Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Les deux adaptations en moyen-néerlandais de la chanson d'Aiol

Baukje Finet Van Der Schaaf

Texte intégral

1Avant de traiter le sujet spécifique de cet exposé nous résumerons certaines données fondamentales.

  • 1 Aiol, chanson de geste, publiée d'après le manuscrit unique de Paris par Jacques Normand et Gaston (...)
  • 2 Fragment d'une ancienne traduction ou imitation en vers thiois de la chanson de geste d'Aiol dans : (...)

2Il y a un peu plus d'un siècle, en 1877, Jacques Normand et Gaston Raynaud publiaient la Chanson de Geste d'Aiol1. Dans la partie de l'introduction traitant de la "Célébrité du poème et de sa diffusion à l'étranger", les éditeurs ont consacré quelques pages aux fragments en moyen-néerlandais, et ont inséré un fragment de 55 vers, dont la comparaison avec l'Aiol en ancien français, encore inédit, avait été établie, en 1863, par H.J. Bormans, un savant belge2.

  • 3 Aiol et Mirabel und Elie de St Gilles, zwei altfranzösische Heldengedichte mit Anmerkungen und Glos (...)

3Quelques années plus tard, en 1882, W. Foerster mentionnait et insérait en appendice de son édition d'Aiol et de Mirabel tous les fragments connus qui avaient été édités par le Professeur Verdam3.

  • 4 Nieuwe en reeds bekende Aiolfragmenten uitgegeven door Professor J. Verdam dans : Tijdschrift voor (...)

4Depuis, les recherches en sont restées là pour les médiévistes français, alors que peu après la publication de W. Foerster trois autres fragments, comprenant au total 1 200 vers, furent découverts à Breda, dans le sud des Pays-Bas, et publiés par les soins du Professeur Verdam dans une revue de langue et de littérature néerlandaises4.

  • 5 J. Oeschamps et M. Gijsseling, De fragmenten van de Limburgse Aiol dans : Studia Germanica Gandensi (...)

5Enfin, en 1953, trois autres fragments furent découverts, ceux-ci faisant partie du même manuscrit, et donc de la même rédaction gue les fragments premièrement connus. L'ensemble des fragments de cette rédaction a été édité en 1966 par les soins de Deschamps et Gijsseling, deux savants belges5.

6Il existe ainsi deux "adaptations" d'Aiol en moyen-néerlandais. L'une, considérée comme la plus ancienne selon des critères d'écriture, de versification et de langue, est appelée l'Aiol limbourgeois, la langue de cette adaptation présentant les caractéristiques de celle qui se parlait dans la région de Venlo, à l'extrême sud de la province du Limbourg, dans la première moitié du xiiième siècle, date présumée de l'adaptation.

  • 6 Sur les 500 vers intacts du texte, la répartition est la suivante : 1 vers de 6 syllabes, 16 vers d (...)

7De cette adaptation 18 fragments sont attestés, comprenant au total 780 vers, dont certains très défectueux, le manuscrit ayant été découpé au xvième siècle en feuilles ou en lambeaux pour servir à consolider des registres d'archives. Le nombre de vers lisibles est de 5006.

  • 7 Aiol, chanson de geste, o.c, Introduction, page xxxix.

8Les différents fragments comprennent des épisodes répartis sur l'ensemble du texte en ancien français, ce gui permet de conclure que le traducteur a eu connaissance d'un Aiol complet, que ce soit la seule version de l'Aiol français, ou un "manuscrit français très proche parent de celui que nous avons encore", selon l'expressioon de Normand7.

  • 8 Aiol limbourgeois vers 1/158 ; Aiol français vers 2537/2791, 2798/2800. Foerster, o.c, Anhang, Frag (...)
  • 9 Aiol limbourgeois vers 159/227 ; Aiol français vers 6611/6645, 6652/6690 Fragment découvert en 1953
  • 10 Aiol limbourgeois vers 228/282 ; Aiol français vers 6982/7046 Normand et Raynaud, o.c. Introduction (...)
  • 11 Aiol limbourgeois vers 283/310 ; Aiol français vers 8071/8121 Fragment découvert en 1953.
  • 12 Aiol limbourgeois vers 311/336 ; Aiol français vers 8222/8253. Fragment très abîmé.
    Foerster, o.c, A (...)
  • 13 Aiol limbourgeois vers 337/398 ; Aiol français vers 8376/8406.
    Fragment très abîmé.
    Foerster, o.c, An (...)
  • 14 Aiol limbourgeois vers 399/439 ; Aiol français vers 8602/8646.
    Fragment découvert en 1953.

9Les différents fragments comportent des morceaux des épisodes suivants : le passage d'Aiol à Orléans, où celui-ci subit les moqueries des habitants de la ville8, la rencontre d'Aiol et de Mirabel et d'un moine-brigand9, le secours apporté à Aiol par son cousin Gerelmes et ses quatre fils10, la demande de récompense au roi Louis de la part d'Aiol11, l'arrivée d'Elie, le père d'Aiol, à Orléans et sa réconciliation avec le roi Louis12, le combat qui s'engage à Langres, le lendemain des noces d'Aiol et de Mirabel après l'attaque-surprise de Makaire13, le repas copieux réclamé par Elie et la demande de quintaine présentée au roi Louis avant son départ au combat pour libérer Aiol14.

  • 15 Aiol limbourgois vers 440/584 ; Aiol français vers 8995/9075.
    Normand et Raynaud, o.c, Introduction, (...)
  • 16 Aiol limbourgeois vers 585/720 ; Aiol français vers 9180/9282.
    La deuxième partie relatant le dialog (...)

10Le fragment le plus long, mentionné par Normand et Raynaud, comporte les épisodes suivants : le combat entre le messager de Makaire et celui du roi Louis, la bataille entre les Bourguignons et les Français devant les portes de Lausanne, le duel entre Makaire et Elie, au cours duquel Makaire est grièvement blessé par Elie, la fuite de Makaire et de ses hommes à l'intérieur de la ville de Lausanne et le siège de la ville par les Français, les souffrances d'Aiol et de Mirabel dans le cachot à Lausanne15. Un autre fragment assez long comporte l'intervention d'un groupe de femmes en faveur de Mirabel auprès de Makaire, le rapt des deux enfants, et la noyade manquée par Makaire, le sauvetage des deux enfants par le pêcheur Thierry, et le dialogue entre Thierry et son épouse à propos de leur fuite16.

  • 17 Aiol limbourgeois vers 720/740 ; Aiol français vers 9348/9354, 9389/9393. W. Foerster, o.c, Anhang, (...)
  • 18 Aiol limbourgeois vers 742/764 ; Aiol français vers 9685/9688, 9704/9710 W. Foerster, o.c, Anhang, (...)
  • 19 Aiol limbourgeois vers 764/781 ; Aiol français vers 10075/10077, 10086/10094, Normand et Raynaud, o (...)
  • 20 W. Foerster les a publiés en partie en note à la page 542 de son édition d'Aiol et de Mirabel.

11Restent à mentionner quelques petits fragments relatant le baptême des deux enfants à la cour du roi Gratien, la plainte et la révolte des hommes de Makaire17, la colère de Mibrien, le père de Mirabel, à l'égard d'Aiol après leur arrivée à Pampelune, la brisure de la statue de Mahomet par Mirabel18, une allusion à la bataille de Salonique, et les paroles injurieuses à l'égard de Mahomet adressées par Aiol au roi Florien après le refus de celui-ci de se faire baptiser19. Des 6 fragments restants, ou plutôt des 6 morceaux de fragments, nous n'avons pas trouvé les passages correspondants de l'Aiol français, vu leur état défectueux20.

  • 21 J. Verdam, o.c, pages 209/255.
  • 22 Le manuscrit a été découvert à Breda, vers 1880, lors d'une vérification d'anciens registres de ren (...)

12La deuxième adaptation d'Aiol en moyen-néerlandais est généralement appelée l'Aiol flamand21, la langue de cette rédaction étant le moyen-néerlandais des Pays-Bas du Sud, langue commune de la plupart des textes littéraires néerlandais du moyen-âge22.

13Ces fragments, qui sont au nombre de trois, appartiennent à une toute autre rédaction que les fragments dont nous venons de parler et ne comportent que très partiellement les mêmes épisodes.

14La version de l'Aiol flamand concerne la deuxième partie du texte français, a partir du vers 7189. Le texte commence au moment où Aiol, déjà en compagnie de Mirabel, est accueilli avec ses quatre cousins par Alori (Hunbaut dans le texte français), le traître, parent de Makaire, à Romorantin, à quelques lieues d'Orléans. L'histoire d'Aiol se poursuit jusqu'au moment où celui-ci, après beaucoup de vicissitudes, se trouve à la cour du roi Gratien à Venise, où il rencontre ses fils sans les connaître. Le récit s'interrompt avant que l'identité des deux enfants ne soit révélée à Aiol par le pêcheur Thierry (B vers 1/960). La trame de l'histoire de l'Aiol flamand correspond ainsi dans les grandes lignes aux vers 7189/10.347 de l'Aiol français.

15Il convient de noter que l'Aiol flamand comporte une lacune après l'épisode du baptême des deux enfants d'Aiol à la cour du roi Gratien à Venise, puis reprend avec la demande adressée par Aiol au roi Gratien de lui confier les deux jeunes garçons. La lacune correspondrait ainsi aux vers 9372/9900 du texte français, qui relatent la fuite de Makaire de Lausanne pour se rendre, déguisé en marchand, avec Aiol et Mirabel à Pampelune auprès du père de Mirabel, qui les emprisonne a son tour. Aiol est par la suite libéré par des brigands, qui cherchent en vain un trésor et qui vendent Aiol au roi Gratien.

16La dernière partie de l'Aiol flamand, 240 vers, relate des événements qui ne figurent aucunement dans la seule rédaction attestée de l'Aiol français.

17Si maintenant nous en arrivons à parler de l'adaptation proprement dite des deux rédactions d'Aiol en moyen-néerlandais, nous aimerions commencer par rappeler deux remarques faites par Monsieur Van Dijk, il y a trois ans, dans sa communication au Congrès de Padoue, d'une part à propos de la forme des chansons de geste en moyen-néerlandais et d'autre part en ce qui concerne la relation entre ces chansons de geste et leur modèle français.

18Tout d'abord en ce qui concerne la forme nous rappelons que la structure en laisses est inconnue dans la poésie épique des Pays-Bas. Les textes à matière épique ont été composés en vers de huit à dix (ou onze) syllabes, rimant deux par deux. Autrement dit, ces textes se composent de vers à rimes plates. Ceci est également vrai pour les deux adaptations de l'Aiol.

  • 23 H. Van Dijk, les chansons de geste en moyen-néerlandais, dans Actes du IXème Congrès de la Société (...)
  • 24 W.P. Gerritsen, les relations littéraires entre la France et les Pays-Bas au Moyen-Age, dans Actes (...)

19Cependant, en ce qui concerne la relation des deux adaptations et leur modèle français, les choses ne se présentent pas de la même manière, comme le remarquait déjà Monsieur Van Dijk23, qui se référait a quelques remarques faites par le Professeur Gerritsen lors du Septième Congrès National de la Société Française de Littérature Comparée en 196624 : une version, l'Aiol limbourgeois, serait une traduction fidèle, l'autre, l'Aiol flamand, plutôt un remaniement.

20Examinons d'abord l'Aiol limbourgeois. Une étude comparative, bien que rendue difficile à cause de l'état défectueux et fragmentaire du texte, -nous disposons de 500 vers lisibles en moyen-néerlandais contre près de 11.000 vers en ancien français-, permet de confirmer ces remarques et en même temps d'ajouter quelques précisions au sujet des écarts que nous avons relevés.

21En effet, si dans l'ensemble le traducteur a suivi de près son modèle français (nous ne discuterons pas ici le problème si ce modèle était bien la seule version attestée de l'Aiol français, le seul moyen d'arriver à un résultat étant de comparer les textes existants), il s'agit de noter d'abord qu'il a réduit pratiquement de moitié le texte en ancien français. Cette constatation se fonde sur le fait que l'Aiol limbourgeois complet aurait comporté environ 10.000 vers et que là, où le traducteur suivait de près le texte en ancien français, il lui fallait en moyenne deux vers en moyen-néerlandais pour "traduire" un vers de son modèle.

22Nous relevons le fait là où le traducteur suivait de près le texte français. Nous avons effectivement constaté que ce n'était pas toujours le cas et que parfois le traducteur n'hésitait pas à supprimer certains passages de son modèle. A titre d'exemple nous donnons le premier fragment, qui relate la première arrivée d'Aiol à Orléans où il subit les moqueries des habitants de la ville. Il "réduit" ainsi les moqueries que subit Aiol, en supprimant e.a. la participation du roi Louis à ces moqueries.

23Il supprime également l'histoire de "l'enrichissement" de la tripière et de son mari, ainsi que les moqueries que celle-ci subit par la suite de la part des habitants de la ville. De plus, dans ce même fragment, il édulcore le texte français en "gommant" ou en "enveloppant" les termes grossiers.

24Le traducteur montre également un certain désintérêt à l'égard du cheval fidèle qu'est Marchegai et ceci à deux reprises dans deux fragments différents.

25D'une manière générale, il ne s'arrête pas non plus aux réflexions ou aux sentiments des uns et des autres, il semble plutôt pressé de faire progresser l'action sans s'attarder.

26Ainsi il néglige les reprises épiques en début de laisse, qui constituent en général un élément répétitif du texte français. Ce type d'écarts nous paraît toucher non seulement à la structure strophique de la chanson de geste française et celle non-strophique de la chanson de geste moyen-néerlandaise, mais aussi à la conception narrative proprement dite du traducteur, qui mériterait plutôt d'être appelé poète-traducteur, puisque l'oeuvre traduite ne relève pas uniquement de la traduction pure et simple.

  • 25 Normand et Raynaud, o.c, Introduction, pages xiii/xiv

27A propos des laisses similaires25, nous ne pouvons faire aucune remarque pertinente, les fragments n'attestant aucun épisode où l'Aiol français comporte des laisses similaires.

28Par contre, nous pouvons affirmer, -et nous le montrerons à l'aide du tableau synoptique-, qu'en général le traducteur néglige les formules-chevilles de l'Aiol français qui n'apportent aucun élément narratif nouveau. Nous précisons toutefois que, si le traducteur ne paraît pas "reprendre" les éléments répétitifs inhérents à la structure strophique et a la poétique qui caractérisent la chanson de geste française, ceci ne signifie pas pour autant que sa traduction ne comporte aucun élément répétitif. Ces éléments répétitifs étant dus à leur tour, nous semble-t-il, aux contraintes de la rime et de la métrique de la langue du traducteur.

29Cependant il est temps de relever que l'Aiol limbourgeois ne s'écarte pas seulement de l'Aiol français par des suppressions. Le texte en moyen-néerlandais comporte également des adjonctions par rapport à l'Aiol français. Ces adjonctions nous paraissent relever d'une part de l'intérêt et de la vision du monde du traducteur, et parfois celles-ci ne sont pas sans rapport avec certaines suppressions. Nous avons ainsi l'impression que le poète-traducteur tient à donner une autre image du roi Louis ; d'une part, en ne le faisant pas participer aux moqueries à l'égard d'Aiol (une suppression donc), d'autre part en faisant adresser par Elie au roi Louis des paroles pleines de reconnaissance à l'égard d'Aiol avant de lui demander la permission de s'exercer à la quintaine, paroles qui constituent une extension par rapport à l'Aiol français, et mettent en avant la bonté du roi (L vers 426/428).

30Ailleurs il n'hésite pas à adresser une malédiction supplémentaire au méchant qu'est Makaire (L vers 604/606).

  • 26 W. Foerster, o.c, pages 531, vers 173/176 ; page 534, vers 302/306 ; page 536, vers 357/366 ; page (...)

31Les autres additions concernent essentiellement des passages plus ou moins corrompus, ou peu clairs du texte français, tels l'épisode des brigands, le combat et le siège devant les portes de Lausanne, la noyade des enfants par Makaire26.

32Pour illustrer les quelques remarques que nous venons de faire -qui, évidemment, ne peuvent pas être exhaustives dans le cadre de cette communication- nous vous proposons d'examiner de plus près le petit tableau synoptique d'un passage de l'Aiol français, qui est attesté, bien que partiellement, aussi bien par l'Aiol limbourgeois que par l'Aiol flamand, et qui paraît assez caractéristique pour l'ensemble des deux adaptations.

  • 27 Nous désignerons l'Aiol français par F, l'Aiol limbourgeois par L, et l'Aiol flamand par B.

33De plus, en ce qui concerne l'Aiol limbourgeois, ce passage permet de voir comment le poète-traducteur a réussi à combler une lacune dans le texte27.

34A propos des premiers vers nous tenons à relever gue c'est un des rares cas où le traducteur a imité le texte français quant au procédé de la reprise épique, puisque dans le vers précédent il avait déjà noté la gravité de la blessure de Makaire. Dans le manuscrit, le traducteur a marqué ce début d'une nouvelle laisse de F, par l'écriture d'une lettrine.

35Quant au siège de la ville, le texte français présente une lacune d'au moins un vers, après le vers 9050, vers qui préciserait que ce sont bien les Français qui sont aux portes de la ville et y dressent leurs tentes.

36Le traducteur a "comblé" cette lacune en mettant en avant la lassitude de guerroyer du côté des Bourguignons, gui arrêtent pendant un mois tout combat à cause des pertes subies (L vers 536/540). Nous estimons que le traducteur a bien réussi à "raccommoder" le texte français à cet endroit, le contenu de ces quelques vers de "remplissage" concordant avec les événements précédant le siège.

37En ce qui concerne le siège même, L s'écarte quelque peu de F. A la place des "tres de paile", le traducteur fait ériger des citadelles, certainement plus appropriées à soutenir un siège de longue durée. Que ces citadelles soient au nombre de quatre est une précision due certainement à la contrainte de la rime : schiere (= aussitôt) rimant avec "viere" (= quatre).

38Les deux textes concordent sur la durée du siège qui sera de plus de cinq ans. Les deux derniers vers de L, concernant l'issue du siège, rendent autrement le "contenu" des vers correspondants de F (F vers 9053/9054), et constituent une traduction libre. Ces vers annoncent la conquête de la ville, sans nommer toutefois les détails de F : abattre les murs, prendre la ville et retenir Makaire (F vers 9053/ 9054 ; L vers 545/546).

39Ainsi une nouvelle question se pose ici : le traducteur aurait-il également supprimé certains détails de F en toute connaissance de cause : ayant pris connaissance de l'ensemble de l'épopée française par la lecture, (ou peut-être même pour l'avoir écouté), il aurait "construit" son récit selon la "réalité" du texte français, selon lequel il est effectivement mis fin à ce siège, mais après la fuite de Makaire, déguisé en marchand (F vers 9067/9541). Makaire sera "retenu" beaucoup plus tard, lorsqu'il se trouve à la cour du roi Mibrien à Pampelune (F vers 10.893/10.906).

40Si nous considérons maintenant de près le passage relatant la souffrance d'Aiol et de Mirabel dans le cachot de Lausanne, nous constations que les vers 547/562 représentent une traduction assez fidèle des vers correspondants de F (vers 9055/9061). Trois écarts sont toutefois à noter. Tout d'abord à propos du vers 9057, vers que le traducteur a bien repris, mais pour le compte de Mirabel, au lieu de celui d'Aiol, comme c'est le cas dans le texte français. S'agirait-il d'une erreur de la part du traducteur, d'une mauvaise compréhension du texte français, ou bien d'une erreur de transcription de la part du copiste, le manuscrit ne présentant pas l'original, mais une copie ? Ces deux vers de L, qui expriment un soupir de honte et de souffrance riment entre eux, et le traducteur ou copiste aurait bien pu les placer après le vers 552, ainsi le soupir émanerait d'Aiol, comme c'est le cas dans F.

41Cependant il nous semble que ce "déplacement" n'est pas sans rapport avec les deux autres écarts : les trois écarts se tiennent entre eux.
En effet, le traducteur ajoute à cet endroit deux vers, formant un couple de rimes, et qui mentionnent la souffrance extrême de Mirabel (L vers 553/554), et c'est elle qui se lamente ensuite intérieurement, au lieu que ce soit Aiol, regrettant pour ainsi dire ses exploits du passé, qui en définitive, ne lui ont apporté que malheur (F vers 9058 b, 9059). Mirabel avait cependant autant de raisons de ressentir de la honte au fond du cachot : n'était-elle pas fille de roi et princesse ?

42Si nous ne trouvons pas trace des soupirs de honte et de regret d'Aiol par rapport à ses exploits du passé, le traducteur "grossit" par contre, -et c'est le troisième écart-, les sentiments de compassion d'Aiol à l'égard de Mirabel, même si cette amplification est due à la contrainte de la rime : "dur uw scolt" (= à cause de vous) rimant avec "dusentvolt" (= mille fois ; l vers 561/562). Ainsi, le lien entre ces trois écarts serait une accentuation de la souffrance de Mirabel par rapport à F.

43Notons encore que le traducteur remplace la formule stéréotypée "Par icel apostle que on reguiert en l'arce" par la simple formule "Par Dieu notre Seigneur" (F vers 9060 ; l vers 559).

44Si nous poursuivons notre lecture, nous remarquons que le traducteur indique a nouveau le début de l'épisode suivant -l'annonce de la grossesse de Mirabel- par l'écriture d'une lettrine, tout en négligeant de traduire le vers 9062 de F, qui ne comporte aucun élément narratif nouveau.

45A propos de ces quelques vers, rien de particulier n'est à noter, ils constituent une traduction fidèle des vers correspondants de F (vers 9063/9071), les rares écarts de détails étant essentiellement dus aux contraintes de la rime. Ce n'est pas tout b fait vrai pour la traduction du vers 9066, qui dans F, exprime une "vérité générale", alors que dans L, Aiol dit à Mirabel que ses lamentations sont inutiles pour eux, puisque son père et son oncle Louis sont là, et que rien ne peut leur arriver.

46Enfin ce petit passage constitue une belle illustration de la proportionnalité 1 vers de F = 2 vers de L, à l'exception du vers 9067 = L vers 571, le texte français comportant ici une cheville "Elies li barbés" par contrainte d'assonance, et nous pouvons ajouter, a l'exception des trois derniers vers, où 1 vers de F = 3 vers de L, le traducteur étant "contraint" de restaurer l'équilibre 1 vers de F = 2 vers de L, qui était "perturbé" à partir du vers 571.

47Le fragment s'interrompt ensuite sur l'annonce des douleurs d'accouchement de Mirabel, lorsque "son terme et son heure" et nous ajouterions "étaient venus". Le traducteur a négligé de nouveau le premier vers de la laisse 238 (F vers 9072) gui n'apporte aucun élément narratif nouveau.

48Si pour l'étude comparative de l'Aiol limbourgeois et de l'Aiol français, nous avons pu procéder à un rapprochement vers par vers, puisque malgré l'omission de certaines parties du texte français, le poète-traducteur suivait dans l'ensemble de près son modèle même si l'ordre chronologique n'est pas toujours rigoureusement le même, il n'en est pas de même pour l'Aiol flamand.

49En effet, seuls quelques rares vers de l'Aiol flamand sont une traduction plus ou moins fidèle de l'Aiol français. Aussi avons-nous procédé à une étude comparative épisode par épisode, afin d'établir les concordances et les différences entre le texte en moyen-néerlandais et son modèle français.

50Comme nous l'avons remarqué, les 1200 vers de l'Aiol flamand, qui comporte une lacune, correspondant à environ 600 vers de l'Aiol français, et comportant de surcroit 240 vers dont nous n'avons pas trouvé l'équivalent dans le texte français correspondent à quelques 3 000 vers de celui-ci.

51Une première constatation à faire est ainsi que l'adaptateur aurait "réduit" de plus de deux tiers son modèle. Une telle réduction implique évidemment que les écarts entre les deux textes sont nombreux.
Toutefois il convient de noter que l'adaptateur n'a pas seulement supprimé de nombreux passages et épisodes et certains personnages de l'Aiol français, il en a ajouté également.

52Enumérer ici tous les écarts nous mènerait trop loin, aussi nous limiterons-nous à les caractériser brièvement.

53De l'étude comparative il ressort ainsi que l'adaptateur a supprimé en général les parties qui touchent l'organisation structurelle de la chanson de geste française, telles les reprises épiques et les laisses similaires et parallèles. Un exemple de reprise de laisses similaires est toutefois à signaler pour le passage comportant les reproches adressés par Lusiane à Mirabel (F vers 8031/8038, F vers 8045/8052 ; B vers 310/321, B vers 322/337).

54Cependant les suppressions les plus importantes nous paraissent plutôt relever de la conception narrative, de l'intérêt et de la vision du monde de l'adaptateur. En effet, la suppression de beaucoup de passages et de certains personnages, et par là même de certains thèmes épiques sont souvent en rapport avec le registre socio-féodal, alors que l'adjonction de certains passages concerne essentiellement le registre religieux tout en étant fonction en même temps parfois de l'organisation narrative du récit en moyen-néerlandais et la conséquence même de la "réduction" du texte en ancien français.

55L'auteur de l'Aiol flamand réduit ainsi au minimum les combats épiques des différents épisodes de l'Aiol français, tel p. e. le combat qui s'ensuit de la trahison d'Aiol par son hôte-traître Hunbaut, respectivement Alori (F vers 7532/ 7979 ; B vers 167/218 ; proportion 9 :1).

56Il passe totalement sous silence la reconquête des fiefs par Aiol (F vers 8161/8190), ainsi que par la suite la reprise de ceux-ci par Makaire avant qu'il ne commette son attaque-surprise à Langres, lors des noces d'Aiol et de Mirabel. L'Aiol flamand ne comporte même aucune trace des duels ni du combat général qui précèdent le siège de la ville de Lausanne.

57A propos des adjonctions nous relevons que l'auteur néerlandais s'étend longuement sur les adieux à l'ermite, que l'auteur de l'Aiol français expédie en deux vers (F vers 8215/8216 ; B vers 437/457).
Et Lusiane, une fois au courant de l'impossibilité de son mariage avec Aiol, après un monologue de dépit amoureux, décide de se retirer au couvent. Le meilleur exemple de cette tendance de l'auteur néerlandais est sans doute le récit du sauvetage des deux enfants d'Aiol, où les quelques vers de l'Aiol français :

f vers 9199 ....

Cele nuit i fist Dieus vertu apercheue

Li Rones qui ert rades les enfans ne remue.

Terris ert soz le pont qui pescoit a la lune

58deviennent un récit d'apparition d'un ange au chevet du pêcheur Thierry, qui reçoit ainsi l'ordre de Dieu de se lever, de prendre son bateau et son filet et d'aller pêcher (B vers 651/680). Un autre exemple étant celui de l'insistance particulière avec laquelle l'épouse du pêcheur Thierry invite celui-ci à quitter au plus vite Lausanne, puisque les deux enfants risqueraient de mourir avant d'avoir reçu le baptême, si jamais la nouvelle de leur sauvetage arrivait jusqu'è Makaire (B vers 715/750).

59La création de certains personnages se situe essentiellement au niveau de l'organisation cohérente de la fable en moyen-néerlandais. Création, résultant parfois de la suppression d'un autre personnage de l'Aiol français, telle la chambrière qui "remplace" le fils Antialmes du couple d'hôtes à Romorantin, pour prévenir, à la place de celui-ci, Aiol du danger qui menace.

60Dans un autre cas, en créant le personnage du geôlier, chargé de la garde du cachot où sont enfermés Aiol et Mirabel, et qui entend les premiers cris des enfants qui viennent de naître pour courir en informer aussitôt Makaire, l'auteur de l'Aiol flamand semble vouloir expliciter à son auditoire comment Makaire avait appris la nouvelle de la naissance des enfants d'Aiol. L'auteur de l'Aiol français écrit tout simplement :

F vers 9089 ... Quant les enfants sont nei Makaires le sot tempre.

61L'auteur "utilise" ensuite ce même personnage pour mettre son auditoire au courant des intentions meurtrières de Makaire (B vers 623/629). Sous ce même rapport, nous signalons que le couple de pêcheurs de l'Aiol flamand a un jeune fils, ainsi l'auditoire "comprend" que la femme du pêcheur était en mesure d'allaiter aussitôt les jumeaux.

62Un autre registre d'écarts à signaler est celui des noms propres de certains personnages.

63Dans l'Aiol flamand certains personnages sont devenus "anonymes", tels les quatre cousins d'Aiol, la mère de Lusiane, même l'ermite qui reçoit une attention toute particulière reste anonyme, l'épouse du roi Gratien reste également anonyme, tout comme l'épouse du pêcheur Thierry et celle de l'hôte-traitre Alori du premier épisode.

64D'autres personnages ont changé de nom. Ainsi l'hôte-traître Hunbaut de l'Aiol français s'appelle Alori, et le père de Mirabel Macabrien au lieu de Mibrien. La mère d'Aiol se nomme Anfelise au lieu d'Avisse.

65Pour illustrer et rendre plus concrètes nos remarques nous vous proposons de regarder un instant comment l'auteur de l'Aiol flamand a raconté le siège de la ville de Lausanne, la souffrance du jeune couple dans le cachot et la naissance des deux enfants.

66Au sujet de la souffrance d'Aiol et de Mirabel, il est à noter d'abord que l'auteur de B la mentionne seulement (B vers 581/582) pour annoncer ensuite brièvement la grossesse de Mirabel, enceinte depuis la nuit des noces où elle fut faite prisonnière, et présentée comme un fait fâcheux (B vers 602/606), alors que l'auteur de F peint cette souffrance d'une manière plus concrète et plus vivante, en faisant assister son auditoire à un dialogue entre Aiol et Mirabel, qui expriment tous deux de vive voix, leur douleur (F vers 9057/9071).
Aiol souffre pour sa femme et essaie de l'encourager en exprimant sa ferme confiance en une libération prochaine par son père et le roi Louis (F vers 9061, 9067/9070).

67A propos du siège de la ville de Lausanne, il est à noter d'abord gue dans l'Aiol flamand celui-ci prend effet immédiatement après l'enlèvement-surprise d'Aiol et de Mirabel par Makaire. Aussitôt après cet enlèvement le roi Louis et Elie prennent leurs armes pour entreprendre la poursuite de Makaire, et ils arrivent à Lausanne, lorsque Makaire vient de fermer les portes de la ville (B vers 523/601). Evénements que l'auteur de l'Aiol flamand relate en 79 vers, alors que l'épisode correspondant de l'Aiol français en comporte 727 (proportion 1 : 9). Toutes les suppressions en ce qui concerne cet épisode touchent essentiellement le registre épique traditionnel tels la reconquête des fiefs, les duels et les combats collectifs, le motif du cheval fidèle et celui de l'ambassade insolente.

68L'auteur de l'Aiol flamand ne présente pas non plus le siège proprement dit de la même manière. Selon B, Makaire entre directement et sans encombre dans la ville de Lausanne, où sans difficulté, il peut faire face à un siège de longue durée, d'une part parce qu'il a pris ses précautions (il avait pourvu la ville de provisions, B vers 575/578), et d'autre part par sa situation géographique favorable,

B vers 600 .... Le Rhône entourait la ville de ses larges flots.

69L'auteur de l'Aiol français, par contre, fait part des difficultés qu'éprouve Makaire par le fait que ses hommes se lassent, se révoltent même à cause des pertes qu'ils ont subies, et menacent de déserter. Révolte et menace qui finissent par faire tellement peur à Makaire qu'il décide de s'enfuir déguisé en marchand (F vers 9407/9524). Enfin il est intéressant de noter que la durée du siège est de sept ans dans l'Aiol flamand, alors qu'il est de cinq dans l'Aiol français et l'Aiol limbourgeois.

70A propos de l'accouchement de Mirabel, nous pouvons faire la même remarque que pour la souffrance du couple. L'auteur de l'Aiol flamand nomme brièvement "l'état douloureux" de Mirabel (B vers 608). Il présente la naissance des deux enfants comme une délivrance accordée par Dieu, alors que l'auteur de l'Aiol français souligne plutôt, tout en nommant également l'aide de la puissance de Dieu, la souffrance concrète de Mirabel, en précisant les conditions matérielles pénibles pour elle : la durée de ses douleurs, la privation de toute aide de femme ou d'homme et l'obscurité totale (F vers 9075/9076, 9079), et le début de la laisse suivante réitère cette souffrance (F vers 9082/9084).

71Sont à relever toutefois les précisions que l'auteur de B rajoute par rapport à F :

  1. Mirabel a conçu ses enfants dès la nuit de noces.

  2. Elle était dans son neuvième mois.

72Les deux versions concordent ensuite sur la beauté des nouveaux-nés (F vers 9080/9081 ; B vers 611/613).

73En conclusion les écarts que nous avons notés entre l'Aiol limbourgeois et l'Aiol français paraissent relever ainsi d'une part des contraintes imposées au poète-traducteur par la structure et la poétique de la langue dans laquelle il traduisait son modèle français, et d'autre part de sa conception narrative, de son intérêt et de sa vision du monde, redevables certainement de ceux de son environnement socioculturel et du public auquel il s'adressait.

74Son oeuvre présente pourtant une traduction, à la fois fidèle et libre, de l'Aiol français.

75Il en est tout autrement pour l'Aiol flamand.

76Nous espérons avoir montré clairement que vu les nombreux et grands écarts entre l'Aiol flamand et l'Aiol français, la version flamande ne présente aucunement une traduction pure et simple à partir d'un modèle écrit.
Nous avons plutôt l'impression que l'auteur de l'Aiol flamand a "raconté" l'histoire d'Aiol et de Mirabel à sa manière, en s'inspirant d'une manière ou d'une autre, qui reste à définir, de l'Aiol français, mais en s'inspirant ou en se souvenant également d'autres chansons de geste, puisque, comme vous avez pu le constater, les "nouveaux" noms que l'auteur donne à certains personnages, sont des noms familiers de l'épopée française.

77Ainsi pour revenir à nos deux remarques préliminaires : il existe deux adaptations moyen-néerlandaises de l'Aiol français. L'une, l'Aiol limbourgeois, une traduction fidèle et libre, l'autre, l'Aiol flamand, un remaniement, le comment et le pourquoi du remanieur restant à préciser.

AIOL FRANCAIS

LAISSE 236

789049 Makaires tornes en fuie, navrée fu en la face.

799050 Et Borgengon s'en entrent es portes qui sont (lacune) (larges ...

809051 Entor et environ fichent lor très de paile ;

819052 Puis i durs li sieges .v. ans plenier(s) et (large(s) ;

829053 Ainc li rois Loeys ne pot le mur abatre

839054 Ne prendre la chité, ne retenir Makaire.

849055 Aiols li fieus Elie fu el font de la cartre :

859056 Molt demaine grant doel a Noel et a Paskes :

869057 "Hé ! las !" Che dist Aiol(s), "com chi a (grant hontage !

879058 "Bele seur, douche amie, mar fu mes grans (barnages,

889059 "Mes cors, et ma proeche, et mes grans (vaselages !

899060 "Mais par icel apostle que on requiert en (l'arce(s),

909061 Plus m'en poise or por vous que por le mien (contraire".

LAISSE 237

919062 Aiols fu en la cartre corechous et irés,

929063 Et Mirabeus sa feme prist Deu a reclamer ;

939064 Car ele estoit enchainte, plains avoit les (costés :

949065 "Dame", che dist Aiols, "ne vos caut desmenter :

959066 "Ains por grant doel a faire ne vi p(r) eu (conquester.

969067 La defors est mes peres, Elles li barbés,

979068 Et Loeys mes oncles et ses rices barnés :

989069 Je ne s'en tornera, saciés de vérité,

999070 Tant qu'il ara conquia Makaire et ses chités.

1009071 E Dieus I "Che dist la dame, tant m'ara (demoré(s) ! "

LAISSE 238

1019072 Or fu li bers Aiol(s) ans el font de la cartre

1029073 Et Mirabeus sa feme la cortoise et le sage :

1039074 Iluec le prent ses ventres, destroite est et (malade ;

1049075,III. jors i travella ens el font de la cartre :

1059076 Onques nen ot aie de nule fame sidable,

1069077 Ne mais que de Jesu le pere esperitable, 9078 Et son signor Aiol le fil Elie al nage ;

1079079 Aine n'ot alumé cierge ne candelabre.

1089080 Dex li dona,II. fiex ena el font de la cartre,

1099081 Ne veistes tant biaus nés de feme carnable.

AIOL LIMB0URGE0IS

110Le siège de le ville de Lausanne, la souffrance d'Aiol et de Mirabel dans le cachot, la naissance des enfants d'Aiol et de Mirabel.

111533 Makaire s'enfuit lorsqu'il se rendit compte

112Qu'il avait été blessé au combat.

113535 Les Bourguignons s'enfuirent avec lui,

114Ile ne firent plus l'effort

115537 De livrer bataille durant un mois,

116Car ils se heurtaient eux Français,

117539 Partout où ils voulaient engager la lutte,

118Ce qui leur causait beaucoup de pertes.

119541 Les Français édifièrent rapidement

120Quatre citadelles auteur de leur marche.

121543 Depuis lors le siège de la ville

122Dura plus de cinq ans,

123545 Avant que ne vint pour eux l'heure

124De s'en emparer par la force. Cf. 576/577

125547 Aiol se trouva eu fond du cachot,

126Il n'avait aucun sujet de se réjouir

127549 5on coeur souffrait de grandes peines.

128Il se lamentait beaucoup.

129551 Aux fêtes chrétiennes,

130A Noél et è Pâques.

131553 Mirabel, la dame, croyait également

132Qu'elle allait mourir de douleur et de chagrin :

133555 Hélas ! Quelle grande souffrance

134Ma honte est trop grande.

135557 Voici ce que disait le noble Aiol :

136Ah, belle dame, douce amie,

137559 Je vous dis, par Dieu, notre Seigneur,

138Que ce malheur m'afflige

139561 Beaucoup plus à cause de vous :

140Je préfèrerais souffrir moi-même mille fois plus.

141563 Mirabel, la belle dame,

142Invoquait le Dieu qui siège aux cieux.

143565 Il lui était advenu entre temps

144De se trouver enceinte.

145567 Aiol dit : "Belle dame,

146Voua ne devez pas être aussi triste.

147569 Car peu de chose peut nous advenir

148Quoi qu'il en soit.

149571 Dehors, avec l'armée, il y a mon père,

150572 Mon oncle Louis et tous les autres ;

151573 Les grands seigneurs de France,

152Qui certainement,

153575 Ne partiront jamais d'ici.

154Avant d'avoir saisi le traître.

155577 Et avant la destruction de la ville".

156"C'est le fait qu'ils tardent tellement,

157579 Qui me rend le coeur si triste",

158Disait la belle Mirabel.

159581 Mirabel, la bien faite,

160Commença à sentir les douleurs,

161583 Lorsque son terme et son heure,.. (Lacune)

AIOL FLAMAND

162580 Maintenant Aiol se trouve dans le cachot glacé.

163581 Il endurait mainte souffrance,

164582 Ainsi que sa demoisele, la douce.

165583 Le cachot donnait sur une rivière,

166584 Près du château du traître,

167585 Qui dressait vers le ciel mainte tourelle.

168586 Le duc Elie assiégea la ville

169587 Et aussi le duc de Bourges.

170588 Et le roi de France était là,

171589 Et le noble comte de Bar.

172590 Et maint comte et maint duc

173591 S'apprêtèrent a soutenir cette guerre.

174592 Ils jurèrent : "Quoi qu'il advienne,

175593 Nous ne quitterons pas le champ de Lausanne".

176594 Ils devaient y camper d'abord pendant sept ans.

177595 Ile tinrent leur serment.

178596 Sept ans ils campèrent devant Lausanne.

179597 Cela ne les fit pas avancer d'un pas.

180598 Tous les assauts qu'ils firent

181599 Ne portèrent nul tort à Makaire.

182600 Le Rhône entourait la ville de ses larges flots :

183601 Il ne se souciait pas du serment du roi.

184602 Ecoutez l'histoire de l'épouse d'Aiol, la douce,

185603 Ce qui lui advint de manière fâcheuse,

186604 Lorsqu'on l'amena Jeune mariée à Langres.

187605 Elle conçut un enfant la première nuit,

188606 Celle-même où Makaire le saisit à l'heure de matines.

189607 Ecoutez maintenant une histoire pitoyable.

190608 La femme gisait la douloureuse,

191609 Et son fruit se faisait lourd.

192610 La femme était dans son neuvième mois.

193611 Dieu, qui est bon et fidèle,

194612 La délivra de deux garçons,

195613 Les plus beaux qui pussent être.

196614 Ce fut le nuit dans le premier sommeil.

Notes

1 Aiol, chanson de geste, publiée d'après le manuscrit unique de Paris par Jacques Normand et Gaston Raynaud, S.A.T.F., Paris 1877, Introduction, pages xxxv/xxxix.

2 Fragment d'une ancienne traduction ou imitation en vers thiois de la chanson de geste d'Aiol dans : Bulletins de l'Académie Royale des Sciences, des lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 32, 1863.

3 Aiol et Mirabel und Elie de St Gilles, zwei altfranzösische Heldengedichte mit Anmerkungen und Glossen und einen Anhang, herausgegeben von W. Foerster, Heilbronn, 2 vols, 1876-1882, pages 523/542.

4 Nieuwe en reeds bekende Aiolfragmenten uitgegeven door Professor J. Verdam dans : Tijdschrift voor Nederlandse Taal - en Letterkunde, 2me jaargang, 1882, pages 209/287.

5 J. Oeschamps et M. Gijsseling, De fragmenten van de Limburgse Aiol dans : Studia Germanica Gandensia, Gand, 8, 1966.

6 Sur les 500 vers intacts du texte, la répartition est la suivante : 1 vers de 6 syllabes, 16 vers de 7 syllabes, 188 vers de 8 syllabes, 265 vers de 9 syllabes, 19 vers de 10 syllabes et 1 vers de 11 syllabes.

7 Aiol, chanson de geste, o.c, Introduction, page xxxix.

8 Aiol limbourgeois vers 1/158 ; Aiol français vers 2537/2791, 2798/2800. Foerster, o.c, Anhang, Fragment I, pages 526/530.

9 Aiol limbourgeois vers 159/227 ; Aiol français vers 6611/6645, 6652/6690 Fragment découvert en 1953.

10 Aiol limbourgeois vers 228/282 ; Aiol français vers 6982/7046 Normand et Raynaud, o.c. Introduction, pages xxxvi/xxxvii. W. Foerster, o.c, Fragment II, pages 530/532 J.H. Bormans, Cf. Note 2.

11 Aiol limbourgeois vers 283/310 ; Aiol français vers 8071/8121 Fragment découvert en 1953.

12 Aiol limbourgeois vers 311/336 ; Aiol français vers 8222/8253. Fragment très abîmé.
Foerster, o.c, Anhang, Fragment III, page 532.

13 Aiol limbourgeois vers 337/398 ; Aiol français vers 8376/8406.
Fragment très abîmé.
Foerster, o.c, Anhang, Fragment IV, pages 532/533.

14 Aiol limbourgeois vers 399/439 ; Aiol français vers 8602/8646.
Fragment découvert en 1953.

15 Aiol limbourgois vers 440/584 ; Aiol français vers 8995/9075.
Normand et Raynaud, o.c, Introduction, page xxxviii. W. Foerster, o.c, Anhang, Fragment V, vers 284/428, pages 534/538.

16 Aiol limbourgeois vers 585/720 ; Aiol français vers 9180/9282.
La deuxième partie relatant le dialogue entre les époux est très abîmée.
Normand et Raynaud, o.c, Introduction, page xxxviii. W. Foerster, o.c, Anhang, Fragment V, vers 429/545, pages 539/540.

17 Aiol limbourgeois vers 720/740 ; Aiol français vers 9348/9354, 9389/9393. W. Foerster, o.c, Anhang, Fragment V, vers 546/567, pages 540/541.

18 Aiol limbourgeois vers 742/764 ; Aiol français vers 9685/9688, 9704/9710 W. Foerster, o.c, Anhang, Fragment VII, vers 569/591, page 541.

19 Aiol limbourgeois vers 764/781 ; Aiol français vers 10075/10077, 10086/10094, Normand et Raynaud, o.c, Introduction, pages xxxviii/xxxix.
W. Foerster, o.c, Anhang, vers 592/609, page 542.

20 W. Foerster les a publiés en partie en note à la page 542 de son édition d'Aiol et de Mirabel.

21 J. Verdam, o.c, pages 209/255.

22 Le manuscrit a été découvert à Breda, vers 1880, lors d'une vérification d'anciens registres de rente, il servait de couverture a un petit livre de rentes du xvème siècle. Ce manuscrit se compose de trois feuilles doubles de parchemin, comportant 1200 vers, répartis en deux colonnes de 50 vers par page, d'une écriture nette et lisible.
A l'heure actuelle, il se trouve aux archives municipales de Breda. Le texte est écrit en vers de 8 à 11 syllabes gui riment deux par deux.

23 H. Van Dijk, les chansons de geste en moyen-néerlandais, dans Actes du IXème Congrès de la Société Rencesvals pour l'Etude des Epopées Romanes, Padoue/Veni-se, 1982, Mucchi Editore-Modena, 1985, pages 369/374.

24 W.P. Gerritsen, les relations littéraires entre la France et les Pays-Bas au Moyen-Age, dans Actes du VIIème Congrès National de la Société Française de Littérature Comparée, Mesnil sur l'Estrée, 1967, pages 28/46.

25 Normand et Raynaud, o.c, Introduction, pages xiii/xiv

26 W. Foerster, o.c, pages 531, vers 173/176 ; page 534, vers 302/306 ; page 536, vers 357/366 ; page 537, vers 380/386 ; page 539, vers 455/456 ; page 535, vers 326/329.

27 Nous désignerons l'Aiol français par F, l'Aiol limbourgeois par L, et l'Aiol flamand par B.

Auteur

(Université de Paris IV)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540