Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image, structure et sens

 | 
Antoinette Saly

Joseph d'Arimathie roi pêcheur

Texte intégral

  • 1 Nausay ou peut-être plutôt Nansay, nous gardons la lecture de l'éditeur. Sone von Nausay, herausge (...)

1Dans la deuxième moitié du xiiie siècle, le roman de Sone de Nausay1 opère une curieuse synthèse entre deux grandes figures de la littérature du Graal : le Roi Pêcheur et Joseph d'Arimathie. Comment pareille fusion a-t-elle été possible ? A partir de quoi peut-elle s'expliquer ?

  • 2 Vv. 4271-5020.

2Le roman de Sone de Nausay n'appartient pas spécifiquement à la littérature du Graal. Le héros, un jeune chevalier de Nambsheim (Alsace) à la solde du roi de Norvège, ne quête aucunement le saint vase. Un étrange épisode, cependant, le mènera à une abbaye - l'abbaye de Galoche - fondée sur un îlot rocheux par Joseph d'Arimathie pour abriter le Graal et la sainte lance. Ce qui nous vaudra un récit des plus singuliers2.

3Sone a été désigné comme champion du roi Alain de Norvège pour affronter celui du roi d'Ecosse, un géant redoutable. Désireux de se confesser avant le combat, le roi et son champion se rendent à l'abbaye. Ils y reçoivent un accueil fastueux et l'abbé leur raconte sur le fondateur l'histoire que voici :

4Pour prix de sept années de services impayés, Joseph d'Arimathie, familier de Pilate, lui réclame le corps du Crucifié. Il le décloue de la croix et l'ensevelit. Mais irrité de sa conversion, Pilate le fait jeter dans une profonde caverne infestée de serpents et l'y enferme ; cependant le Christ ressuscité apparaît au prisonnier et lui remet le saint vase contenant son sang. Le Graal éclaire le captif, le nourrit, chasse de la geôle la puanteur et la vermine, ramollit la pierre sous sa couche et le préserve pendant quarante ans.

  • 3 Thème celtique bien connu de la navigation merveilleuse ; le voyage de Joseph est un immram.

5Mais voici que l'empereur Vespasien, miraculeusement guéri de sa lèpre par Véronique, marche sur Jérusalem. Véronique et Ananie lui demandent le droit de recueillir les reliques de Joseph. On ouvre la caverne. Il en sort vivant, au milieu de la lumière et des parfums que répand toujours son vaissel. Il retrouvera la Sainte Lance dans le mur où il l'avait cachée, et tandis que les miracles du Graal guérisseur multiplient les conversions, son fils, le bon clerc Josephus, est ordonné évêque ; ce sera le premier. Mais Dieu donne à Joseph l'ordre de prendre la mer pour aller évangéliser l'Occident. Une nef vide, sans mâts ni voiles, l'attend à Ascalon et le transporte jusqu'à Gaète, d'où, par voie de terre, il gagnera la Norvège3.

  • 4 Lloegyr est l'appellation galloise de l'Angleterre. Le royaume de Logres est, comme on sait, celui (...)

6Là, dans un combat contre les païens, il tue le roi du pays et épouse sa fille, dont il s'est épris et qu'il fait baptiser. Il devient roi. Mais la reine demeure fidèle à ses idoles, et le châtiment ne se fait pas attendre : leur fils sera frappé de paralysie et Joseph est blessé par Dieu même dans ses parties viriles. Cette infirmité du roi entraîne la stérilité du royaume ; la Norvège, devenue une gaste terre, portait alors le nom de Lorgres4 :

Sa tierre ert a ce jour nommee
Lorgres, ch'est verités prouvee.
Lorgres est uns nons de dolour,
Nommés en larmes et en plour.
Bien doit iestre en dolour nommés,
Car on n'i seme pois ne blés
Ne enfes d'omme n'i nasqui ;
Ne puchielle n'i ot mari.
Ne arbres fueille n'i porta
Ne nus prés n'i raverdïa.
Ne nus oysiaus n'i ot naon
Ne se n'i ot beste faon,
Tant que li rois fu mehagniés
Et qu'il fu fors de ses pechiés,
Car Jesucrist forment pesa
Qu'a la mescreant habita. (vv. 4841-4856)

7La seule consolation du mehaignié est désormais la pêche ; ce qui lui valut l'appellation de Roi Pêcheur. Un jour un chevalier le guérit et Joseph put continuer à s'illustrer contre les infidèles. Sur son lit de mort il instaura l'abbaye dans son propre château, y appelant treize moines, nombre toujours respecté, nous dit-on, puis il dicta lui-même le récit de sa vie.

8Après confesse, les visiteurs se verront présenter le lumineux Graal, extrait par l'abbé d'un coffret d'ivoire sculpté, ainsi que la Sainte Lance tandis que les moines en pleurs chantent le Te Deum. On leur montrera aussi les châsses de Joseph et du petit Adam, le fils de la païenne. Au départ, Sone recevra l'épée Dont Joseph ot tierre gardee (v. 4990) à charge de la rapporter après sa victoire ainsi assurée sur le champion du roi d'Ecosse.

9Plus tard, devenu roi de Norvège par son mariage, Sone reverra le Graal et la Lance portés processionnellement à Galoche le jour de son couronnement. L'abbé lui en remettra la garde, avec celle de deux autres reliques : un morceau de la vraie croix et la céleste chandelle toujours allumée de la Nativité (vv. 17055-17100).

10Ce récit composite, profondément dégradé, est cependant loin de manquer d'intérêt. Il est, par exemple, le seul texte français connu à expliquer la blessure du Roi Pêcheur par le châtiment d'une faute contre la chasteté : ici le commerce - quoique légitime - avec la renégate, assimilé à la fornication. Or pareille conception de l'infirmité royale ne se rencontre ni chez Chrétien de Troyes ni chez ses continuateurs, mais chez Wolfram von Eschenbach. Les sources de Sone doivent être assez diverses. Aussi pour saisir le mécanisme de la combinaison propre à ce roman - Joseph d'Arimathie Roi Pêcheur - convient-il d'examiner les avatars des deux figures, car chacune a évolué d'un texte à l'autre, et il importe de découvrir entre elles les points de convergence susceptibles d'en avoir favorisé la fusion.

11Le Roi Pêcheur est la figure centrale du mythe. L'image la plus frappante du personnage est celle qu'imposa Chrétien de Troyes dans son Perceval, qui le présente sous deux aspects : le pêcheur qui, avec un compagnon, descend la rivière sur sa barque, et que Perceval prend d'abord pour un passeur ; le beau prudhomme grisonnant, allongé, revêtu de zibeline, sur un lit, au milieu d'une salle immense, près d'un grand feu, dans un château de féerie surgi soudain à la vue du jeune homme. C'est là que ce roi de l'Autre Monde accueillera Perceval à son festin et que celui-ci verra passer, sans poser de questions, la Lance qui Saigne et le cortège du Graal resplendissant en marche vers un lieu secret. Si Perceval avait posé une question sur la Lance (Pourquoi saigne-t-elle ?) et une autre sur le Graal (A qui en fait-on le service ?), le roi, nous dit-on, aurait guéri. Car ce roi, dont le seul plaisir reste la pêche, est un infirme, mutilé par une blessure reçue dans un combat : un coup de javelot, lui transperçant les hanches, l'a atteint dans sa virilité. Le détenteur du talisman royal d'abondance, du Graal nourricier, désormais impotent et stérile, n'est plus que le Roi Pêcheur :

  • 5 Nous citons l'édition F. Lecoy, Le Conte du Graal (Perceval), Paris, Champion, 1975 (CFMA 100 et 1 (...)

Il fu feruz d'un javelot
par mi les hanches amedos,
s'an est auz si angoissos
qu'il ne puet a cheval monter.
Mes quant il se vialt deporter
ou d'aucun deduit antremetre,
si se fait an une nef metre
et vet peschant a l'ameçon :
por ce li Rois Peschierre a non.5 (vv. 3498-3506)

12Roi Pêcheur et Roi Mehaignié, "estropié", sont un seul et même personnage.

  • 6 Les littératures celtiques anciennes abondent en cas analogues : histoire de Ilud et Ilewelys, his (...)

13Le motif de la blessure est essentiel au mythe du Graal, mythe de la stérilité et de la désolation, magiquement conjurées par un chevalier prédestiné, issu du lignage royal, à la suite d'une longue et périlleuse quête. Le malheur de la gaste terre, de la "terre dévastée", est donné pour la conséquence de la condition du roi, victime du coup félon. Par là resurgit une conception primitive de la fonction royale, bien attestée en domaine celtique, touchant le rapport entre la personne du roi et l'état de son royaume et de sa terre6. Aussi le silence de Perceval aura-t-il de douloureuses conséquences ; le texte de Chrétien est formel :

"Et sez tu qu'il an avandra
del roi qui terre ne tandra,
qui n'est de ses plaies gariz ?
Dames an perdront lor mariz,
terres an seront essilliees
et puceles desconselliees,
qui orfelines remandront,
et maint chevalier an morront,
et tuit avront le mal par toi" (vv. 4651-4659)

14Ainsi parle au héros la Demoiselle Hideuse, personnification de la terre hivernale.

15Soulignons tout de suite que, chez Chrétien, la blessure du Roi Pêcheur n'apparaît aucunement comme le châtiment d'une faute. Le fautif, le pécheur, c'est Perceval, doublement coupable : envers sa mère, que son départ indigne a terrassée ; envers le roi, qu'il n'a pas su guérir. Le péché réside dans la dureté du cœur. Il en sera ainsi dans tous les romans français jusqu'à Sone de Nausay, à l'exception du Lancelot propre qui fait état d'une transgression de la part du roi : il a dégaîné l'épée interdite destinée à l'élu du Graal :

  • 7 Lancelot, Roman en prose du xiiie siècle, éd. par A. Micha, 9 vol., Genève, Droz, 1978-1983, t. V, (...)

Il trest l'espee del fuerre qui ne devoit estre traite devant que cil l'an otast qui les aventures dou Saint Graal doit achever ; et por ce qu'il la trest sus le deffens qui mis i estoit fu il feruz de l'espee meïsmes par mi les cuisses si qu'il an fu mehaingniez, et n'avra ja garison devant que li bons chevaliers vendra qui des goutes dou sanc de la lance li oindra ses plaies7.

  • 8 Pour toutes ces références voir notes supra.

16Le motif même de la blessure admettra plusieurs variantes : coup de javelot ou d'épée, entre les deux hanches, les jambes ou les cuisses. Dans le Didot-Perceval, le roi est un vieillard paralysé ; dans le Perlesvaus, il se meurt d'une mystérieuse langueur ; chez Manessier, il s'est blessé lui-même accidentellement par mi les cuisses avec l'épée qui avait tué son frère et se trouve guéri dès que Perceval a vengé le meurtre8.

17Chez Chrétien, le motif apparaît trois fois. La blessure qui affecte le père de Perceval est la même que celle du Roi Pêcheur, et cette blessure entraîne la ruine de la famille ; le drame du père préfigurant celui du roi, dont il annonce le thème :

"Vostre pere, si nel savez,
fu par mi les jambes navrez
si que il mahaigna del cors.
Sa granz terre, ses granz tresors,
que il avoit comme prodom,
ala tot a perdicion,
si cheï an grant povreté." (vv. 433-439)

18De même, l'énigmatique eschacier, le mutilé au pilon d'argent incrusté d'or et de gemmes rencontré au seuil du Château des Reines, semble bien un avatar du riche roi infirme, vivante image contrastée de sa splendeur et de son impuissance :

Tant vint que au pié del degré
qui estoit devant le palais
truevent sor un trossel de glais
un eschacier tot seul seant
qui avoit eschace d'argent
et desus estoit bien doree
et fu de leus an leus bandee
d'or et de pierres precieuses.
……………………
il est riches, li eschaciers,
de mout granz rantes et de beles ! (vv. 7396-7403 et 7418-7419)

  • 9 Ed. Micha, t. V, XCVIII, 38.

19Une vision aussi symbolique du personnage ne se retrouvera que dans le Lancelot propre, où le roi est dépeint comme un home pale et megre et si descouloré qu'il resambloit mielz morz que vis. Autour du malheureux s'entrelacent deux couleuvres qui le couvrent de morsures, tandis que pend à son cou une petite harpe de grand prix9.

  • 10 Identification du mort de la bière chez Manessier, op. cit., vv. 32819-32909.
  • 11 Cette déclaration du roi Pellès se situe dans l'épisode de la visite de Bohort au château de Corbé (...)
  • 12 La Queste del Saint Graal, éd. par A. Pauphilet, Paris, Champion, 1923 (CFMA 33). Traduction par E (...)

20Parfois le personnage se dédouble. Il en est ainsi dans la Première Continuation (Continuation Gauvain) où le mort de la bière abattu par le coup félon qui affectera le royaume est le frère du roi10. Le cas est plus troublant dans le Lancelot propre où le roi Pellès, à la fois Roi Pêcheur et Mehaignié dans l'ensemble du texte, se prend soudain à déclarer qu'il s'agit de son père11. Dans la Queste del Saint Graal, où Galaad est le petit-fils de ce même Pellès, le Mehaignié est le roi Parlan, que le héros guérira par onction du sang de la lance12.

  • 13 Voir supra "La Récurrence des motifs en symétrie inverse et la structure du Perceval de Chrétien d (...)
  • 14 Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, éd. Mary Williams, t. I et II, Paris, Champion, (...)

21Ce phénomène de dissociation paraît s'expliquer par le fait que chez Chrétien deux rois habitent le château : le Roi Pêcheur blessé et son père, le Vieux Roi, à qui l'on fait le service du Graal, l'ascète reclus alimenté de la seule hostie que contient le vase talismanique - ainsi christianisé - dont elle tire sa vertu nourricière. Après Chrétien le personnage du Vieux Roi disparaît ; disparition compensée dans certains textes par le dédoublement du Roi Pêcheur. Les données du mythe, en effet, sont sujettes à transformations. La création romanesque procède par contaminations et nouvelles combinaisons de motifs traditionnels, eux-mêmes sujets à variations, toujours susceptibles d'éclater pour constituer de nouveaux amalgames. D'où parfois, et cela depuis Chrétien, l'aspect fantasmagorique du récit13. Un exemple frappant est celui du personnage de Mordrain dans la Continuation de Gerbert de Montreuil et dans la Queste del Saint Graal14. Chez Gerbert, le roi Evalac. appelé Mordrain après sa conversion par Joseph d'Arimathie, s'approchant témérairement du Graal pour en découvrir les secrets, s'attire un terrible châtiment : les blessures reçues dans son combat contre le roi Crudel, l'ennemi de Joseph, se rouvriront sans cesse, et il vivra ainsi, avec l'hostie pour toute nourriture, jusqu'à la venue de l'élu du Graal ; mais Perceval, encore indigne, reste impuissant à le soulager. Dans la Queste, Galaad, par sa seule présence, délivrera ce lointain ancêtre de sa malédiction. Le personnage de Mordrain participe à la fois d'un Roi Mehaignié, comparable pour la cause du châtiment (transgression d'un interdit) au père du roi Pellès, le harpeur aux couleuvres, dans le Lancelot propre, et du vieux roi ascète de Chrétien.

22Dès lors la fusion finale du Roi Pêcheur et de Joseph d'Arimathie que nous découvrons dans le roman de Sone a de quoi moins nous surprendre. Comme nous l'avons vu, l'image du Roi Pêcheur peut varier en dépit d'une constante : le possesseur du Graal et de la lance qui saigne est un homme souffrant, affecté le plus souvent d'une blessure spécifique. Quel caractère commun peut-il avoir avec Joseph d'Arimathie ?

  • 15 Le Roman de l'Estoire dou Graal, éd. par W.A. Nitze, Paris, Champion (CFMA 57), 1927 ; A. Lawton, (...)

23Le personnage de Joseph d'Arimathie, inconnu du Perceval de Chrétien, entre dans notre littérature avec Robert de Boron qui fait de lui le héros de l'Estoire dou Graal, ce poème de la fin du xiie siècle que l'on intitule aussi Joseph d'Arimathie ou tout simplement Joseph15.

  • 16 Matthieu, XXVII, 57-61 ; Jean, XIX, 38-42 ; Marc, XV, 42-47 ; Luc, XXIII 50-56.
  • 17 J. Frappier a exposé ces vues pénétrantes dans "Le Graal et la chevalerie", in Autour du Graal, Ge (...)

24Le personnage appartient à l'Evangile. Les récits canoniques, peu prolixes sur son compte, le présentent comme le juste, disciple secret de Jésus, qui réclama à Pilate le corps du Crucifié et le descendit de la croix pour l'ensevelir dans un sépulcre neuf16. Saint Matthieu précise qu'il avait fait creuser pour lui-même ce tombeau dans le roc et ajoute que c'était un homme riche ; saint Jean associe son nom à celui de Nicodème ; Marc et Luc attestent que c'était un membre notable du Conseil, c'est-à-dire du Sanhédrin ; titre que la traduction latine a rendu par decurio, nobilis decurio ; ce qui, comme l'a fort bien montré Jean Frappier, n'a pas été sans effet sur la fortune littéraire du personnage17.

  • 18 Éditions : C. Tischendorf, Evangelia Apocrypha, Leipzig, 1976 ; G. Bonaccorsi, I Vangeli apocrifi, (...)

25Le "roman" de Joseph commence avec le célèbre évangile apocryphe de Nicodème (début iiie siècle) dont la première partie, les Gesta Pilati (chap. I-XVI), lui inventait une histoire, racontant son emprisonnement par les juifs dans un cachot muré, sa miraculeuse délivrance par quatre anges, les apparitions dont le Ressuscité le favorise. D'autres écrits, plus récents, la Cura sanitatis Tiberii (vie-viie siècles), la Vindicta Salvatoris (début viiie siècle), mettent en scène Joseph d'Arimathie en tant que témoin de la Résurrection ; la Vindicta, qui raconte la destruction de Jérusalem, reprenant à son compte le récit de l'emprisonnement, des apparitions et de la délivrance raconté dans les Gesta Pilati18.

  • 19 J. Frappier, Ibid., pp. 108 et 114.

26Tel est le personnage au moment où le mythe du Graal va s'emparer de lui. Le faux sens des évangiles latins qui a fait du conseiller du Sanhédrin un homme de guerre, un miles, n'est sans doute pas étranger à sa subite transformation : chez Robert de Boron le voici devenu chevalier soudoier de Pilate, à qui il réclamera le corps du Christ en paiement de ses services. Ainsi, en la personne de Joseph, la chevalerie avait-elle participé à la Passion du Christ en témoin privilégié de sa mort et de sa résurrection. Robert de Boron allait changer "l'affabulation du Graal en une histoire sainte de la chevalerie [...] une chevalerie digne d'accéder par ses voies propres à la vie mystique".19.

27En cela les grands romans en prose du xiiie siècle ne cesseront de suivre Robert. Le cycle du Lancelot-Graal, le Perlesvaus, n'omettront jamais de signaler cette qualité de Joseph : il est li gentix chevaliers, li preudons, li verais chevaliers, li buens chevaliers, le buen soudoier, bref le "bon chevalier" par excellence, avant que le titre ne passe à Perlesvaus (Perceval) et à Galaad, fines fleurs de son lignage.

  • 20 Le plat de la Cène. On sait par ailleurs qu'un graal est un large plat légèrement creux : scutella (...)

28Robert de Boron ira plus loin que les apocryphes : non content de voir dans le personnage le premier confesseur de la foi, il fait de lui le fondateur inspiré de la liturgie eucharistique, y rattachant le mystérieux Graal de Chrétien, qu'il assimile à la Paropside20.

  • 21 Robert confond la Cène avec les repas chez Simon le Lépreux ou Simon le Pharisien.

29L'Estoire nous raconte comment le plat où Jésus, lors de la dernière cène, mangea l'agneau pascal avec ses disciples, retrouvé dans la demeure de Simon21, parvient à Pilate qui, pour s'en débarrasser, le remet à Joseph, son fidèle soudoier. Celui-ci s'en servira pour recueillir le sang du Sauveur à sa descente de croix. Le vaissel du Précieux Sang reste caché chez lui quand il est emprisonné. Mais le Christ ressuscité le lui rapporte dans sa geôle, où la présence du saint vase le maintiendra miraculeusement en vie, sans manger ni boire, pendant quarante années.

30La remise de la paropside-calice s'accompagne d'un enseignement secret - vraisemblablement relatif à la transsubstantiation - que Joseph devra transmettre aux gardiens du saint vase. Le Christ lui-même lui enjoint, en effet, de le confier après lui à son beau-frère et à ses descendants. Ainsi se constitue une lignée de gardiens du Graal : Joseph d'Arimathie, puis son beau-frère appelé Bron (ou Hébron), l'époux de sa sœur Enygeus, puis l'un de leurs douze fils, Alein, qui sera le père de Perceval.

31Toujours sur l'ordre du Christ, Joseph instaure le service du Graal : le vase est exposé sur une table qui commémore celle de la Cène ; tout auprès est déposé un poisson pêché par Bron. D'où l'appellation de Riche Pêcheur qui lui est attribuée.

32Voilà donc le Graal assimilé au plat de la dernière cène et devenu vase du Saint Sang, insigne relique dont le Riche Pêcheur, comme le Roi Pêcheur, deviendra le gardien.

33Si Joseph d'Arimathie en est le premier détenteur, il n'est nullement confondu avec le Roi Pêcheur, dont l'équivalent est Bron, son serorge, l'époux de sa sœur ; encore que ce dernier ne soit pas roi et ne soit pas affligé de la fatale blessure du Mehaignié de Chrétien.

  • 22 Sur les rapports de l'Estoire avec la célèbre abbaye du Somersetshire, voir notamment J. Marx, "Ro (...)

34Enfin, c'est encore Bron, et non Joseph, qui partant avec sa petite troupe de fidèles vers le lointain Occident, apportera le Graal en Grande-Bretagne, es vaus d'Avaron, c'est-à-dire sur le territoire de la future abbaye de Glastonbury22.

  • 23 Gerbert de Montreuil, t. I, vv. 3180-3193.

35Les successeurs de Chrétien adopteront le plus souvent la généalogie de Robert, non sans y apporter quelques variantes. Manessier et Gerbert reprendront la donnée d'un Perceval petit-fils de Bron, auquel il succédera ; et il en est de même dans le Didot-Perceval, qui représente sans doute d'ailleurs la mise en prose d'un Perceval de Robert de Boron. La Continuation de Gerbert prête une histoire à la mère de Perceval, qu'il appelle Philosofine : elle fait partie de la petite troupe de fidèles venus d'Orient en Grande-Bretagne, elle a elle-même jadis apporté le Graal au Château des Pucelles, sorte de monastère d'où les anges l'ont ravi pour le porter au Roi Pêcheur23.

  • 24 Sur les rapports de parenté par agnation et par cognation dans nos romans voir Elisabeth Schmid, F (...)

36Dans le Perlesvaus, le héros appartient au lignage de Joseph par sa mère, appelée Iglaïs, qui est sa nièce, et par son père, Alain le Gros, à celui de Nicodème. Le cycle du Lancelot-Graal fait descendre Galaad à la fois du roi David par son père, Lancelot, et de Joseph d'Arimathie par sa mère, la fille du roi Pellès24.

37Voilà Joseph pourvu d'un fabuleux lignage ; mais nos romans ne s'arrêtant pas en si bon chemin vont bientôt lui susciter diverses aventures. Le Lancelot propre, par exemple, parle d'un lai, le Lai des Pleurs, qui le fait débattre avec Orphée :

  • 25 Éd. A. Micha, t. V, XCVIII, 39, p. 266. C'est ce lai que le Roi Mehaignié interprète sur sa harpe (...)

Estoit li diz de Joseph d'Arimacie, ainsi comme il vint en la Grant Bretaigne, quant Nostres Sires l'i fist ariver par son voloir [...] ce estoit une disputaison qui jadis avoit esté de Joseph d'Arimacie et de Orfeu l'anchanteor qui le Chastel des Anchantemenz fonda en la marche d'Escoce25.

38La mention de ce lai relatif à l'arrivée de Joseph en Grande-Bretagne témoigne que des récits devaient courir sur son apostolat en Occident, intégrant de nouvelles données à celles de l'apocryphe :

  • 26 Ibid., t. II, LXI, 12, p. 329.

Vos avés bien oï et apris maintes fois par les anciennes estoires, dit plus loin le même texte, que Joseph d'Abarimathie, li gentils chevaliers qui despendi Jhesu Christ de la vraie crois vint en ceste terre qui est apelee la Grant Bretaigne par le commandement al creator del monde26.

  • 27 Manessier, vv. 32761-32770 ; Perlesvaus, branche XI.

39Manessier ira jusqu'à attribuer à Joseph l'édification du Château du Graal pour abriter le saint vase et la lance. Le roman de Perlesvaus nous décrira les sarcophages des "chevaliers" Nicodème et Joseph au pays de Galles ; le premier reposant aux Vaux de Camaalot, sur les terres de ses descendants, le second au Château du Roi Pêcheur. Seul pourra parvenir à les ouvrir le chevalier prédestiné ; Perlesvaus les réunira plus tard dans la chapelle du Graal restaurée par ses soins, et les saintes reliques transférées dans des châsses de métal précieux l'accompagneront sur la nef merveilleuse venue le ravir au monde27.

  • 28 Ce roman est une amplification considérable de la mise en prose du poème de Robert (éd. par. W. Ro (...)
  • 29 Gerbert de Montreuil, t. II,vv. 10360-10556.

40L'évangélisation de la Grande-Bretagne va donner lieu à toutes sortes de contes dont Joseph sera le héros. Ainsi l'Estoire del Saint Graal cyclique racontera son arrivée miraculeuse sur cette terre promise à son lignage et fera de son second fils, Galaad de Galafort, le roi éponyme du pays de Galles28. La Continuation de Gerbert de Montreuil, qui donne de l'histoire du roi Mordrain le récit le plus cohérent, la relie à l'accueil de Joseph en Grande-Bretagne, racontant son emprisonnement avec les siens par le roi Crudel dans une geôle où ils restent quarante jours sans nourriture, soutenus par la seule présence du Graal. Nul doute, pour Gerbert comme pour Manessier l'introducteur du Graal chez les Celtes est Joseph en personne, et Gerbert nous le présentera en officiant d'un service du Graal, c'est dire qu'il a dès lors usurpé le rôle qui était celui de Bron, le Riche Pêcheur de Robert29.

41Ces textes pourraient déjà expliquer l'étrange amalgame qui va s'opérer. Une tradition étrangère à Chrétien et un peu différente de celle de Robert a dû exister, celle qui précisément a abouti à la synthèse de Sone de Nausay.

42Cela ne saurait cependant suffire pour la raison suivante : le caractère essentiel du roi du Graal, nous l'avons vu, est sa blessure, et l'histoire de Joseph dans Sone est avant tout le drame de cette blessure, tenue pour le châtiment d'un amour interdit. La visite du héros à l'abbaye de Galoche n'est que le prétexte à raconter cette affabulation. C'est en tant que Roi Mehaignié au règne désastreux qu'est présenté le gardien du Graal. La question demeure donc entière, car Joseph jusqu'ici n'est affligé d'aucun mehaing.

  • 30 Helaine Newstead, Bran the Blessed in Arthurian Romance, New York, 1939, pp. 93-95 et surtout R.S. (...)
  • 31 Mabinogion, A new Translation by G. Jones and Th. Jones, London, 1949, pp.25-39.

43La singularité du roman de Sone n'a pas échappé aux arthurisants. Dans leurs travaux sur le héros-dieu celtique Bran le Béni, Helaine Newstead et Roger S. Loomis n'ont pas manqué d'inclure un examen de ce texte30. Ils ont relevé un parallélisme entre le récit de l'accueil à l'abbaye de Galoche (bord de mer, repas somptueux, reliques de Joseph) et celui de l'Hospitalité de la Tête Merveilleuse dans le mabinogi de Branwen, où la présence de la tête coupée de Bran, le dieu à la corne, assure l'abondance des mets31. Or Bran le Béni (Bendigeit Vran) est assimilable par certains aspects au Roi Pêcheur dont il serait le prototype, étant, comme lui, le détenteur blessé (au pied, il est vrai) du talisman d'abondance. Or selon R.S. Loomis, la come d'abondance de Bran (a.f.corz au c.s.) aurait pu se trouver confondue avec le corpus domini (a.f.cors) d'où le rapprochement entre Bran, possesseur de la corne, et Joseph d'Arimathie "gardien" du corps du Christ. Mais comme le Roi Pêcheur est aussi gardien du Graal eucharistique, il se serait à son tour confondu avec Joseph.

44L'hypothèse est ingénieuse - trop ingénieuse - et se heurte à plusieurs évidences : d'abord le fait que Joseph d'Arimathie n'est nulle part donné comme "gardien" du corps du Sauveur et que, dans la tradition de Robert où il apparaît, le Graal n'est plus, comme chez Chrétien, un graal-ciboire contenant le corpus Domini, mais un graal-calice contenant le Saint Sang. L'auteur enfin semble oublier que loin d'être un texte fondateur, Sone de Nausay est un récit tardif ; ce roman ne construit pas une tradition, il représente l'aboutissement d'un processus d'assimilation et de christianisation.

45D'un autre côté, le point de départ de l'hypothèse (le festin à l'abbaye et l'Hospitalité de la Tête) peut paraître bien arbitraire, car le riche festin est un motif inhérent au thème du Graal ; l'abondance y étant assurée dans Sone comme partout ailleurs par la présence du Graal nourricier, et non par les reliques de Joseph. Le corps de Joseph d'Arimathie n'est pas la tête de Bran, et on ne saurait lui attribuer la même fonction.

46Faut-il vraiment passer par la littérature des mabinogion pour comprendre notre roman ? L'auteur connaissait bien celle du Graal, à laquelle il a peut-être fait plus d'emprunts qu'on ne le soupçonnait. C'est donc là qu'il faut encore chercher notre point de jonction, car enfin ce n'est pas avec Bran qu'est confondu Joseph, mais avec le Roi Pêcheur, et l'on voit mal, en l'occurrence, quitte même à supposer quelque "Ur-Sone" gallois, comment la vieille divinité celte eût servi de commun dénominateur à ces deux personnages qui jusqu'ici, tout en se frôlant, ne s'étaient jamais confondus. Pour cela il manquait à Joseph un caractère essentiel du Roi Pêcheur : la mauvaise blessure par le coup félon.

  • 32 Éd. A. Micha, t. II, LXI, 17. Le récit, détaché du contexte, se retrouvera dans l'Estoire del Sain (...)

47Or un épisode du Lancelot propre va peut-être nous apporter un élément décisif. Voici ce qu'il raconte32 : Errant un jour en forêt de Brocéliande, Joseph d'Arimathie rencontre un sarrazin. Une discussion s'engage sur le pouvoir des idoles ; Joseph se présente comme un mire, un médecin (des âmes). Justement, le frère du païen souffre d'un mal incurable ; confiant en Dieu, Joseph s'offre à le guérir. A peine sont-ils parvenus au château du sarrazin qu'un lion échappé se jette sur lui et le tue. Ses gens, dans leur douleur, se retournent contre Joseph :

Si pristrent Joseph et li lierent les mains deriere le dos ; et en ce qu'il le menoient en la tor, si traist li seneschal del chastel s'espee et feri Joseph en botant par mi la cuise, si qu'il enbati l'espee jusqu'al heut ; et al retraire qu'il fist brisa l'espee par mi le milieu si qu'il en remist la moitié en la cuise Joseph.

48Voilà donc Joseph d'Arimathie blessé à son tour comme le Roi Pêcheur. L'épée lui a traversé la cuisse où elle s'est enfoncée jusqu'à la garde ; au moment où on la retire elle se brise et la moitié en demeure dans la plaie.

  • 33 Éd. Pauphilet, p. 266.

49Le récit se poursuit : pour convertir Mategrant (tel est le nom du malade), Joseph ressuscite son frère, Argon. Puis il guérit aussi Mategrant et s'extrait lui-même la moitié de l'épée brisée. Cette épée, selon le vœu de Joseph, ne se ressoudera que prise en main par l'élu du Graal, celui qui les hautes aventures del Graal devra assomer ; mais auparavant la partie de l'arme restée dans la blessure ne cessera de saigner. Cette relique est depuis en possession d'Eliezer, le Chevalier aux deux épées, le fils du Roi Pêcheur Pellès, qui la baise dévotement chaque jour pour être par sa vertu préservé de toute blessure mortelle. Eliezer présente l'épée à Gauvain qui vient de le secourir et à ses compagnons, mais la ressoudure ne se produit pas ; le prédestiné attendu ne se trouve pas parmi eux. La Queste fera allusion à ce récit : la première épreuve proposée aux quêteurs du Graal à leur arrivée au château de Corbénic est la ressoudure de l'Espee Brisiee [...] cele dont Joseph ot esté feruz par mi la quisse. Seul Galaad y parviendra33.

50Voilà donc Joseph d'Arimathie blessé de la même blessure que le roi de Chrétien et que les mehaigniés du grand cycle : le père du roi Pellès, et le roi Parlan mystérieusement frappé par mi oultre les deus cuisses pour avoir voulu saisir l'épée de David déposée sur la nef de Salomon. L'Estoire del Saint Graal reprendra l'aventure de Brocéliande et l'affaire de la blessure ; l'auteur de Sone a pu en avoir connaissance par l'un ou l'autre de ces récits.

51Si le Roi Pêcheur du Perceval est innocent - mais nous sommes à présent bien loin de lui - ces rois du cycle en prose sont châtiés pour leur outrecuidance. Quelle serait la faute de Joseph d'Arimathie ?

  • 34 Perlesvaus, p. 115.
  • 35 Éd. Sommer, pp. 208-212.

52Nos auteurs, depuis Robert, ne cessent de fustiger le péché de la chair ; le saint vaissel exige la chasteté, les luxurieux sont bannis de sa présence. L'épisode de l'institution de son service qui, dans le poème de l'Estoire, départage purs et impurs, retentira sur toute la littérature postérieure. Ainsi Lancelot, en dépit de ses hautes qualités et de ses mérites, ne sera-t-il jamais admis devant le Graal, en raison de son amour illicite pour la reïne Guenièvre. La conception d'un Roi Pêcheur châtié pour une faute d'ordre sexuel ne saurait provenir de nos romans français, où le gardien du Graal se doit d'être le modèle d'une pureté que le Perlesvaus symbolisera par l'escarboucle enchâssée dans la porte de son château34. Galaad et Perlesvaus, les élus du Graal, demeurent vierges à l'image de Joséphé, l'officiant de son service dans tout le Lancelot en prose, et aucun de ses détenteurs n'a trop passionnément aimé de femme indigne : l'épouse de Bron, Enygeus, est une sainte femme, de même que celle de Joseph, la fidèle Eliap, mère de Joséphé et de Galaad de Galafort, le futur roi de Hocelice, engendré sur l'ordre exprès de Dieu35.

53L'idée d'un Roi Mehaignié expiant un amour interdit nous rapproche par contre singulièrement du Parzival. Voici ce qu'à travers l'ermite Trevrizent s'adressant au héros nous révèle Wolfram von Eschenbach :

  • 36 Éd. K. Lachmann, revue par E. Hartl, Wolfram von Eschenbach, 1. Band : Lieder, Parzival und Titure (...)

"Si un roi du Graal aime une femme autre que celle que désigne l'inscription sur le Graal, il doit endurer comme punition souffrances et tourments pitoyables [...] Un jour, le roi partit seul, à cheval, en quête d'aventure, ce qui devait causer deuil aux siens. Son désir d'amour le poussait à chercher pour sa joie récompense d'amour. Dans un combat singulier, ton cher oncle fut blessé en ses parties viriles par une lance empoisonnée, et jamais plus il ne recouvra la santé. Celui qui bataillait et luttait contre lui était un païen [...] Son coup de lance nous ôta toute joie. Ton oncle remporta, certes, la victoire, mais il garda dans son corps le fer de la lance. Quand le noble jouvenceau revint vers les siens, de grandes lamentations se firent entendre [...] Le roi ne peut ni chevaucher, ni marcher, ni demeurer couché ni se tenir debout ; il s'adosse à un appui sans s'asseoir, et il connaît très bien son état lamentable... "36.

  • 37 Ibid., p. 377.

54"C'est une femme, déclarera plus tard le roi, qui a été la cause de mes atroces souffrances.. "37

55Ce texte comporte des éléments communs d'une part avec le récit de la blessure de Joseph en Brocéliande : le coup félon est porté par un païen, une partie de l'arme reste dans la plaie ; d'autre part surtout avec l'histoire de Joseph dans Sone : le mal est la conséquence d'un amour pour une femme que le héros ne devrait pas aimer. L'auteur de Sone connaît sans aucun doute l'affabulation de la blessure de Joseph par les récits mêmes que nous connaissons ou par la tradition dont ils sont peut-être issus, mais connaît-il le Parzival ?

  • 38 Sone, Nachwort des Herausgebers, p. 550.
  • 39 Parzival, p. 376.

56Il se peut que la ressemblance provienne d'une source commune -peut-être même d'origine française - qui ne nous serait pas parvenue ; c'était l'hypothèse émise par l'éditeur du roman, Moritz Goldschmidt38. Nous la jugeons peu crédible pour la raison exposée plus haut et surtout parce que d'autres éléments rapprochent encore étroitement les deux œuvres. Ainsi, chez Wolfram, le roi, après sa guérison, reprend la vie chevaleresque pour consacrer ses armes au service de la sainte relique : "Je romprai encore des lances et combattrai au service du Graal-, déclare Anfortas qui a recouvré sa force et sa beauté39.

Et puis fu d'armes si poissans,
Mout confondi les mescreans.
…………………..
Mais longement vesqui li rois,
En sa vie essaucha li fois, (vv. 4827-4332)

57nous apprend le roman de Sone, allant ainsi à l'encontre de toute la tradition française, où le Roi Pêcheur ne guérit que pour mourir peu après et laisser sa succession à son guérisseur. C'est le cas notamment dans le Didot-Perceval, qui nous raconte sa mort, et dans la Continuation de Manessier qui raconte en outre le règne de Perceval. En dehors de Sone de Nausay, je ne connais dans notre littérature aucun texte qui fasse état de prouesses du Mehaignié après sa guérison. Le valeureux guerrier que nous présente Sone est plus proche d'Anfortas que des Rois Pêcheurs de nos textes dont on vante surtout la sainteté.

58Un autre détail, à vrai dire assez surprenant, pourrait difficilement s'expliquer sans l'influence du Parzival : quand l'abbé de Galoche présente à ses visiteurs le Graal et la Lance, les moines feignent d'éclater en sanglots, les pleurs redoublant à la vue de la lance :

L'abbés fist la benëychon
Et lor donna mout grant pardon.
Puis ouvri .I. vaissiel d'ivoire,
Qui fu tailliés a maint ystoire,
Et le saint grëal en sacha.
Tous li pays en raluma.
Lors veyssiés moinnes plorer
Et en plorant si haut canter.
Che fu : Te Deum laudamus,
Ne de telz vaissiaus n'est il plus.
Sour l'autel les la crois l'a mis
Li sains hons qui Diex ert amis.
Dont va le saint fier aporter
Dont vous m'avés oyt parler.
Abbés et moinnes si ploroient,
Par samblant en larmes fondoient. (vv. 4901-4916)

59Ce curieux rituel n'est pas sans évoquer l'épisode du cortège du Graal dans Parzival :

  • 40 Ibid., p. 174.

De nombreux chevaliers à la belle prestance étaient assis à la ronde, auxquels on présenta un objet qui leur infligea une grande douleur : c'était une coutume qui les plongeait dans la tristesse. Un écuyer franchit d'un bond la porte, dans la main il tenait une lance sur le tranchant de laquelle on voyait sourdre du sang qui coulait le long de la hampe jusque sur la main et dans la manche. Alors on commença à pleurer et à crier dans la vaste salle de telle façon que même les peuples de trente pays n'auraient pu verser autant de larmes !40

  • 41 A chaque lever de Saturne se ravivent les souffrances d'Anfortas pénétré de grands frissons, alors (...)

60Si ce deuil s'explique chez Wolfram par le caractère de la lance qui rappelle à l'assitance les indicibles souffrances du roi et leur mode de soulagement, il ne se justifie aucunement dans notre texte, où la lance est celle de Longin dont l'apparition, chez nos auteurs, n'a jamais produit pareil effet41. Ces pleurs, de plus, accompagnent ici le Te Deum, ce joyeux chant d'action de grâces. L'incohérence trahit à elle seule l'emprunt et le réemploi malhabile. Signalons enfin, ce n'est pas sans intérêt, que le résumé en prose du roman dans le manuscrit (Turin LI, 13) le termine, comme le Parzival, sur l'évocation du Chevalier au Cygne.

  • 42 Un château fort des Vosges, en Alsace (Aussay).

61Le romancier qui a raconté le prodigieux destin du jeune chevalier de Nambsheim ne semble pas ignorer les choses de l'Empire. Son héros lui-même se déclare fils d'Henri, seigneur du château de Nausay Qui est fremés es mons d'Aussay (v. 393)42 et il ajoute Et d'Alemagne fu ma mere. Quant à son nom de Sone, il le tient, nous dit-il, de son parrain, un puissant seigneur d'Outre-Rhin. Pourquoi notre auteur n'aurait-il pas connu le célèbre poème de Wolfram qui eut jusqu'au xve siècle un si grand retentissement ? Rien ne s'y oppose. L'explication du "roman" de Joseph Roi Pêcheur par l'influence du Parzival est la plus simple et partant la plus acceptable.

62Si dans leur long cheminement à travers textes et traditions orales, les deux figures n'ont cessé de se contaminer et de se rapprocher, c'est la version connue par Wolfram qui en définitive a attiré à elle l'image de Joseph, une fois qu'on l'eut rendu à son tour mehaignié.

63Le romancier de Sone, fait preuve d'une culture assez diversifiée. Il connaît à coup sûr le roman de Chrétien, bien qu'il ne nomme nulle part Perceval ; le guérisseur - un chevalier - demeurant chez lui anonyme. Il n'a pas nécessairement connu le poème de Robert. Mais il connaît le grand cycle en prose, notamment l'Estoire del Saint Graal, d'où il a pu tirer le personnage d'un Joséphus sage clerc et premier évêque, l'existence d'un second fils de Joseph d'Arimathie, né en Occident, le voyage de Joseph et son apostolat. Il a pu y trouver des histoires de navigations merveilleuses et, comme dans le Lancelot propre, l'aventure de Brocéliande et le récit de la blessure à la cuisse.

64La synthèse qu'il a réalisée obéit à la dynamique de la littérature du Graal, où l'apocryphe chrétien d'origine orientale et le vieux mythe celtique s'étaient mis à fusionner dès que Robert eut fait de la paropside le Graal et de Bron, Riche Pêcheur, l'aïeul de Perceval ; l'inventeur du Graal et son gardien blessé deviendront en fin de compte un seul et même personnage.

65Il ne saurait s'agir d'une banale confusion ni d'un accident ; le travail de refonte en témoigne, qui aboutit à l'image neuve d'un Roi Pêcheur procédant à la fois de Chrétien (le responsable de la gaste terre) et de Wolfram (le luxurieux châtié et guéri, l'ennemi implacable des mécréants).

  • 43 Travaux de Littérature, publiés par l'ADIREL, V, 1992, pp. 19-36.

66La synthèse romanesque ouvrait le conte du Graal à l'influence germanique. L'Estoire, dans Sone de Nausay, avait rencontré Parzival43.

Notes

1 Nausay ou peut-être plutôt Nansay, nous gardons la lecture de l'éditeur. Sone von Nausay, herausgegeben von Moritz Goldschmidt, Tübingen, Bibliothek des Literarischen Vereins in Stuttgart, t. 216, 1899. Une nouvelle édition serait souhaitable.

2 Vv. 4271-5020.

3 Thème celtique bien connu de la navigation merveilleuse ; le voyage de Joseph est un immram.

4 Lloegyr est l'appellation galloise de l'Angleterre. Le royaume de Logres est, comme on sait, celui du roi Arthur. Lorgres désigne ici le royaume éprouvé de Joseph, la Norvège. Le nom de l'abbaye de Galoche (à rapprocher de galesche) évoquerait le pays de Galles ; J. Marx y voyait une allusion à l'origine du conte, voir Nouvelles Recherches sur la Littérature Arthurienne, Paris, Klincksieck, 1965, pp. 153-159. Il s'agirait plutôt de donner au récit quelque coloration celtique en rapport avec la tradition du mythe : souci qui apparaît également dans le choix du nom du roi, Alain. Nous sommes dans une Norvège celtisée, qui avait été, d'après Geoffroi de Monmouth, une conquête du roi Arthur.

5 Nous citons l'édition F. Lecoy, Le Conte du Graal (Perceval), Paris, Champion, 1975 (CFMA 100 et 103). Le texte en a été traduit par J. Ribard, Champion Traductions, 1979.

6 Les littératures celtiques anciennes abondent en cas analogues : histoire de Ilud et Ilewelys, histoire de Lugaid Mac Niad, histoire de Conaire Mor, etc. citées par J. Vendryes Etudes Celtiques, V, 1949, pp. 20 sq. et R.S. LoomisArthurian Tradition and Chrétien de Troyes, p. 393. Le drame de la carence royale est amplement traité dans le roman de Perlesvaus, qui, comme d'ailleurs le Perceval, en privilégie l'aspect social.

7 Lancelot, Roman en prose du xiiie siècle, éd. par A. Micha, 9 vol., Genève, Droz, 1978-1983, t. V, XCVIII, p. 49.

8 Pour toutes ces références voir notes supra.

9 Ed. Micha, t. V, XCVIII, 38.

10 Identification du mort de la bière chez Manessier, op. cit., vv. 32819-32909.

11 Cette déclaration du roi Pellès se situe dans l'épisode de la visite de Bohort au château de Corbénic, vol. V, XCVIII, p. 49.

12 La Queste del Saint Graal, éd. par A. Pauphilet, Paris, Champion, 1923 (CFMA 33). Traduction par E. Baumgartner, Paris, Champion, 1979.

13 Voir supra "La Récurrence des motifs en symétrie inverse et la structure du Perceval de Chrétien de Troyes".

14 Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, éd. Mary Williams, t. I et II, Paris, Champion, 1922-1925 (CFMA 28 et 50), t. III éd. Marguerite Oswald (CFMA 101). L'histoire d'Evalac-Mordrain se trouve au vol. II, vv. 10450-10556 ; Queste, pp. 83-86 et 262-263. L'Estoire del Saint Graal cyclique, éd. O. Sommer, Washington, 1909, la reprendra pour lui donner un long développement [20-244] où elle s'entrelace à divers autres récits et diverge considérablement des textes précédents.

15 Le Roman de l'Estoire dou Graal, éd. par W.A. Nitze, Paris, Champion (CFMA 57), 1927 ; A. Lawton, Joseph of Arimathea : A critical Edition, New York-London, Garland (Garland Medieval Texts, 5), 1983.

16 Matthieu, XXVII, 57-61 ; Jean, XIX, 38-42 ; Marc, XV, 42-47 ; Luc, XXIII 50-56.

17 J. Frappier a exposé ces vues pénétrantes dans "Le Graal et la chevalerie", in Autour du Graal, Genève, Droz, 1977, pp. 89-128, ouvrage qui regroupe un certain nombre de ses articles.

18 Éditions : C. Tischendorf, Evangelia Apocrypha, Leipzig, 1976 ; G. Bonaccorsi, I Vangeli apocrifi, Florence, 1948 ; A. de Santos Otero, Los Evangelos apocrifos, Madrid, 1956. Les Gesta Pilati racontent le procès de Jésus, la passion, l'ensevelissement, la résurrection, l'ascension, l'emprisonnement et la libération miraculeuse de Joseph d'Arimathie. C'est sur ce noyau que Robert greffera une histoire probablement liée à un culte du Saint Sang et de la paropside, voir J. Marx, "Le culte et la tradition de la paropside en Grande-Bretagne", in Nouvelles Recherches..., pp. 160-164. Sur les apocryphes dans le monde celtique, voir Nora Chadwick, The Age of the Saints in the early celtic Church, Oxford Press, 1961, et Martin Mac Namara, The Apocrypha in the Irish church, Dublin, Institute for Advanced Studies, 1975. Sur les sources apocryphes de l'Estoire, voir A. Micha, "Matière et sen dans l'Estoire dou Graal de Robert de Boron", Romania, LXXXIX, 1968, pp. 457-480, réédité dans De la chanson de geste au roman, Genève, Droz, 1976, pp. 207-230.

19 J. Frappier, Ibid., pp. 108 et 114.

20 Le plat de la Cène. On sait par ailleurs qu'un graal est un large plat légèrement creux : scutella lata et aliquantulum profunda selon la définition d'Hélinand de Froidmont souvent citée (Patrologie Latine, CCXII, pp. 814-815).

21 Robert confond la Cène avec les repas chez Simon le Lépreux ou Simon le Pharisien.

22 Sur les rapports de l'Estoire avec la célèbre abbaye du Somersetshire, voir notamment J. Marx, "Robert de Boron et Glastonbury", Moyen Age, 1953 (n°l et 2), repris dans Nouvelles Recherches, pp. 139-152.

23 Gerbert de Montreuil, t. I, vv. 3180-3193.

24 Sur les rapports de parenté par agnation et par cognation dans nos romans voir Elisabeth Schmid, Familiengeschichten und Heilsmythologie, Die Verwandschafts Strukturen in den französischen und deutschen Gralromanen des 12. und 13. Jahrhunderts, Tübingen, Niemeyer, 1986. Joseph y aura les deux sortes de lignages.

25 Éd. A. Micha, t. V, XCVIII, 39, p. 266. C'est ce lai que le Roi Mehaignié interprète sur sa harpe en pleurant.

26 Ibid., t. II, LXI, 12, p. 329.

27 Manessier, vv. 32761-32770 ; Perlesvaus, branche XI.

28 Ce roman est une amplification considérable de la mise en prose du poème de Robert (éd. par. W. Roach, "The Modena Text of the Prose Joseph d'Arimathie", Romance Philology, IX, 1955-56, pp. 313-342). Il a été rédigé postérieurement au cycle du Lancelot en prose pour lui servir de portique d'entrée. Le nouvel ensemble constituant, comme on sait, le gigantesque cycle du Lancelot-Graal. L'Estoire del Saint Graal a notamment en perspective la Queste, qu'elle se propose de préparer. Elle occupe le vol. I de l'édition 0. Sommer, The Vulgate Version of the Arthurian Romances, 7 vol., in-4, Washington, 1909-1913. Excellent résumé dans F. Lot, Etude sur le Lancelot en prose, Paris, 1918, pp. 293-307. Voir aussi le récent ouvrage de Michelle Szkilnik, L'Archipel du Graal. Etude de l'Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991.

29 Gerbert de Montreuil, t. II,vv. 10360-10556.

30 Helaine Newstead, Bran the Blessed in Arthurian Romance, New York, 1939, pp. 93-95 et surtout R.S. Loomis, Wales and the Arthurian Legend, Cardiff, 1956, pp. 53-60, ainsi que "Les légendes hagiographiques et la légende du Graal" in Les Romans du Graal dans la littérature des xiie et xiiie siècles, CNRS, 1956, pp. 233-247.

31 Mabinogion, A new Translation by G. Jones and Th. Jones, London, 1949, pp.25-39.

32 Éd. A. Micha, t. II, LXI, 17. Le récit, détaché du contexte, se retrouvera dans l'Estoire del Saint Graal cyclique, éd. Sommer, pp. 252-256.

33 Éd. Pauphilet, p. 266.

34 Perlesvaus, p. 115.

35 Éd. Sommer, pp. 208-212.

36 Éd. K. Lachmann, revue par E. Hartl, Wolfram von Eschenbach, 1. Band : Lieder, Parzival und Titurel, Berlin, 1952, L. IX. Traduction par D. Buschinger, J.-M. Pastré, W. Spiewok, Parzival, Paris, coll. 10/18, 1989, pp. 274-281 et 377.

37 Ibid., p. 377.

38 Sone, Nachwort des Herausgebers, p. 550.

39 Parzival, p. 376.

40 Ibid., p. 174.

41 A chaque lever de Saturne se ravivent les souffrances d'Anfortas pénétré de grands frissons, alors le fer de la lance enduit d'un poison brûlant est posé sur sa blessure pour chasser le froid hors du corps et il en demeure ensanglanté. La lance, chez Chrétien, doit détruire un jour le royaume de Logres. Le poème de Robert ignore la lance qui saigne. L'arme a été assimilée à la lance de Longin, qui perça le flanc du Christ, dans la Première Continuation. Quant à la lance du mabinogi de Peredur, dont le passage s'accompagne aussi de pleurs, c'est une lance meurtrière située dans un tout autre contexte et ici hors de cause.

42 Un château fort des Vosges, en Alsace (Aussay).

43 Travaux de Littérature, publiés par l'ADIREL, V, 1992, pp. 19-36.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540