Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

L’homme laid dans la littérature médiévale allemande un exemple : le ackerkneht dans la couronne de Heinrich von dem Türlin (1230)

Danielle Buschinger

Texte intégral

  • 1 Arts poétiques, p. 76.
  • 2 Voir en particulier l’ouvrage de Paul Michel, « Formosa deformitas ». Bewaltigungsformen des HäBli (...)
  • 3 Wolfgang Brandt, « Die Beschreibung häBlicher Menschen in höfischen Romanen. Zur narrati-ven Integ (...)

1Comme le dit Edmond Faral1, « dans la littérature, les éloges de la beauté sont infiniment plus fréquents que les tableaux de la laideur. Ceux-ci pourtant ne manquent pas », aussi bien hommes que femmes. Je consacrerai cet exposé à l’homme laid2, dont le prototype dans la littérature médiévale est sans nul doute le personnage de Charon aussi bien dans le roman français d’Eneas, dont la description est selon Wolfgang Brandt3 non seulement la première application du topos de la descriptio sur un homme laid en langue vernaculaire, mais aussi la première dans la littérature narrative du Moyen Age non écrite en latin, que dans l’adaptation allemande du Roman d’Eneas, le Eneasroman de Heinrich von Veldeke. Il y a dans le roman arthurien le vilain du Chevalier au lion de Chrétien de Troyes et le waltman, personnage correspondant dans l’adaptation allemande de Hartmann von Aue, l’Iwein, l’escuiier desavenant, l’écuyer hideux auquel, dans le Perceval de Chrétien, Gauvain ravit son roussin à bas duquel il l’avait jeté, un personnage que reprend évidemment Wolfram von Eschenbach dans son Parzival, auquel il donne Malcreatiure pour nom et dont il fait le frère de Cundrie la surziere, c’est-à-dire la laide demoiselle de Chrétien. Ce personnage réapparaît au début de l’épisode de Salie, juché sur une mauvaise haridelle, dans la Couronne de Heinrich von dem Türlin, un roman post-arthurien de 1230 environ qui a entre autres pour sources le Perceval de Chrétien et le Parzival de Wolfram : c’est ce personnage, qualifié par l’auteur de ackerkneht, de paysan par l’auteur, que j’étudierai à titre d’exemple.

2Dans la Couronne (19346 sqq.), comme chez Chrétien (6674 sqq.) et dans le Parzival (504,7 sqq.), Gawein rencontre un chevalier blessé, que le poète français appelle Gréoréas, Wolfram Urians et Heinrich Lohenis de Rahaz, et le soigne ; après quoi il se révèle que Gawein avait naguère contraint ce chevalier à manger avec les chiens pour le punir d’avoir violé une demoiselle (je reviendrai plus tard sur certains points de la comparaison entre ces différents textes).

  • 4 W. Brandt, art.cit., p. 276.
  • 5 Op. cit., p. 80.

3Comme l’a montré W. Brandt4, si on fait abstraction des sources françaises immédiates des poètes allemands, il est à peu près certain que Chrétien connaissait la description de Charon dans le Roman d’Eneas, que les descriptions de Chrétien n’étaient pas inconnues de Heinrich von Veldeke et que Hartmann et particulièrement Wolfram faisaient des emprunts à Heinrich. Qu’en est-il de Heinrich von dem Turlin ? Connaissait-il les topoi de description présentes dans les œuvres de ses prédécesseurs, toutes fondées sur les préceptes des théoriciens latins et sur les arts poétiques du Moyen Age, en particulier sur le traité de Mathieu de Vendôme ? Citons Edmond Faral5 : « Un portrait complet comprend deux parties et traite successivement du physique et du moral. Pour la description du moral, la règle est assez lâche et d’ailleurs c’est un point qui est souvent négligé. La description du physique obéit à des lois strictes. Souvent précédées d’un éloge du soin donné par Dieu ou par Nature à la confection de sa créature [n’oublions pas qu’il s’agit là d’un corps beau], elle porte d’abord sur la physionomie, puis sur le corps, puis sur le vêtement ; et dans chacune de ces parties, chaque trait a sa place prévue. C’est ainsi que, pour la physionomie, on examine dans l’« ordre la chevelure, le front, les sourcils et l’intervalle qui les sépare, les yeux, les joues et le teint, le nez, la bouche et les dents, le menton ; pour le corps, le cou et la nuque, les épaules, les bras, les mains, la poitrine, la taille, le ventre (à propos de quoi la rhétorique prête le voile de ses figures à des pointes licencieuses), les jambes et les pieds. » Le meilleur modèle de description est comme son sait le portrait que fait Sidoine Apollinaire de Théodoric (Epîtres, I,2,2 ; ve siècle).

  • 6 Op. cit., p. 20.
  • 7 Mathias Lexer, Mittelhochdeutsches Taschenwörterbuch. 3.Auflage 1885, Stuttgart, p. 33.
  • 8 Op. cit, p. 291.

4Pour désigner la laideur, le moyen-haut-allemand n’a, comme le souligne Paul Michel6, pas de mot qui exprime le contraire de schœn de façon généralement neutre. Heinrich utilise d’une part une périphrase antinomyque de schœnheit : aller schœnheit bar (vers 19731), dépourvu de toute beauté, terme, d’autre part le terme de undœre (vers 19621), qui est la négation du contraire dœre = paβlich, tauglich7 (qui convient), c’est-à-dire undœre = unfreundlich ; schmerzlich, unangenehm, unansehnlich, schlecht8 (inamical ; douloureux, désagréable, mauvais). La laideur est désignée par un terme qui implique l’action exercée par la personne ou par l’objet sur le spectateur ou comporte un jugement de valeur.

5Le personnage apparaît pendant que Gawein et Lohenis sont en conversation, et c’est Lohenis qui l’aperçoit en premier : 19603 « Pourriez-vous aller voir si le paysan qui chevauche là-bas voudrait bien me prêter sa haridelle », dit-il à Gawein, qui ensuite, regardant autour de lui, l’aperçoit à son tour. Il n’y a nul jugement de valeur de la part ni de Gawein ni de Lohenis ; ce dernier donne simplement son statut social : « ein ackerkneht » (vers 19603), il s’agit d’un paysan, ou d’un laboureur. Puis, c’est le narrateur qui le qualifie de « jeune homme laid de sa personne et aux vêtements hideux » et qui, intervenant dans son récit, décide de le décrire à partir de sa perspective, qui est aussi celle des deux personnages participant à l’action. De la sorte, la description est intégrée à la narration.

6L’auteur commence par l’impression générale donnée par le paysan : celui-ci est non seulement laid, mais il est d’emblée considéré comme un non-homme : il a la peau verte comme de l’herbe, entremêlée de noir comme celle d’un unkunder, d’un monstre ; ses cheveux sont acérés comme les piquants d’un hérisson, et il en suinte un liquide infect (19627-34).

7Puis la description se poursuit de haut en bas. D’abord la tête, puis le menton, le cou, le torse, le ventre, ensuite les mains et les doigts, enfin les jambes et les pieds, enfin les vêtements et les chaussures. Je cite la traduction que j’ai faite du texte moyen-haut-allemand pour montrer toute l’horreur qui se dégage du personnage :

19635 sqq. « Sa peau luisante était plissée ; elle cachait deux yeux jaunes et ternes qui, bouffis, laissaient écouler du pus. Ses joues étaient plus hautes que les orbites et faisaient saillie au-dessus de ses cils. Ailleurs le visage avait l’air d’avoir été refait, car là il n’y avait pas de chair sur les os. Le sommet de la tête s’avançait en saillie sur le devant comme une corne et de grosses veines noires s’enroulaient tout autour, et elles s’ajustaient si bien l’une a l’autre qu’on aurait juré qu’un filet avait été tendu dessus. Les oreilles étaient retournées comme celles d’un grand chien de garde. [...] L’homme avait des sourcils et des cils hérissés ; son nez était grand et boursouflé, mais on avait du mal à le voir de côté, parce qu’il se trouvait dans une cavité sous le front ; vu de face, il était fort proéminent, plat, tordu et large. De chaque narine sortait une boucle de cheveu ondulée avec une grande suite. Et si elle n’était pas raide on aurait pu la tresser, et des gouttes de la saleté que le corps secrète par le nez y étaient toujours accrochées. Sa bouche était large, ses lèvres minces. Il ne pouvait s’empêcher de continuellement laisser dégoutter contre sa volonté un liquide de sa bouche pardessus sa lèvre. Le liquide lui dégoulinait en permanence sur les poils de sa barbe si bien qu’en dessous sa peau était enflée. Sa barbe donnait l’impression d’avoir été semée sur ses joues, mais pas de façon serrée ; on aurait pu en compter tous les poils ; de plus, ils avaient la longueur d’un doigt et n’étaient nulle part davantage articulés qu’une aiguille acérée. Ses dents étaient partout cassées et rongées ; il n’y en avait plus que quatre, en face l’une de l’autre dans les coins, qui sortaient des gencives à une distance de deux mains ; elles étaient noires et couleur rouille, comme de la résine mêlée rouge et noire ; un chien en aurait bien besoin pour ronger des os plutôt que du pain. Sa tête était grande partout, sauf le menton qui était long et étroit. Le cou était maigre et court ; il était entouré jusqu’à la clavicule de ganglions et, par devant et par derrière, de longues et grosses veines, dont certaines étaient enflées. Tête et cou étaient couverts d’importantes éruptions herpétiques. Devant et derrière il avait deux grosses bosses dont chacune descendait jusqu’aux jambes. Au-dessus sa panse pendait, gonflée d’hydropisie. Elle était enflée et boursouflée ; mais là où le ventre prenait fin, son corps était si fluet qu’on aurait pu l’entourer des deux mains sans trop le serrer. Il avait les bras arqués : il ne pouvait ni les étendre ni les allonger pour se mettre à l’aise, car ils étaient courbés jusqu’aux mains. Quand les vêtements ne le cachaient pas, ils avaient l’air de deux brandons sur lesquels le feu serait passé. Tout son corps était ridé, difforme et dépourvu de toute beauté. Jamais je ne vis mains et doigts plus laids : ils étaient enflés ; sur les mains il y avait une couche de crasse épaisse de bien deux doigts. Je ne pense pas qu’il se soit jamais coupé les ongles : il y avait dessous de la corne putréfiée, qui s’était comprimée et avait durci. Il ne prenait pas non plus soin de la peau recouvrant la racine de ses ongles : la chair avait fini par recouvrir tout l’ongle si bien qu’on ne pouvait voir la partie du milieu qui d’habitude est à nu. De plus, ses jambes étaient longues, maigres et grêles, là où on pouvait les voir à travers les bas-de-chausses, torses, sales et frêles ; les pieds étaient courts et larges si bien qu’on pouvait difficilement distinguer les orteils : ils n’avaient pas d’ongles et étaient en-dessous complètement plats ; à l’arrière les talons faisaient saillie comme deds éperons et se relevaient au-dessus du sol. Les misérables vêtements qu’il portait étaient faits de poils de chèvre et avaient beaucoup souffert d’être constamment portés. Puisque je dois le dire, ils étaient absolument inutilisables. Ses chaussures étaient totalement usées sur les côtés et sur la plante des pieds.

  • 9 Barbara Seitz, Die Darstellung häβilicher Menschen in miltelhochdeutscher erzählender Literatur vo (...)

8On le voit, la laideur du paysan est décrite de façon hyperbolique : c’est une description très réaliste, qui comprend force détails. Ce qui frappe d’abord, c’est la difformité du personnage, mais surtout c’est qu’il est absolument répugnant : des cheveux suinte un liquide infect ; du pus coule des yeux ; des gouttes de morve restent accrochées sur les poils des narines ; de la bouche dégouline en permanence un liquide sur les poils de sa barbe si bien que la peau en dessous est enflée ; de surcroît on constate une éruption herpétique sur la tête et le cou, une épaisse couche de crasse sur les mains, une très grande saleté des jambes. Il n’y a aucune retenue dans cette description : même le ventre qui souvent est escamoté est décrit avec de nombreux détails répugnants. Peut-être faut-il voir dans cette description l’influence de descriptions médio-latines (caractéristiques morbides par exemple)9.

9Le paysan, qualifié de unkunder (de monstre) est plusieurs fois comparé à un animal (un hérisson, un grand chien de garde) pour montrer qu’on n’est plus dans le domaine de la norme, qu’on n’est plus dans l’humain.

  • 10 « so daβ die Person begluckende ethische Integrität (sœligkeit und guole kraft) ausstrahlt », in M (...)
  • 11 Hartmut Bleumer, Die ‘Crône’ Heinrichs von dem Türlin. Form-Erfahrung unci Konzeption eines späten (...)

10Au reste, la description est interrompue par un commentaire centré autour du motif littéraire de Nature : 19656/7 « Natûre hât an ime gespart/ Alle menschlîch art ! » = La nature l’avait privé de toutes les caractéristiques humaines. Ce commentaire est repris et amplifié à la fin de la description à titre de conclusion : 19769 sqq. « Je ne peux rien vous dire d’agréable à son sujet, car Nature l’avait tellement abîmé qu’il en avait fait un monstre. Là où elle aurait dû le traiter comme il faut, elle l’a maltraité ; elle lui a ravi toute humanité et en a fait une contrefaçon, car quiconque pouvait voir en lui quelque trait masculain ou humain, c’est le faux-semblant qui l’emportait. Mais dès que Nature le vit, elle refusa d’être responsable de son existence : ‘Ce n’est pas moi qui l’ai créé’, répéta-t-elle. » C’est Nature, dont traditionnellement on fait l’éloge, qui est responsable de la monstruosité du personnage, le plus laid des hommes, alors qu’elle a aussi créé, sans faire la moindre erreur ou imperfection, Amurfina, la dame par excellence, décrite par Heinrich von dem Turlin (8164-8284) comme la plus belle des femmes, plus belle que Pallas, Junon et Venus (8287-8291). Amurfma, une reine, a mandé Gawein qui la trouve allongée sur un lit d’apparat, et c’est le narrateur qui fait son portrait. La dame a le teint clair, avec des reflets roses, ses yeux sont d’un gris lumineux, ses sourcils sont hauts, sa bouche n’est ni trop grande ni trop petite (ce qu’on peut apprécier dans le baiser, commente le poète !) et d’un joli rose, les dents sont petites, bien blanches et bien lisses, le nez est placé à la bonne place, ni trop bas, ni trop haut, les cheveux blonds qui tombent sur les épaules sont bouclés, le menton et la gorge sont blancs et arrondis, le cou est lisse et pas trop long, ni trop grand ni trop mince, les épaules sont bien proportionnées, ses bras arrondis et pas trop longs, les mains blanches , ni trop épaisses ni trop minces, ses doigts sont fins, longs et agiles, les ongles lumineux comme des miroirs, sous le manteau on voit de jolis seins auxquels on ne peut faire nul reproche ; son vêtement est en soie entremêlée de fils d’or et doublée d’hermine : soie et fourrure brillent d’un clair éclat changant comme celui d’un paon, un galon de zibeline tombe richement du cou jusqu’au sol, le fermoir et les lacets sont en or rouge, au cou elle porte comme bijou un aigle d’or incrusté de rubis, ses cheveux sont couverts d’une parure sertie d’or et de pierres précieuses, sur le devant étincelle une émeraude, à l’arrière de la tête brille un saphir, elle porte deux bracelets ornés de jaspe vert transparent, dont le fermoir est en hyacinthe rouge ; le poète énumère les vertus surnaturelles, protectrices et guérisseuses de chacune de ces pierres précieuses, qui notamment répriment les pulsions mauvaises moralement, si bien que de sa personne émane une « intégrité éthique »10 : « la beauté terrestre d’Amurfma est entourée d’accessoires magiques qui lui prêtent une auréole supraterrestre »11. On le voit, le portrait du paysan difforme et répugnant est comme une réplique inverse et en creux du portrait d’Amurfïna, dont la beauté est surhumaine. En fait, les critères du laid sont l’envers des critères du beau.

11Mais alors que la beauté surnaturelle d’Amurfina éveille chez Gawein un amour irrésistible (elle deviendra l’épouse du héros), ni Gawein ni Lohenis ne semblent être frappés par la laideur inouïe du personnage (et de son cheval) : on ne relève chez eux aucune réaction lorsqu’ils sont confrontés à cette laideur. Il est seulement dit que Gawein est intrigué par « son air aussi étrange » (19950 : durch daz wunder). D’un autre côté, cette laideur sert de repoussoir à Gawein, le héros sans reproche, et à Amurfma, à la beauté parfaite.

  • 12 J’utilise Chrétien de Troyes. Perceval ou le Conte du graal. Traduction inédite et présentation de (...)

12Tandis que la laideur de Cundrie était opposée à une très grande beauté morale, qui lui permettait d’être la messagère du Graal, la laideur extrême du ackerkneht est selon la conception aristotélicienne le reflet d’une âme mauvaise, et ce aussi bien chez Chrétien que chez Heinrich qui, pour ce passage, semble avoir suivi non le texte de son compatriote, mais celui du poète français. En effet, juste avant le passage qui nous intéresse, dans les deux textes, le chevalier blessé prétexte qu’il aimerait, avant de mourir, se confesser et communier auprès d’un chapelain (Chr.6972), d’un einsiedel [...] der ouch ein priester ist (Kr. 19576-77), qui habite tout près d’ici . C’est la raison pour laquelle il demande à Gauvain/ Gawein « le roussin de cet écuyer qui arrive là-bas au trot » (Chr.6982-83)12/ « pourriez-vous aller voir si le paysan qui chevauche là-bas voudrait bien me prêter son roussin à cause des souffrances que j’endure, afin qu’on m’emmène d’ici ? » (Krône 19603-607). C’est à ce moment que dans les deux textes Gauvain/ Gawein aperçoit l’escuiier desavenant (Chr.6986, l’« écuyer hideux »), ein kneht undœre/ lîbes und der kleider (Kr. 19621-22, « un jeune homme laid de sa personne et aux vêtements hideux »). Après la description de l’homme qui, dans le texte français, n’est que de quelques vers (Chr. 6988-6997) et qui dans le texte allemand est très longue (Kr. 19625-786 ; s’y ajoute la très longue description de la monture de l’homme, 19787-948, que Chrétien fait plus loin dans le récit, 7158-7175), Gauvain/ Gawein adresse la parole à l’écuyer, lui demandant où il va (Chr.7012), au ackerkneht, s’enquérant « d’où il venait, où il pensait aller et ce qui l’avait amené à prendre cette route » (19952 sqq.), l’homme lui répond grossièrement, « comme le fait un fripon et un vaurien, fruste et sot » (19960 sqq.) et se répand en injures contre lui et en violentes invectives de telle sorte que Gauvain/ Gawein, exaspéré, le jette de la rosse sur le sol. Pour la suite du récit, Heinrich se sépare de Chrétien. Le poète allemand a, me semble-t-il, tiré le meilleur parti de l’apparition de l’homme laid au moment où le chevalier blessé paraît en avoir besoin. En effet, Lohenis vole son cheval à l’instant précis où Gawein est occupé avec l’ackerkneht (chez Chrétien, comme chez Wolfram d’ailleurs ce n’est que plus tard que cela se passe), si bien l’ackerkneht passe pour le double du mauvais chevalier et que le héros est contraint d’enfourcher la vieille rosse, elle aussi d’une laideur encore plus repoussante et plus difforme que chez Chrétien, affligée qu’elle est de tous les maux et de toutes les maladies possibles, que le poète a donc rendue aussi répugnante que le cavalier. Gawein subit de la sorte une humiliation sans pareille (20068/9 : et déplora qu’on dût le voir dans cet équipage), qui est la vengeance de Lohenis pour la punition humiliante que Gawein lui a fait subir pour lui faire expier son crime, le viol de la demoiselle. La laideur de l’homme et de la bête est ainsi le reflet, voire le symbole de la noirceur de l’âme de Lohenis, qui se sert du ackerkneht survenu comme par miracle pour se venger de Gawein. Mais celui-ci, malgré sa rencontre avec la laideur inhumaine du paysan et avec le mal personnifié, parvient à s’affirmer comme le meilleur chevalier : en effet, malgré sa pitoyable monture, il parvient à vaincre Ansgü, un guerrier que Lohenis avait envoyé pour se venger de lui (20171 sqq.). Et là nous retrouvons le texte de Chrétien (7300 sqq. « Ce est li niés Greoreas,/ Qu’il anvoie ça après toi [...]. Ses oncles li a comandé/ Qu’il te siue tant qu’il t’et mort/ Et ta teste an presant li port » = « C’est le neveu de Gréoréas qu’il envoie ici à ta poursuite [...]. Son oncle lui a commandé de te suivre jusqu’à ce qu’il t’ait tué, et de lui rapporter ta tête en cadeau »).

13En un mot, non seulement Heinrich von dem Turlin connaissait tous les topoi de la description de personnages pour la description aussi bien de la beauté parfaite que de la laideur absolue (pour ce qui est du paysan, il est même allé jusqu’à la limite du supportable, si bien qu’on pourrait y voir, comme le pense Jillings, une descriptio ad vituperium, une parodie consciente des techniques littéraires), mais il a aussi réussi à parfaitement intégrer sa description dans son récit, en tirant un parti astucieux du texte de Chrétien de Troyes. Nous avons dans cet épisode un exemple de la technique de Heinrich, adaptateur intelligent.

Notes

1 Arts poétiques, p. 76.

2 Voir en particulier l’ouvrage de Paul Michel, « Formosa deformitas ». Bewaltigungsformen des HäBlichen un mittelalterlicher Literatur. Bonn 1976 (Studien zur Germanistik, Anglistik und Komparistik, Bd.57), spécialement pp. 55 sqq.

3 Wolfgang Brandt, « Die Beschreibung häBlicher Menschen in höfischen Romanen. Zur narrati-ven Integrierung eines Topos ». In: GRM 35 (1985), p. 258.

4 W. Brandt, art.cit., p. 276.

5 Op. cit., p. 80.

6 Op. cit., p. 20.

7 Mathias Lexer, Mittelhochdeutsches Taschenwörterbuch. 3.Auflage 1885, Stuttgart, p. 33.

8 Op. cit, p. 291.

9 Barbara Seitz, Die Darstellung häβilicher Menschen in miltelhochdeutscher erzählender Literatur von der Wiener Genesis bis zum Ausgang des 13. Jahrhunderts. Diss. Tubingen 1967. Cité par Roy A. Wisbey, in « Die Darstellung des Häβlichen im Hoch- und Spatmittelalter », Deutsche Literatur des späten Mittelalters. Hamburger Kolloquium. Hg. Von W. Harms und L.P.Johnson. Berlin 1975, p. 33, note n° 3.

10 « so daβ die Person begluckende ethische Integrität (sœligkeit und guole kraft) ausstrahlt », in Marianne Gouel, Heinrich von dem Türlin. ‘Diu crône’. Untersuchungen zu Prolog, Epilog und Edelsteinsymbolik. Frankfurt am Main 1993, p. 203.

11 Hartmut Bleumer, Die ‘Crône’ Heinrichs von dem Türlin. Form-Erfahrung unci Konzeption eines späten Artusromans. Tubingen 1997, p. 91: « Amurfinas irdische Schônheit ist von magis-chen Requisiten umgeben, die ihr die Aura des Ûberirdischen verleihen ».

12 J’utilise Chrétien de Troyes. Perceval ou le Conte du graal. Traduction inédite et présentation de Jean Dufoumet. Paris 1997.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540