Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Nibelungenlied et chansons de geste

Jean Fourquet

Texte intégral

1Madame Buschinger a déjà évoqué ce gui est notre expérience commune : les parallélismes gue le germaniste découvre entre les problèmes que pose aux romanistes l'étude des chansons de geste et ceux que posent à lui-même les oeuvres épiques de langue moyen-haut-allemande.

2Elle m'a rendu le service de tracer le cadre dans lequel se situe l'hypothèse d'une épopée perdue située vers 1160 dont le Nibelungenlied serait ce qu'on appelle aujourd'hui une relecture - Léon Gautier dit rifacimento. Et de cette première épopée il y aurait un témoin latéral, la relation en prose norvégienne de récits recueillis à Soest en Westphalie - dans une compilation qui couvre tout le cycle de Dietrich, la Thidrekssaga.

3Madame Buschinger me fait trop d'honneur en parlant d'une hypothèse Fourguet ; l'idée est ancienne - elle se trouve chez Ehrismann-, et elle a eu des fortunes variables. Ce que je vais esquisser est un essai pour serrer une fois de plus la position du problème, en introduisant dans le raisonnement quelques éléments jusqu'ici restés dans l'ombre.

4Depuis la découverte, en 1927, du fragment Z, qui contient déjà la version remaniée - une "relecture" courtoise -il a fallu reconsidérer la datation du Nibelungenlied. Ce fragment ne semble pas postérieur à 1200, ce qui mène à situer la composition de l'épopée plus tôt qu'on ne pensait, dans le dernier quart du xiième siècle.

5Le NL contient la matière d'une épopée héroïque du cycle de Dietrich, mais dans sa rédaction sont venus s'insérer deux sortes d'éléments que l'analyse permet de disjoindre comme adventices.

  1. Friedrich Panzer a attiré l'attention sur ce qu'il considère comme des emprunts de motifs narratifs à des chansons de geste françaises, en premier lieu à Renaud de Montauban. L'édition de ce texte que prépare M. Jacques Thomas va peut-être permettre de préciser quel texte a été utilisé par l'emprunteur. L'exposé de Mme Buschinger me dispense d'énumérer les rapprochements jugés significatifs. C'est là un premier aspect, très particulier, du problème des rapports entre chanson de geste et épopée allemande.
  2. Entre les parties narratives où se noue l'action, surtout dans la première moitié qui fait fonction d'exposition, expliquant le désir de vengeance de Kriemhilde, s'insèrent des descriptions de voyages princiers, de réceptions de cour, de repas, de luxe vestimentaire (les "Schneiderszenen") qui donnent au récit une forme particulière d'ampleur épique (epische Breite).

6Si l'on tente l'expérience de "dégraisser" (pour employer un jargon d'actualité) le récit dramatique en disjoignant ces deux genres d'insertions. Il reste une action continue, bien charpentée : chaque malentendu, chaque faute fait progresser cette action jusqu'au dénouement tragique. Notre épopée se divise en 11+11+17 "âventiure" (épisodes) ; j'avais autrefois évalué le contenu proprement "événementiel" (tatenhaft, dit Heusler) à 4+4+16 unités narratives ; seule la dernière partie, le récit de la bataille chez Etzel-Attila, présentant une action continue, avec une part très réduite d'emprunts et de scènes courtoises.

7Or ce sont précisément ces proportions que présente le récit en prose norvégienne, comme le fait remarquer de Boor. Une analyse sommaire de la Saga contient toute l'action du NL, réduite aux articulations essentielles, sans les emprunts probables selon Panzer, ni les descriptions de vie "courtoise". Et je dis bien : toute l'action.

8Curieusement, Panzer élimine le témoignage de la Saga en la considérant comme un abrégé maladroit du NL tel que nous le connaissons. Après une nouvelle étude, je me refuse à admettre cette thèse. Il n'y a trace dans la Saga d'aucun des emprunts à des chansons de geste françaises - ainsi la guerre avec les Saisnes - et Panzer aurait dû être le premier à s'en aviser. Comment un médiocre compilateur, - ou son informateur - aurait-il distingué les emprunts pour les omettre ?

9Quant a Heusler, il admettait bien l'existence d'une épopée antérieure, la Urnôt ; c'était pour lui la transformation en récit épique de caractère littéraire (Buchepos) d'un chant relatif au seul combat final, la Nôt au sens strict. Ce serait le dernier auteur qui aurait pris l'initiative de faire précéder ce récit d'une exposition qui expliquait la vengeance de Kriemhilde par la querelle des reines et le meurtre de Sigfrid, sujets d'autres cantilènes. Mes observations me portent à croire que la structure - la "conjoncture" - qui fait la valeur du NL existait déjà dans une "chanson", source du récit recueilli à Soest par le norvégien.

10Ceci rapproche singulièrement la source hypothétique du NL d'une chanson de geste. Car une chanson de geste ne se réduit pas à un seul affrontement, comme la lutte désespérée des Burgondes chez Etzel. Elle remonte aux causes, comme la désignation de Ganelon comme messager et sa trahison ; avant l'expédition contre les quatre fils Aymon dans l'Ardenne, il y a le meurtre de Lohier, puis celui de Bertolais. Dans le poème allemand du Roi Rother, où les ressemblances avec des chansons de gestes sont assez claires, il y a toute une série de rebondissements de l'action.

11Dès lors il est permis d'imaginer que vers la même date que le Rother (1160) un jongleur allemand a eu l'idée d'utiliser une matière légendaire diffuse dans la Germania, celle de Dietrich, en s'inspirant du modèle roman de la chanson de geste. C'était nouveau si jusque là cette matière n'avait donné lieu à d'autres créations artistiques que des "lieder" comme le Hildebrandslied exploitant un seul moment pathétique (rencontre du père et du fils), ou l'Atlakvida. Heusler ne peut expliquer le passage d'une forme à l'autre, par une évolution interne, que par une suite de mutations intermédiaires - non attestées.

12Mme Buschinger a déjà mentionné la possibilité que le poème épique antérieur au NL soit né dans l'espace rhénan, proche de la Lorraine : Worms est la capitale Burgonde ; les rois chassent dans le Spessart et l'Odenwald, le trésor est jeté dans le Rhin ; le père de Sigfrid, roi de Niderland, réside à Xanten. Les éléments autrichiens : étapes vérifiables des voyages par la rive sur du Danube, par Passau où l'on vénére l'évêque Pilgerin, se trouvent surtout associés à des scènes de réceptions courtoises surajoutées.

13L'origine rhénane me paraît confirmée par mes observations de dialectologue : au xiième siècle, les formes stên et gên n'existent que dans l'aire austro-bavaroise ; Wolfram, qui dit "nous autres Bavarois" - Wir Beier-, ne connaît que ces formes. Or dans le Nibelungenlied stân et gân sont les formes dominantes (j'ai fait un recensement exhaustif). Cela facilite singulièrement la rime : car stân, gân riment avec des mots très fréquents, comme hân, getân, lân, et même souvent avec man, kan, malgré la brève. L'auteur du NL, par ailleurs plus habile, semble conserver ces facilités, comme aussi des formules, des archaïsmes de vocabulaire et de métrique, comme des caractéristiques du genre, consacrées par une oeuvre antérieure.

14Madame Buschinger a déjà signalé le problème de deux éléments du NL qu'il est difficile d'attribuer à l'initiative de l'auteur du texte connu, participant à une culture littéraire nouvelle, et s'adressant à un public moins populaire. Il s'agit de ce que les Allemands appellent Grotesken, des exploits fantastiques destinés à égayer l'auditoire.

15C'est d'abord la nature des épreuves gue Brûnhilde impose à ses prétendants : lancer un javelot gue douze hommes ont eu peine à apporter, lancer un bloc de rocher et sauter plus loin encore. Elle-même accomplit ces exploits avec aisance. Gunther ne s'en tire qu'avec l'aide de Sigfrid invisible.
Selon Panzer, l'origine de ce motif est en pays slave, où il est attesté par de nombreux témoins.

16L'autre motif fait penser aux scènes de cuisine dont Rainouart est le héros : Sigfrid a capturé un ours et arrivant aux cuisines à l'heure du repas, il le délie ; panique des cuisiniers, marmites renversées, jusqu'au moment où Sigfrid reprend l'animal.

17Ce genre d'intermède est fréquent dans les chansons de geste ; c'est un procédé de jongleur. Il est remarquable que dans le Rother il y ait un Witold mit der stange qui ressemble fort à Rainouart au tinel. Ni l'un ni l'autre intermède n'était indispensable à l'action. Ils ne se trouvent pas dans la Saga.

18L'auteur du NL n'a pas supprimé ces épisodes ; nous y voyons un exemple du respect de l'auteur médiéval pour l'histoire, portée par la tradition, dont il fait une "relecture". L'analyse que Tonnelat a faite du NL comme oeuvre littéraire nous fait entrer, pour ainsi dire dans l'atelier du créateur tenu par le respect de la source. Il y a un reste de contradictions de détail (Unstimmigkeiten) bien connu ; et des sauts d'un niveau culturel à un autre ;

19Si nous admettons l'existence d'une épopée antérieure, nous devons poser le problème de sa forme métrique. Elle n'est pas, elle ne pouvait pas être la forme-type de la chanson de geste, le décasyllabe et la laisse de vers assonants. Dans la poésie narrative, le décasyllabe est inconnu jusqu'à la fin du m.a.

20Le seul emprunt patent est celui de l'octosyllabe (comme dans le Rother), il révèle une différence fondamentale d'avec l'usage français : une syllabe finale en -e atone compte comme finale masculine, alors qu'en français c'est comme si -e- n'était pas prononcé : (ço sent Roland et devers la tes-te sont deux hémistiches valables)

21De plus, si la syllabe qui précède est longue, elle compte pour deux, et remplit, allongée, une mesure entière : /rô/te,/rec/ke,/Sig/vrît. C'est la finale "tintante" (Klingend).

22Dès lors un alexandrin français à césure "épique" (féminine) serait énoncé (plus exactement chanté) comme un vers de 7 mesures (14 syllabes) Comparer :
vain/cue est/la ba/tail/le, si/est nos/tre li/cans (Mainet) nu/was er/in der/ster/ke, daz/er wol/wâfen/truoc (NL)

23Et un décasyllable français à césure féminine serait énoncé comme un alexandrin (six mesures) :
de/vers la/tes/te sur/le quer/li des/cent

24Le vers de sept mesures du NL semble bien remonter à l'épopée antérieure, à en juger par des survivances d'usage archaïque dispersées dans le NL. Il correspondait à une large tradition, car on le retrouve dans la poésie lyrique, le Minnesang antérieur à la pénétration des modèles provençaux, et dans la ballade populaire. Ce serait donc le jongleur de 1160 qui en aurait l'initiative, vu l'absence d'un équivalent reçu des vers français épiques, décasyllabe et alexandrin.

25L'unité de base du NL est la strophe de quatre grands vers. Le dernier compte une mesure de plus (4+4 au lieu de 4+3), ce qui joue comme un signal démarcatif. Or cette même forme se trouve dans le Minnesang "primitif", notamment chez le sire de Kürenberg, qu'on situe vers 1160-70. Même, chez celui-ci, l'antépénultième mesure du dernier vers est remplie par une syllabe unique (tonique longue), et ce trait est fréquent dans le NL.

26Il est plus probable qu'il s'agit d'une coquetterie de l'auteur du NL. A son prédécesseur reviendrait le choix du vers de 7 mesures à césure "tintante" ; peut-être sans allongement du quatrième vers (il y a des exemples de cette forme (jùngeres Hildebrandslied), peut-être comme une suite de couples de deux grands vers a rimes plates, comme dans les ballades. Mais nous touchons ici à la limite des possibilités de reconstruction - encore que l'étude comparative des métriques reste à faire.

27Le NL est l'oeuvre d'un maître qui assouplit le rapport entre les unités syntaxiques et les unités métriques (hémistiche, vers, strophe), tout en conservant un fonds d'expression "formulaire", de coïncidence entre le vers et la phrase. Nous avons entendu sur ce sujet l'exposé de M. Heinemann, qui a cité les travaux de Rychner et Zumthor. L'enquête devrait être étendue à l'épopée allemande.

28La nature du NL conçu comme "relecture" de la création d'un jongleur rhénan sur le modèle des chansons de geste s'explique par l'appartenance du second auteur à un milieu cultivé où avaient pénétré, venant de la Romania, a la fois la chanson de geste, le roman antique et le roman breton, et l'idéal courtois.

29On peut donner raison à Heusler qui appelle le NL höfischer Heldenroman, roman héroïque courtois. La supériorité littéraire de cette oeuvre par rapport aux épopées de jongleurs (Spielmannsepen), et a des épopées ultérieures s'explique par un sens affiné au contact du roman. Il y avait là un foyer où convergeaient plusieurs rayonnements.

30Mais il serait injuste de refuser au prédécesseur rhénan une part de création individuelle, s'il est vrai que son oeuvre contenait déjà plus que le grand combat, mais tout ce qui précède dans la Saga et le NL, toute la conjointure. On peut seulement regretter qu'il ait sacrifié au goût du jour en gonflant la première partie de scènes conventionnelles de vie courtoise.

Auteur

(Université de Paris-Sorbonne)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540