Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le beau et le laid au Moyen Âge

Les nobles, sont-ils toujours beaux ? Quelques remarques sur les descriptions de personnages dans les chroniques médiévales de la Péninsule Ibérique

Raphaela Averkorn

Texte intégral

  • 1 Voir pour une vue générale de la Péninsule Ibérique p.ex. Rucquoi, A., Histoire médiévale de la Pé (...)
  • 2 Voir p.ex. Régnier-Bohler, D., Fictions. Dans : De l’Europe féodale à la Renaissance. Ed. par D. B (...)
  • 3 Voir concernant ces aspects surtout L’Hermite-Leclercq, P., L’ordre féodal (xi-xiie siècles). Dans (...)

1Il est intéressant d’analyser le phénomène de beauté et de laideur à partir des chroniques médiévales car il est plus fréquent de traiter ce sujet à partir de la littérature médiévale. Cette étude se concentre sur quelques sources historiques de la Péninsule Ibérique, surtout du xive au xve siècles. Il y a de multiples traités, poèmes et des textes littéraires du Moyen Age qui parlent surtout de la beauté féminine et quelques fois de la beauté masculine.1 Dans le monde médiévale des chrétiens l’idéal de la beauté féminine est souvent décrite de la même manière : la femme doit avoir un teint blanc avec un peu de rosé, des cheveux longs et blonds, des traits fins, un visage long et fin, un nez fin et régulier, des yeux clairs, des lèvres fines et rouges, une taille mince etc. L’idéal du corps masculin est très semblable. L’homme doit être également beau, de plus le corps doit être bien musclé.2 L’Eglise se méfiait toujours de la beauté féminine et de la parure féminine de luxe, qui constituaient la source du vice et du mal, la tentation et la séduction. Donc, selon le canon chrétien la princesse doit être surtout cultivée et charitable.3

  • 4 Behrens-Abouseif, Schônheit 63-79.
  • 5 Voir p.ex. Fietze, Spiegel 105s. et Pizan, Ch. de, Das Buch von der Stadt der Frauen. Ed. par M. Z (...)

2Il est intéressant de jeter un coup d’oeil sur la littérature arabe de la Péninsule Ibérique en ce qui concerne la beauté humaine. On peut constater des différences mais aussi des parallèles. Dans le monde musulmane la femme idéale a également la taille mince, un teint blanc, des lèvres fines et rouges, le nez fin, mais des yeux noirs, les cheveux sont longs mais noirs. On voit que les hommes chrétiens et les hommes musulmans ont des idées semblables en ce qui concerne la figure féminine. On pensait que le visage était le miroir du caractère et de l’âme.4 De toute manière on peut constater, que les hommes médiévales accordaient beaucoup d’importance à la beauté physique et avaient des idées stéréotypées. On note cependant quelques changements au cours des siècles et surtout du côté des femmes. Une femme, Christine de Pizan, voit au xve siècle donc une comptabilité entre la beauté et la vertu. Une femme peut être très belle, bonne, pieuse et vertueuse.5

  • 6 Voir Alfonso X, el Sabio, Las Siete Partidas. Antologia. Ed. par F. Lopez Estrada et M.Th. Lopez G (...)
  • 7 Voiribid., 152s.

3On évoque le physique de la femme également dans des textes législatifs castillans du Moyen Age. Citons par exemple seulement quelques paragraphes tirés d’une oeuvre très fameuse, les "Siete Partidas" du roi Alphonse X, le Sage (+ 1284) de Castille, qui soulignent l’importance de la beauté féminine non seulement en ce qui concerne le domaine privé mais aussi le domaine publique.6 Dans la deuxième "Partida, Titulo 6, Ley 1, 2" Alphonse parle des devoirs du roi et évoque également ses relations avec son épouse et ses enfants. Le divorce n’est pas prévu pour un mariage royal et pour cela le roi doit bien faire attention en choissant une épouse convenable. La femme doit être issue d’un lignage noble, doit être belle, bien cultivée et riche. Le roi pense qu’un mari aime sa femme autant plus si elle est très belle. De plus si la femme est belle, leurs enfants communs seront plus beaux. Et Alphonse souligne que la beauté est indispensable pour les enfants d’un roi car ces enfants royaux doivent être différents des enfants des autres.7

***

  • 8 Loyasa, J. de., Cronica de los reyes de Castilla. éd. par A. García Martínez. Murcia 1982, p.ex. 7 (...)

4En regardant un bon nombre de chroniques castillanes et catalanes, on peut en tirer quelques indications concernant les descriptions des personnages. Il faut donc analyser quelques exemples significatifs afin de distinguer des différentes types de chroniques. Dans un grand nombre de chroniques du haut moyen âge castillan les femmes nobles et parmis elles surtout les reines, sont seulement mentionnées par leurs prénoms et évoquées uniquement dans leur fonction d’épouse, de mère et à la rigeur de reine comme femme politique. On donne un peu plus d’importance aux reines-veuves qui agissent temporairement comme régentes pour un fils mineur. Mais on peut souligner qu’assez souvent le scribe donne un portrait stéréotypé du roi ou du prince en évoquant sa beauté physique. La beauté masculine, surtout celle d’un roi, a une valeur significative.8

  • 9 Loyasa, Crónica 162 : "(...) iltustris regina dompna Maria mater prefati regis Fernandi et domina (...)

5Dans d’autres chroniques du xiiie et xive siècles les femmes nobles, surtout des reines ou des régentes, sont mentionnées comme personnes actives qui se mêlent à la politique comme la régente Marie de Molina, veuve du roi Sanche IV, mère de Ferdinand IV et grand-mère d’Alphonse XI. Le chroniqueur Jofré de Loaysa ne mentionne pas le physique de la reine et régente mais lui attribue surtout un bon sens politique ce qui était le plus important à l’époque. Selon lui, Marie était une femme noble et vertueuse et très intelligente, prudente et très douée pour regner.9 L’auteur ne parle pas du tout de la beauté de la reine, mais souligne par contre l’importance des actions politiques de Marie qui gouvernait le royaume pour son fils mineur. Donc, les lecteurs ont une idée du caractère de la reine mais pas de son physique. L’intérêt de l’auteur ne porte donc pas sur les apparences physiques des femmes ou même des hommes nobles, mais d’abord sur les évènements politiques et le sort du royaume.

  • 10 Gran Crónica de Alfonso XI, éd. par D. Catalán (Fuentes Crônisticas de la Historia de España) 2 vo (...)

6Il est intéressant de voir que le chroniqueur décrit le plus souvent des reines et des princesses seulement comme des objets des traités de mariage. On pense seulement au devoirs dynastiques de la femme en question. L’auteur décrit la princesse comme jeune fille noble, comme épouse d’un roi ou d’un prince et comme mère modèle. Cette attitude se retrouve par exemple dans la "Gran Crònica de Alfonso XI" du xive siècle, qui mentionne des femmes nobles comme la reine Marie de Molina en tant que veuve, mère et régente. De même l’épouse du roi Alphonse, Marie de Portugal, doit remplir ses devoirs dynastiques et donner un héritier à la couronne. Donc, le physique des ces femmes a évidemment aucune importance pour l’auteur. Par contre, afin d’expliquer l’amour du roi pour la noble dame d’Andalousie, Dona Leonor de Guzmán, le chroniqueur parle de la beauté ravissante de la concubine.10

  • 11 Gran Crónica de Alfonso XI, II, 99 : "(...) e porque aquella dona Blanca era perlatica, el rrey de (...)

7Au xive siècle, il y a aussi des exemples, qui prouvent que les princesses n’étaient pas toujours belles, que les chroniqueurs avaient un certain sens pour la réalité. Dans la même chronique mentionnée ci-dessus, l’auteur raconte l’histoire d’une princesse castillane handicapée. L’auteur a l’intérêt de mentionner ce défaut car le fiancé de cette princesse malheureuse, le fils du roi de Portugal, avait bien peur que sa future épouse ne pourrait pas lui donner des enfants sains, ce qui était le premier but d’un mariage princier.11

8En regardant les chroniques catalanes du xiiie et xive siècles, on trouve d’un côté les mêmes types de descriptions des personnages comme dans l’historiographie castillane, d’autre part on peut constater que quelques chroniqueurs avaient déjà abandonné le champs traditionnel. Ces chroniques-là nous offrent une technique du portrait humain qui fait penser à la tradition classique de l’Antiquité et à la naissance de l’individualité au cours de la Renaissance. Dans ce type de chronique, l’auteur ne parle pas seulement des reines comme épouses modèles ou comme femmes bonnes, vertueuses et pieuses mais donne également une impression de la physionomie de ces femmes. Il faut donc se demander pourquoi agit-t-il de cette manière ? Dans le cas des chroniques des historiographes comme Muntaner ou Desclot on peut constater qu’ils étaient liés à la famille royale et connaissaient donc personnellement quasi tous les personnages dont ils parlaient. De plus, ils étaient des partisans fervents de ces familles royales et voulaient leur consacrer une chronique ou avaient réçu l’ordre d’écrire une telle oeuvre afin de glorifier la maison royale d’Aragon. De plus, ces historiographes écrivaient pour la plupart l’histoire soi-disant contemporaine.

  • 12 Voir p.ex. Desclot, B. Crònica. Ed. par M. Coll i Alentorn. Barcelona 2ième éd. 1992 (Les millors (...)

9Bernat Desclot, un fonctionnaire du roi d’Aragon et scribe dans la chancellerie royale, écrivait sa chronique entre 1282 et 1288. Il mentionne les filles des rois en donnant seulement leurs prénoms.12 Il ne parle pas de leur physique et leur caractère. On a l’impression que dans son oeuvre les femmes ne sont pas des individus, elles sont seulement des objets de la politique et des garants d’une politique matrimoniale. Donc, l’évocation des femmes nobles sert principalement pour donner l’arbre généalogique de la famille royale.

  • 13 Desclot, Crònica 50 concernant l’amante : "(...) e qui amava una dona de gran paratge molt bella, (...)

10Mais on trouve quand même des exceptions. Par exemple, quand Desclot parle du roi Pierre I d’Aragon (+1213) qui trouvait la mort dans la batalle de Muret et qui vivait dans un mariage malheureux avec Marie de Montpellier, le chroniqueur ne décrit pas la physionomie de la reine qui est seulement présentée comme bonne et pieuse. Mais le roi avait une amante dont Desclot évoque la beauté pour expliquer l’amour du roi envers cette femme. L’historiographe catalan mentionne également la légende de l’impératrice allemande, fille du roi de Bohème, qui a été faussement accusée d’un crime et plus tard sauvée par le comte de Barcelone. L’impératrice n’avait pas commis adultère mais en fait était tombée amoureuse d’un jeune chevalier, qui était très beau, jeune et quasi encore un enfant. L’impératrice est très belle, bien instruite et issue d’une famille royale.13 Sa déscription correspond donc tout à fait aux propos du roi Alphonse X de Castille.

  • 14 Desclot, Crònica 71 : "Aquest rei En Jacme d’Aragó fo lo pus bell hom del món, que ell era major q (...)
  • 15 Desclot, Crònica 119 : "(...) e llur germana dona Maria, qui era donzella e qui era una de les pus (...)
  • 16 Desclot, Crònica 133 : "(...) e una sua filla, molt bella donzella."

11Il se trouve également une autre parallèle quant aux chroniques castillanes de la même époque. Desclot croit que le roi lui-même doit être beau et de plus, il mentionne ce fait en donnant un portrait de la physionomie du roi Jacques I. (+1276) d’Aragon dit le Conquérant. Dans beaucoup de chroniques ce roi est régulièrement décrit comme le prototype d’un chevalier idéal. Son portrait le prouve : selon ses chroniqueurs Jacques était l’homme le plus beau du monde. Il était très grand, avait un corps parfait et musclé, des cheveux longs, bouclés et d’une couleur dorée, un visage parfait, etc.14 La fille du roi Jacques, Marie, est également décrite comme une princesse très belle.15 Son portrait correspond à un stéréotype de l’époque, on en trouve d’autres exemples comme celui d’Eléonore, la fille du roi Alphonse X le Sage de Castille.16 Dans ces cas-là, on peut supposer que le chroniqueur avait rencontrer personnellement ces princesses et pouvait ainsi les décrire directement tandis que par exemple la mère du roi Jacques I était décédée longtemps avant la rédaction de la chronique.

  • 17 Muntaner, R., Crònica. Ed. par M. Gusta. 2 vol. 4ième éd. Barcelona 1991-1994. (Les millors obres (...)
  • 18 Muntaner, Crònica I, 153 : "(...) així ho podem dir de madona la reina ; que de madona santa María (...)
  • 19 Muntaner, Crònica II, 44 : "(...) que ben pot horn dir que anc tan bell pareil de marit e de mulle (...)
  • 20 Muntaner, Crònica II, 65 : "(...) e que li dava sa filla per muller, madona Elionor, qui era e és (...)
  • 21 Muntaner, Crònica I, 35 : "(...) la quai filla del dit comte de Foix havia nom madona Esclarmunda, (...)

12Le catalan Ramón Muntaner (1265-1336), qui avait fait une grande carrière militaire et politique à la cour des rois d’Aragon, des rois de Majorque et des rois de Sicile, écrivait à la fin de sa vie sa fameuse chronique. Comme Desclot il connaissait personnellement la plupart des personnages dont il parlait. Muntaner mentionnait donc fréquemment la physionomie de beaucoup de nobles contemporains. L’incarnation de son idéal de femme et de la beauté était la reine Constance d’Aragon, la fille du roi Manfred de Sicile, lui-même fils de l’empereur Frédéric II (+1250).17 Muntaner la compare toujours avec la Sainte Vierge et la trouve très belle.18 Une autre femme qui représente un idéal de beauté est Blanche d’Anjou, l’épouse du roi Jacques II d’Aragon (+1327).19 Mais pas toutes les femmes mentionnées par Muntaner sont belles. Muntaner est donc réaliste, et en ce qui concerne ces femmes, il apprécie surtout leur caractère et leur intelligence comme dans le cas de la soeur de Blanche, Eléonore d’Anjou20 ou celui de la reine Esclarmonde de Majorque.21

  • 22 Muntaner, Crònica II, 155 : "E no fo meravella si en fo enamorat, que aquesta era bella, pus bella (...)
  • 23 Muntaner, Crònica II, 163 : "(...) con madona la reina sa àvia hac con lo veé així graciós e bon, (...)
  • 24 Muntaner, Crònica II, 163 : "Que féu-se venir la neboda del rei de Xipre, que pres per muller ; la (...)

13Par contre, une autre jeune princesse, Isabelle de Morée, correspond tout à fait à son ideal de la beauté féminine. De plus elle était l’épouse de Ferdinand de Majorque, un ami personnel de Muntaner. Isabelle qui se marie à quatorze ans, est d’une beauté splendide et de plus intelligente. Son fiancé Ferdinand tombe donc amoureux sur le coup et dès la première rencontre on constate le coup de foudre.22 Malheureusement, elle mourut en 1315 en couches après avoir donné la vie à un petit garçon. Muntaner qui était présent, accompagnait lui-même en bateau le bébé chez sa grande-mère, la reine Esclarmonde de Majorque, qui se trouvait à l’époque à Perpignan. Celle-là, il l’a décrit alors comme une femme âgée ayant un beau visage tandis que quand elle était encore jeune, il n’avait pas remarqué sa beauté.23 Le veuf d’Isabelle, le prince Ferdinand de Majorque, se remaria peu de temps après avec une autre princesse, la nièce du roi de Chypre. Elle est décrite comme une femme très belle, bonne et intelligente qui avait juste quinze ans au moment du mariage.24

  • 25 Muntaner, Crònica II, 199 : "E aquest senyor infant N’Anfos hac per muller una de les pus gentils (...)
  • 26 Muntaner, Crònica I, 41 : "Con siats cert que anc no nasqué fill de rei qui fos de tan alt cor, ne (...)

14Il est intéressant de voir que Muntaner attribue un bon caractère pieux et intelligent quasi à toutes les femmes de la maison royale tandis que seulement quelques femmes sont belles. Par exemple, il décrit la première épouse du futur roi Alphonse IV d’Aragon, Thérèse d’Entenza, la mère du roi Pierre IV comme très gentille, intelligente, pieuse et surtout riche mais il ne mentionne pas sa beauté ce qui fait penser qu’elle n’était pas trop belle.25 Mais il ne faut pas oublier les hommes. Ramon Muntaner décrit également des hommes beaux comme le roi Pierre II d’Aragon (+1285), le mari de Constance, qui représente pour lui l’idéal de la beauté chevaleresque.26

***

  • 27 Pere III el Ceremoniòs, Crònica. Ed. par A. Cortadellas. Barcelona 1995 (Les millors obres de la l (...)

15Maintenant il faut évoquer quelques changements qui avaient lieu au cours du xive et surtout au xve siècles sur des niveaux différents. La chronique du roi Pierre IV, dit le Cérémonieux (1336-1387), nous en donne un très bon exemple.27 Dans sa propre chronique, qui constitue l’autobiographie du roi, il ne parle presque pas des femmes de sa famille et mentionne donc pas la beauté des femmes, ni de sa mère ni de ses quatre épouses. Il évoque juste la naissance de ses enfants. Le roi ne donne pas trop de détails concernant sa vie privée, au premier plan de son récit figure la vie politique. Pierre qui était connu comme un homme qui aimait s’occuper de l’administration et de l’organisation des affaires politiques, ne se trouve plus dans la tradition des chroniqueurs catalans des années passées qui suivaient les traces des troubadours et louaient la beauté de ses protagonistes. Si on veut savoir un peu plus des sentiments et des pensées du roi, il faut regarder ses lettres qui constituent un miroir un peu plus intime de la vie privée de la famille royale. Le roi Pierre IV d’Aragon écrivait en 1348 une lettre à un de ses fonctionnaires dans laquelle il parle de son projet de remariage après le décès de sa deuxième épouse, Eléonore de Portugal, qui fut atteinte de la peste et en mourut peu après.

  • 28 Epistolari de Pere III. Vol 1, éd. par R. Gubern. Barcelona 1955 (Els nostres classics, Col.lecció (...)

16Pierre décrit dans cette lettre quelques princesses de Navarre et de Sicile qui se trouvaient sur sa liste des candidates. En ce qui concernait le physique des princesses, le roi était tout a fait réaliste. Il savait que la princesse Blanche de Navarre n’était pas une beauté, donc il n’ajoute plus rien sur ce fait. Par contre, les trois princesses siciliennes étaient si laides qu’il en donnent des détails. Le visage d’Eléonore de Sicile, qui avait déjà vingt et un ans et était donc assez agée pour l’époque, était extrêment laide, sa peau avait des taches, de plus le visage était déformé par des pustules. Eléonore avait des cheveux noirs et un corps très maigre. La princesse ne correspondait donc pas du tout à l’idéal de la beauté féminine du Moyen Age. Le roi le savait mais il était réaliste et homme politique et ne suivait donc plus la tradition des siècles antérieurs qui connectait la laideur féminine avec des vices et le mal. L’autre soeur, Euphémie, était assez grasse et on ne pouvait plus rien dire de sa beauté. De plus elle avait seulement quatorze ans et était donc trop jeune pour le roi. La troisième soeur Blanche avait le nez très grand. Finalement le roi Pierre IV se maria avec l’infante Eléonore de Sicile, malgré les rumeurs concernant sa laideur. Finalement, le fait qu’Eléonore était la fille ainée du roi de Sicile et en cas de la mort sans succession de son frère la future héritière du royaume était plus important pour le roi que la laideur de la future épouse. Eléonore devenait en fait une reine remarquable avec un grand intérêt pour les affaires politiques.28 Donc, au xiv et xve siècles, au moins au niveau de la correspondance privée et dans les oeuvres historiographiques inspirées par les idées de la Renaissance, on se montrait plus réaliste en ce qui concernait la beauté de la femme.

***

17Mais il faut souligner qu’on trouve des changements de ce type non pas seulement dans les lettres privées mais également et cela est plus important car il concerne tout un genre historiographique, dans les chroniques de l’époque dont les auteurs ont été influencés par la Renaissance. Déjà aux siècles passés, les chroniqueurs avaient parlé de temps en temps des personnes nobles et laides. Mais dans la plupart des cas, ces descriptions étaient liées à une interprétation déterminée concernant le caractère et l’attitude morale de la personne concernée. Les nobles laids avaient donc dans la plupart des cas un caractère mauvais, étaient vicieux et représentaient quelques fois même l’incarnation du mal pour contraster avec les personnes belles qui avaient un caractère bon et pieux.

  • 29 López de Ayala, P. : Crónicas. Ed. par J.-L. Martin. Barcelona 1991, 9 : "E fue este rey don Alfon (...)

18A la fin du xive et au xve siècles il y a des chroniques castillanes, qui suivent le modèle catalan et parle d’une manière plus détaillée de la physionomie des nobles comme par exemple dans les chroniques des rois de Castille. Il faut seulement mentionner quelques exemples. Pere López de Ayala (1332-1407), chancellier du roi de Castille et un des plus fameux historiographe, avait connu plusieurs rois de Castille. Son ancien maître, le roi Pierre le Cruel (+1369), fut finalement tué par son demi-frère et futur roi, Henri II de Trastamara. Chancellier sous les rois de la maison de Trastamara, Ayala écrivait également une chronique sur les faits de Pierre le Cruel en donnant des portraits humains des plus importants personnages de l’époque. Ainsi il parle également de la physionomie du roi, de ses épouses et amantes. D’abord Ayala donne le portrait du père de Pierre, Alphonse XI, qui n’était pas très grand, mais il avait une bonne figure pleine de force, etc.29

  • 30 Ayala, Crónicas 60 : "(...) doña María de Padilla, que era una doncella muy fermosa (...)."
  • 31 Ayala, Crónicas 67 : "(...) la dicha doña Blanca de Borbón su esposa, que era en edad de diey e se (...)
  • 32 Ayala, Crónicas 85 : "E esto les envió dona Maria de Padilla con bondad ; ca non le placia de much (...)
  • 33 Ayala, Crónicas 101 : "E que esta doña Juana mujer bien fermosa, e el rey decía que quería casar c (...)
  • 34 Ayala, Crónicas 434.

19Marie de Padilla, qui était l’amante du roi Pierre et mère de ses enfants, est décrite comme une femme très belle.30 Ayala critique le comportement de Pierre envers son épouse légitime, Blanche de Bourbon, qui fut probablement plus tard assassinée par ordre du roi, était également une beauté. Elle n’était pas seulement belle, mais aussi jeune et issue d’une famille de la haute noblesse, donc destinée à être reine.31 Ayala qui écrit ses chroniques en tant que fonctionnaire de l’ancien ennemi du roi Pierre, son demi-frère Henri, plaint le sort de Blanche. Mais également il ne décrit pas Marie comme une femme vicieuse, mais comme pieuse et bonne.32 Egalement la deuxième épouse, Jeanne de Castro, délaissée comme la première directement après les noces, est qualifiée comme très belle.33 Donc toutes les trois femmes, la première et la deuxième épouse et l’amante sont finalement les victimes du maudit roi Pierre. En ce qui concerne le roi lui-même, Ayala le décrit d’une manière tout à fait naturelle. Le roi était assez grand, avait un visage rosé et blanc et il bégayait un peu en parlant.34

20Il faut remarquer qu’Ayala connaissait personnellement tous ses acteurs et pouvait donc les décrire facilement. Contrairement à Desclot et Muntaner, qui connaissaient également ses protagonistes, la physionomie n’était pas trop intéressant pour Ayala. Il donne beaucoup plus d’attention à la description du caractère de ses personnages et de ses moeurs et habitudes. Il nous montre leurs défauts et leurs valeurs intérieures. Ces portraits psychologiques sont donc plus évalués que celui de Desclot et de Muntaner.

  • 35 Palencia, A. de, Crónica de Enrique IV. 3 vol., éd. par A. Paz y Melia. Madrid 1975 (Biblioteca de (...)

21Un autre exemple montre clairement les possibilités propagatrices dont disposait un chroniqueur comme l’historiographe Alonso de Palencia, un contemporain du roi de Castille, Henri IV (+1474), et fervent partisan de la reine Isabelle la Catholique, la demi-soeur du roi. Palencia donne une description en noir et blanc de cette époque en peignant Isabelle comme la bonne reine tandis que le roi Henri IV et sa deuxième épouse Jeanne de Portugal représentent par contre l’incarnation du mal. Palencia croit que les idéaux décrits par le roi Alphonse X sont toujours en vigueur en ce qui concerne le comportement des rois. Selon ces avis le roi doit se soigner, doit être sain et propre et doit se vestir bien. Le portrait que Palencia donne du roi Henri IV ne correspond pas du tout à cet idéal. Le physique du roi lui paraissait dégoûtant. Le roi ne tient pas son corps et ses vêtements propres. Il porte des vêtements déchirés et de plus, ce qui est pire selon l’avis de Palencia, il aime le style des arabes. Le roi n’aime pas les robes de luxe, porte toujours des vêtements en coleurs sombres, des chaussures simples et souvent déchirées. Le portrait du roi donné par Palencia, nous montre un personnage laid avec des yeux noirs, les lèvres très fines et sans sourire, un nez déformé à cause d’une chute dans la jeunesse qui fait que le roi paraissait à un singe. Le visage fut selon Palencia qui suit dans ce point les traditions médiévales, un miroir des vices du roi. Henri IV avait par contre des cheveux beaux mais il les couvrait avec des bonnets laids à la mode des arabes. Il était grand et avait aussi des pieds assez minces qui correspondaient à l’idéal de la beauté de l’époque mais parce que ses vêtements étaient tellement laids, on ne remarquait pas ses qualités corporelles.35

  • 36 Palencia, Crónica I, 75 concernant Jeanne de Portugal : "(...) pues la juventud había hallado reci (...)

22La deuxième épouse du roi, Jeanne de Portugal, et ses dames sont par contre l’incarnation de la beauté mais aussi du luxe et des vices ce qui correspond également à la tradition médiévale appliquée par l’Eglise. Ces dames portugaises introduisaient à la cour castillane une mode de s’habiller qui paraissait à Palencia sans morale. Les femmes se maquillaient beaucoup et portaient par exemple des talons hauts et des robes avec des décolletés qui laissaient voir les seins. Et elles avaient beaucoup d’amants, toute la journée elles entretenaient des conversations galantes.36 Il faut juste ajouter que Jeanne de Portugal était la mère de la princesse Jeanne dite la Beltraneja, parce que la cour castillane pensait que son père était le courtisan Beltran de la Cueva et non pas le roi Henri IV. Ces deux portraits nous donnent donc une impression assez réaliste mais également très hostile et uniquement de la perspective du chroniqueur.

  • 37 Crónica anónima de Enrique IV de Castilla, 1454-1474. (Crónica castellana). Ed. par M. P. Sánchez- (...)
  • 38 Crónica anónima II, 492 : "Esta fue une de las hermosas mugeres que en su tiempo huvo (...)."

23Le chroniqueur anonyme d’Henri IV de Castille donne un portrait semblable mais pas tellement négatif du roi en mentionnant aussi les défauts corporels du roi qui était grand, avait un corps bien proportionné, des cheveux blonds, le nez un peu déformé à cause d’une chute dans la jeunesse, etc. De plus le roi était toujours mal vêtu.37 Ce chroniqueur parle également de la reine Jeanne qui à son avis a porté du malheur au royaume. Mais il l’a décrit comme une beauté.38

***

  • 39 Voir p.ex. Castelnuovo, E., Das künstlerische Portrait in der Gesellschaft. Frankfurt 1993.

24Au cours du xve siècle nous trouvons en Castile un nombre assez important de biographies de nobles. Ces personnages-là avaient découvert l’importance de l’historiographie quant à la description et valorisation de leurs faits chevaleresques. Ce n’est plus seulement le roi qui est l’objet d’une biographie, mais les nobles emploient eux-mêmes des écrivains qui doivent composer la "vita" de leur maître en imitant le modèle royale. Très souvent il s’agissait de personnages qui avaient occuper des postes très importants à la cour royale et qui avait participé directement au pouvoir. Mais d’un moment à l’autre ils sont tombés en disgrace et avaient perdu leurs privilèges. Donc, ils avaient naturellement très peur, qu’on ne leur donne plus un portrait assez favorable dans les chroniques officielles. De plus, ils avaient une conscience de soi très solide qui leur permettait de penser qu’ils méritaient bien une chronique ou une biographie. De plus, au xve siècle nous trouvons beaucoup de signes de l’individualité. Donc les individus et leur représentation deviennent de plus en plus importants, ce qui se peut voir par exemple dans le nombre croissant de portraits individuels dans la peinture et naturellement dans l’historiographie.39 Pour ne pas dépasser le cadre de cette étude, il est seulement possible d’analyser quelques exemples significatifs.

  • 40 Díaz de Games, G., El Victorial. Ed. par R. Beltrân Llavador. (Clásicos Taurus 25) Madrid 1994.
  • 41 Díaz de Games, El Victorial 256 : "Este cavallero hera fermoso e largo de cuerpo. No muy alto, ni (...)
  • 42 Díaz de Games, El Victorial 259 : "Esta dueña hera fermosa, e rica, e de buen linaje." ; ibid. 264 (...)
  • 43 Díaz de Games, El Victorial 392 : "Este cavallero avía su muger, la más fermosa dueña que entonçe (...)
  • 44 Díaz de Games, El Victorial 486 : "(...) porque ella hera tan generosa como ninguna de las reynas (...)

25A la fin de sa vie, le comte de Buelna, Pero Niño, dit "El Victorial", fit écrire l’histoire de sa vie.40 Naturellement, l’écrivain Gutierre Díaz de Games, le secrétaire du comte, donne un portrait très favorable de Nino et présente aussi en détail le physique du comte.41 Par contre, les descriptions concernant les deux épouses comportent beaucoup moins de détails et se limitent juste à évoquer que Constanza était belle, riche et issue d’une bonne famille de la noblesse, ce qui correspond à un stéréotype.42 C’est uniquement le comte qui se trouve au centre du récit, la vie de ses épouses n’est pas intéressant pour l’auteur. Par contre, il est intéressant de voir que la physionomie de l’amante et future fiancée du comte de Buelna, la noble dame française, Jeanne de Bellengues, est décrite d’une manière détaillée. Elle était très belle, intelligente, de bonne famille et très riche.43 L’auteur raconte aussi la très émouvante histoire d’amour entre Pere Niño et son deuxième épouse, Béatrice de Portugal, une parente du roi de Castille. Mais on ne parle pas du physique de cette dame et dit seulement qu’elle a beaucoup de vertus, qu’elle est très riche et issue d’une famille de la haute noblesse.44

  • 45 Crónica de don Alvaro de Luna. Ed. par J. de Mata Carriazo. Madrid 1940. Voir pour Luna aussi Roun (...)
  • 46 Crónica Luna 207 : "Don Alvaro de Luna, maestre de la Orden e caballeria de Sanctiago, e condestab (...)

26Une autre fameuse biographie du xve siècle fut consacrée à Don Alvaro de Luna (1388-1453) et écrite très probablement par son sécretaire Gonzalo Chacon.45 Alvaro de Luna fut pendant des années l’homme de confiance du roi Jean II de Castille (+1454) et fut regardé par ses contemporains l’homme le plus puissant du royaume. Finalement, il tomba en disgrâce et fut décapité. Son biographe et fervent partisan nous donne un portrait très favorable de son personnage qui à son avis était l’incarnation du chevalier modèle. Donc, Luna était beau comme tout.46 Mais il faut souligner qu’au xve siècle, le chroniqueur ne donne plus uniquement un portrait idéalisé mais par contre offre une vue assez réaliste qui permet également d’évoquer les petits défauts corporels du protagoniste. Le personnage est beau mais non plus uniquement selon le canon idéal des siècles antérieurs, mais d’une manière individuelle.

  • 47 Pérez de Guzmán, F., Generaciones y semblanzas. Ed. par J. Dominguez Bordona. Madrid 1979, 11-19.
  • 48 Voir ibid., 47-50.

27Un historiographe qui représente déjà le nouveau style, c’était Fernán Pérez de Guzmán, un noble castillan, qui après avoir expérimenté des échecs politiques, se retirait de la cour castillane pour consacrer son temps aux études. Dans ces "Generaciones y semblanzas" il nous donne la première oeuvre du genre "collections de biographies de personnages importants" qui date de la première moitié du xve siècle. Il connaissait la plupart d’entre eux personnellement. Il donne des portraits des rois, d’une reine, des nobles et des prélats et dans la plupart des cas il évoque également la physionomie des personnages d’une manière très réaliste et neutre, sans y mêler ses sentiments personnels. Par exemple, il décrit le roi Henri III de Castille comme une personne d’une taille moyenne avec la peau blanche et les cheveux blonds, un corps assez malade etc. Son épouse la reine Cathérine est mentionnée comme une femme grosse, corpulente, de taille très grande, des cheveux blonds, la peau blanche. En resumé il dit qu’elle semblait plus à un homme qu’à une femme, surtout en comparaison à son mari fragile et malade.47 De cette manière Pérez de Guzman donne des portraits de tous ces protagonistes, on évoquant leur physionomie, leur caractère et leurs carrières professionnelles. Si un noble est laid, il le dit franchement, comme par exemple dans le cas du maître de Calatrava, Don Gonzalo Nunez de Guzmân.48 Il dit que son visage était très laid, qu’il avait un corps très corpulent et un cou très court, mais qu’il était toujours de bonne humeur et avait un bon caractère. Donc en décrivant cet homme, l’historiographe souligne que ce personnage avait malgré sa physionomie peu favorable un bon caractère et était une des plus importantes personnes de son époque. Cette attitude ne correspondait plus aux idées des siècles passés et fait penser à la valorisation de l’individualité au cours de la Renaissance.

***

28En tant que résumé de cette étude on peut souligner quelques faits. Les exemples analysés répondent clairement à la question posée au début. On trouve des nobles beaux et laids, donc ils n’avaient pas une physionomie uniforme. Mais les exemples nous informent également sur les différentes téchniques de représentation d’un être humain dans les chroniques. Au début du Moyen Age, la physionomie était souvent directement relié au caractère de la personne, plus tard cette attitude disparaît lentement. On peut aussi constater que les nobles, hommes et femmes, n’étaient pas tous beaux. Mais on ne traite pas ce fait de la même manière. Muntaner, suit d’une part la tradition des troubadours en donnant des éloges de ses personnages admirés, d’autre part il ne dit jamais qu’une femme noble n’était pas belle. Si cela était le cas, il se tait par politesse. Dans ces cas-là, Muntaner caractérise la femme en question seulement comme bonne, pieuse et de plus très souvent comme intelligente. Donc, il ne lie pas le manque de beauté au mal, aux vices. Un historien comme Pérez de Guzmán disait au xve siècle officiellement ce qui se mentionnait avant surtout dans la correspondance privée : les membres de la noblesse pouvaient bien être laids. Mais cette laideur n’était pas impérativement liée au mal, aux vices, à un caractère mauvais. Nous trouvons donc des vrais portraits humains d’êtres humains qui avaient des caractéristiques personnelles. Palencia, également l’historien du xve siècle, par contre, utilise toujours ces idées médievales, mais seulement par rancune et par haine contre le roi Henri IV de Castille et son épouse. C’était donc uniquement un moyen de propagande mêlé déjà à un portrait réaliste du couple royal.

Notes

1 Voir pour une vue générale de la Péninsule Ibérique p.ex. Rucquoi, A., Histoire médiévale de la Péninsule ibérique. Paris 1993 et généralement en ce qui concerne des aspects de la beauté médiévale p.ex. : Eco, U., Kunst und Schönheit im Mittelalter. München 1993 ; Behrens-Abouseif, D., Schônheit in der arabischen Kultur. Munchen 1998 ; Assunto, R., Die Theorie des Schônen im Mittelalter (Geschichte der Àsthetik 2, Mittelalter), Köln 1963 ; Fietze, K., Spiegel der Vernunft. Theorien zum Menschsein der Frau in der Anthropologie des 15. Jahrhunderts. Paderborn-München-Wien-Zurich 1991 ; Anderson, B.S./Zinsser, J.P., Eine eigene Geschichte. Frauen in Europa. 2 Bde. Frankfurt 1995 ; Histoire des femmes en Occident. Vol. 2 : Le Moyen Age. Ed. par Ch. Klabisch-Zuber. Paris 1991 ; Garrido, E. (éd.), Historia de las mujeres en España. Madrid 1998 ; La condición de la mujer en la edad media. Coloquio Hispano-Francés. éd. par Y.-R. Fonquerne et A. Esteban. Madrid 1986 ; Hasenohr, G., La vie quotidienne de la femme vue par l’église : L’enseignement des "journées chrétiennes" de la fin du moyen âge. Dans : Frau und spâtmittelalterlicher Alltag. Internationaler Kongress Krems an der Donau 2. bis 5. Oktober 1984. Wien 1986, 19-101 ; Verdon, J., La vie quotidienne de la femme en France au moyen âge. Dans : Frau und spätmittelalterlicher Alltag. Internationaler Kongress Krems an der Donau 2. bis 5. Oktober 1984. Wien 1986, 325-386.

2 Voir p.ex. Régnier-Bohler, D., Fictions. Dans : De l’Europe féodale à la Renaissance. Ed. par D. Barthélemy, Ph. Braunstein, Ph. Contamine, G. Duby, Ch. de La Roncière, D. Régnier-Bohler. Paris 1985 (Histoire de la vie privée. Ed. par Ph. Ariès, G. Duby, vol. 2), 311-391, ibid., 357-362.

3 Voir concernant ces aspects surtout L’Hermite-Leclercq, P., L’ordre féodal (xi-xiie siècles). Dans : Histoire des femmes, II, 217-260, ibid., 237-239 ; Frugoni, Ch., La femme imaginée. Dans : Histoire des femmes, II, 357-436, ibid., 379 ; Owen Hughes, D., Les Modes, dans : Histoire des femmes, II, 147-169, ibid., 155.

4 Behrens-Abouseif, Schônheit 63-79.

5 Voir p.ex. Fietze, Spiegel 105s. et Pizan, Ch. de, Das Buch von der Stadt der Frauen. Ed. par M. Zimmermann. Munchen 1987, chap. XLI-XLIII, 188-190.

6 Voir Alfonso X, el Sabio, Las Siete Partidas. Antologia. Ed. par F. Lopez Estrada et M.Th. Lopez Garcia-Berdoy. Madrid 1992.

7 Voiribid., 152s.

8 Loyasa, J. de., Cronica de los reyes de Castilla. éd. par A. García Martínez. Murcia 1982, p.ex. 76 sur le roi Alphonse X et son épouse Violante : "Hic ab ipso puericie sue tempore liberalis multum fuit ac justiciam diligens et exercens, speciosus quidem forma et in aspectu non modicum graciosus (...). Deinde nupsit cum nobilissima infantissa domina Violante (...)." ; sur le fils et la belle-fille d’Alphonse, Fernand de la Cerda et Blanche de France ibid., 90 : "(...) princeps recolende perpetue virtutis, formositatis et gracie, qui prius cum illustrissima infante domina Blanca filia sanctissimi regis Francie nupserat (...)."

9 Loyasa, Crónica 162 : "(...) iltustris regina dompna Maria mater prefati regis Fernandi et domina laudande, ymo pocius admirande virtutis (...)" ; ibid. 164 : "Set prefata regina, tanquam prudens multum et circumspect a domina, tam filium suum regem predictum, qui cum ea tunc moram trahebat ibidem, quam regna ipsius prout melius poterat (...)." ; ibid. 184 : "Cumque predictus rex Fernandus una cum predicta regina matre sua, que magno suo consilio et prudencia tam regem ipsum qua terram suam quasi sola multum laudabiliter, prout melius poterat, gubernabat (...)." ; ibid. 190 : "Tandem illustris regina mater regis pueri antedicti, tanquam sapientissima domina (...)."

10 Gran Crónica de Alfonso XI, éd. par D. Catalán (Fuentes Crônisticas de la Historia de España) 2 vol. Madrid 1976, ibid. I, 487 : "En aquel tienpo era vna duena en Sevilla que dezien dona Leonor (...) era rrica dueña, ca era muy fija dalgo, e en fermosura era la mas apuesta muger que avie en el rreyno."

11 Gran Crónica de Alfonso XI, II, 99 : "(...) e porque aquella dona Blanca era perlatica, el rrey de Portogal fazia todo su poder por ayuntar para su fijo el casamiento de dona Costança e por partir el de dona Blanca. E por esto, enbio sus mensajeros al rrey de Castilla e otrosi al rrey de Aragon, con quien les enbio a dezir que aquella doña Blanca era doliente de perlesia en tal manera que no cunplia por casamiento a su hijo (...)."

12 Voir p.ex. Desclot, B. Crònica. Ed. par M. Coll i Alentorn. Barcelona 2ième éd. 1992 (Les millors obres de la literatura catalana 76), ibid. 43, 49.

13 Desclot, Crònica 50 concernant l’amante : "(...) e qui amava una dona de gran paratge molt bella, e fou tant que l’hac per amiga." ; ibid., 50 quant à l’épouse Marie de Montpellier : "Mas aquest dona era molt de bona vida, e honesta e plasent a Déu e al segle."

14 Desclot, Crònica 71 : "Aquest rei En Jacme d’Aragó fo lo pus bell hom del món, que ell era major que altre hom un palm, e era molt bé format, e complit de tots sos membres, que ell havia molt gran cara e vermella e flamenca, e el nas Hong e ben dret, e gran boca e ben feita, e grans dents belles e Manques que semblaven perles, els ulls vairs, e bells cavells rossos semblants de fil d’aur, e grans espatles, e Hong cors e delgat, e els braces grossos e ben feits, e belles mans, e llongs dits, e les cuixes grosses, e les cames llongues e dretes e grosses per llur mesura, e els peus llongs e ben feits e gint cauçants. E fo molt ardit, e prous de ses armes, e forts, e valent, e llarg de donar, e agradable a tota gent e molt misericordiôs ; e hac tot son cor e toa sa volentat de guerrejar ab sarraïns."

15 Desclot, Crònica 119 : "(...) e llur germana dona Maria, qui era donzella e qui era una de les pus belles dones del mon."

16 Desclot, Crònica 133 : "(...) e una sua filla, molt bella donzella."

17 Muntaner, R., Crònica. Ed. par M. Gusta. 2 vol. 4ième éd. Barcelona 1991-1994. (Les millors obres de la literature catalana 19, 20), ibid. I, 35 : "(...) la donzella, qui era d’edat de catorze anys e era la pus bella creature e la pus sàvia e la pus honesta que nasqués aprés madona santa María."

18 Muntaner, Crònica I, 153 : "(...) així ho podem dir de madona la reina ; que de madona santa María a ençà no nasc pus devota dona, ne pus santa, ne pus graciosa que madona la reina." Voir ibid., I, 166 : "(...) E madona la reina, ab bella cara e alegra (...)."

19 Muntaner, Crònica II, 44 : "(...) que ben pot horn dir que anc tan bell pareil de marit e de muller no s’acostaren null temps ; que del senyor rei vos pusc dir que és lo pus gracios senyor, e lo pus cortès, e el pus ensenyat, e el pus savi e mellor d’armes qui anc fos, e dels bons crestians del mon ; e de madona la reina Blanca pot hom dir, aixi mateix, que fo la pus bella dona, e la pus sàvia, e la pus graciosa a Déu e a sos pobles que anc fos regina neguna, e la mellor crestiana ; que ella era fontana de gracia de totes bonees. (...) que l’apellarien "la santa reina dona Blanca, de santa pau" (...)."

20 Muntaner, Crònica II, 65 : "(...) e que li dava sa filla per muller, madona Elionor, qui era e és encara de les pus sàvies creatures, e mellor, qui e’l món fos, sinó que so lament madona Blanca, sa germana, reina d’Aragò (...)."

21 Muntaner, Crònica I, 35 : "(...) la quai filla del dit comte de Foix havia nom madona Esclarmunda, e fo de les pus sàvies dones e de mellor vida e de la pus honesta que anc fos."

22 Muntaner, Crònica II, 155 : "E no fo meravella si en fo enamorat, que aquesta era bella, pus bella creatura de catorze anys que anc hom pogués veer, e la pus blanca, e la pus rossa e ab la mellor color ; e fo la pus sàvia, del dies d’on era, que anc donzella fos e’1 món."

23 Muntaner, Crònica II, 163 : "(...) con madona la reina sa àvia hac con lo veé així graciós e bon, e ab la cara rient e bella, e vestit de drap d’aur, mantell catalanesc, e pellot, e un bell batut d’aquell drap mateix al cap." Voir ci-dessus n. 21 la description de la jeune Esclarmonde.

24 Muntaner, Crònica II, 163 : "Que féu-se venir la neboda del rei de Xipre, que pres per muller ; la qual era, e és encara, de les bones dones e de les belles del mon, e de les sàvies ; e hac-la, així mateix com l’altra, nina e poncella, que no havia pus de quinze anys."

25 Muntaner, Crònica II, 199 : "E aquest senyor infant N’Anfos hac per muller una de les pus gentils dones d’Espanya qui filla de rei no fos, e la pus rica, ço és a saber, la filla del molt noble En Gombau d’Entença ; e ab ella pres lo comtat d’Urgell, e tota la baronia d’Antillo, e tota la baronia de son pare ; e cascunes d’aquestes baronies son gran cosa. E així fo bé mullerat de dona molt noble e molt rica ; e fo de les pus sàvies dones del mon, que de la sua saviesa se poria fer un gran llibre ; e fo molt bona crestiana, e qui féu molt de bé en sa vida, a honor de Déu."

26 Muntaner, Crònica I, 41 : "Con siats cert que anc no nasqué fill de rei qui fos de tan alt cor, ne pus ardit, ne pus valent, ne pus bell de sa persona, ne pus savi ne pus adret de sos membres : que d’ell se pot dir ço que es diu d’aquell que és complit de totes gracies, que es diu que ell no és àngel ne és diable, ans és complidament home. Per què, per cert, del dit senyor infant se pot dir aquest proverbi : que vertaderament és home ab."

27 Pere III el Ceremoniòs, Crònica. Ed. par A. Cortadellas. Barcelona 1995 (Les millors obres de la literatura calai ana 113). Voir concernant les descriptions de femmes p.ex. ibid., 29, 49, 51, 180, 208.

28 Epistolari de Pere III. Vol 1, éd. par R. Gubern. Barcelona 1955 (Els nostres classics, Col.lecció A, 78), ibid., no. XI, 101s. : "Fem-vos saber que per persona digna de fe, la qual és fort privada en la casa del rey de Cecilia e nostra, havem entès que la infanta dona Leonor, germana del rey de Sicilia, és mayor de persona que no era l’alta dona Leonor reyna de Aragó, de bona memòria, muller nostra molt cara, e que ha be’xxi o xxii anys, e que és pus blanca, e que lia en la cara aquelles rojors que y ha la comtessa d’Ampuries, e encara que li estan pus leig, e que és queacom nercina e magra. E que l’altra germana, que ha nom Fèmia, és fort gallarda, e que no à què dezir, mas és a nos de pochs dies, que no à pus de .xiii. anys. (...) E axi (...) hajats acort ensems, e, ab aquella major diligència que porets, fèts vostre poder d’aver la dispensació ab aquella que és pus bella."

29 López de Ayala, P. : Crónicas. Ed. par J.-L. Martin. Barcelona 1991, 9 : "E fue este rey don Alfonso non muy grande de cuerpo ; mas de buen talle, e de buena fuerza, e bianco, e rubio, e franco, e esforzado, e venturoso en guerras (...)."

30 Ayala, Crónicas 60 : "(...) doña María de Padilla, que era una doncella muy fermosa (...)."

31 Ayala, Crónicas 67 : "(...) la dicha doña Blanca de Borbón su esposa, que era en edad de diey e seis años, e mujer bien fermosa, e del linaje del rey de Francia de la flor de Lis."

32 Ayala, Crónicas 85 : "E esto les envió dona Maria de Padilla con bondad ; ca non le placia de muchas cosas que el rey facía."

33 Ayala, Crónicas 101 : "E que esta doña Juana mujer bien fermosa, e el rey decía que quería casar con ella (...)."

34 Ayala, Crónicas 434.

35 Palencia, A. de, Crónica de Enrique IV. 3 vol., éd. par A. Paz y Melia. Madrid 1975 (Biblioteca de Autores Españoles 265-267) I, 11.

36 Palencia, Crónica I, 75 concernant Jeanne de Portugal : "(...) pues la juventud había hallado recientes estímulos al deleite en el séquito de la Reina, compuesto de jóvenes de noble linaje y deslumbradora belleza, pero más inclinadas a las seducciones de lo que a doncellas convenía ; que nunca se vio en parte alguna reunión de ellas que así careciese de toda útil enseñanza. Ninguna ocupación honesta las recomendaba ; ociosamente y por do quier se entregaban a solitarios coloquios con sus respectivos galanes. (...) El tiempo restante le dedicaban al sueño, cuando no consunûan la mayor parte en cubrirse el cuerpo con afeites y perfumes, y esto sin hacer de ello el menor secreto, antes descubrian el seno hasta más allá del estómago, y desde los dedos de los pies, los talones y canillas, hasta la parte mâs alta de los muslos, interior y exteriormente, cuidaban de pintarse con bianco afeite, para que al caer de sus hacaneas, como con frecuencia ocurria, brillase en todos sus miembros uniforme blancura."

37 Crónica anónima de Enrique IV de Castilla, 1454-1474. (Crónica castellana). Ed. par M. P. Sánchez-Parra. 2 vol. Madrid 1991, 478.

38 Crónica anónima II, 492 : "Esta fue une de las hermosas mugeres que en su tiempo huvo (...)."

39 Voir p.ex. Castelnuovo, E., Das künstlerische Portrait in der Gesellschaft. Frankfurt 1993.

40 Díaz de Games, G., El Victorial. Ed. par R. Beltrân Llavador. (Clásicos Taurus 25) Madrid 1994.

41 Díaz de Games, El Victorial 256 : "Este cavallero hera fermoso e largo de cuerpo. No muy alto, ni otrosí pequeño : de buen talle. Las espaldas anchas, los pechos altos, las arcas subidas ; los lomos grandes e largos, e los braços luengos e bien fechos ; los nutres muy gruesos, las presas duras ; las piernas muy bien talladas, los muslos muy gruesos, e duros, e bien fechos ; en la çinta delgado aquello que bien le estava. Avía graçiosa boz e alta. Hera muy donoso en sus dezires. Trayase sienpre bien e muy apostado e devisado en sus traeres, e adonavalos mucho. Mejor le estava a él una ropa de pobre que otros las ropas ricas. Sabía asacar los trajes nuevos mejor que ningund sastre ni jubetero, tanto que los que bien se trayan tomavan dél sienpre, de qualquier ropa que él truxese vestida." ; ibid. 264 : "Ella oyó muchas bondades deste cavallero : moço, e fermoso, e generoso, e ardid e esforçado, gentil e guarnido (...)."

42 Díaz de Games, El Victorial 259 : "Esta dueña hera fermosa, e rica, e de buen linaje." ; ibid. 264 : "E ansí doña Costança : hera duena moça, fermosa e de grand linage (...)."

43 Díaz de Games, El Victorial 392 : "Este cavallero avía su muger, la más fermosa dueña que entonçe avía en Françia : hera de la mayor casa e linage que avía en Normandía, fija del señor de Belangas." ; ibid. 417 : "Ca todas las virtudes que los henamorados verdaderos pusieron que en que en el amiga deve aver, todas las avía (en) aquella señora muy cunplidamente : fermosa, e buena, e joven, e muy plazentera, gentil e alegre, e deseada. E diz que esta tal puede escoger donde ella quisiere. Allende desto, hera muy rica e de grand seso."

44 Díaz de Games, El Victorial 486 : "(...) porque ella hera tan generosa como ninguna de las reynas de toda España, e donzella mejor enfamada, e de tan alto linaje (...)."

45 Crónica de don Alvaro de Luna. Ed. par J. de Mata Carriazo. Madrid 1940. Voir pour Luna aussi Round, N., The greatest man uncrowned : a study of the fall of Don Alvaro de Luna (Colección Tâmesis. Serie A. Monografias 4) London 1986.

46 Crónica Luna 207 : "Don Alvaro de Luna, maestre de la Orden e caballeria de Sanctiago, e condestable de los reynos de Castilla e de Leon, avia la forma del cuerpo e disposiçión de la persona en esta guissa. El cuerpo pequeño e muy derecho, e bianco, graçioso de talle en toda su edad, e delgado en buena forma, las píernas bien fechas, las arcas grandes e altas, segúnd la mesura de su cuerpo, el cuello alto e derecho en buena manera, los ojos alegres e sienpre vios ; avía el acatamiento reposado, tardaba los ojos en las cosas que miraba mâs que otro honbre. Traya la cara sienpre alegra e alta, avía la boca algúnd poco grande, la nariz bien seguida, las ventanas grandes, la frente ancha ; fué tenprano calvo. De buena voluntad reya e buscaba cosas de qué. Dudaba un poco en la fabla ; era todo vivo. Sienpre estobo en unas carnes e en un talle, tanto que paresçia que todo era niervos e huesos."

47 Pérez de Guzmán, F., Generaciones y semblanzas. Ed. par J. Dominguez Bordona. Madrid 1979, 11-19.

48 Voir ibid., 47-50.

Auteur

Université de Hanovre, Allemagne

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540