Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Au carrefour des traditions scripturaires : les 'Vœux du Paon' et l'apport des écritures épique et romanesque

Martin Gosman

Texte intégral

  • 1 Le texte utilisé ici est celui de C. Casey, 'les Vœux du Paon' by Jacques de Longuyon : an edition (...)

1Ecrits vers la fin du règne de Philippe le Bel, un des premiers rois français aux tendances monarchiques fort accusées, les Vœux du Paon (= Vœux) de Jacques de Longuyon1 laissent transparaître les effets d'un système socio-politique en voie de réorientation. Destinés a servir d'interpolation dans le Roman d'Alexandre (= Ralix) les Vœux tentent de combler une lacune dans l'histoire du Macédonien. Cette lacune, créée pour l'occasion, permet de par son statut gratuit l'insertion de ce qui, à l'époque, passait pour essentiel. L'acte créateur épouse ainsi une intentionnalité conditionnée par le climat socio-politique qui abrite l'auteur. Il n'est donc pas question d'une liberté totale : l'auteur doit se conformer. Cette contrainte sera d'autant plus manifeste dans l'œuvre qui se veut interpolation ; de par son caractère et sa fonction elle doit respecter le code régissant la structure et la portée de l'œuvre matrice.

  • 2 Pour cette notion, voir Philippe Hamon, Pour un statut sémiologique du personnage, dans : Poétique (...)
  • 3 Edité par Armstrong, E.C., Buffum, D.L., Bateman Edwards et Lowe, L.F.H. (The Medieval French Roma (...)
  • 4 Les Vœux expriment fort souvent le mépris traditionnel du 'vilain' (cf les vers 3512-28 et 3777-83 (...)

2Comme l'art médiéval est essentiellement un art de variation dans l'obéissance, on assiste ici, comme dans toute œuvre de cette époque, au retour du personnage référentiel2 qui, et cela en guise de motivation de la raison d'être de l'interpolation, se trouvera en compagnie de nouveaux adjuvants et opposants assurant des fonctions et des situations typiques. Dans les Vœux Alexandre porte secours aux habitants d'Ephézon assiégés par Clarus, le roi des Indes. Les personnages, tous dotés d'un passé, s'y reconnaissent : d'un côté, il y a le Macédonien et ses pairs ; de l'autre côté, on trouve Clarus, le frère de Porus qu'Alexandre avait dû tuer ainsi que les héros éphézoniens qui appartiennent au lignage de Gadifer. Ce Gadifer, opposant des Grecs dans le Fuerre de Gadres (deuxième branche du RAlix)3 avait été tué par Emenidus, le lieutenant du roi. On se retrouve ainsi en compagnie de héros dont l'existence et la motivation sont garanties par la référence intertextuelle. Jacques de Longuyon a besoin de ces acteurs pour caser son intrigue et sa thèse. Car le sujet des Vœux n'est rien d'autre que le code social d'une caste nobiliaire qui se voit menacée par les conditions socio-politiques changées. Les Vœux cherchent la confirmation de la raison d'être de la noblesse face à une royauté de plus en plus indépendante et un tiers état de plus en plus exigeant4.

  • 5 Voir, pour ceci, Gourevitch, A.J., Les Catégories de la Culture médiévale, Paris, 1983, pp. 168-9.

3Cette confirmation ne se réalisera qu'à travers la restauration d'un modus vivendi à l'ancienne. Le passéisme ne vise cependant pas l'expression d'une nostalgie, mais le rétablissement de l'ordo perturbé : le passé (et ce qui lui appartient) est doté d'une coloration morale. Tout comme dans le droit médiéval les habitudes d'antan garantissent le prestige péremptoire5.

4La nostalgie de Jacques de Longuyon ne verse pas dans l'onirisme autosuffisant aux contours flous et polysémiques où le respect du factuel n'est pas de mise, puisque ontologiquement insignifiant. Bien au contraire. Les héros se meuvent dans un univers plausible, soigneusement délimité et dans l'espace et dans le temps et ils s'en rendent compte. Philosophiquement l'exactitude spatiale et temporelle réoriente le statut de l'homme. N'étant plus considéré uniquement dans ses rapports avec le passé et le futur, tous les deux expressions d'une moralité existentielle, il devient le point de focalisation de ses propres activités et de l'intérêt que lui témoigne son prochain. Psychologiquement cette réorientation amène la recherche d'une raison d'être qui versera facilement dans l'élitisme protecteur garanti par le CODE. Sociologiquement cette protection codifiée aboutit à une défense objective (dans le sens fort du mot : 'qui a pour objet') de l'intérêt spécifique contre toute exigence du dehors.

  • 6 Le terme 'magique' renvoie à cet 'Autre Monde' suggéré par la scène théâtrale. Cf. Rey-Flaud, H., (...)

5La signature épique (le conflit est en principe collectif, mais ne focalise que le héros représentant) ainsi que son expression (le récit est présenté en laisses rimées) n'empêchent pas la modification. L'enjeu de la guerre est en lui-même symbolique : en mettant le siège devant Ephézon, Clarus veut imposer son amour à la belle Fézonie. Cette exploitation négative du topos amor et militia ne pourra se solder gue par un échec. L'issue de la guerre ne saurait être mise en doute, puisque Alexandre lui-même s'engage à redresser les torts causés par l'Indien. Défaits ainsi de leur principal élément de suspense, les Vœux présentent un univers où ce qui compte, ce n'est pas le siège in se, mais la façon dont les héros respectent les règles du jeu. Celui qui joue bien au champ de bataille et dans la Chambre de Vénus, lieu qui abrite la dame et ses exigences, gagne. Le jeu sera l'objet de l'attention des pairs qui, se trouvant dans le même cercle 'magique'6, seront acteurs et spectateurs dans ce qui va devenir le théâtre 'autojustificateur' de la noblesse.

  • 7 Voir notre article L'exploitation de la 'réflexion' dans les 'Vœux du Paon'. Une technique exposit (...)
  • 8 On n'a qu'à vérifier les nombreux exemples dans la peinture médiévale ou les didascalies fournies (...)

6Le théâtre exige le regard. Jacques de Longuyon, gui a bien compris l'utilité de cette lapalissade, a soigneusement fixé et délimité les mansiones de sa pièce. Lors du siège d'Ephézon il y en a quatre : 1/ la rive du Far qui baigne la ville et d'où le roi observe les combats devant la ville, 2/ la ville elle-même dont les hauts murs permettent une vue d'ensemble, 3/ le champ (la praiele) où se déroulent les combats et 4/ le campement de Clarus qui se trouve à quelque distance de la ville. Comme nous avons analysé ailleurs la distribution de ces mansiones, nous n'y insisterons pas ici7. Contentons-nous de faire remarquer que la répartition des mansiones permet la focalisation de tout ce qui est important. Toute la scène extérieure se trouve être couverte8. La même procédure est utilisée lors de la présentation des scènes intérieures. Celles qui se déployent dans la Chambre de Vénus (et pour ne pas trop alourdir notre exposé nous nous concentrerons sur ce qui se passe dans cette mansio -ci) illustrent de façon excellente la technique de Jacques de Longuyon.

  • 9 La clôture amène l'introspection ou l'analyse des sentiments d'autrui (cf. Kroll, R., Der narrativ (...)
  • 10 Voir, entre autres, les vers 39-40, 210, 232, 254.
  • 11 Il est remarquable de constater que le futur est garanti de par l'introduction de nouveaux mâles ( (...)

7Car c'est dans ce lieu que la noblesse rejetée sur elle-même par les circonstances changées subit une restriction architecturale symbolisant le rétrécissement sociologique dont elle est la victime9. Mais de nécessité elle fait vertu ; en vivant dans cet enclos on peut faire abstraction de tout ce qui touche à une réalité parfois trop sordide et désagréable ; on la dissimulera derrière des jeux de société que seuls les membres de la caste supérieure sauraient jouer avec le raffinement souhaité (donc ici pas de Robin ni de Marion). La Chambre de Vénus est le lieu où se joue et se contrôle le code. Les participants sont tous des jeunes ou des quasi jeunes. Le vieillard Cassamus, qui fait partie du clan de Gadifer, n'est vieux que parce que le texte le dit10, mais sa conduite est celle d'un jeune homme. Il prétend même faire la cour à la belle Edéa. Il y a dans cette Chambre de Vénus une dynamique sociale qui, tout en reconnaissant et respectant l'âge mûr, ignore le géronte en tant que tel. En ce sens cette mansio représente l'attitude générale de l'œuvre, car à la fin des Vœux les vieillards Cassamus et Clarus meurent. Ne restent que les jeunes à qui, juridiquement et existentiellement, incombe le futur11. D'ailleurs, le jeu amoureux auquel Cassamus et Edéa s'étaient livrés n'était qu'un jeu conçu comme tel et, par là, sans avenir.

8Mais le jeu motive la caste dominante. Le conflit opposant les habitants d'Ephézon à Clarus n'est pas le fruit d'une volonté éthique (condamnation de torts infligés) ou d'une attitude religieuse (refus de la religion de l'ennemi). Pas du tout. Il s'agit de la contestation d'une interprétation erronée du CODE qui, d'après cette œuvre bien sûr, est à la base même de la société nobiliaire : en voulant forcer la demoiselle Fézonie d'accepter son amour (et pour l'y contraindre il met le siège devant sa ville natale), Clarus prouve qu'en tant que membre de la caste il n'observe pas les règles du jeu. Ce faisant, il s'exclut. Les autres ennemis qui, tout en assiégeant la ville, respectent les règles du jeu, se prouveront intégrables.

9Cela s'avère surtout dans la façon dont Cassiel, un des Indiens ennemis, est reçu après qu'il a été fait prisonnier. Immédiatement introduit dans la Chambre de Vénus il participe aux jeux et son respect des règles lui vaut le coeur d'Edéa. Il en est de même de l'autre Indien, Porus, le fils préféré de Clarus. Lui aussi est intégré :

... Son elise li osterent et s'espee trenchant,
Puis l'en menerent pris la dedens chevauchant.
Grant honnor li porterent li petit et li grant,
Meïsmes les puceles le vont molt honnorant ;
En la cambre Venus ou sont li plus sachant
Menerent lor deduit en joie et en chantant ;
Irié sont por Betis et por Porrus joiant (vv. 3916-22)

10Jacgues de Longuyon ne ménage même pas de transition entre l'épisode du champ de bataille où Porus avait réalisé ses exploits héroïques (ce qui lui avait valu le commentaire laudatif des demoiselles qui, à partir des murs de la ville, avaient suivi le combat) et son insertion dans l'univers courtois (= 'de la cour' aussi bien que 'raffiné, élitaire'). La guerre est à ce point un jeu que Porus devient même l'instigateur applaudi du jeu central, la cérémonie des voeux proprement dits dont l'exécution ne garantira pas uniquement l'euphorie recherchée par la compagnie des jeunes nobles, mais conditionne également l'architecture narrative du récit. Car, ces voeux, il faut les exécuter. Peu importe qu'un étranger, un 'ennemi', en ait été la cause. Dans cette perspective il n'est point surprenant de constater que le prisonnier Porus peut déambuler librement dans le château et qu'il reçoit même une fronde avec laquelle il tue un des paons qui se trouvent sur le toit de la Chambre de Vénus. Cet acte gratuit, car la mort de l'animal n'est aucunement motivé par une nécessité narrative, sera l'introduction à sa relation sentimentale avec Fézonie. Celle-ci lui dit en riant :

'Sire, vous estes pris mon damage faisant'.
'Dame, ce dist Porus, le merchi en demant,
Je me rench a vous pris de ce jour en avant'
(vv. 3953-5)

11Cette reddition n'est que jeu (Cassamus avait autorisé l'Indien de tuer le paon). On constate cependant qu'après avoir été fait prisonnier sur la praiele, Porus en vient à se rendre une deuxième fois. Cette fois-ci à Fézonie. La première reddition concernait la militia, la deuxième l'amor (en germe !). Porus respecte ainsi les règles.

12Avant de nous engager dans l'analyse de la cérémonie des voeux gui suit immédiatement la mort du paon, il est indispensable de regarder de plus près les deux autres jeux de société, à savoir le jeu du Roi qui ne ment et le jeu aux échecs qui occupent les nobles protagonistes le jour qui précède celui où Porus est fait prisonnier. Le premier jeu nous montre l'insertion de Cassiel l'Indien après sa prise par Cassamus. Après l'avoir désarmé, le vieillard

... le saisi par mi le doi meniel,
Puis si l'en a mené jûer en .i. praiel (vv. 1518-9)

13La courtoisie est évidente, mais la façon dont l'ennemi est intégré dans l'ambiance d'Ephézon surprend. Cassamus lui propose d'aller voir les demoiselles gui ne font que gazillier et jouer (v. 1537). Deux fois la notion de jeu (jûer et jouer) apparaît dans ce passage et il ne faudra pas négliger ces indices, car la Chambre de Vénus est l'endroit où l'on joue effectivement et cela sans motivation préalable. Après le départ de Cassamus, les autres s'assoient sur les tapis et

Assés ont fait entr'euls et demandes et jus
Enquestes et respons, proiieres et salus (vv. 1679-80)

14Ceci en guise d'introduction au jeu du Roi-qui-ne-ment qui permettra et nécessitera l'appréciation des différentes réactions. Il faut avoir le regard perçant pour dépister les réactions des autres joueurs. Aussi le texte foisonne-t-il de verbes exprimant la notion 'apercevoir' ou d'expressions révélant implicitement et explicitement la traduction physique des sentiments. On rencontre ainsi des formules comme : si s'est bien aperchus (v. 1710), Quant voit ... (v. 1712), lors regarde (v. 1732) et ainsi de suite. Les éléments les plus importants sont cependant les remarques suggérant l'importance du regard. Fézonie dit à Edéa, qui prétend ne pas encore être amoureuse, qu'elle se trompe : Ne vous en puet couvrir ne targe ne escus ... (v. 1694). Et la réaction d'Edéa traduit immédiatement le rôle du regard (car autrement on ne constaterait rien) :

........ li sans li est meüs
Et ses viaires clers embrasés comme fus
(vv. 1699-1700),

  • 12 Pour un aperçu intéressant des problèmes scientifiques liés â la perception de l'être aimé, voir C (...)

15Cassiel, gui se trouve en face d'elle, l'esgarda si fu au cuer ferus (v. 1702). La thématique de l'oeil et du dard n'est pas inconnue à l'époque et nous n'insisterons pas sur l'emploi de ce cliché12. Ce gui nous intéresse, c'est la sensibilité pour le paraître gui s'inspire du rôle qu'on est censé jouer dans la société des nobles. On montre sa joie, on cache son dépit. Fézonie, qui n'a pas encore d'ami, essaie de camoufler sa jalousie (vv. 1805-6). En vain.

16Le regard trahit cependant (l'exemple de Fézonie est révélateur). Aussi la discussion aboutit-elle a la question de la précellence : faut-il préférer le regard ou la pensée ? La conclusion du discours du roi (du jeu !) qui doit, lui aussi, découvrir ses pensées, est que la vue directe trouble tous les sens et inhibe la perception de l'être aimé. La solitude de l'amant permet la reconstitution idéalisée de l'image de la personne qu'on aime. Quant plus sui lonch de li, amors plus mi mestroie ... répondra Bétis à la question de Fézonie (v. 1856). Cet exemple (que nous pourrions faire suivre de nombreux autres) révèle une certaine préciosité autour d'une thématique connue qu'il est impossible d'analyser ici, mais il nous confirme l'importance du paraître, de l'exactitude avec laquelle on joue son rôle et de l'utilité, voire de l'inévitabilité du regard qui trahit la naissance de tendres sentiments.

  • 13 Pour la chronologie rigoureuse caractérisant la charpente narrative des Vœux, consulter notre arti (...)
  • 14 Voir notre étude L'exploitation ... (note 7).

17Le deuxième jeu, celui aux échecs, se joue en compagnie de quelques Macédoniens qu'Alexandre a fait traverser le Far. Le roi lui-même restera encore quelques jours sur la haute rive d'où il pourra observer le va-et-vient chevaleresque sur la praiele. C'est sur cette mansio- ci que se déploie le côté militaire du récit. Entretemps13 Fézonie et Cassiel commencent à jouer aux échecs et ceci à l'instigation de Cassamus. Notre auteur consacre quelque 200 vers à la description de ce jeu qui révèle et confirme les relations sentimentales entre Edéa et Cassiel, entre Ydorus et Bétis ainsi que la jalousie de Fézonie. L'organisation narrative de cet épisode connaît deux niveaux. Le premier niveau est celui des pièces du jeu qui finissent par symboliser les personnages impliqués dans les affaires sentimentales déjà mentionnées. L'autre niveau est celui des spectateurs qui entourent les joueurs et qui fournissent des commentaires. Ces deux niveaux ne sont pas strictement séparés l'un de l'autre. Il y a des échanges réguliers de paroles, parfois quelque peu envenimées (surtout entre Fézonie et Edéa), entre les acteurs qui jouent et un ou plusieurs spectateurs. Cassiel regarde même si souvent sa belle ami qu'il commet des erreurs tactiques que Fézonie lui fait payer cher. Elle lui conseille de faire attention : Assés avés penset aprés ceste Caldiue (v. 1902). Les nombreux jeux de mots dont nous avons relevé ailleurs quelques spécimens14 montrent encore une fois cette préciosité signalée plus haut. Ce gui est clair, c'est gue les deux jeux de société font montre d'une technique sociale centrée sur le paraître et le commentaire qu'il provoque.

  • 15 Les paons constituaient une nourriture de luxe fort appréciée (cf. Pernoud, Histoire du peuple fra (...)

18Jusqu'ici il s'est agi de jeux dont les règles étaient de tradition. Le troisième jeu, celui dont les voeux constituent l'objet, est une occupation sociale dont les acteurs fixent eux-mêmes les règles, bien qu'ici encore la tradition fournisse le cadre. Chaque menbre de cette société élitaire à qui l'on offre le paon rôti15 a le droit de prononcer un voeu qu'il s'oblige à exécuter dans la suite. Le voeu se prononce au vu et au su des pairs ; la réalisation sera, malgré le côté pseudo-individuel, une affaire collective : tous observent et, ce faisant, vérifient la mise en pratique des didascalies que sont les voeux. En les exécutant on se conforme à l'exigence formulée dans les voeux et au désir de la société qui impose le respect du CODE (même si l'on semble pouvoir l'interpréter soi-même).

  • 16 Déjà au xive siècle on constate gue les chevaliers se raréfient. Cf. Contamine, Ph., The French No (...)
  • 17 La vision de Jacques de Longuyon est d'une constance remarquable. Nous reviendrons sur ce problème (...)

19La réalisation des voeux extérieurs (c'est-à-dire ceux qui concernent la part militaire de l'existence) se fera sous les yeux des pairs : les demoiselles se mettront aux murs de la ville ; les chevaliers (ici tous les nobles se parent encore de ce titre)16 qui ne sauraient se soustraire à cette obligation seront des témoins sur place. Alexandre contrôle tous ces efforts à partir de sa position surélevée sur la rive haute du Far. Le rôle du regard se valorise : les activités guerrières qui se déroulent sur la praiele constituent autant de petites scènes dont les acteurs se relaient. Les scènes sont observées et commentées à partir des mansiones et comme nous l'avons montré ailleurs, tous les quatre postes d'observation sont fonctionnalisés. La vue produit des effets sentimentaux mais à distance cette fois-ci. En l'absence de l'être aimé, on peut exprimer clairement ce que l'on ressent ; on ne risque point d'avoir la vision perturbée par le rayonnement émotif qu'amène la présence de l'autre17. La distance médiatise ainsi la perception. On ne voit qu'une persona (portant un 'masque', exécutant un rôle) occupant le devant de la scène. Et ce 'masque' est une facette du CODE.

20Les performances sont ainsi conditionnées par un système de règles qui s'observe dans des lieux clos. Car, quelle que soit l'étendue de la praiele, tout comme la Chambre de Vénus elle est limitée dans l'espace. D'un côté il y a la ville et la rivière Far, de l'autre côté il y a le campement de Clarus. Le temps est aussi limité : les acteurs de ce théâtre ne font que de fugaces apparitions dans les différentes mansiones.

21Il est intéressant de constater que Cassiel et Porus peuvent reprendre leur rôle d'ennemi. Un échange de prisonniers (l'Ephézonien Bétis est rendu aux siens contre la libération des deux Indiens mentionnés) leur permet de rentrer sur la scène militaire tout en se sachant aimés. Ceci prouve que la guerre décrite dans les Vœux du Paon n'est qu'un prétexte, n'en constitue pas l'enjeu véritable. Ce qui prévaut, c'est la façon dont on joue son rôle. Tout comme dans les deux jeux précédents, il y a ici échange de réactions, verbales et visuelles. Et on le sait. Emenidus (le lieutenant d'Alexandre) ayant perdu son cheval à Porus (qui, en ceci, ne fait qu'exécuter son voeu !) en a honte. Les siens aussi d'ailleurs, car il y a une grant murmuree dans l'armée (v. 6415). Ce sentiment est partagé par les demoiselles aux murs de la ville :

'Compagne, dist Fezone, je sui toute esgaree
Que li mieudres du mont, de plus grant renommee
A perdu son cheval sans cop ferir d'espee (vv. 6421-3)

22Surtout le dernier détail (sans cop ferir d'espee) détonne dans le cadre nobiliaire férue de chevalerie, en nie même l'essence. Le fait que les acteurs aussi bien que les spectateurs sont impliqués dans le perception de l'événement et y participent émotionnellement ne s'explique et ne se motive que grâce à l'organisation scénique typique de ce texte.

  • 18 Cf, entre autres, notre étude Alexandre le Grand et le statut de la noblesse ou le plaidoyer pour (...)

23Essayons de placer cette trop brève analyse dans sa juste perspective. Dans les Vœux, Jacques de Longuyon exploite le présupposé (= la légende du Macédonien) afin de pouvoir y insérer son message. Le contexte traditionnel lui assure non seulement une motivation, mais également un cadre pouvant abriter la nouveauté de ses dires. La notion de 'nouveauté' doit être maniée avec circonspection. Ce que prétend notre auteur n'est pas le fruit d'une imagination hors pair. Bien au contraire. Le statut changé de la noblesse tel qu'il est décrit dans les Vœux constitue l'objet de nombreuses autres œuvres, même à l'intérieur de la légende centrée sur le Macédonien18.

24Ce qui surprend dans les Vœux c'est la peine que s'est donnée l'auteur de profiter de la redondance, résultat de la mise en œuvre du traditionnel. Il a fort bien vu les possibilités d'y intégrer l'information relevante. Son talent d'organisateur (gui se manifeste surtout dans la chronologie événementielle et dans la disposition scénique) garantit l'équilibre entre l'information récurrente et l'information nouvelle. Ce qui pour lui constitue l'essentiel n'est cependant pas fourni sous forme d'exposé encadré. Le destinataire ne peut pas se couper une tranche d'information. Il doit glaner son dû à l'aide des effets de 'zoom' permettant la mise en évidence du fonctionnel.

25L'agencement minutieux des mansiones permet la (re)-présentation des différentes facettes du CODE. Et pour qu'on puisse effectivement parler de CODE ('ensemble de règles, de préceptes'), on devra relier entre elles les scènes qui se déroulent dans les lieux discutés. Le destinataire est ainsi obligé d'inventorier et de colliger les bribes de renseignements produites par les scènes isolées avant de pouvoir passer à une procédure d'intégration, nécessairement métonymique d'ailleurs.

26L'univers des Vœux se trouve être clôturé. Au fond on ne 'vit' que dans la Chambre de Vénus d'où rayonnent tous les regards en direction de la rive du Far (où se trouve Alexandre), de la praiele (où se révèlent des attitudes normatives et s'exécutent les promesses) ainsi que du campement de Clarus (où se personnifie l'antithèse). Le fait que cette Chambre est effectivement le lieu dominant est illustré par la venue d'Alexandre qui ne s'engagera dans la bataille qu'après avoir séjourné quelque temps dans ce lieu d'élection. En s'y combinant l'amor et la militia transcendent le stade factuel et en arrivent à conceptualiser les exigences d'une société où la noblesse perd du terrain, doit oublier son statut premier (celui de bellator). Elle devra se forger un autre contexte, un autre prétexte.

  • 19 Il serait intéressant d'étudier la valeur sémiotique du lieu clos, icône de l'êlitisme. La clôture (...)

27Rejetée sur elle-même et confinée dans un enclos sociologiquement muré, la noblesse détournera ses regards et ne cherchera plus sa motivation dans un monde hostile. L'espace réduit acquiert un statut emblématique : toutes les activités tournent en rond, manifestent une suffisance (imposée aussi bien que recherchée et cultivée). Les déplacements, les transferts d'objets sont limités par les possibilités du lieu même. Il n'y a que la communication verbale et gestuelle qui puisse exercer une fonction compensatrice19. C'est ainsi que la conduite du noble devient l'objet d'un CODE. A l'intérieur de ce CODE le moyen par excellence de se prouver est constitué par le jeu. Car, tout est jeu : la relation sentimentale aussi bien que l'activité chevaleresque.

28Peu importe la provenance du participant, du joueur noble. Tant qu'il appartient à la caste et qu'il joue bien, il sera intégrable. Clarus, qui ne se conforme pas, sera exclu. Peu importe aussi le jeu en tant que tel. Il faut qu'on s'amuse et que l'on puisse trouver l'euphorie désirée. Et c'est dans cette quête que se manifeste l'importance de l'amour, et partant, celle de la Chambre de Vénus.

29L'exploitation du sentiment est une conquête du 'genre' romanesque. On le sait. Pourtant, Jacques de Longuyon garde ses distances vis-à-vis des émotions. Il ne permet jamais à ses acteurs de verser dans le monologue intérieur. Cela ne correspondrait aucunement à la thèse centrale des Vœux. Les émotions sont la propriété de la collectivité qui les repère, les commente et les applaudit. On observe, on se sait observé et on y règle sa conduite.

30De là l'importance du regard dans cette société nobiliaire dont l'avenir ne promet que d'autres jeux où le noble, transformé en courtisan, ne sera même plus acteur dans une pièce qu'il aura écrite lui-même (ce qu'il fait encore dans les Vœux). Il finira noble-marionnette. Les ficelles seront actionnées par un pouvoir qui se jouera de ses propres acteurs, ne leur permettra même plus de se retirer dans les coulisses sans consentement préalable. Ce sera la fin du noble héros épique.

Notes

1 Le texte utilisé ici est celui de C. Casey, 'les Vœux du Paon' by Jacques de Longuyon : an edition of the manuscripts of the P -redaction, Ann Arbor, (University Microfilms International), 1981.

2 Pour cette notion, voir Philippe Hamon, Pour un statut sémiologique du personnage, dans : Poétique du Récit (éd. Barthes, R. e.a.), Paris, 1977, pp. 121-3.

3 Edité par Armstrong, E.C., Buffum, D.L., Bateman Edwards et Lowe, L.F.H. (The Medieval French Roman d'Alexandre. Volume II : version of Alexandre de Paris. Text), Princeton, 1937.

4 Les Vœux expriment fort souvent le mépris traditionnel du 'vilain' (cf les vers 3512-28 et 3777-83, etc.), mais ils ignorent complètement l'existence du tiers état. Cette ignorance ne peut traduire que la haine ressentie par le noble face à la caste des parvenus.

5 Voir, pour ceci, Gourevitch, A.J., Les Catégories de la Culture médiévale, Paris, 1983, pp. 168-9.

6 Le terme 'magique' renvoie à cet 'Autre Monde' suggéré par la scène théâtrale. Cf. Rey-Flaud, H., Le cercle magique. Essai sur le théâtre en rond à la fin du Moyen Age, Paris, 1973.

7 Voir notre article L'exploitation de la 'réflexion' dans les 'Vœux du Paon'. Une technique expositionnelle. A paraître.

8 On n'a qu'à vérifier les nombreux exemples dans la peinture médiévale ou les didascalies fournies par les premières pièces de théâtre du Moyen Age (Gourevitch, o.c., p. 91).

9 La clôture amène l'introspection ou l'analyse des sentiments d'autrui (cf. Kroll, R., Der narrative Lai als eigenständige Gattung in der Literatur des Mittelalters, Zum Strukturprinzip der 'Aventure' in den Lais, Tübingen, 1984, pp. 85-93).

10 Voir, entre autres, les vers 39-40, 210, 232, 254.

11 Il est remarquable de constater que le futur est garanti de par l'introduction de nouveaux mâles (qu'ils soient de provenance 'ennemie' ou non). Pour la problématique de la déshérence des dynasties nobiliaires, voir Hay, D., Europe in the fourteenth and fifteenth centuries, Londres, 1966, p. 64.

12 Pour un aperçu intéressant des problèmes scientifiques liés â la perception de l'être aimé, voir Coulinao, I. P., Eros et Magie à la Renaissance 1484, Paris, 1984, pp. 31-45.

13 Pour la chronologie rigoureuse caractérisant la charpente narrative des Vœux, consulter notre article Le début des 'Vœux du Paon'. L'organisation d'une entrée en texte (Neuphilologische Mitteilungen, LXXXV, 1984, pp. 353-66) et Le calendrier narratif des 'Vœux du Paon' (à paraître).

14 Voir notre étude L'exploitation ... (note 7).

15 Les paons constituaient une nourriture de luxe fort appréciée (cf. Pernoud, Histoire du peuple français des origines au moyen-âge, sous la direction de Paris, L.H., tome I : Des origines au moyen âge (1er siècle avant J.C.-1380), Paris, 1951, p. 199.

16 Déjà au xive siècle on constate gue les chevaliers se raréfient. Cf. Contamine, Ph., The French Nobility and the War, dans : The Hundred Years War (éd. Fowler, H.,), Londres, 1971, pp. 135-62, surtout pp. 145-6.

17 La vision de Jacques de Longuyon est d'une constance remarquable. Nous reviendrons sur ce problème dans une étude ultérieure.

18 Cf, entre autres, notre étude Alexandre le Grand et le statut de la noblesse ou le plaidoyer pour la permanence. Prolégomènes à l'histoire d'une légende, dans : Non Nova, sed Nove. Mélanges de Civilisation médiévale dédiés à Willem Noomen (éd. Gosman, Martin et Van Os, Jaap), Groningue, 1984, pp. 81-93.

19 Il serait intéressant d'étudier la valeur sémiotique du lieu clos, icône de l'êlitisme. La clôture réduit les possibilités expansionnistes, invite ainsi à la production du renseignement. Une première approche de ce problème a été réalisée par O'Leary, Susan Jane, A Semiotics of Allegory (An Allegory of Semiotics). A study of Guillaume de Lorris' Roman de la Rose, Ann Arbor (University Microfilms International), 1980.

Auteur

(Université de Groningue)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540