Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

"La partialité du trouvère est-elle discrètement infléchie dans Garin le Loherain ?"

Bernard Guidot

Texte intégral

  • 1 C'est bien l'idée selon laquelle les païens ont tort et les chrétiens raison : base de l'idéologie (...)
  • 2 Pour une première approche du Cycle des Lorrains, on utilisera, en plus de l'édition de J. E. Vall (...)
  • 3 Ceux-ci sont séduisants à la fois sur le plan intellectuel et dans le domaine moral. Pour la situa (...)
  • 4 L'ouvrage d'A. de Mandach, Chronique dite Saintongeaise, Texte franco-italien inédit "Lee". A la d (...)

1Plus que ses devanciers sans doute, l'homme moderne est attaché aux notions de justice, d'équilibre, de modération, y compris dans le domaine narratif, alors que la chanson de geste traditionnelle affectionne tout particulièrement la démesure et la partialité : à cet égard la Chanson de Roland et nombre d'œuvres du Cycle de Guillaume nous ont habitués à une vision toute manichéenne1. Il était permis de se demander si l'éternel conflit entre Lorrains et Bordelais illustrait une technique narrative comparable2. Partant de la constatation, largement confirmée, que le récit de Garin Le Loherain est conçu dans une optique défavorable aux Bordelais, nous relèverons, dans un premier temps, les cas frappants qui semblent rééquilibrer le tableau, puis nous mettrons en évidence les limites des procédés employés3. L'impasse relative dans laquelle débouche une étude ainsi menée conduit à s'interroger sur une nouvelle signification attribuée au concept de partialité. Elle a l'avantage, en changeant de registre de préoccupation, d'isoler des intentions qui diminuent l'importance des protagonistes et de circonscrire les tenants et aboutissants d'un projet aux résonances sociales, humaines, voire philosophiques, qui dévoile la personnalité d'un trouvère attribuant à son œuvre une tonalité propre et qui, pourvu d'un esprit teinté de pessimisme, veut illustrer, d'une manière poignante et tragique, le triomphe du Mal sur le Droit4.

***

  • 5 Donnons simplement quelques références de passages où le trouvère affiche son hostilité aux Bordel (...)

2Les heurts perpétuels entre Lorrains et Bordelais posent avec acuité le problème du statut du trouvère, de l'orientation, claire ou plus subtile, explicite ou implicite, qu'il donne au cours des événements. Or le parti pris du créateur médiéval en faveur du lignage de Metz n'est pas constant5.

  • 6 GL, vers 4123.24. Isoré le Gris est en train d'affronter Garin.
  • 7 GL, vers 1665.70. Pour un aspect de la Geste qui n'entrait pas en ligne de compte dans la perspect (...)
  • 8 GL, vers 11756.61 . Il rend sincèrement hommage aux qualités du Lorrain en faisant appel à leur pa (...)
  • 9 GL, vers 2619.23 :
    "Or sai je bien que voz l'avez porquis,
    Que toz jorz estes traïtor et mellis.
    Trop (...)
  • 10 GL, vers 2650.56.
  • 11 GL, vers 2941.43.
  • 12 GL, vers 3050.52 :
    "Voz me fausastes et il me garanti
    Dou grant outraje que l'en sore me mist.
    Il en (...)
  • 13 GL, vers 3053.56.
  • 14 Soit qu'il vante devant ses troupes les qualités du Lorrain (vers 4055.60), soit qu'il ménage avec (...)
  • 15 GL, vers 6572.76. Dans le même ordre d'idée, Fromont prendra très au sérieux la menace de Begon de (...)

3Ainsi telle péripétie permet de préciser que les Bordelais constituent un prestigieux lignage incapable de faire défaut à l'un de ses membres6. La rivalité ancestrale entre les deux clans ne fausse pas toujours une honnête collaboration, comme le prouvent le début de l'expédition de Maurienne7 et la bonne volonté de Fromont à l'égard de Garin après la mort de Begon8. L'admiration pour l'adversaire valeureux n'est pas exclue. Oedon, le premier, en porte témoignage, mettant en doute la véracité d'un rapport de Fromont sur Garin9. Il ne tarde pas à être suivi par Droon d'Amiens qui adopte une attitude similaire10. Les scrupules d'Isoré le Gris plaident en faveur de sa loyauté vis-à-vis de son fidèle Huon de Cambrésis11, d'autant qu'il n'hésite pas à flétrir, par comparaison, le comportement d'un Bordelais12. Dès lors, sa décision de ne plus s'attaquer à Huon ne surprend pas13. Et, de fait, à l'avenir, Isoré reste un chaleureux partisan de ses convictions initiales14. Fauconnet provoque la fureur de Bernard de Naisil en affirmant bien haut les qualités des Lorrains, ce qui ne l'empêche pas de s'opposer à eux15.

  • 16 GL, vers 4953.59.
  • 17 GL, vers 4287.90, 4299.4301, 4306.07.
  • 18 GL, vers 6753.55 :
    Bernars fu preus et de grant nobleté.
    Bien le sachiez, s'il eüst loiauté,
    N'eüst t (...)

4Les Bordelais sont loin d'être constamment en disharmonie avec le modèle éprouvé du chevalier chrétien. Le courage ne leur fait pas défaut : autour de Saint-Quentin, Fromont prend tous les risques pour contenir la pression guerrière de Begon16 et même la très noire figure de Bernard séduit à plusieurs reprises par sa bravoure17, inspirant parfois au trouvère une confidence bienveillante18.

  • 19 GL, vers 5806.10.
  • 20 Ils lui ont dissimulé la grande querelle née à la Cour royale.
  • 21 GL, vers 2868.81.
  • 22 GL, vers 6562.63. Voir ausi les vers 1402.07.

5Le désir de l'emporter ne retire pas tout sens de l'honneur aux Bordelais : Fromont refuse d'enlever Blanche-fleur19, Baudoin le Flamand, trompé par ses partenaires20, reste néanmoins fidèle à ses alliances21 et l'adjuration de Fauconnet à son père ne serait pas indigne d'un Guillaume d'Orange22 :

Dist Fauconnés : "Por amor Dieu, mercis !
Ne faites chose dont voz soiez honnis".

  • 23 GL, vers 8347.55 et reprise en parallèle aux vers 8361.62. Auparavant (vers 8323.25), il avait déf (...)
  • 24 GL, vers 8431.45 et reprise aux vers 8716.25.
  • 25 Il attise sa jalousie lors des noces Pépin-Blanche-fleur où les Lorrains occupent les places d'hon (...)
  • 26 GL, vers 6052.58. Au début de l'œuvre, dans la laisse 23, Hardré avait loyalement conseillé au roi (...)

6Fromont condamne nettement l'attitude de sa famille qui a tendu une embuscade à Begon sur ses propres terres23. Arrivant à Bordeaux, entraîné par les siens, il ne modère pas ses propos qui, aisément, pourraient être tenus par Garin ou Begon24. Ainmon, Bouchart et Hardouin devront user d'un subterfuge avilissant pour le contraindre à reprendre les hostilités. Dans le même ordre d'idée, et malgré la perfidie de Bernard25, Fromont, quoique désappointé, reconnaît au roi le droit de distribuer à sa fantaisie les services qui lui sont dus26.

  • 27 De la part de Pépin, il reprochait au Bordelais de s'être marié sans autorisation et d'avoir attaq (...)
  • 28 GL, vers 9908.11, 9913.15 et 9919.21. Après la disparition de Begon, Fromondin a quelque mérite à (...)
  • 29 GL, vers 4858.61 et 4868.70.
  • 30 GL, vers 10692.700.

7Au demeurant, le trouvère a imaginé des Bordelais qui ne sont pas dépourvus de qualités personnelles. Certains font preuve d'équilibre, de mesure, de sagesse, comme Isoré le Gris qui évite une complète catastrophe en freinant l'agressivité de Fromont et en éloignant l'envoyé du roi27 ou comme Guillaume de Monclin qui, consulté à distance par la garnison de Blanquefort, lui laisse pleine liberté de jugement et toute possibilité d'initiative en fonction des circonstances28. Quelques personnalités acquièrent une profondeur touchante grâce à des sentiments humains plutôt inhabituels dans la geste : chagrin sincère, capacité à la tendresse de Fromont à la mort de deux de ses frères29 et souci du même homme de donner une sépulture chrétienne à l'inconnu tué dans la forêt de Vicogne30.

  • 31 GL, vers 6501.04. Même sens de la répartie, même recul par rapport à l'événement chez Fromondin qu (...)

8L'esprit est l'ultime preuve d'une distinction individuelle traduite par l'humour d'Isoré, pourtant en situation délicate au cours de son combat judiciaire contre Begon, et alors que Guillaume de Monclin, poussé par la fougue de la jeunesse vient de lui prodiguer force conseils31 :

Dist Isorez : "Mervelles ai oï.
Voz n'estes mie desoz mon escu ci ;
Mais or proiez l'enpereor Pepin
Qu'il ait pitié et de moi et de lui ..."

  • 32 Selon A. Iker-Gittleman (op. cit., p. 31), du côté lorrain, "tout est clarté, loyauté, connaissanc (...)
  • 33 GL, vers 10067.80.
  • 34 GL, vers 13191.95, 13198.200, 13211.17.
  • 35 GL, vers 14389.91.
  • 36 GL, vers 14881.90.
  • 37 GL, vers 15402.16.
  • 38 GL, vers 16194.95.
  • 39 La référence par Rigaut au souvenir de Begon (vers 13307.19) ne saurait être une justification.
  • 40 GL, vers 15195.200. Plus tard, il donne à Gauthier l'Orphelin des consignes froides, strictes et i (...)
  • 41 GL, vers 6526.30. Les propos cyniques qui suivent ne témoignent pas d'un très bon goût (vers 6531. (...)

9Parallèlement, le trouvère s'est arrangé pour que les Lorrains ne fassent pas toujours excellente figure32. S'ils ont le plus souvent raison sur le fond, ils rivalisent de cruauté avec les Bordelais, dans une concurrence malsaine, en massacrant allègrement bourgeois, femmes et enfants lors de nombreuses campagnes : qu'il s'agisse de la prise de Bordeaux33, des exactions de Rigaut dans le Nord34 du pillage de la Gascogne35, des terres de Lancelin36, de la région de Verdun37 ou de la Flandre38. Les exécutions sommaires de prisonniers se succèdent avec une parfaite bonne conscience39. Garin ne se grandit pas en prétendant fonder l'exécution d'Antiaume de Chauni sur la mort ignominieuse de son cher Huon de Cambrai40. Le trouvère ne peut être soupçonné de flatter son lignage favori lorsqu'il dénonce quelles limites monstrueuses peut dépasser un héros épique41 :

Ou cors li boute Flobierge au pom d'or fin ;
Ausi le fent con li lex fait berbis ;
Le cuer du ventre entre ses mains en prit,
Puis est venus en la cit de Paris,
Fiert en Guillaume de Monclin enz o vis.

10Au désir forcené de vengeance s'ajoute une singulière délectation morbide. Chargée d'un symbolisme troublant, la volonté de destruction de l'Autre est ici incarnée par un Lorrain. Barbarie complaisante.

  • 42 GL, vers 6998.7006.
  • 43 GL, vers 7014.20 : une parole donnée à un larron, a un meurtrier, ne saurait être honorée.
  • 44 GL, vers 13257.58 et 13565.74. Lorsque Rigaut raconte à la Cour ses exploits guerriers, la reine s (...)
  • 45 Voir ses explications devant la Cour (vers 13406.12 et 13415.17). Les propositions de Rigaut à son (...)
  • 46 Pour les rapports entre histoire, littérature et l'évolution de la notion de "chevalerie" dans la (...)

11Pour le lignage de Metz un accord avec l'adversaire se réduit à la nécessité de passer par les fourches caudines des exigences guerrières. Begon détruit Naisil malgré la promesse faite à Bernard42. Il s'en explique sans remords devant le roi43. Rigaut, Hernaut et Gérin violent ouvertement la trêve établie entre les deux familles44 et Auberi, plus subtilement, détourne l'esprit des accords45. De fait, il situe ses actes dans un autre registre moral et, dès lors, peut, avec une tranquille assurance, ne pas avoir le sentiment d'être en disharmonie avec le code d'honneur chevaleresque46.

12Les notations ponctuelles précédentes semblent prouver un discret infléchissement de la partialité du trouvère. Ne sont-elles que billevesées fugitives ou s'intègrent-elles dans un projet narratif plus organisé ? Les personnalités imaginées sont-elles cohérentes ? Les nuances, qui corrigent la simplicité épique fondamentale, exercent-elles quelque influence sur le cours du récit ?

***

  • 47 La critique contemporaine l'a maintes fois établi, en particulier M. Rossi dans sa thèse sur Huon (...)
  • 48 Les exemples ne manqueraient pas du côté lorrain, le récit étant un chant quasi constant consacré (...)

13La conception des personnages est fondée sur des dissonances notoires. Certes, il n'entre pas dans les habitudes médiévales de se soucier de l'unité des caractères47 mais en l'occurrence, le trouvère s'est surpassé. Nous examinerons le cas des Bordelais48, pour analyser des détails ruinant les notations gui les peignaient sous un jour favorable.

  • 49 GL, vers 2013.18.
  • 50 GL, vers 2245.58.
  • 51 GL, vers 11931.45.

14Le lignage pèse d'une manière néfaste sur les individus : en soulignant des intérêts communs, il gomme les initiatives heureuses et se confond avec une solidarité pernicieuse. Ainsi s'explique le comportement velléitaire de Fromont au cours de l'expédition de Maurienne49 et à la Cour de Laon50, de même que son infidélité partielle à ses promesses écrites, après la mort de Begon51.

  • 52 Il s'indigne (GL, vers 14486.93) quand Guillaume de Monclin propose l'arrêt des hostilités contre (...)
  • 53 GL, vers 9714.23 et 9956.60.
  • 54 Paralysé dans ses gestes, il se trouve miraculeusement désavoué par la divinité.
  • 55 GL, vers 6186.87, 6374.96 et 6520.34. Elle ne concordait guère avec son comportement habituel.
  • 56 GL, vers 5380.86 et 5388.89. Isoré, quant à lui, voulait poursuivre une guerre loyale.
  • 57 Il en reste persuadé tant que les faits ne l'ont pas cruellement démenti (vers 5021.23). Isoré le (...)

15Mettre les personnalités à l'épreuve du code de bonne conduite féodale amène aussi à souligner les contradictions de Fromont52, une pusillanimité qui l'incite à livrer Bordeaux pour sauver son fils53. Dissonance plus surprenante : Isoré le Gris, habituellement d'une probité exemplaire, participe sans hésitation à la machination de Bernard conçue pour la perte de Garin. Il propose de témoigner contre le Lorrain et le cérémonial du combat judiciaire l'oblige à se parjurer sur les reliques54. Il paie de sa mort cette félonie55. Que Bernard, toujours calculateur, suggère de gagner momentanément le roi à la cause bordelaise par de l'argent et Fromont sans réticence entre dans son jeu56. Le même homme perd son bon sens et toute capacité d'appréciation quand, prétentieux à l'excès, il ne doute pas un seul instant avoir tué Begon57.

  • 58 Leur rôle est si important et si constant que nous n'insisterons pas sur cette caractéristique nar (...)
  • 59 Il ne faudrait pas oublier, en plus, le souci du trouvère d'organiser ses épisodes en fonction d'u (...)

16L'étude des caractères montre que l'infléchissement de la partialité procède plus, dans l'esprit du trouvère, d'un jaillissement instinctif que d'intentions planifiées. Cette conclusion est confirmée par l'influence limitée sur le cours du récit des détails qui ont tendance à rapprocher Lorrains et Bordelais. Haine, félonie, actes de trahison, constituent les principaux moteurs de l'action. A ces motivations classiques58 s'ajoutent des procédés inspirés par une certaine désinvolture, voire l'artifice59.

  • 60 GL, vers 2161.65.
  • 61 Tout comme s'il avait hâte de renvoyer les protagonistes dans leurs fiefs.
  • 62 GL, vers 5503.16.

17Le maintien de l'intérêt narratif s'obtient par une diversité technique de bon aloi. Le début de l'œuvre est le théâtre d'un décalage calculé entre des actions qui auraient pu être concomitantes : en arrivant à Lyon, Garin a le sentiment confus que son destin se serait scellé différemment s'il avait rencontré Pépin60. Le trouvère l'a évité, de même qu'au rebours, il conclut furtivement61 un épisode en libérant artificiellement Bernard de Naisil, sans que les Lorrains reçoivent de véritables garanties et sans qu'ils s'en étonnent62.

  • 63 GL, vers 6646.87.
  • 64 GL, vers 7208.14. Pour ce personnage voir B. Schur-franz, "Thiébaut du Plesseïs in Garin le Lohere (...)
  • 65 GL, vers 12222.24 :
    Mais cui Dieus voet sauver et garantir,
    Ja par nul home ne sera entrepris.
    A Chae (...)

18Des rebondissements spectaculaires sont habilement ménagés : après la mort d'Isoré, Bordelais et Lorrains se réconcilient, établissent des accords. On apprend alors que Bernard dévaste une partie de la Lorraine ; il apparaît nécessaire d'organiser une expédition63. Ailleurs, la guerre est relancée par un messager -qualifié de "pautonier" par le trouvère- qui vient apprendre à Thiébaut du Plaisseïs les mariages de Garin et Begon64. Ce type d'envoyé est une commodité narrative que le créateur considère avec un certain détachement. C'est dans ces conditions que Gerbert et son escorte évitent une embuscade bordelaise65.

  • 66 GL, vers 6099.6129. Il est armé d'une broche sur laquelle restent des oiseaux empalés ! Dans son a (...)

19Humour, fantaisie imaginative et invention renversent les situations les mieux établies : Begon vole au secours des siens aidé par une cohorte de cuisiniers et de torche-pots66. Scène héroï-comique qui n'est pas sans rappeler certaines équipées de Rainouart mais surprend quelque peu quand on songe à la personnalité du protagoniste lorrain.

  • 67 GL, vers 10187.92. Arrivé sur place, au coeur des terres ennemies, Begon explique son projet à son (...)

20L'irruption du rêve dans la réalité est la dernière manière de modifier la vitesse de croisière du récit. Après sept ans de trêve, Begon est fui par le bonheur67. Son désir de chasser le sanglier de la forêt de Vicogne n'est autre que le symbole du puissant attrait de l'inaccessible sur le coeur humain. Pour faire disparaître son vague à l'âme, le héros veut donner une pichenette au sort, mais elle sera ressentie comme une provocation au Destin.

  • 68 GL, vers 2845.50. L'allusion est reprise en substance aux vers 7183.96. Voir également P. Taylor, (...)
  • 69 Nous sommes à la veille du tournoi qui consacre son adoubement.
  • 70 GL, vers 9558.59 et Gerbert de Mez, édit. cit., vers 8528.8817. Dans cette dernière œuvre, le lieu (...)
  • 71 Voir E. Stengel, "Fromondins als Klosterbruder", Beiträge zur romanischen und englischen Philologi (...)

21A plusieurs reprises, le trouvère établit un lien affectif entre les aventures qu'il raconte et celles qui se dérouleront postérieurement dans la Geste. Cette tentative d'élargissement des perspectives, d'ubiquité spirituelle, est à l'opposé de toute tendance partiale. Les noces de Fromont et Helissent permettent au récit, par un bond prodigieux, de révéler que le Bordelais, ayant renié Jésus, sera tué à Géronville, au milieu des Sarrasins68. Que Rigaut69, se recueille une nuit dans la chapelle Saint-Bertin70 et la narration, dans une parenthèse suggestive, qui souligne à quel point un même lieu peut être emblème de bonheur et de malheur, fait allusion au tragique épisode au cours duquel Fromondin voulut y brûler Hernaut71.

  • 72 GL, vers 7363.67.
  • 73 A. Iker-Gittleman développe une idée proche de la nôtre quand elle écrit (op. cit. p. 30) : "Plus (...)

22Ce souci des résonances lointaines est perceptible dans un détail symbolique, de signification profonde, annonçant qu'une péripétie défavorable ne compte pas au regard de l'espoir : au cours de l'embuscade tendue par les Bordelais, la belle Biautrix à cause de sa peur, sentiment éminemment conjoncturel, sent pour la première fois en elle la présence de son enfant Gérin72. L'avenir vit déjà et survivra à la félonie. Le Devenir, le Destin, des forces supérieures, jouent un rôle plus important que les hommes qui se contentent d'être des faire-valoir d'enjeux qui les dépassent73.

  • 74 Si la partialité n'avait pas une autre signification -excluant tout avantage définitif alloué à l' (...)

23Dès lors, on comprend mieux pourquoi un discret infléchissement de la partialité, traditionnellement conçue, n'exerce pas d'influence déterminante sur les personnages et l'organisation narrative74. Encore peut-on s'interroger sur une partialité d'objectif différent et de retentissement plus considérable.

***

  • 75 Des portées dont les notes se lisent à l'aide de clés qui restent sans cesse à découvrir.

24Le trouvère de Garin, en maître d'ouvrage conscient, ou plutôt en chef d'orchestre "sûr de lui et dominateur", laisse en effet percer une partialité, qui a définitivement changé de visage et de nature. Le choeur tonitruant des cuivres a résonné (c'est-à-dire la bataille meurtrière, sans cesse renaissante) ; un temps, la relative harmonie des violons a charmé notre oreille, en gommant certaines oppositions flagrantes ; voici maintenant que s'élève le chant pur de la flûte, juste, mélodieuse, aérienne, parce qu'elle est la voix du créateur qui se place au-dessus du conflit humain, fût-ce celui des lignages, pour diriger la symphonie supérieure, celle des idées, en face de laquelle les individus se contentent d'être des portées changeantes75. La partialité consiste pour le trouvère à se considérer comme un créateur, jaloux de son pouvoir et tourné vers un objectif idéologique dont rien ne peut le distraire.

  • 76 GL, vers 13863.73.
  • 77 GL, vers 14916.19.
  • 78 GL, vers 12582.93. Autre constat : Blanchefleur de Maurienne est née sous une mauvaise étoile (ver (...)
  • 79 GL, vers 5339.43. L'auteur prend la parole après avoir rapporté au style direct les propos de son (...)
  • 80 GL, vers 11824.35.
  • 81 GL, vers 10950.52.

25Il s'acquitte d'abord de sa tâche par des interventions directes dans l'œuvre. En premier lieu, les anticipations manifestent le souci d'une bonne cohérence structurelle : ainsi l'annonce d'inéluctables désillusions pour Ainmon de Bordeaux76 et Bernard de Naisil77 ; mais le poète use d'une gamme variée ; constatations orientées : Fromont s'est laissé berner, puisque les Lorrains profitent de la trêve pour renforcer leur potentiel militaire78 ; précieuse révélation sur l'état d'esprit de Bernard qui cherche à réconcilier Pépin et Fromont79 ; commentaires-jugements sur la réalité narrative : Fromont qui était dans son droit va en sortir80 ; plus tard le trouvère jauge les craintes du Bordelais, après l'assassinat de Begon81 :

N'est pas seürs Fromons li posteïs ;
Il n'a pas tort, que molt a anemis
Por le baron qui a tort fu ocis.

  • 82 GL, vers 6698.6701. Dans Garin en général, les prises de position de l'auteur vont, quand il n'app (...)

26Prenant quelque distance, il estime encore que Fromont a eu tort de passer du côté des "royaux" et qu'il va le regretter82.

  • 83 GL, vers 9992.94 :
    Dieus ! con le fait li Borguignons Aubris
    Et li baron qui furent avoec lui !
    Charp (...)
  • 84 GL, vers 10629.32. Ailleurs, le trouvère implore Dieu de se soucier de Garin accusé de tentative d (...)

27Des réactions personnelles apportent enfin leur part à l'animation du récit. Enthousiasme admiratif pour la valeur guerrière d'Auberi83 ou la personnalité de Begon84 :

Or cuident bien avoir ocis bernier.
Non ont, par foi, mais I. conte prisié,
Le plus cortois et le miex afaitié
Qui ongues fust soz la chape du ciel.

  • 85 GL, vers 5873.75.
  • 86 GL, vers 11764.81.
  • 87 GL, vers 1982.86.

28Indignation dirigée contre l'archevêque Henri dont la principale motivation est l'intérêt85 ou contre Guillaume de Blanquefort, obstacle à la paix entre Garin et Fromont86 mais aussi ironie subtile s'exerçant aux dépens des responsables bordelais qui se mêlent aux fuyards en Maurienne87. Multiples manières pour le trouvère de s'insinuer dans son œuvre, d'ailleurs toute imprégnée de ses dispositions et de ses idées.

  • 88 Le terme n'aurait-il pas tout à fait la même signification qu'à l'époque moderne, la création litt (...)
  • 89 GL, vers 820.73. C'est Hardré et ses amis que Pépin consulte quand il s'agit de savoir si on va au (...)
  • 90 GL, vers 2316.17, 2343.44.
  • 91 GL, vers 5715.18 :
    Et dist li rois : "Mervelles puis oïr ;
    Danz arceveques, Dieus voz puist maleïr !(...)
  • 92 GL, vers 5857.63. Par comparaison, on pourra se reporter à B. Guidot, "L'empereur Charles dans Gir (...)
  • 93 GL, vers 6233.40.

29Le pessimisme de l'auteur88 a profondément influencé sa vision de la Cour royale et la peinture des tensions qui la caractérisent : qu'il s'agisse de la mesquinerie ambiante, de l'importance paradoxale qui est accordée aux Bordelais par le pouvoir89 ou des conditions dans lesquelles s'élève la querelle Garin-Fromont90. La médiocre personnalité du souverain témoigne, par contraste avec les héros, d'une bien piètre opinion du poète vis-à-vis de la nature humaine : influencé par l'archevêque Henri, Pépin a conscience de commettre une vilenie91, pourtant il ne résiste pas à son mauvais penchant. Sa duplicité le réduit à une humanité bien moyenne92, de même gue son ingratitude pusillanime à l'égard de Garin qu'il croit immédiatement coupable93.

  • 94 GL, vers 10204.05. Cette prescience morbide est confirmée par une brève parenthèse de l'auteur, au (...)
  • 95 GL, vers 11380.91. Garin supplie la Vierge de veiller à ce qu'il reçoive la faveur du Destin, s'il (...)

30Ce pessimisme du créateur est également insufflé à des personnages gui lui sont chers et prend la forme de fâcheux pressentiments : irrésistible conviction de Biautrix qui affirme à Begon qu'elle ne le reverra pas vivant, s'il part à la recherche du monstrueux sanglier94, tristesse poignante et paralysante de Garin, au milieu de la joie générale motivée par la fête de Saint-Etienne. Elle précède de peu le retour du cadavre de Begon95. Beaucoup plus gue les apartés disséminés dans la narration, une telle imprégnation est révélatrice de la marque du trouvère.

  • 96 Les Bordelais ayant quelque raison d'estimer que Belin leur revenait en toute justice et les Lorra (...)
  • 97 GL, vers 2331.32.

31La suprême manifestation de la partialité sur le plan des idées est le désir d'illustrer dans Garin le triomphe du Mal sur le Droit. Ce dernier est une préoccupation essentielle de l'œuvre et, de fait, les deux lignages s'y réfèrent tour à tour96. A cet égard, la position de Garin vis-à-vis de cette notion capitale est emblématique97 :

"Qu'a tort honist son segnor droiturier
Ne li devroit Dieus honor envoier".

  • 98 GL, vers 14315.16 :
    "Mais on se doit devers le droit tenir,
    Et qu'il nel fait, il voet Dieu relenqui (...)

32et Blanchefleur, plus nettement encore, valorise l'étroite fusion entre les plans humain et divin, en associant le respect du droit et l'amour de Dieu98.

  • 99 GL, vers 15831.33.
  • 100 Ainsi qu'il l'affirme au roi Pépin, Garin a le sentiment de n'avoir jamais bafoué le droit (vers 1 (...)
  • 101 GL, vers 16221.24. Cependant, poussé par le souvenir de Begon, il ne renonce pas encore à son entr (...)
  • 102 GL, vers 14729.43. La province est devenue terre de désolation. Elle n'a pas été ravagée à ce poin (...)

33Pourtant, tout au long de Garin le Loherain les forces du Mal ont la part belle. Si l'on en croyait l'affirmation péremptoire de Blanchefleur99, les Bordelais devraient perdre bien légitimement, puisque le rôle de traîtres leur est dévolu. Le système idéologique du trouvère s'y oppose. Aussi longtemps que Garin, lui aussi, incarne le Mal, aucune puissance extérieure ne saurait le freiner. Moralement sa bonne conscience le protège100 jusqu'au jour où, saisi de vertige et d'horreur, il mesure l'ampleur des destructions dont il est l'auteur101. La folie meurtrière a été telle avant cette prise de conscience que la chanson peut, en quelques vers denses et cruels, nous suggérer l'état de la Lorraine déchirée, véritable préfiguration des visions d'Agrippa d'Aubigné102.

  • 103 Revenu du Bordelais qu'il a mis à sac, le héros reste trois ans sans faire la guerre et regrette s (...)
  • 104 GL, vers 16415.17. Les Bordelais l'emportent par leurs penchants anti-héroïques ; la victoire des (...)
  • 105 GL, vers 16409, 164434 et 16525.37.
  • 106 Même si Garin meurt en se défendant avec acharnement contre la multitude d'ennemis. Le texte dit q (...)
  • 107 GL, vers 16560.61. On songera inévitablement au célèbre dessin de Jacques Faizant représentant, le (...)

34C'est dans un lieu sacré, la chapelle du Val-Gérin, que le Mal scelle définitivement sa victoire sur le Droit. Touché par le repentir, Garin a pris la croix103. Quant à eux, les Bordelais simulent la réconciliation, mais conservent l'intention de le tuer104. Le héros lorrain dépose son écu sur l'autel, affirme à trois reprises105, qu'il aimerait servir Dieu chez les Sarrasins. Sa mort a été voulue comme le sacrifice d'une victime expiatoire106. L'ampleur épique cède le pas au tragique. Toute la profonde sympathie du trouvère pour la noble solitude du géant vaincu se concentre dans la comparaison finale de Garin, mort au pied de l'autel, avec un chêne abattu au milieu d'arbustes sans valeur107 :

Autretez gist Garins entr'ex ocis,
Con fait li chaisnes entre le bois petit.

35Sobriété, force de l'image ; heureuse sollicitation de notre faculté de rêve et d'imagination.

***

36Ainsi donc, les dés étaient bel et bien pipés et les Bordelais condamnés à l'emporter grâce à leurs caractéristiques anti-héroïques. L'infléchissement, discret, de la partialité contraint à une constatation : les entorses à la conception manichéenne de l'ensemble constituent de simples concessions narratives, mineures, sans projet organisé. Elles ne répondent pas davantage à un souci de précision, de finesse, dans le domaine psychologique. Celui-ci n'est pas concevable à l'époque. En fait, les deux lignages sont de véritables jouets entre les mains d'un trouvère à la maîtrise indéniable. Ses intentions didactiques représentent une remarquable force structurante, bien nécessaire à notre longue chanson. Par ses interventions, par l'autorité et la vigueur persuasive avec lesquelles il impose ses idées et sa vision pessimiste du monde, le poète de Garin apporte la démonstration éclatante qu'un trouvère médiéval se comporte en créateur. Serait-il parfois simple remanieur, si sa personnalité est suffisante, les possibilités ne manquent pas, évidentes ou plus subtiles, pour qu'à sa manière il fasse œuvre littéraire.

Notes

1 C'est bien l'idée selon laquelle les païens ont tort et les chrétiens raison : base de l'idéologie de tout le Roland d'Oxford (cf. vers 1015) et des multiples guerres qui opposent Guillaume et son prestigieux lignage aux défenseurs de la religion incarnée par Mahomet. L'assimilation des Bordelais à la gent sarrasine n'était pas forcément évidente a priori, pourtant une première lecture de Garin laisse l'impression qu'ils sont le plus souvent considérés comme coupables, alors que les Lorrains sont facilement excusés. L'objet de notre étude est de nuancer cette opinion liminaire. Elle s'est appuyée sur l'édition J. E. Vallerie, Garin le Loheren, according to Manuscript A, with text, introduction and linguistic study, Columbia University, 1947. Nous avons confronté certains détails avec le texte fourni respectivement par A. Paulin Paris, Li romans de Garin le Loherain, publié pour la première fois et précédé de l'examen du système de M. Fauriel sur les romans carlovingiens, Paris, 2 vol., 1833. 35 et A. Paulin Paris, Garin le Loherain, chanson de geste composée au xiiè siècle par Jehan de Flagy, mise en nouveau langage, Paris, 1862. Nos propres vues sur l'œuvre ont été comparées aux commentaires souvent convaincants d'A. Iker-Gittleman, Le style épique de Garin le Loherain, Genève, Droz, 1967. En outre, elle donne, en appendice, d'importantes variantes là où "le texte de A présente une lacune ou offre un texte remanié et très différent de celui de la Vulgate" (op. cit. p. 277 et suivantes).

2 Pour une première approche du Cycle des Lorrains, on utilisera, en plus de l'édition de J. E. Vallerie, celles d'E. Stengel, Hervis von Mes, Vorgedicht der Lothringer Geste nach alien Handschriften zum erstenmal vollständig herausgegeben, Gesellschaft fur romanische Literatur, I, 1903 (J. Ch. Herbin prépare une nouvelle édition d'Hervis de Metz), de P. Taylor, Gerbert de Mez, chanson de geste du xiiè siècle, Louvain, Editions Nauwelaerts, Lille, Giard, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, fasc. 11, 1952, d'H.J. Green, Anseÿs de Mes, Paris, les Presses Modernes, 1939 (M. Hellegouarc'h annonce une nouvelle édition de cette chanson) et de S.R. Mitchneck, Yon or La Venjance Fromondin, a thirtheenth-Century chanson de geste of the Lorraine Cycle published for the First Time (Ms 1622 in the Bibliothèque Nationale, Paris), New-York, Columbia University, 1935. Dans un premier temps, on ne négligera pas W. Vietor, Die Handschriften der Geste des Loherains, mit Texten und Varianten, Halle, Niemeyer, 1876, A. Adler, Rückzug in epischer Parade, Studien zu les Quatre Fils Aymon, La Chevalerie Ogier de Danemarche, Garin le Loheren, Raoul de Cambrai, Aliscans, Huon de Bordeaux, Frankfurt, Klostermann, Analecta Romanica 11, 1963, J. Zezula, La Geste des Lorrains et les chroniqueurs, Genève, 1973 et J.L.R. Bélanger, "Damedieus". The religious context of the French Epic. The Loherain Cycle viewed against Other Early French Epies, Genève, Droz, 1975. Nous préparons, pour les Presses Universitaires de Nancy, une traduction de Garin le Loherain, d'après l'édition Vallerie.

3 Ceux-ci sont séduisants à la fois sur le plan intellectuel et dans le domaine moral. Pour la situation chronologique de Garin et Gerbert, voir B.M. Pohoryles, "Sur la datation de Garin le Loheren et Gerbert de Mez", Atti del XIV. Congresso Int. de linguistica et philologia romanza, Napoli, G. Macchiaroli, Amsterdam, John Benjamin B.V., 1981, pp. 333.42 et, pour Anseÿs de Mes, J. Zezula, "L'élément historique et la datation d'Anseÿs de Mes (Ms N)", Romania, 97, 1976, pp. 1.22. Un approfondissement technique, indispensable à la connaissance de la Geste, conduit à consulter Fr. Bonnardot, "Essai de classement des manuscrits des Loherains, suivi d'un nouveau fragment de Girbert de Metz", Romania, 3, 1874, pp. 195.262 et R.K. Bowman, The Connections of the "Geste des Loherains" with other French Epics and Mediaeval Genres, New-York, 1940. En revanche, nous ne sommes guère enclin à approuver les conclusions de F. Lot, "l'élément historique de Garin le Lorrain", Etudes d'histoire du Moyen Age dédiées a Gabriel Monod, Paris, 1896, pp. 201.20.

4 L'ouvrage d'A. de Mandach, Chronique dite Saintongeaise, Texte franco-italien inédit "Lee". A la découverte d'une chronique gasconne du 13è siècle et de sa poitevinisation, Tübingen, M. Niemeyer, 1970, (Beihefte zur Z.R.P., 120. Heft), "contient une synthèse mettant en vedette les héros épiques des Gestes de Garin de Monglane, Doon de Mayence, Loherains et Charlemagne et Roland" (Bulletin Bibliographique de la Société Rencesvals, 9, 1975, pp. 157.58). Voir aussi B. Demarco Schurfranz, "The "Chronique dite Saintongeaise" and the "Geste des Loherens" : Correspondences in Events, People, and Place", Romance Philology, 29, 1975.76, pp. 209.14.

5 Donnons simplement quelques références de passages où le trouvère affiche son hostilité aux Bordelais : laisses 17 et 20 passim, vers 1281. 82, 5291, 5701.02, 5724.25, 5873.75, 7209.12, 10492.93, 12509.12. A l'opposé, sa sympathie pour les Lorrains est manifeste, entre autres, laisses 5, 10, 12, 15, 17, 19, 21, 23, passim, vers 1323, 1861.63, 2363.66, 2447, 2461, 3853.61, 6342.44, 12701.18. A plusieurs reprises Garin le Loherain a retenu l'attention de J.H. Grisward. On rapprochera, pour leurs analyses détaillées, ses deux articles, "Essai sur Garin le Loherain, structure et sens du prologue", Romania, 88, 1967, pp. 289.322 et "Individualisme et "esprit de famille" dans Garin le Loherain", Famille et parenté dans l'Occident médiéval, Ecole Française de Rome, 1977, pp. 385.96. Pour des idées, toujours stimulantes, concernant notre chanson, lire E.R. Curtius, "Ueber die altfranzösische Epik II, 1. Garin der Lothringer", Romanische Forschungen, 61, 1948, pp. 421.37 et A. Adler, Epische Spekulanten, Versuch einer synchronen Geschichte des altfranzösischen Epos, München, Fink Verlag, 1975, pp. 73.74, 77.78, 82, 107, 146.

6 GL, vers 4123.24. Isoré le Gris est en train d'affronter Garin.

7 GL, vers 1665.70. Pour un aspect de la Geste qui n'entrait pas en ligne de compte dans la perspective où nous nous étions placé, voir L. Gleich, Der landschaftliche Charakter der Geste des Loherens, Bichefeld, 1925, R. Parmly, The geographical references in Garin le Loherain, Publications of the Institute of French Studies, Columbia, 1935 et, sur un point particulier, F. Lecoy, "Le Val Soison dans Garin le Loherenc", Romania, 73, 1952, pp. 506.08. Enfin, du même F. Lecoy, on ne saurait négliger l'important article "Sur Gerbert de Metz, lieux et date", Romania, 77, 1956, pp. 417.35.

8 GL, vers 11756.61 . Il rend sincèrement hommage aux qualités du Lorrain en faisant appel à leur passé commun. Pour Fromont de Lens, consulter H.J. Green, "Fromont, a traitor in the chansons de geste", Modern Language Notes, 56, 1941, pp. 329.37. A. Iker-Gittleman (op. cit., pp 29.31) analyse les aspects positifs de certains Bordelais et, à propos de Fromont, conclut (p. 31) qu'il "est plus la victime/d'un/atavisme qu'un être volontairement malfaisant".

9 GL, vers 2619.23 :
"Or sai je bien que voz l'avez porquis,
Que toz jorz estes traïtor et mellis.
Trop est cortois li Loherenz Garins.
Ainc vilenie de sa bouche n'isi,
Se ce ne fu que l'en li forfeïst".

10 GL, vers 2650.56.

11 GL, vers 2941.43.

12 GL, vers 3050.52 :
"Voz me fausastes et il me garanti
Dou grant outraje que l'en sore me mist.
Il en fist plus que trestout mi ami".

13 GL, vers 3053.56.

14 Soit qu'il vante devant ses troupes les qualités du Lorrain (vers 4055.60), soit qu'il ménage avec un grand soin la réconciliation qu'il espère toujours (vers 4149.51 et 4162.65).

15 GL, vers 6572.76. Dans le même ordre d'idée, Fromont prendra très au sérieux la menace de Begon de s'emparer du cheval de Fromondin, car il n'ignore rien de la valeur du Lorrain (vers 8920.24).

16 GL, vers 4953.59.

17 GL, vers 4287.90, 4299.4301, 4306.07.

18 GL, vers 6753.55 :
Bernars fu preus et de grant nobleté.
Bien le sachiez, s'il eüst loiauté,
N'eüst tel prince en la crestïenté.

19 GL, vers 5806.10.

20 Ils lui ont dissimulé la grande querelle née à la Cour royale.

21 GL, vers 2868.81.

22 GL, vers 6562.63. Voir ausi les vers 1402.07.

23 GL, vers 8347.55 et reprise en parallèle aux vers 8361.62. Auparavant (vers 8323.25), il avait défendu la personnalité de Garin. Les Bordelais ont agi au mépris des règles élémentaires qui prévoient le respect du suzerain. Fromont les considère comme des traîtres et refuse de rallumer la guerre contre les Lorrains (vers 8372.81). A cet égard, voir le récent article de M. Rossi, "la réprobation sociale est-elle un critère d'exclusion ? Les traîtres dans Gerbert de Mez", CUERMA Senefiance n°5, 1978, pp. 29.40.

24 GL, vers 8431.45 et reprise aux vers 8716.25.

25 Il attise sa jalousie lors des noces Pépin-Blanche-fleur où les Lorrains occupent les places d'honneur.

26 GL, vers 6052.58. Au début de l'œuvre, dans la laisse 23, Hardré avait loyalement conseillé au roi de prendre à son service Garin et Begon.

27 De la part de Pépin, il reprochait au Bordelais de s'être marié sans autorisation et d'avoir attaqué Cambrai (vers 3897.3900). Pour une étude ancienne portant sur ce souverain, voir G. Paris, "La légende de Pépin le Bref", Mélanges Julien Havet, Paris, 1895, pp. 603.32. On préférera M. Rossi, "Figures royales et conception de la fonction monarchique dans Gerbert de Mez", CUERMA, Senefiance n°1, 1976, pp. 71.86.

28 GL, vers 9908.11, 9913.15 et 9919.21. Après la disparition de Begon, Fromondin a quelque mérite à conserver un sens de la justice louable (vers 10834. 38 et 10846.54).

29 GL, vers 4858.61 et 4868.70.

30 GL, vers 10692.700.

31 GL, vers 6501.04. Même sens de la répartie, même recul par rapport à l'événement chez Fromondin qui, bousculant Bernard, qui avait traité Fromont de "vieillard", lui déclare d'un ton railleur (vers 8679.80) :
"Sire viellars, que faites voz ici ?
De ma maisnie serez, je voz en pri".
On pourrait également s'appuyer sur la distance ironique d'Isoré à l'égard d'un Fromont trop présomptueux (vers 3087.90).

32 Selon A. Iker-Gittleman (op. cit., p. 31), du côté lorrain, "tout est clarté, loyauté, connaissance et respect d'un code moral élevé". L'auteur ajoute que "le couple Garin-Begon réalise la perfection de l'idéal chevaleresque". Ces affirmations sont éminemment contestables, comme le prouve l'examen détaillé de Garin. Pour les personnages de Begon et Heloïs de Peviers, consulter les deux articles de F. Lot, "Bègues", Romania, 26, 1897, pp. 569.72 et "Heloïs de Peviers, soeur de Garin le Lorrain", Romania, 28, 1899, pp. 273.79.

33 GL, vers 10067.80.

34 GL, vers 13191.95, 13198.200, 13211.17.

35 GL, vers 14389.91.

36 GL, vers 14881.90.

37 GL, vers 15402.16.

38 GL, vers 16194.95.

39 La référence par Rigaut au souvenir de Begon (vers 13307.19) ne saurait être une justification.

40 GL, vers 15195.200. Plus tard, il donne à Gauthier l'Orphelin des consignes froides, strictes et impitoyables (vers 15851.58).

41 GL, vers 6526.30. Les propos cyniques qui suivent ne témoignent pas d'un très bon goût (vers 6531.34). Ainsi Begon clôt son combat contre Isoré d'une façon bien peu noble. Aussitôt après, il rejoint la reine et son frère à Notre Dame. A la différence du texte de l'édition Vallerie, la version présentée par P. Paris, op. cit., p. 309, raconte une scène similaire à propos de l'embuscade tendue dans la vallée de Torfou : loups cruels, Garin et Hernaut dispersent aux quatre vents le coeur découpé de Guillaume de Blanquefort. La victime avait inutilement supplié ses bourreaux.

42 GL, vers 6998.7006.

43 GL, vers 7014.20 : une parole donnée à un larron, a un meurtrier, ne saurait être honorée.

44 GL, vers 13257.58 et 13565.74. Lorsque Rigaut raconte à la Cour ses exploits guerriers, la reine s'en réjouit bruyamment, au grand désespoir de Pépin. D'ailleurs, en marginaux tolérés par l'ensemble du lignage, Huon de Cambrésis et Gauthier de Hainaut, ne se sont jamais soumis à cette trêve qu'ils réprouvaient. Pour le personnage, haut en couleurs, de Rigaut et le sens qu'il faut attribuer à son adoubement, lire J.H. Grisward, "Un épisode comique dans Garin le Loherain : l'adoubement de Rigaut", Studia Romanica, Heft 14, 1969, pp. 213.19 et la réponse de F. Lyons, "Encore l'adoubement de Rigaut (Garin le Loherain)", Mélanges Jeanne Lods, I, 1978, pp. 410.13.

45 Voir ses explications devant la Cour (vers 13406.12 et 13415.17). Les propositions de Rigaut à son parent bourguignon se trouvent aux vers 13259.66.

46 Pour les rapports entre histoire, littérature et l'évolution de la notion de "chevalerie" dans la Geste des Lorrains, lire G. Noiriel, "La chevalerie dans la Geste des Lorrains", Annales de l'Est, 28, 1976, pp. 167.96.

47 La critique contemporaine l'a maintes fois établi, en particulier M. Rossi dans sa thèse sur Huon de Bordeaux.

48 Les exemples ne manqueraient pas du côté lorrain, le récit étant un chant quasi constant consacré à leur louange. La reine leur est entièrement dévouée et le trouvère a tendance à tout mesurer à leur aune.

49 GL, vers 2013.18.

50 GL, vers 2245.58.

51 GL, vers 11931.45.

52 Il s'indigne (GL, vers 14486.93) quand Guillaume de Monclin propose l'arrêt des hostilités contre les Lorrains, lorsque le vieux Gascon ramène le cadavre de Guillaume de Blanquefort, mais il s'en prend aussi très violemment à Bernard qui a tué Huon de Cambrésis prisonnier et qui bénéficiait d'une promesse de vie sauve (vers 14593.95).

53 GL, vers 9714.23 et 9956.60.

54 Paralysé dans ses gestes, il se trouve miraculeusement désavoué par la divinité.

55 GL, vers 6186.87, 6374.96 et 6520.34. Elle ne concordait guère avec son comportement habituel.

56 GL, vers 5380.86 et 5388.89. Isoré, quant à lui, voulait poursuivre une guerre loyale.

57 Il en reste persuadé tant que les faits ne l'ont pas cruellement démenti (vers 5021.23). Isoré le Gris, qui conservait l'espoir de tuer lui-même Begon, ne partageait pas du tout l'avis de Fromont.

58 Leur rôle est si important et si constant que nous n'insisterons pas sur cette caractéristique narrative de Garin.

59 Il ne faudrait pas oublier, en plus, le souci du trouvère d'organiser ses épisodes en fonction d'une architecture d'ensemble de la Geste des Lorrains.

60 GL, vers 2161.65.

61 Tout comme s'il avait hâte de renvoyer les protagonistes dans leurs fiefs.

62 GL, vers 5503.16.

63 GL, vers 6646.87.

64 GL, vers 7208.14. Pour ce personnage voir B. Schur-franz, "Thiébaut du Plesseïs in Garin le Loheren, An echo of la Chanson de Guillaume ?", Romance Notes, 21, Winter 1980, pp. 243.47.

65 GL, vers 12222.24 :
Mais cui Dieus voet sauver et garantir,
Ja par nul home ne sera entrepris.
A Chaelons I. messagiers en vint ...

66 GL, vers 6099.6129. Il est armé d'une broche sur laquelle restent des oiseaux empalés ! Dans son article "Les Galopin épiques", Actes du 6è Congrès International Rencesvals, Aix, 1974, pp. 731.45, P. Jonin a étudié le personnage de Manuel Galopin qui, lui aussi, apporte sa note comique dans la trame narrative de Garin. A titre de comparaison, cf. B. Guidot, "L'humour dans le Moniage Rainouart est-il la marque d'un esprit distingué" ?, Essor et fortune de la chanson de geste dans l'Europe et l'Orient latin, Modène, Mucchi Editore, 1984, pp. 87.103.

67 GL, vers 10187.92. Arrivé sur place, au coeur des terres ennemies, Begon explique son projet à son hôte (vers 10282.87).

68 GL, vers 2845.50. L'allusion est reprise en substance aux vers 7183.96. Voir également P. Taylor, Gerbert de Mez, pp. xvii.xviii.

69 Nous sommes à la veille du tournoi qui consacre son adoubement.

70 GL, vers 9558.59 et Gerbert de Mez, édit. cit., vers 8528.8817. Dans cette dernière œuvre, le lieu sacré s'appelle "chapelle Saint-Martin". Hernaut ne doit son salut qu'à la générosité des chevaliers qui accompagnaient Fromondin. Ce dernier est tué aux vers 14734.35 par Gerbert.

71 Voir E. Stengel, "Fromondins als Klosterbruder", Beiträge zur romanischen und englischen Philologie (Försterband), 1902, pp. 71.85.

72 GL, vers 7363.67.

73 A. Iker-Gittleman développe une idée proche de la nôtre quand elle écrit (op. cit. p. 30) : "Plus que les incidents extérieurs, c'est une sorte de fatalité intérieure qui jette l'un contre l'autre deux lignages ..."

74 Si la partialité n'avait pas une autre signification -excluant tout avantage définitif alloué à l'un ou l'autre camp - comment expliquer que les Lorrains soient vaincus à la fin de Garin ?

75 Des portées dont les notes se lisent à l'aide de clés qui restent sans cesse à découvrir.

76 GL, vers 13863.73.

77 GL, vers 14916.19.

78 GL, vers 12582.93. Autre constat : Blanchefleur de Maurienne est née sous une mauvaise étoile (vers 2120.21).

79 GL, vers 5339.43. L'auteur prend la parole après avoir rapporté au style direct les propos de son personnage.

80 GL, vers 11824.35.

81 GL, vers 10950.52.

82 GL, vers 6698.6701. Dans Garin en général, les prises de position de l'auteur vont, quand il n'approuve pas une initiative, de la simple désapprobation aux sarcasmes. En l'occurence, il faut noter que la décision de Fromont était en soi fort louable.

83 GL, vers 9992.94 :
Dieus ! con le fait li Borguignons Aubris
Et li baron qui furent avoec lui !
Charpentier sanblent qui soient en gaut mis.

84 GL, vers 10629.32. Ailleurs, le trouvère implore Dieu de se soucier de Garin accusé de tentative d'empoisonnement (vers 6342.44).

85 GL, vers 5873.75.

86 GL, vers 11764.81.

87 GL, vers 1982.86.

88 Le terme n'aurait-il pas tout à fait la même signification qu'à l'époque moderne, la création littéraire ne peut être niée au Moyen Age, dût-elle consister en un remaniement de textes plus anciens. J. Zezula considère "gue c'est parmi les familiers de Saint-Amand qu'il faut chercher, avant tout, l'auteur du Garin" -("Garin le Loherain et l'abbaye de Saint-Amand", Romania, 91, 1970, p. 290). L'ensemble de l'article se situe aux pages 289.305.

89 GL, vers 820.73. C'est Hardré et ses amis que Pépin consulte quand il s'agit de savoir si on va au secours d'Hervis à Metz. Pourtant, précédemment, les Bordelais s'étaient opposés au couronnement du roi. La cérémonie avait été voulue et obtenue par le Lorrain. Situation présentée comme éminemment naturelle par le trouvère. Pour Hervis de Metz, voir, entre autres, A. Rhode, "Die Beziehungen zwischen den chansons de geste Hervis de Mes und Garin le Loherain", Ausgaben und Abhandlungen, 3, 1881, pp. 121.70, A. Adler, "Hervis de Mez and the matrilineal nobility of Charlemagne", Romanic Review, 37, 1946, pp. 150.61, "Hervis de Mes and the Geste des Lorrains", Romanic Review, 38, 1947, pp. 289.96 et W. Benary "Hervis von Metz und die Sage vom dankbaren Toten", Zeitschrift für romanische Philologie, 37, 1913, pp. 57.92 et 128.44.

90 GL, vers 2316.17, 2343.44.

91 GL, vers 5715.18 :
Et dist li rois : "Mervelles puis oïr ;
Danz arceveques, Dieus voz puist maleïr !
Voz m'ensagniez ma fïance a honnir ;
A honir cex qui me doivent servir".
L'archevêque, quant à lui, ne se justifie même pas. Il se contente d'exposer son plan, de parler des deux moines faux témoins qu'il a découverts.

92 GL, vers 5857.63. Par comparaison, on pourra se reporter à B. Guidot, "L'empereur Charles dans Girart de Vienne", Mélanges offerts fa Charles Foulon, II, pp. 127.41.

93 GL, vers 6233.40.

94 GL, vers 10204.05. Cette prescience morbide est confirmée par une brève parenthèse de l'auteur, au moment du départ de Begon (vers 10228.30) :
A Dieu commande la belle Bïautris,
Ses II. enfanz Hernaudet et Gerin.
Dieus ! quel damage onques puis ne les vit !
Les paroles de Biautrix prennent d'autant plus de valeur que le couple épique jouissait d'un bonheur tranquille, au moment où Begon est tenté par l'Aventure.

95 GL, vers 11380.91. Garin supplie la Vierge de veiller à ce qu'il reçoive la faveur du Destin, s'il en est digne, et à écarter de lui tout malheur. Aélis l'incite à se signer pour éloigner les esprits mauvais.

96 Les Bordelais ayant quelque raison d'estimer que Belin leur revenait en toute justice et les Lorrains se plaignant fréquemment des déloyautés dont ils sont victimes.

97 GL, vers 2331.32.

98 GL, vers 14315.16 :
"Mais on se doit devers le droit tenir,
Et qu'il nel fait, il voet Dieu relenquir".
Il arrive même à la reine d'utiliser ironiquement le mot "droit" pour fustiger Bernard (vers 15604.05). Voir aussi les remontrances d'Henri de Montagu à Pépin (vers 2482).

99 GL, vers 15831.33.

100 Ainsi qu'il l'affirme au roi Pépin, Garin a le sentiment de n'avoir jamais bafoué le droit (vers 16019.21 et 16026.28). La reine Blanchefleur, avec conviction, abondera dans son sens (vers 16327.29).

101 GL, vers 16221.24. Cependant, poussé par le souvenir de Begon, il ne renonce pas encore à son entreprise démoniaque.

102 GL, vers 14729.43. La province est devenue terre de désolation. Elle n'a pas été ravagée à ce point depuis les affrontements entre Charles Martel et Girart de Roussillon. Un pèlerin pourrait marcher six jours sans trouver la moindre nourriture. L'herbe pousse sur les autels, les crucifix étant à terre. Ronces, aubépines et bosquets ont remplacé prés, jardins et cités. Les voleurs de grands chemins règnent en maîtres. Voir P. Meyer, "La légende de Girart de Roussillon", Romania, 7, 1878, pp. 161.235 et F.Lot, "Encore la légende de Girart de Roussillon", Romania, 70, 1948, pp. 192.233 et 355.96.

103 Revenu du Bordelais qu'il a mis à sac, le héros reste trois ans sans faire la guerre et regrette ses fautes passées, c'est pourquoi, par l'intermédiaire de prêtres, il propose la paix à Fromont (vers 16399.404).

104 GL, vers 16415.17. Les Bordelais l'emportent par leurs penchants anti-héroïques ; la victoire des Lorrains ne sera que posthume (à cause des enfants qui restent, Gérin, Hernaut et Gerbert). A. Iker-Gittleman (op. cit. p. 32) a raison d'écrire que ce qui compte pour le héros c'est "le bonheur d'être issu d'une famille sans tache" et d'être préservé "du malheur irréparable d'appartenir à une famille tarée". Pour ce qui est de l'ultime étape de toute carrière humaine, voir P. Le Gentil, "Réflexions sur le thème de la mort dans les chansons de geste", Mélanges R. Lejeune, Gembloux, II, 1969, pp. 801.09.

105 GL, vers 16409, 164434 et 16525.37.

106 Même si Garin meurt en se défendant avec acharnement contre la multitude d'ennemis. Le texte dit qu'il tue plus de quarante adversaires (vers 16552).

107 GL, vers 16560.61. On songera inévitablement au célèbre dessin de Jacques Faizant représentant, le lendemain de la mort du Général de Gaulle, Marianne en train de pleurer, assise sur un chêne foudroyé. La simplicité symbolique possède la même force suggestive, d'un domaine artistique à l'autre. Ce crépuscule du dieu lorrain est immédiatement suivi par la mort d'Aélis et Biautrix qui ne lui survivent que trois jours et demi (vers 16610.12). Fatalité de l'engrenage mortel.

Auteur

(Université de Nancy II)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540