Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

Aux antipodes du beau geste : le geste laid et inconvenant dans la littérature des xiième et xiiième siècles

Carine Bouillot

Texte intégral

Puisque ele a passe x anz
Einz doit estre bien anseigniee
Et cortoise et bien afeitiee
Chrétien de Troyes, Conte del Graal (vv. 6957-60)

  • 1 J. Cl. Schmitt s’intéresse à la dimension morale de la réflexion sur les gestes en Occident au Moy (...)
  • 2 Par exemple, Hugues de Saint-Victor a consacré, dans la Discipline des novices, de longs développe (...)
  • 3 Sur les pratiques prescrites et les règles d’interaction sociale prônées par les traités de savoir (...)

1La société médiévale apparaît souvent comme une société d’affrontement, distinguant le clerc du laïc, le supérieur de l’inférieur, le croyant de l’incroyant, le courtois du vilain, mais aussi le beau du laid. La littérature narrative des xiième et xiiieme siècles n’échappe pas à cette antithèse et oppose le geste beau et bienséant au geste laid et inconvenant. Les auteurs rejoignent donc sur ce point les moralistes de l’époque qui tentent de définir le beau geste afin de concevoir une discipline du corps et une éducation du geste destinée à rehausser la vertu de l’âme1. La vie quotidienne se trouve ainsi organisée jusque dans ses gestes les plus infimes — hygiène, manière de se tenir, de communiquer et même de se nourrir2 — et l’accent est mis sur un idéal de maîtrise de soi, de mesure, d’harmonie, en somme de contrôle permanent de l’individu sur ses moindres gestes3.

2La diffusion de ces idéaux gestuels s’est faite très largement par la voie du roman courtois qui les met en pratique et prend ainsi le relais des traités, sur un ton autrement moins prescriptif. En effet, les romans se font l’écho de ce désir d’une certaine société, qui cherche à se distinguer par l’élégance de sa vie, le raffinement et la politesse de ses gestes. On rejette alors tout geste intempestif, tout comportement qui manque de délicatesse et heurte les bienséances et la pudeur. Cette réaction contre la vulgarité des instincts élémentaires et la brutalité de certains gestes se développe dans la seconde moitié du xiième siècle pour trouver son plein épanouissement au siècle suivant, c’est la courtoisie.

3En fait, pour comprendre pleinement la courtoisie, il ne faut pas seulement se tourner vers les gestes raffinés qui mettent en pratique ses idéaux, mais aussi s’intéresser à ceux qu’elle rejette, les gestes laids et inconvenants. Levons d’emblée l’a priori selon lequel les fabliaux représentent le monde de la grossièreté et de la vilenie par rapport au raffinement des romans : ce sont précisément les romans qui présentent le plus de gestes laids et inconvenants, beaucoup plus que les fabliaux, beaucoup plus également que les chansons de geste aux héros souvent impulsifs et violents. L’intérêt d’une telle démarche, qui approche la courtoisie à rebours, est de replacer la fiction dans son horizon culturel complet et de saisir la littérature comme mise en scène de toutes les pratiques sociales, englobant les gestes exquis et raffinés, mais aussi ceux qui multiplient les inconvenances, les atteintes au respect, les moqueries et les insultes.

1. Les gestes inconvenants

4Dans la littérature narrative des xiième et xiiième siècles, les gestes inconvenants viennent donner un contrepoint à ceux, élégants et affables, qui correspondent aux prescriptions de la courtoisie.

  • 4 H. Dupin remarque habilement que si l’on s’est toujours et partout salué, le salut courtois "n’est (...)
  • 5 K. Sittl signale que la morale exigeait que l’on descendît de cheval avant de saluer l’empereur ou (...)
  • 6 Conte del Graal, édition F. Lecoy, Paris, Champion, 1975

5Pour les écrivains médiévaux, un personnage courtois ne saurait manquer à l’obligation du salut. Certes, cette pratique n’est pas un trait distinctif de la courtoisie, mais le salut courtois obéit à des règles bien spécifiques4, que les auteurs suggèrent en évoquant les gestes inconvenants qui leur font affront. A l’époque, l’hôte est généralement monté, c’est pourquoi le premier des impératifs du salut courtois consiste à descendre de son cheval devant celui à qui l’on adresse son salut5. Dans le Conte del Graal6, lors de sa première visite à la cour arthurienne, Perceval ignore tout des usages :

(...) li vaslez antre a cheval
An la sale qui fu pavee
Et longue autretant come lee (vv. 902-4)

  • 7 édition D. Queruel et M. Santucci, Genève, Droz, 1994
  • 8 Iseut juge ainsi le comportement de Gauvain : "Certes ci orguel, sour guidance mout grans que cis (...)
  • 9 L’Atre périlleux, édition W. Woledge, Paris, Champion, 1936
  • 10 Le Bel inconnu de Renaut de Baujeu, édition G. Perrie Williams, Paris, Champion, 1983

6Il apparaît ici comme un personnage mal dégrossi et sans manière, aux antipodes d’une société qui prise le geste aimable et distingué. Dans le Tristan en prose7, venu vérifier si la reine de Cornouailles est aussi belle que tous le prétendent, Gauvain ne descend pas à terre pour se présenter devant Iseut (tome VII, I-48). Un tel manquement aux usages accuse le manque d’élégance et l’arrogance de ce personnage, comme le confirment les commentaires outrés d’Erec et Yseut8. Nous devons toutefois nous montrer prudents quant à la notion de geste inconvenant. En effet, il arrive que, pressé par l’urgence d’une situation périlleuse, un personnage ne prenne pas le temps de se conformer à l’étiquette. C’est le cas dans l’Atre périlleux9 où, en pleine fête de Pentecôte, survient une jeune inconnue à cheval (v. 26), ainsi que dans le Bel Inconnu10 où un messager vient avant sor son destrier (v. 72). Dans ces deux cas, nul ne s’indigne de ce manquement aux règles de politesse : c’est que tous comprennent qu’il ne s’agit nullement d’un outrage ou d’un défi, mais bien d’une requête pressée. En effet, la jeune inconnue vient implorer la protection du meilleur chevalier de la cour, le messager requiert de l’aide pour son seigneur.

  • 11 Lancelot en prose, édition E. Kennedy, Oxford, 1980

7Il est beaucoup plus inconvenant et malvenu de se présenter en armes devant celui que l’on salue. En effet, si l’armure est nécessaire face aux périls du voyage, elle devient déplacée à l’intérieur du château et peut laisser croire à des intentions belliqueuses. Ainsi, dans le Lancelot en prose11, un chevalier fait-il une entrée tout à fait inconvenante alors que le roi se trouve à table, il s’agit de Galehaut, le fils de la géante :

Li chevaliers fu armez fors ses mains et sa teste et vient tres devant lo roi, s’espee ceinte, ne salue pas le roi (XLV, Fo 84b)

  • 12 La Mort Aymeri, édition J. Couraye du Parc, Paris, 1984

8Aucun geste, aucune parole de salut : on mesure aisément combien cette attitude passe pour discourtoise, arrogante, voire insultante, à une époque si sensible aux marques de bienveillance. L’auteur de l’Atre périlleux donne à lire une scène similaire : durant le repas royal, un chevalier pénètre dans la salle du château en faisant retentir le fracas de ses armes (v. 168). Tous les convives y voient un outrage, un défi visant à humilier le roi Arthur. L’inconvenance d’un tel comportement apparaît encore plus nettement dans la Mort Aymeri12 : tellement épuisé par le combat rude et acharné qu’il vient de livrer, Aymeri rentre au campement et oublie d’ôter ses armes avant de se présenter devant le roi (v. 2323). Ce dernier ne le reconnaît nullement et reproche au chevalier son comportement insultant

"Vassal, dist-il, vos n’estes pas senez
Qui devant moi vostre espee portez !"(vv. 2323-4)

  • 13 NRCF, édition Noomen et Boogard, tome IV, Assen, Van Gorcum, 1989

9Dans la littérature narrative des xiieme et xiiieme siècles, si un personnage quiert hostel, le maître des lieux se doit de l’accueillir noblement et de lui accorder l’hospitalité. Nul ne songe à déroger à cette obligation qui passe, aux yeux des auteurs, pour l’une des plus grandes vertus. Il est donc à tout le moins rare de voir un personnage refuser l’hospitalité. Tel est pourtant le cas de la dame du fabliau Le Povre Cler13 qui, parce qu’elle attend son amant, referme la porte au nez de celui qui lui demande le gîte (v. 54).

  • 14 Ces petits ouvrages, tel celui de Robert de Blois, conseillaient aux jeunes gens de ne pas cracher (...)
  • 15 Sur la gloutonnerie des héros épiques, voir M. de Combarieu du Gres, "Bonnes et mauvaises manières (...)
  • 16 Le Roman de la Rose, édition F. Lecoy, Paris, Champion, 1965-70, 2 volumes

10A table, les personnages obéissent à des règles de comportement qui proscrivent la gloutonnerie et cherchent à réprimer ce qu’il y a d’instinctif dans le fait de se nourrir. Les auteurs suivent en cela les ouvrages qui prodiguent des conseils de bonne tenue à table, les Contenances de table14. En effet, s’ils permettent au guerrier harassé de se jeter sur la nourriture et parfois même de s’enivrer15, ils montrent très rarement leurs personnages se laisser aller à des gestes grossiers à table. Jean de Meung, dans son Roman de la Rose16, évoque une dame aux mains dégoulinantes de graisse (vv. 1341-3), aux lèvres enduites de sauce (v. 13431) et qui avale goulûment de grandes rasades de vin (v. 13446). Reste que la dame évoquée n’est pas un personnage du roman, mais un contre-exemple choisi par la Vieille pour illustrer son discours où elle prône l’hédonisme des bons repas, mais met en garde contre les gestes gloutons, écœurants pour les autres convives.

2. Gestes inconvenants irrespectueux

  • 17 Cligès, édition A. Micha, Paris, Champion, 1975

11Dans la littérature narrative des xiième et xiiième siècles, on tient pour un geste laid et inconvenant toute attitude irrespectueuse à l’égard d’autrui et notamment à l’égard du roi. En effet, vouloir signifier au roi que l’on ne le respecte pas passe par un geste d’impolitesse, par un comportement aux antipodes de celui attendu par les règles de l’étiquette. Dans Cligès17, parce qu’il méprise son frère Alis qui a usurpé le trône, Alexandre ne s’incline pas comme il le devrait devant un empereur (v. 2442). Dans le Lancelot en prose, afin de le tirer de ses graves pensées concernant Banin de Benoïc, Gauvain s’apprête à secouer le roi Arthur. Conscient de ce qu’un tel geste aurait de déplacé, Keu l’en empêche et Yaert parmi lo braz (XIX, Fo 46b). Cette scène nous permet de mesurer combien, dans le Tristan en prose, le geste dont Néronneus a fait le vœu est laid et inconvenant. En effet, au tout début de l’œuvre, il explique à Lancelot comment, un soir de noces, dans la folie de l’ivresse, il a fait le vœu d’abatre de sele le roi Artu meïsmement (tome I, I-21). Les auteurs des xiième et xiiième siècles jugent donc le fait de renverser le roi comme un geste orgueilleux et laid, qui vise uniquement à humilier celui à qui l’on doit déférence et respect.

  • 18 Ami et Amile, édition P. Dembowski, Paris, Champion, 1987
  • 19 Aïol, édition J. Normand et G. Raynaud, Paris, 1878

12Au compte de ces gestes laids et inconvenants qui accusent l’irrespect de qui les accomplit, nous devons ajouter les gestes qui visent à moquer. Dans Ami et Amile18, mourant de faim, Ami s’en retourne à Clermont pour implorer l’aide et le secours de ses frères. Ceux-ci ne le reconnaissent pas et refusent d’aider un lépreux. L’un d’eux moque alors le pauvre herre en mimant sa requête : Li mainsnez freres se mist a genoillons (v. 2544). Le cadet singe et raille le lépreux, affirmant qu’ils sont tellement riches, grâce à Ami qu’ils ne veulent dilapider la fortune de ce frère aimé. L’auteur d’Aïol19 présente, lui aussi, des scènes particulièrement cruelles où des personnages grossiers se moquent de la pauvreté du héros. Alors qu’il arrive à Poitiers, on raille ses vieilles armes. Un ribaud ivre sort d’une taverne et,

Corant vint a Aïol si l’arestut
Par le frain le sacha par grant vertu (vv.914-5)

13Ce geste est particulièrement grossier : l’ivrogne bloque la progression du chevalier et de son pauvre équipage afin de se moquer de sa monture efflanquée et de lui déverser un flot d’insultes. Un peu plus loin, Aïol se trouve à nouveau victime de railleries concernant sa pauvreté :

Es vous i lecheour tout abevré
Qui en i celier ert tous enivrés
E s’estoit de ses dras tous desnués
Par le frain l’a saisi, si l’a tiré
Que iiii piés ariere le fist passer. (vv. 1021-5)

14La moquerie est encore plus cruelle, le geste encore plus laid : l’homme est nu et tire Marchegai en arrière pour railler la maigreur et la faiblesse de ce cheval qui ne peut avancer à vive allure. En arrivant à Orléans, Aïol supporte encore les mêmes de gestes de moquerie (vv. 2565 et 2688). Dans cette ville, un individu particulièrement grossier va même jusqu’à fouler au pied sa condition de chevalier. A seule fin de le tourner en dérision, il contrefait les gestes de l’hommage vassalique :

Il est sailli en piés devant lui vint
Le pan de son mantel se li tendi,
El puin destre li ploie (...). (vv. 2785-7)

15On a ici l’image d’un société cruelle où, avec des gestes laids et inconvenants, on raille faiblesse et pauvreté comme pour se rassurer sur son propre sort.

3. Gestes d’insultes

16Les gestes d’humiliation et de mépris s’opposent totalement aux convenances qui règlent les pratiques sociales des xiième et xiiième siècles. De fait, ils manifestent toujours de l’irrespect et de l’hostilité pour autrui et peuvent être particulièrement grossiers.

  • 20 Il en va de même dans l’iconographie de l’époque : les représentations des coups de pied donnés à (...)

17La bote, le coup de pied, n’a absolument rien d’élégant et constitue, pour les écrivains des xiième et xiiième siècles, un geste à tout le moins vulgaire. C’est pourquoi, d’une part, ils s’y attardent rarement20, d’autre part, ils ne montrent jamais Tristan, Lancelot, Erec ou d’autres parangons d’élégance lancer des coups de pied. Dans le Conte del Graal, Keu refuse que la prédiction de la Pucelle-qui-n’a-jamais-rit s’applique à Perceval, ce jeune gallois un peu gauche. Il gifle la demoiselle et, entendant un nain railler ce soudain accès de colère,

Si le bota el feu ardant
Del pié par corroz et par ire
Por ce que li sot soloit dire. (vv. 1056-8)

  • 21 Moniage Guillaume, édition W. Cloetta, Paris, 1911-13, 2 volumes

18Nous devons voir dans ce geste l’expression du mépris de Keu pour un être insolent et de surcroît débile, qui a eu l’impudence de railler un chevalier. En effet, cette forme de violence ajoute à l’idée de correction, celle de mépris. Le dédain et l’outrage sont même essentiels dans ce geste laid, et marquent d’un caractère infamant ceux auxquels il s’applique. Tel est le sens qui, dans la seconde rédaction du Moniage Guillaume21, se dégage du coup de pied que le héros, ivre de colère, assène à l’abbé lâche et déloyal qui souhaite se débarrasser de ce grand homme fougueux en l’exposant aux brigands des chemins :

Et d’une bote a consuï l’abé
Encui l’encloistre l’abati tout pasmé (vv. 769-70)

  • 22 Gerbert de Mes, édition P. Taylor, Namur, 1952

19Il en va de même dans Gerbert de Mes22, lorsque Pépin, insulté par Fromont, laisse éclater sa colère et son mépris devant la lâcheté de celui qui ne songe qu’à épargner sa vie :

Li rois fu molt correiz et marri
Por les outrages que Fromons li ot di
L’autre pié hauce si le feri el vis. (vv. 1743-5)

  • 23 Dans NRCF, édition Noomen et Boogard, tome VII, Assen, Van Gorcum, 1993

20N’accusons pas ces hommes de vulgarité, ce serait malencontreux pour le grand guerrier au noble cœur qu’est Guillaume d’Orange. Tout simplement, ils ne maîtrisent pas toujours les impulsions de leur âme fougueuse et se laissent emporter par leur colère à ces gestes violents. Par contre, le comportement du mari du fabliau Berengier au lonc cul23 est bel et bien entâché de vulgarité. Cet individu, anobli par son mariage, ignore tout des valeurs de la chevalerie et méprise sa femme. Jugeant qu’elle ne le sert pas assez rapidement :

Li chevaliers la fiert del pié
Qui mout iert fiers de grant meniere (vv. 116-7)

21Dans la littérature médiévale, on ne saurait agir ainsi avec son épouse sans passer pour un rustre. Le commentaire de l’auteur autour de ce geste laid confirme que nous avons, ici, affaire à un personnage prétentieux et grossier.

  • 24 tome III, édition G. Roussineau, Genève, Droz, 1991
  • 25 Charroi de Nîmes, édition J-L. Perrier, Paris Champion, 1982

22Lorsque les personnages de la littérature narrative des xiième et xiiième siècles veulent signifier à autrui tout leur mépris, ils leur font injure avec des gestes insultants particulièrement laids et grossiers. Dans le Tristan en prose, le bouclier que Morgain demande au héros de porter est destiné à humilier Arthur et Guenièvre, en ce qu’il montre un individu accomplir un geste infamant : il foule aux pieds leur dignité royale en marchant sur la tête de chacun d’eux (tome III, XIX-176)24. Dans le Conte del Graal, le Chevalier Vermeil s’empare de la coupe du roi Arthur et souille la reine en en reversant le contenu sur elle. Prendre la coupe, c’est ravir la souveraineté du roi, autrement dit, faire de lui son vassal. Ce qui choque les bienséances médiévales, ce n’est donc pas tant le fait de voler la coupe que le geste fort vulgaire de souiller la reine, qui sonne comme un affront sexuel. D’ailleurs, couverte de honte, Guenièvre se retire aussitôt dans sa chambre. Dans les œuvres narratives de cette époque, le fait de tirer la barbe d’un homme passe pour encore plus laid et sonne toujours comme une marque d’agressivité. Le païen Otran du Charroi de Nîmes25 se rue sur Guillaume et lui tire barbe et moustaches, signes traditionnels de majesté et de virilité (vv. 1332-3). Ce geste signifie que l’on éprouve pour sa victime ni estime, ni considération, cela revient à tourner en dérision son existence de façon grossière.

  • 26 Roman de Renart, édition J. Dufournet et A. Méline d’après le texte établi par E. Martin, Paris, G (...)

23Vouloir humilier quelqu’un peut passer par des gestes très vulgaires, notamment ceux qui prennent la forme d’une réaction de répulsion, ouvrir la bouche, cracher, souffler. Nous n’avons rencontré aucun de ces gestes parmi toutes les œuvres que nous avons lues. Par contre, le Roman de Renart26 présente un geste qui s’en rapproche, les courtisans extériorisent tout le mépris qu’ils éprouvent pour le goupil en cherchant à l’insulter par ce geste fort laid :

Tex i a qui li getent boe
Et Renart lor a fet la moe. (X, vv. 1365-6)

  • 27 Dans Aïol, les ribauds d’Orléans déversent des ordures sur le héros (v. 2765)

24L’insulte est immense : l’utilisation de la boue, symbole de saleté, ajoutée au geste brutal de jet rabaisser Renart au rang de ce qui répugne27.

  • 28 Il écrit, en effet, dans la Discipline des novices : "Il y a mille masques, mille grimaces, mille (...)
  • 29 Le Chevalier de la Charrette, édition M. Roques, Paris, Champion, 1970
  • 30 Dans NRCF, édition Noomen et Boogard, tome VI, Assen, Van Gorcum, 1994
  • 31 Dans Fabliaux français, édition Ph. Ménard, Paris, Champion, 1980

25Nous atteignons un degré de laideur et de vulgarité encore plus élevé avec les grimaces. Hugues de Saint-Victor juge qu’elles dégradent le visage de l’homme, fait à l’image de Dieu. Pour lui qui voit le visage comme siège de l’expression morale, déformer sa face procède du monstre gestuel28. Dans Cligès, il est question de faire la moe par deriere (v. 4504), dans la Charrette29 et le Conte del Graal, de rechignier, c’est à dire de montrer les dents (v. 5149 et 7707). Dans le fabliau La Sorisette des Estopes30, une petite souris se moque de la gaucherie du mari lors de sa nuit de noces : elle lui fait la lipe et ne cesse de tordre la joe (vv. 124-5). Dans Boivin de Provins31, les souteneurs de Mabille prennent Boivin pour un client qu’ils attendent de détrousser. Celui qui veut avoir le dernier mot en se faisant passer pour l’oncle de la jeune femme,

Vers aus se retourne un petit
Et trait la langue et tuert la joe (vv. 150-1)

  • 32 Voir aussi : I, v. 1093 ; Va, v. 802 ; IX, v ; 2180 et XVI, v. 1354
  • 33 Nous n’avons rencontré nulle part le geste indécent et sarcastique de faire la figue, poing fermé, (...)

26Dans le Roman de Renart, Brun vient, au nom du roi, chercher Renart. Sûr de pouvoir tromper l’ours en parlant de miel, le goupil li fait la lope (branche la, v. 544). Le singe adresse la même grimace à Renart qui apprend qu’il doit comparaître devant le tribunal pour de nombreux forfaits (branche I, v. 13 5 5)32. Pour le Moyen-Age, parce qu’elles défigurent le visage, les grimaces sont incompatibles avec la dignité de l’homme. C’est pourquoi, dans la littérature, elles sont toujours le fait de personnages méchants et mal appris33.

27Dans les œuvres narratives des xiième et xiiième siècles, on peut donc reconnaître les personnages méchants et grossiers à leurs gestes laids et inconvenants qui les placent dans la perspective du Mal et les rapprochent de l’animalité. Dans les romans où ils sont les plus nombreux, ces gestes apportent un contrepoint à la fraîcheur et à la grâce des mœurs courtoises.

28Par ailleurs, le geste laid et inconvenant constitue un repoussoir ambigu : rejeté, condamné, il représente de façon extrême et outrancière une tension constitutive de l’ordre social des xiième et xiiième siècles, cet ordre ne peut, de fait être défini de manière uniforme, mais comme produit d’une diversité contradictoire, un équilibre fragile des forces antagonistes. Les auteurs narratifs en ont pleinement conscience, qui ont intégré quelques gestes laids et inconvenants dans des œuvres où ils louent mesure et bienveillance dans les rapports sociaux. Parce qu’elle combine et superpose des traits de la réalité et des idéaux gestuels, la fiction littéraire exprime au mieux les tensions et les doutes du savoir-vivre médiéval.

Notes

1 J. Cl. Schmitt s’intéresse à la dimension morale de la réflexion sur les gestes en Occident au Moyen-Age. Il montre qu’un des mots les plus importants autour duquel s’organise cette réflexion éthique est modestia, c’est à dire la recherche de la mesure et du juste milieu. Il s’agissait de bannir tout excès et toute vulgarité, cela apparaît dès Macrobe, saint Augustin et Alain (La Raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Idées, 1990, pp. 37-8)

2 Par exemple, Hugues de Saint-Victor a consacré, dans la Discipline des novices, de longs développements consacrés à la régulation du geste selon la dialectique du convenant et de l’inconvenant. La bienséance du geste concerne, à son sens, quatre domaines distincts, le maintien, le rire, l’expression des sentiments et l’attitude à table.

3 Sur les pratiques prescrites et les règles d’interaction sociale prônées par les traités de savoir-vivre médiévaux, Cl. Roussel a consacré un long article : "Le legs de la Rose : modèles et préceptes de la sociabilité médiévale", dans Pour une histoire des traités de savoir-vivre, sous la direction d’A. Montandon, Centre de Recherche sur les Littératures modernes et contemporaines, Clermont Ferrand, 1994.

4 H. Dupin remarque habilement que si l’on s’est toujours et partout salué, le salut courtois "n’est pas aussi banal qu’il l’est devenu depuis, sans quoi, les poètes les romanciers et les conteurs en eussent-ils mis souvent dans la bouche de leurs personnages, et les moralistes eussent-ils tant insisté sur ce devoir, que nous considérons aujourd’hui comme élémentaires ?", (La Courtoisie au Moyen-Age, Genève, Slatkine reprints, 1973, p. 21)

5 K. Sittl signale que la morale exigeait que l’on descendît de cheval avant de saluer l’empereur ou un officier de haut rang (Die Gebärde der Griechen und Römer, Leipzig, 1890, p. 152)

6 Conte del Graal, édition F. Lecoy, Paris, Champion, 1975

7 édition D. Queruel et M. Santucci, Genève, Droz, 1994

8 Iseut juge ainsi le comportement de Gauvain : "Certes ci orguel, sour guidance mout grans que cis chevaliers a faite", Erec lui répond "Or saciés bien que tout li cevalier ne sont mie courtois"

9 L’Atre périlleux, édition W. Woledge, Paris, Champion, 1936

10 Le Bel inconnu de Renaut de Baujeu, édition G. Perrie Williams, Paris, Champion, 1983

11 Lancelot en prose, édition E. Kennedy, Oxford, 1980

12 La Mort Aymeri, édition J. Couraye du Parc, Paris, 1984

13 NRCF, édition Noomen et Boogard, tome IV, Assen, Van Gorcum, 1989

14 Ces petits ouvrages, tel celui de Robert de Blois, conseillaient aux jeunes gens de ne pas cracher par dessus la table, ni dans le bassin qui leur est offert pour se rincer, de ne pas essuyer leurs lèvres à la nappe, de ne pas ressortir un morceau déjà enfourné, de ne pas se toucher le nez, de ne pas plonger leurs mains dans la sauce (cf. S. Glixelli, "Les contenances de table", dans Romania XLVII, 1921, pp. 1-40 et M-G. Grossel, "La table comme pierre de touche de la courtoise : à propos de quelques chastoiements, ensenhamen et autres contenances de table", dans Banquets et manières de table au Moyen-Age, CUERMA, Aix-en-Provence, 1996, pp. 181-95)

15 Sur la gloutonnerie des héros épiques, voir M. de Combarieu du Gres, "Bonnes et mauvaises manières de table dans la Chanson de Guillaume et Aliscans", ibid., pp. 283-99

16 Le Roman de la Rose, édition F. Lecoy, Paris, Champion, 1965-70, 2 volumes

17 Cligès, édition A. Micha, Paris, Champion, 1975

18 Ami et Amile, édition P. Dembowski, Paris, Champion, 1987

19 Aïol, édition J. Normand et G. Raynaud, Paris, 1878

20 Il en va de même dans l’iconographie de l’époque : les représentations des coups de pied donnés à des personnes sont relativement rares, signale F. Garnier (Le Langage de l’image au Moyen-Age, tome 2, Grammaire des gestes, Paris, le Léopard d’Or, 1991, p. 155)

21 Moniage Guillaume, édition W. Cloetta, Paris, 1911-13, 2 volumes

22 Gerbert de Mes, édition P. Taylor, Namur, 1952

23 Dans NRCF, édition Noomen et Boogard, tome VII, Assen, Van Gorcum, 1993

24 tome III, édition G. Roussineau, Genève, Droz, 1991

25 Charroi de Nîmes, édition J-L. Perrier, Paris Champion, 1982

26 Roman de Renart, édition J. Dufournet et A. Méline d’après le texte établi par E. Martin, Paris, Garnier Flammarion, 1985

27 Dans Aïol, les ribauds d’Orléans déversent des ordures sur le héros (v. 2765)

28 Il écrit, en effet, dans la Discipline des novices : "Il y a mille masques, mille grimaces, mille manières de froncer les narines, de retourner et de tordre les lèvres qui dégradent la beauté de la face et l’honnête discipline." cité par J-Cl. Schmitt, op. cit., p. 185

29 Le Chevalier de la Charrette, édition M. Roques, Paris, Champion, 1970

30 Dans NRCF, édition Noomen et Boogard, tome VI, Assen, Van Gorcum, 1994

31 Dans Fabliaux français, édition Ph. Ménard, Paris, Champion, 1980

32 Voir aussi : I, v. 1093 ; Va, v. 802 ; IX, v ; 2180 et XVI, v. 1354

33 Nous n’avons rencontré nulle part le geste indécent et sarcastique de faire la figue, poing fermé, pouce en index et médius. Ph. Ménard qu’il n’apparaît que dans Jaufré (v. 2278) (Le Rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen-Age, Genève, Droz, 1969, p. 694)

Auteur

Université de Paris IV — Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540