Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

"Aix-la-Chapelle, foyer de l'histoire épique et spirituelle du royaume franco-allemand"

Marianne Cramer-Vos

Texte intégral

  • 1 Voir Mircéa Eliade, Traité d'histoire des religions, Paris, Fayot.

1"Tout temple, tout palais et, par extension, toute ville sacrée, toute résidence royale peuvent s'identifier à une "montagne sacrée". C'est ainsi qu'ils mériteront le prestige d'être un Centre"1.

  • 2 A notre époque, les "moyens artificiels de transcendance" sont souvent mis en équation avec la tech (...)

2Par cette affirmation, l'érudit roumain Mircéa Eliade, réduit divers phénomènes à quelques métaphores sacrées. Tout ce qui est important a des tendances centralisatrices. C'est ainsi que le pilier central d'une maison, si l'on raisonne par analogie, peut se comparer au centre du monde. Cet ardent désir qu'éprouve l'homme de se rallier à un centre est "caractéristique de sa condition dans le cosmos. C'est la nostalgie qu'il ressent pour le paradis" ! C'est la convoitise qu'il manifeste de se trouver au coeur du monde. C'est le "propre du sacré de dépasser par des moyens naturels, la condition humaine2.

  • 3 Pierre Lavedan : "Existe-t-il un urbanisme roman ?" Selon lui, les villes romanes étaient surtout c (...)

3En effet, la condition humaine veut se trouver au centre du cosmos. Il s'ensuit donc que l'homme a souvent eu tendance a construire en cercle concentrique la ville de sa communauté afin que le centre soit protégé, vénéré et sacré. De plus, la forme circulaire tend à exprimer un idéal, celui de la perfection. Il va de soi que les caractéristiques circulaires de ces villes provenaient aussi de l'adaptation à l'environnement naturel : rivière en forme d'arc, colline circulaire, au sommet de laquelle, donc au centre de la ville3, s'est construit un temple, un monastère ou une résidence royale.

  • 4 Voir la planche I de Lavedan, p. 462. "Jérusalem" d'après une gravure par Hartmann Schedel. Il y a (...)

4Au Proche-Orient, en particulier, les enceintes des villes entourées de remparts qui encerclaient la citadelle étaient souvent construites en forme circulaire. Même si Jérusalem, la "ville par excellence", n'avait pas été construite selon un plan parfaitement circulaire, l'ancienne capitale de la Judée était fréquemment représentée comme une ville circulaire4. Ne devons-nous pas nous rappeler que :

Les représentations de Jérusalem relèvent du symbolisme le plus élevé. C'est le monde même, la création divine, que la théologie médiévale envisageait comme une série de cercles concentriques : ... au centre, la terre, puis les treize sphères concentriques : sphera aquae, sphera aeris, sphera ignis, sphera lunae, etc.

5Jérusalem, en effet, n'exprimait-elle pas cet ardent désir de l'homme d'avoir une capitale spirituelle ?

  • 5 Ces sphères concentriques réapparaissent, évidemment, dans Dante. Autour de l'église de Martres-Tol (...)

6Rome, honorée comme la seconde Jérusalem, avait pour St. Pierre et même pour St. Augustin, les aspects circulaires d'une ville comme Babylone5, dont les enceintes remontent à 3 000 ans avant notre ère.

7Le village Gruissan, dans l'Aude à 2 kilomètres de la Méditerranée, est blotti en cercles concentriques sur les rives en arc d'un étang. Au centre de ce village concentrique se trouve la Tour Ancienne dite de Barberousse.

8La cité ronde d'Urach dans les Alpes de Souabe en Allemagne mérite également notre attention car elle a été construite en cercles concentriques autour de son église et, comme nous venons de constater, la ville de Strasbourg entre le bassin des remparts et les bras du Rhin.

9Le Mont Saint Michel, de même, a été bâti au xiie siècle en cercles autour d'une splendide abbaye bénédictine qui se dresse sur son rocher de granit.

10Voilà donc certaines villes médiévales qui, comme Aix-la-Chapelle, ont été construites en cercles concentriques.

11La capitale de l'Empire de Charlemagne a été, en toute logique, conçue en forme d'enclos circulaire dont le centre symbolisait déjà le rayonnement culturel dans tout le Royaume Franco-Germanique. De par son histoire et sa nature, Aix, conçue en capitale idéale, incarnait déjà la notion d'un centre sacré.

12En examinant le sens profond de cette ville historique, nous constatons qu'Aix-la-Chapelle était, dès sa fondation, le carrefour de la nation française naissante et de l'Empire Germanique. Rappelons qu'à Aix, capitale mythique de l'épopée rolandienne, le Roi des Francs, de 771 à 814, a été couronné Empereur d'Occident ; il a exercé ses attributs impériaux de 800 à 814, tout en étant glorifié dans la plupart des épopées de son règne. C'est ainsi qu'il a donné un immense prestige à Aix-la-Chapelle. Ainsi que je l'ai déjà indiqué dans ma conférence au Ville Congrès de notre Société Rencesvals à Aix-en-Provence : "Il faut voir en Charlemagne une "figura Christi" ; il est d'une façon mystique l'égal de Dieu comme le Melekh ancien. Charlemagne possède ainsi des rapports immédiats, c'est-à-dire sans intermédiaire avec Dieu".

  • 6 "Speculum Historiale" est le titre d'une série d'articles sur l'histoire en honneur de Johannes Spö (...)
  • 7 Voir le même ouvrage, p. 382.
  • 8 Voir le même ouvrage, p. 383. (Aujourd'hui encore, Aix-la-Chapelle est un centre pour les textiles (...)
  • 9 Voir le même ouvrage, p. 385. Le renvoi 61 est ainsi libellé : "Petrus a Beeck, Aguisgranum : 'Expi (...)

13Fondée en l'an 770, selon les chroniques médiévales6, Aix-la-Chapelle, à la suite du couronnement de Charlemagne, devient la capitale du Royaume Franc. Charlemagne exerce alors le pouvoir politique qui émane d'Aix-la-Chapelle. Celle-ci représentait le siège du gouvernement, le foyer de l'érudition, ainsi que le centre économique en ce qui concerne l'élevage des ovins et la production de la laine7. De plus, les sources thermales d'Aix "aqua illa colida ex terra scatente"8 étaient appréciées certes pour leur rôle économique et leurs traitements médicaux. De surcroît, ces eaux thermales étaient révérées grâce à leurs effets salutaires sur le plan spirituel9. A la même époque, Charlemagne exerçait de plus en plus d'influence comme guide spirituel. En l'an de grâce 1165, il a été canonisé sous Barberousse, Empereur d'Occident.

  • 10 Comme à Jérusalem.
  • 11 Meuthen, même ouvrage, p. 382. (Konrad souligne le même fait au sujet de Jérusalem, peu après sa fo (...)
  • 12 Voir Labande, "Le pèlerin médiéval".
  • 13 Cité par Meuthen, même ouvrage, p. 290.

14Aix-la-Chapelle, d'autre part en dispensant de nombreuses reliques10, se distinguait des autres capitales. Ces reliques ont ainsi tissé la tramme des divers aspects de son histoire : "Die Heiligtümer bilden den roten Faden dieser Stadtgeschichte"11. Les néophytes se rendront ainsi en pèlerinage à ce "Wallfahrtscentrum"12. C'est ainsi que les Saxons "gens illa magnum devocionem (sic) habet ad locum et urbem istam magnaque multitudine accurrit ..."13

  • 14 Pour les "Heiligsprechung Karls", et "Reliquienvereh-rung", etc, voir Meuthen, même ouvrage p. 387. (...)

15En somme, il est surprenant de constater que, même dans les annales laïques comme le "Reich" ou "Stadt Aachen", les aspects sacrés d'Aix-la-Chapelle sont soulignés, tels que le couronnement de Charlemagne, sa sainteté, et les pèlerinages, voire les sources thermales14. Selon les annales ecclésiastiques, Aix était révéré comme un lieu saint de prière, de baptême et de guérison miraculeuse.

  • 15 Voir le même ouvrage.

16En tenant compte de ces nombreux atouts, tant sur le plan géographique et architectural15 que sur le plan psychologique et spirituel, il en faut peu à l'imagination pour se figurer qu'Aix-la-Chapelle était, de par sa nature intrinsèque, l'idéale cité de la vie spirituelle, une nouvelle Jérusalem sur terre. Je suis d'avis que le poète du "Roland d'Oxford" en était convaincu.

DE CIVITATE DEI - "Ad Ais, ad sa capele".

17En tenant compte de la richesse culturelle et politique d'Aix-la-Chapelle, on peut conclure que le poète épique représente la capitale du Royaume des Francs sous la tutelle de l'Empereur Charlemagne, afin de décrire de la façon la plus succincte une cité aussi diverse.

  • 16 Voir les vers 56, 135, 435, 726, 1409, etc. L'accent tonique tombe toujours sur "Ais".

18Comment a-t-on pu cristalliser autour d'une seule ville les multiples aspects de la haute civilisation médiévale ? Au lieu d'analyser avec notre logique cette cristallisation, apprécions-la tout simplement, car elle est redevable à l'émerveillement du génie poétique. La ville d'Aix est en effet évoquée plutôt que décrite, comme dans une ballade, en refrains, en ritournelles et en épithètes rituels16. Toute explication rationnelle d'une telle richesse relèverait de la typologie.

  • 17 L'historicité des faits, des souverains, des lieux sacrés et célèbres est un facteur important dans (...)

19La ville d'Aix, malgré son caractère historique, nous donne à croire qu'elle incarne Jérusalem même dans le domaine artistique sous ses divers aspects17. Le raffinement artistique de la Cité de Dieu selon Saint Augustin est parfaitement clair. Afin de mieux approfondir les multiples domaines artistiques d'Aix-la-Chapelle, je vais mettre en évidence ceux qui se rapportent au foyer, aux thermes, à la capitale, à la cour de justice ainsi qu'à la Maison, comme ils sont évoqués dans la "Chanson de Roland".

a) Le Foyer :

20De prime abord, il est à noter que toute ville, tant pour les amis que pour les ennemis, est un foyer béni qui vous met à l'abri du danger. Pour certains, c'est leur lieu de naissance, pour d'autres, le refuge, et pour tous, le foyer, le centre de leur vie. Dans la citadelle, vivaient les femmes et les enfants, (ceux de Charlemagne, de Roland, d'Olivier et aussi de Ganelon). L'enceinte fortifiée de la citadelle n'impliquait pas l'aventure, mais la sécurité, la sainteté et la chasteté. Fidèles étaient les épouses des guerriers. Il est à remarquer en effet que le terme "dame" qui impliquait parfois la folâtrerie et même la perversion, brille par son absence dans les narrations de la "chanson de Roland".

  • 18 L'opposition typologique inhérente à Saragosse, ainsi qu'elle est exprimée par Ganelon : "Sarraguce (...)

21De plus, l'église, capella, fait partie intégrante et à part égale, de ce terme hautement symbolique qu'est le foyer. Parfois même, l'expression "ad sa capele" est utilisée pour englober à la fois l'église et le foyer. Le foyer des chevaliers se glorifie d'être aussi la chapelle de Charlemagne. Bâtisse d'architecture romane, âpre et austère (dont certaines parties se dressent encore aujourd'hui), ce foyer incarnait la rude vigueur de la foi de l'époque. Vers ce centre de paix et de vénération, les chevaliers, souvent en croisade, reviennent après leur "martyrie et pénitence". Durant leurs combats, ils espéraient toujours revenir au foyer, au gîte, au "repaire", ce dernier terme provenant du latin "repatriare". Distante, mais chaleureuse et lumineuse, la ville brille de tout son éclat, ainsi qu'il est indiqué dans le vers 3618 : "En France, ad Ais repairer". Cette force centripète de la notion de foyer et de sécurité est souvent exprimée comme dans les vers 135 et 151. La Fête d'un saint était l'aimant qui attirait le chevalier au foyer. A compter des fêtes pascales, la Saint Michel était au milieu de l'année ecclésiastique, tout comme la Saint Sylvestre dans l'épopée symbolisait la fin de l'année grégorienne.

  • 19 Egalement, les Sarrasins avaient exprimé leur ardent désir de rentrer au foyer (vers 597 et 2732).

22En fin de compte, s'exprimait ainsi la nostalgie de rentrer au foyer, celle des Français en livrant leur dernier combat, puis de Roland, leur chef, et ensuite de l'Empereur lui-même19. Cet ardent désir de rentrer est réalisé en toute hâte, après avoir remporté la victoire. Citons, à ce sujet, le vers 3696 : "Entresqu'à Ais ne volt prendre sujurn". En s'éloignant d'Espagne, les guerriers traversent les provinces, passent les rivières, et rapidement l'Empereur "vient ad Ais, al meillor sied de France" (vers 3706).

23C'est le lieu le plus rassurant, surtout si on le compare aux vastes régions désertiques des païens, et même aux terres ravagées par la guerre. Aude, la belle demoiselle noble, vit dans ce foyer, "al meillor sied", qui constitue la meilleure preuve de son amour infaillible. La sainteté de sa mort rappelle celle du Comte Roland.

  • 20 Comparez les quatre plaques de marbre de Roland ; les quatre guerriers qui surveillaient le conting (...)

24Entourée de "quatre cuntesses"20, elle est ensevelie solennellement "en un musteir de nuneins". De toutes les façons, elle est bel et bien au foyer, car le mot "Ais" encadre les deux courtes laisses de la chanson de geste, qui décrit sa vie brève et parfaite (vers 3706 et 3734). Et c'est là que

"Mult grant honur i ad li reis dunee. Aoi.
(vers 3733).

25(Permettez qu'a ce sujet je rappelle à l'étude a paraître que j'ai faite sur "La Mort soudaine de la belle Aude dans le Roland d'Oxford", dans Marche Romane).

b) Les Thermes ("... que Deus pur vos i fist").

  • 21 Le vers 3984 semble évoquer le concept de St. Paul.

26Le vers mystérieux et partiellement illisible 3984 renferme les derniers rapports de sens entre la maison et le foyer. Une fois de plus, une noble femme, en l'occurence une reine païenne, Braminunde, est accueillie dans son nouveau domaine, dans son nouveau foyer et dans sa nouvelle foi. C'est la qu'Ais révèle dans toute sa plénitude la caractéristique inhérente b l'étymologie de son propre nom : "aquas". Le temple (capella) se trouve près des "aquas sanctas", les sources faisant écho aux rivières du Paradis. Et c'est que s'assemble toute la communauté21 :

As bainz ad Ais mult sunt granz les c(umpaignes),
La baptize(re)nt la reine d'Espaigne.
(vers 3984-85).

27La sainteté de ces lieux, célèbres grâce à leurs sources et à leurs fonts baptismaux, avait été soigneusement décrite par le poète qui prévoyait toute leur importance. La notion de foyer, de sécurité, et aussi de baptême et de salut, destinée aux chefs païens, mérite d'être citée intégralement sous ce nouveau jour :

"Quant vus (Charles) serez el palais seignurill,
A la grant feste seint Michel del Perii,
Mis avo'éz la vos siurat, ço dit ;
Enz en vos bainz que Deus pur vos i fist,
La vuldrat (Marsile) il crestiëns devenir.
Charles respunt : "Uncor(e) purrat guarir". Aoi
(vers 151-156)

  • 22 Le centre du temps. De telles tendances centripètes dans cette épopée ont été insinuées a plusieurs (...)

28Tandis que s'élaborait l'épopée rolandienne, l'Empereur fut canonisé à Strasbourg. Miraculeuse était la coïncidence de la présence en un même lieu aussi bien de la demeure impériale que des sources sacrées. Le poète souligne la sainteté du "locus" en utilisant de multiples locutions adverbiales toutes désignant un seul lieu : "el palais, a la grant feste, 22, la sivrat, enz, en bainz, i, la vuldrat". Un passage souligne parmi bien d'autres, une définition selon laquelle la ville est un véritable carrefour, car tout s'y croise, avec son rôle centralisateur et aussi son glorieux prestige. Le vers 151 signale que le gouvernement est bien centralisé ; le vers 152 souligne qu'Aix est à mi-chemin des temps liturgiques ; selon le vers 153, Aix est la destination du pélerin ; selon le vers 154, la ville est un centre pour le baptême et l'élection divine ; les vers 155, 3984 et 3987 affirment qu'Aix est un lieu de conversion volontaire. La conversion a Saragosse-Jéricho est toutefois forcée, et un peu "typique" (adunbratum) de la glorieuse conversion de Bramimunde, l'épouse de Marsile (vers 3984). Finalement, selon le vers 156, Aix est un lieu de salut ("guarisun").

  • 23 Pour cet aspect de renouveau, voir la note précédente. Le baptême reconstitue l'événement catastrop (...)
  • 24 Aix-la-Chapelle était renommée, dès le début de l'histoire de l'Allemagne, comme Centre de Baptême, (...)

29Mais revenons à la tendance centralisatrice de l'expression : "enz, en vos bainz". L'eau qui existe de tous temps, et davantage encore la source, symbolisent l'origine et le renouveau de la vie23. Un bain thermal chaud correspond à la convalescence et à la régénération. Comme nous venons de l'indiquer, l'immersion dans l'eau symbolise, pour les typologues, l'inondation24 (c'est-à-dire l'annihilation dans le chaos, préfigurant la mort et la damnation éternelle). L'émergence de l'eau symbolise le renouveau et la promesse de l'Esprit du Seigneur. Le baptême par l'eau, par l'esprit et par le feu est un thème sacré du Nouveau Testament. Dans l'épopée rolandienne, ce sacrement de premier ordre a lieu Ad Ais. En nous souvenant de la portée spirituelle de la prophétie d'Isaïe, qui se rapporte à la fois au Centre des Nations et au Verbe qui s'est fait chair, on peut affirmer qu'Aix a été célébré par le poète comme le lieu par excellence du baptême, c'est-à-dire un nouveau centrum nationum, une Nouvelle Jérusalem, la cité libre et glorieuse.

30Citons à ce porpos un extrait du Pseudo-Turpin : - "Hinc mos surrexit ut terra illa quae antea vocabatur Gallia, nunc vocatur Francia, id est, ab omni servitute aliarum gentium libera. Quapropter Francus liber dicitur, quia super omnes gentes alias decus et dominatici illi debetur. Tunc Karolus rex Aguisgranum versus Leodium perrexit, et balneos sedule calidos, limpha scilicet calida et frigida, temperatos in eadem villa paravit, et beatae Mariae virginis basilicam quam ibi haedificaverat, auro et argento cunctisque ornatibus ecclesiasticis decenter adornavit, veterisque novae legis historiis eam depingi iussit, et palacium similiter quem ipse iuxta eam haedificaverat diversis speciebus depingi. Bella namque, quae ipse in Hyspania devicit, et VII liberales artes, inter cetera, miro modo in eo depinguntur".
(Edition Meredith Jones, p. 221)

  • 25 Comparez Zacharie 13 : 1. Incidemment, Aix-la-Chapelle, en sus de ses thermes, possède un très gran (...)

31Puisque le poète décrit l'antique Jérusalem en utilisant les vocables "temple et funz", il emploie des termes analogues "capele et bainz"25, comme une "réalisation typologique", pour dépeindre le nouveau havre de paix qu'était devenu Aix-la-Chapelle. Aussi ce "siège de salut" a-t-il remplacé Jérusalem au Moyen Age pour diverses raisons politiques, typologigues et nostalgiques.

c) La Capitale

  • 26 Je n'attire pas l'attention sur cette capitale allemande de la "Römische Reich deutscher Nation", a (...)
  • 27 "Ad Ais, (al) le Siét". (v. 478), et "Ad Ais, al meillur Siet de France" (v. 3706).
  • 28 Documentation provenant dans la nouvelle édition de l'Oxford Dictionary of Etymology, édité par G.T (...)
  • 29 Etymological Dictionary (Onions) p. 642. Voir également "Palatine et Palatin, un des douze pairs de (...)

32La troisième caractéristique d'Aix-la-Chapelle, c'est d'être, devenu, avec son palais et son trône, la Capitale26 entourée de ses remparts. Dès le début de l'épopée rolandienne, Genelon menace le roi païen : "Al siege Ad Ais, serez amenét" (vers 434 & 478). Le "siège" se rapporte aux assises civiles du gouvernement d'un souverain27. L'édifice impressionnant exalte le pouvoir du monarque "le palais seignurill" (vers 151) qui domine une colline fortifiée et la vaste place fortifiée de l'entrée principale du palais. Faisons mention à ce sujet de la racine latine "palatium", - le nom prestigieux d'une des sept collines de Rome (Mons Palatinus). Le terme "paleis" se rapporte à un édifice imposant et majestueux, résidence officielle d'un roi, du pape ou d'un évêque28. Le terme connexe "palatum" signifie pour le poète latin Quintus Ennius, la "voûte céleste" ou le dôme des cieux29. Ainsi apparaît-il que les serviteurs du Christ se trouvaient en la compagnie privilégiée de Charlemagne (d'Alda et de Roland), de Thierry, et aussi de St. Michel, St. Gabriel, St. Sylvestre. (Cependant, Ganelon et Pinabel n'appartiennent plus a cette assemblée ; ils sont vaincus "extra muros", hors les remparts).

  • 30 Comparez Isaïe 33 : 20-22.

33Le palais impérial était un lieu d'édification et d'élévation, non seulement sur la carte fictive, mais dans toutes les expressions lumineuses, telles que "paleis halçur" ; "meisniede gent" ; "mult par est grant la feste" : ad se capele" ; al siege"30, et tant d'autres. Ces termes décrivent le lieu où le Christ doit régner durant un millénaire béni. C'est après ce règne millénaire sur terre qu'arrivera le Jugement dernier. Ce jugement se fera dans un autre domaine royal de la citadelle et du palais, - celui de la Cour de Justice.

d) La Cour de Justice

34Le premier jugement royal fut prononcé contre les forces païennes à Saragosse. Le second fut prononcé par une assemblée de "jugeurs" (vers 3699, 3765). C'était alors la "justise" (ou "juise", vers 3368, 3904, etc) qui se rendait "el paleis, ad Ais, a la capele". C'est là qu'était prononcé le jugement définitif : "... quia de Sion exibit lex, et verbum de lerusalem" (Is. 2 : 3).

35Il est intéressant de remarquer comment le poète associe la capitale à un tribunal de jugement, voire de justice.

  • 31 Comparez par la suite à Paris "Le Palais du Roi," et "le Palais de Justice", "Floch et Wartburg, s. (...)
  • 32 "Plaider", Roland v. 1080, dérivé postverbal de "plait", assemblée solennelle où se rendait la just (...)

36D'autre part, en plus des multiples prérogatives royales de la Cour d'Aix-la-Chapelle, nous devons faire mention de l'autre cour qui y siégeait et y tenait ses sessions, et nulle part ailleurs dans le Royaume, - la Cour du Droit Civil31. L'expression juridique "plait", ainsi que "plaidier"32, révèlent cette fonction. Le juge suprême (éventuellement le médiateur) dans toute procédure légale était le monarque. Charlemagne remplissait ce rôle "Ad Ais", durant "le plait de Guenelun".

37Selon la prophétie des Ecritures, ces fonctions légales ont été définies par le poète pour accorder à la ville son rôle positif, laïgue et historique, tout en soulignant ses aspects éternels. Avant que sa trahison ne soit "légalement" enregistrée, le Comte Ganelon, dans un accès de colère typique de son attitude, menace le roi païen :

AI siege ad Ais, en serez amenet,
Par jugement serez iloec finét.
(vers 435-36).

  • 33 "Perdiciùn perditio = mot érudit provenant du latin ecclésiastique avec un sens strictement théolo (...)

38L'ironie poétique se joint à la prédiction la plus réaliste car Marsile sera en effet "finét", avant que ne soit écoulée la moitié de la période héroïque (à Saragosse). Et le fier Ganelon même sera celui qui "par jugement, finét ad Ais, sa perdicium"33.

39Charlemagne, doué de prescience, sait et juge (vers 3367, 3554, etc). Toutefois, le jugement suprême "iudicium ultimum et Scientia vera", n'est prononcé ni par lui ni par son "jugeor" élu, ni par les prud'hommes, "li humes de plusurs teres" (v. 3743, et toute la laisse CCLXXI). Ceux-ci sont tous assemblés avec lui "ad Ais, ad sa capele". Ils ont beau faire acte de sagesse, ils agissent toujours in umbra. Au fait, l'Etre suprême à l'abri de ces lieux immuables, ainsi que le poète le nomme avec délicatesse certes, mais aussi avec persistance, c'est bien le Dominus Deus. (Comparez à ce propos, la "justicia tua sicut montes" des psaumes).

40Dieu avertit l'homme pendant que celui-ci rêve. Il s'exprime par le truchement de ses Anges. Il est présent au moment de toute mort héroïque. Il donne son approbation à tout "juise" (v. 3368), et aussi au Jugement Dernier "a Deu juise" (v. 1733). Ce jugement statue sur le sort de "Guenes, Deus i ad fait vertut" v. 3931 ; sur celui de Pinabel, v. 3898 ; sur celui de Thierry, de Bramimunde, v. 3981, et dans "l'Epilogue" une fois de plus, sur celui de Charlemagne en personne, v. 3993-94.

41Le poète établit continuellement des liens entre le paradis ("parëis"), le trône ("siège"), la cité, et la citadelle ("citéz"), et la demeure royale ("paleis") ainsi que le tribunal ("pe(d)rum") ; il établit donc des liens entre tous ces termes et Aix ("Aix-la-capele"). L'énumération de cette association de prérogatives royales met donc en relief une réalité certaine. On peut aussi prétendre que le récit du poète fait preuve de "réalisme", en décrivant les blessures des Francs et celles du neveu impérial (v. 2260). Si les personnages seigneuriaux de Charlemagne, de Roland et de Thierry sont hors caste, la nouvelle Cité du Seigneur, de même, reste distante, absolue, immuable. C'est la seule Cité de toute l'épopée dont les remparts ne sont enfoncés ni hodie et nunc ni in saecula saeculorum, expressions que j'emprunte au Livre d'Isaïe. La nouvelle Cité a été construite par Deus (v. 154) dans l'espace "Ad Ais, en France", et, dans le temps, a la "Seinte Sylvestre, al definement". Sa gloire, sur le plan historique, a atteint son apogée en l'an de grâce 800.

42Cette nouvelle Cité fait rayonner une étrange splendeur, qu'on ressent d'une façon ou d'une autre, bien au-delà des récits de luttes, de guerres, et même du règne impérial. Cette extraordinaire splendeur plane aussi bien au-dessus du récit du Procès et du Jugement. Cette magnificence relève d'une élévation vertigineuse, prévue par Isaïe (33 : 20-22) et qui s'est manifestée à Saint Jean dans son Apocalypse.

43Descendant des cieux, cette magnificence a atteint notre Terre, éprouvée par la guerre, pour métamorphoser la nouvelle Cité jusqu'à ce qu'elle atteigne son intégrité.

e) La Maison

  • 34 Les manifestations physiques du SHEKINAH, la présence de Yahweh avec Son peuple.
  • 35 Comparez Daniélou, et Eliade, sur un tel "symbolisme primitif". Pour l'arbre de Jessé, et la généal (...)
  • 36 Charlemagne impligue un Novus David. (C'est ainsi indiqué dans le Roland allemand qui est plus "exp (...)

44Celle-ci se rapporte vaguement à l'image médiévale d'une citadelle ou d'un palais royal. J'ai déjà fait mention des qualités primordiales que l'on trouve dans le modèle primitif du foyer et du refuge. Dans les Ecritures, sous une forme spiritualisée, le foyer figure sous l'aspect d'une Tente ou d'un Tabernacle34. La "Maison" de Yahweh et la "Maison" de David y sont également indiquées. Par la suite, au cours de la vie du Christ et de l'Eglise qui est sa descendance spirituelle, la Maison prend une haute valeur symbolique avant de devenir le foyer, le point de rencontre de la typologie35. En portant le regard vers l'avenir, le Trône royal apparaît. La Maison et la Cité du Novus David36. Sur le plan typologique, c'est une image à la fois simple et attrayante, mais elle possède aussi une fonction complexe. Elle relève de la préfiguration ; elle a un pouvoir réfléchissant (et cellulaire), car elle réapparaît toujours.

  • 37 Nous savons que l'union mystique de Notre Seigneur, le Roi des Rois, avec sa nouvelle Epouse aura l (...)

45En examinant la Reine Bramimunde, j'avais attiré l'attention sur le "personnage typique" de Rahab, (c'est-è-dire l'édifice et les personnes y demeurant) en soulignant comment Josué avait sauvé aussi bien la femme que sa maison. V Jésus et son Eglise (un édifice comprenant les élus et les fidèles) ont donné un sens plus profond à la Reine et a sa Maison. (A ce propos, nous pouvons les comparer à Noé et à son Arche). Le mysticisme fusionne certes les images disparates que l'on se fait de la Maison et de l'Etre, comme du Christ et de son Epouse37. En vieux français, le concept "maisnee" désigne tous ceux qui vivent dans le cercle étroit de la demeure, du foyer, et, par extension, de la famille.

  • 38 Même les vertus du souverain et de son entourage peuvent être examinées sur le plan typologique. Th (...)

46Par conséquent, on doit comprendre que l'accusation de l'Empereur "De ma maisnee ad faite traïsun" (v. 1820 ; comparez aussi le vers 1407), se rapporte à l'image typologique complexe de la Maison, provenant des Ecritures, avec toute sa force et sa simplicité. Cette image se rattache à la notion d'appartenance au palais gui dispense le salut, comme à Aix-la-Chapelle. Peu nombreux sont ceux qui ont le privilège de faire partie de la haute assemblée qui règne sur le palais. Comparons à ce sujet le concept hébraïque de la "race élue", - terme qui, sur le plan typologique, prend de nouveaux sens multiples. Mais revenons à cette haute assemblée. Celle-ci comprend les douze pairs de noble naissance dont Alda, Naimes, et par la suite, Thierry et Bramimunde. D'une façon ou d'une autre, ces personnages sont tous apparentés à l'Empereur auquel ils sont assujettis par la foi et le "vasselage", et non seulement par les liens de sang germanique38. Plutôt ils sont "liés par elegantia morum, et fidei rectitudo", sur le modèle des vertus royales de l'Ancien Testament. Tous ont été trahis par la faute d'un seul, Ganelon, à cause de son aveugle obstination. Il plaide non coupable aussi bien dans son premier propos (laisse XLIII) gue dans son ultime défense (laisses CCLXXI et CCLXXIII). Puisqu'il était le beau-frère de l'Empereur et "en l'ost avec l'Empereur" (v. 3769), il était proche du clan et des quelques privilégiés. C'est ainsi qu'il a souillé et détruit la "maisnee" (v. 1407), ainsi que son chef Charlemagne. De manière analogique, Jésus avait déclaré que quiconque agit en sa faveur et en son nom, agit en faveur de son Père (St. Jean 14 : 12). C'est en rapport à une Maison qu'est transmis le mérite comme la culpabilité.

47Sur le plan typologique, la notion abstraite d'une bénédiction ou d'une malédiction porte ses fruits jusqu'è la troisième ou la quatrième génération. Ce concept figurait déjà avec Moïse dans le Pentateuque.

  • 39 La ville, la tour, la maison, le temple, la fontaine ont tous été bâtis par l'homme. Dans certains (...)

48L'arbre de Jessé, la Maison de David, la demeure céleste39 sont de simples expressions qui, dans les Ecritures, voilent tout ce qui est essentiellement sacré. La seule notion familiale "maisnee" remplit une fonction analogue dans l'épopée française.

49Le Château Royal, tel que nous l'avons vu, se trouve à Aix-la-Chapelle, mais "la maisnee gente" (v. 1794) s'étend sur tous ceux qui vivent ou qui meurent pour elle. Ces personnages sont devenus le nouveau peuple élu. Il ne s'agissait pas seulement des Francs, mais de nombreuses races qui traversaient Aix avec les armées et les pèlerins de l'Empereur, celui-ci étant le but à atteindre. Ces races comprenaient les Saxons, les Bretons et d'autres qui servaient sous la bannière de Charlemagne. Car le Seigneur avait lui aussi affirmé, en décrivant la douceur de la cité céleste : "In dono patris mei mansiones multae sunt ... Quia vado parare vobis locum" (St. Jean 14 :2).

LA VOIE - Via sum ego.

50Lorsque Jésus parle de la Maison de son Père, il donne aussi des indications pour s'y rendre. Celles-ci sont à la fois difficiles et abstraites, car il n'y a point d'itinéraire précis. Mais Jésus s'exprime de façon plus explicite en s'adressant à Thomas : "Ego sum via, et veritas, et vita. Nemo venit ad Patrem, nisi per me" (St. Jean 14 : 6). Cette voie, cet itinéraire, n'est donc pas tracé de façon précise. De même, l'épopée rolandienne ne comporte pas un seul voyage continu, mais diverses petites expéditions d'un pays à l'autre, d'un état à l'autre, et parfois même en faisant la navette entre ces divers lieux.

51En somme, voici quelques-unes de ces expéditions. Si petites qu'elles soient, elles ont un profond sens allégorique et typologique.

  • 40 "Domestici Dei" dans la demeure de Dieu, "habitaculum Dei". Comparez Epitre aux Ephèseens, II, 19 - (...)

52Au cours de la première expédition, Ganelon s'éloigne de Roland et de l'Empereur pour se diriger vers la capitale païenne. En cours de route, il s'entretient avec les combattants de "l'adversarius", - ce qui fait de lui une "perdi-cïun", cessant ainsi d'avoir, à cause de divers délits, tout droit vital d'appartenir à la "maisnee"40.

53Ainsi que je l'ai déjà indiqué, Bramimunde, en s'engageant dans un sentier dans la direction opposée, est raccompagnée par Charlemagne à la maison en traversant de nombreuses provinces. Au bout de ce voyage apparaît la splendide demeure vers laquelle elle s'est dirigée ("cunvertisset").

  • 41 Dans le psaume CXVIII, s. 6, no. 6-7 (PL XV, 1296 -70), cité par H. de Lubac, Exégèse, I, II, 594.

54Charlemagne traverse a trois reprises le seuil lugubre et ténébreux des Pyrénées. Quand il s'est trouvé à l'étroit passage "as porz", son regard embrasse à la fois la Gascogne et l'Espagne, le pays béni et le pays maudit. Il se déplace rapidement, couvrant de vastes distances, traversant les montagnes ; son équipée rappelle celle de St. Ambroise : "Ecce iste advenit, saliens super montes"41.

55Baligant, aussi, vogue avec sa gigantesque flotte, couvrant de vastes étendues, afin de secourir la citadelle mal famée, mais il va "a sa perdiciun".

  • 42 C'est-à-dire le "0 altitudo" de l'Epitre aux Romains II, 33, ou l'Altus intus des exégètes.
  • 43 H. De Lubac, Exégèse Médiévale, 627. Pour les "trois adventus", voir J. Daniélou, Ombrages, p. 227. (...)

56Dans cette épopée, le Comte Roland ne traverse pas de nouveaux territoires ; il se contente de se rapporter a ses conquêtes antérieures ; il préfère se déplacer de-ci de-là en revenant souvent sur ses pas, comme un guerrier inébranlable sur le champ de bataille. A la fin des combats, il rassemble et relève ses compagnons qui sont tombés. Il s'agit là d'un effort aussi sublime, tant dans la peine et la tristesse, que celui fourni par Charlemagne à son retour. L'Empereur, en un témoignage tendre et paternel, se lamente de la "fleur" de France. Il rassemble les meilleurs combattants pour les rapatrier avec lui, (et aussi avec la reine), en revenant à la vraie patrie, la "France dulce, l'asolue", accomplissant ainsi de façon fictive la promesse du Christ : "accipiam vos ad meipsum, et ubi sum ego, vos eritis". Ce Retour au Foyer, ce repatriement, correspond à l'ascension spirituelle au sommet de la "citadelle" la plus haute42. Allusion est faite au troisième adventus du Christ, signifiant l'anagoge43.

  • 44 J'ai déjà fait allusion en 1978 dans mon article sur "Munjoie" (publiée en 1981) à ce sentiment d'u (...)
  • 45 Cf. Aurelio Roncaglia, "Sarraguce ki est sur une montagne, "Studi in orione di Ca. Monteverdï, II ( (...)

57Dans cette épopée, l'image d'un périple et même d'une recherche a une valeur symbolique sur le plan typologique. Cette métaphore est toutefois asservie et dominée par le sentiment général d'une ascension44. Au sommet de la montagne se trouve érigée la plus haute manifestation de la "civilisation", la citadelle de l'élu. C'est ainsi que nous nous élevons plus haut que "l'éternelle" montagne afin d'atteindre l'édifice céleste. Selon Lubac, la route de l'anagoge est une image de "la montée". Tandis que Saragosse avait également été vue sur une montagne45. Aix se trouve plutôt dans les cieux.

  • 46 St. Irénée, Adv. Haer., I. IV, c. XIV, n.3 (citant Ex. XXV, 40 : Patrologia Graeca VII, 1012 A.). P (...)

58La sagesse des prophètes et celle des exégètes, ainsi que l'expression artistique des poètes, sont des tentatives pour nous élever jusqu'au seuil des cieux. Mais sans doute, Saint Irénée, Evêque de Lyon, avait-il bien raison. Nous passerons tous : "Per typica ad vera, et per temporalia ad aeterna et per carnalia ad spiritualia, et per terrena ad caelestia"46.

Annexes

Appendices

La liste des diverses mentions de la ville d'Aix-la-Chapelle dans la Chanson de Roland (basée sur la Concordance de Joseph Duggan).

en France ad Ais, s'en deit ben repairer.

36

Caries serat ad Ais, a sa capele ;

52

en France, ad Ais, devez bien repairer ;

135

il me sivrat ad Ais, a mun estage,

188

al siege ad Ais en serez amenet,

435

tut dreit ad Ais le siet :

478

qu'il en France ert, a sa capele, ad Ais.

726

el plait ad Ais en fut juget a pendre,

1409

Qu'il ert en France, ad Ais, a un perrun,

2556

que il ainz ad Ais, o Caries soelt plaider.

2667

Li emperere est repairet ad Ais.

3734

Asemblez sunt ad Ais, a la capele.

3744

vienent ad Ais, descendent en la place.

3945

As bainz ad Ais mult sunt granz les …

3984

La liste des diverses mentions dans Das Rolandslied des Pfaffen Konrad

Ache v. 537, 1522, 2048, 2121, 3068, 7230, 7302, 7483, 8681.

La liste des diverses mentions de la ville d'Aix-la-Chapelle dans les chansons de geste, basée sur le Répertoire des noms et des lieux, André Moisan, à paraître chez Droz, Genève.

Aix-la-Chapelle dans les textex épiques

- Aimeri de Narbone : 3573 (Es en France) + Ch.de Rol, v. 36

Maugis d'Aigremont : 5648 Charles dit le roi d'Ais la Chapelle, 6262 : le roi de la chapelle.

Ansëis de Cartage 11601 + Narbonnais 5327 : Charles y a son tombeau.

Dans l'épopée : la cour se tient ordinairement à Paris ou à Laon. Jusqu'à Ais : Prise de Pampelune 380 + Preuves d'Aigremont 2366.

- Rolandslied : Ache v. 537, 1522, 2048, 2121, 3068, 7230, 7302, 7483, 8681.

Karl der Grosse : Ache v. 467, 1113, 1350, 2117, 2597, 2636, 3634, 6758, 8660, 8755, 8939, 11648, 11665.

Karlamagnús saga : (prendre la traduction anglaise de Constantine B. HIEATT (Toronto) Eiss borg fréquent dans la branche I + église St Maria 11.22 / Branche X 3 (Maria rotunda)

Karl Meinet : Ache(n), Aeche(n), Aiche(n) éd. Keller, fol. 245-6 , 318 , 320 , 336-7 , 342 , 408 , 430 , 461, 463 , 465, 524-5, 528, 530, 534, 536-8.

- Croniques et conquestes de Charlemagne : éd. Guiette (de David Aubert) ; des références dans les 3 volumes.

- Grandes chroniques de France : éd. Viard : 3e et 4e volumes.

Pseudo-Turpin : éd. Meredith-Jones ; pages 87, 105, 221 (les fresques des Sept Arts libéraux au palais), 229, 233 (mort de Charles)

Vita Karoli d'Eginhard, chap. 14, 22, 30 (mort), 30-3.

Vita Ludovici, MGH, II, chap. 9, 14, 21-3, 26, 28-31, 34, 39-40, 42-3, 46, 49, 54, 56-7, 59, 60.

Eglise St Jacques construite par Charles à Aix : Pseudo Turpin p. 105.

- Ste Marie : Grandes chroniques de France, 3e vol. - Pseudo-Turpin p. 105, 221, 223. Vita Karoli 16-7, 26-31.

La Ville Sainte de Jérusalem, carte géographique en mosaïque de Madaba, vie siècle, la plus antique représentation (assez ronde).

La Ville Sainte de Jérusalem, carte géographique en mosaïque de Madaba, vie siècle, la plus antique représentation (assez ronde).

Jérusalem, gravure d'Hartman Schedel, parfaitement circulaire, idéalisée.

Gruissan, cité ronde

Gruissan, cité ronde

Cité ronde d'Urach Wuerttemberg, avec son église au centre.

Cité ronde d'Urach Wuerttemberg, avec son église au centre.

Maîtres-Tolosane, (reliques de St. Vidian). Autour de l'église au centre, le tracé de l'enceinte circulaire du haut Moyen Age. Préface de René Louis. Tracé donné par André Moisan, la Légende de Vivien et la légende hagiographique de St. Vidian à Maître-Tolosane. (Thèse, Tours, 1971).

Notes

1 Voir Mircéa Eliade, Traité d'histoire des religions, Paris, Fayot.

2 A notre époque, les "moyens artificiels de transcendance" sont souvent mis en équation avec la technologie. Peu importe l'interprétation qu'il nous plaît de faire, la vie reste mystérieuse, et la poésie exprime ce mystère et les possibilités intérieures de l'Homme. Plus celles-ci sont conformes à leur propre époque, plus durables elles le seront pour faire face à la postérité. Cf. également les peuples de l'Amazone pour qui la forêt fut le centre de l'univers et la plaine la fin du Monde. (La Forêt Emeraude, film sur les tribus menacées de l'Amazonie, été, 1985).

3 Pierre Lavedan : "Existe-t-il un urbanisme roman ?" Selon lui, les villes romanes étaient surtout circulaires, tandis que l'architecture romanesque tendait vers les formes rondes (p. 461 ; Mélanges Crozet, II, 1966). Cf. Gérard J. Brault, The Songs of Roland, and analytical edition (Penn-Sylvania State University, 1978), vol.II, p. 477.

4 Voir la planche I de Lavedan, p. 462. "Jérusalem" d'après une gravure par Hartmann Schedel. Il y a aussi, des cartes antiques avec Jérusalem au centre du monde.

5 Ces sphères concentriques réapparaissent, évidemment, dans Dante. Autour de l'église de Martres-Tolosane, le tracé de l'enceinte circulaire du haut Moyen Age, dans Mélanges offerts à René Louis, vol. I, p. cxxxviii, fig. 18.

6 "Speculum Historiale" est le titre d'une série d'articles sur l'histoire en honneur de Johannes Spörl. Erich Meuthen, "Aachen in der Geschichtsschreibung", dans Speculum Historiale (1965), p. 382.

7 Voir le même ouvrage, p. 382.

8 Voir le même ouvrage, p. 383. (Aujourd'hui encore, Aix-la-Chapelle est un centre pour les textiles et aussi une importante ville thermale).
On y donne aujourd'hui le prestigieux Prix de Charlemagne, le "Karlspreis", à ceux gui oeuvrent pour la paix.

9 Voir le même ouvrage, p. 385. Le renvoi 61 est ainsi libellé : "Petrus a Beeck, Aguisgranum : 'Expiras medicas tuas per mineralia vires / Si, fons vive, fidem tollis, inanis eris'".

10 Comme à Jérusalem.

11 Meuthen, même ouvrage, p. 382. (Konrad souligne le même fait au sujet de Jérusalem, peu après sa fondation).

12 Voir Labande, "Le pèlerin médiéval".

13 Cité par Meuthen, même ouvrage, p. 290.

14 Pour les "Heiligsprechung Karls", et "Reliquienvereh-rung", etc, voir Meuthen, même ouvrage p. 387. Cf. le Pseudo-Turpin, édition Meredith-Jones, p. 221.

15 Voir le même ouvrage.

16 Voir les vers 56, 135, 435, 726, 1409, etc. L'accent tonique tombe toujours sur "Ais".

17 L'historicité des faits, des souverains, des lieux sacrés et célèbres est un facteur important dans les Ecritures, et aussi pour la typologie. Voir, par exemple, Vinczenz Hamp, "Geschichtsschreibung in Alten Testament (IV, Das Problem der Historizitât) dans "Speculum Historiale," pages 138 et 139. L'exégèse et de nombreux ouvrages sur l'art ne traitaient pas une utopie, mais une réalité tangible.
Pour l'explication de la dite typologie biblique, voir mes articles présentés devant cette Société et ma thèse Aspects of Biblical Typology in the Chanson de Roland (1970), ainsi que l'analyse profonde d'un grand nombre de ces aspects par Gérard Brault dans son édition en deux tomes de The Song of Roland (Penn. State University, 1978). Egalement, Robert Guiette, Forme et Senefiance, ouvrage édité par J. Dufournet, M. de Grave et Herman Braet, (Droz, Genève, 1978).

18 L'opposition typologique inhérente à Saragosse, ainsi qu'elle est exprimée par Ganelon : "Sarraguce ... Hom qui la vait, repairer ne s'en poet" (v. 311). Mes citations sont prises de l'édition par Gerhard Rohlfs, Das altfranzösische Rolandslied (Tübingen, 1965). J'ai également utilisé l'édition nouvelle de Brault.

19 Egalement, les Sarrasins avaient exprimé leur ardent désir de rentrer au foyer (vers 597 et 2732).

20 Comparez les quatre plaques de marbre de Roland ; les quatre guerriers qui surveillaient le contingent en veillée auprès des morts, "jusqu'au retour du roi". Les quatre "Barons" qui vivaient dans l'entourage de l'Empereur (vers 2272-2893, 3729 ; 3936, 2817). Le nombre quatre est particulièrement sacré ; il symbolise "les quatre principaux prophètes, les quatre Evangelistes, les quatre rivières du Paradis, les quatre -vertus cardinales (la Justice, la Prudence, la Tempérance, et la Fortitude),". Cette dernière vertu a certainement été pratiquée par Charlemagne, Roland, Thierry et Alda. Ceux-ci sont, dans des circonstances importantes, entourés de "quatre pairs".

21 Le vers 3984 semble évoquer le concept de St. Paul.

22 Le centre du temps. De telles tendances centripètes dans cette épopée ont été insinuées a plusieurs reprises. (voir note 18, ci-dessus). Dans le texte en cause, ces tendances font allusion à un centre qui est devenu un point ; le temps a suspendu son vol. C'est l'immobilité ou le "non-temps" (éternité). Le puits ou "font" ("bainz" et "funz" dans l'épopée) est souvent une structure octogonale qui symbolise la régénération. Celle-ci pourrait être considérée comme le commencement d'une nouvelle vie, comme un centre qui crée la vie, ou comme une destination (le salut auquel aspire l'âme).
Le nombre 8, ainsi que l'octogone, signifie l'éternité. Voir le baptistère octogonal, la chapelle octogonale du Palais à Aachen, Brault, même ouvrage, vol. II, p. 79 (voir appendice).

23 Pour cet aspect de renouveau, voir la note précédente. Le baptême reconstitue l'événement catastrophique qu'est l'inondation.
Je signale a ce sujet i'Aquisgranum du Pseudo-Turpin, chapitre 31, p. 221, dans l'édition Meredith-Jones.

24 Aix-la-Chapelle était renommée, dès le début de l'histoire de l'Allemagne, comme Centre de Baptême, surtout pour les tribus saxonnes. Grâce à ses spacieuses installations, Aachen pouvait recevoir de grandes foules. Le Pseudo-Turpin, édition Meredith-Jones, p. 221 : "Hinc Mos ... depingitur".

25 Comparez Zacharie 13 : 1. Incidemment, Aix-la-Chapelle, en sus de ses thermes, possède un très grand nombre de puits et de fontaines. Voir la fontaine (embellissant la statue de l'Empereur) que nous avons vue à l'occasion du VIIe Congrès de la Société Internationale Rencesvals à Liège et à Aachen en 1976.

26 Je n'attire pas l'attention sur cette capitale allemande de la "Römische Reich deutscher Nation", afin de donner un caractère allemand a cette épopée. Celle-ci est bien française (peut-être un peu normande) en ce qui concerne la langue, le style et la composition. Je vois dans cette ville une reproduction de Jérusalem, telle que celle-ci figure dans l'Histoire Sainte, et davantage encore, telle qu'elle a été recréée dans l'esprit des fidèles de toute l'Europe, et telle aussi qu'elle figure dans le Roland comme capitale.

27 "Ad Ais, (al) le Siét". (v. 478), et "Ad Ais, al meillur Siet de France" (v. 3706).

28 Documentation provenant dans la nouvelle édition de l'Oxford Dictionary of Etymology, édité par G.T. Onions, (New York), O.U. Pr., 1967), pages 641 et 642. Egalement dans "Bloch et Wartburg, Dict. étymologique de la langue française avec les dates, p. 448.

29 Etymological Dictionary (Onions) p. 642. Voir également "Palatine et Palatin, un des douze pairs de la Cour de Charlemagne …", même ouvrage.

30 Comparez Isaïe 33 : 20-22.

31 Comparez par la suite à Paris "Le Palais du Roi," et "le Palais de Justice", "Floch et Wartburg, s.v. Dict. Etymol. païais, p. 449.

32 "Plaider", Roland v. 1080, dérivé postverbal de "plait", assemblée solennelle où se rendait la justice (latin : placitum (piacere), plaire ; 1213 ; Plaideur 1519 : Plaidoyer : Wartburg, ibid. p. 484.

33 "Perdiciùn < perditio = mot érudit provenant du latin ecclésiastique avec un sens strictement théologique .. Comparez Wartburg, ibid. p. 470.

34 Les manifestations physiques du SHEKINAH, la présence de Yahweh avec Son peuple.

35 Comparez Daniélou, et Eliade, sur un tel "symbolisme primitif". Pour l'arbre de Jessé, et la généalogie humaine du Seigneur, voir Webber, Church Symbolism, pages 64-65, qui est basé sur Isa'ïe, II.

36 Charlemagne impligue un Novus David. (C'est ainsi indiqué dans le Roland allemand qui est plus "explicite"). Les aspects royaux de David, et du Roi Charlemagne, partiellement fictif, reflètent, sur le plan typologique, ceux du "Roi des Rois" (et Sa Maison Royale). Sur le plan de l'histoire séculaire, Charles est un Novus Augustus (ainsi représenté). Voir mon article sur "Bramimunde" dans le USF Language Quaterly, (Winter, 1974).

37 Nous savons que l'union mystique de Notre Seigneur, le Roi des Rois, avec sa nouvelle Epouse aura lieu après le Jugement Dernier, le jour des réjouissances et des récompenses.
"Venit enim sponsa sancta ad Christum ...
Venit tertio, quando in die iudicii ultime
carnem resumit, et cum Christo Thalamum
coelestem ingreditur." (St. Grégoire).

38 Même les vertus du souverain et de son entourage peuvent être examinées sur le plan typologique. Thierry n'était pas apparenté par le sang ; il possédait toutefois ces vertus. Ganelon, bien qu'il fût apparenté par le sang, ne faisait pas preuve de ces vertus dans des circonstances décisives.

39 La ville, la tour, la maison, le temple, la fontaine ont tous été bâtis par l'homme. Dans certains extraits de la Bible, ils figurent tous ensemble ; la maison, la fontaine, la cité dans Zacharie XIII, 1 - "En ce jour-là, une fontaine sera ouverte pour la Maison de David, et pour les habitants de Jérusalem afin qu'ils se lavent leurs péchés. Les laisses de la Chanson de Roland qui se rapportent à "Ad Ais, as bainz" possèdent une densité analogue, tant pour l'image que pour le sens.

40 "Domestici Dei" dans la demeure de Dieu, "habitaculum Dei". Comparez Epitre aux Ephèseens, II, 19 - 22.

41 Dans le psaume CXVIII, s. 6, no. 6-7 (PL XV, 1296 -70), cité par H. de Lubac, Exégèse, I, II, 594.

42 C'est-à-dire le "0 altitudo" de l'Epitre aux Romains II, 33, ou l'Altus intus des exégètes.

43 H. De Lubac, Exégèse Médiévale, 627. Pour les "trois adventus", voir J. Daniélou, Ombrages, p. 227. Sur l'anagogé, voir H. de Lubac, ibid, 622.
Le "0 altitudo" est évidemment de St. Paul, auquel les Pères se rapportent souvent. En voici le texte intégral :
"Dei iudiciorum altitudo
0 altitudo divitiarum sapientiae, et scientiae Dei : quam incomprehensibilia sunt iudicia eius et investigabiles viae eius : Quis enim cognovit sensum Domini ?"
(Ad Rom. II : 33-34)
En ce qui concerne "Altus intus", voir Lubac même ouvrage I, II, 519.

44 J'ai déjà fait allusion en 1978 dans mon article sur "Munjoie" (publiée en 1981) à ce sentiment d'une ascension. Dans ma conférence au Ville Congrès de la Société Rencesvals, j'ai notamment déclaré :
"Toutes les fois qu'on entend l'exclamation "Munjoie", on pense aux psaumes qui célèbrent et honorent le Très-Haut avec des cris d'allégresse. Les cris de joie, la sonnerie du cor, les éclats de la trompette, la nature évocative et impérative de ces poèmes sacrés, tous ces cris et tous ces chants étaient sûrement très connus du poète de la Chanson de Roland. Par ces cris d'allégresse, Dieu est proclamé Roi et il continue toujours à s'élever". Et plus loin dans la même conférence : "l'atmosphère qui se dégage me rappelle les principales images gue j'ai recueillies en lisant la Chanson de Roland : la Terre dans son ensemble, la haute Montagne et la Citadelle, la Royauté du Seigneur, le sentiment d'élévation et de béatitude",

45 Cf. Aurelio Roncaglia, "Sarraguce ki est sur une montagne, "Studi in orione di Ca. Monteverdï, II (Modena, 1959, 629-640).

46 St. Irénée, Adv. Haer., I. IV, c. XIV, n.3 (citant Ex. XXV, 40 : Patrologia Graeca VII, 1012 A.). Passage cité par le Père de Lubac dans Exégèse, 1, II, pages 628 et 629.

Table des illustrations

Titre La Ville Sainte de Jérusalem, carte géographique en mosaïque de Madaba, vie siècle, la plus antique représentation (assez ronde).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Jérusalem, gravure d'Hartman Schedel, parfaitement circulaire, idéalisée.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Gruissan, cité ronde
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Cité ronde d'Urach Wuerttemberg, avec son église au centre.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3949/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Maîtres-Tolosane, (reliques de St. Vidian). Autour de l'église au centre, le tracé de l'enceinte circulaire du haut Moyen Age. Préface de René Louis. Tracé donné par André Moisan, la Légende de Vivien et la légende hagiographique de St. Vidian à Maître-Tolosane. (Thèse, Tours, 1971).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3949/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

Auteur

(Université de l'Etat de l'Alabama)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540