Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

Le beau et le laid dans le Roman de Mélusine

Françoise Clier Colombani

Texte intégral

  • * Notes et bibliographie réduite :
    Les références au texte en prose de Jean d’Arras, édition Stouff, (...)
  • 1 Jean d’Arras, "Mélusine", éd. L. Stouff, Dijon 1932, rééd. Genève, Slatkine, 1974.

"En toutes choses commencier on doit appeler le Créateur des creatures, qui est maistre de toutes les choses faictes et a faire, qui doivent tendre a perfection de bien et les autres pervenir selon les vices des creatures."*1

1C’est par cette phrase liminaire que Jean d’Arras introduit son Roman de Mélusine. Ce faisant, il semble déjà annoncer implicitement, par cette formule à la fois prudente, respectueuse et fataliste concernant les aspects les plus aléatoires ou apparemment aberrants des créations divines, les difficultés auxquelles vont se heurter ses héros, du fait de leurs étranges imperfections tant physiques que morales.

2La question du "beau" et du "laid" est centrale dans le Roman de Mélusine, tant il est difficile d’aborder l’étude de cette œuvre sans se pencher sur les bizarres métamorphoses animales de la fée et sur les regrettables tares de sa progéniture, puisque, de ses dix fils qu’elle a engendrés, huit sont porteurs d’étranges signes dont chacun ne peut que s’émerveiller ou se signer d’effroi en les voyant.

  • 2 F. Clier Colombani :
  • 3 J. Le Goff et E. Leroy Ladurie, "Mélusine maternelle et défricheuse", Annales ESC, 1971, pp. 587-6 (...)
  • 4 C .Lecouteux, "Mélusine et le chevalier au cygne", Paris, Payot, 1982.
  • 5 L. Harf-Lancner, — "La serpente et le sanglier, les manuscrits enluminés des deux romans français (...)
  • 6 L. Harf-Lancner "L’image et le monstrueux : Geoffroy la grand dent, le sanglier de Lusignan", Rein (...)
  • 7 E. Pinto-Mathieu, "Fromont et Orrible ; deux fils légendaires de Mélusine", Reineke-Verlag, Greifs (...)

3Il a déjà beaucoup été dit et écrit sur ce sujet : Outre mes propres contributions2 —, les ouvrages de Jacques Le Goff3, de Claude Lecouteux4 ; ainsi que ceux de Laurence Harf-Lancner56 et d’Elisabeth Pinto-Mathieu7, ces deux dernières ayant plus précisément abordé, lors du colloque d’Amiens sur Mélusine de 1996, les aventures et les personnalités des fils de la fée.

  • 8 Jean d’Arras, "Mélusine", éd. L Stouff, Dijon, 1932, rééd Genève, Slatkine, 1974.
  • 9 Coudrette, "Le Roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan", éd. E. Roach, Paris, Klincksieck, 1982.
  • 10 Thüring von Ringoltingen, "Histoire de la belle Mélusine, qui était une fée" éd. Karin Schneider, (...)

4Rappelons pour commencer que l’épopée lignagère de la famille de Lusignan nous est parvenue par l’intermédiaire de trois oeuvres se succédant entre la fin du quatorzième siècle et le début du quinzième : Le Roman de Mélusine en prose de Jean d’Arras8, écrit en 1393 et dédié au duc de Berry, la version en vers de celui-ci composée en 1401 par Coudrette9 pour les seigneurs de Parthenay, et son adaptation en prose allemande par le suisse Thüring von Ringoltingenen en 145610.

5Le mythe de Mélusine, fée tutélaire de la famille des Lusignan du Poitou, fondé dès le treizième siècle sur des croyances populaires attestées sur tout le territoire français, repose sur le schéma suivant : rencontre de la fée avec un mortel, Raimondin, à la fontaine de Soif ; pacte suivi d’une vie heureuse et de la naissance d’une nombreuse progéniture, puis rupture du pacte et envol de la fée sous forme serpentine ; retour de celle-ci en fonction de nourrice ou de dame blanche, mais déchéance inéluctable de la famille.

6Dans le Roman de Mélusine, et en particulier dans les deux versions françaises, l’on ne peut que constater la volonté des narrateurs de valoriser les ancêtres des hauts personnages commanditaires de leurs oeuvres tout en restant fidèles à la fois à un modèle de récit courtois et chevaleresque et à la réalité des légendes populaires à l’origine de leur création romanesque. D’où, à la lecture, une impression de mélange savoureux quoique complexe d’éléments merveilleux et de conformisme dans leur mise en œuvre à travers le récit. Ce conformisme est lié selon nous à la difficulté de soumettre les héros aux hautes exigences de l’idéal aristocratique et chevaleresque, tout en respectant celles de la morale religieuse autant qu’il est possible lorsque l’on a affaire à des héros passablement sulfureux comme Mélusine et ses fils les plus remarquables.

7Dans ce cadre complexe, la question se pose d’appréhender la façon dont les auteurs vont parvenir à faire évoluer leurs héros entre les contraintes créées par les exigences de la société et de la religion féodales telle qu’elle sont représentées, — et lue, — et les forces profondes, irrationnelles, qui les animent et/ou qui les dépassent.

8Comment, par leurs traits physiques, leurs motivations, leur comportement, leurs actions, les héros seront-ils représentés par leurs auteurs, beaux ou laids, bons ou mauvais ? Cette division schématique et manichéenne des qualités physiques et morales, répercutée au travers des images illustrant manuscrits et éditions incunables des romans, prend-elle sens au fil des textes, compte tenu des stéréotypes en vigueur à l’époque ? Quelle lecture enfin un lecteur médiéval, un lecteur contemporain peuvent-ils en faire ?

BEAUTE DU CORPS, BEAUTE DU CŒUR : UN IDEAL FEODAL ?

Etre une belle dame

9La principale qualité d’une fée, en règle générale, c’est d’être belle, d’où la formule consacrée par la tradition : "belle comme une fée", ou la formule superlative : plus belle que fée", que l’on retrouve dans la description de nombre d’héroïnes des romans médiévaux. Seules les mauvaises fées peuvent éventuellement être qualifiées de "laides demoiselles", et encore n’est-ce pas toujours le cas : Morgane est aussi belle que Mélusine.

10Toujours est-il que dans le Roman de Mélusine, de Jean d’Arras, toutes les femmes sont belles, et même très belles : les superlatifs abondent pour les décrire. Ainsi la fée Pressine, mère de Mélusine, dont la beauté subjugue le roi Elinas au point qu’il ne sache plus s’il dort ou s’il veille ; Mélusine, bien sûr, dont la beauté éblouit le jeune et naïf Raimondin, mais aussi les jeunes princesses qu’épouseront les fils de Mélusine : ce sont respectivement Chrestienne, épouse d’Antoine ; Aiglantine, épouse de Renaud ; Hermine, épouse d’Urien et sa cousine Florie, épouse de Guion.

11On peut donc avancer sans risque que cette beauté est un don bien partagé, et qui semble se transmettre non seulement de mère en fille, — Mélusine semble être sur ce plan l’idéale duplication de sa mère, — mais aussi de belle-mère à belle-fille. Bref, il s’agit là d’une beauté toute théorique, une beauté de convenance, à peine rehaussée lorsqu’il s’agit de l’héroïne principale de quelques détails par ailleurs tout aussi convenus : voix ensorcelante, doux chant de la fée Pressine, cheveux blonds de Mélusine, parure toujours qualifiée de riche. Il s’agit là d’un lieu commun, même si le choix et le nombre des figures féminines est assez restreint. Dès l’enfance, les filles nobles sont qualifiées de belles : les trois filles de Pressine, Mélusine, Mélior et Palestine, sont dès leur naissance d’une merveilleuse beauté ; de même, la fille du comte Aimery de Poitiers, la petite Blanche, est qualifiée de "très belle".

12Mais la beauté ne va pas seule ; on peut même dire, concernant nos héroïnes, toutes issues d’un milieu aristocratique, qu’il s’agisse d’une aristocratie de féerie ou d’une aristocratie bien réelle, que dans ce cadre, la noblesse est synonyme de beauté et vice versa : on ne peut être belle sans être noble.

13Ainsi, le roi Elinas, attiré par le chant mélodieux de la fée Pressine, reste :

"tous esbahiz tant de la beauté et du noble atour de la dicte dame comme de son doulz hant" (p. 6).

14De même, lorsque Jean d’Arras évoque la rencontre dans les bois de Raymondin et du trio des fées, il qualifie Mélusine de "plus seignourie", avant de rapporter la réaction du héros devant sa beauté.

15Beauté, noblesse entraînent encore, chez des personnalités remarquables, telle Pressine, d’autres qualités essentielles au monde aristocratique : la noble élégance, les bons usages, la courtoisie, ainsi que la sagesse et l’efficacité dont elle fait preuve pour gouverner, selon le jugement populaire.

16Quant à Mélusine, sa beauté, rehaussée par sa sagesse et sa générosité, est particulièrement mise en valeur lors de cérémonies comme celle de son mariage, où, nous dit Jean d’Arras :

"estoit l’espousee tant belle et si très noblement paree que chascuns disoit que oncques si belle n’avoient veue, ne si richement atournee, et s’emerveilloient tuit de sa grant beauté et de la grant richesse de son habit." (p. 39)

17Coudrette, dont la pensée, transcrite poétiquement, est plus intuitive et plus directe, décrit la fée, lors de son mariage, comme semblable à un ange :

"La demoiselle fu tant belle
Et si richement atournee
La virent, distrent pour certain
Que ce n’estoit point corps humain
Mais sembloit mieulx corps angelique
N’y a personne qui la soyt
Qui ne dye : "Vecy merveille,
Onc ne vit homme la pareille"
(vv. 1126-1133)

18Ainsi, à la beauté physique se rattache tout un ensemble de valeurs morales fondamentalement inhérentes à la définition qu’on attend d’une femme de l’aristocratie.

19Cette beauté, toujours qualifiée de "merveilleuse", du moins en ce qui concerne les deux fées, la mère comme la fille, l’est en ce sens qu’elle sort de la norme, des critères habituels de référence. Elle suscite alors un étonnement intense de la part des spectateurs. Cet étonnement sera du reste tout aussi intense face à l’extrême laideur, celle, par exemple, des fils de Mélusine.

20Enfin cette beauté à la fois toute symbolique et pourtant ressentie comme extraordinaire se superpose (dans le roman de Jean d’Arras en particulier) à la séduction émanant des deux fées, à laquelle succombent si facilement Elinas et Raimondin. Elinas en effet ne reste pas seulement interdit, émerveillé devant la beauté de Pressine, mais enivré, envoûté ; et Raimondin ne tarde pas, après quelque résistance, à se trouver :

"si sousprins de s’amour que quant qu’elle lui disoit, il lui affermoit toute verité" (p. 27).

21La beauté des fées fait donc naître chez les héros un amour immédiat ; elle joue ainsi un rôle psychologique et social dans leurs rapports à autrui.

22Mais si Jean d’Arras passe rapidement sur la réaction d’Elinas "esbahiz", anéanti, de la perte de Pressine, il va s’attarder plus longuement sur celles de Raimondin lors du départ de Mélusine : celui-ci, tout à sa douleur de perdre Mélusine, lorsqu’il a rompu, par sa trahison, le pacte qui les liait, la supplie à genoux de lui pardonner son parjure en la nommant : "ma chiere amie, mon bien, mon espérance, mon honneur" : la dame à la beauté éblouissante de la première rencontre s’est entre temps enrichie à ses yeux des plus nobles qualités morales ; quant aux gentilshommes qui les entourent, ils pleurent si fort le départ de

"la plus vaillant dame qui oncques gouvernast terre, et la plus chaste, la plus humble, la plus charitable, la mieulx amée et la plus privéee a la neccessité de ses gens, qui oncques feust veue" (p. 257).

23qu’ils en oublient les deux amants éplorés.

24Ce n’est pas la beauté physique de la dame qui est alors mise en avant à grand renfort de superlatifs, mais ce sont des qualités liées à la noblesse et à l’humanité de son comportement, qualités censées aller de pair avec la personnalité d’une noble dame, mais que le personnage qu’est la fée a su réellement mériter.

25Dans la version, plus émouvante encore, des événements rapportée par Coudrette, Raimondin mêle dans sa déploration tous les éléments constitutifs des attraits de Mélusine. Il apparaît clairement alors que sa beauté physique est inséparable de toutes les autres valeurs déjà répertoriées : valeur humaine, fidélité, tendresse, mais aussi source de richesse et de gloire, ce qui est fondamental dans la relation entre Pressine et Elinas, entre Mélusine et Raimondin :

"Adieu ma dame aux beaux crins blonds,
adieu toute beneürté,
adieu mon bien et ma seurté.
Adieu vous dy, douce maistresse,
adieu ma joie et ma richesse,(...)
Adieu ma dame de valour
Adieu vous dy, ma dame gente :
Adieu ma gloire, adieu ma joye,
Adieu belle que tant amoye"
(v. 4232-4250)

26Or, si beauté rime avec honneur, noblesse et richesse chez les nobles dames et demoiselles de la société féminine du Roman de Mélusine, il en est de même pour les nobles seigneurs et les rois, à quelques nuances près cependant.

Etre un seigneur, un roi

27Le parangon de toute les vertus semble être, de l’avis de Jean d’Arras, le comte Aimery de Poitiers, père spirituel de Raimondin, qui, jeune homme sage et réfléchi, cherchera en tous points à lui ressembler :

"cilz contes Aymery fu un très vaillans homs, et qui ama toutes noblesces et fu ly plus saiges d’astronomie qui feust a son temps ne depuis Aristote".

28Il faut peut-être voir ici un jugement de libraire, d’intellectuel admiratif à l’égard des richesses spirituelles, peut-être même un éloge détourné de l’écrivain Jean d’Arras à son protecteur Jean de Berry, comte de Poitou.

29Mais sur le plan de la beauté, presque féminine du reste, c’est Raimondin qui l’emporte : Jean d’Arras le décrit comme un jeune homme qui estoit trop rudement beaulx et gracieux, et bien entechiez" (p. 16).

30Coudrette, plus platement, le définit comme : "Raimondin, le bel, le doulx, et le courtoys, le mieulx enseigné" de ses frères (vv. 242-44), mais poursuit quelques chapitres plus loin, alors que le héros s’est déjà distingué au combat, en le décrivant comme un excellent seigneur, ayant fait ses preuve en conquérant toute la Bretagne à la pointe de son épée, et en recevant l’hommage de tous les barons du pays.

31Raymondin a donc acquis ses lettres de noblesse, alliant à la douceur d’un cœur tendre et à la sagesse d’un diplomate, — qui lui a permis de gagner grâce à son pacte avec Mélusine amour, pouvoir et richesses, — la gloire recueillie sur les champs de bataille. Il peut maintenant laisser le champ libre à sa progéniture.

32Or il semble que ces qualités essentielles de beauté, de jeunesse, de douceur, de hardiesse et de courage au combat qui sont celles de l’idéal Raimondin, on les retrouve dans l’un de ses deux derniers fils, Thierry, que Coudrette décrit complaisamment comme celui dont descendent directement les seigneurs de Parthenay ses commanditaires :

C’estoit un moult beau chevalier,
Fort et appert, preux et legier.
De toutes gens fu redoubtez,
En son vivant, ce dit on, d’omme. (vv. 5528-5531 )

33Dans ces deux portraits complémentaires se retrouvent les traits positifs que l’on est en droit de trouver chez un bon seigneur, un héros idéal de roman de chevalerie, en tout cas : à la beauté physique sont liées des qualités de vivacité et d’agilité (au combat), de force, de courage, de ruse et/ou de sagesse, de courtoisie, mais surtout, le jeune noble doit savoir se faire respecter et redouter, se faire craindre et obéir en vertu du droit du plus fort. Ce trait également revient régulièrement, et souvent de façon plus appuyée qu’ici, où l’on a affaire à de bons jeunes gens : tous les fils de Raimondin ne ressemblent pas à Thierry, loin de là.

34Ainsi Urien, l’aîné des enfants, alors qu’il est devenu roi de Chypre, inspire à ses sujets respect et admiration pour sa haute taille et son apparence redoutable :

"et pour dire verité, chascun se donnoit merveille de sa grandeur, de sa fierté (doit-on comprendre sauvagerie ?) et de sa puissance de corps qu’il avoit, et bien disoient que c’étoit l’omme qu’ilz eussent oncques mais veu qui plus se faisoit a ressoingnier de le courroucier" [celui que l’on se serait le moins risqué à mettre en colère] (pp. 123-4).

35Parmi les personnages masculins appartenant à l’aristocratie, certains sont ducs ou rois. Mais pour la plupart d’entre eux, ce statut n’est pas enviable, et manque pour le moins de stabilité. Le roi Elinas, père de Mélusine, est le plus à plaindre, lui dont le règne, commencé sous d’heureux auspices, est si vite écourté par sa faute envers Pressine ; fou de chagrin d’avoir perdu la fée, il voit sa position encore aggravée par l’acharnement de ses filles, Mélusine et ses soeurs, qui l’enfermant dans une montagne, font de lui un mort en sursis. Mais parmi les rois combattus ou secourus par les valeureux fils de Raimondin et de Mélusine, rois d’Europe ou d’Orient, tous sont dans une position d’inconfort et de faiblesse militaire, et aucun ne brille vraiment par ses qualités chevaleresques. Tout au plus brillent-ils par leur sagesse : en effet, alors que le principal intérêt qu’ils présentent est de posséder un royaume à prendre et une fille à épouser, ils prennent l’heureuse décision d’en faire don à leurs valeureux sauveteurs. C’est ainsi que quatre des plus aventureux des fils de Lusignan pourront être proclamés l’un duc, les autres, rois après avoir gagné leurs royaumes à la pointe de leur épée, mais aussi grâce à d’heureuses alliances matrimoniales. Ainsi l’aîné, Urien, s’offre même le luxe de regretter un instant sa liberté à l’heure de son mariage :

"et sachiez que il fut moult doulens de ceste requeste pour ce qu’il avoit grant voulenté d’aler aval le monde pour veoir le pays et acquerre honneur" (p. 120).

36Mais il gouvernera ensuite son royaume en suivant à la lettre les préceptes d’équité, de générosité, de fermeté et de sagesse dispensés par sa mère Mélusine avant son départ pour la guerre. De fait, Urien, roi de Chypre, Guion, roi d’Arménie, Antoine, duc de Luxembourg, Renaud, roi de Bohême, seront d’excellents, au sens de "redoutables" chefs d’état, par opposition à leurs beaux-pères respectifs.

37Les illustrations des manuscrits de Mélusine qui nous sont parvenus confirment cette tendance générale des auteurs à rapporter aux attitudes attendues par les conventions sociales les comportements des nobles héros mis en scène dans l’intrigue romanesque : en particulier toutes les scènes qui scandent les étapes de l’ascension de Raimondin vers le statut de puissant seigneur : mariage somptueux, joute, nuit de noce, combats valeureux, retour à la forteresse de Lusignan puissamment conçue par Mélusine. Ces scènes seront fidèlement reproduites dans la suite du programme iconographique à l’occasion de l’installation des fils dans leurs nouveaux statuts de ducs ou de rois.

38Tout cela paraîtrait tout à fait conforme aux normes idéales du roman de chevalerie, si, sous l’impeccable ordonnance du récit, ne transparaissait durement la vérité dérangeante du mythe, mettant en évidence les écarts entre cette beauté glacée et ordonnée des fonctions et des caractères, et les réalités en présence : un monde merveilleux tentant de s’intégrer dans le quotidien, mais y parvenant avec difficulté, d’où l’étonnement perpétuel du bon peuple, abasourdi devant tant de merveilles, et se demandant, avec Raimondin lui-même, s’il dort ou s’il rêve, si ce qu’il voit est, ou non, œuvre diabolique.

LA VERITE DU MYTHE, OU : DERRIERE LE BEAU, LE LAID ?

La merveille

39Mélusine tout d’abord appartient au monde de la féerie, on ne peut l’oublier, même si elle se dit "de par Dieu". En effet, le Roman de Mélusine offre la preuve que le monde médiéval tend par tous les moyens de s’approprier et de dominer tout surnaturel provenant d’une autre source que la religion chrétienne, en particulier celui émanant du monde pré-chrétien auquel la fée, divinité gauloise des eaux et des fontaines, de la fécondité et de la mort, appartient, à moins que sa queue de serpent ne l’apparente, plus anciennement encore, au monde des divinités indoeuropéennes.

40La beauté envoûtante de la fée, son pouvoir de séduction, son aisance au sein du monde chevaleresque dont elle maîtrise parfaitement les arcanes, sa sagesse, recouvrent une autre identité, celle de la divinité des bois et des eaux, qui possède la connaissance du passé et de l’avenir, qui sait interpréter les jugements de Dieu, qui connaît les intentions du Malin, "l’autre", selon l’expression de Coudrette.

41Dans les différentes versions du roman, mais en particulier dans celle de Jean d’Arras, elle ne fait cependant pas trop illusion : Raimondin, comme son cousin le comte de Poitiers, ou son frère le comte de Forez, se rendent bien compte qu’ils ont affaire à une fée. Mais il faut croire que la rencontre des deux mondes, le surnaturel chrétien ou païen, et le réel est considérée comme allant de soi, puisque personne ne s’en offusque trop et que Raimondin, enflammé par l’amour quoique toujours lucide quant aux risques de son entreprise, s’obstine à jouir des avantages de sa vie avec Mélusine :

"quant Remondin entendy les promesses de la dame et il lui ressouvint des paroles que ses sires lui avoit dictes, et considere aussi le peril ou il est d’estre exilliez ou mort, ou dechaciez de tous pays ou il peust estre congneuz, si s’avisa qu’il se mettroit a l’aventure de croire la dame, car il n’avoit que une foiz a passer le crueux pas de la mort" (p. 26).

42Et une fois cette résolution prise, même lorsqu’il la verra au bain, ou lors de son envol, sous sa forme monstrueuse, ce sont des sentiments d’extrême tristesse, d’immense chagrin, de remords, qu’il éprouvera pour elle, et non, comme on aurait légitimement pu le supposer, des réactions de peur et de dégoût devant un spectacle aussi terrifiant.

43Il est vrai que Coudrette lui prête, au moment de la vision de la fée au bain, un premier mouvement de frayeur devant ce corps biparti opposant un visage et un buste radieux de beauté à une monstrueuse queue de serpent, qualifiée d"énorme et horrible", s’agitant violemment dans l’eau du bain :

"Jusqu’au nombril a voit si blanche
Comme la nege sur la branche
Le corps bien fait, fricque et joly,
le visage fres et poli ;
Et a proprement parler d’elle,
Oncques ne fut point de plus belle.
Grande et horrible vrayement :
D’argent et d’asur fut burlee ;
Fort s’en debat, l’eaue a croulee.
Quant Raimon l’a apperceüe,
Qui oncques ne l’avoit veüe
En tel estat ainsi baignier,
Adonc se print il a siegner
Et se doubta grandement.
Dieu reclama devoctement,
Mais nonpourtant tel paour ot,
Pour pou ne pouoit dire mot."
(vv. 3067-3084)

44La laideur du spectacle provient autant de la juxtaposition aberrante des deux parties du corps, se présentant comme une offense à la création divine, que dans la disproportion de l’appendice caudal, gigantesque et bizarrement bigarré, aux couleurs du blason familial. Jean d’Arras, avait plutôt mis l’accent sur l’aspect grossier et vulgaire de cette queue monstrueuse, en la comparant à un objet très trivial par sa taille également gigantesque : un tonneau pour mettre les harengs :

"(il) voit Melusigne en la cuve, qui estoit jusques au nombril en figure de femme et pignoit ses cheveulx, et du nombril en aval estoit en forme de la queue d’un serpent, aussi grosse comme une tonne ou on met harenc, et longue durement, et debotoit de sa coue l’eaue tellement qu’elle la faisoit saillir jusques a la voulte de la chambre. Et quant Remond la voit, si fu moult dolent" (p. 242).

45Finalement, le laid, dans chacun des deux textes, se caractérise donc par la disharmonie et la disproportion des éléments du corps ; ce qui est monstrueux provient de l’association en un corps unique de deux éléments disparates constituant un être étrangement anthropomorphe, sans compter le malaise provoqué chez le spectateur par le mouvement violent de la queue, apparemment indépendant de la volonté de la baigneuse et donc mu par une puissance autre que celle de sa volonté. De quelle nature est cette puissance ? ne serait-elle pas démoniaque, la femme à demi métamorphosée en serpent ne serait-elle pas sous l’emprise du diable ? Ne serait-elle pas un démon ? C’est la question que ne se pose pas encore Raimondin, mais qu’il ne tardera pas à se poser dès que les méfaits de son fils Geoffroy la Grand Dent, assassin de son frère Fromont et des cent moines de l’Abbaye de Maillezais lui auront, croira-t-il alors, dessillé les yeux.

46Le moment de l’envol de Mélusine est encore une circonstance au cours de laquelle sa mutation en femme serpente, le plus souvent ailée, provoque l’émerveillement de l’assistance ; surtout lorsque la métamorphose, qui n’était encore que partielle au moment où elle s’élevait du bord de la fenêtre du château de Mervent, devient complète : le peuple, qui jusqu’alors pleurait sa bonne châtelaine, ne sait plus que penser, "car ilz voient la figure d’une serpente et oyent la voix d’une dame qui yssoit de lui" (pp. 260-61).

47Puis le monstre prend des allures de tempête météorologique et il semble à tous que la tour du château va crouler : la serpente rejoint alors le monde des esprits et son mode de manifestation devient quasi incompréhensible pour ceux qui la regrettent. Elle ne pourra plus s’exprimer que par des signes, en faisant trois fois le tour du château en gémissant pour annoncer une mort dans sa lignée. Mais de tout ceci, personne ne s’étonne, car sachant que sous cette figure repoussante se cache la "bonne dame de Lusignan", l’on ne voit plus en elle qu’une figure pitoyable, digne d’inspirer regrets et pitié.

48Au fil du temps, les illustrateurs des différents manuscrits des Romans de Mélusine, et des premières éditions incunables du roman, tout en diversifiant au gré de leurs modèles d’inspiration et de leur lecture du roman les représentations de la fée lors de ses métamorphoses, se sont visiblement appliqués à rendre compte de l’étrangeté du phénomène de métamorphose de cette très belle femme en serpent ou en dragon ailé, avec des fortunes diverses. L’un la représente en femme poisson, en sirène, ramenant le merveilleux à une figure connue, celle de la sirène trompeuse, qui séduit le bon chrétien et que l’église représente sur les murs des églises pour mettre en garde les fidèles contre les dangers qu’elle représente ; mais ici, cette sirène donnant le sein à son nouveau né paraît bien innocente.

49Ailleurs, elle est une femme dragon, mi-femme, mi-dragon ailé, mais les proportions réduites du monstre obtenu, et surtout la physionomie douce et résignée de la dame font bien vite oublier l’horreur de l’apparition fantastique (figure 3). Il en est de même pour la femme serpent : les proportions de sa fameuse queue sont beaucoup plus réduites sur l’image que dans le texte : pas moins de quinze pieds selon Jean d’Arras, c’est-à-dire cinq mètres au moment de son envol. Dans certains manuscrits tardifs et dans les éditions incunables, les illustrateurs ont même renoncé à représenter Mélusine monstrueuse lors de son retour pour soigner ses derniers fils : elle est redevenue la noble dame que tous ses proches respectent.(voir n. 2)

50C’est ce qui apparaît dans le manuscrit illustré de l’Histoire de la belle Mélusine de Thüring von Ringoltingen,(Ms 4028 du Germanisches Nationalmuseum de Nuremberg), daté de 1468, que nous privilégierons dans cette étude tant pour ses qualités de fidélité aux épisodes du récit que pour son originalité dans la représentation des éléments merveilleux.

51Les marques monstrueuses de Mélusine au bain ou lors de son envol y sont bien représentées, mais de façon très atténuée : la fée disparaissant par la fenêtre du château reste vêtue, sa queue de serpent a pris des dimensions réduites, presque anodines (figure 4) ; elles sont absentes de sa représentation lors de son retour pour soigner ses derniers enfants.

Les étranges signes de fils de la serpente

  • 11 S. Roblin : "Le sanglier et la serpente : Geoffroy la grand dent dans l’histoire des Lusignan", (...)

52Cependant, si Mélusine inspire non seulement le respect mais aussi la pitié lors de son départ, ses enfants, eux, suscitent plutôt, du fait de leurs bizarres marques de naissance, malaise et peur. En effet, sa nombreuse progéniture est fâcheusement affligée de signes thériomorphes rappelant à l’évidence leur origine surnaturelle par un détail lié soit à l’hypertrophie d’un des organes, soit à une marque d’animalité, ainsi que le remarque Sylvie Roblin11, et si tous sont présentés comme absolument beaux et bien nés, comme il convient à des enfants de noble origine, chacun se signale cependant par un détail surprenant, quoiqu’à un degré moindre que la queue de serpent de leur mère.

53— Ainsi Urian, l’aîné :

"fu de toutes figures bien formez, excepté qu’il ot le visage court et large au travers, et avoit un œil rouge et l’autre pers. Et saichiez qu’il avoit les plus grans oreilles qui oncques feussent veues sur enfant ; et au parcroîstre, elles furent aussi grandes comme les manevelles d’un van."

54— Le second, Eudes :

"ot l’une des oreilles plus grande que l’autre sans comparaison ; mais de tous membres il estoit beaulx a grant devise et bien formez" .(pp. 47-48).

55Coudrette, se démarquant de Jean d’Arras, le gratifie d’un corps et d’un visage rougeoyant :

"Oedes ot nom, mes son semblant
Et son vis comme feu luisoyt,
De rougeur tout resplendissoit." (vv. 1390-92)

56Mais si les deux auteurs s’accordent sur le fait qu’il avait le corps droit et les membres bien faits, son aspect diabolique est évident.

57— Puis naît Guion, le troisième :

"et fu moult bel enfant ; mais il ot un œil plus hault que l’autre".

58— Après Guion vient Antoine :

"grant fu et bien formez de tous membres. Mais il apporta en la senestre joe une pate de lyon, et, ains que il eust viij. ans, elle fu velue et les ongles trenchans, et fist cel Anthoine moult a doubter ".

59Cette fois la marque animale évolue avec l’âge, manifestant la destinée d’Antoine : devenir un guerrier redoutable, combattant comme un lion.

60— Ensuite naît Renaud, le cinquième enfant :

"Nul plus bel enfant ne povoit on veoir. Mais il n’apporta que un œil sur terre ; mais il en veoit si cler qu’il veoit venir par mer les nefs, ou par terre aultres choses, de trois veues, qui montrent bien XXVI lieus".

61Il était, malgré cette particularité de cyclope, beau, aimable et courtois, au dire des auteurs.

62— Le sixième fils est Geoffroy, nanti dès la naissance :

"d’une dent qui lui yssoit hors de la bouche plus d’un pousse, et fu nommez, écrit Jean d’Arras, Gieffroy au Grand Dent. Cil fu grans, haulx, et fourniz et fort a merveilles, hardiz et crueulx. Chascun le doubtoit qui en ouoit parler. Et fist moult de merveilles" (pp. 78-80).

63On se douterait, même si Coudrette ne nous en donnait pas confirmation, que cette dent lui vient tout droit du sanglier monstrueux, doublet probable de Mélusine, à l’origine du meurtre par Raymondin du comte Aymery. En effet, lorsque, furieux de voir son frère Fromont devenu moine, il écume de rage, l’auteur écrit :

"Vermoil fut d’aïr comme sangs ;
De fin air qu’il ot ou corps
Sue et escume comme pors.
Ja homme ne le regardast,
Qui de grant paour ne tremblast" (vv. 3518-20)

64— Le septième fils vient ensuite au monde : c’est le meilleur selon Elisabeth Pinto- Mathieu(voir n. 7), celui qui se rapprochera le plus de l’idéal savant de son père, du comte Aimery, c’est Fromont : Selon Jean d’Arras, il fut assez beau,

"Mais il ot sur le nez une petite tache velue, comme la pel d’une taupe ou d’un fouant ; Et fu en son temps moult devoz."

65Coudrette note qu’il fut

"sage, soubtil et bien senez ;
mais une tache ot sur le nez
velus aussi que peau de lou." (vv. 1461-63)

66— Enfin naît le plus cruel de tous, Horrible le bien nommé, puisqu’il vient au monde avec trois yeux, dont l’un au milieu du front.

"Cil apporta trois yeux sur terre, de quoi li uns fu ou front ; et fu si crueulx et si mauvais qu’il occist, ains qu’il eust quatre ans, deux de ses nourrices" (p. 80).

67— Les deux derniers nés, Thierry et Remonnet seront exempts de tares, comme si au fil du temps la nature fée de Mélusine perdait de sa puissance pour faire d’elle une femme naturelle, selon son souhait : c’est l’interprétation proposée par Claude Lecouteux dans Mélusine et le chevalier au cygne (voir n. 4).

68Cependant, quoique chacun des auteurs du roman s’applique à renchérir sur la beauté des fils de Mélusine, le lecteur ne peut que demeurer sceptique devant l’apparence à la fois curieuse et inquiétante de leurs visages, qui prête finalement plus à trembler qu’à rire.

69Les intéressés, du reste, ne risquent pas d’admettre le rire concernant leurs disgrâces physiques : ils sont nobles, fiers, braves, de très haute taille — sinon géants, et dans l’ensemble très redoutables. Où qu’ils aillent, leur étrange physionomie associée à leur prestance et à leur force impressionnante, digne d’être opposée à celle d’un géant, provoque l’admiration, la surprise et la crainte.

70Ainsi Urien, décrit cette fois par Coudrette :

Urien, moult le voyent grant ;
Et si ot visage estrange,
D’orrible maniee et estrange.
Chacun s’en seigne et chascun dit,
Oncques mais tel homme ne vit ;
A son semblant, toute la terre,
Nulz noms ne l’oseroit attendre.
Qui se pourroyt de lui deffendre
Qui ? Dieu ! Non pas un géant.
Merveilleux est, je vous creant"
(vv. 1617-26)

71Antoine, l’homme à la griffe de lion, et Renault, l’homme à l’œil cyclopéen, couple indissociable au même titre que celui d’Urien et de Guion, surprennent tout autant les foules par leur apparence étrange, redoutable, et leur puissante stature, lorsqu’ils assistent aux funérailles du roi de Bohême. Concernant leur description, les commentaires de Jean d’Arras seront assez fidèlement repris par Coudrette. Voici donc comment Jean d’Arras décrit la scène :

"Quant les barons virent les deux frères, si furent moult esbahiz de leur fierté et de leur grandeur et de leur puissance, et bien distrent qu’il n’est homme qui puist contresester a leur puissance et moult s’emerveillent du grip de lyon qu’ils apperceurent sur la joue d’Anthoine, et bien dient que se ce ne fueust, qu’il n’eust nul plus bel homme ou monde. Et moult plaingnent Regnault pour ce qu’il n’ot que un œil, car il par fu tant beaulx du surplus que nulz ne savoit que deviser en la beauté de son corps ne de ses membres" (p. 165).

  • 12 Cf. Thuring von Ringoltingen, "Mélusine," traduction de J.M. Pastré, Reinekes Taschenbuch-Reihe, B (...)

72Parmi les illustrations représentant, dans le manuscrit de Nuremberg, les multiples aventures des fils de Mélusine, plusieurs d’entre elles mettent particulièrement en valeur les curieuses particularités physiques d’Antoine et de Renaud. La première est celle mettant en scène la fée nouvellement accouchée, entourée de ses six premiers rejetons. C’est l’unique "portrait de famille", — et encore est-il incomplet, puisque ni Horrible, ni le couple des benjamins Thierry et Remonnet n’y figurent encore, — que nous offre ce manuscrit (figure 1). La seconde ne représente pas, contrairement à ce que certains ont pu croire, le départ d’Antoine et de Renaud quittant leur mère pour courir l’aventure, et recevant ses recommandations. Elle représente, comme l’indique le titre du chapitre correspondant : "Comment le roi d’Alsace implora le pardon de la princesse" la scène au cours de laquelle le roi d’Alsace, qu’Antoine et Renaud ont victorieusement combattu pour secourir la duchesse chrétienne de Luxembourg, se soumet à celle-ci12. Debout à l’arrière plan, on reconnaît Antoine à la griffe dessinée sur sa joue, qui, semble-t-il, n’a pas évolué depuis sa première représentation, contrairement à ce que laisse supposer le texte de Jean d’Arras, accompagné de Renaud, un peu plus petit que lui, reconnaissable à l’œil unique ornant le milieu de son front.(figure 2). Le couple des deux frères réapparaîtra encore ultérieurement, dans de furieuses scènes de combat, et à l’occasion de leurs mariages respectifs, qui signent la fin de leur apprentissage chevaleresque et le début d’un règne plein de sagesse.

73Cependant, le plus redoutable de ces guerriers, si l’on excepte Horrible qui n’aura pas l’occasion d’atteindre l’âge adulte avant d’être occis sur l’ordre de sa mère, c’est Geoffroy la Grant Dent, que tous ceux qu’il combat fuient comme le diable : Ainsi le Soudan de Damas, "Par Mahom, dit le soudant, ce n’est pas uns homs, mais est un mauffez ou c’est le dieu des crestiens qui cy set venus pour destruire nostre loy" (p. 232) mais aussi, plus tard, les géants Gardon et Grimaut, ainsi que le surnaturel chevalier de la Tour Poitevine qui reconnaît son courage et sa force invincibles. Une illustration du manuscrit de Nuremberg évoque ainsi la victoire de Geoffroy sur le géant Gardon, auprès duquel, tout redoutable qu’il soit, il paraît bien petit ; quant à sa dent de sanglier, elle disparaît quasiment derrière l’énorme cor qu’il embouche pour clamer sa victoire (figure 5). L’image, ici encore, tend à réduire le champ du merveilleux, afin peut-être de ramener un héros trop dérangeant à une norme plus acceptable, dans le cadre d’un roman visant à faire l’apologie d’une famille de petite aristocratie cherchant à gagner une honnête notoriété.

74De fait, il faut rappeler que de tous les manuscrits illustrés du Roman de Mélusine, seuls deux d’entre eux font état dans l’image de la dent merveilleuse de Geoffroy ; le manuscrit français 24385 de la Bibliothèque Nationale de France (version rimée de Coudrette), et le manuscrit de Nuremberg (adaptation de cette version rimée en prose allemande). Encore ce dernier ne présente-t-il pas cet appendice porcin comme monstrueux : en effet, la taille de cette dent n’évolue pas de la naissance à la mort du héros, et fonctionne plus comme un signe de reconnaissance du personnage au fil de ses aventures que comme une marque animale infamante.

75Pourtant, même minimisées par l’image, les marques de naissance des fils de Mélusine restent présentes, et s’organisent, semble-t-il, selon une symbolique qui ouvre certaines pistes pour comprendre d’où leur vient leur particulière puissance au combat :

  • La couleur rouge de l’un des yeux d’Urien, et du corps d’Eudes connote le feu de l’enfer, et donc un pouvoir, une force digne d’un diable ;
  • Les disgrâces concernant les yeux, — ceux d’Urien, (un vert, un rouge) ; — ceux de Guion : décalés l’un par rapport à l’autre ; — celui de Renaud, unique, cyclopéen, permettant une vision aiguë ; — enfin le jeu de trois yeux dont l’un frontal, dont est affublé Horrible, évoquent également des pouvoirs de vision accrus par rapport à la norme humaine : la mère de ces monstres ne possède-t- elle pas un don de "double vue", lui permettant de sonder le passé et l’avenir ? Sans compter le poids des modèles mythologiques antiques, en particulier Méduse, dont le regard sidère, et les Cyclopes, qui cumulent le double avantage du gigantisme et d’un œil unique, frontal et d’une puissance visuelle étonnante.
  • L’on pourrait encore ajouter que le rouge et le vert étant des couleurs complémentaires, les yeux d’Urien apparaissent comme une sorte de dédoublement de la vision centrale de son frère Renaud, alors que la face à triple regard d’Horrible rappelle, par sa figure grotesque quoique terrible, un de ces diables de fantaisie imaginés par les artistes médiévaux pour peupler les espaces infernaux.
  • Les oreilles d’Urien, si disproportionnées, appartiennent de même à la race imaginaire des "panotéens, qui se vêtent de leurs oreilles" (comme le suggère Claude Lecouteux cité par Laurence Harf-Lancner (voir n. 6) ; mais on peut aussi les interpréter comme l’organe de la mémoire, rappelant l’origine surnaturelle du jeune homme : c’est l’interprétation de Claude Gaignebet13.

76Enfin les signes animaux, relevant d’une symbolique de bestiaire selon Laurence Harf-Lancner, sont les plus parlants, dans la mesure où ils permettent d’investir ceux qui les portent des qualités propres aux fauves qu’elles évoquent, car c’est de fauves qu’il s’agit en l’occurrence : bestialité et force, sauvagerie effrénée de Geoffroy en rapport avec le sanglier dont il porte la dent ; patte de lion d’Antoine, symbole de sa fierté, de son courage et de sa noblesse ; mais aussi rappel de la nature sauvage dont il est, par son hérédité, issu : dans l’illustration du manuscrit de Nuremberg représentant Mélusine nouvellement accouchée, entourée de ses petits enfants, n’est-il pas représenté enfant presque entièrement couvert de poil, tel un homme sauvage ? (figure 1) Alors qu’auprès de lui, son frère Renaud jouant avec un oiseau, pourrait symboliser l’homme oiseau, au regard d’aigle. — Un lion : Antoine, — un aigle : Renaud, — un sanglier : Geoffroy ; il ne manque plus que Fromont, l’homme à la peau de taupe, pour symboliser le monde de la méditation, le monde chtonien de la taupe, et les trois règnes que domine Mélusine en tant que sirène, serpente et dragon ailé sont à nouveau réunis à travers ses enfants : le monde ouranien, le monde chtonien et le monde sylvestre et aquatique.

77Du reste l’intention du peintre de cette scène semble bien avoir été de montrer en Mélusine une fée issue de la nature, engendrant des êtres encore marqués au corps et au visage de signes d’appartenance au monde animal : car le lit où elle repose est curieusement placé sur l’herbe d’un jardin ou d’une verte prairie, où s’ébattent les enfants. Il corrobore ainsi l’appréciation de l’auteur, Thuring von Ringoltingen, qui présente son héroïne, au début de son adaptation, comme : "une noble dame nommée Mélusine qui a été et qui est encore une fée des eaux et qui n ‘était pas encore entièrement femme selon l’espèce humaine" (traduction J.M. Pastré, p. 1).

78Les tares des enfants de Mélusine, nous l’avons dit, n’apparaissent que dans les illustrations de certains manuscrits. Mais seulement dans une certaine mesure : ainsi, la dent de Geoffroy n’a été figurée discrètement, dans le domaine français, que dans un seul manuscrit tardif. Mais des deux manuscrits allemands illustrés qui nous soient parvenus de l’adaptation de Thuring von Ringoltingen, si l’un, le manuscrit de Bâle, daté de 1490, se contente de présenter Urien à sa naissance, pourvu d’un œil vert et d’un œil rouge (comme le rappelle Laurence Harf-Lancner (voir n. 6) ; l’autre, plus ancien, plus original et plus complet dans son programme iconographique, le manuscrit de Nuremberg daté de 1468, représente non seulement les héros enfants dans l’illustration mentionnée ci-dessus, mais encore adolescents, au cours de leur apprentissage chevaleresque, de leurs aventures orientales et de leurs mariages, ainsi que lors des combats merveilleux de Geoffroy aux prises avec des géants (ou mettant le feu à l’abbaye de Maillezais). L’on voit même Geoffroy plus âgé, repenti, pourvu d’une barbe semblable à celle de son père une fois adulte : lorsqu’il fait reconstruire cette abbaye, détruite dans un accès de folie démoniaque, ou lorsqu’il vient se confesser au pape, à Rome, ou encore lorsque, sur son lit de mort il dicte son testament, en bon chrétien qu’il est devenu.

79Mais les signes hérités de leur mères sont, dans les illustrations du manuscrit, devenus très discrets et ne déforment pas les visages des jouvenceaux très délicatement représentés dans des dessins à la plume finement rehaussés à l’aquarelle. Comment expliquer cette discrétion des illustrateurs ? Peut-être, comme le pense Laurence Harf-Lancner (voir n. 6), des héros trop difformes ne sont-ils pas assez présentables pour être reproduits aux yeux de tous : ainsi, Horrible n’est-il absolument jamais représenté dans l’image, tant le surnaturel, lorsqu’il est trop odieux, dérange dans le cadre d’un roman à la gloire, ne l’oublions pas, d’une famille de petite noblesse ambitionnant par le biais de la littérature, d’accéder à une notoriété durable.

80Il faudra attendre les premières éditions incunables, destinées sans doute à un public plus friand de monstruosité, pour retrouver, un peu au hasard de la reproduction des planches gravées, les représentations des disgrâces physiques des jeunes Lusignan ; ce n’est qu’alors que l’on pourra voir Horrible, avec ses trois yeux, brûler sur un feu de paille, ainsi dans l’édition d’Henri Knoblochzer, à Strasbourg, en 1477 (figure 5).

81Comment expliquer alors cette surenchère dans la laideur physique des enfants de la fée, si l’enjeu du roman est de la hausser à un statut de belle et bonne dame, de bonne et charitable chrétienne, et de donner de sa lignée une image respectable ?

82De fait, si la fée Mélusine a projeté sur ses enfants les marques de son appartenance au monde de la féerie, ces signes ne sont pas forcément négatifs : Hermine se réjouit des qualités guerrières de son futur époux Urien : elle le laisse entendre en remarquant à son adresse que "Bontez vault mieulx que beautez" ; Fromont, si Geoffroy lui en avait laissé le loisir, aurait fait un moine excellent et aurait dévotement prié pour le bien de sa famille ; il était, comme le remarque subtilement Elisabeth Pinto-Mathieu (voir n. 7), la meilleure part de la fée, à l’opposé d’Horrible, qui représente le mal incarné et que Mélusine écarte froidement en le faisant mettre à mort avant son départ, comme pour favoriser le destin familial. Geoffroy lui-même, si sanguinaire et meurtrier soit-il, va, comme le prévoit sa mère, se repentir de ses crimes devant le pape ; et il faut croire que ce diable incarné, qui ne craint pas de combattre les géants Gardon et Grimaut à armes égales, qui s’attaque même au démon de la tour de Lusignan, appartient, par quelque côté que ce soit, au monde chrétien. Ce n’est peut-être pas un hasard si le Soudan de Damas hésite à voir en lui un diable ou un fanatique serviteur de la foi chrétienne : c’est, à tous égards, une figure de fanatique, car s’il n’a fait qu’accomplir la volonté de Dieu en brûlant l’abbaye de Maillezais et ses moines, c’est avec une rare sauvagerie qu’il a accompli cette tâche.

83Mais à la fin du roman, ces exactions font partie du passé, les deux derniers frères, Thierry et Remonnet sont même exempts des tares maternelles ; une nouvelle génération de jeunes nobles est née des alliances des enfants de la fée, tous beaux, sages, preux et puissants encore qu’il y ait à dire du petit Griffon, présenté par Coudrette comme le fils d’Urien, et dont les conquêtes orientales paraissent quelque peu entachées de mythologie païenne.

84De même que dans les images des manuscrits, les marques du surnaturel tendent donc à s’estomper au profit d’un univers apaisé et plus intimiste, laissant à la nouvelle vague de l’imprimé le soin d’outrer les événements propres à la féerie, de même il faut croire qu’en quittant la place, la fée Mélusine offre à sa lignée l’opportunité d’entrer glorieusement dans l’histoire de la chrétienté, et d’y tenir rang, toutes les ombres et laideurs apparentes de son origine s’étant transfigurées en beauté.

Illustrations :

Manuscrit 4028, Nuremberg, Nationalmuseum, 1468 :

851- Mélusine entourée de ses six premiers enfants

862- Le roi d’Alsace implorant le pardon de Chrétienne de Luxembourg

873- Bain de Mélusine

884- Envol de Mélusine en serpente

895- Victoire de Geoffroy la Grant Dent sur le géant Gardon de Guérande

Edition Henri Knoblochzer, Strasbourg, 1477 :

906- Mort d’Horrible

Notes

1 Jean d’Arras, "Mélusine", éd. L. Stouff, Dijon 1932, rééd. Genève, Slatkine, 1974.

2 F. Clier Colombani :

  • Thèse dactylographiée : "Images de Mélusine à la fin du Moyen Age", EHESS, 1987.
  • " La fée Mélusine au Moyen Age : Images, mythe, symboles", Paris, le Léopard d’or, 1991.

3 J. Le Goff et E. Leroy Ladurie, "Mélusine maternelle et défricheuse", Annales ESC, 1971, pp. 587-622.

4 C .Lecouteux, "Mélusine et le chevalier au cygne", Paris, Payot, 1982.

5 L. Harf-Lancner, — "La serpente et le sanglier, les manuscrits enluminés des deux romans français de Mélusine", Le Moyen Age n°1.1995, tome CI, (5e série, tome 9).

6 L. Harf-Lancner "L’image et le monstrueux : Geoffroy la grand dent, le sanglier de Lusignan", Reineke-Verlag Greifswald, 1966.

7 E. Pinto-Mathieu, "Fromont et Orrible ; deux fils légendaires de Mélusine", Reineke-Verlag, Greifswald, 1996.

8 Jean d’Arras, "Mélusine", éd. L Stouff, Dijon, 1932, rééd Genève, Slatkine, 1974.

9 Coudrette, "Le Roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan", éd. E. Roach, Paris, Klincksieck, 1982.

10 Thüring von Ringoltingen, "Histoire de la belle Mélusine, qui était une fée" éd. Karin Schneider, Berlin, 1958.

11 S. Roblin : "Le sanglier et la serpente : Geoffroy la grand dent dans l’histoire des Lusignan", Métamorphose et bestiaire fantastique au Moyen Age, éd. L. Harf, Paris, Collection de l’E N S de Jeunes Filles, 1985, pp. 245-285.

12 Cf. Thuring von Ringoltingen, "Mélusine," traduction de J.M. Pastré, Reinekes Taschenbuch-Reihe, Band 16, Reineke-Verlag, Greifswald 1996.
Dans le manuscrit 4028 du Nationalmuseum, Nuremberg, la scène du folio 34, illustrant le titre "Comment le roi d’Alsace implora le pardon de la princesse", représente ce roi, agenouillé devant Chrétienne au premier plan ; au deuxième plan, se trouvent Antoine et Guion. Cette scène, mal interprétée par les graveurs sur bois allemands, ou réutilisée par soucis d’économie, sera presque systématiquement consacrée à représenter les adieux de Mélusine à Urien et Guion partant en expédition, dans les premières éditions gravées sur bois, la première étant celle de Jean Baemler à Augsbourg, en 1474 : cette erreur d’interprétation et l’importance de son incidence prouvent l’impact de ce manuscrit sur le programme iconographique des premières éditions incunables du roman. Voir à ce sujet ma thèse sur les "Images de Mélusine à la fin du Moyen Age", EHESS, 1987, D d’E : Jean Le Goff.

13 C. Gaignebet et J.D. Lajoux, Art profane et religion populaire au Moyen Age, Paris, PUF, 1985.

Notes de fin

* Notes et bibliographie réduite :
Les références au texte en prose de Jean d’Arras, édition Stouff, 1974, se font par numéros de pages ; celles au texte en vers rimé de Coudrette, édition E. Roach, 1982, par numéros de vers.

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Figure 2
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Figure 4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4017/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Figure 3
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4017/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Légende Figure 5
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4017/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Figure 6
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4017/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540