Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Les rédactions de la chrétienté corbaran, première branche des continuations du cycle de la croisade

Peter Grillo

Texte intégral

  • 1 The Jérusalem Continuations. Part 1 : La Chrétienté Corbaran. The Old French Crusade Cycle VII (Un (...)

1Je me propose dans cette communication de présenter une oeuvre épique, d'apparence plutôt modeste, qui, jusqu'ici est restée largement inaccessible à la majorité des spécialistes de l'épopée romane. Les remarques qui suivent se fondent, pour l'essentiel, sur mon travail d'éditeur, lequel a abouti à une récente contribution à la série collaborative du Old French Crusade Cycle (OFCC)1. Et, pour pallier certains inconvénients à aborder un texte encore inconnu ou mal connu, une bonne partie de mes observations ici revêt un caractère volontairement descriptif.

  • 2 Pour un aperçu rapide de la formation du cycle, voir l'introduction à La Naissance du Chevalier au (...)

2Prolongeant l'histoire poétique de la Première Croisade au-delà de l'installation des Chrétiens à Jérusalem, la Chrétienté Corbaran fut composée après la mise en place - au cours des deux dernières décennies du 12e siècle - d'une organisation cyclique. Ce que l'on peut désigner l'état initial du Cycle de la Croisade ou encore son état "canonique," est communément attribué à un remanieur de talent que la tradition critique a pris l'habitude d'identifier comme Graindor de Douai. Précisons pour mémoire, et dans la mesure où nous pensons suivre le procès d'élaboration du cycle, que c'est Graindor lui-même qui aurait agencé les rapports entre les poèmes d'Antioche, Chétifs, et Jérusalem - à l'origine, de provenances diverses - pour former en quelque sorte le noyau historique du cycle. Celui-ci sera par la suite associé aux branches légendaires du Chevalier au Cygne, et, dans quelques manuscrits, doté également de Continuations dont la première est précisément la Chrétienté2.

  • 3 Voir mes remarques sur les Continuations du Premier Cycle de la Croisade dans OFCC VII, Part 1, pp (...)

3Cette désignation générique de Continuations englobe donc l'ensemble assez hétérogène des dernières branches et épisodes du cycle - en réalité, un "deuxième" et même un "troisième" état du Premier Cycle - conservés diversement dans quatre des onze MSS cycliques subsistants, complets ou fragmentaires, en vers. En gros, ces textes se rattachent à des événements du royaume latin de Jérusalem, allant du temps du "roi" Godefroi de Bouillon jusqu'è l'arrivée en scène de Saladin. Notons cependant qu'ils se démarquent nettement des branches "documentaires" plus anciennes d'Antioche et de Jérusalem par la quantité d'anachronismes et autres apports fictifs qu'ils accueillent. De ce fait, on préférera sans doute de décrire les Continuations en termes de pseudo-chronique en forme de chanson de geste3.

***

4Le titre la Chrétienté Corbaran, que tous les commentateurs du cycle ont adopté fort volontiers, provient d'une tradition authentiquement médiévale : nous le relevons dans le MS 12569 de la Bibliothèque Nationale de Paris, et plus exactement dans l'explicit du codex, sorte de table des matières d'un des manuscrits cycliques les plus complets, au fol. 264 v : "C'est ... li crestientés de Corbaran d'Oliferne et des .II. rois du Nubie et de tous leurs roiames ..."

  • 4 "Les Poèmes français relatifs à la première croisade : le poème de 1356 et ses sources", Romania 5 (...)
  • 5 "Les Chétifs : Etude sur le développement de la chanson", Romania 105 (1984), p. 75.
  • 6 Les Poèmes épiques des croisades (Paris : Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1932), p. 112.

5Les quelques critiques à s'être penchés sur notre chanson n'ont certes été enthousiastes à son égard. Si elle a échappé à l'appréciation de Léon Gautier, qui apparemment ne la connaissait pas, mais dont on imagine aisémment le verdict, Emile Roy, de son côté, l'a plus ou moins condamnée en ces termes : "Elle n'est pas brillante, elle ressemble à l'épée de ce brave Corbarant, longue, plate, mortelle …"4. Et tout récemment Geoffrey Myers fait part d'une pareille déception en qualifiant la Chrétienté tout bonnement "la branche la moins intéressante du cycle entier"5. En revanche, on peut retenir la bienveillance tempérée envers ce parent pauvre de la geste de la Croisade, exprimée voici quelque cinquante ans par Anouar Hatem : "la Chrétienté de Corbaran contient de nombreuses scènes fort vivantes, d'autres d'une certaine cocasserie, tel ce mariage de la vieille sorcière Calabre (la mère de Corbaran) gui a plus de cent ans avec l'émir de Damas"6.

6La mince intrigue du poème, dépourvu en fait de toute péripétie, se résume facilement : après la défaite du Soudan de Perse sur les plaines de Ramla - transposition épique de la bataille d'Ascalon en 1099 et victoire qui assure aux croisés leur prise de la Ville sainte, à la fin de la Chanson (ou Conquête) de Jérusalem - le roi Corbaran d'Oliferne voyage jusqu'à Jérusalem, en compagnie de ses deux neveux et d'autres païens, pour se faire baptiser. Une fois rentré dans ses terres, il doit refouler deux offensives punitives lancées contre lui par le Soudan outragé de sa trahison. La branche se clôt avec l'arrivée à l'Oliferne d'importants renforts, autant d'alliés de Corbaran. Les païens regagnent rapidement Acre qui sera l'objet d'une campagne des Chrétiens au commencement d'une nouvelle branche des suites.

7Comme on peut s'y attendre, la conversion de Corbaran n'est qu'un premier pas vers sa pleine intégration dans le monde des croisés. Tout au long de la branche, l'ancien ennemi des Chrétiens à Antioche se montre en effet le digne vassal et administrateur de Godefroi de Bouillon. Ainsi il se charge personnellement de vacances épiscopales à Oliferne et à Sur (Tyr) ; en outre, de Jean d'Alis et d'Harpin de Bourges, qui furent un temps ses prisonniers dans le poème des Chétifs, il fait ses propres sénéchaux. Il est permis de croire que le récit primitif de la Chrétienté terminait en fait avec le mariage de Godefroi et la soeur de Corbaran (Florie ou Matrone, selon la tradition). Or, tous ces développements nous éloignent bien entendu de l'histoire documentée des Croisades, et de ce que nous savons de tout grand chef musulman, notamment de Corbaran, nom derrière lequel l'on reconnaît celui de Kerbôgha, émir de Moussoul, battu à Antioche en 1098. Il s'agit donc d'une de ces conversions littéraires, thème commun à de multiples textes épiques. Impressionnante volte-face idéologique, instaurant ici une petite société féodale, structurée sur un mode imaginaire et compensatoire, loin enfin des réalités socio-politiques dominantes.

  • 7 G.M. Myers, art. cité, pp. 63-74. Voir l'introduction à mon édition de la Chrétienté Corbaran (pp. (...)

8Il ne peut être question dans ces pages de traiter à fond le problème des rapports qu'entretient la Chrétienté avec la branche plus ancienne des Chétifs. En effet, c'est dans celle-ci que se manifeste d'abord, devant ses croisés captifs, l'engouement de Corbaran pour la religion chrétienne. Or, comme le rappelle à juste titre G. Myers, dernier éditeur de cette branche, les annonces préfigurant le baptême du roi d'Oliferne et ses démêlés ultérieurs avec son suzerain païen se retrouvent plus précisément dans la partie consacrée à l'aventure de Baudoin de Beauvais et le serpent Sathanas (Chétifs, vv. 2764-73, 2933-41, et 3053-60). Cependant, cet épisode ne semble ni remonter à la forme originale des Chétifs ni a fortiori à la version qu'aurait connue Graindor de Douai ; de toute évidence, il provient, toujours selon l'éditeur des Chétifs, d'un remanieur à l'oeuvre après le créateur du cycle7.

  • 8 Cf. les vv. 565-67 et les variantes dans le MS Arsenal 3139 suivant les vv. 57, 175, 202, 208.
  • 9 Cf. OFCC VII, Part 1, pp. xxxii-iii.

9De plus, s'il est vrai que les rédactions conservées de la Chrétienté évoquent, à leur tour, certains épisodes et personnages des Chétifs, ces rappels fonctionnent de façon assez mécanique, s'allongeant ou se raccourcissant au gré des copistes8. En vertu de l'hétérogénéité de tels annonces-rappels, il paraît en effet difficile d'attribuer à un seul et même auteur le (deuxième) remaniement des Chétifs - celui où figure l'interpolation centrée sur Baudouin de Beauvais - et la Chrétienté Corbaran. D'autant que Baudouin et un autre captif important, Richard de Chaumont, sont totalement absents de l'action de la seconde chanson. Mais ce sont les différences saillantes de ton, de style et de versification qui opposent, en définitive, les deux œuvres, et qui laissent entrevoir des origines fort distinctes. Ceci dit, nous ne pouvons exclure évidemment l'hypothèse selon laquelle l'auteur anonyme de la Chrétienté s'est donné toute liberté d'achever, à sa manière, l'esquisse narrative traçant la carrière ultérieure de Corbaran que transmettait la version étoffée des Chétifs9.

  • 10 Sur ces sigles, voir OFCC I, Table 1, p. xiv.

10Le plus ancien état conservé de la Chrétienté Corbaran nous parvient dans trois copies, énumérées ici avec les sigles adoptés pour les MSS du cycle par les responsables de l'édition collective en cours : Paris, Bibliothèque Nationale 12569 (E), fols. 215v-221 r ; Paris, Bibliothèque de l'Arsenal 3139 (G), fols. 231r-243v ; et Londres, British Library, Additional 36615 (I), fols. 146r-153v.10. Ces manuscrits, qui sont tous des recueils cycliques, s'échelonnent sur une période de cinquante ans environ. MS E, sans doute de provenance artésienne, se situe dans le troisième quart du 13e siècle ; le MS de la Bibliothèque de l'Arsenal, originaire lui aussi du nord ou encore du nord-est de la France, porte dans un explicit, la date de 1268. Quant au MS I de Londres, manuscrit composite émanant d'une aire linguistique plutôt centrale, on doit le dater du début du 14e siècle, mais vraisemblablement guère au-delà du premier quart.

  • 11 OFCC VII, Part 1, pp. xxxvi-xliv.

11Je ne peux reprendre ici les détails portant sur les "personnalités" de tous ces textes, ou la nature de leurs relations, pour lesquels je me permets de renvoyer les lecteurs à quelques pages introductives de mon édition11. En vérité, chacune des copies est nettement caractérisée, au point de constituer une véritable rédaction. Prenons tout d'abord le MS de la Bibliothèque Nationale : en clair, il s'agit d'un abrègement, non dépourvu de maladresse et défauts (cf. variantes pour les vv. 241-43, 899-902, 1145-50), destiné à être inclus commodément dans ce qui pouvait passer, au dire même de l'auteur de l'explicit mentionné plus haut, pour le recueil le plus fourni du cycle. Quant au MS G, nous constatons la situation inverse, le scribe-éditeur délayant son texte, souvent inutilement, à mon sens, et sans grand talent. Précisons gue la rédaction de l'Arsenal contient 223 vers uniques, un chiffre cinq fois supérieur à ce que l'on trouve dans I, et sept fois plus élevé que dans le cas de E. Or, si elle paraît, à certains égards, moins contaminée que les deux autres témoins - surtout JE - la qualité de son texte laisse beaucoup à désirer. A titre d'exemple, dans un court passage - dix vers - interpolé après le v. 1190, on relève à la rime mandé et cité deux et trois fois respectivement. En plus, des confusions inquiétantes abondent dans les noms propres (par ex., Cordres pour Coine v. 961 ; Buiamons pour Bauduins vv. 1184, 1299, 1316, 1322).

  • 12 C'est-à-dire, les épisodes de la "Prise d'Acre," "La Mort Godefroi", et "la Chanson des Rois Baudo (...)

12C'est le MS I - n'attirant sérieusement l'attention de la critique que depuis les années 1970 lors de sa redécouverte - qui a été retenu comme base de la récente édition (comportant 1464 vers dont dix apportés par EG). Malgré des négligences certaines, des rajeunissements de langue et habitudes de graphie, le texte de Londres se recommande par un nombre satisfaisant de bonnes leçons et par son allure et cohérence générale ; notamment, il ne fait pas usage de pratiques quelque peu déformatrices, comme celles déployées dans E et G. De surcroît, ce texte s'inscrit dans un ensemble narratif réalisé, indicateur d'un programme cyclique, dès lors qu'il est suivi, en toute continuité, par une deuxième branche de Continuations12

  • 13 OFCC VII, Part 1, pp. xlix-iv.

13Il apparaît enfin, que ces rédactions conservées de la Chrétienté descendent d'un archétype commun, proche de l'original ; elles semblent remonter plus immédiatement à deux familles, très voisines, que j'ai désignées par les sigles a et b13.

14Rédactions distinctes donc, mais à leur propos, il convient de parler d'une version commune de la branche, continue et pour ainsi dire complète, dont le parcours du récit et l'ordre des laisses sont rigoureusement identiques d'un manuscrit à l'autre.

  • 14 OFCC VII, Part 1, pp. lxiii-lx.
  • 15 Le texte se trouve dans l'Appendice I de l'édition de la Chrétienté (pp. 40-46). En bref, aux foli (...)
  • 16 Sur la conversion de Calabre, voir OFCC VII, Part 1, pp. xxxiii-iv. Je prépare actuellement l'édit (...)

15On doit faire état cependant d'un travail de remaniement à proprement parler touchant, d'une part, l'articulation de la fin de la Chanson de Jérusalem et le début de la Chrétienté, et, d'autre part, les toutes dernières laisses de notre poème14. A ces deux points de jonction narrative s'opèrent certains aménagements cycliques que l'on peut décrire rapidement de la façon suivante. Le MS G de l'Arsenal - partiellement suivi par le MS E - propose (aux fols. 231a-233b) une refonte de la conclusion de Jérusalem (grossomodo, le récit à partir du v. 8878 dans la vieille édition de C. Hippeau) : il donne une autre version, en général plus cohérente, des incidents survenus lors de la débandade des païens fuyant les plaines de Ramla15, et, ensuite, il met en scène le départ pour l'Europe de certains barons croisés. Enfin, ce même MS rapporte, à la conclusion de la Chrétienté, le mariage de Godefroy avec Florie avant de terminer sur une annonce de la conversion, et même du moniage de la mère de Corbaran. Notons au passage que ce dernier élément, sans doute un apport relativement tardif à la matière cyclique, sera retenu par un deuxième groupe de Continuations - conservé dans d'autres cahiers du MS I du British Library et dans le MS cyclique de la Biblioteca nazionale de Turin, L-III-25 (MS T), ainsi que dans le Chevalier au Cygne et Godefroid de Bouillon du Deuxième Cycle de la Croisade16.

  • 17 Cf. les vv. 1858 ff et 1979 ff dans OFCC VII, Part 2 (sous presse).

16De leur côté, E et I taisent le mariage de Godefroy, ou peu s'en faut, vraisemblablement en fonction de la nouvelle suite que nous livrent seuls des deux MSS. C'est dire que là, à la fin de l'épisode de la "Prise d'Acre," nous trouvons un récit détaillé des épousailles de l'illustre croisé et la soeur de Corbaran, tout comme nous voyons, un peu avant, la païenne Calabre se suicider17.

  • 18 Cet état de choses s'observe dans les trois rédactions, quoique le texte de BN 12569 (E) tende à p (...)
  • 19 Se distingue souvent dans ces dernières laisses une forme majoritaire, distribuée en série (cf. la (...)

17La Chrétienté Corbaran est écrite en dodécasyllabes réparties en laisses rimées et assonancées. Il est à remarquer qu'entre en jeu une gamme extrêmement réduite de sonorités à la rime. Cinq (/i/, /a/, /ã/, /E/, /õ/), dont deux s'emploient précisément dans la production de ce que l'on doit considérer des laisses en assonance, à savoir : /E/ pouvant donc mettre à l'unisson des formes en -é, -er, -és/ -éz, el, et /ã/ qui lie éventuellement dans une même laisse -ans/-ens, -ant/-ent, -amp/-anc18. On observe d'autre part, que ces deux assonances-rimes groupent à elles seules 19 des 23 laisses communes à EGI, soit un total de plus de 87 % des vers dans mon édition. Soulignons d'emblée, que rimes et assonances ne sont pas distribuées en parties ou segments délimités, tel qu'on peut le relever dans d'autres poèmes épiques (par ex., Raoul de Cambrai, Gaydon, Guibert d'Andrenas), et qui permet quelquefois d'en discerner des couches chronologiques de composition ou de remaniement. Il s'agit ici plutôt d'un fait de versification bien reporté sur l'ensemble de la chanson : ainsi, eu égard aux graphies purement "uniformisantes" - répandues en effet dans le MS de Londres - nous remarquons à partir du texte édité, que si certaines laisses en /E/ et /ã/ se révèlent essentiellement monorimes (par ex., laisses 3, 6, 9, 12, 20), davantage d'entre elles sont à vrai dire assonancées (voir notamment les laisses 7, 8, 10, 11, 17, 19, 21, 22, 23)19.

18On dira cependant qu'il n'y a ici qu'un maniement assez restreint d'assonance. Certains préféreront parler en fait de rimes imparfaites ou approximatives. Il faudrait certes tenir compte de la tendance générale, dans la langue, à l'effacement des consonnes finales dès la seconde moitié du 12e siècle. Mais cette évolution concerne en premier lieu les consonnes appuyées ou en position pré-consonantique, et devait épargner longtemps encore les mots portant la rime.

19Quoiqu'il en soit, le seul facteur "assonancé" des laisses ne saurait favoriser une date de composition reculée pour la branche, qu'aucun autre indice ne placerait avant la première moitié du 13e siècle. Tout au plus, me semble-t-il, nous sommes en présence d'un trait discret d'archaïsme, qui devait être encore plus soutenu dans la chanson originale. Force est de reconnaître, cependant, sur ce point précis de versification, que la Chrétienté se trouve à l'écart de toutes les autres branches du cycle, transmises, elles, sous des formes strictement monorimes.

  • 20 Ainsi le rédacteur assez "bavard" de G - sans doute responsable des passages, aux fols. 231-233, m (...)
  • 21 A en juger par les vers reconnaissables, même mis en rime, dans la version des Continuations de Lo (...)

20A l'évidence, ce système prosodique comporte une assez grande souplesse, fondé comme il l'est sur l'utilisation exclusive de sonorités à très forte rentabilité dans les choix lexicaux et morphologiques. Et certes, les rédacteurs ne sont pas sans ignorer les réelles facilités de ce qui leur est offert, même si l'on ne parlera d'abus que dans le cas du copiste-éditeur de G20. On s'étonne, toutefois, qu'aucun d'entre eux n'entame une mise en rime méthodique de son texte, selon un procédé qui s'avérait, de tous les côtés, au goût du jour, à commencer par les autres constituants cycliques. Renouvellement du vers qui nous paraît tout à fait réalisable, et, du reste, aux moindres frais21.

  • 22 Relevons aussi un avatar du motif de la vue dite épique de la fenêtre (vv. 965-1116). Par contre, (...)

21Renvoyant aux plus anciennes chansons de geste, l'armature narrative de la Chrétienté se constitue de scènes de conseil, envois de messagers et d'espions, et de deux longues séquences d'estors champels. De plus, une coloration tout épique est assurée par divers motifs conventionnels, que ce soit les exploits guerriers de l'évêque d'Oliferne (vv. 727 ff) ou l'échange de menaces (vv. 520-33 ; 751-60 ; 942-49 ; 1226-27)22. Remarquons que le poète agence cet ensemble de lieux communs avec un certain goût de la symétrie - au déplacement initial de Corbaran jusqu'à Jérusalem correspond, plus tard, celui de Godefroi à Oliferne, par exemple - et il sait ménager des effets dramatiques lorsqu'il raconte la fuite de Calabre de sa tour d'emprisonnement (vv. 366 ff), ou encore la convocation et l'arrivée des forces alliées à Oliferne (vv. 832 ff).

22De nombreux traits stylistiques témoignent également que l'auteur est bien rompu aux procédés traditionnels de l'écriture épique. Faute de pouvoir apporter ici les résultats d'analyses spécifiques - qui devraient s'élaborer d'ailleurs par différentes voies d'approche - je me borne à quelques observations générales.

23Tout indique que, dans le maniement des hémistiches formulaires, notre poète (et ses rédacteurs) ne recherche pas le mot rare, et se complaît même à véhiculer les collocations les plus usuelles.

24Arrêtons-nous brièvement sur la première séquence de bataille, occupant les vv. 493-793, aux laisses 11-16 (où paraissent pour la première fois deux nouvelles rimes - -ie et -is - aux laisses 13 et 15). S'y égrènent dix combats singuliers, principalement à la lance, avec lesquels alternent, plus sommairement, d'autres affrontements et des mêlées. La même ordonnance se retrouve dans nos trois rédactions, à une exception près : le texte "allégé" donné par le MS E omet le combat entre Fineplais de Damas et Amalric - Sodoier Corbaran - aux vv. 664-70.

  • 23 Ce sont les éléments 3 à 7 dans le dénombrement désormais classique de Jean Rychner.

25Je retiens plutôt ici quelques détails du format des combats individuels décisifs, et plus exactement à partir des "mini-" ou "micro-" séquences allant du premier choc des participants jusqu'à la conclusion de l'attaque23 - fatale dans huit cas - totalisant 37 vers discontinus compris entre les vv. 571-749. Deux exemples en donnent leur allure essentielle :

  • 24 On remarquera encore une fois la "mouvance" toute restreinte du texte à cet endroit. Selon un cont (...)

Et vet ferir Corbon qui fu niés le sodant ;
Se fu .I. Sarrasins de moult divers semblant :
Ne clavain ne rouele ne li valut .I. gant.
Parmi le cors li mist le roit espié trenchant
Mort l'abati a terre du bon destrier corant.
vv. 571-575.
Fiert Morant l'Esclavon sor son elme gemé,
Enfreci que es dens l'a fendu et copé
Que mort l'a abatu du destrier sejourné.
vv. 747-74924

26A regarder l'ensemble de ces passages, on s'aperçoit du peu de place accordée à tout une dimension que je nommerais "pseudo-descriptive", c'est-à-dire, aux actions ou événements "à rallonge" - pourtant toujours admis dans le formulaire des combats épiques - servant à particulariser ou dramatiser certains moments. Donc, ici aucun coup d'épée malencontreux, aucune lance brisée, aucun jaillissement de sang ...

27Voilà donc que l'effet cumulatif de toute cette séquence s'impose par une grande régularité de rythme. N'y interviennent des phénomènes de ralentissement ou de pause, ni par le biais d'une stratégie de laisses, similaires ou en reprises, ni, on vient de le constater, par celui d'instances descriptives. On hésitera assurément à parler d'un "art épique" exemplaire dans la Chrétienté Corbaran. Mais comment ne pas admettre que l'auteur témoigne d'une certaine adresse à saisir le caractère direct et intensif, même euphorique, de telles scènes de prouesse chevaleresque ?

***

28Les remarques précédentes ont eu pour principal but de faire davantage connaître une branche tradive de la matière poétique de la Croisade, plus ou moins laissée dans l'ombre jusqu'ici. Elle ne se prêtent peut-être pas à des conclusions comme telles, mais, pour terminer, j'insisterai sur les points suivants :

  • Rappelons brièvement la vie cyclique relativement stable que connaît la première continuation de la Geste de la Croisade dans les rédactions indépendantes de EGI. Il convient de noter aussi qu'il persiste plus que des traces de cette version de la Chrétienté Corbaran dans le remaniement que subisissent toutes les Continuations, à l'aube du 14e siècle, sinon un peu avant, tel qu'il nous est parvenu dans une autre section du MS British Library Add. 36615 (I2) et dans le MS de Turin. Un modeste succès, dirait-on. A tout prendre, les jugements généralement négatifs que l'on est tenté de formuler à l'égard de la Chrétienté semblent cadrer mal avec les circonstances de sa transmission. Au départ, on peut certes envisager, et critiquer, un simple facteur de composition, tirant son principe de la loi du moindre effort, mais il faudrait, par la suite, imputer aux scribes-rédacteurs successifs un degré d'inertie - ou de tolérance - hors du commun.
  • De récents travaux sur les poèmes épiques de la Croisade, notamment ceux menés par K.-H. Bender, ont attiré l'attention sur les rapports particulièrement étroits qu'entretient l'ensemble cyclique avec d'autres traditions génériques : l'historiographie contemporaine de la Croisade, bien entendu, mais aussi l'hagiographie, le roman, le conte25. C'est sans doute là, en effet, un des traits significatifs de l'"originalité" de la Quatrième Geste. Mais, me semble-t-il, la Chrétienté Corbaran occupe une place à part. Tout se passe comme si, avec elle, le cycle marque un arrêt, au milieu de "formes limites" ou mixtes, pour faire valoir la permanence du modèle épique. Car si la Chrétienté ne paraît qu'un pâle reflet de celui-ci, elle n'en ressort pas moins des chansons de geste les plus traditionnelles. C'est dire enfin à quel point tout concourt dans notre chanson - schéma narratif, écriture, et valeurs idéologiques - à l'écarter des épopées dites romanesques ou tardives.

***

29Les lecteurs de la Chrétienté Corbaran (OFCC VII, Part 1) voudront bien apporter au texte imprimé les corrections suivantes : v. 110 milliers ; v. 266 Virgule à la fin : v. 400 Mahom [et] ; v. 425 II a ; v. 502 Herpin[s] ; v. 521 si [s'] est ; v. 522 traites ; v. 558 MS porte drest' ; v. 568 Point à la fin ; v. 631 Nostre ; v. 720 greingnour ; v. 809 Bohorge[s] ; v. 824 Fors ; v. 927 II a ; v. 937 se vont ; v. 968 chaut chaut ; v. 1010 Corbarans ; v. 1125 e[n]trant ; v. 1225 fier[e]té ; v. 1261 guerrendon ; v. 1291 .VII. milliers ; v. 1365 Et ses ; v. 1380 Pierre ; v. 1458 dist que ; App. I, v. 46 Creton ; v. 104 II est (MS porte ẽ) ; v. 133 jusqu'a ; v. 234 Nostre Sire ; v. 246 MS porte cas99 ; App. II, v. 19 MS porte gracies ; v. 59 .V.C. ; v. 63 Montabour ; v. 73 Ricart ; v. 82 miercis ; v. 84 demorra ; v. 97 retourne entre lui ; v. 98 fit le set.

Notes

1 The Jérusalem Continuations. Part 1 : La Chrétienté Corbaran. The Old French Crusade Cycle VII (University, Alabama : University of Alabama Press, 1984).

2 Pour un aperçu rapide de la formation du cycle, voir l'introduction à La Naissance du Chevalier au Cygne, éds. E. Mickel et J.A. Nelson (avec une étude des manuscrits du cycle due à G.M. Myers). OFCC I (University, Alabama : University of Alabama Press, 1977), pp. xiv-xv.

3 Voir mes remarques sur les Continuations du Premier Cycle de la Croisade dans OFCC VII, Part 1, pp. xiii-xxii.

4 "Les Poèmes français relatifs à la première croisade : le poème de 1356 et ses sources", Romania 55 (1929), p. 431. Cet article posthume contient l'analyse la plus complète de la branche, principalement à partir du texte dans le MS Bibliothèque de l'Arsenal 3139 (voir infra).

5 "Les Chétifs : Etude sur le développement de la chanson", Romania 105 (1984), p. 75.

6 Les Poèmes épiques des croisades (Paris : Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1932), p. 112.

7 G.M. Myers, art. cité, pp. 63-74. Voir l'introduction à mon édition de la Chrétienté Corbaran (pp. xxviii et note 47, et pp. xxxiii-iv) pour d'autres passages dans les Chétifs où s'annonce la conversion du roi d'Oliferne.

8 Cf. les vv. 565-67 et les variantes dans le MS Arsenal 3139 suivant les vv. 57, 175, 202, 208.

9 Cf. OFCC VII, Part 1, pp. xxxii-iii.

10 Sur ces sigles, voir OFCC I, Table 1, p. xiv.

11 OFCC VII, Part 1, pp. xxxvi-xliv.

12 C'est-à-dire, les épisodes de la "Prise d'Acre," "La Mort Godefroi", et "la Chanson des Rois Baudouin." Une édition de tous ces textes, préparée par mes soins, d'après les MSS EI, est sous presse (OFCC VII, Part 2).

13 OFCC VII, Part 1, pp. xlix-iv.

14 OFCC VII, Part 1, pp. lxiii-lx.

15 Le texte se trouve dans l'Appendice I de l'édition de la Chrétienté (pp. 40-46). En bref, aux folios 231a-233b du MS G, les croisés ne rentrent définitivement à la Ville sainte - après avoir retrouvé les blessés Baudouin de Boulogne et Raimbaut Creton, et récupéré le butin laissé par le Soudan de Perse - qu'à la suite de la confirmation des interventions miraculeuses auprès des cadavres chrétiens et païens. Ne s'y trouvent donc pas les chevauchées assez confuses décrites dans un récit parallèle, et en principe antérieur, vers la fin de Jérusalem (cf. MS G, fols. 229b-230d). N. Thorp fera paraître prochainement une nouvelle édition de la Chanson de Jérusalem (OFCC VI).

16 Sur la conversion de Calabre, voir OFCC VII, Part 1, pp. xxxiii-iv. Je prépare actuellement l'édition de la dite version de Londres-Turin des Continuations, en somme un "troisième" état du Premier Cycle, qui paraîtra dans OFCC VIII.

17 Cf. les vv. 1858 ff et 1979 ff dans OFCC VII, Part 2 (sous presse).

18 Cet état de choses s'observe dans les trois rédactions, quoique le texte de BN 12569 (E) tende à passer davantage à la rime.

19 Se distingue souvent dans ces dernières laisses une forme majoritaire, distribuée en série (cf. la laisse 11, et la fin de la laisse 16).

20 Ainsi le rédacteur assez "bavard" de G - sans doute responsable des passages, aux fols. 231-233, marquant la transition entre la fin de Jérusalem et le commencement de la Chrétienté - se sert exclusivement des assonances-rimes /E/, /ã/.

21 A en juger par les vers reconnaissables, même mis en rime, dans la version des Continuations de Londres-Turin (Continuations2).

22 Relevons aussi un avatar du motif de la vue dite épique de la fenêtre (vv. 965-1116). Par contre, le combat au cours duquel Corbaran frappe mortellement le mari de sa mère (vv. 1272-81) ne semble pas avoir de parallèle exact dans nos chansons de geste.

23 Ce sont les éléments 3 à 7 dans le dénombrement désormais classique de Jean Rychner.

24 On remarquera encore une fois la "mouvance" toute restreinte du texte à cet endroit. Selon un contrôle effectué uniquement sur les mots à la rime dans cette séquence, seuls sept vers sur trente vers communs contiennent des variantes - et les plus attendues (cf. vv. 591 barbe florie/ciere hardie ; 611 rompant/faussant ; 714 brunis/masis).

25 Cf. K. -H. Bender, "La Matière de la Croisade vers 1200, ou un 'Récit en vers français de la première croisade fondé sur Baudri de Bourgueil,'" dans La Chanson de geste et le mythe carolingien. Mélanges R. Louis. T. II (Saint-Père-sous-Vézelay : Musée archéologique régional, 1982), p. 1079.

Auteur

(Université de Toronto, Canada)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540