignon, d’un amour qui connaît des moments pleins d’ardeur dus à l’insatiabilité de la dame.

37La belle peut être une fille de joie, telle cette Marion qu’on nous présente à l’ouvrage :

  • 63 RS 1209v. 17 sq.

Car donei li ai biau don.
Li rois de lai ribaudie ;
Robers Douces ait a non.
An son meis est sovent soule,
Lai est si cointe et si vole
C’a l’uix se met en present
Por muex atraire la gent63.

  • 64 RS 1851.

38Mais il faut vraiment parler très mal comme dans cette sotte chanson en franglais pour en arriver à confondre les mots pucelle et porcel...64

39A se montrer si libérale de ses dons, la dame a parfois connu des ennuis... Elle les a payés d’une de ses oreilles, mais un simple fichu bien entortillé suffit à lui redonner un air sage et dès lors la sotte dame peut bien être clope ou boitouse et de surcroît roignouse, l’essentiel reste qu’elle soit experte à enrichir l’amant par ses gains mal acquis :

  • 65 RS 564 v.18.

Et pour ceu l’ain : je bee a gaaingnier65.

40En face de la dame putain et voleuse, le Je endosse l’apparence du ribaud ; il importe peu alors qu’elle s’appelle dame Hersant, en l’épousant à Valens, il retrouvera sans doute sur le chemin des tavernes toute sa vaillance, puisqu’aussi bien il est devenu un autre Renart. Ailleurs, expliquant qu’il s’est épris d’elle en la guignant à travers une crevasse de son mur, il se glorifie d’un plus noble référent, Guillaume Fierebrace en personne :

  • 66 RS 406 v.16.

Cant il conquist Walegraipe a la chaice.66

  • 67 ibidem revaice v.31.

41Mais cette chasse se réduit pour tout dire à une nasse à poissons67 dans laquelle l’amant n’a guère hésité à s’engager.

  • 68 rixe entre la "dame" et la" Haicarde RS 1202 ; ou revel entre Evain et dame Soufie RS 844 ; rivalit (...)

42La sotte chanson a ainsi totalement tourné le dos à l’espace intemporel où se meut le Grand Chant, dans le présent sublimé d’un éternel amour. Surtout dans les sottes chansons écrites à Valenciennes, une brève petite histoire vient s’insérer dans la trame des coblas unissonans entre les rimes pures dérobées à la canso ; anecdote, bien entendu, où l’inversion esthétique joue son plein rôle : que ce soit une bagarre entre deux poissardes aussi mal embouchées l’une que l’autre, une séduction grotesque, à la suite d’une rixe fort admirée par l’amant, où l’on voit ensuite le couple se promener sur une charrette remplie de compagnons étranges qui feraient penser à un charivari ; ou encore une lutte très brutale entre l’amant et "no prestre" du village qui a mis sa patte sur la sotte dame68. Pas moins, le poète garde toujours en arrière- plan le modèle contre lequel il érige son récit en le coulant par exemple, comme Jehan Baillehaut de Valenciennes, dans des rimes si riches qu’elles en perdent tout sens, ou en filant jusqu’à l’exténuer la métaphore de l’amour planté au coeur, si chère à Gace Brulé, qui avait su, quant à lui, mesure garder !

  • 69 RS 472 bis str.3.

He, Diex !con j’ai tres bien mon cuer planté.
S’i fust hiernus il fust tantost repris.
Mais yvier crienç ke ne l’ait sousplanté.
Avec tout chou ke ma dame a repris
Ke j’ai mon cuer en son costet repris.
Mais non ai voir, ainz ne l’en fis damage
Tres puis le jour ke je l’en fis hommage.69

43Nous touchons là l’un des moyens de parodier la canso qui nous semble des plus intéressants, l’emploi sporadique par les auteurs de sottes chansons de l’absurde et du gratuit pour remplacer le sens lourd et plein de la lyrique ; c’est la voie prometteuse vers laquelle se dirigeront les fatras ou autres coq-à-l’âne, qui ne se soucient plus pour leur part d’inversion esthétique. Certains de nos exordes sont ainsi placés sous le signe d’une absence absolue de logique, par exemple en nous présentant un décor rustique qui n’explique ni ne suscite en rien le vouloir chanter :

  • 70 RS 1311 exorde.

Devant aost, c’on doit ces bleif soier
Ke ces faukeurs voir venir per tropiaus,
De mesxouner voi pluxors estillier
Et aquater et xaloignes et aus
Et pain porter a lor colz an sachiaus ;
Dont voil amer ma dame sans boisier
Et si ne sai en queil leu comancier.70

44La suite offre cependant un semblant d’explication, puisque le lien s’avère être la consultation d’un callendier, là où étaient indiqués les moments propices pour chacun des actes quotidiens — ce qui est déjà ranger l’amour parmi les préoccupations diétético-médicales... En outre, nous retombons dans la dérision car le "lieu" le plus propice pour aimer la dame s’avère être... ses jambes, ce qui représente évidemment un détournement narquois d’un des topoi les plus féconds du Grand Chant, le lieu d’amour.

45Comme l’exorde représente l’entrée dans cet espace autre qu’est le Chant, il est bien naturel que la parodie s’y soit tout particulièrement attachée. Il sera donc le coeur du paradoxe :

  • 71 RS 717.

Amors graci de son joli presant
C’amer me fait, mal greit ke ju en aie,
Une dame ke n’ait en goule dant...71

46ou encore

  • 72 RS 1342.

Bien doit chanter qui est si fort chargiés
De Bone Amour con je suis sans raison.72

47Parfois nous aboutissons au non-sens et on peut alors se demander si le trouvère ne veut pas par là même imiter de façon cocasse et moqueuse la fascination de l’hermétisme qui a toujours guetté le lyrisme médiéval :

  • 73 RS 1202.

Quant j’oi crïer rabardie
Novelette en yver tens,
Dont vuelt Amors por m’amie
Ke je faice noviaus chans73.

  • 74 RS 1284.

48On appréciera, outre le "donf" qui est parfaitement dénué de logique, ces danses de printemps sous la feuille qui se déroulent ici en plein hiver... Pas moins absurde est le combat pathétique des ribauds contre la bise d’hiver qui vient leur percer les flancs, combat perdu d’avance74... Absurde enfin, ou incongru, le compliment où par un minuscule déplacement, toujours du haut (l’habituel vis de l’Amie) vers le bas, le trouvère va avouer son éblouissement pour la blancheur et la douceur de la dame, trait topique, mais la fin l’est moins :

  • 75 RS 406 v.8-9.

Ma dame voil servir en loiaultei
Pour ceu k’elle ait bianche et tanre la naice75.

  • 76 RS 1656, v.3

49Etrange Amour76 ! quand on te chante, on peut bien dire adieu sagesse ! Le sot chanteur veut recréer la beauté du chant avec tout autre chose que la beauté convenue de la dame ou de l’Amour, alors, il élève un chant nouveau comme Baillehaut en ce planh ridicule :

  • 77 RS 1936 exorde.

Plourez, amant, car vraie Amours est morte,
En chest pais jamais ne le verrez.
Anuit par nuit vint buskant a no porte
L’arme de li qu’en portoit uns mauffez77.

50Alors vraiment c’est bien fini ? Amour est morte, les sottes chansons l’auraient-elles tuée en en dévoilant la factice beauté ? Que non ! Avec l’aide de Virgile qui a su, comme c’est trop naturel, traduire du roumant en latin une subtile écriture tracée sur le kanebustin, le sot chanteur de Valenciennes a récupéré les trois oeufs que l’âme défunte avait eu le temps de pondre... Il aura suffi d’un Anglais bien doté de sa queue et le miracle sera accompli :

  • 78 ibidem v.23 sq.

Et s’il les keuve, eschiepir les verrez
Dedens .viij. jours et s’il y avoit plus
Ne pensez ja que li fruis soit perdus :
Naistre en couvient Amours en .j. cretin
L’esckierpe au col, a loy de pelerin.78

51La sotte chanson est plus qu’une inversion esthétique du grand Chant. Que la dame soit sorcière ou putain, que son amant soit Audigier ou Guillaume Fierebrace, la perverse leçon qui ressort de ces textes grinçants est que la poésie peut naître même de la laideur. Elle peut sentir l’ail ou le poireau ou pis encore ! Bonne Amour peut bien être une aïeule quand Jehan Baillehaut la célèbre à Valenciennes, les sots trouvères, qui n’en furent pas moins de sages poètes, ont réussi cette double gageure : si leur parodie nous fait rire, nous amuse et nous intéresse, ils n’en ont pas moins par l’ombre même qu’ils ont jetée sur la canso fait ressortir avec plus d’éclat encore ce qui est son incomparable lumière.

Notes

1 Las flors del gay saber (estier dichas Las Leys d’Amors) traduction d’Aguilar et Escouloubre, (1841-1843), Slatkine reprints 1977 et Las leys d’Amors édition de J. Anglade (1910-1920), Slatkine Reprints, 1971.

2 Ph. Ménard, Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Age, Genève, Droz, 1969, p.513.

3 Nous les étudions dans l’édition d’A. Lângfors, deux recueils de sottes-chansons, Bodleienne Douce 308 et B.N. Fr. 24432, Slatkine Reprints, 1977 ; la citation de mon titre vient de RS 1113, v.27 Pour une traduction de certaines de ces chansons cf S. Rosenberg, H. Tischler et alia, Chansons de trouvères. Le Livre de poche gothique, 1995.

4 Il serait trop long et déplacé par rapport au présent sujet de faire une étude à ce propos, mais on pourra noter à titre d’exemple la chanson RS 537, probable imitation de RS 500 d’Adam de la Halle, dont le schéma métrique est :
ab ab b cc dd ;
le poète a pris soin de réserver à la rime b tous les mots qui relèvent de son propos parodique ; on trouve en effet pelee-buee-forcenee-demee-chafee-ridee-nee-anflee-hallegoutee-xadee ; c’est au contraire la rime a qui se réserve les mots-rimes topiques : revenir-martir-tenir-sopirdoisir-merir-mantir-morir-resovenir-sovenir-taisir-retenir à l’exception notable du vulgaire flaitir et du prosaïque tucir. Repris au modèle, on relèvera desir et merir, ici fort incongrus ; on peut interpréter comme un clin d’oeil narquois la double reprise de "(re)sovenir". Les mots rares et pittoresques (hallegotee) sont une des caractéristiques des sottes chansons remplies d’unica.

5 RS 1311, v.18.

6 RS 555, strophe 5, v.34 sq.

7 "agneau" et "filer" ibidem, envoi, v.41 sq.

8 "poix chauffée" RS 537 v.19. ; "cherbon" RS 1342 v.7 ; "mal buée" RS 537, v.3 et "puant" RS 1202 v.25.

9 RS 406, v.17-18.

10 RS 174 v. 13 sq.

11 RS 1342, v.14.

12 "N’ait en goule dant" RS 717, v.3 ; "goule bee" ibid.v.7. ;"borgne" RS 1342, v.7

13 RS 406 v.12.

14 RS 717 v.31.

15 RS 555, v.25-26.

16 RS 537 v.28-29.

17 RS 717 v.39.

18 RS 1630, v.6 sq.

19 RS 1342 v.27

20 RS 717, v.19 et RS 1334 v.29

21 cf également "Quant je la voi, d’amors suix hereciés" v.8 de RS 1342.

22 RS 717 v.12 sq.

23 RS 1342 v.3.

24 RS 717 v.22 sq

25 RS 1342 v.5.

26 RS 1630 strophe 2.

27 RS 1342 v.35.

28 Les chansons de Thibaut de Champagne roi de Navare, édition d’A.Wallensköld, Paris SATF 1925, chanson RS 237 v. 19-20.

29 RS 1113, v.43-45.

30 RS 1284 strophe 3.

31 RS 555, v.21.

32 ibidem, v.14 sq.

33 RS 1202 v.11.

34 RS 174 strophe 3.

35 RS 142 bis strophe 3.

36 RS 1656, strophe 5

37 cf par ex RS 1209 "Je l’ain si desloiaument Ke nvais vent geter" v.38 de RS 1630 etc.

38 RS 1656V.44-45.

39 comparaison chère notamment à Thibaut de Champagne, ce poète de la lumière.

40 Platearius Le Livre des simples médecines, Editions Ozaled et textes cardinaux, Paris, BN, 1986 ; traduction de P. Lieutaghi, p. 34.

41 "tucir" v.40 de RS 527 ; "pance enflée"ibidem v.31 ou RS 555 v3 ; RS 1113 v.7 : "pance plaine" ; "esclistrer/esternuer" : v.44-45 de RS 1630.

42 RS 1113 v.5 sq.

43 cf Thibaut de Champagne dans son Jeu Parti 1666 v. 49 "ce fet li maus des rains qui vos atise", adressé à un clerc, il est vrai !

44 RS 1113 v.l0 sq.

45 ibidem v. 37 sq.

46 RS 1261.

47 RS 555, v.4.

48 RS 174.

49 RS 1261 strophe 3.

50 RS 1334, envoi.

51 RS 1656, v.26-27.

52 ibidem, v.29-30.

53 RS 1334 v.1.

54 RS 1630 v.47.

55 RS 535 v.4 et RS 1342 v.23.

56 RS 1334 v.29-30.

57 RS 1311 v.12-13.

58 RS 406 v.39-40.

59 RS 555 v.20.

60 RS 1202 v.41 sq.

61 par exemple RS 555 où il la rencontre sur le marché de Meaux ; mais surtout RS 564, où la belle utilise les marchés pour y jouer les pickpocket — ce qui lui a valu à Lens d’être essorillée...

62 cf RS 642 "J’ain et desir... Demixele Eolent.. Et ele mi si angoissousement" v.11 sq.

63 RS 1209v. 17 sq.

64 RS 1851.

65 RS 564 v.18.

66 RS 406 v.16.

67 ibidem revaice v.31.

68 rixe entre la "dame" et la" Haicarde RS 1202 ; ou revel entre Evain et dame Soufie RS 844 ; rivalité amoureuse avec le cous varlet nommé Caupastez dans RS 142 bis ; avec le "prestre du village" RS 1334.

69 RS 472 bis str.3.

70 RS 1311 exorde.

71 RS 717.

72 RS 1342.

73 RS 1202.

74 RS 1284.

75 RS 406 v.8-9.

76 RS 1656, v.3

77 RS 1936 exorde.

78 ibidem v.23 sq.

Auteur

Université de Valenciennes

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540