Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Le procédé de l'adaptation parodique du style formulaire : le cas de la formule "qui dont veïst"

Anna Drzewicka

Texte intégral

  • 1 Cf. J. Frappier, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, t. II, Paris, 1965, pp. 240- (...)
  • 2 A. Limentani, Il comico nell' "Entrée d'Espagne" e il suo divenire, dans : K.W. Hempfer et G. Regn (...)

1La présence dans les chansons de geste, parmi d'autres formes du comique qui s'infiltre dans le genre des une haute époque, des procédés parodiques sur le plan du langage, a été plus d'une fois remarquée. Entre autres, dans quelques études relatives aux chansons du cycle de Guillaume d'Orange, cycle, on le sait, souvent enclin au rire et au sourire, Jean Frappier, Claude Régnier, Jean-Charles Payen ont, à plusieurs reprises, rapidement signalé l'emploi des procédés propres à la technique épique à des fins comiques et parodiques1. Il s'agit, à proprement parler, d'une sorte d'autoparodie ; le style épique, en raison même de sa stéréotypie fortement marquée, se prête très facilement à être contrefait. Il suffit d'un léger déplacement d'accent, en particulier d'une discordance entre les moyens d'expression convenus et un contenu sémantique inattendu et contrasté, pour provoquer un effet de jeu et de distanciation par rapport au "sérieux" de la convention épique. Alberto Limentani parlait récemment, à propos du roman chevaleresque, de cette "distance esthétique" marquée par la présence de l'humour, distance "qui exprime, sur le plan thématique et idéologique, une conscience et fonctionne comme un avertissement au lecteur du caractère hypothétique et même utopique de la conception humaine et sociale projetée dans les images"2. La même interprétation pourrait s'appliquer au type de plaisanterie dans les chansons de geste dont on va s'occuper ici : la vision héroïque de l'homme propre à l'épopée se double ainsi, de temps en temps, d'une vision héroï-comique qui, sans mettre en question la première, dévoile pourtant ce que celle-ci contient de conventionnel, de recurrent, de "rhétorique" - et, par là même, d'"hypothétique".

  • 3 Nous employons les notions de l'épique et de l'héroïque dans leur acception courante, sans conteste (...)

2Le mécanisme du procédé est relativement simple : il consiste en ce que des signes indiquant normalement le registre héroïque s'y trouvent appliqués à des situations anti-héroïques ou, en tout cas, bien éloignées du champ sémantique de l'épopée guerrière3. Présupposant chez le destinataire une reconnaissance immédiate du modèle, due a sa familiarité avec un répertoire de formules, de schémas, de manières de dire, avec le "style formulaire" au sens large, le procédé en question permet une exploitation consciente et parfois très fine de ce style dans des contextes qui lui prêtent une coloration humoristique. Le Charroi de Nîmes et le Moniage Guillaume semblent faire de cette méthode un usage particulièrement intéressant.

  • 4 Cf. Lec. cit.
  • 5 Le Charroi de Nîmes, chanson de geste du xiie siècle éditée par J. -L. Perrier, Paris, 1966, v. 988 (...)

3Un exemple de son emploi est offert par des formules introductives, comme l'annonce du chant ou le vers d'intonation contenant l'éloge du héros, suivies d'un développement inattendu, familier ou comique. Dans le Charroi de Nîmes - le fait a été relevé par Frappier et Payen4 - les annonces solennelles se multipliant à l'intérieur de la scène de la préparation du charroi, (il y en a trois dans une seule laisse : Huimés devons de dan Bertran chanter, De cels des chars devons ore chanter et Des or devons de Guillelme chanter5), précèdent en fait des séquences descriptives et narratives essentiellement anti-épiques : travestissement des héros en vilains, mésaventures burlesques de Bertrand-le-bou-vier. D'une manière peut-être moins voyante, la première laisse, longue et composite, de la même chanson introduit à deux reprises un vers gui a tout l'air d'entonner une "sous-laisse" nouvelle, à l'aide du procédé classique, celui de nommer et de caractériser avec des attributs laudatifs le héros sujet des actions qui vont être racontées : il s'agit du vers Li quens Guillelmes fu molt gentix et ber (v. 29, 51). Mais la suite immédiate après ce début prometteur se révèle être, surtout dans le premier cas, bien surprenante : Sa venoison fist a l'Ostel porter. (v.30). Est-ce là une manifestation de cette noblesse et de cette vaillance, dont la formule citée semble appeler naturellement une illustration par des actes chevaleresques ? Dès le début du récit, Guillaume, dont on vient de décrire, en un tableau de genre gracieux, le retour de chasse, s'annonce ainsi, sinon comme un anti-héros, du moins comme un héros s'écartant de la norme épique.

  • 6 J- C. Payen, loc. cit., p. 893.
  • 7 Ibid., p. 894.

4Cet emploi irrégulier de la formule de caractérisation fait penser à une autre manifestation du même esprit de parodie, notée également par Payen sous le nom de "l'emploi intempestif des épithètes de nature"6, épithètes inadéquates et mal appliquées. Il s'agit de la célèbre scène de la colère de Guillaume qui dit son fait au roi Louis, lâche, ingrat et injuste. Or, si le même roi est obstinément qualifié dans les vers initiaux de plusieurs laisses successives, à grand renfort d'épithètes laudatives traditionnelles, le ber (1.11), li frans (1.12), li prouz (1.13), le fier (1.15), le ber (1.16), il paraît fort probable que ce n'est pas là simplement un témoignage de la puissance du cliché épique, mais bien, comme le pense Payen, un moyen de souligner l'aspect caricatural du portrait de Louis : "quelle cruauté plaisante lorsqu'ils /les clichés/ sont employés si mal à propos qu'ils en deviennent /.../ absurdes !"7.

  • 8 J. Frappier, op. cit., p. 241.
  • 9 Cf. J. Rychner, La chanson de geste, essai sur l'art épique des jongleurs, Genève-Lille, 1955, pp. (...)
  • 10 La Chanson de Guillaume, éd. D. McMillan, t. I, Paris, 1949, v. 1541 ss.

5Notons aussi que ce ne sont pas seulement des "citations" textuelles, des formules verbales toutes faites qui se prêtent à un tel emploi comique, mais qu'il suffit parfois de se servir d'un schéma syntaxique typique pour que l'effet d'imitation plaisante soit atteint. Les scènes de travestissement dans le même Charroi ne font pas rire uniquement par suite d'une situation socio-psychologique en contraste flagrant avec l'ordre des choses normalement admis dans l'épopée : chevaliers déguisés en marchands, costumes de vilains remplaçant l'équipement militaire, fierté guerrière humiliée par l'insuccès dans un mestier dont on n'est pas doctriné (c'est le cas de Bertrand ne sachant pas conduire un char). Une autre source du comique de ces passages réside dans le style même. Jean Frappier a remarqué "quelque symétrie parodique avec le motif traditionnel du chevalier vêtu d'une armure étincelante"8 dans ces descriptions du costume. Si l'on considère en effet la plus développée d'entre elles, celle de Guillaume en train de se déguiser (v. 1036 ss), on constate une identité ou une similitude remarquable de son schéma avec celui du motif de l'armement, tel qu'il a été étudié et illustré de nombreux exemples par Jean Rychner9. L'image est dynamique, le personnage est présenté au moment même d'accomplir les gestes successifs en mettant sur lui, l'une après l'autre, les diverses pièces de son équipement (à moins d'en être revêtu par un autre). Or, dans notre scène, c'est pareil pour Guillaume, dont les gestes se trouvent être signalés par la même série verbale : vesti, ceint, pent, chevaucha (correspondant de monta). Le contraste et le comique - résulte seulement de la qualité des compléments qui accompagnent ces verbes : Guillaume revêt non pas un haubert mais une gonelle de bure, il ceint non pas une épée mais un baudrier de bourgeois avec un couteau, il chevauche non pas un destrier mais une jument molt foible, etc. Il arrive aussi que les mêmes substantifs réapparaissent : estriers, esperon - mais alors ils sont dépréciés par des adjectifs (viez, pas novele) qui prennent le contrepied des épithètes laudatives normalement accolées à tout objet possédé par un héros. En somme, on se trouve en présence d'un réseau d'allusions au motif de l'armement chevaleresque, allusions tantôt positives (termes identiques, "cités"), tantôt négatives (termes contrastés), le tout soutenu par un schéma syntaxique et sémantique facilement reconnaissable (suite de propositions énumérant les parties du costume et les gestes consécutifs). Sous une forme plus simple, on retrouve le même procédé dans la Chanson de Guillaume, dans la scène de l'armement du petit Gui10 : là, le motif reste intact - mais l'épithète "petit" qualifiant brogne, heaume, épée, etc, ainsi que l'opposition du petit cavalier au grand cheval introduisent dans cette description légèrement parodique une note d'humour tendre, bien caractéristique à toute apparition de Guyot l'"enfant".

6Un cas particulièrement subtil de cette variante allusive du procédé me semble être fourni par deux vers descriptifs du Moniage Guillaume /deuxième rédaction/, placés au moment ou Guillaume, revenant du marché, atteint la "vallée aux brigands", prochain théâtre du guet-apens et de la mêlée héroï-comique. Voici ces vers :

  • 11 Les deux rédactions en vers du Moniage Guillaume, éd. W. Cloetta, t. I, Paris, 1906, 2ème rédaction

1154

Grant sont li caisne et li fau et li tramble,

Li destrois fors, la valee soutaigne11.

7Il n'est sans doute pas abusif d'y reconnaître un calque syntaxique presque parfait de la célèbre évocation récurrente du paysage pyrénéen dans la Chanson de Roland, surtout sous sa forme des vers 1830-31 :

  • 12 La Chanson de Roland, éd. J. Bédier, Paris, 1922.

Halt sunt li pui e tenebrus e grant,
Li val parfunt e les ewes curant
12,

8mais aussi avec un souvenir possible de la version des vers 814-815 comportant le mot destrois :

Halt sunt li pui et li val tenebrus,
Les roches bises, les destreiz merveillus.

9Cependant, tandis qu'à Roncevaux ce paysage sauvage et grandiose, faisant son apparition, en fond de tableau, l'espace d'une seconde, s'harmonisait à merveille avec la menace lourde d'une catastrophe, l'écho de cette évocation dans le Moniage appartient à un registre bien différent. Il est vrai qu'ici également un danger imminent - l'attaque attendue et annoncée des brigands - menace le héros ; le ton et le climat de tout le récit ainsi gue les précautions prises par Guillaume permettent pourtant d'escompter un dénouement heureux, et la tension du moment tient du "suspense" d'un récit d'aventures pas trop sérieux, où l'on prend plaisir a faire et à se faire peur. Entre les hauts puys d'un pays lointain et les arbres familiers - chênes, hêtres, trembles - de la forêt, la distance n'est pas seulement géographique. Le ton, haussé à dessein, devait prendre à cet endroit, dans le contexte du Moniage, une résonance parodique ; et il semble légitime de supposer l'auteur de cette chanson, qui a donné tant de preuves d'un réel talent littéraire, capable de cette finesse.

10Les deux démarches parodiques distinguées jusqu'ici : reprise littérale d'une formule épique et imitation d'un schéma syntaxique propre au style "sérieux" de l'épopée, se rejoignent et se soudent en un tout dans le cas qui va nous occuper plus particulièrement - le cas de la formule Qui dont veïst.

  • 13 Cf. A. Iker Gittleman, Le style épique dans "Garin le Loherain", Genève, 1967, p. 143.
  • 14 Cf. D. Poirion, Le Roman de la Rose, Paris, 1973, p. 19. Dans le t. I des Fabliaux français du Moye (...)

11On reconnaît là une formule introductive des descriptions, fréquente dans les chansons de geste, moins fréquente pourtant, à ce qu'il semble, que sa variante plus simple, La veïssiez. Faute d'une statistique représentative à l'échelle du genre tout entier, je me réfère ici au décompte effectué par Anne Iker Gittleman dans le texte de Garin le Loherain,La veïssiez (ou Dont veïssiez) apparaît cent cinquante fois, La oïssiez - dix-huit fois, tandis que Qui donc veïst (parfois Qui donc oïst) n'a été relevé que dans cinquante-deux exemples13. D'ailleurs, l'expérience courante de la lecture des textes médiévaux semble donner la primauté numérique à la forme la veïssiez qui, débordant le cadre de l'épopée, se répand un peu partout - on la retrouve par exemple dans le Roman de la Rose où, selon Daniel Poirion, elle sert à "suggérer l'enthousiasme" pendant la scène du bal dans le jardin14. C'est que cette formule très brève, suivie d'une série d'éléments "visuels" (ou "auditifs") syntaxiquement et sémantiquement parallèles (type fréquent : tant + substantif + infinitif ou participe) forme un tour simple et commode pour introduire une description.

  • 15 Raoul de Cambrai, éd. P. Meyer et A. Longnon, Paris, 1882.

3471

Dont veïssiés fier estor esbaudir,

Tante anste fraindre et tant escu croissir,

Tant bon hauberc desrompre et dessartir,

Tant bon destrier qui n'a soign de henir ;

Tant pié, tant poig, tante teste tolir.15.

  • 16 A. Iker Gittleman, op. cit., p. 143.

12"Dans sa fréquence, sa mobilité, les possibilités syntaxiques qu'il offre" - dit A. Iker Gittleman - ce groupe de mots est presque un mot-outil"16.

13Par contre, la forme Qui dont veïst, plus rare, implique une structure plus complexe. Il est vrai que dans bien des cas elle sert simplement, tout comme la veïssiez, à précéder une énumération d'infinitifs évocateurs d'un tableau ; par exemple :

  • 17 Raoul de Cambrai, éd. cit.

5084

Qi li veïst son escu embracier,

Sa bonne espée tenir et paumoier,

Son hardement doubler et engraigner !17.

14Cette énumération suppose alors, à la fin, un point d'exclamation que les éditeurs des textes ne manquent pas d'ajouter, l'expression initiale prenant ici un sens et un ton emphatiques - "ah, si quelqu'un avait vu ..." - bien plus intenses que dans la constatation objective : "là, vous auriez vu ...".

15Cependant cette variante de l'emploi de Qui dont veïst est en réalité un emploi imparfait et, à ce qu'on peut croire, secondaire, puisque la formule s'y trouve tronquée. Sa forme complète suppose une suite venant après la série -si longue soit-elle - d'infinitifs et dotant enfin d'un verbe le sujet qui du début de la phrase ; suite dont la fonction est d'insister sur l'héroïsme mémorable des actes racontés (type : De grant barnage li peûst souvenir) :

  • 18 Girart de Vienne par Bertrand de Bar-sur-Aube, éd. W. Van Emden, Paris, 1977.
  • 19 Raoul de Cambrai, éd. cit.

5214

Qui donc veïst l'un vers l'autre adrecier,

et les espiez brandir et paumoier,

et les destriers a esperons coitier,

au deus meillors les poïst en proisier

de tot le mont por lor droit derrenier !18.

2707

Qi li veïst son escu manoier,

Destre et senestre au branc les rens serchier,

Bien li menbrast de hardi chevalier19.

16Ou bien, sous une forme légèrement différente, déjà dans la Chanson de Roland :

3483

Ki dunc veïst cez escuz si malmis,

Cez blancs osbercs ki dune oïst fremir

E cez escuz sur cez helmes cruisir,

Cez chevalers ki dunc veïst caïr

E humes braire, contre tere murir,

De grant dulor li poüst suvenir !

  • 20 S. Kay, The Epic Formula : a Revised Definition, dans "Zeitschrift für französische Sprache und Lit (...)

17On voit que la structure d'ensemble de la formule (dont diverses variantes sont évidemment possibles), dépassant le groupe de mots figé qui l'ouvre (type : qui dont veïst), en fait une unité sémantique plutôt que métrique, dans le sens où l'entend Sarah Kay20. Ou peut-être, comme on l'a déjà dit, cette formule réunit-elle les deux procédés : reproduction mot-à-mot d'un hémistiche - et similitude plus souple dans un cadre syntaxique et lexical analogue.

18Tous ces éléments structuraux qu'on vient de distinguer sommairement dans les deux formules - La veïssiez et Qui dont veïst - ont une finalité descriptive et surtout évocatrice ; ils servent, comme le remarquait Poirion à propos du Roman de la Rose, à suggérer l'enthousiasme ou, au moins, à actualiser un tableau, à le rendre présent aux auditeurs et, en même temps, à nouer un contact émotionnel d'admiration commune entre le narrateur et son public. On songe aux reporters sportifs à la radio s'exclamant à un moment passionnant du match : "Ah, quel dommage que vous ne pouvez pas le voir !". Surtout, le caractère accumulatif de la formule permet de faire revivre ainsi aux yeux des auditeurs des spectacles synthétiques et dynamiques : mêlée générale, armée en marche ; par exception, comme l'a remarqué A. Iker Gittleman pour Garin le Loherain, tableaux pacifiques (scènes de conseil par exemple). Il semble d'ailleurs que Qui dont veïst, avec sa variante possible Qui li veïst, sert souvent, contrairement à La veïssiez, à glorifier des prouesses individuelles des héros, à commencer par Olivier dans la Chanson de Roland :

1970

Ki lui veïst Sarrazin desmembrer,

Un mort sur altre geter,

De bon vassal li poüst remembrer.

19Quoi qu'il en soit, le spectacle évoqué est bien, en règle générale, un spectacle épique : il s'inscrit dans la thématique et dans la topique de l'épopée héroïque, militaire.

20Or, il semble particulièrement facile et même tentant de transformer cette formule à la fois descriptive et émotionnelle, évocatrice et admirative, en une plaisanterie. Il suffit de remplir le cadre lexical et syntaxique, si bien préétabli, d'un contenu sémantique nullement chevaleresque. Le contraste obtenu assure alors un effet parodique et héroï-comique inévitable auprès d'un public qui reconnaît d'emblée un tour fréquent dans l'épopée et mesure la distance.

21Il est significatif que les laisses du Charroi de Nîmes déjà abondamment citées ici à propos de la formule "annonce du chant" et des descriptions du déguisement offrent en même temps une accumulation inouïe de passages introduits par Qui dont veïst. On en trouve quatre en l'espace de 65 vers : vv. 964-969, 983-987, 1007-1009, 1027-1028. Mais que racontent ces passages ? La préparation du charroi par les vilains ; l'acte "héroïque" de Bertrand qui consiste à se plonger dans la fange pour soulever avec ses épaules la roue du char enfoncé ; la chevauchée, bien peu noble, des pseudo-marchands sur leurs piteuses bêtes de somme. Citons un exemple particulièrement complet :

964

Qui dont veïst les durs vilains errer

Et doleoires et coigniees porter,

Tonneaus loier et toz renoveler,

Chars et charretes cheviller et barrer,

Dedenz les tonnes les chevaliers entrer,

De grant barnage li peüst remembrer.

  • 21 J. Frappier, op. cit., p. 240.

22Jean Frappier parlait d'"un humour d'ordre littéraire qui se manifeste par la pompe du style et l'emploi intensif de formules et de tours épiques alors que l'inspiration héroïque perd évidemment de sa majesté"21. On ne saurait mieux dire, et on pourrait appliquer la même définition aux initiatives des deux rédactions du Moniage Guillaume lorsqu'elles insèrent le Qui dont veïst à propos de la colère terrible de Guillaume face aux larrons :

585

Qui li veïst lors la teste hocier,

Les dens estraindre, et la color cangier,

Paour l'en peust prendre,

(1ère rédaction)

23ou a propos du massacre qu'il fait des moines (1ère rédaction, v. 760-761, 771-773) et de la fuite éperdue de ceux-ci à travers le cloître (2ème rédaction, v. 1955-1957). Il s'agit bien d'un combat :

760

Ki li veïst a la terre fouler

Et de ses poins mout ruistes cols douner !

(1ère rédaction)

24Le second hémistiche du dernier vers pourrait même trouver place dans un emploi "sérieux" de la formule, mais le contexte ne laisse aucun doute sur le caractère burlesque de la scène, et le rapprochement rend peut-être le contraste encore plus frappant.

  • 22 Il est étonnant que L. Gautier ne l'ait pas saisi : cf. J. Frappier, op. cit., p. 240 et note 3.

25Dans les cas où la structure formulaire est complète, c'est-à-dire couronnée par la continuation du Qui dont veïst initial, un problème se pose : cette clausule "commémorative", élogieuse envers les actes racontés là où le ton est sérieux, que deviendra-t-elle, dans l'emploi parodique, après une série d'images anti-épiques ? Il résulte de la confrontation des exemples fournis par le Charroi et le Moniage que plusieurs solutions sont ici à envisager. La première consiste à garder l'éloge tel quel : De grant barnage li peüst remembrer (Charroi de Nîmes, v. 969, 987). Quand on vient d'apprendre que les actions qualifiées ici avec le mot noble barnage ce sont la besogne artisanale des vilains évoquée à grand renfort de termes techniques et, de la part des chevaliers, le simple fait d'entrer dans les tonneaux, on ne peut manquer de sourire : l'effet est comique par antiphrase22. Il est aussi possible de modifier l'expression traditionnelle par inversion, en se servant de son antonyme négatif : ainsi à propos des chevaliers conducteurs du charroi dans leur accoutrement insolite et sur leurs montures dégradantes :

1027

Ses veïssiez encontremont errer,

De male gent vos peüst remenbrer.

26De male gent, non pas de bone, comme on s'y attendrait normalement. On est aux antipodes de l'éloge et, cette fois-ci, le texte du Charroi ne le cache pas, en explicitant l'opposition, en mettant le point sur le i.

27Mais il y a encore une troisième possibilité : celle de renoncer au motif de l'appréciation ou du souvenir, bon ou mauvais, que le spectacle aurait pu laisser à celui qui y aurait assisté, et de le remplacer par une conclusion originale de la phrase, adaptée aux circonstances et supposant, chez ce spectateur, une autre réaction psychologique (il faut bien qu'il y ait une telle réaction pour combler l'attente suscitée par l'ouverture hypothétique du "si on avait vu, si vous aviez vu ..." initial). Voici Guillaume face aux larrons qui mettent sa patience à l'épreuve :

585

Qui li veïst lors la teste hocier,

Les dens estraindre, et la color cangier,

Paour l'en peüst prendre.

(Mon. Guill., 1ère réd.)

28Fort expressive grâce a son emplacement (vers orphelin, en fin de laisse), cette conclusion inattendue, supposant l'effroi du témoin inexistant de la scène, ne se laisse guère prendre au sérieux : comme dans l'évocation éloquente de la valée soutaigne, ici encore il s'agit d'une peur surfaite, disproportionnée par rapport aux circonstances, démentie par le comique de la description, d'une peur qu'on se fait à dessein, par jeu.

29Et voyons encore les résultats de la colère terrible de Guillaume revenu au couvent sain et sauf et se tournant maintenant contre les perfides moines qui avaient cherché sa perte :

1955

Qui dont veïst ces moines desrouter,

Parmi l'encloistre et entor ces pilers,

Rire en peüst et avoir grant pité.

(2ème réd.)

30Ce joli vers final, qui définit si bien le climat de tant de scènes dont Guillaume est le héros - le rire mêlé à l'émotion - ne laisse plus aucun doute : il indique sans ambiguïté la déviation intentionnelle du procédé stylistique traditionnel qui vient de s'opérer. Qui dont veïst, impliquant, dans l'épopée sérieuse, une réaction d'admiration, mène ici tout droit vers la dérision, modérée cependant d'une certaine tendresse indulgente. De tels cas semblent les plus intéressants : on voit nettement avec quelle souplesse désinvolte, avec quelle adresse hardie pouvaient être maniées les formules les plus stéréotypées. Ils supposent en même temps, chez le destinataire du texte, familiarisé avec le répertoire des formules, la capacité de saisir au vol chaque irrégularité, chaque nuance nouvelle, de l'apprécier et de s'en réjouir.

31L'analyse de l'emploi parodique de la formule Qui dont veïst qu'on vient de présenter n'est basée que sur une étude un peu plus poussée de deux chansons de geste - particulièrement imprégnées de comique, il est vrai - et sur un sondage rapide d'autres textes épiques ; ses conclusions demanderaient à être vérifiées après une recherche plus exhaustive. Cependant même les quelques cas étudiés ici suffisent, je crois, à faire saisir le mécanisme de l'emploi parodique du style formulaire et à en faire apprécier l'ingéniosité et la variété subtile. Il s'agit là de menues nuances stylistiques ; mais c'est souvent au moyen de telles nuances que, dans la poésie médiévale, l'originalité se fraye le chemin à travers la stéréotypie, l'invention à travers la convention. La distance parodique prise par le genre, si traditionnel, de la chanson de geste par rapport à lui-même aide bien cette invention à percer et à sortir au plein jour.

Notes

1 Cf. J. Frappier, Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, t. II, Paris, 1965, pp. 240-242 ; C. Régnier, dans : La Prise d'Orange, chanson de geste de la fin du xiie siècle, éditée par …, Paris, 1977, p. 31 ; J. -C. Payen, Le "Charroi de Nîmes", comédie épique ? dans : Mélanges de langue et de littérature du Moyen Age et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, t. II, Genève, 1970, pp. 893-897.

2 A. Limentani, Il comico nell' "Entrée d'Espagne" e il suo divenire, dans : K.W. Hempfer et G. Regn éds, Interpretation. Das Paradigma der europäischen Renaissance-Literatur. Festschrift für A. Noyer-Weidner, Wiesbaden, 1983, p. 61 (cité d'après le résumé dans : "Bulletin Bibliographique de la Société Rencesvals", 16, 1983-84, p. 30).

3 Nous employons les notions de l'épique et de l'héroïque dans leur acception courante, sans contester pour autant l'opinion de Marguerite Rossi que des éléments comiques peuvent bien s'intégrer dans l'univers de l'épopée ; cf. M. Rossi, Huon de Bordeaux et l'évolution du genre épique au xiiie siècle, Paris, 1975, p. 436-438. C'est seulement après avoir rédigé cet article que nous avons pris connaissance de l'analyse, contenue dans ce livre, d'un problème analogue au nôtre à propos de Huon de Bordeaux et de la position nuancée prise par Mme Rossi au sujet de l'emploi parodique des formules épiques, ibid, p. 439 ss. Cf. aussi Mario Mancini, Società feudale e ideologia nel "Charroi de Nîmes", Firenze, 1972, p. 161.

4 Cf. Lec. cit.

5 Le Charroi de Nîmes, chanson de geste du xiie siècle éditée par J. -L. Perrier, Paris, 1966, v. 988, 1022, 1034.

6 J- C. Payen, loc. cit., p. 893.

7 Ibid., p. 894.

8 J. Frappier, op. cit., p. 241.

9 Cf. J. Rychner, La chanson de geste, essai sur l'art épique des jongleurs, Genève-Lille, 1955, pp. 132-138.

10 La Chanson de Guillaume, éd. D. McMillan, t. I, Paris, 1949, v. 1541 ss.

11 Les deux rédactions en vers du Moniage Guillaume, éd. W. Cloetta, t. I, Paris, 1906, 2ème rédaction.

12 La Chanson de Roland, éd. J. Bédier, Paris, 1922.

13 Cf. A. Iker Gittleman, Le style épique dans "Garin le Loherain", Genève, 1967, p. 143.

14 Cf. D. Poirion, Le Roman de la Rose, Paris, 1973, p. 19. Dans le t. I des Fabliaux français du Moyen Age, éd. Philippe Ménard (Genève 1979) on note deux exemples de l'emploi - nettement parodique - de Qui donc veïst (De Boivin de Provins, v. 181-2 et Des trois dames de Paris, v. 68-69), à côté de cinq cas de la veïssiez (oïssiez).

15 Raoul de Cambrai, éd. P. Meyer et A. Longnon, Paris, 1882.

16 A. Iker Gittleman, op. cit., p. 143.

17 Raoul de Cambrai, éd. cit.

18 Girart de Vienne par Bertrand de Bar-sur-Aube, éd. W. Van Emden, Paris, 1977.

19 Raoul de Cambrai, éd. cit.

20 S. Kay, The Epic Formula : a Revised Definition, dans "Zeitschrift für französische Sprache und Literatur" 93, 1983, pp. 170-189. - Je me base ici sur le résumé de cet article dans "Bulletin Bibliographique de la Société Rencesvals" 16, 1983-84, pp. 27-28.

21 J. Frappier, op. cit., p. 240.

22 Il est étonnant que L. Gautier ne l'ait pas saisi : cf. J. Frappier, op. cit., p. 240 et note 3.

Auteur

(Université de Cracovie)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540