Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

La laide demoiselle du Conte du Graal. Le chant de deuil de la terre

Jean-Guy Gouttebroze

Texte intégral

  • 1 Chrétien, de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), éd. F. Lecoy, Paris, Champion, 1973, 1975.

1L’esthétique de Chrétien de Troyes est, en grande partie, une esthétique de l’analogie. Et c’est dans le Conte du Graal1 que ce principe d’écriture connaît son développement le plus pur et le plus exemplaire. Le romancier, dans cet ouvrage, procède par juxtapositions d’évocations, tantôt de même sens, tantôt antithétiques, dont l’addition, au fur et à mesure que se déroule le texte, contribue à établir sa signification. Ainsi se met en place le mouvement autarcique d’une succession narrative qui trouve en lui-même sa propre logique, une fois que le créateur lui a donné son impulsion initiale et qu’il s’est ménagé la liberté de pouvoir faire suivre une structure narrative donnée de combinaisons qui, ouvrant une perspective informative nouvelle, peuvent formellement et/ou sémantiquement la réitérer ou la dénoncer. Ainsi le procédé de conjointure s’impose comme un phénomène bien précis qui n’est pas seulement l’organisation cohérente et réussie des épisodes, mais encore la mise en contact de structures narratives qui s’appellent les unes les autres, à la manière des pierres taillées qui s’emboîtent pour former un mur, et qui contribuent à faire objectivement avancer le récit sans que se manifeste apparemment la présence du créateur. Chrétien de Troyes a-t-il jamais imaginé un principe de composition dans lequel le récit se développerait en obéissant à sa propre logique ? Nous pouvons constater, à la lecture du Conte du Graal, que sa structure "feuilletée", pour employer une image que nous empruntons à Cl. Lévi-Strauss, est le lieu d’un enchaînement autonome des événements qui contribue à l’incognito du narrateur. C’est dans cette perspective que nous nous proposons d’aborder l’étude de l’épisode de la Laide Demoiselle qui, pour vilipender Perceval, survient à la cour d’Arthur, à Carlion, le premier samedi après la Pentecôte.

2Le personnage, dont nous rappellerons brièvement les traits, s’impose comme une antithèse délibérée de Blanchefleur et comme une reprise caricaturale et affreuse du personnage de la cousine du héros dont elle reprend les revendications. Ce faisant, elle n’offre pas seulement une image travaillée de la laideur : elle parle, et ses propos font d’elle une interprète véhémente des griefs que peuvent énoncer les membres de la branche maternelle de la famille de Perceval, c’est à dire les membres de la dynastie du Graal. Etant donné que, par son silence, Perceval a contribué à maintenir la terre du Roi Pêcheur dans un état de ruine et de désolation, elle profère une incantation circonstanciée qui est la plainte même de cette terre ; à sa disgrâce, à ses traits repoussants correspond l’image de la calamité qui s’est abattue sur un territoire dont elle fournit, en sa personne, une métaphore humaine. Ainsi, en superposant ses paroles à celles que la cousine de Perceval a déjà prononcées, nous pouvons appréhender la nature et les effets de la ruine qui frappe le royaume du Graal.

3Reste le problème du héros interpellé dont le mutisme a eu des conséquences catastrophiques, mais qui consent à reprendre la quête de la lance et du Graal. Comment peut-il répondre, apparemment par une initiative de parole, à l’attente d’un royaume dont la déchéance revêt un caractère à la fois humain et naturel ?

4C’est en recourant encore à un principe de décryptage analogique que nous pouvons envisager les voies qui conduisent au rétablissement de la prospérité. Cheminement interne à l’oeuvre, d’abord : nous plaçant, à dessein, dans la perspective que forme l’opposition des personnages de Blanchefleur et de la Laide Demoiselle, nous nous rappellerons que le jeune chevalier vermeil, qui n’est pas encore Perceval, a su délivrer la cité de Blanchefleur des ennemis qui, en l’assiégeant, l’ont réduite à la disette. Nous enrichirons cette initiative de recherche d’une consultation externe au texte de Chrétien, en sollicitant le sens des schémas légendaires d’origine celte qui traitent de la révocation d’une ruine cyclique. Ne sont-ils pas, en dernier recours, l’horizon que l’étude analogique puisse atteindre et exploiter ?

5L’arrivée de la Laide Demoiselle à la cour d’Arthur s’inscrit comme une irruption qui va à l’encontre de l’évolution du récit. Perceval qui vient de rejoindre le camp du roi est désormais un chevalier accompli dont le milieu arthurien reconnaît la valeur. Une image suffit métaphoriquement à signaler cette promotion : Perceval et Gauvain, se tenant par la main, sous les yeux de tous les membres de la cour, s’avancent vers le roi que la reine va rejoindre. Quant à la cour, en ces jours qui suivent la Pentecôte, elle connaît une véritable euphorie.

6Alors que tout est élégance, luxe et courtoisie, le spectacle inattendu de la laideur a un caractère scandaleux. Chrétien, en quelques vers fort connus, nous donne une peinture du personnage disgracié, ingrat et difforme qui surgit et qui semble sorti de l’enfer. Elle a la peau noire et les cheveux épais et bruns, coiffés en tresses :

"Einz ne veïstes si noir fer
come ele ot le col et les mains." (vv. 4596-7)

7Son visage est étranger à l’humanité : yeux minuscules, qui forment de petits trous, comme ceux d’un rat, nez plat et court semblable à celui d’un singe ou d’un chat, oreilles d’âne ou de boeuf, dents qui ont la couleur du jaune d’oeuf ; et, pour terminer, ce visage portait une barbichette de bouc. Le reste de son corps était aussi hideux. Si, de face, elle avait une bosse au milieu de la poitrine, son dos avait la forme d’une crosse. Chrétien ironise :

"Et ot les rains et les espaules
trop bien fetes por mener baules." (vv. 4609-10)

8Elle avait des jambes torses, comme des baguettes incurvées ou des férules, dont Chrétien nous suggère le mouvement contre les flancs de sa mule.

9Quand il écrit ces vers, Chrétien se souvient certainement de l’évocation lumineuse qu’il nous a donnée de la beauté de Blanchefleur : nous sommes en présence de deux portraits antithétiques qui ont été manifestement travaillés, selon la procédure des Artes qui recommandent de partir du visage de la personne décrite pour passer, de haut en bas, à la description de son corps. La châtelaine de Beaurepaire se présente, en effet, les cheveux dénoués :

"Desliee fu, et si ot
les chevox tex, s’estre poïst,
que bien cuidast qui les veïst
que il fussent tuit de fin or,
tant estoient luisant et sor." (vv. 1808-12)

10Conformément aux canons de la beauté féminine médiévale, son front est large, lisse et dégagé, souligné par les traits, bien séparés, de ses sourcils bruns — "l’entroeil". Ses yeux, bien dessinés, ont des reflets changeants. Son nez est droit et régulier. Cette évocation de la beauté traverse toute l’époque médiévale : Nicolette, Oiseuse, Maroie, la demoiselle de Deschamps, la Belle Heaumière... Quant à sa carnation, elle est blanche et, par endroit, rosée :

" Et mialz li avenoit el vis
li vermauz sor le blanc asis
que li sinoples sor l’argent." (vv. 1822-5)

11L’antithèse est nette ; mais elle doit être complètement caractérisée : si la Laide Demoiselle surgit au milieu d’une société comblée et euphorique, la beauté de Blanchefleur se détache sur un arrière-plan qui est, initialement, celui de la ruine et de la disette. Dénuement dont certains personnages subissent physiquement les conséquences, ainsi en est-il des preudomes qui escortent Blanchefleur :

"Li prodome estoient chenu,
ne pas si que tuit fussent blanc.
De bel aaige a tot lor sanc
et a tote lor force fussent,
s’enui et pesance n’eussent..." (vv. 1788-92)

12L’opposition beauté/laideur inhérente aux personnages de Blanchefleur et de la Laide Demoiselle se trouve paradoxalement connotée, quand on prend en compte la strict cadre de leur intervention, d’une antithèse ruine/prospérité ambiantes : c’est un micro-schéma de symétrie inverse que Chrétien s’est plu à développer.

13S’il est facile de définir la nature de la calamité qui pèse sur la terre de Blanchefleur — les malheurs de la guerre —, il faut être plus attentif pour débusquer le caractère et les causes de la ruine qui a frappé le royaume du Roi Pêcheur. Corroborés par les paroles de la cousine matrilatérale de Perceval, fille ou nièce du souverain du Graal, les reproches véhéments que la Laide Demoiselle adresse à Perceval nous fournissent un tableau synoptique de l’état lamentable dans lequel se trouve le royaume du Roi Pêcheur :

"Et sez tu qu’il an avandra
del roi qui terre ne tandra
qui n’est de ses plaies gariz ?
dames an perdront lor mariz,
terres an seront essilliees
et puceles desconselliees
qui orfelines remandront
et maint chevalier an morront
et tuit avront le mal par toi." (vv. 4651-9)

14Elle reprend et précise par là les reproches que la cousine du héros lui avait déjà adressés :

"Ha ! Percevax maleureus,
com fus or mesavantureus
qant tu tot ce n’as demandé,
que tant eusses amandé
le boen roi qui est maheigniez
que toz eust regaaigniez ses manbres et terre tenist.
Ensi granz biens en avenist !" (vv. 3569-76)

15La calamité n’est pas seulement un phénomène naturel que nous découvrons dans le vers "terres en seront essilliees" ; elle est surtout un phénomène social : les femmes perdent leur mari, les jeunes filles sont sans appui et, plutôt qu’orphelines, abandonnées ; et les chevaliers disparaissent.

16L’analyse a cependant du mal, après avoir dégagé des éléments aussi disparates que la mutilation sexuelle qui a frappé le Roi Pêcheur, la ruine de la production agricole et l’interruption du bon fonctionnement de la société, appréhendée surtout comme une interruption de l’échange matrimonial et de la capacité des individus à former des familles, à saisir entre ces éléments un fil conducteur qui explique leur juxtaposition et, peut-être, l’existence d’un principe de causalité. Les événements qui se déroulent à Beaurepaire vont nous permettre d’avancer une esquisse de solution. La lutte qui oppose le jeune chevalier, le futur Perceval, à Enguinguerron, puis à Clamadeu, a, apparemment, un caractère typiquement médiéval : c’est la lutte du vaslet ou du bacheler qui s’efforce de conquérir la main d’une belle et riche héritière et, ce faisant, d’acquérir un fief. Nous sommes bien en présence d’un phénomène qui renvoie à l’actualité du xiie siècle. Et Chrétien de Troyes, quand il nous peint la beauté de Blanchefleur, a bien soin de préciser qu’il se réfère à la continuité de son expérience pour faire le portrait d’une jeune femme qui, comme nous l’avons vu par ailleurs, correspond à l’idéal physique de son temps :

"Et se je onques fis devise
an biauté que Dex eust mise
an cors de feme ne an face,
or me plest que une an reface
ou je ne mantirai de mot." (vv. 1803-7)

17Quelques failles cependant apparaissent dans la mise en place d’éléments qui semblent, de prime abord, typiquement médiévaux. Ainsi peut-on s’interroger sur le statut exact du domaine de Blanchefleur. Chrétien recourt à des termes généraux : le "chastel" et, surtout, la "terre". Perceval est celui qui a "desreniee...la terre et la pucele" (v. 2908), qui a, auprès de lui, la jeune fille "soe tote quite, et la terre" (vv. 2912-3) et qui reviendra pour tenir la terre (v. 2926). Cette insistance et cette assimilation de Blanchefleur à la terre ne sont pas des phénomènes fortuits. Chrétien, en cet endroit, suit une perspective légendaire bien connue dans la littérature celtique : pour établir ou rétablir la prospérité, un jeune héros, grâce à ses capacités morales et physiques, doit séduire la terre dont un personnage féminin est l’incarnation. Il n’est pas étonnant qu’à l’issue de cette conquête, au détour d’un vers, Chrétien de Troyes, sans expliquer cette occurrence, donne à Blanchefleur le nom de Belissant (v. 2910), déesse rayonnante et déesse de la souveraineté dans le panthéon celtique. Face à cette image radieuse de la prospérité restaurée, la Laide Demoiselle s’inscrit, à tous points de vue, comme une antithèse. II suffit de rabattre le volet narratif des relations de Perceval et de Blanchefleur sur l’apparition de la Laide Demoiselle à la cour d’Arthur pour comprendre, en fin de compte, l’enjeu de la cérémonie symbolique qui s’est déroulée au château du Graal.

18Au jeune guerrier porteur de la celeritas dumézilienne s’oppose le Roi Pêcheur mutilé, condamné à l’immobilité, atteint dans ses capacités viriles. Il ne peut plus entretenir sa parèdre, la souveraine du territoire : celle-ci est devenue hideuse, monstrueuse, revendicative, à l’image de l’espace et de la société ruinée qu’il est incapable de gouverner. Si, atemporellement, elle peut encore, comme la porteuse du Graal, s’avancer radieuse aux confins de la désolation ou, comme Blanchefleur, bénéficier de l’attention esthétique et galante d’un poète courtois qui lui confère immédiatement la beauté, elle est susceptible d’apparaître avilie et repoussante, tantôt agressive, tantôt geignarde, jusqu’à ce que survienne un jeune héros qui, surmontant ses répulsions, consentira à entretenir avec elle une relation de sympathie qui ira de l’initiative métaphorique de prise de parole à la claire conclusion d’une relation sexuelle, en passant par le don d’un baiser. C’est à ce prix que sera rétablie la prospérité et que le monstre odieux, l’infecte mégère ou la vieille femme repoussante, se métamorphosera en une radieuse jeune fille qui proclamera son identité de porteuse de la souveraineté.

19En attendant, elle exhibera une laideur symbolique ; elle ne cessera de moduler la déploration de la ruine de la nature et de la société :

  • 2 Lai chanté par la sorcière Badb qui, après la seconde bataille de Moytura, prophétise la fin du mo (...)

"Ce n’est pas un monde cher à mon coeur qu’il me sera donné de voir. Un été sans fleurs. Des vaches sans lait.
Des femmes sans pudeur. Des hommes sans valeur. Des captifs privés de roi.
Les chênes ne porteront plus de glands. La mer ne prodiguera plus sa nourriture.
Les vieillards prononceront des jugements erronés. Les hommes de loi recourront à une fausse jurisprudence.
Tout homme, un traître ; tout jeune homme, un prédateur.
Le fils entrera dans le lit de son père, le père dans le lit du fils.
Tout homme sera le beau-frère de son frère.
Le fils trompera son père et la fille sa mère."2

Notes

1 Chrétien, de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), éd. F. Lecoy, Paris, Champion, 1973, 1975.

2 Lai chanté par la sorcière Badb qui, après la seconde bataille de Moytura, prophétise la fin du monde. Cath Maige Tured, Second Battle of Moytura, ed. Whitley Stokes, Paris, Revue Celtique XII, 1890, pp. 110-1.

Auteur

Université de Nice — Sophia-Antipolis

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540