Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Le voyage de Charlemagne, pèlerinage ou parodie ?

John L. Grigsby

Texte intégral

  • 1 Hans-Georg Gadamer, Wahrheit und Methode, 3 éd. (Tübingen : Mohr, 1972), surtout les pp. 340-360. (...)

1Gadamer nous enseigne que dans les sciences humaines la compréhension en tant que processus méthodologique n'est pas identique à celle des autres sciences, qu'il faut entrer en conversation avec les textes et même avec les interprètes de textes1. Le progrès dans la critique littéraire n'est donc pas linéaire, mais circulaire. Ainsi nous sommes obligés, nous autres médiévistes, de retourner à ces pionniers du dix-neuvième siècle, Francisque Michel, Paulin et Gaston Paris, Henri Morf, Eduard Koschwitz et autres, à tous ceux qui ont eu la mauvaise fortune de devancer Joseph Bédier. Autrement dit, les premières impressions sont souvent les meilleures. Sous le poids de nos préjugés, que ce soit en faveur du progrès linéaire ou contre le positivisme du siècle précédent, nous avons trop tendance à rejeter ces écrits de caractère vieillot comme si ces érudits ne disposaient pas des connaissances nécessaires pour comprendre les textes médiévaux qu'ils étaient en train de ressusciter. Si Paul Aebischer souriait des argumentations de Morf, il faut admettre qu'en lisant ces vieilles pages fragiles de la Romania, on est rafraîchi par l'exposé clair, par l'agencement des idées et par l'absence de jargon emberlificoté.

2Dès l'apparition en 1836 du Voyage de Charlemagne, on ne savait pas à quoi s'attendre. Ainsi Francisque Michel intitulait son édition Charlemagne, et Koschwitz identifiait l'oeuvre dans la sienne comme "ein Gedicht", mais par la suite préférait "Heldengedicht" (Morf, 185 ; Koschwitz). Quand Gaston Paris appela le poème, "La Chanson du Pèlerinage de Charlemagne," l'horizon d'attente semblait désormais consolidé et le genre du poème certifié. Dès qu'on dit genre, on ranime ses souvenirs, ses préjugés, et on s'attend à retrouver, en l'occurrence, un poème long et sérieux qui raconte les exploits guerriers des héros anciens. Ainsi Gaston Paris et autres, et plus récemment Bruno Panvini regardaient l'empereur Charles comme glorieux, pieux et humble, désigné par la Providence à s'asseoir dans le siège de Jésus-Christ dès son entrée dans la ville sainte de Jérusalem. De même on comprend aisément que Léon Gautier ait été scandalisé par le gab d'Olivier. Mais si nous changions notre perspective et que nous gardions un esprit ouvert en ce qui concerne le genre, nous interpréterions tout autrement cet acte de Charles. Nous le verrions comme un touriste-pèlerin fatigué après tant de journées de voyage assis sur son mulet, comme un vaniteux ayant l'arrogance de repousser les barrières pour s'asseoir dans une chaise confortable qui lui fournissait une vue privilégiée sur les peintures dans cette église merveilleuse (Grigsby 23 s.).

3Ainsi il faut tenter d'opérer une fusion des horizons et tout d'abord se demander pourquoi un poète se serait moqué de cet empereur, ou du moins pourquoi il donne l'impression de se moquer de lui, et de son voyage et de ses reliques. Pour répondre à telle question, il faut savoir le contexte social de l'oeuvre, et pour y arriver, il faut tenter à nouveau de dater le poème. C'est à ce moment-là que les premières impressions de nos devanciers du dix-neuvième siècle deviennent si importantes. Tous les critiques qui ont abordé le Voyage, sans exception, ont senti que c'était une oeuvre à part et qui se distinguait de toutes les autres chansons de geste. Les pionniers du siècle précédent ont essayé d'expliquer cette particularité en fixant leur point de mire sur le moment de la création. S'ils considéraient le poème comme sérieux, ils reconnaissaient son aspect pacifique. Charles et les Francs ont pris les vêtements de pèlerins, le bâton et non l'épée. Ils sont montés sur des mulets et non sur des destriers. Ils avaient le goût des reliques, Charles surtout, et, nous assure henri Morf (210n3), le onzième siècle était la période par excellence des reliques. Dans le poème, aucune mention de croisés, ni de la profanation des lieux saints. Pour Paris et Morf une seule conclusion semblait possible : cette histoire a été composée au onzième siècle, avant 1095. Pour Morf (187, 194, 200) la date ne pouvait pas être plus récente que 1080. Gaston Paris faisait remonter la date jusqu'au troisième quart du onzième siècle (1050-1075) après avoir démoli le seul obstacle qu'il pensait trouver à cette conclusion, à savoir la présence des héros du cycle de Guillaume (36-43). Il avait déterminé leur ancienneté bien avant la découverte de la Nota Emilianense (pace Walpole).

  • 2 Levillain observa que la thèse de ce savant chanoine trouva aussi des adhérents comme Pierre Aubry (...)
  • 3 Panvini (50) se demande pourquoi Saint-Denis aurait inventé la possession des reliques de la Passi (...)

4Enfin Bédier vint. Convaincu que la Descriptio devait précéder le Voyage, il était obligé de dater ce texte latin. Mais puisque cette fraude semble avoir été écrite par les moines de Saint-Denis pour célébrer leur Indictus, c.-à-d. l'exhibition de certaines reliques aux fidèles, il fallait déterminer la date de l'établissement de cette fête. Acceptant le travail que publia l'abbé Lebeuf en 17542, Bédier conclut que la cérémonie fut instituée en 1109 (IV, 137) et que la Descriptio fut écrite peu après (IV, 139). Ainsi la Chanson du Pèlerinage de Charlemagne aurait vu le jour entre 1109 et 1150 (IV, 142). Mais Bédier avait admis sans réserves la thèse de Lebeuf, selon laquelle un fragment de la vraie Croix fut porté à Saint-Denis en 1109 (Levillain 248). Or les fondements de cette origine romancée s'écroule devant le regard perçant de Levillain, qui montra que les reliques en question furent portées à Saint-Denis vers le milieu du siècle précédent et que leur source reste inconnue (Levillain 275). L'auteur de la Descriptio, écrivit Bédier, prétendait que son narratif remontait au temps de Charles le Chauve, soit en 862, ce qui est une fiction évidente (Bédier IV, 127 ; Levillain 259). Mais plus délicate est l'allusion par ce faussaire au mercredi des Quatre-Temps qu'il place dans la seconde semaine de juin, car après 1094 les jeûnes des Quatre-Temps ne se faisaient plus en juin, mais à la Pentecôte. L'auteur continuait-il sa fraude en plaçant les Quatre-Temps en juin, ou reflétait-il sa propre époque ? Bédier pensait qu'il voulait dérouter ces lecteurs (IV, 127), mais Levillain (262) plaide avec persuasion en faveur de l'ancienneté et propose 1080 comme date de la composition de l'oeuvre latine, en tous cas, entre 1079 et 1095. Levillain rappelle que, selon la tradition, "des milliers et des milliers de pèlerins (étaient) venus à Saint-Denis" le mercredi 9 juin 1053, et conclut que vers le 10 juin 1047, "des reliques de la Passion dont l'origine est inconnue furent introduites dans l'abbaye de Saint-Denis" et que le premier Endit fut sans doute célébré l'année suivante (266s.). Dans son analyse historique, Levillain est impeccable. Il débrouille la confusion entre les aspects de l'Indictus en distinguant un Endit intérieur d'un Endit extérieur, aspects de la cérémonie gui semblent avoir échappé à Bédier ; il discerne aussi le Lendit, la foire, du lieu de cette foire, le Champ du Lendit. Il rappelle, comme d'autres l'ont fait, que selon les Gesta Francorum et aliorum Hierosolomitanorum, composés vers 1100, les premiers croisés pensaient retrouver les vestiges de la route que Charles avait suivi pour aller à Constantinople. Même Panvini, qui voudrait dater le Voyage vers le milieu du douzième siècle, avoue sa perplexité devant l'argumentation de Bédier, qu'il trouve "troppo sottile"3. Ainsi la vieille garde composée de Gaston Paris, Gautier, Morf, Rauschen et Castets (431) se range avec Panvini et Levillain contre Bédier. Convenons donc que la Descriptio fut écrite avant 1094.

5Le onzième siècle fut l'âge d'or des pèlerinages et des reliques, nous avait assuré Morf, voilà plus de cent ans. Les historiens du vingtième siècle lui ont prêté leur appui. Bréhier (44), et plus tard Runciman (1968, 48), rappellent que la conversion de la Hongrie en 975 rendit la route continentale faisable pour les pèlerins dès le début du onzième siècle. A partir de 1019, lorsque la Byzance maîtrisa la péninsule balkanique, le voyage sur terre devint moins coûteux, plus commode, surtout pour les grandes compagnies, que la traversée par mer (Runciman ibid.). Au cours du siècle les hauts personnages fondèrent sur la route des asiles pour abriter les fidèles (Bréhier 44). Vers le milieu du siècle l'enthousiasme était énorme et parfois aussi les entreprises, telle la célèbre expédition en 1065 organisée par Gunther, évêque de Bamberg. Elle ne jouissait pas de la tranquillité totale du pèlerinage de Charlemagne (version comique), mais à leur destination l'émir de Jérusalem les reçut avec reconnaissance pour avoir débarrassé son pays de Bédouins. Lorsque cette compagnie de peut-être 10.000 pèlerins passa par Constantinople, la populace fut ébahie par leur magnificence, à l'inverse de notre Charles et de ses compagnons (Bréhier 45 ss.). A la même époque, un autre pèlerin, Ingulf, raconta qu'è son entrée dans la Ville Sainte, le patriarche Sophronius l'accueillit, sa compagnie et lui, avec une célébration de musique et d'illuminations(Runciman 1955, 76). La plupart des pèlerins à cette époque voyageaient sans armes (ibid.). Cette quiétude pacifique n'était pas absolue (Erdmann 363), mais les inconvénients étaient plutôt rares jusqu'en 1080 (Runciman 1968, 49 ; cf. la datation de Morf). Constantinople évoquait l'admiration de tous les pèlerins, non seulement pour ses grandes richesses sans équivalent en Europe mais aussi pour ses reliques. Là ils pouvaient adorer la Couronne d'épines, le Suaire du Christ, en effet toutes les reliques de la Passion, et puis aussi les cheveux de Jean-Baptiste, bref un inventaire quasiment interminable des objets les plus saints de la Chrétienté (Runciman 1968, 50). Au milieu du siècle la tranquillité du Proche Orient semblait assurée (ibid. 51). Les historiens qui examinent cette période sont amenés tout logiquement à accepter la thèse de Gaston Paris. "So essential was it considered to make the pilgrimage that the heroes of the past were provided by popular legend with a journey to the Holy Land" (Runciman 1955, 77). Bréhier, sans broncher, trouve de l'eau pour son moulin en écrivant que "c'est à cette époque qu'apparaît dans la littérature populaire la légende du pèlerinage de Charlemagne à Jérusalem" (48). Alphandéry, qui connaît Bédier, est d'accord également (I, 24). Bien que les pèlerins aient subi des molestations et des difficultés au onzième siècle, ce n'est qu'après 1105 que les documents soulignent les harcèlements de route et les agressions sur les lieux saints selon Erdmann (362 s.) Bref, le souvenir des difficultés fait irruption dans la littérature après la Première Croisade. La motivation de ces textes-là serait d'inspirer ou de justifier les expéditions guerrières contre les ennemis de la Chrétienté. Ce souvenir ne prend pas la forme d'un récit nostalgique du bon vieux temps des pèlerinages tranquilles, comme dans le Voyage (cf. Horrent 1970, 413).

  • 4 On peut distinguer I) une mise en scène : 1-859, II) le combat : 860-1701, soit 841 vv., III) la d (...)

6Les indices d'ancienneté du Voyage de Charlemagne sautaient aux yeux des érudits du dix-neuvième siècle. Non seulement la langue et la forme prosodique du texte survivant, mais aussi sa brièveté. Elle ressemble sous cette perspective plutôt au Saint Alexis (625 vv.) qu'à Fierabras, ou qu'aux romans courtois. Ce manuscrit du quatorzième siècle, siècle de remaniements-fleuves, contient un texte qui est plus bref que le Charroi de Nîmes ou que le Couronnement de Louis. Si on divise le Roland d'Oxford en sections d'une longueur équivalente à celle du Voyage, on est de nouveau frappé, comme l'était sans doute Gaston Paris, combien ces divisions correspondent à des épisodes, oserais-je dire a des cantilènes ? Seuls l'épisode de Baligant (1112 vv. : 2592-3704), et la fin du récit où le sort de la Belle Aude, de Ganelon et l'avenir de Charles sont comprimés en 297 vers (3705-4002), s'éloignent de cette répartition4.

  • 5 L'étude linguistique de Heinermann est consacrée à la réfutation de Koschwitz et à la valorisation (...)

7Autre première impression, celle de Koschwitz quant à l'âge de la langue. Si les philologues du vingtième siècle ont réfuté sa confiance en l'ancienneté des monosyllabes non élidées5, nous devons avouer avec Gaston Paris gue le style du poème "frappe irrésistiblement par son caractère archaïque tout lecteur habitué à notre ancienne langue" (48). Même Favati, qui veut placer le texte dans la seconde moitié du treizième siècle, est obligé d'admettre la présence "di arcaismi assai numerosi" (127), et sa liste inclut les proparoxytons virgines 125, Judeus 129, 172, predicet 173, imagines 373, glorie 450, angele 672, un -d- latin intervocali-que : aiude 326. Demi-savants ou empruntés à la langue ecclésiastique, dira-t-on. Oui, mais, tous du même type qu'on trouve dans l'Alexis : imagene 89, glorie 295, aneme 613, etc. (Dedeck-Héry 9). Qu'on se souvienne aussi de la belle parataxe des premières lignes du poème :

"Dame, veïstes unkes hume dedesuz ceil
Tant ben seïst espee, ne la corune el chief ?"
Aebischer 9s.

  • 6 Dont Neuschäfer, Coulet, Gosman, Picherit, et bien sûr, Bédier, qui avait ouvert cette voie.

8Phrase qui rappelle la Sainte Eulalie plutôt qu'une oeuvre du milieu du douxième siècle. Pour se débarrasser d'une telle évidence, Favati insiste sur l'ingéniosité et l'érudition du poète (128). N'est-il pas curieux de voir combien notre poète est ingénieux, cultivé, naïf ou ignorant, selon les besoins du critique ? Pourquoi le poète aurait-il recouru à tant d'archaïsmes à une époque d'oralité transitionnelle ? (Pa-den). Malgré les efforts des philologues pour rajeunir ce texte, l'auteur, ou le remanieur en l'occurrence, a reproduit un état ancien de la langue sur ce manuscrit très tardif. Il y a mieux réussi gue le subtil François Villon. Tout compte fait, il semble indéniable que le Voyage est presque contemporain du Roland d'Oxford. On revient souvent à cette parenté, quels que soient ses critères. Koschwitz avait trouvé le texte plus récent que l'Alexis, plus vieux que le Comput, et "etwa gleichzeitig dem Roland" (éd. p. xxv). C'est là encore un exemple d'une première impression durable, malgré Heinermann, Panvini, Favati, et autres6.

  • 7 On se rappelle que Baligant manque dans la Nota Emilianense, la Chronique du Pseudo-Turpin, le Car (...)

9Si notre auteur était familier du Roland, ce qui semble certain, quelle version connaissait-il ? Celle d'Oxford, celle qui est reflétée dans la Karlamagnus saga ? Une autre version sans Baligant ?7 La seule allusion directe à la légende de Roland se trouve dans sept vers qui forment deux des laisses les plus courtes du narratif médiéval, tant et si bien qu'à un moment donné Koschwitz (67) les croyaient inauthentiques et voulaient les supprimer. En effet leur absence ne nuirait en rien au récit. Mais même avec la suppression de cette référence nette à la bataille de Roncevaux, il reste le célèbre gab de Roland, le plus individualisé de tous les gabs. Il reste aussi les fameuses religues, lesquelles semblent calquées sur les objets sacrés que Roland garde dans son épée Durendal (Favati 51-3), et l'allusion à une conquête de Constantinople (v. 2329). Les autres dépendances éventuelles sont plus difficiles à déterminer, par exemple la force du bras de Charles, la compétence équestre de Turpin, le soupçon de lasciveté dans la remarque d'Olivier concernant sa soeur, etc. Ce qui n'est pas discutable, c'est la totale absence d'allusions à Ganelon et surtout à Baligant. Il est en tout cas plus facile d'entrevoir des sources éventuelles du Voyage dans la partie Roland du Roland que dans la partie Baligant.

10Mais c'est dans cette dernière que Dieu paraît comme un intime de l'empereur tout comme il se conduit en bonhomme compagnon de Charles dans le Voyage (Horrent 1961, 90 ; Favati 50). Si dans le Voyage on entend les échos de la défaite (v. 232) et de la personnalité de Roland (son gab), le caractère de Dieu est presque identique et dans le Voyage et dans la partie Baligant, caractère tout différent dans la partie Roland où "l'intervention réelle de Dieu reste obscure" (Horrent 1951, 257). Si la partie Roland contient quelques indices d'une divine intimité (descentes angéliques, arrêt du soleil), ces interventions se trouvent vers la fin de cette section et pourrait bien être, a suggéré Horrent, la responsabilité du remanieur du Baligant. En effet, l'esprit de la partie Baligant fait irruption dans la version survivante du Voyage de Charlemagne. Ajoutons à la liste impressionnante compilée par Favati (33-36) les paroles que prononcent les anges qui descendent vers Charles lors de sa détresse à Roncevaux :

Ais li un angle ki od lui soelt parler,
Isnelement si li ad comandet :
"Charle, chevalche, car tei ne falt clartet".
Bédier 2452 ss.

11Et dans le Voyage lors de sa détresse à Constantinople :

Atant ast vus un angele cui Deus i aparut.
............................................
"Ne gabez ja mes hume, ço cumandet Christus !
Va, si fas cumencer, ja ne t'en faldrat uns !"
Aebischer 672 ss.

  • 8 Cf. aussi dans le Roland : "Morz est Rollant e li quens Oliver/ Li .XII. per, que Caries aveit tan (...)

12L'intimité entre Dieu et Charles est reflétée dans la formule du Voyage "pur amur Carlemaine", qui revient chaque fois que Dieu lui apporte son aide directe (vv. 752, 791). Si on imagine qu'il s'agit ici de formules orales, le rapprochement entre les deux textes est encore plus serré. Quelle que soit la forme originelle de ces paroles, elles montrent la proximité chronologique des deux narratifs8. Jules Horrent a pensé que l'auditoire devait connaître Baligant (1961, 125). Ce qui est certain, c'est que l'auteur du Voyage le connaissait intimement. Lui et le remanieur de Baligant semblent refléter une même époque. Je propose donc que la version du Voyage de Charlemagne qui nous a été transmise par le ms. du British Museum a été composée dans le dernier tiers du onzième siècle, vers le moment de l'incorporation du Baligant dans le Roland du Digby 23, date proposée par Horrent (1951, 319) et Duggan (1976-7, 64).

  • 9 On oublie trop souvent, me semble-t-il, que Louis VII traversa Constantinople avant d'arriver à Jé (...)
  • 10 Bien que les deux premières Croisades passent dans un ordre différent de notre poème par Jérusalem (...)
  • 11 Panvini admet qu'un écrivain (scrittore) sort difficilement de son temps (31). En utilisant le ter (...)

13On objectera que l'esprit comique reflète plutôt l'époque des fabliaux (Walpole), que le poète avait imité l'itinéraire de la Croisade de Louis VII (Heinermann)9, qu'il satirisait la canonisation de Charles en 1165 (Neuschäfer), que la tranquillité évoquée pouvait représenter aussi bien le quatorzième que le onzième siècle (Horrent, 1970, 413 n10)10, ou qu'il était ingénieux (Bédier, Favati) et capable de mettre en scène une époque bien avant son temps tout comme Alexandre Dumas pour ses Trois Mousquetaires et Gustave Flaubert pour sa Salammbô (Aebischer 1956, 174). Mais l'esprit comique n'est pas limité au douzième siècle. Louis VII aurait pu imiter la légende de Charles, profiter de la gloire de Saint-Denis. Finalement les auteurs de toutes les époques sortent difficilement de leur contexte social, surtout quand il s'agit d'une culture orale (Ong 49s)11. Même dans une période où l'écriture est dominante, les auteurs restent immergés dans leur temps. Au quinzième siècle, le remanieur du ms. de Cheltenham (Galien le Restoré) "n'a pu concevoir Jérusalem sans Sarrasins, en dépit de l'atmosphère pacifique qui baigne l'épisode, parce qu'è son époque, Jérusalem était aux mains des Musulmans", nous assura Horrent (1951, 379). Quels que soient les cadres de leurs romans historiques, Dumas et Flaubert trahissaient leurs propres idéologies, celles du dix-neuvième siècle (cf. Eagleton, 59, 75, 95). Pourquoi cet auteur, vivant dans le quatrième quart du onzième siècle, se serait-il mis dans la tête l'idée de se moquer de reliques et de pèlerinages ? Je dis bien se moquer, car souvent on oublie que plus de la moitié du Voyage est consacrée à des fanfaronnades, y compris la piètre querelle entre mari et femme. On oublie que tout dépend des gabs et la critique se plaît à raconter que le Voyage est essentiellement une histoire de translation de reliques (Bédier, Panvini, Coulet). Si en effet le onzième était le siècle par excellence du culte des reliques, il faut se rappeler qu'un scepticisme quant à leur valeur n'était jamais absolument tari. A Saint-Denis, depuis au moins le milieu du onzième siècle, venaient des milliers et des milliers de pèlerins, nous a confirmé Levillain. Vers la fin de ce siècle les foules provoquaient dans l'église des désordres effrénés quand les pèlerins essayaient de s'approcher des reliques exposées lors des fêtes de l'Endit. Suger en témoigne : Lors de sa jeunesse (1094-1104) la ruée était si féroce que souvent les moines devaient sauter par les fenêtres pour préserver les reliques : "per fenestras cum reliquiis multoties effugerunt" (cité par Levillain 256). Devant un tel spectacle ne serait-il pas inévitable qu'un esprit de l'école d'Antisthène et de Diogène soit ranimé pour sourire cyniquement pendant trois quarts d'heure avec ceux qui venaient à la foire du Lendit ? Notre auteur était sensible aux perversions que des lieux saints devaient subir, que ce soit à Jérusalem ou en France, car il fait condamner par son narrateur, dans une rare intervention, le commercialisme : "Deus est uncore el cel, quin volt faire justise" (v. 213 ; cf. Paris 25, Horrent 1961, 45n5). On imagine aisément un jongleur de profession, peut-être d'origine normande, qui assistait régulièrement aux fêtes de la mi-juin, un poète populaire comme disaient Gaston Paris et Henri Morf, et gui voulait amuser les Parisiens ou les gens moins susceptibles de se jeter sur les reliques, les gens plus habitués à voir venir de loin les provinciaux, les vieillards, les paralytiques, les muets, les aveugles, ces désespérés si souvent maltraités ou méprisés au moyen âge : témoin le sort des lépreux chez Béroul. Les indices textuels montrent que le Voyage fut conçu comme une moquerie, comme un sourire aux réactions sombres, comme une énorme vantardise, preuve que le rire est indomptable, même aux moments graves de l'histoire. Gaston Paris avait observé que "l'attribution à Charle de semblables gaietés INDIQUE UN MILIEU DIFFERENT de celui de la grande poésie épique : l'auteur du Roland aurait secoué la tête à ces badinages hardis" (15 s. C'est moi qui souligne). Coulet, après avoir comparé le texte à Fierabras a remarqué "que le Voyage est peut-être un poème d'un genre différent" (278). En effet le Fierabras suit fidèlement les lois du genre épique avec ses formules de jongleur, ses combats répétés, sa longueur, son sérieux. On y reconnaît des traces du Voyage, ce Charles vantard et ivrogne (lui qui buvait avec modération selon Eginhard), le souvenir du pin "antif" (où les pèlerins avaient pris refuge à Constantinople), les reliques, utilisées cependant comme une arme guerrière (Fierabras, pp. LII, 3, 158 s). Mais Fierabras est conforme à sa catégorie littéraire ; c'est de la publicité non-comique de la foire du Lendit (p. 187 s.).

14Tout comme la critique moderne, l'auteur de Fierabras voyait une chanson de geste dans la légende de Charles, et en a créé une autre de cette matière brute. Ainsi s'explique la réaction d'un Panvini. Parce qu'il s'attendait à interpréter une épopée, il en a trouvé une et a conclu que le poème est sérieux et qu'il "è pur sempre una chanson de geste," malgré le rire, la brièveté, l'absence d'armes et de batailles héroïques (79). S'il y a une imitation de la technique des chansons de geste, c'est sans doute parce que d'autres moyens n'étaient pas encore de mise (Zumthor 133), à savoir, les rimes plates octosyllabiques des fabliaux, par exemple, ou bien n'étaient pas convenables, comme les strophes mesurées de la Vie de Saint Alexis. Le jongleur a tout simplement signalé son effort de distinction formelle par l'addition de deux syllabes au décasyllabe épique. Le texte n'est donc ni chanson de geste, ni parodie, ni pèlerinage, répétons-le, mais une moquerie, une énorme vantardise ; c'est un gab, un sous-genre latent, que notre auteur, le sourire aux lèvres, a très bien pu composer pour amuser la clientèle des Lendits du dernier quart du onzième siècle.

Bibliographie

OUVRAGES CONSULTES

Aebischer, Paul. Les Versions norroises du "Voyage de Charlemagne en Orient". Bibl. de la Fac. de Phil. et Lett. de l'Univ. de Liège, CXL. Paris : Soc. d'Ed. "Belles Lettres", 1956.

Aebischer, éd. Le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople. Genève : Droz, 1965.

Alphandéry, Paul. La Chrétienté et l'idée de croisade : Les Premières Croisades. I. Paris : Albin Michel, 1954.

Bédier, Joseph, éd. La Chanson de Roland. Paris : Piazza, 1937.

Bédier, Les Légendes épiques. 3e éd. IV. Paris : Champion, 1929.

Bréhier, Louis. L'Eglise et l'orient au moyen âge : Les Croisades. 3e éd. Paris : Gabalda, 1911.

Castets, Ferdinand, éd. "Iter Hierosolymitanum ou Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, texte latin d'après le ms. de Montpellier," Revue des langues romanes 6 (1892), 417-474.

Coulet, Jules. Etudes sur l'ancien poème français du Voyage de Charlemagne en Orient. Montpellier, 1907.

Dedeck-Héry, V. L., éd. The Life of Saint Alexis. New York : Publ. Inst. French Studies, 1931.

Duggan, Joseph J. The Song of Roland : Formulaic Style and Poetic Craft. Berkeley : Univ. of California Press, 1973.

Duggan, "The Generation of the Episode of Baligant : Charlemagne's Dream and the Normans at Manzikert", RPh 30 (1976-1977), 59-82.

Eagleton, Terry. Criticism and Ideology, London : NLB, 1976.

Erdmann, Carl. The Origin of the Idea of Crusade. Tr. de Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens (1935) par Marshall W. Baldwin et Walter Goffart. Princeton, 1977.

Favati, Guido, éd. II Voyage de Charlemagne. Bologna : Palmaverde, 1965.

Fierabras. éd. A. Kroeber & G. Servois. Paris : Vieweg, 1860.

Grigsby, John L. "The Relics' Rôle in the Voyage de Charlemagne," Olifant 9 :1-2 (Autumn-Winter 1981), 20-34.

Heinermann, Theodor. "2eit und Sinn der Karlsreise," ZRPh 56 (1936), 497-562.

Horrent, Jules. La Chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au moyen âge. Biblio ... Liège, CXX. Paris, 1951.

Horrent, Le Pèlerinage de Charlemagne : Essai d'explication littéraire avec des notes de critique textuelle. Biblio ... Liège, CLVIII. Paris, 1961.

Horrent. "La Chanson du Pèlerinage de Charlemagne et la réalité historique contemporaine" in Mélanges ... Jean Frappier. I. Genève : Droz, 1970, pp. 411-417.

Koschwitz, Eduard, éd. Karls des Grossen Reise nach Jerusalem und Constantinopel. 6e impression de la 5e éd. aux soins de Gustav Thurau. Leipzig, 1913.

Levillain, L. "Essai sur les origines du Lendit," Revue historique 155 (1927), 241-276.

Morf, Henri. "Etude sur la date, le caractère et l'origine de la Chanson du Pèlerinage de Charlemagne", Romania 13 (1884), 185-232.

Neuschäfer, Hans-Jorg. "Le Voyage de Charlemagne en Orient als Parodie der Chanson de Geste," Romanistisches Jahrbuch 10 (1959), 78-102.

Ong, Walter J. Orality and Literacy. London/New York : Methuen, 1982.

Paden, William D. "Formulaic Diction in a Written Medium ? -Evidence from the Charroi de Nîmes," communication présentée au XXe Congrès International de l'Institut Médiéval, Kalamazoo, Michigan, 1985.

Panvini, Bruno. "Ancora sul Pèlerinage de Charlemagne", Siculorum Gymnasium 13 (1960), 17-80.

Paris, Gaston. "La Chanson du Pèlerinage de Charlemagne", Romania 9 (1880), 1-50.

Runciman, Steven. "The Pilgrimages to Palestine before 1095" in A History of the Crusades, éd. Kenneth M. Setton. I. The First Hundred Years. Philadelphia : Univ. of Pennsylvania Press, 1955, 68-78.

Runciman, A History of the Crusades. I. The First Crusade. Cambridge (England), 1968.

Walpole, Ronald N. "The Pèlerinage de Charlemagne : Poem, Legend, and Problem," RPh 8 (1955), 173-186.

Walpole, "The Nota Emilanense : New Light (But How Much ?) on the Origins of the Old French Epic," RPh 10 (1956-1957), 1-18.

Zumthor, Paul. Histoire littéraire de la France médiévale. Paris : PUF, 1954.

Notes

1 Hans-Georg Gadamer, Wahrheit und Methode, 3 éd. (Tübingen : Mohr, 1972), surtout les pp. 340-360. A la fin de notre article on trouvera une liste de références. Ci-après nous insérons entre parenthèses dans notre texte les numéros de page et, au besoin, la date de l'ouvrage consulté.

2 Levillain observa que la thèse de ce savant chanoine trouva aussi des adhérents comme Pierre Aubry et Marcel Poëte (243n1), puis s'établit dans des ouvrages de vulgarisation (243n6).

3 Panvini (50) se demande pourquoi Saint-Denis aurait inventé la possession des reliques de la Passion pour les insérer dans une fête sous l'autorité de l'évêque de Paris, et puis pourquoi les bénéfices de cette fête célébrée en territoire épiscopal allaient à l'abbaye de Saint-Denis plutôt qu'à l'évêque.

4 On peut distinguer I) une mise en scène : 1-859, II) le combat : 860-1701, soit 841 vv., III) la défaite : 1702-2591, 861 vv., III) Baligant : 2592-3704, 1112 vv., V) Aude, procès, fin : 3705-4002, 297 vv. Sur le raccordement de la partie Baligant qu'aurait effectué un "continuateur", on relira avec intérêt les remarques de Horrent (1951, 308-22).

5 L'étude linguistique de Heinermann est consacrée à la réfutation de Koschwitz et à la valorisation de Coulet. Heinermann réussit à montrer que la plupart des critères de Koschwitz ne sont pas dignes de foi, mais que d'autres trahissent quand même une contemporanéité avec le Roland d'Oxford (formes verbales en -et, assonances). Cependant son argumentation se réduit en fin de compte à une certaine subjectivité, à l'opinion que l'auteur a consciemment archaïsé son texte (511). Il souscrit à la notion que les traits les plus récents d'un texte trahissent sa date, notion qui ne tient pas compte du problème de l'écriture et des interventions que peut effectuer un scribe, qui est toujours le plus récent à toucher au texte.

6 Dont Neuschäfer, Coulet, Gosman, Picherit, et bien sûr, Bédier, qui avait ouvert cette voie.

7 On se rappelle que Baligant manque dans la Nota Emilianense, la Chronique du Pseudo-Turpin, le Carmen de prodicione Guenonis, la version de Lyon, Garin de Monglane et le Galien en prose. Cf. Duggan 1973, 70.

8 Cf. aussi dans le Roland : "Morz est Rollant e li quens Oliver/ Li .XII. per, que Caries aveit tant cher" (2792 s.), et dans le Voyage : "Quant la fud morz Rollant, li .XII. per od sei" (232).

9 On oublie trop souvent, me semble-t-il, que Louis VII traversa Constantinople avant d'arriver à Jérusalem et que notre poète se donne de la peine pour faire passer Charles par la mer pour qu'il évite Constantinople à son aller. Que le départ de Charles fût de Saint-Denis et non d'Aix, comme dans les autres versions de son voyage, s'explique par le fait que notre poème est peut-être la première version en langue française.

10 Bien que les deux premières Croisades passent dans un ordre différent de notre poème par Jérusalem et Constantinople, Horrent trouve que la proposition de Heinermann "conviendrait le moins mal" (1970, 417). Mais ce "tenace parfum féminin" (416), l'influence d'Aliénor d'Aquitaine, n'est pas aussi fort qu'il le croit, à mon avis.

11 Panvini admet qu'un écrivain (scrittore) sort difficilement de son temps (31). En utilisant le terme "populaire", Morf annonçait ce que nous entendons maintenant par "mentalité orale". Voici comment Morf définit ce concept : "l'expression des sentiments, des aspirations du peuple, l'âme du peuple devenue parole et parole irréfléchie, immédiate" (187, c'est moi qui souligne).

Auteur

(Washington University, St Louis)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540