Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Le merveilleux dans la chanson d'Antioche

Robert Deschaux

Texte intégral

1Avec l'épopée de croisade, l'intervalle de temps qui sépare la date de rédaction du poème des événements qu'il prétend rapporter est singulièrement plus court que pour les chansons de geste inspirées de l'époque carolingienne. C'est ainsi que de trois siècles et plus il se réduit à moins d'un siècle pour la Chanson d'Antioche qui passe pour la plus ancienne de la catégorie et qui relate en 9582 alexandrins groupés par laisses monorimes la première phase de la première croisade, phase qui s'achève par le double siège d'Antioche terminé le 28 juin 1098. On s'accorde à dater le poème lui-même, que nous lisons dans le remaniement de Graindor de Douai, des deux dernières décennies du xiie siècle, vers les années 1180-1190. Rappelons aussi que Graindor a utilisé la chanson perdue de Richard le Pèlerin, témoin oculaire, au moins partiellement, des faits évoqués : "cil qui la fu," dit de lui Graindor au vers 8377. A l'instar du petit Turold qui apparaît sur la tapisserie de Bayeux, ce Richard semble avoir été une sorte de "trouvère aux armées", chantre friand d'exploits individuels, soucieux d'assurer son pain et, pour cela, serviteur zélé des barons artésiens, ses compatriotes si l'on en croit Mme Suzanne Duparc-Quioc, la récente et savante éditrice de la Chanson.

2Puisque désormais grâce à elle nous disposons d'un solide instrument de travail, il nous a paru digne d'intérêt d'examiner dans ce poème les manifestations et le rôle du merveilleux et, plus précisément, de chercher si la relative proximité de l'histoire et de la Chanson avait eu quelque incidence à cet égard, permettant de distinguer la chanson de croisade de la chanson de geste carolingienne. Pour cette enquête comme pour les réflexions qu'elle suscitera, nous utiliserons les précieux articles et ouvrages que la critique de ces dernières années a mis a notre service. Nous les mentionnerons au cours de l'exposé. Notre entreprise vise donc, à propos du merveilleux, à une sorte de mise au point, à une appréciation plus rigoureuse, aujourd'hui facilitées par le progrès de la science, qu'il s'agisse d'édition ou de critique littéraire.

***

3Le réalisme parfois à peine soutenable dont témoigne la Chanson d'Antioche crée un climat de tension qui conditionne l'auditoire. Tortures et mutilations infligées aux prisonniers, cadavres déterrés dont les têtes tranchées sont fichées sur des pieux ou utilisées comme projectiles, scènes de famine et d'anthropophagie, nous préparent a admettre des événements encore plus excessifs. En fait, pour conduire au merveilleux, outre la distance qui, selon Claude Cahen, "empêchait en Occident de ramener les exploits des Croisés à leurs dimensions humaines" (Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, Aubier-Montaigne, 1983, p. 209), nous pouvons discerner trois voies d'accès.

4La première est le traditionnel recours à l'agrandissement et à l'exagération épiques. Malgré la déclaration préliminaire de l'auteur au vers 66 : "Segnor, n'a point de fable en la nostre cançon", la lutte dans laquelle sont engagés les Croisés prend aisément une dimension gigantesque dont voici quelques exemples relevés au cours du récit. Mille chevaliers chrétiens pleurent de compassion devant le deuil de Conon dont le fils vient d'être tué par Soliman (v. 2540), lequel Soliman s'évanouit peu après a quatre reprises à la vue des Croisés qui menacent (v. 2850). Le destrier de l'émir Fabur est capable de courir vingt lieues sans ralentir sa vitesse (v. 3042) ; et quand Gontier d'Aire capture ce fabuleux coursier, ayant tué huit Turcs pour cela, vingt mille paiens se lancent à sa poursuite (v. 3086). Huon de Saint Pol peut décapiter à la suite quatorze Turcs (v. 3541), et Godefroi de Bouillon fendre en deux un adversaire dont une moitié, restée en selle, est ramenée au camp par sa monture (v. 3691). Raimbaud Creton, laissant son cheval sur la berge, traverse la rivière à la nage, va tuer cent Turcs réfugiés sous un pont et en contraint cent autres à la noyade (v. 3832, 3879). Le roi sarrasin Margos, quoique âgé de plus de cent ans, n'a pas abandonné le service des armées (v. 5010) ; de son côté, la mère de Corbaran se trouve sur le champ de bataille à plus de cent quarante ans (v. 5257). Enfin, c'est par centaines de milliers que se comptent à plusieurs reprises les combattants, les cadavres ou les chameaux du butin (v. 51, 5227, 9340, 9356).

5Autre voie d'accès au merveilleux, l'atmosphère parfois fantastique qui entoure des peuples mal connus et reflète la crainte superstitieuse qu'ils suscitent, surtout quand ils ont la peau noire" et n'ont de blanc sur eux que seuls l'oeil et la dent" (v. 5247). Considérés comme étant une deffaee gent (v. 129), i. e. un peuple ensorcelé, les adversaires des Croisés passent pour être de connivence avec le diable "qui nous veut enchanter" est-il dit aux vers 126 et 2409, et qui, croit-on, a édifié pour eux les murailles de la citadelle d'Antioche (v. 6445). Inquiétante aussi la vieille mère de Corbaran, car mieux que la fée Morgue elle connaît les secrets du soleil et de la lune, des étoiles et du tonnerre (v. 5256). Notons que le malaise est réciproque puisque, de leur côté, les Turcs ont peur d'être capturés grâce à des maléfices (v. 2286) et font des Tafurs, alliés des Croisés, des êtres diaboliques puisqu'ils combattent nus (v. 2296). Quant à Soliman, l'un des chefs païens, il est si allergique au christianisme que "quant de Diu ot parler si se grate et defrote" (v. 1130).

6L'avenue majeure pour conduire au merveilleux est, bien entendu, la foi militante gui anime les acteurs du conflit comme le narrateur lui-même. Dès le début du poème, nous apprenons que c'est pour Dieu que les Croisés ont enduré tant de peines (v. 24) et qu'en retour ils en attendent pour leur âme une glorieuse récompense après la mort (v. 26, 58, 155). Pareille confiance sera souvent réaffirmée au cours de la chanson (v. 77, 118, 141, 3454). L'objet propre de la croisade est de venger le fils de Dieu mis en croix et de libérer des Infidèles les lieux saints où il a vécu (laisses IV et V). Les Croisés sont d'ailleurs convaincus que le Christ en personne a dirigé leur expédition (v. 144). Non moins passionnément leurs ennemis, le "lignage Antechrist" (v. 99), sont attachés à leurs dieux : Apollin, Mahon, mais aussi Tervagan et Cahu, qu'ils servent dévotement parce qu'ils ont en eux pleine confiance, même si, parfois, ils leur adressent des reproches (v. 1803, 1824, 2502, 9112). Invoquant Mahomet, l'émir Corbaran l'appelle : "mon Dieu qui fait croître le blé" (v. 5050). Et ces dieux ne manquent pas de recueillir les âmes de leurs fidèles à l'heure de la mort (v. 1420, 8021). Le conflit des humains apparaît donc là aussi comme le prolongement de celui de divinités qui ont à faire la preuve de leur supériorité (v. 3745) et que l'adversaire ne se prive pas de dénigrer en cas d'échec (v. 7348).

7On le constate, le recours de la part du conteur à l'exagération épique, l'atmosphère parfois fantastique dont s'entoure l'aventure guerrière, surtout la foi des combattants des deux camps, font en sorte que l'univers de la chanson n'est déjà plus un univers purement humain, rationnel et logique. Les divinités adverses sont présentes de part et d'autre et se doivent d'intervenir dans des affaires terrestres qui les concernent, ce qui est à proprement parler le merveilleux.

***

8Ce merveilleux, comment se manifeste-t-il dans la Chanson d'Antioche ? Il apparaît d'une part sous forme de révélations concernant l'avenir, d'autre part sous forme d'interventions assurant aux Croisés la maîtrise du présent. Pour ce qui est de l'avenir, la prophétie, le songe prémonitoire et la vision manifestent aux hommes avec plus ou moins d'éclat la présence de Dieu, sa puissance ou sa volonté.

9A en croire l'auteur de la Chanson, qui le proclame à deux reprises dans les laisses IX et X, le Christ lui-même a prophétisé la venue et la victoire des Croisés lorsque, sur le Golgotha, il annonça à Dimas le bon larron que mille ans plus tard viendrait d'outre-mer un peuple qui le vengerait et libérerait le Saint Sépulcre. Autre prophétie, moins solennelle mais impressionnante tout de même, celle qu'énonce la vieille mère de Corbaran à son fils accouru de Perse pour libérer Antioche de l'emprise des Croisés. A ce fils qui s'imagine la tâche facile en raison du petit nombre des ennemis, elle rappelle la toute-puissance de leur Dieu, dont témoignent des exploits tels que le passage de la Mer Rouge ; à cet homme de guerre gui observe que les Croisés sont aussi des hommes de chair que le fer et l'acier peuvent atteindre, elle signale que leur Dieu les a toujours tirés des mauvais pas. Elle sait, ajoute-t-elle, que son fils ne sera pas tué dans la bataille mais subira une humiliante défaite. Elle évoque enfin l'ancestrale prédiction selon laquelle un peuple d'Occident viendrait s'emparer de "nos terres". Or, l'observation des étoiles annonce que ce temps est arrivé. Mais devant l'incrédulité de son fils, elle abandonne l'armée et rentre dans son pays.

10Le songe prémonitoire est une autre façon de dévoiler l'avenir. Nous en relevons trois dans la Chanson, qui font au merveilleux une part plus ou moins grande. Le premier, qui occupe la laisse CCXXXV, est celui de Bohémond de Sicile, l'un des chefs de la croisade. Lors du siège d'Antioche, il voit dans son sommeil les murs de la ville entourés d'un cercle d'or lumineux. Alors gue les Sarrasins lui annoncent la mort de Mahomet, lui-même est élevé vers le ciel par la lune et le soleil et recouvre la terre de son haubert. Un palais de la ville s'abaisse devant lui, des chevaliers en escaladent le rempart, mais leur échelle se brise et Bohémond se réveille. Pareil songe encourage cependant Bohémond à poursuivre le siège entrepris.

11Est rapporté peu après le songe de l'émir Datien, gardien de six des cinquante tours de la ville. Ce Turc à gui les Croisés ont élégamment restitué le fils capturé lors d'une sortie, rêve qu'il est devenu chrétien par le baptême (v. 5729 sq.). A deux reprises un messager céleste lui ordonne de livrer la ville aux Croisés, il lui indique même la manière de procéder : qu'il fabrique une échelle de cuir qui, lancée aux assiégeants, leur permettra de franchir le rempart. Ce que Datien se résout à exécuter à partir de peaux de cerf, avant d'aller avertir Bohémond. Mais surpris par sa femme, fervente mulsumane, il doit se débarrasser d'elle en la précipitant du haut de la muraille (v. 5915 ss).

12Le troisième songe est celui de Sansadoine, fils de Garsion l'émir d'Antioche (v. 6611-6628). A Corbaran de Mossoul, chef de l'armée de secours, qui jure de couper la tête à tous les Croisés, Sansadoine déclare avoir vu en songe sortir d'Antioche ours, lions, léopards, sangliers, serpents et dragons. Ces redoutables animaux dévorent ou mettent à mort jusqu'au dernier les hommes de Corbaran, avant que le sol ne s'effondre dans un épouvantable tremblement de terre. Prédiction qui se réalisera malgré l'incrédulité de Corbaran, puisque les Sarrasins seront vaincus sous les murs d'Antioche et que la citadelle même sera ébranlée au moment du combat final.

13Proche du songe est la vision, qui révèle encore plus directement la volonté divine, sans recours à l'image ni au symbole. La Chanson d'Antioche en contient également trois. La première est la plus déterminante puisqu'elle est à l'origine de la croisade elle-même. La chanson débute en effet par la vision dont est gratifié Pierre l'Ermite lors de son pélerinage au Saint Sépulcre. Le Christ lui apparaît durant son sommeil pour lui enjoindre d'aller quérir les chrétiens : qu'ils viennent délivrer "les saintismes reliques que tienent li felon" (v. 74). Cet ordre divin si précis confirme l'appel au secours du patriarche de Jérusalem. S'empressant d'obéir, Pierre gagne l'Europe, rencontre le Pape et, par deux fois, grâce à lui, seront réunies les troupes qui entreprendront la croisade.

14Une deuxième vision est celle du prêtre de l'église Sainte-Marie d'Antioche (v. 7115 sq). Alors que la ville assiégée est en proie à la famine, Jésus se montre à lui en songe, accompagné de la Vierge Marie et de Saint-Pierre. Sans se laisser impressionner par la clarté gui les entoure, le prêtre supplie aussitôt le fils de Dieu en faveur des malheureux Croisés. "C'est parce qu'ils ont couché avec femmes païennes et chrétiennes que j'ai dû mettre fin à mon appui", répond le Christ. L'intercession de Pierre et de Marie apaise toutefois Notre-Seigneur gui promet son aide dans les cinq jours à venir si les coupables font pénitence. Le Christ disparu, le prêtre transmet le message aux intéressés. Peu après, les Croisés briseront l'assaut des païens et iront manger le repas préparé pour leurs ennemis.

15Un autre Pierre, un pèlerin, par une autre vision, apprendra un peu plus tard de l'apôtre Saint-André où creuser dans Antioche pour découvrir la lance gui perça le corps du divin crucifié, lance dont la possession procurera aux Croisés une victoire qui se fait attendre (v. 7202 sq). Effectivement, douze terrassiers exhument la sainte relique. Pareille découverte ranime l'ardeur des combattants qui jurent de poursuivre la lutte jusqu'è la prise de Jérusalem. Lors du combat décisif contre Corbaran, la sainte lance sera portée par l'évêque du Puy, représentant et légat du pape.

16Prophéties, songes et visions, ces diverses manières d'éclairer l'avenir, si elles font connaître aux humains les intérêts et les intentions de la puissance divine, leur laissent toutefois le soin d'agir en conséquence. Par la se trouvent respectées la liberté et la responsabilité de ceux à qui il incombe de les traduire en actes. Mais dans la Chanson d'Antioche la puissance divine ne se contente pas d'annoncer, d'exhorter et d'encourager. De façon encore plus éclatante elle participe activement à la lutte des Croisés par des interventions proprement miraculeuses.

17Notons tout d'abord que la plupart des cataclysmes mentionnés à divers moments du récit, cette tempête de sable qui fait mourir de soif hommes et chevaux (v. 2200), ces orages extraordinaires qui éclatent en plein hiver (v. 3428), apparaissent à tous comme des événements strictement naturels. De même, la famine, qu'elle soit consécutive aux difficultés de communication (v. 3418) ou aux rigueurs du blocus (v. 6976), relève d'un ordre purement accidentel. Pourrait passer pour un signe favorable du ciel, mais le poème nous laisse le soin de le supposer, la foudre venue de l'Ouest qui s'abat une nuit sur le camp des païens avec tant de violence que les Sarrasins doivent changer d'hébergement (v. 7244). Seul le tremblement de terre qui précède la reddition finale de la citadelle est reliée à l'action de la milice céleste (v. 9576).

18Deux miracles par contre éclatent au grand jour et sans aucune ambiguïté. C'est l'avis du narrateur pour la traversée du pont de Fer ou plutôt de Ferne (terme désignant la rivière de l'Oronte). De cet ouvrage redoutable, flanqué de deux tours à chaque extrémité, le jeune Enguerrand de Saint Pol permet la capture. Ayant suivi à travers un gué un païen venu épier les Croisés, sans éveiller l'attention il parvient a couper la chaîne qui tient le pont levé (v. 2616). A son appel, ses compagnons conduits par Hugues son père passent sans coup férir sur l'autre rive. En la circonstance, dit le poète, Dieu "fist a nos François un miracle vaillant" (v. 2629).

19Plus spectaculaire le miracle du prêtre décapité. Au début du poème, lorsque les Croisés arrivent à proximité de Nicée, les troupes unies de Corbaran et de Soliman les surprennent au camp à l'heure de la messe. Beaucoup sont tués, d'autres s'enfuient, alors que l'officiant demeure et prie le Seigneur d'achever la messe à sa place. Mais lorsque Soliman a tranché la tête, le corps décapité termine lui-même le saint Sacrifice. Ce miracle déclenche la colère de Saladin fils de Soliman, qui y voit le présage de la défaite : "Dex en est coureciés, si com il m'est avis" (v. 5559), déclare-t-il à son père. Ce meurtre sans gloire sera évoqué plus tard, au vers 1213, lorsque la ville sera sur le point d'être perdue par Soliman.

20Le miracle décisif, dans la Chanson d'Antioche, reste l'intervention répétée de saint Georges et de saint Démétrius, intervention solennellement annoncée à deux reprises par l'évêque du Puy (v. 1311 et 7720). Nos deux saints, après avoir participé à la poursuite des Turcs en fuite dans la vallée de Gurhénie lors de la bataille de Dorylée (v. 2179), contribuent à la défense nocturne du camp de Godefroi auprès d'Antioche (v. 2784). Alors que les Croisés ne les ont pas identifiés, leur aide est officiellement reconnue par le roi Soliman lui-même (v. 5115) qui précise que Georges et Démétrius étaient accompagnés de saint Denis et placés sous la haute autorité de saint Michel (v. 5120). C'est lors du combat final sous les murs d'Antioche que les deux saints secondés cette fois par saint Maurice et saint Mercure (ce dernier gonfanonier de la troupe céleste), conduisent une armée d'un demi million d'anges à cheval, plus blancs que neige de février ou que fleurs en pré (v. 9487), et assurent à des Croisés qui s'épuisaient la maîtrise définitive de la ville d'Antioche. Ici encore un chef païen se porte témoin de cette présence : au moment où il livre la citadelle à Bohémond, l'amiral qui en était responsable déclare que la panique suscitée par l'intervention céleste a décidé du sort du combat. C'est d'ailleurs sur cette révélation que s'achève le poème.

21Il semble cependant que l'on n'abuse pas du miracle dans la Chanson d'Antioche. A la différence de trois autres textes qui relatent aussi les supplices infligés au chevalier Renaut Porquet, le chant V du poème ne dit rien du fait extraordinaire qui aurait suivi sa mort : lorsque les païens l'eurent décapité, ils jetèrent la tête de Renaut dans le camp des Croisés. Relevée de terre par l'évêque du Puy, cette tête se mit à rire en signe de la joie éternelle qu'elle possédait désormais (in signum adquisiti gaudii, dit le traité latin d'Etienne de Bourbon, éd. Lecoy de la Marche, p. 188). Ajoutons enfin que, de leur côté, les divinités païennes ne manifestent guère leur sollicitude à leurs fidèles. Le Mahomet animé qui trône chez le Soudan de Perse et qui impressionne si vivement los Sarrasins, repose en fait de façon ingénieuse sur des aimants qui permettent le mouvement de la statue métallique sans qu'elle soit jamais renversée, jusqu'au moment où Sansadoine, fils et envoyé de l'émir d'Antioche, la jette à terre de dépit et lui monte sur le ventre car il sait les menaces qui pèsent sur sa ville (v. 4877). Toutefois on nous dit un peu plus tard que le Mahomet qui exhorte les Sarrasins contre les Croisés est actionné par un diable qui fait parler la statue, grâce à quoi renaît la confiance (v. 5306).

***

22L'examen auquel nous venons de procéder nous inspire les réflexions suivantes sur la présence, le rôle et la nature du merveilleux dans la Chanson d'Antioche. Que le merveilleux vienne se greffer sur des événements historiques récents heurte le lecteur moderne qui se demande si l'auditoire d'alors avait si peu d'esprit critique pour admettre de pareils embellissements. La comparaison avec des oeuvres du temps a prétention plus nettement historiographique montre que sur ce point il n'y a pas grand écart avec notre poème. Mme Duparc-Quioc a fait dans les notes de son édition des rapprochements convaincants. Si le miracle du prêtre décapité ne figure pas dans l'Histoire anonyme en latin de la première croisade qui parle seulement de martyre (p. 12), les diverses apparitions du Christ et des saints y sont mentionnées et surtout l'intervention finale de la milice céleste signalée aussi par Robert le Moine dans sa chronique latine en prose (voir éd. Duparc-Quioc, p. 466). On se fera une idée de la mentalité du temps en lisant, dans le récent ouvrage de Claude Cahen déjà cité, l'extrait, publié en annexe de "l'unique récit conservé d'un témoin oculaire indigène de la prise d'Antioche par les Croisés". Il s'agit du récit du moine arménien Hovannès "à la fin d'un manuscrit copié par lui au monastère de Saint-Barlaam dans la ville haute d'Antioche pendant les opérations militaires de 1098". En voici deux phrases révélatrices : "Comme la capture d'un lieu aussi fortifié n'était pas au pouvoir des hommes, Dieu puissant par ses conseils procura le salut et ouvrit la porte de la miséricorde". Deuxième citation : après la victoire, les Croisés "s'appliquèrent à eux-mêmes le cantique prophétique : "Je te glorifie, Seigneur, parce que tu t'es chargé de moi et tu n'as pas, à cause de moi, donné la joie à mon ennemi" (o.c. 221-222). Si le miracle n'est pas explicitement défini, l'intervention divine est affirmée comme élément décisif de la victoire du peuple de Dieu. Il n'est donc pas étonnant que figure dans la Chanson d'Antioche un merveilleux" dans lequel (je cite encore Claude Cahen, p. 104), à vrai dire, avaient baigné les Croisés eux-mêmes".

23Quant au rôle du merveilleux, il est manifeste qu'il contribue à la finalité idéologique, religieuse et politique du poème. D'une part il justifie une vision manichéenne du monde où le blanc s'oppose au noir, où le bien affronte le mal ; d'autre part, il renforce l'invitation pressante exprimée dès le début de la chanson a partir combattre en terre sainte :

"Nostre Sire vos rueve en Jhersalem aler,
Le deffaee gent ocire et afoler
Ki Deu ne voelent croire ne ses fais aorer
Ne ses commandemens volentiers escouter,
Se crois ne son Sepucre aidier ne delivrer,
Mahom et Tervagan destruire et craventer
Et fondre lor ymages et a Deu presenter,
Sainte eglise refaire et mostiers restorer,.."
(v. 128-135)

24Dans son Etude historique et littéraire de la Chanson d'Antioche, parue en 1969 chez Picard, Lewis Sumberg considère le poème de Graindor comme un excitatorium à la troisième croisade (p. 361) et le situe après que le Saint Sépulcre fut retombé aux mains des Infidèles le 2 octobre 1187. Mme Duparc-Quioc serait d'avis de le dater antérieurement à cet événement (Etude critique, p. 139). Quoi qu'il en soit, le merveilleux n'est nullement senti dans notre poème comme pure fiction ou simple ornement littéraire : l'extraordinaire qu'il exprime relève de l'authentique bien plus que de l'imaginaire. Il contribue à cet "effet d'intensité", il vise à susciter cet "élan militaire" dont parle D. Poirion dans son Précis de littérature française du Moyen Age (PUF, 1983, chap. II, p. 59-82), et qui font de la Chanson d'Antioche "un chant de guerre" au service d'une chrétienté qui se sent menacée. Et cela, même si, en définitive, le recours au merveilleux fait en sorte que les combattants de la Chanson d'Antioche, a la différence de ceux du Roland, ne sont plus entièrement responsables de leur sort ni maîtres de leur destin.

25Enfin, pour ce qui est de la nature du merveilleux, alors que l'on peut estimer excessive et même déplacée l'intervention aussi flagrante du surnaturel dans un poème qui se veut relation fidèle et sans fable d'une réalité vécue quelques dizaines d'années auparavant, on peut aussi, en s'inspirant d'observations de d. Poirion contenues dans son ouvrage sur le Merveilleux dans la littérature française du Moyen Age (coll. Que sais-je ? n°1938, 19B2), considérer qu'il n'y a pratiquement pas de merveilleux dans la Chanson d'Antioche si, par merveilleux, il convient d'entendre l'étonnement devant l'étrangeté, l'emprunt à une autre tradition, la réception d'une autre culture. Le surnaturel qui y figure en effet est d'inspiration presque exclusivement chrétienne, mises à part de rares notations concernant la religion musulmane telle que se la représentaient les Croisés ainsi que l'auteur du poème.

26Pour notre part, utilisant le sous-titre qu'a donné Claudine Caillet-Villard à sa récente thèse sur "Merveilleux et société à travers les romans arthuriens du xiie siècle", thèse présentée dans le dernier numéro de Perspectives Médiévales (n°11, juin 1985, p. 59-62), nous parlerons d'un "merveilleux apprivoisé", dans la mesure où ce merveilleux prend valeur non pas seulement de refuge et de stimulant comme dans les romans considérés, mais d'argument décisif utilisé pour entraîner à l'action, pour fonder comme dans l'Islam le lien entre croyance et action, pour faire du christianisme une religion de combat et de la guerre sainte un devoir.

27L'étude du merveilleux dans la Chanson d'Antioche nous a, somme toute, éclairés sur la forme et la mise en oeuvre de l'imaginaire dans une chanson de croisade, et, par suite, sur la fabrication du texte et la raison d'être d'un poème qui relève plus encore de la poésie héroïque que de la poésie épique. Mais le merveilleux que nous avons rencontré n'apparaît guère différent, en définitive, dans ses manifestations comme dans ses finalités, de celui qui caractérise la chanson de geste carolingienne. Certes, chronique et historiographie se font ici plus précises et plus contraignantes et rendent moins facile l'harmonisation avec le surnaturel. Mais prophéties, apparitions et miracles demeurent inspirés par des croyances, des mentalités, un système social et des préoccupations comparables. Bref, "le second âge épique de la noblesse française" selon l'expression de Karl-Heinz Bender, n'aura pas apporté d'innovation à cet égard.

Auteur

(Université de Grenoble)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540