Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Le personnage de Maugis dans la tradition littéraire manuscrite néerlandaise

Bob W. Th. Duijvestijn

Texte intégral

1On trouve le personnage de l'enchanteur Maugis pour la première fois dans la chanson de geste de Renaut de Montauban, dont la base est formée par l'hostilité permanente entre le lignage de Beuve d'Aigremont et son suzerain Charlemagne.

2Charlemagne fait la guerre dans le seul but d'exterminer tout le lignage rebelle. Mais la participation des quatre fils Aymon à cette guerre a un motif essentiellement différent. Tout en sachant que leur intention de faire la guerre est en premier lieu un cas de légitime défense, leur guerre a pourtant un second objectif : l'intégration dans l'ordre féodal. Déjà après la première rencontre avec l'ennemi Renaud s'efforce de se réconcilier avec lui. A Paris, à Montessor et même à Montauban, où Charlemagne se trouve par le fait de Maugis dans les mains de Renaud, celui-ci manifeste une attitude de regret. Mais l'empereur n'est pas prêt d'accepter l'offre de soumission, tant que son cousin et compagnon d'armes ne s'est pas rendu à lui et ainsi mis hors d'état de nuire - une condition qui est posée plus d'une fois. Pourquoi ?

3Pourquoi Charlemagne se sent-il tellement menacé par Maugis ? En tout cas pas parce que Maugis est le fils de son ennemi Beuve. Le conflit entre Charlemagne et Maugis doit avoir une cause plus profonde. Pourquoi l'empereur refuse-t-il de nouveau de se réconcilier avec Maugis bien qu'il veuille se réconcilier avec tous les autres rebelles du lignage ? Par conséquent il faut bien qu'on se demande en quoi Maugis se distingue-t-il des autres vassaux-rebelles, de sorte que l'empereur nourisse une haine toute particulière pour lui.

4Donc, dans quel épisode de Renaut de Montauban, la chanson-mère de Renaud et Maugis, trouvera-t-on la première confrontation d'hostilité entre Maugis et Charlemagne ? La réponse ne doit pas tarder : dans l'épisode gascon, quand les vassaux-rebelles sont sur le point de se rendre à l'empereur. Comme un "deus ex machina" Maugis apparaît devant la ville de Vaucouleurs pour délivrer ses cousins dans l'embarras. Pourtant, ce n'est pas sa supériorité militaire qui lui donne la possibilité de vaincre l'empereur, c'est sa nature surnaturelle, sa magie, a qui Charlemagne cède. C'est par la magie que Maugis réussit a délivrer les quatre frères de leur prison. A ce fait suit un coup d'éclat encore plus spectaculaire. Il sort de la ville assiégée de Montauban pour aller au quartier général, où il endort l'empereur par sa magie, le charge sur Bayard et le ramène prisonnier chez ses cousins. C'est à l'occasion de cet enlèvement et sous la pression des pairs Roland, Tulpin, Ogier etc. que Charlemagne se réconcilie avec les quatre fils Aymon ; cependant Maugis est exclu de cette réconciliation.

  • 1 C'est à M. Ph. Verelst que nous devons ces réflexions sur le rôle de Maugis dans les différentes ve (...)

5Pour comprendre le rôle de Maugis dans la littérature médiévale néerlandaise, il est nécessaire d'insister un instant sur le rôle de notre héros dans Renaut de Montauban, où Maugis commence sa vie épique. La comparaison des différentes versions de cette chanson fait voir en ce qui concerne Maugis deux phénomènes significatifs1 :

  1. En premier lieu, au cours de cette chanson de geste, de personnage peu important Maugis devient une personnalité dirigeante dans l'action épique. Alors que dans l'épisode ardennais - le premier épisode de Renaut de Montauban - Maugis ne joue qu'un rôle secondaire, cependant à partir de l'épisode gascon, dans lequel Maugis délivre ses cousins, il apparaît de plus en plus au premier plan. Finalement, il occupe la position-clef dans le conflit entre Charlemagne et les quatre fils Aymon. A un certain moment notre enchanteur devient le plus grand obstacle aux négociations de paix entre l'empereur et les vassaux-rebelles : Charlemagne ne veut se réconcilier avec Renaud et ses frères que quand Maugis lui sera livré.

    • 2 Selon le classement de M. 3. Thomas, L'épisode ardennais de Renaut de Montauban, édition synoptique (...)

    En second lieu, le rôle ou mieux le caractère de notre héros se développe aussi à travers la tradition manuscrite de Renaut de Montauban. On peut voir gue Maugis ne reçoit le caractère magique que dans les manuscrits tardifs. Dans l'épisode ardennais - dans lequel Maugis ne joue aucun rôle important - le plus ancien manuscrit2 ne fait que quelques allusions à la haine entre Maugis et Charlemagne, mais il ne laisse pas entendre que la magie est à la base de cette haine.

6Ce sont les manuscrits tardifs qui contiennent des allusions au caractère de Maugis ; celui-ci reçoit plusieurs fois l'épithète faé ou enchanté ou il y a la référence à l'art de Tolède. Dans les autres épisodes les manuscrits tardifs justement accentuent de plus en plus l'élément magique ; ils associent de même l'épée merveilleuse Froberge et le cheval fée Bayard à l'enchanteur.

7En même temps dans les manuscrits tardifs, les épisodes dans lesquels l'habileté et la magie de l'enchanteur sont au centre, le côté comique se développe de plus en plus. Comme M. Verelst a pu le constater, il y a donc une nette amplification de ce rôle dans ce sens que les faits comiques deviennent de plus en plus autonomes et qu'ils n'ont plus rien à voir avec les anciennes données de la chanson. Par conséquent ils ne sont pas la exclusivement pour sauver les quatre frères d'une situation périlleuse. Apparemment l'élément magique constituait une garantie de succès de sorte que les remanieurs ultérieurs se hâtent d'amplifier ou même de rendre autonome l'élément magique, dont le caractère est particulièrement burlesque. Bientôt autour de notre chevalier - enchanteur naît une nouvelle chanson de geste qui raconte ses "Enfances" : Maugis d'Aigremont.

8Le point de départ de cette nouvelle chanson de geste est formé par les aspects qui dans Renaut de Montauban n'étaient pas explicites, comme la naissance de Maugis, son initiation à la magie et l'origine de Bayard, qui dans les manuscrits tardifs est associé à Maugis. Ces thèmes sont insérés dans le thème central du Maugis d'Aigremont : Maugis est à la recherche de ses parents et de son frère jumeau Vivien, de qui il est séparé depuis sa naissance.

9La popularité de la geste de Montauban était si grande qu'assez tôt son rayonnement atteignit aussi la littérature néerlandaise du moyen âge, où les chansons mentionnées ci-dessus prennent le caractère d'une adaptation très libre, voire d'un remaniement. Aux Pays-Bas elles avaient un grand succès, comme le nombre de fragments manuscrits conservés le montre.

  • 3 Le Reinolt a été édité : Reinolt von Montelban oder die Heimonskinder, herausgegeben von F. Pfaff, (...)

10Quoique la tradition manuscrite néerlandaise de la geste de Montauban soit restée fragmentaire et donc incomplète, on dispose heureusement d'une version néerlandaise intégrale de Renaut ainsi que de Maugis. La bibliothèque de l'Université d'Heidelberg possède les traductions manuscrites fidèles, pour ne pas dire littérales, en moyen haut-allemand à partir du néerlandais, datées de la deuxième moitié du quinzième siècle3. Pour décrire le personnage de Maugis et son rôle dans la geste néerlandaise de Montauban, on peut se référer aux traductions allemandes, qui donc représentent la tradition néerlandaise de nos deux poèmes.

11La chanson de geste de Madelgijs est écrite aux environs de 1300 ou un peu plus tard ; le Renout date du treizième siècle. Les deux adaptations néerlandaises naissent donc à un moment où les deux chansons françaises existent déjà depuis quelque temps et se sont probablement développées dans le sens cité plus haut. En d'autres termes, on peut supposer que des versions françaises tardives, dans lesquelles le rôle magique et burlesque de notre héros se dessina ont servi de modèle aux adaptations néerlandaises de Renout et de Madelgijs.

12Le grand succès de la légende de Montauban en France et à l'étranger est sans doute dû au rôle particulier de Maugis. Il représente le merveilleux et pouvait soutenir la concurrence avec les romans arthuriens. C'est pourquoi les adaptateurs néerlandais, sachant que l'élément magique-burlesque constitue une garantie de succès, préfèrent donner une version particulièrement comique et divertissante de la légende de Montauban.

13Nous verrons dans la suite que l'adaptateur de Madelgijs s'écarte plus de son modèle français que l'adaptateur de Renout, qui non seulement suit le cours du récit français, mais encore ne change pas essentiellement le rôle et le caractère de Maugis. C'est pourquoi nous nous arrêterons plus longuement au Madelgijs qu'au Renout.

14Dans Renaut de Montauban Maugis ne se sert guère de la ruse ou de la magie que pour aider ses cousins et pour se venger de l'empereur qui ne veut pas se réconcilier avec l'enchanteur ; dans le Renout néerlandais le rôle de Maugis devient par contre plus autonome, d'autre part plus banal et plus artificiel. L'exemple suivant peut expliquer cela :

15Dans l'épisode de la course, Maugis tue sans aucune raison un moine à qui il se confesse. Cette scène est choquante et absurde. D'abord il ment en disant que Renaud a volé ses vêtements. A la fin de la confession, qui n'a pas été sérieuse, Maugis le prie de se baisser et de prier pour lui, après quoi il assomme le moine ; ensuite il tue trois autres moines. Renaud reproche sincèrement à Maugis cet assassinat. Cet incident nous montre que dans le Renout néerlandais le rôle plus autonome de Maugis est devenu moins fonctionnel.

16Ceci est étayé par ce qui suit : M. Verelst a constaté qu'il y a dans les manuscrits tardifs de Renaut de Montauban un grand nombre d'allusions à la haine implacable de l'empereur envers Maugis qui montrent que Maugis est devenu une véritable obsession pour Charlemagne, qui ne désire que la mort de l'enchanteur. Il y a de plus en plus d'allusions au fait que l'empereur ne veut se réconcilier avec Renaud et ses frères que quand Maugis lui sera livré ; dans Renout van Montalbaen il n'y a guère de telles allusions. C'est pourquoi nous disons : dans la chanson néerlandaise de Renout le rôle de Maugis est plus autonome et moins fonctionnel et donc de moins d'importance. C'est l'adaptateur néerlandais du Madelgijs qui a amplifié le rôle de l'enchanteur Maugis. Dans la suite nous ferons plus ample connaissance avec le rôle particulier de notre héros dans Maugis d'Aigremont et dans l'adaptation néerlandaise de Madelgijs.

17Nous l'avons accentué déjè : l'enchanteur Maugis du Renaut de Montauban est devenu si populaire que les jongleurs se hâtent de composer une nouvelle chanson de geste autour de notre héros : Maugis d'Aigremont. Cette chanson s'étend sur le rôle magique de Maugis ; d'autre part la chanson de Maugis d'Aigremont est une épopée de révolte, dans laquelle à côté des combats avec les païens, la guerre entre Charlemagne et le lignage de Beuve forme le ressort le plus important de l'action - Beuve étant le père de Maugis.

18A ce point de vue il n'y a guère de différence entre le Maugis d'Aigremont et le Madelgijs ; dans les deux chansons la guerre entre l'empereur et le lignage de Beuve se concentre sur le siège de Montpellier par Charlemagne. Seulement dans la motivation de cette guerre il y a une différence fondamentale. Le jongleur de la chanson française se satisfait de la constatation que Charlemagne assiège Montpellier -le comte de Montpellier est l'oncle de Maugis. L'adaptateur néerlandais ne se contente pas de cette constatation mal fondée. Il attribue toute l'hostilité à la magie de notre enchanteur et l'explique ainsi : l'empereur se sentant si profondément blessé par la sorcellerie de Maugis part à Montpellier pour se venger du lignage de Maugis tout en sachant qu'il ne peut rien tenter contre la magie.

19Donc, c'est la magie noire par laquelle Charlemagne se sent menacé, et à bon droit. Déjà dans la chanson française Maugis est supérieur à l'empereur par son pouvoir magique, même exclusivement par son pouvoir magique. C'est pourquoi en effet Maugis recourt fréquemment à la magie, non seulement pour se maintenir militairement, mais encore pour ridiculiser et humilier l'empereur.

20Dans la chanson néerlandaise de Madelgijs cette tendance-là est intensifiée, pour ainsi dire rendue autonome. L'adaptateur néerlandais le montre clairement quand il s'explique sur la question, sur le moment où est née la haine de Charlemagne pour Maugis et sur la cause de cette haine. Ce n'est pas la chanson française de Maugis d'Aigremont qui donne la réponse ; la chanson néerlandaise - c'est-à-dire la traduction en allemand - rapporte la première confrontation de Maugis et de Charlemagne. Celle-ci nous fait savoir gue l'empereur fait la connaissance avec la magie sans contrainte, voire qu'il la souhaite ; de cette manière il devient volontairement la victime de l'enchanteur Maugis :

  • 4 Cod. Pal. Germ. 340, fol. 46rv ; la numérotation des vers est encore provisoire.

3055

Da sprach Karle von Parib :

'Lieber meyster Malagib,

Zeügt uns ychts von uwer konst'.

Malagib sprach : 'die günst

Von myner meysterschafft bin ich uch gereyt.

3060

Sagt was ir wolt ; mir wer leyt,

Det ich gegen uwern wille !.

Der konig sweig nit stille.

Er sprach in schympff und sagt :

'Dünt alle die hie sint betagt

3065

Entkleiden und nackent stan,

Und alle zumale dantzen gan'.

Malagib sprach : 'herre, das thün ich, etc4.

21C'est à dire (en résumé) :

Charlemagne dit : "Mon cher maître Maugis, faites vos preuves".
... "Qu'est ce que vous voulez voir", demande Maugis. L'empereur dit pour rire : "Faites que tous ceux qui sont présents se dépouillent de leurs vêtements et qu'ils dansent".
... Maugis dit : "Seigneur, je le ferai" etc.

22Et à partir de ce moment la colère de Charlemagne s'éveille et activée de plus en plus par de nouveaux tours, elle se transforme en une haine implacable pour Maugis. Finalement, dans la chanson française une réconciliation se fait entre Charlemagne et tout le lignage de Beuve. Dans la chanson néerlandaise de Madelgijs Maugis est expressément exclu de cette réconciliation. Cela montre gue dans le Madelgijs l'élément magique est d'importance fondamentale -plus que dans Maugis d'Aigremont.

  • 5 Dans l'édition Vernay les vss. 613-620 : Philippe Vernay, Maugis d'Aigremont. Chanson de geste. Edi (...)

23Dans plusieurs autres passages on peut constater que le merveilleux - l'élément magique donc - est plus accentué que dans la chanson française. Par exemple, quant à l'origine du pouvoir magique de Maugis le jongleur français se contente de mentionner simplement que Baudri, le frère de la fée Oriande et le père adoptif de Maugis, le lui a enseigné5. La chanson néerlandaise amplifie considérablement les circonstances de cette introduction. Dans la chanson française 8 vers sont consacrés a cet épisode ; dans la chanson néerlandaise, c'est-è-dire dans la traduction en allemand, 647 vers (Cod. Pal. Germ. 340, fol. 17r-27v). Et ensuite cette dernière donne plusieurs exemples de l'habileté magique dont Maugis fait preuve à Rocheflor, la résidence d'Oriande, ainsi qu'è l'Ecole Supérieure à Paris (Cod. Pal. Germ. 340, fol. 32v-55v).

24Il y a un autre enchanteur dans notre chanson, qui déjà a été introduit par le jongleur français : Spiet. Dans la chanson néerlandaise son rôle est amplifié fortement de sorte qu'il devient le personnage principal dans quelques épisodes. Cela montre que dans Madelgijs l'élément magique prend une place de plus en plus grande.

25D'autre part - on a pu le constater ci-dessus -l'usage de la magie recherche l'effet comique. Voyez cela dans Maugis d'Aigremont ainsi que dans les versions tardives de Renaut de Montauban. Cependant, plus fortement que dans les deux chansons françaises mentionnées, dans Madelgijs l'élément magique est transformé en sens comique. Ce comique n'est pas de nature intellectuelle ou sociale, mais bien plutôt de nature burlesque, comme l'épisode de la première confrontation de Charlemagne et de Maugis le montre.

26On ne peut compter le nombre de tours de passe-passe et de magie noire qui font mauvais effet sur le lecteur moderne. A la fin de la chanson, pendant la grande fête de réconciliation à Aigremont, l'adaptateur néerlandais fait présenter toutes sortes de tours par les deux grands enchanteurs Maugis et Spiet, parmi lesquels des tours choquants et sordides. Evidemment l'adaptateur néerlandais savait bien que l'élément burlesque pouvait compter sur l'enthousiasme du public médiéval et il était intelligent d'y faire appel. Généralement il était très sensible à l'approbation du public.

27C'est pourquoi Maugis et son frère jumeau Vivien grâce au pouvoir magique, enlèvent l'empereur endormi et l'emmènent vers Montpellier. L'adaptateur néerlandais espère beaucoup de succès de cet incident ; car ce n'est que peu après que nos héros racontent quel beau tour ils ont joué à l'empereur. Quand Charlemagne s'éveille, il raconte ce qu'il a rêvé, ainsi le public entend la même histoire trois fois de suite (Cod. Pal. Germ. 340, fol. 194r-198v).

28Il se promet le même effet du récit suivant : pendant son sommeil le roi espagnol Anthenor est attaché dans son pavillon, après quoi Maugis laisse les autres chevaliers endormis se dépouiller de leurs vêtements. Il donne une chandelle au roi et lui met un chapeau sur la tête, après quoi toute la compagnie nue danse autour de lui. Cet incident est raconté jusqu'è quatre fois (Cod. Pal. Germ. 340, fol. 124v-127r).

29Quand on jette un regard en arrière, au premier coup d'œil on voit que Maugis change à travers la tradition littéraire médiévale :

  1. D'abord, c'est-à-dire dans les anciens manuscrits de Renaut de Montauban, il est chevalier et enchanteur, mais étant enchanteur il est avant tout le compagnon d'armes et l'aide dans les luttes du lignage de Beuve d'Aigremont contre les sarrasins et contre le suzerain injuste Charlemagne.

  2. Dans les manuscrits ultérieurs de Renaut de Montauban et dans Maugis d'Aigremont le rôle magique de Maugis se développe en ce sens qu'il commence à avoir une vie propre et en même temps la magie se manifeste de façon de plus en plus comique, voire burlesque.

    • 6 Cf. Notre thèse de doctorat, vol. I, pp. 41-44.
    • 7 Cf. B. Besamusca, Repertorium van de Middelnederlandse Karelepiek. Een beknopte beschrijving van de (...)

    En général, l'adaptation néerlandaise de Renout continue ce développement de l'élément magique, mais c'est surtout l'adaptation néerlandaise de Madelgijs qui fait la part belle à l'élément magique et comique. Evidemment l'adaptateur avait ainsi atteint son but. On possède des fragments de onze manuscrits médiévaux de Madelgijs - plus que d'aucune autre chanson de geste néerlandaise. Quant à la tradition imprimée on connaît quinze éditions du livre en prose de Malegijs, toutes allant du seizième au dix-neuvième siècle6 ; de la Historie van de vier Heemskinderen (= les quatre fils Aymon) on connaît même vingt-trois éditions7.

  • 8 Dans sa communication comprise dans ces actes, intitulée Relectures de l'épopée, M. William W. Kibl (...)

30C'est l'élément magique et burlesque qui a donné ce succès formidable à la geste de Montauban aux Pays-Bas8.

Notes

1 C'est à M. Ph. Verelst que nous devons ces réflexions sur le rôle de Maugis dans les différentes versions de la Chanson de geste française de Renaut de Montauban : Philippe Verelst, Le personnage de Maugis dans "Renaut de Montauban" (versions rimées traditionnelles), dans Romanica Gandensia 18, 1981, pp. 73-152.

2 Selon le classement de M. 3. Thomas, L'épisode ardennais de Renaut de Montauban, édition synoptique des versions rimées, Bruges, De Tempel, 1962 (3 vol.).

3 Le Reinolt a été édité : Reinolt von Montelban oder die Heimonskinder, herausgegeben von F. Pfaff, Tübingen, 1885 ; réimpr. photomée., Amsterdam, Rodopi, 1969, tandis que celui de Malagis (Pal. Germ. 340 et Pal. Germ. 315) ne l'est pas. Notre thèse de doctorat contient une édition synoptique des fragments en moyen néerlandais et des passages correspondants de Malagis : B.W.Th. Duijvestijn, Der deutsche und der niederländische Malagis. Eine vergleichende Studie, Gand, 1985 (2 vol.).

4 Cod. Pal. Germ. 340, fol. 46rv ; la numérotation des vers est encore provisoire.

5 Dans l'édition Vernay les vss. 613-620 : Philippe Vernay, Maugis d'Aigremont. Chanson de geste. Edition critique avec introduction, notes et glossaire, Bern, Francke, 1980.

6 Cf. Notre thèse de doctorat, vol. I, pp. 41-44.

7 Cf. B. Besamusca, Repertorium van de Middelnederlandse Karelepiek. Een beknopte beschrijving van de handschriftelijke en gedrukte overlevering, Utrecht, HES, 1983.

8 Dans sa communication comprise dans ces actes, intitulée Relectures de l'épopée, M. William W. Kibler constate une même popularité des imprimés de l'épopée tardive ou (en ses termes) des chansons d'aventures. Ce sont les imprimés de l'ancienne épopée et des romans arthuriens qui dans la tradition imprimée du 16e ou 17e siècle sont très rarement représentées.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540