Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image, structure et sens

 | 
Antoinette Saly

Beaurepaire et Escavalon

Texte intégral

  • 1 Nous citons le texte de l'édition de William Roach : Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval ou l (...)

1Lorsque Perceval sort chevalier de chez Gornemant de Goort, c'est pour rencontrer aussitôt l'aventure où se profilera son destin. A peine a-t-il retrouvé les grands bois familiers que sa chevauchée le mène à un chastel fort et bien seant (v. 1707)1. Au fur et à mesure qu'il approche, cependant, ne s'offre qu'un paysage désolé de lande et d'eau : Defors les murs n'avoit neant Fors mer et aive et terre gaste (vv. 1708-1709). Il franchit un pont chancelant et se heurte à une porte close. Ses cris, ses coups redoublés attirent enfin une pucele maigre et pale (v. 1724), puis quatre serjants défaits par le jeûne et les veilles. On lui ouvre, on lui accorde une hospitalité de fortune. A l'intérieur de l'enceinte, le bourg déserté menace ruine :

Car tot par tot ou il ala,
Trova degastees les rues
Et les maisons vit decheües.
C'ome ne feme n'i avoit.
Deus mostiers en la vile avoit
Qui ja furent deus abeïes :
L'une de nonains esbahies,
L'autre de moignes esgarez.
Ne trova mie bien parez
Ces mostiers ne bien portendus,
Ainçois vit crevez et fendus
Les murs et les tors descovertes,
Et les maisons erent overtes
Ausi de nuit come de jors. (vv. 1752-1765)

2La vie s'est arrêtée, la disette règne :

Molins n'i muet ne n'i quist fors
En nul liu de tot le chastel,
N'il n'i avoit vin ne gastel
Ne rien nule qui fust a vendre
Dont l'on poïst un denier prendre.
Ensi trova le chastel gaste,
Qu'il n'i avoit ne pain ne paste
Ne vin ne sydre ne cervoise. (vv. 1766-1773)

3Perceval est entré dans Beaurepaire, le château de Blanchefleur, la veille de sa reddition, après six mois de siège.

  • 2 Notamment Sister Amelia Klenke, "The Blancheflor-Perceval Question", Romance Philology, VI, 1952-1 (...)

4C'est là que mettant son épée au service de la jeune châtelaine aux abois, par tendresse autant que par idéal, il s'accomplira en tant que chevalier. Il provoque et défait en combat singulier ses agresseurs Engygeron, le sénéchal de Clamadeu des Illes, puis Clamadeu lui-même, les épargne et les envoie se rendre au roi Arthur devant la pucelle dont le rire avait prédit son éclatant destin. Blanchefleur est sauvée, Perceval s'est éveillé à l'amour ; mais nous laisserons de côté cet aspect de l'épisode qui a fait l'objet de nombreuses et de très belles études2. Ce qui nous intéresse ici, c'est de voir que l'épisode du château de Beaurepaire va trouver son pendant plus loin, dans le récit des aventures de Gauvain, au château d'Escavalon.

  • 3 Défi de Guingambrésil, vv. 4747-4799.

5Gauvain sort de la forêt où il vient de manquer la biche blanche, lorsqu'il parvient, sans le savoir, chez le roi d'Escavalon dont il est accusé d'avoir traîtreusement tué le père3. Il rencontre une troupe de chasseurs : valets de chiens, veneurs, archers et chevaliers ; à leur suite, le jeune roi en personne qui, sans connaître l'étranger, lui offre aussitôt l'hospitalité et l'invite à se rendre au donjon où sa sœur le recevra. On le mène au château dont il admire la puissance. Il traverse une cité populeuse, animée, bruissante des activités les plus diverses, foire perpétuelle où s'étale tout ce qui peut s'acheter et se vendre :

Le siege del chastel esgarde,
Qui sor un bras de mer seoit,
Et les murs et la tor veoit
Tant fors que nule rien ne doute.
Et esgarde la vile toute
Pueplee de molt bele gent,
Et les changes d'or et d'argent
Trestoz covers et de monoies,
Et voit les places et les voies
Toutes plaines de bons ovriers
Qui faisoient divers mestiers.
Si com li mestier sont divers,
Cil fait elmes et cil haubers,
Et cil seles et cil blasons,
Cil lorains et cil esperons,
Et cil les espees forbissent,
Cist folent dras et cil les tissent,
Cil les pingnent et cil les tondent.
Li un argent et or refondent,
Cist font oevres riches et beles :
Colpes, hanas et escüeles
Et joiaus ovrés a esmaus,
Aniax, çaintures et fremaus.
Bien poïst l'en cuidier et croire
Qu'en la vile eüst toz jors foire,
Qui de tant avoir estoit plaine :
De cyre, de poivre et de graine
Et de pennes vaires et grises
Et de totes marcheandises. (vv. 5754-5782)

6On arrive à la tour, la demoiselle d'Escavalon accueille à bras ouverts l'hôte inattendu, et le courtois Gauvain, selon son habitude, se met à lui conter fleurette, ne lui disant, d'ailleurs, que ce qu'il dit à toutes. On échange les premiers baisers, quand un vavasseur surprend le couple et reconnaît en Gauvain le meurtrier du vieux roi. Il s'indigne et ameute la commune qui force la tour pour s'emparer de l'intrus. Voilà Gauvain et la demoiselle assiégés. La résistance s'organise, Gauvain décourage bientôt l'assaillant, qui entreprend alors de saper la tour. Survient le maistre du jeune roi, ce même Guingambrésil qui était venu accuser Gauvain à la cour d'Arthur et devait l'affronter en combat singulier. Instruit de l'affaire, il tente, sans y parvenir, de faire respecter les lois de l'hospitalité envers l'ennemi que le hasard leur livre. L'intervention du jeune roi, revenu de la chasse, calme enfin l'émeute. Sur le conseil d'un sage vavasseur, le combat projeté est remis à un an, Gauvain sera envoyé pour le compte du roi à la recherche de la lance qui saigne, à la condition de se constituer prisonnier en cas d'échec.

  • 4 Pour la place et la fonction de la scène arthurienne dans la structure du roman, voir Wilhelm Kell (...)
  • 5 Comparer vv. 1724, 1744-1748, 1792-1794 et 5759, 5908-5911.

7Les deux épisodes, distants de quelque trois mille vers, distribués de part et d'autre de la "Haupt-Artusszene" (épisode-pivot de la Demoiselle Hideuse)4, présentent de singulières analogies. On y retrouve le même schéma : un hôte arrive à l'improviste dans un château, entre la jeune châtelaine et lui s'ébauche une idylle qui affecte le sort du château et renverse la situation initiale. Exploitant les ressources qu'offre pareil argument, le romancier joue sur deux tableaux : le château est en guerre/en paix, déserté/populeux, ruiné/prospère ; la population est inerte/active, famélique/florissante5. Dans ce cadre évolue un certain nombre de personnages remplissant une fonction déterminée : l'hôte : Perceval/Gauvain ; l'hôtesse : Blanchefleur/la sœur du roi d'Escavalon ; les adversaires : Engygeron et Clamadeu/Guingambrésil et le roi d'Escavalon ; enfin la population de la ville fortifiée.

  • 6 L'hôte, qui agit à Beaurepaire, subit à Escavalon, tandis que l'inverse se produit pour la populat (...)

8Le rôle que jouent ces personnages ou ces groupes de personnages va s'inverser d'un épisode à l'autre : l'hôte venu de la forêt s'impose/est invité ; débloque le château/le fait assaillir ; défend la châtelaine et la population/se défend avec la châtelaine contre la population ; épargne ses deux adversaires, l'agresseur du château et son sénéchal/est épargné par ses deux adversaires, le possesseur du château et son maistre ; envoie ses deux adversaires se constituer prisonniers et les charge d'une mission/est envoyé en mission par ses deux adversaires dont, en cas d'échec, il se constituera le prisonnier6.

9Escavalon, c'est Beaurepaire à l'envers, et l'art de Chrétien en a opposé aussi le ton et la manière : d'un côté chevaleries et juvénile tendresse, de l'autre flirt mondain et combat burlesque. Les deux épisodes sont dans la relation de sujet à contre-sujet par rapport à un thème donné.

  • 7 "Le sujet, écrit Maurice Wilmotte, est traité avec un réalisme si précis et dans des termes si peu (...)
  • 8 Anthime Fourrier, «Remarques sur la date du "Conte del Graal"», BBSIA, 1, 1955, pp. 100-101.

10Il résulte de cette observation que la meilleure lecture est celle qui ne les dissocie pas. Certes l'épisode de Beaurepaire, ne serait-ce que du seul point de vue de la psychologie, est en soi un chef-d'œuvre, et celui d'Escavalon n'est pas non plus dépourvu d'intérêt. Bien que la critique s'y soit beaucoup moins attachée, ce qui est le cas général pour la partie Gauvain, elle s'accorde avec M. Wilmotte et J. Frappier à en souligner le réalisme où elle voit l'évocation d'un port flamand et d'une révolte communale7, remarques dont A. Fourrier, non sans de prudentes réserves, tirera argument pour étayer son hypothèse sur la date du roman qu'il situe entre mai 1182 et l'automne 11838. Cependant, il faut bien le dire, ces histoires de courtisement et de siège ne s'imposent ni l'une ni l'autre avec une nécessité évidente dans le roman. Prises isolément, elles apparaissent comme des aventures en soi pleines d'agrément dans une composition assez lâche. Il en est tout autrement dès qu'on les met en rapport. C'est que chacun de ces épisodes n'est, en fait, qu'un volet de diptyque qui présente une signification : d'un côté les ravages de la guerre, de l'autre les arts de la paix, la disette et l'abondance, vision de désolation, vision de prospérité ; Perceval restaure ce que Gauvain compromet, l'opposition est prophétique et s'intègre au conte du Graal dont elle sous-tend le thème, cette dialectique de la blessure et de la guérison, de l'opulence et du manque qui s'exprime à travers le drame du Riche Roi Mehaigné. C'est la lecture qui dissocie l'aventure de Gauvain de celle de Perceval qui est arbitraire. Quelle meilleure preuve avancer de l'unité de l'ensemble ?

11Rien n'empêche que la révolte de la commune contre Gauvain soit une "chose vue", mais ce qui importe au roman, c'est la transmutation qu'elle va subir, c'est le sens qu'elle va y prendre. Or que se passe-t-il en réalité ? La révélation de la présence de Gauvain et de sa conduite transforme brusquement en émeutiers ceux-là mêmes dont il vient d'admirer l'activité féconde. Précipitamment arrachés à leurs échoppes et à leurs ateliers, les voilà devenus assiégeants d'occasion. Singulière commune qui, loin de menacer son seigneur, s'insurge en son nom ! Ce soulèvement que le jeune roi apaisera d'un mot manifeste au contraire un attachement jaloux à ce qui touche sa famille et son honneur ; l'interpréter comme une révolte communale est un contresens qui ruine la cohérence du texte. C'est le meurtrier de leur ancien roi que ces bourgeois attaquent ; dans la bataille héroï-comique qui s'improvise, leur armement de fortune - haches, guisarmes, écu sans courroies, battant de porte, van, fourches, fléaux, pics, massues - n'est pas plus ridicule que celui de Gauvain réduit à prendre pour écu un échiquier dont les pions servent à la demoiselle de projectiles.

12Ces marchands, remarquons-le bien, on les a rencontrés dans l'épisode de Beaurepaire : après la défaite d'Engygeron, la providence les amène au château de Blanchefleur, ils débarquent du vaisseau que le vent y a miraculeusement poussé et apportent de quoi soutenir le siège que vient mettre à son tour Clamadeu ; on les accueille avec des actions de grâces :

Beneois soit
Dix, qui au vent dona la force
Qui cha vos amena a orche ;
Et vos soiés li bien venu.
Traiez fors, tot sera vendu
Si chier com vos l'oserez vendre ;
Et venez tost vos deniers prendre,
Que ne vos porrez descombrer
De rechoivre ne de nombrer
Plates d'or et plates d'argent,
Que vos donrons por le forment ;
Et por le vin et por le char
Avrez d'avoir chargié un char,
Et plus, se faire le besoigne. (vv. 2542-2555)

13Il faudra se souvenir de ces bénédictions devant les invectives de la demoiselle d'Escavalon à la commune :

Hui, hui, fait ele, vilenaille,
Chien esragié, pute servaille !
Quels dyables vos a mandez ?
Que ja Diex joie ne vos doint ! (vv. 5955-5959)

  • 9 Comparer vv. 1869-1874 et 5840-5865.

14Il faudra de même se souvenir de la réaction des chevaliers de Blanchefleur devant le couple qu'elle forme avec Perceval frappé de mutisme pour mesurer la colère du vavasseur à la découverte du trop entreprenant Gauvain auprès de la sœur du roi9.

15Les éléments du récit importent beaucoup moins que leur valeur symbolique, c'est du jeu de leurs rapports antithétiques, de leur symétrie inverse que se dégage un sens. La subtilité de l'analyse psychologique, la peinture de la vie courtoise et chevaleresque, l'observation réaliste s'équilibrent ici dans une vision d'artiste ordonnée à l'expression d'une senefiance.

  • 10 Cf. v. 904, 1362-63, 3013-3015, 493-495, 4727-4740.
  • 11 "Perceval, écrit J. Frappier, avait choisi de partir pour la quête du Graal et de la lance libreme (...)

16Dans ce jeu d'optique, en effet, les aventures de Perceval et de Gauvain ne seraient pas interchangeables, elles sont en harmonie avec leur caractère et leur carrière. Ainsi il existe un secret accord entre le fils a la veve fame de la gaste forêt et le monde clos et menacé de Blanchefleur, héritière vulnérable d'une seigneurie tombée en quenouille. Il n'est pas indifférent non plus, par exemple, que ce soit Perceval qui s'invite et Gauvain qui soit invité : l'étranger qui force l'hospitalité de Beaurepaire affamé, c'est bien celui qui au château d'Arthur entre sur son chaceor dans la salle du festin, qui hèle Gornemant sur son pont et le Roi Pêcheur dans sa barque, qui décide envers et contre tout d'être chevalier et choisira envers et contre tout la quête du Graal10. Gauvain, par contre, invité ou plutôt retenu par le roi d'Escavalon et entraîné au château, sans qu'il y ait eu un mot d'acquiescement de sa part, se verra imposer du même coup la quête de la lance qui saigne, et la clause souscrite en cas d'échec est conforme au destin de celui que le château des Reines va bientôt prendre au piège11.

  • 12 Vv. 6962-7144 ; 8536-8913.
  • 13 Une histoire supposée, qui n'implique en aucune façon l'existence d'un roman antérieur de Gauvain.

17Si Perceval évolue dans un monde menacé, Gauvain conduit à son insu la ou de mort le heent tuit (v. 5750) pénètre, à Escavalon, dans un monde menaçant, et que sa seule présence rend tel, pour y semer le désordre et la haine. Il suffit qu'il soit reconnu pour qu'on lui reproche un ancien grief et qu'un ami se transforme en ennemi : il est bien accueilli, reconnu, exécré, poursuivi. Le schéma d'Escavalon est caractéristique des aventures de Gauvain ; ici, comme plus loin avec Gréoréas et Guiromelant, la péripétie est déclenchée par la rencontre de personnages issus de son passé qui le reconnaissent12. Gauvain a une histoire qui se retourne contre lui13. Par contre, Perceval dont le passage transforme en joie la désolation se forge un avenir que ses aventures préfigurent ; à Beaurepaire, comme au château du roi Arthur à qui il rend sa coupe d'or après l'avoir délivré de la menace du Chevalier Vermeil, se retrouve le schéma prophétique qui s'inverse à Escavalon, mettant en évidence l'antagonisme des deux héros et de leur action. En figure, l'évolution du roman fait peser une menace sur Gauvain et, par sa faute, sur le monde arthurien dont elle remet le salut entre les mains de Perceval ; mais son inachèvement nous condamne à lire comme on lirait les prophètes sans avoir l'Evangile cette construction d'un exégète qui n'eut le temps de nous donner que l'Ancien Testament de son conte.

  • 14 J. Frappier, op. cit., p. 100.
  • 15 Vv. 4816-5652.

18Ces constatations pourraient faire croire à une structure relativement simple du roman, à un équilibre rigoureux d'épisodes inversement symétriques, cependant il n'en est rien ; le rapport entre les épisodes, le jeu des correspondances et des oppositions est beaucoup plus complexe et beaucoup plus varié. Ainsi l'épisode d'Escavalon ne comporte pas l'équivalent de la démarche nocturne de Blanchefleur auprès de Perceval, "cette scène si curieuse d'une fraîcheur acide"14. Cependant la démarche insolite d'une pucelle désemparée, la nuit, auprès de Gauvain se rencontre ailleurs, dans l'épisode précédent : c'est, à Tintagel, mutatis mutandis, la démarche de la Pucelle aux petites manches giflée par sa sœur pour avoir pris le parti de Gauvain et deviné sa valeur15. La pucelle aux petites manches procède donc à la fois de la Pucelle qui a ri giflée par Keu pour avoir prédit la gloire de Perceval et de Blanchefleur en tant que pucelle desconseillie. Arbitrairement ? Il ne semble pas, si l'on se rappelle que, dans le dénouement de l'épisode de Beaurepaire, le sort réservé à Engygeron et à Clamadeu relie le salut de Blanchefleur à la revanche de la Pucelle qui a ri. Entre toutes ces scènes se tisse un subtil réseau de correspondances qui donne à l'ensemble sa cohésion.

  • 16 Cf. vv. 6168-6171.

19A Beaurepaire, ne faut-il pas voir s'élever déjà le thème eucharistique dans le fait que le frugal dîner de Perceval à la table de Blanchefleur se compose essentiellement du pain envoyé par un de ses oncles qui'st prïeus, Molt sains hom et religïeus (vv. 1911-1912) ? C'est l'arrivée du bateau marchand providentiellement poussé par le vent qui éloigne la disette. Le miracle se produit dès que Perceval a mis hors de combat le premier agresseur et repoussé le premier assaut du second ; tout se passe comme si sa seule action ramenait une abondance donnée par surcroît et par là même quasi sanctifiée, alors que la seule présence de Gauvain attire l'agression et fait prendre les armes aux artisans de la prospérité. Est-ce hasard si le premier est destiné à la quête du Graal nourricier et porteur de l'hostie et le second à celle de la lance qui doit détruire le royaume de Logres ?16 Beaurepaire et Escavalon, loin de se présenter comme des aventures gratuites, comme des épisodes surnuméraires, sont en étroite connexion avec la symbolique des deux objets et des deux quêtes au dénouement desquelles ils semblent préluder. Ce que devait être ce dénouement, non plus en figure, mais en vérité, nous ne le saurons jamais ; cependant si nous voulions tenter de l'imaginer, c'est moins à la littérature postérieure du Graal qu'il faudrait recourir, croyons-nous, qu'au mécanisme interne de la construction de Chrétien.

  • 17 Cf. vv. 4727-4739.

20Si le Graal rayonne déjà sur Beaurepaire, c'est d'Escavalon que part la quête de Gauvain. L'enjeu de cette quête, parallèle à celle de Perceval, n'en a pas la portée, puisqu'elle ne vise qu'à sa propre libération, et leur différence ne se réduit pas au fait que l'une est spontanément entreprise et l'autre imposée. Même si Gauvain réussit sa quête et rapporte la lance qui saigne au roi d'Escavalon, le Roi Pêcheur n'en sera pas guéri pour autant ni sa royauté restaurée, et la menace continuera à planer sur le monde arthurien. C'est Perceval qui doit et veut savoir pourquoi elle saigne ; or ce n'est pas la trouvaille ou la possession de la lance qui est salvatrice, mais la question sur la lance, ce dont on ne souffle mot à Gauvain. Sa quête est un marché plutôt qu'un mystère de salut. Le quêteur du secret de la lance, c'est encore Perceval17.

  • 18 Comparer vv. 3028-3033 et 5719-5723.

21L'épisode de Beaurepaire débouche sur la rencontre du Roi Pêcheur. A Escavalon, la géométrie de la composition nous en fera retrouver l'équivalent - et l'opposé - en ordre inverse, au début de l'épisode : la rencontre du roi chasseur par Gauvain. Nous saisissons mieux maintenant ce qui à première lecture demeurait inexplicable : son empressement à accueillir l'étranger, qui répond à l'invitation du Roi Pêcheur à Perceval, avec toutefois la nuance mentionnée plus haut18. Perceval rencontre un roi mehaignié dont la blessure, qui lui interdit la chasse, est pour le royaume menace de stérilité et de désolation ; Gauvain rencontre le jeune roi chasseur d'un royaume florissant et bien peuplé. La richesse d'Escavalon n'est donc pas seulement due à l'activité productrice de sa population, mais aussi, et peut-être d'abord, à la personne de son roi. L'épisode, dès le début, souligne le lien mythique qui rattache la prospérité du royaume à l'intégrité du roi, rejoignant ainsi le thème central du conte. On comprend mieux dès lors la révolte de ses sujets, maire et échevins en tête, contre l'intrus qui menace la cité dans ses forces vives : le meurtrier de l'ancien roi est leur ennemi et l'inconduite de la princesse une atteinte personnelle ; nous serions plus proches, toutes proportions gardées, du début de l'Œdipe roi que d'une chronique quelconque. Le roi et la commune ont partie liée contre une certaine chevalerie, celle que représente Gauvain.

  • 19 Vv. 6174-6182.
  • 20 Vv. 6034-6056 et 6071-6087.
  • 21 "Craint-il vraiment d'échouer dans sa quête et par conséquent de se parjurer ? Il se peut, mais à (...)

22A la fin de l'épisode, un détail tout aussi singulier trouve également son explication dans le parallélisme avec Beaurepaire. Il s'agit de la réaction de Gauvain à la proposition du vavasseur19. La double intervention de Guingambrésil et du roi d'Escavalon pour épargner Gauvain surpris dans la tour20 équilibre, nous l'avons remarqué, la double agression d'Engygeron et de Clamadeu défaits et épargnés par Perceval. Dans cette perspective, le premier mouvement de Gauvain, son refus de prêter le serment de rapporter la lance dans le délai d'un an, pour accepter dès qu'on envisage une solution honorable en cas d'échec, répond à l'attitude des deux prisonniers de Perceval qui refusent d'abord de se rendre à Blanchefleur ou à Gornemant pour accepter en définitive leur mission à la cour d'Arthur. Que ce ne soit pas la seule justification du refus de Gauvain, c'est probable, et la très fine explication avancée par J. Frappier garde toute sa valeur - nous savons que chez Chrétien nul détail n'est dépourvu de signification - mais il importe de voir que cet élément s'intègre à l'architecture de l'épisode, à la composition du diptyque21. De même que l'on compte deux temps dans l'assaut de Beaurepaire et dans la clémence de Perceval envers Engygeron et Clamadeu des Illes, deux personnages interviennent et l'on compte deux temps dans la clémence de Guingambrésil et du roi d'Escavalon envers Gauvain. De même que Perceval envoie les deux assaillants se constituer prisonniers à la cour d'Arthur, Guingambrésil et le roi d'Escavalon envoient Gauvain à la quête de la lance sous la menace de l'emprisonnement en cas d'échec. Mais si Perceval transforme les deux agresseurs en messagers d'espoir et de réparation, la mission de Gauvain fait planer sur cette même cour on ne sait quelle fatale catastrophe.

  • 22 Comparer vv. 2396-2427, 2492-2511 et 6092-6128, 6150-6191.

23L'intervention du vavasseur peut ici paraître arbitraire : Guingambrésil et le jeune roi ne pouvaient-ils trouver tout seuls la solution de rechange ? Que fait donc ce médiateur sorti on ne sait d'où ? Remarquons d'abord que son rôle en équilibre un autre, celui du chevalier auques kenu, belliqueux et de mauvais conseil, qui pousse Clamadeu à donner l'assaut ; à sa double intervention, avant et après l'assaut, correspond la double intervention du sage et pacifique vavasseur, d'abord auprès du roi qu'il conseille, ensuite auprès de Gauvain à qui il transmet la décision royale prise sur son conseil22. Mais cette symétrie n'explique pas tout. Pourquoi un vavasseur à la place d'un chevalier ? Dans nos romans, il est vrai, les vavasseurs font souvent figure de sages ; en l'occurrence, cependant, le choix du personnage semble répondre à une intention précise. Le conseil qu'il donne, notons-le bien, concerne la conduite envers un ennemi tenu à merci. Reportons-nous, encore une fois, à l'épisode de. Beaurepaire : Perceval vient de terrasser Engygeron, il va l'achever, comme il a achevé naguère le Chevalier Vermeil, quand il se souvient de l'enseignement de Gornemant et l'épargne (vv. 2231-2268). Notre vavasseur anonyme de molt grant sen qui conseilloit tot le païs (v. 6090) apparaît comme la projection de cet autre preudome, le vavasseur Gornemant de Goort dont le chastoi gouverne la conduite de Perceval. Il n'est que de comparer le discours de ce dernier aux assiégés à son retour du combat (vv. 2343-2353) et celui du vavasseur au roi d'Escavalon (vv. 6092-6128) ; nous n'en citerons que le début. A Beaurepaire, cil del chastel interrogent Perceval :

"Engygeron,
Quant vos çaiens ne l'amenastes,
La teste por coi n'en colpastes ?"
Et il respont : "Seignor, par foi,
N'eusse pas fait bien, ce croi.
Il vos a ocis vos parans,
Si ne lui fuisse pas garans,
Ainz l'oceïssiez mal gré mien ;
Trop eüst en moi peu de bien,
Des que je au deseure en fui,
Se n'eusse merchi de lui. (vv. 2340-2350)

24A Escavalon, la commune se disperse, reste à régler le sort de l'assiégé. Le vavasseur s'adresse au roi :

"Sire, fait il, or vos doit en
A bien et a foi conseillier.
Il ne fait mie a merveillier,
Se cil qui la traïson fist
De vostre pere qu'il ocist,
a esté çaiens assalis,
Car il i est de mort haïs
Isi a droit con vos savez.
Mais ce que hebergié l'avez
Le doit garantir et conduire
Qu'il n'i soit pris ne qu'il n'i muire. (vv. 6092-6102)

25Ce vavasseur procède à la fois du chevalier auques kenu, maistre de Clamadeu, en ce qui concerne l'équilibre de la composition et de Gornemant en ce qui concerne la nature du conseil et ses conséquences sur l'attitude royale et le sort de l'ennemi épargné.

  • 23 Le rythme binaire est fondamental ici comme dans tout le roman : il y a le Graal et la lance, deux (...)

26La même fusion de deux personnages s'opère dans le cas de Guingambrésil : il est à la fois le premier adversaire qui épargne l'hôte du château, et en cela correspond au rôle - inversé - d'Engygeron, premier agresseur épargné par l'hôte, tandis que son intervention auprès du roi, avant celle du vavasseur, équilibre celle du vallet auprès de Clamadeu. Examinons de plus près cette distribution : à Beaurepaire, Clamadeu vient recevoir la reddition du château qu'il croit imminente, en chemin il rencontre un vallet qui lui apprend la défaite d'Engygeron (vv. 2363-2392), puis le chevalier auques kenu, maistre de Clamadeu intervient pour lui conseiller d'encercler le château par surprise après avoir mis Perceval hors de combat (vv. 2393-2427) ; à Escavalon, le roi revient de la chasse, Guingambrésil, son maistre, lui apprend l'attaque de son hôte par la commune (vv. 6057-6070), puis intervient le vavasseur (vv. 6092-6128). L'inversion des rôles est encore soulignée par l'intervention en chiasme des deux maistres : intervention du vallet, intervention du chevalier maistre de Clamadeu / intervention de Guingambrésil, maistre du roi, intervention du vavasseur23.

  • 24 Sur l'état de la question, voir D. Hoggan, "Le péché de Perceval, Pour l'authenticité de l'épisode (...)

27Si l'aventure de Beaurepaire débouche pour Perceval sur celle du Graal, celle de Gauvain à Escavalon ne débouche sur rien. Le récit l'abandonne pour revenir à Perceval, donnant à l'épisode de l'ermitage la place précise qu'occupait, après l'épisode de Beaurepaire, celui du château du Graal. Que cette construction ne soit pas la conséquence d'un accident, d'un vice de composition ou d'une interpolation malencontreuse24, la suite va peut-être nous le prouver : l'épisode du château du Graal est suivi, comme on sait, de la rencontre de la germaine cousine ; or après l'épisode de l'ermitage, le récit revient à Gauvain, et où le retrouve-t-on ? Devant un chêne sous lequel une pucelle se désespère sur un chevalier grièvement blessé :

Atant desoz le chesne esgarde
Et voit seoir une pucele
Qui molt li sambla estre bele,
Se ele eüst joie et leece ;
Mais ele ot ses dois en sa trece
Fichiez por ses chaveux detraire,
Si s'esforçoit molt de doel faire.
Por un chevalier doel faisoit,
Cui ele molt sovent besoit
Es oex, el front et en la boche.
Qua[nt] mesire Gavains l'aproche,
Si voit le chevalier blechié,
Qui le vis ot tot depechié,
Et ot une plaie [molt] grief
D'une espee parmi le chief,
Et d'ansdeus pars parmi les flans
Li coroit a grans rais li sans. (vv. 6540-6556)

28Le tableau ne nous en rappelle-t-il pas un autre ? L'étrange pietà que Perceval découvre également sous un chêne, sa cousine en pleurs tenant sur ses genoux le corps de son ami décapité ?

Il voit par aventure
Une pucele soz un chaisne,
Qui pleure et crie et se desraine
Come chaitive dolerouse.
"Lasse ! fait el, maleürouse !
Con de pute heure je fui nee !
………………………………….."
Einsi cele son dol menoit
D'un chevalier qu'ele tenoit,
Qui avoit trenchie la teste. (vv. 3430-3455)

29L'épisode de l'ermitage commande la distribution des aventures de Gauvain, rejetant en fin de récit ce qui pour lui est l'équivalent de l'épisode du château du Graal, celui du château des Reines, et dispose en une sorte de chiasme les deux itinéraires : Beaurepaire - château du Graal - rencontre de la germaine cousine.../ Escavalon - rencontre de l'amie de Gréoréas... château des Reines.

30Nous ne saurons jamais ce qu'était le livre fourni à Chrétien par Philippe d'Alsace, ce qui est probable, c'est qu'il y a puisé une matière, mais ce qui est certain, c'est qu'il a organisé et amplifié cette matière en vue d'une senefiance et que cette senefiance informe la structure de son récit.

31La partie Gauvain présente de ce fait un intérêt exceptionnel ; Escavalon, indissociable de Beaurepaire, apparaît comme le pur produit d'une technique narrative, d'un système d'amplification littéraire destiné à l'expression d'une senefiance.

  • 25 Nous avons abordé la question dans Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisatio (...)
  • 26 "Mélanges d'Etudes Romanes du Moyen Age et de la Renaissance offerts à Jean Rychner", Tralili, XVI (...)

32Ces réflexions que suggère leur comparaison seraient à compléter par l'examen d'autres aventures correspondantes des deux séries : départ de la gaste forêt/départ de la cour d'Arthur, Perceval à Carduel/ Gauvain à Tintagel, la germaine cousine/Gréoréas, l'Orgueilleux de la lande. L'Orgueilleuse de Logres, le château du Roi Pêcheur/ le château des Reines, la cour d'Arthur au-devant de Perceval/appel de Gauvain à la cour d'Arthur. Ceci en tenant toujours compte du principe d'inversion, ainsi que de la dissociation ou de la fusion possibles de certains éléments de la première série dans la seconde. Ces rapprochements, nous pouvons d'ores et déjà le dire, ménagent bien des surprises25. La méthode, en permettant de mieux saisir les principes de l'élaboration du roman, peut contribuer efficacement, nous semble-t-il, à résoudre l'irritant problème de son unité26.

Notes

1 Nous citons le texte de l'édition de William Roach : Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval ou le Conte du Graal, publié d'après le ms. fr. 12576 de la Bibliothèque Nationale, 2e édition, Genève, Droz et Paris, Minard, 1959 (Textes littéraires français, 71). Episode de Beaurepaire : vv. 1699-2975 ; épisode d'Escavalon : vv. 5703-6216. Le manuscrit de Guiot (B.N.f. fr. 794) comporte une lacune des vv. 5887-6028 de l'épisode d'Escavalon (le combat à l'intérieur de la tour) : Les Romans de Chrétien de Troyes, édités d'après la copie de Guiot (Bibl. nat. fr. 794), V. Le Conte du Graal (Perceval), publié par Félix Lecoy, t. I, Paris, Champion, 1975 (CFMA, 100), Beaurepaire : vv. 1697-2969 ; Escavalon : vv. 5637-6008.

2 Notamment Sister Amelia Klenke, "The Blancheflor-Perceval Question", Romance Philology, VI, 1952-1953, pp. 173-178 ; Helaine Newstead, "The Blancheflor-Perceval Question again", ibid., VII, 1953-1954, pp. 171-175 ; Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, Paris, SEDES, 1972, pp. 94-108 ; François Suard, "Place et signification de l'épisode Blanchefleur dans le "Conte du Graal" de Chrétien de Troyes", in Mélanges de Langue et de Littérature Médiévales offerts à Pierre Le Gentil, Paris, SEDES, 1973, pp. 803-810.

3 Défi de Guingambrésil, vv. 4747-4799.

4 Pour la place et la fonction de la scène arthurienne dans la structure du roman, voir Wilhelm Kellermann, Aufbaustil und Weltbild Chrestiens von Troyes im Percevalroman, Niemeyer, Halle, 1936 et Tübingen, 1967.

5 Comparer vv. 1724, 1744-1748, 1792-1794 et 5759, 5908-5911.

6 L'hôte, qui agit à Beaurepaire, subit à Escavalon, tandis que l'inverse se produit pour la population, passive dans le premier cas, active dans le second. Quelle ironie, si l'on se souvient que de toutes les aventures proposées par la Demoiselle Hideuse, Gauvain avait choisi la plus prestigieuse : la délivrance de la demoiselle assiégée à Montesclaire ! Cette aventure qualifiante frappe par son analogie avec celle de Beaurepaire que Perceval a déjà à son actif à cet endroit du récit (vv. 4701-4720). Escavalon, c'est aussi Montesclaire réalisé à l'envers.

7 "Le sujet, écrit Maurice Wilmotte, est traité avec un réalisme si précis et dans des termes si peu ambigus que, dès la première lecture, je me suis senti en Belgique" (Le poème du Graal et ses auteurs, Paris, Droz, 1930, p. 99). Pour Jean Frappier l'épisode d'Escavalon "permet de croire que le poète a suivi Philippe d'Alsace en Flandre : il trace avec tant de précision, de couleur et de mouvement le tableau d'une "commune", maire, échevins et "autres bourgeois à foison", ameutée contre Gauvain, qu'il semble s'inspirer d'une "chose vue" ; et il s'accorde avec M. Wilmotte pour penser que Chrétien "a dû être témoin d'un de ces soulèvements populaires dont la Flandre n'a pas cessé d'être le théâtre du xiie au xve siècle", ajoutant en note : "Voir aussi la description de la ville (vv. 5754-5782) sise sur un bras de mer, ainsi que la prodigieuse animation des métiers et du commerce : l'atmosphère paraît être celle d'un port flamand" (Le Roman breton - Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, Paris, Les Cours de Sorbonne, CDU, 1953, p. 22 et op. cit., p. 51). Mais nous remarquerons que le château d'Escavalon se situe sur mer comme celui du roi Arthur, comme celui de Gornemant et surtout comme celui de Blanchefleur, ce qui a permis le miracle de la barge ; encore une fois le détail nous semble commandé par la symétrie de la composition.

8 Anthime Fourrier, «Remarques sur la date du "Conte del Graal"», BBSIA, 1, 1955, pp. 100-101.

9 Comparer vv. 1869-1874 et 5840-5865.

10 Cf. v. 904, 1362-63, 3013-3015, 493-495, 4727-4740.

11 "Perceval, écrit J. Frappier, avait choisi de partir pour la quête du Graal et de la lance librement, par un acte de volonté pure ; Gauvain, à la merci de l'événement, ou peu s'en faut, est contraint de chercher la lance. En somme, Chrétien a marqué là, nettement, l'opposition psychologique et romanesque de ses deux personnages. Gauvain, s'il doit l'être, est un quêteur malgré lui". Op. cit., p. 230.

12 Vv. 6962-7144 ; 8536-8913.

13 Une histoire supposée, qui n'implique en aucune façon l'existence d'un roman antérieur de Gauvain.

14 J. Frappier, op. cit., p. 100.

15 Vv. 4816-5652.

16 Cf. vv. 6168-6171.

17 Cf. vv. 4727-4739.

18 Comparer vv. 3028-3033 et 5719-5723.

19 Vv. 6174-6182.

20 Vv. 6034-6056 et 6071-6087.

21 "Craint-il vraiment d'échouer dans sa quête et par conséquent de se parjurer ? Il se peut, mais à l'ordinaire il a plus de confiance en lui-même. Il redoute plutôt de commettre une félonie à l'égard de son oncle, puisque la lance qui saigne doit détruire le royaume de Logres et que ce royaume est celui du roi Arthur ; dès lors se lier par un serment sans issue, ce serait se vouer à une trahison ... Peut-être espère-t-il conquérir la lance et ne pas la remettre au roi d'Escavalon, car il ne s'est pas engagé à la rapporter". Op. cit., pp. 228-229.

22 Comparer vv. 2396-2427, 2492-2511 et 6092-6128, 6150-6191.

23 Le rythme binaire est fondamental ici comme dans tout le roman : il y a le Graal et la lance, deux héros, deux quêtes, deux séries d'aventures, deux rois au château du Graal et deux reines au château de la Merveille, Perceval voit deux pêcheurs dans la barque et deux cavaliers se détachent parmi les chasseurs que rencontre Gauvain.

24 Sur l'état de la question, voir D. Hoggan, "Le péché de Perceval, Pour l'authenticité de l'épisode de l'ermite", Romania, 93, 1972, pp. 50-76 et 244-275. La critique est unanime, quelle que soit par ailleurs sa positions sur l'authenticité de l'épisode, à en tenir la place pour inexplicable et accidentelle. Nous pensons, au contraire, que l'épisode devait occuper une place privilégiée et représenter un pivot de la construction demeurée inachevée, d'où son apparent isolement dans le récit que nous avons ; W. Kellermann, comparant l'économie du texte avec celle des autres œuvres de Chrétien, estime qu'il lui manque au moins six mille vers. Vu la composition du roman, on peut supposer, par exemple, sans invraisemblance que l'épisode de l'ermitage aurait eu son pendant, cette fois pour Gauvain, au milieu de nouvelles aventures de Perceval. De toute manière, nous ne sommes pas devant une composition linéaire, l'aventure de Perceval à l'ermitage ne se situe pas chronologiquement après celle de Gauvain à Escavalon et Perceval n'y rencontre pas Gauvain, elle se situe dans un autre plan, à une place dont le choix est d'ordre architectonique ; ce qui résout le problème posé par la discordance chronologique entre les aventures des deux héros : peu importe, dans cette perspective, qu'après leur départ de la cour d'Arthur Gauvain parvienne à Escavalon dans les trois jours et Perceval à l'ermitage cinq ans plus tard, puisqu'il n'y a pas concomitance entre les aventures.

25 Nous avons abordé la question dans Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévale, voir "L'itinéraire intérieur dans le "Perceval" de Chrétien de Troyes et la structure de la quête de Gauvain", Senefiance n° 2 (Cahiers du CUER MA), Aix-en-Provence, 1976, pp. 353-361.

26 "Mélanges d'Etudes Romanes du Moyen Age et de la Renaissance offerts à Jean Rychner", Tralili, XVI, 1, 1978, pp. 469-481.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540