Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image, structure et sens

 | 
Antoinette Saly

Images récurrentes dans le Tristan de Béroul

Texte intégral

  • 1 E. Vinaver, "La Forêt du Morrois", C.C.M., 1968, pp. 1-13. L'étude repose sur l'examen des vv. 135 (...)

1Dans un remarquable article sur l'épisode du Morrois dans le Tristan de Béroul1, Eugène Vinaver montrait que la narration y procédait par "touches successives", par "variations" qui s'entrelacent et se superposent, et que le développement parallèle de plusieurs thèmes distincts s'y substituait à tout autre principe de coordination. Nous nous trouvions devant une "esthétique du miroir" dont le "principe directeur" était essentiellement la convergence dans l'esprit du lecteur de plusieurs reflets divers qui tirent leur signification de leur répétition et de leur variété, ajoutant et parfois substituant à la conscience du contexte immédiat celle d'un contexte thématique. D'où, concluait-il, la vanité de tout effort pour réduire un tel poème à un système uniforme de relations.

  • 2 Béroul, Le Roman de Tristan, éd. par E. Muret, 4e éd. revue par L.M. Defourques, Paris, Champion, (...)

2Ces vues incitent à jeter sur l'ensemble du roman de Béroul un regard attentif aux images, aux motifs et surtout à leur récurrence. Dans cette perspective, nous nous proposons d'étudier quelques exemples susceptibles de nous faire entrevoir la cohérence de ce texte difficile2.

I.- Le Rendez-vous sous le pin et le Bûcher

3Décor d'une simplicité raffinée que ce verger : un pin, une source. La lune luit, le pin se reflète dans la source ; caché dans ses branches, le roi Marc épie. Iseut a aperçu le reflet. Ne sont évoqués que les éléments directement utilisés pour les besoins de l'action dont le principal personnage est ce reflet dans l'eau, signe de la présence silencieuse vers qui s'oriente toute la scène : on ne parle que du roi, mais surtout on ne s'adresse qu'à lui, qui ne le sait pas. Tout l'art d'Iseut, qui mène le jeu, consiste à donner le change à cette ombre menaçante.

4Dans le déroulement de l'épisode, certaines images scandent le développement du récit. Le motif du refus, par exemple, et le motif du départ ponctuent le discours adressé à Tristan pour tromper Marc et affectent ainsi directement l'intrigue :

5Refus

"... ne me mandez nule foiz mais ..." (v. 17)
"... ne me mandez por nule chose ..." (v. 61)
"... Par foi, Tristan, n'en ferai mie,
ne vos nu me devez requerre ..." (vv. 172-3)

6Les dénégations réitérées d'Iseut devant les requêtes de Tristan sont destinées à faire croire à son indifférence envers le neveu du roi. Le motif a une fonction importante : c'est en opposant à Tristan sur toute la ligne une fin de non-recevoir qu'elle va le faire rentrer en grâce auprès de son oncle. C'est lui qui va finalement exaucer Tristan, lui accordant ce qu'Iseut lui a refusé. Le roi abusé, passant par les exigences d'une pénitence toute chrétienne, joindra à la contrition le ferme propos et la satisfaction qui réparera pleinement ses torts (vv. 258-319).

7Départ

"... Trop demor ci, n'en quier mentir ..." (v. 64)
"... Tristan, vois m'en, trop i demor". (v. 92)
"... Vois m'en, imais ne prendrai some ..."(v. 187)
"... vois m'en, trop sui ci longuement". (v. 196)

8L'intention répétée du recul - qui suppose l'ébauche d'un jeu de scène - est destinée à se graver dans l'esprit du roi. Iseut esquissant le mouvement contraire à celui de son attirance, jusqu'à sa fausse sortie (v. 197) et enfin jusqu'à sa sortie (v. 233) :

Iseut s'en torne, il la rapele ... (v. 197)
Atant s'en est Iseut tornee ... (v. 233)

9D'autres images ont une portée plus intérieure trahissant la terreur du couple, qu'elles exorcisent, celui-ci n'évoquant le péril que pour le détourner. Ainsi celle de la mort :

10Mort

"... bien sai qu'il me dorroit la mort ..." (v. 68)
"... Je ne vuel pas encor morir
ne moi de tot en tot perir ..." (vv. 167-8)
"... cel sai je bien que ja resort,
Tristan, n'avreie contre mort ..." (vv. 185-6)

11Bûcher

12La hantise d'Iseut se traduit plus précisément dans l'image du bûcher :

"... Mex voudroie que je fuse arse,
aval le vent la poudre esparse ..." (vv. 35-6)
"... il me feroit ardoir en ré.
Ne serait pas mervelle grant..." (vv. 192-3)

13Le motif sera repris, comme pour le conjurer cette fois, par Tristan :

"... dame, ore li dites errant
qu'il face faire un feu ardant ;
e je m'en entrerai el ré.
Se ja un poil en ai bruslé
de la haire qu'avrai vestu,
si me laist tot ardoir u feu ..." (vv. 149-154)

14Le supplice, devenant une ordalie à l'heureuse issue, prélude à la suite du roman, dès lors envisagée. L'épisode du bûcher est ici en préparation. Le héros va jusqu'à évoquer un dénouement justificatif sur le plan divin qui laisse peut-être déjà prévoir le prodige du Saut de la chapelle.

II.- La Fleur de farine et le Saut de la chapelle

15L'habileté d'Iseut a déjoué le piège, le Rendez-vous sous le pin marque une victoire du couple : le complot du roi et du nain a échoué, la situation s'est renversée en faveur des amants. Le péril s'est déplacé des accusés sur l'accusateur : le roi se retourne contre son nain. L'épisode de la Fleur de farine se présente comme une réduplication du premier : nouvelles accusations, nouveau complot du roi et du nain, nouveau piège ; mais conclusion inverse : le complot va réussir ; les amants sont pris en flagrant délit. Mais alors que l'heureux dénouement du Rendez-vous sous le pin se traduisait par un retour au statu quo, le drame de la Fleur de farine va relancer le récit en l'ouvrant sur une situation neuve.

16Cette fois, ce n'est plus Iseut, mais Tristan, qui déjoue le piège : il a surpris le nain Frocin en train de répandre entre son lit et celui du roi la farine où dans la nuit se marqueraient ses pas. Il rejoindra la reïne par un autre moyen. Mais dans le saut athlétique de son propre lit dans le lit royal où il va retrouver Iseut en l'absence de Marc, va se rouvrir une récente blessure ; les traces de sang le trahiront :

17Saut et sang

Les piez a joinz, esme, si saut,
el lit le roi chaï de haut. (vv. 729-730)
... errant s'en rest mot tost salliz. (v. 746)
La plaie mot avoit saignié. (v. 719)
Sa plaie escrive, forment saine ;
le sanc qui'nn ist les dras ensaigne.
La plaie saigne ; ne la sent... (vv. 731-33)
En plusors leus li sanc aüne. (v. 735)
... li sans decent (malement vait)
de la plaie sor la farine. (vv. 748-9)
Sor la flor, chauz, li sanc parut.
Li rois choisi el lit le sanc :
vermel en furent li drap blanc,
et sor la flor en pert la trace
du saut. (vv. 766-70)
Voient la janbe qui li saine. (v. 777)

  • 3 La mention de la blessure par le sanglier serait peut-être susceptible d'orienter l'interprétation (...)

18Les adversaires son comblés au-delà de leurs espoirs : on attendait des traces de pas sur la farine, on y trouve du sang ; on trouve du sang sur les draps du lit royal. De même que la victoire des amants dans le Rendez-vous sous le pin dépassait leurs espérances, la victoire des opposants va au-delà de leur attente, par une sorte de compensation qui rétablit l'équilibre entre les épisodes. Tristan toutefois n'est pas victime du nain - un Tristan ne saurait l'être d'un Frocin -, il ne l'est que de sa témérité (le saut dans l'obscurité), de sa malchance (la plaie sans bandage s'ouvre) et de l'ardeur de sa passion qui l'insensibilise3. Les vers 768-70 plaquent l'accord final du saut et du sang.

Le Saut de la chapelle et la verrière purpurine

19Le motif du saut va reparaître dans l'épisode du Saut de la chapelle. L'abside, exposée au vent du Nord, surplombe une falaise abrupte sur laquelle elle s'ouvre par un vitrail couleur de pourpre :

En la dube out une verrine,
que un sainz i fist, porperine. (vv. 925-6)

20C'est par là que Tristan sur le chemin du bûcher échappera à ses gardes :

... par l'overture s'en saut hors.
Mex veut sallir que ja ses cors
soit ars, voiant tel aünee. (vv. 945-7)
Tristan i saut mot de legier. (v. 950)
Encor claiment Corneualan
Cele pierre le Saut Tristran. (vv. 953-4)
Tristan saut sus : l'araine ert moble ... (v. 956)
La riviere granz sauz s'en fuit. (v. 961)

21Un premier bond sur une large pierre plate qui dépasse à mi-hauteur de la falaise, tandis que la bise s'engouffre dans les vêtements du héros pour amortir sa chute ; un second, sur le sable meuble de la plage ; enfin ceux de la fuite le long du rivage sur le fond sonore du bûcher crépitant. Les gens de Cornouaille, nous dit-on, feront de l'endroit un lieu-dit immortalisant le saut de Tristan.

  • 4 Le bel adjectif rare ressort, bien détaché, à la rime, parce que porteur de signification. Il n'es (...)
  • 5 Dans l'exégèse typologique, la concordance peut reposer sur un détail ; par exemple - et comme ici (...)

22Tristan avait été perdu par son saut dans le lit de la reïne et par les taches de sang sur la blancheur des draps royaux. Dans la chapelle de la falaise, ouvrant la verrière purpurine4, il exécute le saut, plus prodigieux encore, qui le sauvera. Nous sommes devant un ensemble indissociable construit sur le motif du saut et l'image de la couleur pourpre, qui perdent et qui sauvent. C'est dans ce renversement de situation qu'éclate le miracle. Pris isolément, le saut de la chapelle ne serait qu'un exploit sportif : il ne prend de signification que par rapport à celui de la Fleur de farine. Béroul a déjà conçu le Saut de la chapelle quand il traite la scène du flagrant délit ; scène qui. détachée de la suite, tiendrait du vaudeville, alors que l'ensemble prend une tout autre dimension : le saut du pécheur sanglant par la verrière de pourpre, œuvre ou offrande d'un saint, fait figure de rédemption ; la construction se fondant sur une conception du salut - de tout salut - pareille à ce renversement qui fait de l'arbre du péché le bois de la croix, ou qui oppose Eve et Marie. Nous ne sommes pas là, bien évidemment, devant un récit symbolique de la chute et de la rédemption, mais devant un récit qui s'organise selon le même esprit que l'exégèse biblique. La cohérence du texte apparaît au niveau des images récurrentes (sauts, éclaboussures de pourpre) dans une composition symbolique de caractère typologique5.

III.- Le Morrois et la Blanche Lande

  • 6 Tel est bien le sens des vers 1176 et 1182.

23Livrer Iseut aux lépreux, c'était exercer contre elle une sorte de loi du talion, à double titre : on l'abandonnait à leur luxure en châtiment de sa propre luxure ; on l'introduisait dans un monde marginal pour châtier sa transgression des lois de la société ; les lépreux symbolisent le double plan auquel se situe la faute de la reine. Iseut n'échappera aux lépreux que pour entrer dans le Morrois, autre monde clos, marginal, de la forêt, et y mener une vie asociale. Voici le couple rejeté, forbani, vivant, comme les lépreux, sans valoir, sans compter humainement ni conserver de droit6. Mais de même que Tristan perdu par un saut se sauvait par un saut, Iseut livrée au monde clos des lépreux trouvera le salut dans le monde clos du Morrois. Marc voulait la soustraire à la société pour la perdre, Tristan va la soustraire à la société pour la sauver : elle n'est pas exclue par Marc, mais par Tristan ; comme si Béroul tenait à préserver une certaine liberté de ses héros devant leur destin, leur conférant ainsi une supériorité sur leurs persécuteurs qui n'ont jamais sur eux, en définitive, la prise qu'ils s'imaginent. Le couple est victime d'une fatalité interne : il ne l'est ni des félons, ni du nain, ni du roi.

24Voici donc les amants morts au monde, ils entrent dans la grande forêt, qui s'ouvre comme un asile, pour y vivre, dans la souffrance, l'absolu de leur amour. Le Morrois est avant tout le lieu du repos et de l'évasion, ce que paraît traduire le motif récurrent du sommeil.

25Sommeil

La roïne ert forment lassee
por la poor qu'el ot passee ;
somel li prist, dormir se vot,
sor son ami dormir se vot. (vv. 1299-1302)
... endormi erent amedoi. (v. 1677)
Endormiz est, ne savoit mie
que cil eüst perdu la vie
par qui devoit mort recevoir ... (vv. 1731-33)
"... Somel m'est pris, dormir me vel". (v. 1800)
Eisi s'endorment li amant... (v. 1829)
Vit les dormanz, bien les connut... (v. 1843)
Tristan avoc s'amie dort :
par poi qu'il ne reçurent mort.
D'iluec endroit ou il dormoient,
qui, deus bones liues estoient
la ou li rois tenet sa cort. (vv. 1851-55)
"... Je te merrai la ou il dort,
et la roïne ensenble o lui,
Gel vi, poi a, ensenble o lui,
fermement erent endormi ..." (vv. 1890-93)
"... dorment estroitet enbrachiez ..." (v. 1901)
"... N'en ferrai nul. Endormi sont ... (v. 2014)
"... et se g'esvel cest endormi ..." (v. 2017)
"... certainement savoir porront
qu'il furent endormi trové ..." (vv. 2021-22)
... vit ensenble les deus dormanz ... (v. 2040)
Vet s'en li rois, dormant les let. (v. 2055)
Mais or oiez des endormiz,
que li rois ot el bois gerpiz. (vv. 2063-64)

26Iseut a échappé, Iseut s'endort ; la meute du félon pénètre dans la forêt, Tristan et Iseut dorment ; le forestier les découvre, Marc les découvre, Tristan et Iseut dorment ; le roi repart, Tristan et Iseut dorment toujours. Ils deviennent pour l'auteur qui relance son récit les "endormis" de la forêt.

27Ce sommeil quasi providentiel, en leur évitant la rencontre directe avec l'adversaire, assure leur protection. C'est le cas avec le félon que tuera Governal et avec le roi Marc qui se refusera à provoquer son neveu surpris dans le sommeil.

28Songe d'Iseut

29Tandis que Marc multiplie auprès des amants les signes de son pardon, Iseut est en train de rêver ; rêve incohérent, à la fois conscient du danger de l'instant vécu et symboliquement prémonitoire.

30Elle se trouve dans une grant gaudine / Dedenz un riche pave lion :

... a li venoient dui lion,
qui la voloient devorer ;
el lor voloit merci crier,
mais li lion, destroiz de fain,
chascun la prenoit par la main. (vv. 2065-72)

31Ces lions se présentent d'abord comme des animaux de cauchemar, mais surprise ! voici qu'ils la prennent chacun de son côté par la main. Ces lions humanisés ont soudain repris leur sens symbolique traditionnel : ce sont figures de rois.

32Les éléments du songe d'Iseut vont se retrouver plus loin dans l'épisode de la Blanche Lande où nous apparaîtra, cette fois bien réelle, la grant gaudine couverte des riches pavillons du roi Arthur, du roi Marc et de leurs maisnies somptueusement vêtues de soie :

nus ne vit deus plus riches corz
…………………………………………….
es pavellons ont joie fait.
…………………………………………….
Maint calemel, mainte troïne,
qui fust la nuit en la gaudine
oïst en pavellon soner. (vv. 4102-4113)

33Au moment de prêter serment, Iseut sera debout entre les deux rois qui la tiennent par la main :

Tuit s'asistrent par mié les rens,
fors les deus rois. C'est a grant sens :
Yseut fu entre eus deus a mains. (vv. 4183-85)

34Les deux lions qui dans le songe la prennent chacun par une main désignent donc les deux rois Arthur et Marc. Ainsi au moment du plus grand péril et du pardon même de Marc, le rêve prophétique d'Iseut annonce déjà sa deraisne solennelle, comme si le pardon de l'époux, reçu pendant le sommeil, appelait la justification publique de la reine. Le songe d'Iseut fournit un prolongement à l'épisode de la feuillée, qu'il ouvre sur de nouvelles perspectives.

35Grâce à la récurrence des images - oniriques, puis réalisées - le songe d'Iseut jette un pont entre le présent et l'avenir, le Morrois et la Blanche Lande, c'est-à-dire entre les deux phases de sa réhabilitation. Nous nous trouvons devant un procédé de composition relevant de cette "esthétique du miroir" qu'Eugène Vinaver, à partir d'observations différentes, avait si judicieusement décelée dans l'épisode du Morrois.

36Longueur de temps

Seignors, eisi font longuement
en la forest parfondement,
longuement sont en cel desert. (vv. 1303-05)
Longuement sont en cel boschage. (v. 1359)
Longuement par Morrois fuirent ... (v. 1648)
Longuement fu en tel dechaz. (v. 1771)

37Dans le Morrois il n'y a pas de repère temporel. Un seul adverbe : longuement, traduit la durée indéterminée d'une situation qui semble ne devoir jamais prendre fin.

38Le première notation de temps apparaît au moment où se dessine la scène centrale de la feuillée :

Seignor, ce fu un jor d'esté,
en icel tens que l'en aoste,
un poi aprés la Pentecoste. (vv. 1774-76)

39Il faudra attendre les vers 2131-2145 pour que le récit mentionne une durée calculée :

Trois anz plainiers sofrirent peine ... (v. 2131)
Tant con durerent li troi an ... (v. 2143)

40et enfin une date :

L'endemain de la saint Jehan
aconpli furent li troi an
que cil vin fu determinez. (vv. 2147-49)

41Le récit entre dans le temps au moment où cesse l'enchantement. Les amants vont alors réintégrer la temporalité dont le philtre semblait avoir aboli pour eux la dimension. Ils vont ressentir leur exclusion et aspirer à la réinsertion sociale.

42Pendant le séjour dans le Morrois disparaissent les puissances occultes : la magie du nain et la magie du philtre. Le premier périt dès le début de l'épisode, l'intrigue exigeant la suppression de l'astrologue capable de repérer à tout moment les fugitifs ; de son vivant point de refuge pour eux ... et point de roman, la mort du devin (vv. 1306-50) est nécessaire à la cohérence du récit qui se doit de protéger le couple pour en retarder la découverte par Marc. Au sortir du Morrois, la situation se trouvera clarifiée, ils quitteront un monde mythique pour affronter leurs seules passions et la malice tout humaine de leur entourage.

43Fuite

La ou la nuit ont herberjage,
si s'en trestornent au matin. (vv. 1360-61)
... sol une nuit sont en un leu (v. 1430)
En un leu n'ose remanoir ;
dont lieve au main ne gist au soir. (vv. 1639-40)
Longuement par Morrois fuirent ... (v. 1648)
"... Bele, or n'i a fors du fuïr ..." (v. 2095)
"... Dame, fuion nos en vers Gales ..." (v. 2099)
"... Fuion, n'avon que demorer". (v. 2121)
Torné s'en sont bone aleüre ... (v. 2125)
Morrois trespasent, si s'en vont,
granz jornees par poor font,
droit vers Gales s'en sont alé. (vv. 2127-29)

44La vie dans le Morrois est une fuite perpétuelle, les amants s'enfoncent toujours plus profondément dans la forêt qu'ils finiront par traverser dans leur course échevelée vers le Pays de Galles.

45Au motif de la fuite s'entrelace celui de la souffrance endurée dans l'éblouissement de l'amour. Le motif de la souffrance abolie par la passion avait fait son apparition plus tôt, dans l'épisode de la Fleur de farine, avec une fonction dramatique bien déterminée :

La plaie saigne ; ne la sent,
qar trop a son delit entent. (vv. 733-34)

46Il va trouver ici son épanouissement et sa véritable dimension :

Tant s'entraiment de bone amor
l'un por l'autre ne sent dolor. (vv. 1365-66)
Chascun d'eus soffre paine elgal,
quar l'un por l'autre ne sent mal ... (vv. 1649-50)
Fu ainz maiss gent tant eüst paine ?
Mais l'un por l'autre ne le sent,
bien orent lor aaisement. (vv. 1784-86)
Ainz puis le tens que el bois furent,
deus genz itant de tel ne burent... (vv. 1787-88)
... nule gent tant ne s'entramerent
ne si griment nu conpererent. (vv. 1791-92)

47Ainsi l'effet du lovendrant continûment évoqué domine-t-il toute cette partie du récit. Le leitmotiv disparaîtra avec lui, à partir du vers 2147, l'endemain de la saint Jehan.

48Chasse

49Les images de chasse tissent une sorte de continuo dans l'épisode où elles en accompagnent d'autres. Nécessité vitale, activité épuisante et solitaire, car de char vivent, el ne mengüent (v. 1645), la chasse est partout évoquée, notamment par la récurrence des images de l'arc et celles des cervidés :

De cers, de biches, de chevreus
ocist asez par le boscage. (vv. 1426-27)

50On y pense déjà dans la fuite vers la forêt, et le premier geste du prévoyant Governal en y pénétrant est de voler l'arc d'un forestier pour le tendre à Tristan. Le chevreuil que celui-ci tire aussitôt fera le premier repas des proscrits :

Tristan prist l'arc, par le bois vait,
vit un chevrel, ancoche et trait,
el costé destre fiert forment :
brait, saut en haut et jus decent. (vv. 1285-88)

51Admirable instantané qui surprend le bond de l'animal mortellement touché :

52Cette nécessité fait du héros de Béroul - mot buen archier (v. 1279) - un inventeur en cynégétique. Dans le Morrois, il dresse le brachet Husdent à la chasse à la muette et invente l'arc -qui-ne-faut :

Or voit Tristan en bois berser.
Aaitiez fu, a un dain trait :
li sans en chiet, li brachet brait,
li dains navrez s'en fuit le saut.
Husdent li bauz en crie en haut,
li bois du cri au chien resone.
Tristan le fiert, grant cop li done. (vv. 1606-12)

53Habile dresseur, Tristan fera bientôt de cet opposant qu'est le chien trop fidèle un utile adjuvant capable même de chasser seul pour ses maîtres à l'occasion.

54A la chasse silencieuse de Tristan s'oppose la chasse bruyante du félon que Governal suit aux aboiements de la meute et qui sera fatale au chasseur :

... oï les chiens par aventure :
le cerf chacent grant aleüre,

Li chien chacent, li cerf ravine. (vv. 1679-84)

55Quant à l'arc, qui ne faut / riens qu'il ne fire, bas ne haut (vv. 1763-64), c'est un piège ingénieux, qui n'a rien de magique :

Se par le bois vait cerf ne dains,
se il atouchë a ces rains
ou cil arc est mis et tenduz,
se haut hurte, haut est feruz,
et se il hurte a l'arc an bas,
bas est feruz eneslepas. (vv. 1755-60)

56Plus tard, le forestier Orri nourrira le héros réfugié dans sa cave du gibier pris au filet et au panneau : senglers, lehes, cers et biches, dains et chevreus (vv. 3020-22).

57L'image de la chasse sous-tend les grands moments de l'action. Si Marc, par une chaude journée, découvre les amants chastement endormis, c'est que Tristan harassé par la poursuite d'un cerf s'est couché sans même se dévêtir, se contentant de retirer son épée et de la déposer entre eux deux :

"- Amis, ou avez vous esté ?
- Après un cerf, qui m'a lassé.
Tant l'ai chacié que tot m'en duel.
Somel m'est pris, dormir me vel". (vv. 1797-1800)

58Fatigue providentielle !

59C'est pendant une chasse au cerf que sonne l'heure où cesse l'effet du philtre, les trois ans de son efficacité étant accomplis :

La ou il cort après la beste,
l'ore revient, et il s'areste,
qu'il ot beü le lovendrant. (vv. 2157-59)

60Tristan aussitôt abandonne la poursuite de l'animal blessé et rentre en lui-même :

Tristan s'apuie sor son arc,
sovent regrete le roi Marc,
son oncle, qui a fait tel tort... (vv. 2195-97)

61La chasse, suspendue, fait place au remords.

62Enfin, beaucoup plus tard, l'assemblée de la Blanche Lande déploiera ses fastes sur le fond de la chasse au cerf qui en fait partie :

Cil qui la fu enz en la pree
de maint grant cerf ot la menee. (vv. 4087-88)

63Evocation fugitive, inattendue, qui vient en écho rappeler le Morrois au lecteur attentif. Comme les images du songe ici réalisées, celle de la menée du cerf ménage un lien entre les deux épisodes à quelques deux mille vers de distance. Le motif chez Béroul est bien au sens propre un leitmotiv, "un motif conducteur".

  • 7 Quant à la mort de Godoïne, elle n'est pas sans rappeler quelque chose du Rendez-vous sous le pin  (...)

64Plus loin encore, au dernier épisode du roman mutilé où se relance le drame après la brève accalmie de la deraisne, on croit surprendre un nouveau reflet du passé : la mort de Denoalen, dont Tristan épie la chasse, n'est pas sans rappeler celle du félon dans le Morrois ; Governal rapportait sa tête aux amants, Tristan rapportera à Iseut les tresses de son ennemi boutees dans sa chauce (v. 4391)7. Les situations se reproduisent, et le récit se trouve entraîné par les récurrences dans un mouvement de rotation qui en fait un éternel retour.

  • 8 Système de concordances symboliques, essentiellement entre les deux Testaments, voir P. Henri de L (...)

65Cette étude est loin d'être exhaustive, elle s'est seulement proposé, à partir de quelques exemples, d'attirer l'attention à la fois sur une conception quasi musicale de la composition chez Béroul et sur une ordonnance de l'action qui trouve son principe dans les méthodes de l'exégèse biblique8.

Notes

1 E. Vinaver, "La Forêt du Morrois", C.C.M., 1968, pp. 1-13. L'étude repose sur l'examen des vv. 1351-66 regardés comme "plaque réfléchissante" du texte.

2 Béroul, Le Roman de Tristan, éd. par E. Muret, 4e éd. revue par L.M. Defourques, Paris, Champion, CFMA, 12.

3 La mention de la blessure par le sanglier serait peut-être susceptible d'orienter l'interprétation dans ce sens. Il existe, semble-t-il, une secrète affinité entre Tristan et le sanglier, qui, selon Gottfried de Strasbourg et Heinrich de Freyberg, figurait sur son écu. Certains textes les identifient symboliquement, ainsi l'épisode de Mariadoc, qui chez Thomas correspond en partie à la Fleur de la farine, et le ms. 103 du Tristan en prose, voir J. Bédier : Thomas, Roman de Tristan, SATF, t. I, 1902, p. 178, et J. Loth, Contribution à l'étude des romans de la Table Ronae, Paris, Champion, 1912, pp. 14-16. Mariadoc, conseiller du roi et compagnon de Tristan, partage sa chambre. Une nuit de neige, il fait un songe étrange : il voit un sanglier furieux foncer sur le palais de Marc, pénétrer dans la chambre royale et se ruer sur le lit qu'il souille de son écume. Mariadoc se réveille, constate l'absence de Tristan, se précipite au-dehors, suit la trace des pas qui le conduisent jusqu'à la porte de la chambre, entre et surprend le couple adultère. Il éveillera les soupçons du roi. C'est également sous l'apparence d'un grand sanglier qui la honnissoit toute de sanc qu'Iseut se représente Tristan dans le songe prémonitoire qui lui annonce sa mort (ms. 103). L'homologue irlandais de Tristan, Diarmaid amant de Grainne, a pour geis de ne pas tuer de sanglier sous peine de mort (Diarmaid et Grainne, trad. française par G. Dottin, L'Epopée Irlandaise, Paris, 1926). En aurait-il été de même pour quelque Tristan primitif ? On trouve chez Béroul comme un écho de pareil tabou dont la transgression, acte autodestructeur, provoquerait le drame. On sait par ailleurs, à s'en tenir aux realia, que les blessures de chasse au sanglier étaient particulièrement profondes et dangereuses.

4 Le bel adjectif rare ressort, bien détaché, à la rime, parce que porteur de signification. Il n'est pas non plus indifférent que ce vitrail soit l'œuvre (ou le don) d'un saint.

5 Dans l'exégèse typologique, la concordance peut reposer sur un détail ; par exemple - et comme ici - la couleur rouge dans l'interprétation de l'histoire de Rahab du Livre de Josué : la prostituée Rahab sauvée, lors de la prise de Jéricho, par le signal d'un cordon écarlate noué à sa fenêtre annonce le salut de l'Eglise marquée du sang de l'Agneau et devient par là figura Ecclesie ; la cordelette rouge étant sanguinis Christi signum. (Bible de Jérusalem, Josué, 8-21, n. 21). Sur la question, voir E. Auerbach, "Typologische Motive in der mittelalterlichen Literatur", Schriften und Vorträge des Petrarca-Instituts Köln, II, Krefeld, 1953.

6 Tel est bien le sens des vers 1176 et 1182.

7 Quant à la mort de Godoïne, elle n'est pas sans rappeler quelque chose du Rendez-vous sous le pin : Iseut, épiée par le traître dont elle aperçoit l'ombre, parvient à signaler sa présence à Tristan, qui, d'une flèche, lui transpercera la cervelle.

8 Système de concordances symboliques, essentiellement entre les deux Testaments, voir P. Henri de Lubac, Exégèse Médiévale. Les quatre sens de l'Ecriture, Paris, Aubier, 4 vol. 1959-1964. PRISMA, VII, 1, 1991, pp. 107-117.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540