Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

La versification anglo-normande

Dafydd Evans

Texte intégral

  • 1 O. Pâcht, C.R. Dodwell et F. Wormald, The St. Alban's Psalter, Londres, 1960. Dans le chap. 9, Pâch (...)
  • 2 'Old English and Old French Epics : Some Analogues', Guillaume d'Orange and the Chanson de geste (E (...)
  • 3 R. Pensom, Literary Technique in the Chanson de Roland, Genève, 1982.
  • 4 R. C. Johnston, Jordan Fantosme's Chronicle, Oxford, 1981 ; comparer les pages xxiii-xxxiii de son (...)

1La floraison de la littérature française au douzième siècle a ses débuts non pas en France mais en Angleterre. De la poésie que les envahisseurs normands auraient dû apporter en Angleterre il en reste bien peu ; la meilleure version, et la plus ancienne, de la Vie de Saint Alexis - si elle est vraiment d'origine normande - est conservée dans un des chefs-d'oeuvre de l'art anglo-saxon, le Psautier de St. Albans1. Les premières chansons de geste existent également dans des versions anglo-normandes. Or l'Angleterre possédait dès le neuvième siècle une riche littérature en prose et en vers. C'est pourquoi dans ma contribution aux Mélanges McMillan j'ai suggéré gue la littérature anglo-normande du début du douzième siècle ne fît gue continuer la littérature en ancien anglais2. Parmi les traits qui révèlent, à mon avis, l'influence anglaise j'en ai cité un, le nombre irrégulier de syllabes dans le vers en comparaison des modèles continentaux d'après 1150. L'intérêt porté récemment aux problèmes de la versification épique, surtout celle exemplifiée par la Chanson de Roland3 et la Chronique de Jordan Fantosme, m'encourage à développer mes remarques trop sommaires dans l'article cité (p. 29) d'autant plus que l'éditeur de Jordan Fantosme s'est prononcé en faveur de la théorie accentuelle4.

  • 5 R. Vaughan, Matthew Paris, Cambridge, 1958, et La Vie de saint Auban, éd. A. R. Harden, Oxford, 196 (...)
  • 6 La Chanson de Guillaume, éd. D. McMillan, Paris, 1949-50 ; Gormont et Isembart, éd. A. Bayot, Paris (...)
  • 7 Voir les éditions récentes du Comput (I. Short, Londres, 1984) et du Livre de Sibile (H. Shields, L (...)

2Il n'est pas difficile d'admettre que les poètes anglo-normands de date tardive (c'est-è-dire d'après 1204) aient subi l'influence de la littérature anglaise renaissante. Il est pourtant étonnant qu'un poète aussi savant que l'était Matthew Paris semble ignorer la pratique et la technique des poètes continentaux contemporains5. Mais déjà, vers 1175, Jordan Fantosme, un savant lui aussi et connaissant bien la France, révèle dans ses vers cette irrégularité syllabique. Cette même irrégularité se rencontre dans la Chanson de Guillaume et dans celle de Gormont et Isembart, toutes les deux difficiles, sinon impossibles, à dater avec précision6. Un poète du début du douzième siècle, Philippe de Thaon, écrivant un vers plus léger, montre cette même particularité7. Les poètes insulaires tels que Jordan Fantosme et Matthew Paris, employant un vers épique, semblent donc appartenir à une tradition solidement établie dès le premier quart du douzième siècle. On ne peut attribuer tous les exemples de cette irrégularité syllabique aux poètes ou aux copistes de date tardive. Comment donc expliquer cette particularité de la versification anglo-normande dès ses débuts ?

3Je propose de faire une petite expérience en prenant comme base le vers anglais qui servait pour traiter n'importe quel sujet : épopée, chronique, panégyrique, histoire laïque ou religieuse, matière didactique, formule magique, devinette. Supposons que, après la Conquête, un poète anglais parlant français, mais ne connaissant la poésie française qu'à l'état oral, ait, pour plaire à ses seigneurs de langue française, à composer un poème héroïque. Rappelons aussi que ce poème serait fortement rythmé, un chant. Il ne serait pas surprenant si un tel poète affectionnerait le vers épique et rythmé qui lui était familier.

  • 8 'La précocité de la littérature anglo-normande', Cahiers de Civilisation médiévale 8 (1965), p. 329 (...)

4Mon expérience paraîtra téméraire à ceux qui croient, comme Dominica Legge, que nous n'avons "aucun écrit en anglais ou en français entre 1066 et 1100, sauf sur les continuations de la Chronique anglo-saxonne"8. Ce jugement semble être acceptable en ce gui concerne le français, mais pour l'anglais on ne peut guère l'admettre. D'abord, pourquoi écarter le dernier poème écrit en ancien anglais, ce panégyrique de la ville de Durham composé si tôt après l'an 1100, entre 1104 et 1109 ? Et il ne faut pas oublier que la Chronique anglo-saxonne contient des poèmes ou des fragments poétiques, dont deux présentés sous les dates de 1067 et 1087.

5Quels sont les caractères principaux du vers anglais dans cette période de la décadence de l'ancien anglais et de la création du moyen anglais ?

  • 9 CL. Wrenn, A Study of Old English Literature, Londres, 1967, pp. 37-46, et B. Strang, A History of (...)
  • 10 J. Nist, 'Metrical Uses of the Harp in Beowulf', Old English Poetry, éd. R.P. Creed, Providence, 19 (...)
  • 11 J. C. Pope, The Rhythm of Beowulf, 2e éd. revue, New Haven, 1966 ; A. J. Bliss, The Meter of Beowul (...)
  • 12 Eduard Sievers, Altgermanische Metrik, Halle, 1893. Pour une étude plus récente de la versification (...)

6Le vers classique de l'ancien anglais, qui ressemble étroitement au vers employé généralement dans les autres littératures germaniques, se caractérise ainsi : il est divisé en deux parties par une césure, chaque hémistiche ayant deux accents forts, dont la position peut varier9. Dans ce vers le nombre de syllabes inaccentuées était sans grande importance, d'où il s'ensuit que sa longueur pouvait varier d'un minimum de huit syllabes jusqu'à vingt, bien que la moyenne dans les poèmes classiques tels que le Beowulf fût de dix syllabes10. Dans le vers classique les deux hémistiches étaient liés par moyen de l'allitération qui associaient ainsi les trois premières syllabes accentuées du vers. La plupart des critiques, même les plus récents, reconnaissent cette structure comme fondamentale ; ce n'est qu'avec l'interprétation du rythme, de la mesure, du rôle de la musique, qu'il y a désaccord11. Pour beaucoup d'entre eux la structure rythmique proposée par Sievers en 1893 reste encore valide12. Ce savant allemand a distingué à partir de la position des accents cinq sortes d'hémistiches, dont les plus simples ressemblent à deux pieds trochaïques ou iambiques. Certains poètes tardifs ont continué à respecter cette versification classique, par exemple les auteurs anonymes de La Bataille de Maldon, composée bientôt après 991, et du dernier poème en ancien anglais, le panégyrique de Durham. Voici un extrait du Beowulf du huitième siècle où j'ai marqué les accents principaux :

  • 13 Vers 102-8 d'après J. E. Cross, The Middle Ages, éd. W.F. Bolton, Londres, 1970, p. 15. Il n'y a qu (...)

waes se grimma gaest
maere mearcstapa,
fen ond faesten ;
wonsaeli wer
siththan him Scyppend
in Caines cynne.
ece Drihten
Grendel haten,
se the moras heold,
fifelcynnes eard
weardode hwile
forscrifen haefde
Thone cwealm gewraec
thaes the he Abel slog13.

7Je donne ensuite le début du poème sur Durham qui date des premières années du douzième siècle :

  • 14 The Anglo-Saxon Minor Poems, éd. E.v.K. Dobbie, New York, 1942, p. 27, vers 1-5.

Is theos burch breome
steppa gestatholad,
wundrum gewaexen.
ea ythum stronge,
feola fisca kyn
geond Breotenrice
stanes ymbutan
Weor ymbeornad,
and ther inne wunath
on floda gemonge14.

  • 15 Voir, par exemple, M. Roques, Romania 48 (1922), p. 43, et F.M. Warren sur la tirade lyrique, Modem (...)

8Il ne faut pas supposer que la poésie anglo-saxonne ignorait la rime : elle se trouve sporadiquement dans les vers classiques (Beowulf 1014, Maldon 271 et 282). Il existe dans le Livre d'Exeter une pièce étonnante dont je cite deux vers pour montrer une suite de quatre hémistiches monorimes ; on sait qu'un des traits caractéristiques des poèmes normands ou anglo-normands composés en octosyllabes à rimes plates est la présence de quatrains monorimes :15

  • 16 Vers 62-3 cités d'après N.D. Isaacs, Structural Principles in Old English Poetry, Knoxville, 1968, (...)

flahmah flitethe,
borgsorg biteth,
flanman hwiteth,
bald ald thwiteth16.

9Dans ces vers des plus recherchés chaque élément lexique fait partie d'un jeu de rimes en dehors des rimes à la fin des hémistiches et de l'emploi régulier de l'allitération. En cherchant des analogues, on a rapproché ces vers compliqués à ceux d'Egil Skallagrimson, grand poète scandinave du dixième siècle, qui avait fait des séjours aux cours du roi viking de York et du roi anglais. Je donne la première strophe du poème qu'il a écrit à York à la louange du roi viking :

  • 17 E.V. Gordon, An Introduction to Old Norse, 2e éd. revue, Oxford, 1957, p. 112.

Vestr fork of ver,
munstrandar mar,
drok eik a flot
hlothk maerthar hlut
en ek Vithris ver
sva's mitt of far ;
vith isabrot,
munknarrar skut17.

10Dans la dernière période de l'ancien anglais, la rime peut remplacer l'allitération comme moyen de lier ensemble les deux parties du vers. On voit ces nouvelles tendances dans les quelques poèmes du onzième siècle inclus dans la Chronique anglo-saxonne. La pièce sur la mort du prince Aldred (1036) révèle l'emploi de la rime interne dans les vers sans allitération :

  • 18 Vers 19-21, The Anglo-Saxon Minor Poems, éd. E.V.K. Dobbie, New York, 1942, pp. 24-5.

Sona swa he lende,
and hine swa blindne
and he thar wunode
on scype man hine blende,
brohte to tham munecon,
tha hwile the he lyfode
18.

11La version de la Chronique appelée de Peterborough contient le poème sur la mort de Guillaume le Conquérant (1087), qui montre la déchéance de l'ancien système de versification.

  • 19 Vers 111-5, éd. C. Clark, Oxford, 1958, p. 13.

Thet he nam be wihte
and mid mycelan unrihte
of his landleode,
for litte(l)re neode.
He waes on gitsunge befeallan
and graedinaesse he lufode mid ealle
19.

  • 20 Sur cette période de transition voir T. Turville-Petre, The Alliterative Revival, Cambridge, 1977, (...)

12Outre les rimes pleines, on remarquera dans ce poème des rimes approximatives, des assonances et consonances, et une grande variété dans la longueur des hémistiches. Ce nouveau vers a dû persister tout le long du douzième siècle soit a l'état oral soit dans la prose rythmée des sermons et des homélies20, car c'est ce vers qu'a choisi Layamon vers 1200 pour écrire son Brut, dont la source principale était pourtant le poème octosyllabique de Wace. Dans l'extrait qui suit s'affirme cette tendance à employer la rime, l'assonance et la consonance pour lier les deux parties du vers.

  • 21 Vers 1551-7 d'après G.L. Brook, Selections from Layamon's Brut, Oxford, 1963, p. 45.

and don than kings god riht and beon icnowen of his pliht,
that he hafde thene king iscend and from his borde wes iwende,
he and his cnihtes, mid muchele unrihte,
for the king him waes glad with and for he hailede in his wif,
and gif he nalde agein cumen and his gult beon icnawen,
the king him wolde after and don al his mahten,
binimen him al his lond and his seolver and his gold
21.

13Après cet aperçu sur la versification anglaise pendant la période de transition entre l'ancien anglais et le moyen anglais, je reviens à mon poète imaginaire. Il aura le choix entre deux sortes de vers. S'il suit la tradition classique, il écrira un vers ayant ces trois traits : son vers sera divisé en deux parties par une césure ; chaque hémistiche aura normalement deux syllabes accentuées ; le nombre de syllabes inaccentuées pourra varier, mais le vers aura en moyenne dix syllabes. Voici la fin de la deuxième laisse de la Chanson de Guillaume qui montre ces trois traits et que je présente en marquant la césure :

  • 22 Vers 20-27 de l'édition citée.

Un chevaler est estoers
Cil le nuncie
Iloeques est Tedbalt
Li messagers le trovad
E Esturmi, sis niés,
Od els set cent chevalers
N'i out cil
Es vus le mes
de ces paens homes ;
a Tedbalt de Burges ;
a iceles hures,
veirement a Burges,
e dan Vivien le cunte,
de joefnes homes ;
qui n'out halberc e broine.
qui les voveles cunte22.

14Pour moi le premier vers de cette chanson est un bon exemple du vers long, plus solennel, avec six syllabes accentuées, comme l'on en trouve dans le Dream of the Rood, le Wanderer, le Genesis B :

Plaist vus oir de grans batailles e de forz esturs.

  • 23 Pour Philippe de Thaon voir les éditions citées s la note 7. Deux autres pièces hexasyllabes sont L (...)
  • 24 The Anglo-Norman Voyage of St. Brendan, éd. I. Short et B. Merrilees, Manchester, 1979 ; pour une é (...)
  • 25 On trouve de fines analyses des octosyllabes anglo-normands dans O.A. Becherlegge, 'Anglo-Norman Ve (...)

15Si notre poète imaginaire a pour modèle le vers long tardif où la rime intérieure remplace l'allitération, il produira en français un couplet de vers courts monorimes dont la longueur sera variable. Au début du douzième siècle Philippe de Thaon emploie un vers plus ou moins hexasyllabe, un vers qui continuera a avoir un certain succès auprès des poètes anglo-normands, mais qui sera rare ailleurs23. Son contemporain, Benedeit, emploie l'octosyllabe sous une forme régulière, pourvu que l'on accorde à l' e dit féminin à la fin du vers une valeur syllabique24. Ces deux vers courts, plus ou moins hexasyllabe et octosyllabe, arrangés en paires à rimes plates correspondent au vers long tardif de l'ancien anglais avec rime intérieure. Mais par son accentuation et sa césure l'octosyllabe peut ressembler aussi au vers classique minimum de l'ancien anglais qui avait précisément quatre syllabes par hémistiche. Les réalisations de ces deux possibilités au douzième siècle montrent qu'un croisement a eu lieu, d'où des octosyllabes avec quatre accents et césure arrangés en couplets à rimes plates25. C'est avec ces poèmes plus ou moins octosyllabiques qu'il faut ranger la chanson fragmentaire de Gormont et Isembart gui a une forme unique parmi les chansons de geste. En comparaison des autres récits plus ou moins octosyllabiques ce poème épique montre certaines particularités ; d'abord par la structure rythmique du vers où se trouvent deux, trois ou quatre syllabes accentuées et où une césure manque assez souvent. Je cite la courte laisse XXI et le refrain qui suit, un passage où je compte trois syllabes accentués dans les quatre vers du refrain et ailleurs (dont les vers 599, 601 et 602), mais parfois deux accents seulement (vers 600, 603 et 607) :

  • 26 Vers 599-612 de l'édition citée.

Li estur fut fier e mortel,

e la bataille communel.

600

Paiens nel porent endurer,

qui travaillé sunt e penez

de la feim e esjunez.

A tant s'en sunt fuiant turnez ;

604

le rei l'en enchauça essez ;

se ne fussent barges e nes

k'il laissierent a l'ariver,

ja n'en peust un eschaper.

608

Si cum li cers se fuit la lande,

si s'enfuirent ces d'Irlande,

sis enchacerent ces de France,

reis Lowis e ses cumpainnes26.

  • 27 D'où peut-être les hésitations de Wace quant au genre de vers à employer dans son Roman de Rou (voi (...)
  • 28 Par exemple, le section qui comprend les laisses L à LXII contient plusieurs laisses très courtes e (...)

16Par sa structure rythmique ce vers épique semble indiquer une origine dans l'hémistiche classique de l'ancien anglais, plutôt que dans le vers tardif avec sa rime intérieure. Elle représente peut-être une étape dans l'évolution vers l'octosyllabe rimé qu'emploieront Benedeit, Gaimar et Wace. Quant à son sujet épique, on se rappelle que les poètes anglais employaient le même vers pour traiter n'importe quelle matière ; les premiers poètes anglo-normands font de même, employant le vers court, plus ou moins hexasyllabique ou octosyllabique, pour des sujets religieux, didactiques, historiques ou épiques27. Un deuxième écart entre le fragment épique et les autres poèmes octosyllabes est la présence sporadique dans la chanson de geste d'un refrain, un trait que ce poème a en commun avec la Chanson de Guillaume. A cet emploi d'un refrain variable il existe des analogues en ancien anglais-(Deor) et en ancien norrois, dont le poème d'Egil Stallagrimson déjà cité. Le refrain appartient à une tradition plutôt lyrique que narrative. En ancien anglais le récit héroïque était un récit continu, interrompu seulement par des mots exclamatifs en anacruse servant probablement comme indices musicaux (par exemple le hwaet du Beowulf) ou par des formules (Midsith). La laisse assonancée, ce trait qui caractérise les premières chansons de geste, paraît être une espèce de compromis entre le récit continu et la strophe : elle semble donc dériver d'une littérature où les récits se revêtent d'une forme strophique. Je pense à la littérature norroise orale que les Vikings auraient dû apporter avec eux en Normandie. La Vie de saint Alexis a une forme strophique très simple, cinq vers liés par la même assonance ; des formes strophiques semblables se laissent percevoir dans la Chanson de Guillaume28. Il faut remarquer aussi que la majorité des laisses dans le Guillaume, le Roland et le Gormont et Isambart sont courts, se rapprochant ainsi de la poésie lyrique. La chanson de Gormont et Isembart qui, parmi les chansons de geste, semble unique par sa forme, s'intègre dans cette tradition littéraire anglo-normande dérivant par certains côtés des littératures en ancien anglais et en vieux norrois.

  • 29 Voir S. Einarrson, A. History of Icelandic Literature, Baltimore, 1957, et P. Hallberg, Old Iceland (...)

17Je ne prétends nullement donc que cette influence anglaise indubitable explique à elle seule la versification des chansons de geste conservées en anglo-normand. Le fait que l'irrégularité syllabique se rencontre chez les premiers poètes anglo-normands peut s'expliquer de deux façons : soit par une forte influence anglaise s'exerçant assez tôt après la Conquête, soit par l'importation en Angleterre d'un vers français ayant en commun avec le vers de l'ancien anglais une irrégularité syllabique. Dans ce dernier cas, il faudrait attribuer ce trait à une influence germanique continentale : mais laquelle ? L'origine viking de la noblesse normande indique une influence norroise. La poésie en vieux norrois emploie à sa façon le vers pangermanique, les poètes de cour adoptant à une date reculée la rime et la strophe, introduites peut-être par ce même Egil Skallagrimson dont il a été question29. Les Francs, tout en respectant la vieille versification germanique, avaient parfois adopté la rime, comme en témoigne le premier poème franc, le Ludwigslied, qui suit le premier poème français, la Séquence de Sainte Eulalie, dans le manuscrit de Valenciennes (MS. 143, fol. 141) ; il n'est pas d'ailleurs sans importance que le premier traite un sujet héroïque, le dernier une vie de saint. Quant au syllabisme qui se trouve dans certains poèmes en ancien allemand comme en ancien norrois, le témoignage de la Vie de saint Alexis, si largement teintée d'anglo-normannismes, est incertain, bien que le nombre de vers irréguliers y soit pourtant assez réduit : 40 sur 625.

  • 30 F.J.E. Raby, A History of Christian Latin Poetry, Oxford, 1927, et A History of Secular Latin Poetr (...)
  • 31 P. Salmon parle de la "co-existence of two modes of versification, a native tradition based on stro (...)
  • 32 Le texte du poème latin est reproduit par R.C. Johnston dans son édition de la Chronique, pp. 168-9

18Pour un poème religieux ayant une source latine il faut aussi reconnaître l'influence de la poésie médiévale en latin. Cependant dans cette langue à son stade médiéval le nouveau vers accentuel, rythmique, ayant une régularité syllabique et favorisant la rime, n'était qu'en train de se développer au cours du onzième siècle30. J'admets volontiers l'influence latine comme explication principale du syllabisme du vers français au douzième siècle. Je conteste pourtant l'hypothèse que ce syllabisme se trouve partout dans les vers français avant le début de ce siècle. Une situation pareille s'était produite en Allemagne où les versifications germaniques et latine se confondaient31. Il me semble logique de supposer que l'influence latine se manifeste d'abord dans la poésie de source savante, c'est-è-dire dans la poésie religieuse et didactique. Elle expliquerait sans doute la régularité syllabique d'un Voyage de saint Brendan en comparaison d'autres poèmes anglo-normands de la première moitié du douzième siècle ; elle expliquerait peut-être aussi le remplacement de l'assonance par la rime dans les chansons de geste composées vers la fin de ce même siècle. A ce propos il est intéressant de comparer la Praedicatio Goliae, autrement connue sous le titre de Rithmus Jordanis Fantasmati, -avec la Chronique de Jordan Fantosme32. Il est bien probable gue c'est par son côté religieux qu'un syllabisme s'est introduit dans la chanson de geste.

  • 33 Voir mes notes 11, 16 et 20. R.P. Creed a présenté sa notation du débit rythmique du Beowulf dans P (...)

19Enfin, il faut reconnaître dans la préhistoire du vers français l'importance de la musique, soit sous la forme du chant, soit sous celle d'un instrument à cordes. Depuis la publication en 1942 du livre magistral de J.C. Pope sur le rythme du Beowulf, on n'a pas cessé de discuter l'apport de la musique à la forme et à la structure du vers anglais33. Outre les traits secondaires que montrent les chansons de geste anglo-normandes, tels que l'énigmatique AOI du Roland, le vers orphelin du Guillaume et les refrains du Gormont et Isembart, lesquels, selon toute probabilité, ont quelque rapport avec la musique, la mesure et le rythme du vers épique ne peuvent guère échapper à cette influence musicale. L'étude des premières chansons de geste ne profitera-t-elle pas de l'examen approfondi des discussions récentes sur le vers traditionnel de l'ancien anglais ?

  • 34 Anglo-Norman Language and Literature, Oxford, 1923, p. 79. La thèse de Vising sur la versification (...)

20Mon enquête exige que je m'aventure dans cette préhistoire de la versification française où, faute de témoignages sûrs, on avance avec prudence. Néanmoins mes recherches m'obligent à rejeter toute théorie de l'homogénéité ou de l'uniformité dans la versification française du début du douzième siècle en ce qui concerne le syllabisme. A mon avis cette versification a deux sources principales. L'une est savante, la poésie latine, rythmique, syllabique, rimée, influant surtout sur la poésie religieuse. L'autre courant, plus populaire celui-ci, vient de la versification germanique, franque, norroise, même anglaise. Je ne peux donc accepter le jugement de Vising si souvent cité, selon lequel "the fundamental principles of French verse are syllabism and rhyme, with accent and caesura as accessory elements. This system of versification was brought over to England by the Normans, and it is the form adopted in most of the Anglo-Norman poems of the twelfth century"34. Je propose à la suite de mes études sur les premiers poèmes anglo-normands d'invertir l'ordre de ces priorités et de considérer l'accentuation et la césure comme éléments primaires, reléguant le syllabisme et la rime aux poésies religieuse ou tardive.

21La versification anglo-normande, loin d'être une sorte d'aberration insulaire, pourrait être envisagée comme l'héritière d'un vers primitif français qui ressemblait fortement au vers pangermanique. C'est ce vers primitif qu'employaient, à ce qu'il me semble, les auteurs des chansons de geste apportées en Angleterre après la Conquête. Renforcée par ses contacts avec la poésie anglaise, cette versification accentuelle devient caractéristique de la littérature anglo-normande dont la précocité est due précisément à la précocité de la littérature anglaise.

  • 35 Article cité à la note 25, p. 94.

22J'espère que ma trop brève enquête contribuera à rendre moins mystérieuse ce que Bartina Wind appela dans sa remarquable étude du Tristan de Thomas "la grande énigme de la versification anglo-normande"35.

Notes

1 O. Pâcht, C.R. Dodwell et F. Wormald, The St. Alban's Psalter, Londres, 1960. Dans le chap. 9, Pâcht a proposé de voir le poème français comme une composition écrite exprès pour ce recueil, c.-à-d. en Angleterre peu avant 1123. Ce jugement a été contesté, par exemple par M.D. Legge, Medium Aevum 30(1961), 113-7.

2 'Old English and Old French Epics : Some Analogues', Guillaume d'Orange and the Chanson de geste (Essaya presented to Duncan McMillan), éd. W. v. Emden et P. E. Bennett, Reading, 1984, pp. 23-31.

3 R. Pensom, Literary Technique in the Chanson de Roland, Genève, 1982.

4 R. C. Johnston, Jordan Fantosme's Chronicle, Oxford, 1981 ; comparer les pages xxiii-xxxiii de son introduction avec l'appendice D où l'éditeur se rallie aux opinions de I. Macdonald, 'The Chronicle of Jordan Fantosme', Studies in Medieval French presented to A. Ewert, Oxford, 1961, pp. 242-58.

5 R. Vaughan, Matthew Paris, Cambridge, 1958, et La Vie de saint Auban, éd. A. R. Harden, Oxford, 1968.

6 La Chanson de Guillaume, éd. D. McMillan, Paris, 1949-50 ; Gormont et Isembart, éd. A. Bayot, Paris, 1914.

7 Voir les éditions récentes du Comput (I. Short, Londres, 1984) et du Livre de Sibile (H. Shields, Londres, 1979).

8 'La précocité de la littérature anglo-normande', Cahiers de Civilisation médiévale 8 (1965), p. 329 ; cf. "Il est donc inutile, faute d'évidence, de faire une comparaison entre la versification française et la versification anglo-normande du début du xiie siècle, et les poèmes en anglo-normand n'ont rien de commun avec ceux en anglo-saxon" (Mélanges ... Crozet, Poitiers, 1966, t. I, p. 640).

9 CL. Wrenn, A Study of Old English Literature, Londres, 1967, pp. 37-46, et B. Strang, A History of English, Londres, 1970, pp. 323-30.

10 J. Nist, 'Metrical Uses of the Harp in Beowulf', Old English Poetry, éd. R.P. Creed, Providence, 1967, pp. 27-43, et L. Rarick, 'Ten-syllable Lines in English Poetry', Neuphilologische Mitteilungen 75 (1974), pp. 66-73.

11 J. C. Pope, The Rhythm of Beowulf, 2e éd. revue, New Haven, 1966 ; A. J. Bliss, The Meter of Beowulf, 2e éd. revue, Oxford, 1967 ; T. Cable, The Meter and Melody of Beowulf, Urbana, 1974 ; et de nombreux articles, dont celui de Nist cité dans la note ci-dessus.

12 Eduard Sievers, Altgermanische Metrik, Halle, 1893. Pour une étude plus récente de la versification pangermanique consulter W.P. Lehmann, The Development of Germanic Verse Form, Austin, 1956.

13 Vers 102-8 d'après J. E. Cross, The Middle Ages, éd. W.F. Bolton, Londres, 1970, p. 15. Il n'y a qu'une seule syllabe accentuée et allitérative dans 106a et une allitération des voyelles seules dans 108. Dans mes transcriptions j'emploie le digraphe moderne th pour rendre les deux symboles anglo-saxons représentant cette paire de consonnes fricatives.

14 The Anglo-Saxon Minor Poems, éd. E.v.K. Dobbie, New York, 1942, p. 27, vers 1-5.

15 Voir, par exemple, M. Roques, Romania 48 (1922), p. 43, et F.M. Warren sur la tirade lyrique, Modem Philology 4 (1906-7), pp. 655-75.

16 Vers 62-3 cités d'après N.D. Isaacs, Structural Principles in Old English Poetry, Knoxville, 1968, p. 50.

17 E.V. Gordon, An Introduction to Old Norse, 2e éd. revue, Oxford, 1957, p. 112.

18 Vers 19-21, The Anglo-Saxon Minor Poems, éd. E.V.K. Dobbie, New York, 1942, pp. 24-5.

19 Vers 111-5, éd. C. Clark, Oxford, 1958, p. 13.

20 Sur cette période de transition voir T. Turville-Petre, The Alliterative Revival, Cambridge, 1977, pp. 6-17, et P.F. Baum, 'The Meter of the Beowulf', Modern Philology 46 (1948-9), pp. 73-91 et 145-62.

21 Vers 1551-7 d'après G.L. Brook, Selections from Layamon's Brut, Oxford, 1963, p. 45.

22 Vers 20-27 de l'édition citée.

23 Pour Philippe de Thaon voir les éditions citées s la note 7. Deux autres pièces hexasyllabes sont Le Lai du Cor, éd. C.T. Erickson, Oxford, 1973, et Perot de Garbelei, Divisiones Mundi, éd. O.H. Prior, Cambridge Anglo-Norman Texts, 1924. Vers la fin du xiie siècle, Simund de Freine a écrit deux longs poèmes didactiques en vers de sept syllabes à rimes plates ; en traitant des sujets variés, didactiques et religieux, les poètes anglo-normands ont parfois employé des strophes hexasyllabiques et octosyllabiques avec rimes couées.

24 The Anglo-Norman Voyage of St. Brendan, éd. I. Short et B. Merrilees, Manchester, 1979 ; pour une étude minutieuse de la versification voir l'édition de E.G.R. Waters, Oxford, 1928.

25 On trouve de fines analyses des octosyllabes anglo-normands dans O.A. Becherlegge, 'Anglo-Norman Versification - A Synthesis', Comparative Literature Studies 2 (1941), 11-15, et surtout dans B.H. Wind, 'Quelques remarques sur la versification du Tristan de Thomas', Neophilologus 33 (1949), 85-94. Voir aussi O.H. Prior, 'Remarques sur l'anglo-normand', Romania 49 (1923), 468-85.

26 Vers 599-612 de l'édition citée.

27 D'où peut-être les hésitations de Wace quant au genre de vers à employer dans son Roman de Rou (voir l'édition de A. J. Holden, t. 3, Paris, 1973, chap. 6).

28 Par exemple, le section qui comprend les laisses L à LXII contient plusieurs laisses très courtes et multirimes.

29 Voir S. Einarrson, A. History of Icelandic Literature, Baltimore, 1957, et P. Hallberg, Old Icelandic Poetry. Eddic Lay and Skaldic Verse, Londres, 1975.

30 F.J.E. Raby, A History of Christian Latin Poetry, Oxford, 1927, et A History of Secular Latin Poetry in the Middle Ages, 2e éd., Oxford, 1957 ; F. Brittain, The Medieval Latin and Romance Lyric to A.D. 1300, 2e éd., Cambridge, 1951 ; W. Beare, Latin Verse and European Song. A Study in Accent and Rhythm, Londres, 1957.

31 P. Salmon parle de la "co-existence of two modes of versification, a native tradition based on strong word-stress and alliteration, and an imported one based ultimately on syllable-counting and rhyme", Transactions of the Philological Society 1967, 141-2.

32 Le texte du poème latin est reproduit par R.C. Johnston dans son édition de la Chronique, pp. 168-9.

33 Voir mes notes 11, 16 et 20. R.P. Creed a présenté sa notation du débit rythmique du Beowulf dans PMLA 81 (1966), p. 33.

34 Anglo-Norman Language and Literature, Oxford, 1923, p. 79. La thèse de Vising sur la versification anglo-normande qui a eu tant d'autorité parut en 1884, c'est-à-dire avant l'étude fondamentale de Sievers sur la versification pangermanique (1893).

35 Article cité à la note 25, p. 94.

Auteur

(Université de Londres)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540