Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Aiquin, personnage symbolique

Fabienne Gegou

Texte intégral

  • 1 La Marche de Bretagne du vivant de Roland et après sa mort. Geste et Histoire, in Actes du VIIIe C (...)

1Depuis sept ans tout pleins - la longueur d'une campagne de Charlemagne ! - je m'interroge sur la Chanson d'Aiquin. C'est en effet en 1978, au Congrès Rencesvals d'Espagne, que j'ai utilisé ce texte d'une manière très sélective, uniquement en fonction de Roland d'abord, puis de la Marche de Bretagne immédiatement après la mort de ce héros1. Voici ce que j'écrivais à Martin de Riquer, avant le Congrès espagnol :

2"Commençant par la Chanson d'Aiquin qui crée, a posteriori, des liens légendaires entre Roland et la Bretagne, je montrerai que l'affabulation et la réalité se sont imbriquées pour déterminer la personnalité de Roland en tant que gouverneur de la Marche de Bretagne. Puis je retracerai, après la mort de Roland, le destin de cette Marche, pacifiée par son nouveau gouverneur, Wido, disciple d'Alcuin, et prêtant hommage à Charlemagne, en 800, à Tours".

  • 2 Le roman d'Aquin ou la Conqueste de la Bretaigne par le roy Charlemaigne, Chanson de geste du xiie(...)
  • 3 Epopées françaises, Paris, Palmé, 1880, t. III, pp. 353-365.
  • 4 Romania, 1880, t. IX, pp. 445-463.
  • 5 Paris, Champion, 1926, t. II, pp. 99-142. Présente citation, p. 124.
  • 6 Encore s'agit-il de la 3e édition, la 1ère ayant paru en 1908.
  • 7 L'histoire poétique de Charlemagne dans la littérature française du Moyen Age, in Charlemagne et l (...)
  • 8 Aiquin. Brèves considérations d'histoire littéraire, Liège, Marche Romane, t. II, pp. 153-156.
  • 9 Aiquin : l'Armorique et la mer, Saint-Père-sous-Vézelay, Musée archéologique régional, t. II, pp. (...)

3Prise d'un vif intérêt pour la chanson elle-même, admirant cette épopée de la résistance bretonne, j'ai lu attentivement les travaux scientifiques qu'elle avait suscités : l'édition de Frédéric Jouon des Longrais senior2, généreusement commentée, devint pour moi un manuel où je découvrais toujours du nouveau. Naturellement, je me suis reportée aux critiques contemporains de Jouon ; ces érudits se sont attaqués a diverses difficultés présentées par le poème, essentiellement sa datation et les mobiles de son auteur, les deux termes étant liés. Le sujet de la chanson est simple, on s'en souvient : Charlemagne accourt à l'appel des Bretons pour les libérer du joug d'Aiquin de "Nort païs", qui occupe la Bretagne depuis trente ans. Il n'existe qu'une version tardive, un manuscrit du xve siècle, parfois lacunaire, sans commencement ni conclusion. L'auteur a-t-il fondé son récit sur des événements relatifs aux temps carolingiens ? Oui, affirme Joüon des Longrais et, a sa suite, nombre de savants, et non des moindres, Léon Gautier3, Gaston Paris4, songeant aux invasions normandes de Bretagne au xe siècle. Non, déclare Joseph Bédier dans ses Légendes épiques : "Ce roman, écrit-il, n'est rien qu'une oeuvre d'actualité destinée à établir la précellence du siège (épiscopal) de Dol, la vassalité du siège d'Aleth (Saint-Servan)"5. Cette déclaration me parut bien catégorique : il me semblait que le poète, s'il avait cette intention, poursuivait encore un autre but en composant des vers inspirés par un fort nationalisme ; une explication me venait à l'esprit, pour laquelle je découvrais des supports, tout en attendant une nouvelle édition d'Aiquin de Jean-Robert Smeets, annoncée aux Pays-Bas ; car depuis l'étude de Bédier en 19266, le silence était retombé, à la réserve d'une courte analyse de Jules Horrent, à Liège, au Congrès Rencesvals de 19767. Il faut ici rendre hommage à ce savant gui, s'il avait survécu, aurait sans doute continué les recherches qu'il avait amorcées sur Aiquin, d'abord dans les Mélanges Charles Foulon en 19808, puis dans les Mélanges René Louis en 19829.

  • 10 Aiquin ou la Conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne. Edition du manuscrit français 2233 de (...)
  • 11 Introduction, p. xvii.
  • 12 Histoire de Bretagne, 1588, in-f°, p. 325, E, citée par Joüon des Longrais dans son introduction, (...)
  • 13 P. xx.
  • 14 Ibid.

4Tandis que j'espérais l'édition hollandaise, fut publiée en 1979 celle de Francis Jacques (avec la collaboration de Madeleine Tyssens)10 ; je l'accueillis avec la curiosité que l'on devine et je ne fus pas déçue : le texte, mis au point selon les meilleurs principes de la critique philologique actuelle, était précédé d'une introduction dense, qui reprenait avec clarté les problèmes posés par l'édition de Joüon un siècle auparavant, ainsi que les opinions de Léon Gautier et Gaston Paris, d'une part, de Joseph Bédier, d'autre part. La démonstration de ce dernier contre la base historique carolingienne de la chanson est estimée probante par Francis Jacques11. Il faut reconnaître, à mon avis, que les rapprochements avec la période carolingienne sont laborieux et peu satisfaisants ; l'historien Bertrand d'Argentré n'écrivait-il pas, déjà au xvie siècle, sa phrase demeurée célèbre parmi ceux qui se sont occupés de cette geste (è propos de Froissart, il est vrai) : "(ce) sont ... véritablement bourdes et bayes ... car oncques ne fut en Bretaigne un Aquin ... oncques Charlemaigne n'entra en Bretaigne"12. Par ailleurs, j'ai relevé dans l'introduction de Francis Jacques deux questions oratoires qui rejoignaient mes inquiétudes concernant la déclaration de Bédier sur la précellence du siège de Dol ; la première question concerne la forme du poème : "La chanson de geste était-elle bien le meilleur moyen de propagande ?"13. A mon sens, pour exalter l'évêché de Dol, certainement pas ; c'est, par contre, une forme littéraire excellente pour galvaniser un peuple opprimé ; une geste est un hymne, une invitation à la croisade. Celle-ci, par sa résonance nationale, prêche la résistance à un ennemi commun, a un envahisseur, symbolisé par le personnage d'Aiquin. La seconde question de Francis Jacques concerne justement les destinataires de la chanson : "Qui voulait-on convaincre par la fable d'Aiquin ? demande-t-il, et il ajoute : "Pas les autorités ecclésiastiques, en tout cas ..."14.

5Ma conviction s'est faite peu à peu. Sans rejeter en bloc l'explication de Bédier, il faut reconnaître qu'elle est partielle. Le poète a, au moins, deux mobiles, et le plus important a échappé à la sagacité des critiques : certains prétendent que le héros de la chanson est l'archevêque Isoré,

"Qui des Bretons est mestre et chevetaigne" (v. 716),

  • 15 Op. cit., p. 124.

6ou Naimes, le sage conseiller de Charlemagne, qui joue ici un rôle des plus actifs. Pour moi, le véritable héros, c'est Aiquin ; anti-héros, si l'on veut, autour duquel s'ordonne toute la chanson, protagoniste de l'épopée, avec le roi de France que les Bretons ont appelé à leur secours. Bédier a écrit des phrases que j'adopte, mais dans une acception différente de celle qu'il leur a donnée : "Ce roman qu'on a voulu transporter dans un passé lointain, replaçons-le dans son temps ; sachons y reconnaître des préoccupations contemporaines ... Par là, il redeviendra peut-être chose vivante"15.

  • 16 Introduction, p. xxii.

7Replacer ce poème dans son temps, c'est en considérer attentivement la datation. Voici ce que j'écrivais en 1978 : "Il faut se souvenir qu'il a été composé au moment de la domination des Plantagenêt et se demander qui sont en fait ces pseudo-Sarrasins dont Charlemagne, ami imprévu des Bretons, délivre ces derniers. N'y aurait-il pas lieu, en même temps, de reculer la date de la rédaction primitive d'Aiquin jusqu'en 1203, quand Jean sans Terre ravagea précisément la région de Dol, où se place l'action principale du poème ?". J'avais déterminé cette date malgré les contraintes ressenties par Joüon des Longrais d'abord, puis par Léon Gautier qui assignait comme terminus ad quem l'année 1199, année où le pape Innocent III supprima l'archevêché de Dol ; et j'écrivais encore à ce propos : "Ces motifs ne nous semblent pas, à nous, si contraignants : il nous paraît, au contraire, que la date de la rédaction du poème doive être reculée, que l'archevêché de Dol puisse être exalté, après sa suppression, justement dans une geste, en la personne d'Isoré, qui fait, par son allant, songer à Turpin". Mon point de vue s'est rencontré avec celui de Francis Jacques : "Pourquoi, demande-t-il, dans une oeuvre de fiction, ne serait-il pas question d'une réalité disparue ?"16. Point de vue également partagé par Jules Horrent, qui fit en 1980 une déduction que j'estime capitale : "La chanson d'Aiquin, écrit-il dans les Mélanges Charles Foulon, a été composée après que le duché de Normandie ait été rattaché à la France (au plus tôt après 1204) par Philippe-Auguste, alors que celui de Bretagne restait indépendant. Relisons le début mutilé du poème :

"De France yssirent et passent Normendie" (v. 16)"

  • 17 T. II, pp. 154-155.

8Puis il ajoute : "Une datation tardive - début du xiiie siècle - rend aisément explicable que cette oeuvre soit rimée"17.

9Le moment est venu de rappeler, nécessairement à grands traits, les faits historiques contemporains de la rédaction de la chanson par un poète breton, à coup sûr, bien qu'il n'ait pu être identifié : le ton général de ce chant de guerre où la fierté militaire des Bretons est stimulée, le prouve abondamment. Ainsi apparaîtra sans doute le mobile principal de l'auteur.

  • 18 Jules Horrent, in Mélanges René Louis, t. II, p. 993 et note 33, relève un détail intéressant pour (...)
  • 19 Cf. Joüon des Longrais, introduction, p. xliii.

10Le roi d'Angleterre, Henri II, dont les possessions sur le territoire actuel de la France étaient dix fois plus importantes que celles du roi de France à la mort de Louis VII, avait porté ses armes en Bretagne en 1166, pour achever l'assujettissement de ce pays, tâche entreprise dix ans auparavant. Le duc Conan IV, que les Bretons ont surnommé avec mépris "le Petit", se trouvant assailli par des révoltes dont Henri II était peut-être l'instigateur secret, appela le roi normand à l'aide et vendit en quelque sorte l'indépendance de la Bretagne en mariant sa fille Constance, une enfant de quatre ans, au deuxième fils d'Henri, Geoffroi, qui était également un enfant. Beaucoup de nobles bretons, indignés de voir leur pays ainsi livré à l'étranger, prirent les armes et Conan fut contraint à l'abdication. Dès 1169, Geoffroi devint duc de Bretagne et les seigneurs bretons durent accepter le joug des Plantagenêt, Louis VII se révélant incapable de les soutenir ; par le truchement de son fils, Henri II s'imposa jusqu'en 1186 à ce peuple avide d'autonomie. Incidemment, je rappelle qu'en 1181, ce roi a commis un acte insupportable pour les habitants de Dol, au nombre desquels on peut compter le poète d'Aiquin18 : il a ordonné une enquête pour le recouvrement des biens de l'Eglise de Dol19 ; Henri II, on le sait, était coutumier du fait, et il suffit de songer à son attitude envers l'Eglise d'Angleterre elle-même et au drame qui surgit entre lui et Thomas Becket, à ce propos : il estimait que l'Eglise devait être contrôlée par la Couronne et payer des impôts. On peut comprendre qu'en semblable occurrence, en Bretagne, les ecclésiastiques et les laïques aient fait cause commune et que dans Aiquin, l'archevêque Isoré soit à la tête des armées bretonnes. Il s'adresse à Charlemagne en ces termes :

"Sire, dist il, Dieu vous face pardon !
Fors vous, beau sere, nul droit seignor n'abvon,
Fors Damme Dé, qui souffrit passion
Et l'apostoire a qui obeïsson". (vv. 106-109)

11Lors de la composition du poème, les Bretons n'avaient effectivement plus de duc. En effet, depuis 1186, le fils posthume de Geoffroi, Arthur, était duc de Bretagne, sous la régence de sa mère, Constance. Les Bretons regardaient ce jeune duc, dont la mère était bretonne, comme la promesse d'une indépendance retrouvée ; ils se souvenaient qu'au temps de Charles le Chauve, Nominoé avait érigé le siège de Dol en archevêché en signe de cette indépendance, perdue désormais. Or, en l'espace de quatre ans, entre 1199 et 1203, deux malheurs vont frapper la Bretagne et un traitement plus dur encore est réservé à la région de Dol et de Saint-Malo : l'archevêché de Dol, on l'a vu, devient un simple évêché, soumis à la suprématie de l'archevêché de Tours, et Arthur est assassiné ! Que s'était-il passé ?

12En 1180, Philippe-Auguste, devenu roi de France, avait mené une politique des plus habiles, en dressant successivement Richard Coeur de Lion contre son père Henri II, puis Jean sans Terre contre son frère Richard, en soutenant enfin le petit Arthur de Bretagne, dont il voulait que le duché demeurât indépendant, contre son oncle Jean sans Terre ; Philippe-Auguste se débarrassera ainsi de la puissance des Plantagenêt et annexera à la couronne de France la plupart des possessions anglaises sur le continent. Mais c'est Jean sans Terre qui va polariser la haine des Bretons pour l'envahisseur : en 1197, ils se révoltent une première fois, et plus furieusement en 1203, en apprenant que Jean a tué son neveu Arthur qu'il tenait prisonnier à Rouen ; on a dit qu'il l'avait poignardé lui-même, dans un bateau, sur la Seine ! Pour mater cette révolte, Jean sans Terre se jette sur la Bretagne - comme un lion cruel ! (v. 157 ... Aiquin le fel leon.) - et ravage plus spécialement le pays de Dol, où se place l'action principale d'Aiquin. Que font les Bretons ? Ils appellent Philippe-Auguste à leur secours ! Ne croit-on pas entendre la Chanson d'Aiquin, la reconquête de la Bretagne ?

  • 20 Id., p. xxxviii.
  • 21 Ibid.

13Après la prise de Château-Gaillard, le roi de France se rendit maître de la Normandie en deux mois ; seule la ville de Rouen provoqua des difficultés parce qu'elle jouissait de larges privilèges et que le commerce avec l'Angleterre l'enrichissait ; les privilèges des Rouennais furent confirmés et les Normands se joignirent volontiers aux forces de Philippe-Auguste qui, après s'être assuré de l'Anjou et du Poitou, pénétra en Bretagne où il fut accueilli à bras ouverts, en 1206. Si Charlemagne n'est jamais venu en Bretagne, Philippe-Auguste, par contre, fut le premier roi capétien à atteindre en personne le rivage armoricain. Quant aux Normands, il faut savoir de qui l'on parle : ou de ceux de la Normandie qui vinrent en Bretagne en 1206, et il est exact qu'il y a une période d'apaisement, comme le dit Joüon des Longrais20, entre ces Normands-là et les Bretons, à l'époque où est composée la chanson ; ou bien des Northmen en général, hommes venus du Nord à diverses périodes antérieures, tels ceux qui chassèrent les Britons de Grande-Bretagne, obligeant ces derniers à passer en Petite-Bretagne, et en ce cas, on peut parler d'"antipathie ordinaire", comme le fait Joüon21 ; enfin, nous l'avons vu, il n'y avait pas précisément de sympathie entre occupés et occupants, entre les Bretons et les rois normands, qui tenaient la couronne d'Angleterre depuis Guillaume le Conquérant, et le duché de Bretagne depuis le milieu du xiie siècle. Ces remarques accordent les opinions divergentes que j'ai rencontrées sous la plume des critiques, concernant les Normands dans Aiquin.

14Le poème a donc bien été écrit, comme le pensait Jules Horrent, en 1204 au plus tôt, plus sûrement vers 1206, quand Philippe-Auguste vint en aide aux seigneurs bretons, dépossédés de leurs châteaux par l'ennemi anglais ; on lit dans la chanson :

"Toute Bretaigne mist en confusion,
Les citez a, suens en sont ly dongeon.
Vez cy les princes de celle regïon
Qui de lour terre n'ont vallant ung bouton".
(vv. 136-139).

15L'auteur affirme le succès final sur les princes normands ; ces pseudo-Sarrasins, désignés souvent, et plus exactement, par le terme Norrois, sont les Plantagenêt, indésirables suzerains de la Bretagne depuis 1158, et plus particulièrement Jean sans Terre, qui devra se résigner à traiter avec Philippe-Auguste en 1208, alors qu'il avait songé a devenir roi de France :

"Aiquin li roys en a juré Mahon
Qu'il conquerra tretout vostre roion" (vv. 148-149)

16Le péril où se trouvait le pays breton au tournant du siècle était un mobile autrement puissant pour diffuser un poème patriotique, que des guerres entre Bretons et Infidèles qui se perdaient dans la légende, ou que la précellence du siège épiscopal de Dol.

  • 22 Observations sur Aiquin ou la Conquête de la Bretagne. L'adaptation d'une culture religieuse et d' (...)

17Cependant, pour être efficace, il fallait que la geste soit solidement étayée, avec un cadre classique. En reprenant les thèmes du cycle de Charlemagne, l'auteur était assuré du succès ; ainsi, on retrouve dans Aiquin, le personnel habituel de ce cycle : l'empereur, ses pairs, et leurs ennemis les Sarrasins. Peu importe que dans la réalité historique, Charlemagne ait voulu soumettre la Marche de Bretagne ; il représente ici une entité, l'archétype du libérateur, revêtu, en outre, de la légitimité. Grâce aux épisodes héroïques que le poète expose avec vigueur, les Bretons étaient convaincus de leur bon droit. La chanson d'Aiquin est belle : elle possède un souffle épique original dû en partie à la présence tangible de la mer et de l'intérieur, l'Armor et l'Argoat. C'est avec raison que Charles Foulon déclare en 1982, à Padoue, que le poète souhaite adapter le récit au goût d'un public breton par la multiplicité des détails topographiques sur la région de Saint-Malo et géographiques sur la Bretagne, mais aussi par la glorification des exploits des guerriers bretons22.

  • 23 La Chanson d'Aiquin, Texte traduit, présenté et annoté, édité avec le concours de l'Institut Cultu (...)

18Au contraire de la crainte exprimée par Charles Foulon, il n'est plus question que cette épopée soit jetée aux oubliettes : dans ces dernières années, elle a fait l'objet de plusieurs articles, d'une édition critique, et désormais elle bénéficie d'une traduction en français moderne de Jean-Claude Lozachmeur et Maud Ovazza, parue en juin dernier dans la "Bibliothèque Celtique"23. C'est dire que le fil est renoué entre les chercheurs de jadis et ceux de maintenant.

19Ma conclusion s'impose tout naturellement : le personnage d'Aiquin symbolise dans l'esprit de l'auteur et pour ses contemporains les souffrances endurées au début du xiiie siècle par leur nation. Le poète a été témoin de visu des déprédations opérées par Jean sans Terre ; les Bretons qui écoutaient la chanson étaient ceux-là mêmes qui ployaient sous le joug, les nobles spoliés, les religieux contraints de payer tribut. Pour tous, Aiquin, c'était un peu Jean sans Terre, mais il était combattu dans un chant de guerre et d'espoir. Et la victoire vint en effet.

Notes

1 La Marche de Bretagne du vivant de Roland et après sa mort. Geste et Histoire, in Actes du VIIIe Congrès, Pampelune, 1981, pp. 167-172.

2 Le roman d'Aquin ou la Conqueste de la Bretaigne par le roy Charlemaigne, Chanson de geste du xiie siècle, Nantes, Société des Bibliophiles bretons, 1880. La réimpression anastatique de l'ouvrage (Genève, Slatkine) le rend accessible.

3 Epopées françaises, Paris, Palmé, 1880, t. III, pp. 353-365.

4 Romania, 1880, t. IX, pp. 445-463.

5 Paris, Champion, 1926, t. II, pp. 99-142. Présente citation, p. 124.

6 Encore s'agit-il de la 3e édition, la 1ère ayant paru en 1908.

7 L'histoire poétique de Charlemagne dans la littérature française du Moyen Age, in Charlemagne et l'épopée romane, Actes du VIIe Congrès, Liège, U. Lg., 1978, t. I, pp. 39-40.

8 Aiquin. Brèves considérations d'histoire littéraire, Liège, Marche Romane, t. II, pp. 153-156.

9 Aiquin : l'Armorique et la mer, Saint-Père-sous-Vézelay, Musée archéologique régional, t. II, pp. 987-1000.

10 Aiquin ou la Conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne. Edition du manuscrit français 2233 de la Bibliothèque Nationale, avec introduction et notes, Aix-en-Provence, CUERMA, Paris, Champion, Senefiance n°8.

11 Introduction, p. xvii.

12 Histoire de Bretagne, 1588, in-f°, p. 325, E, citée par Joüon des Longrais dans son introduction, p. xxv.

13 P. xx.

14 Ibid.

15 Op. cit., p. 124.

16 Introduction, p. xxii.

17 T. II, pp. 154-155.

18 Jules Horrent, in Mélanges René Louis, t. II, p. 993 et note 33, relève un détail intéressant pour la localisation du texte : au vers 2696, on lit : "Nostre arcevesque …," Ce possessif est significatif.

19 Cf. Joüon des Longrais, introduction, p. xliii.

20 Id., p. xxxviii.

21 Ibid.

22 Observations sur Aiquin ou la Conquête de la Bretagne. L'adaptation d'une culture religieuse et d'une tradition épique a un public régional, in Essor et fortune de la Chanson de geste dans l'Europe et l'Orient latin, Actes du IXe Congrès International de la Société Rencesvals, Modène, Mucchi Editore, 1984, t. II, pp. 901-919.

23 La Chanson d'Aiquin, Texte traduit, présenté et annoté, édité avec le concours de l'Institut Culturel de Bretagne, Paris, Jean Picollec, 1985.

Auteur

(Université de Paris)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540