Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

L'héraldique au service de la linguistique : le cas du "cor nier" de Guillaume

Alice M. Colby-Hall

Texte intégral

  • 1 La Haye : Théodore Maire, 1640.
  • 2 Je tiens à remercier la Fondation Nationale pour les Lettres et Sciences Humaines (National Endowm (...)

1Il y a plus de sept ans, j'ai ouvert pour la première fois le Tableau de l'histoire des princes et principauté d'Orange, l'ouvrage monumental du célèbre historien orangeois, Joseph de la Pise1. J'avoue à ma honte que j'ai failli éclater de rire en lisant sur l'une des deux pages de titre le nom de l'homme que La Pise appelle le premier prince d'Orange, a savoir Guillaume au Cornet. Puisque, dans les épopées françaises, on reconnaît Guillaume d'Orange à son nez et non à son cor, l'épithète au cornet me semblait erronée et fantaisiste. A présent, je ne ris plus du cornet de Guillaume ; car j'ai de bonnes raisons pour soutenir que cet objet provient d'une solide tradition épique restée inaperçue jusqu'ici2.

  • 3 Le Storie Nerbonesi, romanzo cavalleresco del secolo xiv, éd. I. G. Isola, Collezione di opere ine (...)
  • 4 Ibid., t. II, 448. Cf. t. I, 412.

2On comprend aisément que peu de médiévistes se soient préoccupés du cornet. Alors que le corb nes et le cort nes de Guillaume sont bien attestés dans les chansons de geste françaises, l'épithète al cornet en est totalement absente. Par contre, Andrea da Barberino, qui ne parle jamais du fameux nez, fait mention du cor de Guillaume a plusieurs reprises. Dans les Nerbonesi, qu'il acheva vers 1410, cet auteur toscan place sur l'écu de Guillaume un cor d'or sur fond d'azur3, et les troupes de ce chef militaire portent des drapeaux ornés d'un corno d'oro4. Quoique les armoiries de Guillaume semblent bien orangeoises, malgré l'inversion des émaux, le cor n'a aucune fonction onomastique dans le texte italien. Par conséquent, on ne peut se fonder sur cette vaste compilation en prose pour démontrer l'existence littéraire de Guillaume au Cornet. Guglielmo n'est ni al Corno ni al Cornetto.

  • 5 Ramón Menéndez Pidal, La Chanson de Roland et la tradition épique des Francs, 2e éd., trad. Irénée (...)
  • 6 Ibid., p. 421.
  • 7 Joseph Bédier, Les Légendes épiques, 3e éd., t. IV (Paris : Champion, 1929), 422-24, et Menéndez P (...)

3Jusqu'à présent, je n'ai parlé que des chansons de geste en langue d'oïl, sans tenir compte des poètes méridionaux. Une dizaine d'épopées occitanes nous sont parvenues, mais il n'y est jamais question du corb ou cort nas de Guillaume. Pourtant, une épithète occitane a passé en Espagne pour reprendre vie dans une épopée espagnole perdue, le Cantar de Rodlane résumé par la Nota Emilianense dans le troisième quart du xie siècle, au plus tard5. Il est facile de reconstituer cette épithète à partir du surnom à peine latinisé de la Nota. Ghigelmo Alcorbitunas n'est autre que Guilhem al Corb Nas. Selon Menéndez Pidal, "le Cantar de Rodlane dépend plus ou moins directement d'un texte épique rédigé en langue d'oc, puisqu'il offre nas au lieu de nes (nez)"6. A mon avis, rien n'est plus vraisemblable. En revanche, curbinasus, le surnom latin du faux diplôme de Saint-Yrieix-de-la-Perche, composé vers 10907, peut représenter le corb nes français aussi bien que le corb nas occitan.

  • 8 "Le Roman d'Arles", Revue des Langues Romanes, 32 (1888), 473-542, lignes 963, 999, 1009, 1048-49, (...)
  • 9 Mario Roques, "Le Roaan d'Arles", Histoire littéraire de la France, 38 (1949), 639.
  • 10 "Le Roman d'Arles", p. 479.
  • 11 "Le Roman d'Arles", p. 611, n. 3.
  • 12 Corn est la graphie la plus usitée au moyen âge, mais cor est attesté aussi dans les vieux textes. (...)

4Où est le cornet authentique ? C'est la question que l'on se pose instinctivement, mais c'est une question mal posée. Au lieu de s'obstiner à retrouver la formule moderne dans les vieux textes, il faut chercher à découvrir un synonyme plus ancien de cette formule. Si Camille Chabaneau avait procédé ainsi, il aurait probablement compris le sens de l'épithète al cornier dans le Roman d'Arles, qu'il édita il y a presque cent ans8. Dans cette épopée occitane, qui date de la fin du xiiie siècle ou de la première moitié du xive9, Guilhenmes ou Guilhermes al Cornier fait montre de sa vaillance au cours du quatrième siège d'Arles. Pour Chabaneau, le mot cornier est emprunté au français10 ; mais il omet de nous dire quel sens il attribue à ce substantif que Mario Roques qualifie, à juste titre, de "forme étrange"11. Si l'on traduit al cornier en français moderne, on se trouve devant un héros qui s'appelle Guillaume au Cornouiller ou Guillaume au Coin. Evidemment, les deux sens connus du mot français ne conviennent pas au contexte. Mais, à mon avis, cornier n'est pas un mot français. Il s'agit plutôt de deux mots occitans, cor12 et nier. C'est-à-dire que le chevalier qui se bat contre les Sarrasins devant les murs d'Arles porte, en fait, le nom de Guillaume au Cor Noir.

  • 13 Histoire de la ville et de la principauté d'Orange (Orange : Raphel, 1856 ; réimp. Marseille : Laf (...)
  • 14 Voir Frédéric Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige (Aix-en-Provence : Remondet-Aubin, 1879-87), t. I, (...)

5J'avoue que le mot cor est ambigu ; mais, sans cette ambiguïté, je n'aurais peut-être pas découvert ce surnom ancien. Dans son histoire d'Orange, Joseph Bastet nous fait connaître une tradition orale selon laquelle le bourg de Châteauneuf-de-Gadagne près d'Avignon "fut conquis sur les Sarrasins par un Guillaume au Coeur-noir, compagnon du prince d'Orange"13. Quelle langue parlait-on quand on racontait cette légende guillaumienne ? Le provençal, selon toute vraisemblance. Et en provençal moderne, comme dans la langue des troubadours, un cor nier peut désigner un cor de chasse noir aussi bien qu'un coeur noir14, qui, dans un texte médiéval occitan ou français, est un signe de mélancolie plutôt que de malveillance. Il est possible que les conteurs se soient trompés sur le sens d'une épithète provençale ; mais, dans les chansons de geste françaises, Guillaume est accablé par la tristesse à plusieurs reprises. Puisgue Guillaume au Cor Noir et Guillaume au Coeur Mélancolique ne s'excluent pas, l'ambiguïté de l'épithète est peut-être voulue. Quoi qu'il en soit, la légende de Guillaume au Coeur Noir, qui circulait encore dans la première moitié du xixe siècle, m'a aidée à comprendre le surnom occitan que Chabaneau avait tenu pour un emprunt au français.

  • 15 Gunter Holtus, "Zur Edition der franko-italienischen Fassung von Aliscans", Zeitschrift für romani (...)
  • 16 Jean Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, 2e éd. (Paris : Société d'Edi (...)
  • 17 Jeanne Wathelet-Willem, Recherches sur la Chanson de Guillaume : études accompagnées d'une édition (...)
  • 18 Frappier, Les Chansons de geste, t. I, 145-48.
  • 19 La Geste de Guillaume d'Orange dans les manuscrits cycliques, Publications de la Faculté de Philos (...)

6Le cor nier du Roman d'Arles serait beaucoup moins significatif si je n'avais pas découvert d'autres exemples de l'épithète al cor nier dans des textes plus anciens. Il convient de mentionner d'abord l'exemple que j'ai rencontré, presque par hasard, dans le manuscrit franco-italien d'Aliscans. Cette copie, qui se trouve actuellement à la Bibliothèque de Saint-Marc à Venise, date du xliie siècle15 ; mais la chanson fut composée, en toute probabilité, entre 1185 et 120016. Cependant, Aliscans et la deuxième partie de la Chanson de Guillaume, qui fut rédigée vers 115017, semblent être des remaniements d'un poème plus ancien que l'on peut appeler la Chanson de Rainouart18 à cause de l'importance de ce personnage dans les chansons gui ont été conservées. En outre, nous possédons douze manuscrits d'Aliscans ; et c'est précisément celui de Venise qui dérive le plus directement de la Chanson de Rainouart perdue, comme Madeleine Tyssens l'a bien démontré19. Par conséquent, si l'on rencontre des mots occitans dans ce manuscrit, ils proviennent vraisemblablement d'un stade antérieur de l'évolution du texte.

  • 20 Venise, Biblioteca Marciana, fr. VIII (= 252), fol. 35 r°, v. 24-25.
  • 21 Ed. Erich Wienbeck, Wilhelm Hartnacke et Paul Rasch (Halle : Niemeyer, 1903).
  • 22 Tyssens, La Geste de Guillaume d'Orange, p. 250-51.
  • 23 Paris, Bibliothèque Nationale, fonds français 1448, fol. 231c, v. 32, et Paris, Bibliothèque Natio (...)

7L'épithète qui nous intéresse paraît sous la forme au cor nier à la fin du premier vers d'une remarque aphoristique que je citerai en entier pour faciliter la comparaison avec d'autres manuscrits : "Encui sevra Giellmes au Cor Nier/ Cum paubres hom puit au riche playder"20. Ces deux vers sont tirés d'une laisse qui rime en -ier, mais le copiste écrit tantôt -ier, tantôt -er. Le héros est sur le point d'être humilié par le roi Louis, et le poète nous dit : "Avant la fin de ce jour, Guillaume au Cor Noir saura comment un pauvre peut supplier un riche". Ce passage correspond aux vers suivants de l'édition critique de Wienbeck, Hartnacke et Rasch : "Anqui savra Guillames au vis fier, / Cum povres hom puet au riche plaidier" (v. 2452-53)21. Grâce à un occitanisme incompréhensible, notre suppliant est devenu Guillames au Vis Fier, c'est-à-dire Guillaume au Fier Visage. Puisque la variante de Venise est la seule indiquée pour cette formule descriptive, il semblerait que le cor nier ait été éliminé très tôt. Il est vrai que l'apparat critique imprimé dans cette partie de l'édition est très incomplet et souvent fautif22 ; mais, en examinant deux manuscrits qui se rapprochent de la version ancienne presque autant que celui de Venise, j'ai découvert que le vis fier avait déjà remplacé le cor nier23. Il convient de noter aussi que le texte franco-italien a conservé le mot occitan paubres, tandis que l'on trouve la forme française povres dans les autres manuscrits que j'ai consultés et dans l'édition citée plus haut.

  • 24 La Chanson de Guillaume, éd. Duncan McMillan, Société des Anciens Textes Français, 2 vol. (Paris : (...)

8Malgré l'ancienneté relative de la deuxième partie de la Chanson de Guillaume, le cor nier a disparu du texte ; et la laisse où il devrait se trouver, du point de vue de l'intrigue (v. 2496-2525), assone en e fermé long24. En remaniant la Chanson de Rainouart, le poète semble avoir récrit ou sauté la laisse dont nous aimerions connaître le contenu primitif.

  • 25 Jean-Marie D'Heur, "Sur la date, la composition et la destination de la Chanson de la Croisade alb (...)
  • 26 Eugène Martin-Chabot, éd. et trad., La Chanson de la Croisade albigeoise, t. II : Le Poème de l'au (...)
  • 27 Ibid., laisse 159, v. 49-50.
  • 28 Voir, par exemple, Frappier, Les Chansons de geste, t. II, 267-73.
  • 29 Les Epopées françaises, 2e éd., t. IV (Paris : Palmé, 1882), 10. Cf. Paul Meyer, Recherches sur l' (...)
  • 30 W.J.A. Jonckbloet, Guillaume d'Orange : chansons de geste des xie et xiie siècles (La Haye : M. Ny (...)

9Comme je viens de le montrer, le cor noir de Guillaume est attesté dans le Roman d'Arles et dans le manuscrit franco-italien d'Aliscans. Mais j'ai découvert aussi, à ma grande surprise, une allusion à cet objet dans la fameuse Chanson de la Croisade albigeoise. Il s'agit, cependant, d'une allusion camouflée que personne ne semble avoir remarquée jusqu'ici. Le passage en question ne se trouve pas dans la partie composée par Guillaume de Tudèle entre 1212 et 121325 mais dans la continuation anonyme, commencée en 1228 selon toute vraisemblance26. Utilisant l'exemple de Guillaume d'Orange pour encourager les croisés assiégés dans Beaucaire, Régnier de Chauderon leur dit : "Senhors, remembre vos Guilhelmet al cort nes, / Co al seti d'Aurenca suffri tans desturbiers"27. Cette exhortation peut se traduire ainsi : "Seigneurs, souvenez-vous de Guillaumet au Court Nez et de la manière dont il supporta tant d'épreuves au siège d'Orange". Ceux qui cherchent à démontrer l'existence d'une épopée sur le siège d'Orange citent ces deux vers régulièrement28, mais l'épithète al cort nes amena Léon Gautier à croire qu'il n'y avait jamais eu de poèmes occitans sur Guillaume d'Orange. Dans son ouvrage monumental sur les épopées françaises, il commente ce passage de la façon suivante : "il y a bien al cort nés, qui rime avec desturbiers, et non pas al cort nas. Ces vers, qui ont été remarqués avant nous par M. Jonckbloet, prouvent nettement que les mots Guillelme (sic !) al cort nés ne faisaient plus qu'un seul et même vocable, importé et popularisé dans le Midi par nos jongleurs français"29. Willem Jonckbloet est moins catégorique. "Le surnom a ici une physionomie toute septentrionale, dit-il, qui semble prouver que si Guillaume vivait encore dans les souvenirs du peuple, il n'était le héros d'aucune production littéraire"30.

10Malheureusement, la rime de nes avec desturbiers, de laquelle Gautier fait état, est fausse. Le cort nes a été inséré dans une laisse de soixante-dix-huit vers qui rime en -iers, que le copiste réduit souvent à -ers. En réalité, Guillaume n'est pas al cort nes dans ce vers. Il s'appelle plutôt Guilhelmet al Cor Niers, c'est-à-dire Guillaumet au Cor Noir, si l'on corrige le manuscrit unique de la Canso de la Crosada.

  • 31 Martin-Chabot, éd. et trad., La Chanson de la Croisade albigeoise, t. II, XI-XII, XXVII-XXXI.

11On pourrait m'objecter, bien entendu, que le cort nes est une simple licence poétique qui permet au continuateur anonyme d'employer l'épithète française ; mais ce poète évite à tout prix de fausser la rime et n'hésite pas à modifier la fin d'un mot pour obtenir une rime satisfaisante, ce qui explique la présence de l' s de flexion dans l'épithète al cor niers. Puisque niers est au cas régime après une préposition, on devrait l'écrire sans la désinence flexionnelle du cas sujet ; mais, pour les besoins de la rime, le continuateur utilise assez souvent un s de flexion sans fonction grammaticale. Ce partisan des Méridionaux, qui était vraisemblablement Toulousain de naissance ou d'adoption31, semble avoir connu une tradition authentique et ancienne. Un remanieur ou un copiste a dû modifier la formule primitive sous l'influence du surnom français.

  • 32 Claude Devic et Joseph Vaissète, Histoire générale de Languedoc, t. VIII, 2e éd., rev. Auguste Mol (...)
  • 33 Ibid., col. 123.
  • 34 Eugène Martin-Chabot, éd. et trad., La Chanson de la Croisade albigeoise, t. I : La Chanson de Gui (...)
  • 35 Martin-Chabot, éd. et trad., La Chanson de la Croisade albigeoise, t. II, XIV-XV.

12La Chanson de la Croisade albigeoise fut remaniée et mise en prose vers la fin du xive siècle32 ; et, dans le passage qui correspond aux deux vers en question, Guillaume porte le nom de Guilhem al Cornas33. En toute probabilité, le remanieur n'a fait qu'occitaniser l'épithète trompeuse que nous a conservée le manuscrit unique du poème. Ce manuscrit fut copié vers 127534, c'est-à-dire environ quarante-cinq ans après l'achèvement du texte qui nous est parvenu35.

  • 36 Edit. Cit., t. I, 394, 431 ; t. II, 578 (variante). Cf. t. II, 572, 575.
  • 37 Traité d'héraldique (Paris : Picard, 1979), p. 103.
  • 38 Voir, par exemple, Frappier, Les Chansons de geste, t. I, 90.
  • 39 Aliscans, édit. cit., v. 1643, 1658, 4072, et la Chanson de Guillaume, éd. McMillan, v. 2310.
  • 40 Joël H. Grisward (Archéologie de l'épopée Médiévale : structures trifonctionnelles et mythes indo- (...)
  • 41 La couleur du cor semble avoir été choisie en vue de créer un calembour héraldique. Voir Alice M. (...)

13Le cor nier se rencontre donc dans trois textes différents, dont le plus ancien fut composé vers la fin du xiie siècle, selon toute vraisemblance. Pourquoi Guillaume est-il surnommé al cor nier dès cette époque ? Que signifie ce cor noir qui n'a aucune fonction militaire ou cynégétique dans les chansons de geste conservées ? Dans la vaste compilation épique d'Andrea da Barberino, Guillaume est muni d'un cor dont il sonne deux ou trois fois pour rassembler ses troupes36 ; mais cet instrument de couleur indéterminée ne prend pas assez de relief pour se graver dans la mémoire du lecteur moyen comme l'olifant de Roland. Il se peut que le cor de Guillaume ait joué un rôle plus marquant dans des poèmes qui ne sont pas arrivés jusqu'à nous ; mais la ressemblance entre la courbure du nez et celle du cor me porte à croire que le cor nier est en réalité un cor de chasse héraldique. Nier est probablement un terme de blason ici ; car, en héraldique, selon Michel Pastoureau, le mot sable n'est pas attesté avant le milieu du xiiie siècle. En français, on dit tout simplement noir37. On a supposé que Guillaume avait le nez aquilin38 sans tenir compte de l'imprécision géométrique de l'adjectif corb, qui convient aussi bien à un nez retroussé qu'à un nez busqué. Dans Aliscans, Guillaume au Court Nez a une bosse sur le nez exactement comme Guillaume au Courbe Nez dans la deuxième partie de la Chanson de Guillaume39 ; mais, dans ce contexte, sor est une préposition assez vague qui ne nous dit pas si la bosse se trouve au milieu ou au bout du nez40. Un "courbe nez", raccourci ou non, qui ressemblait quelque peu à un cor de chasse dont le pavillon était tourné vers le ciel est probablement à l'origine des armoiries adoptées par les princes d'Orange41.

  • 42 Alice M. Colby-Hall, "Orange et Arles : un royaume pour deux Guillaumes", Bulletin des Amis d'Oran (...)

14L'héraldique est née à l'extrême fin du xie siècle au plus tôt, mais on a souvent attribué des armoiries à des personnages célèbres de l'époque préhéraldique. Les poètes occitans semblent avoir accordé des armoiries à Guillaume d'Orange dès la seconde moitié du xiie siècle ; et, chose fort significative, le cornet commence à paraître sur l'écu de Guillaume de Baux, prince d'Orange, en 1184 au plus tard42. Par conséquent, tout porte à croire que les historiens ont raison quand ils nous disent que le cornet d'Orange est emprunté aux armes du Guillaume épique.

  • 43 Voir, par exemple, Michel Pastoureau, Les Armoiries, Typologie des Sources du Moyen Age Occidental (...)

15Pourtant, la couleur du cornet épique appelle des commentaires. Je dois expliquer d'abord que les armoiries médiévales n'ont rien d'immuable43. Les renseignements que l'on trouve dans les armoriaux modernes représentent en général l'aboutissement d'une évolution commencée il y a des siècles. Puisque ces recueils d'armoiries sont normatifs, ils n'ont aucune valeur archéologique. Par contre, les armoriaux du moyen âge nous aident à suivre les transformations des armoiries qui nous intéressent.

  • 44 Léon Jéquier, éd., "L'Armoriai Bellenville", Cahiers d'Héraldique, 5 (1983), 31, 52 (fol. 1v°, n°1 (...)
  • 45 Paul Adam-Even, éd., L'Armorial universel du héraut Gelre (1370-1395) (Neuchâtel : Tirage à part d (...)
  • 46 Léon Jéquier, "Tables héraldiques de dix-neuf armoriaux du moyen âge", Cahiers d'Héraldique, I (19 (...)
  • 47 Fol. 88c, décrit par Jéquier, "Tables héraldiques", p. 81. Cf. Jéquier, "L'Armoriai Bellenville", (...)
  • 48 Jan Raneke, Bergshammarvapenboken : En medeltidsheraldisk studie (Lund : Av-Centralen i Lund, 1975 (...)
  • 49 Jéguier, "L'Armoriai Bellenville", p. 17.
  • 50 Sur les brisures, voir, par exemple, D.-L. Galbreath, Manuel du blason, 2e éd., rev. Léon Jéquier (...)
  • 51 Pastoureau, Traité d'héraldique, p. 181.

16Le cornet de la principauté d'Orange est un cor de chasse de sable dans l'armoriai Bellenville, qui date de la seconde moitié du xive siècle44. Dans les armoriaux du héraut Gelre et du héraut Navarre, rédigés à la même époque, le prince d'Orange, gui est probablement Raymond V, mort en 1393, porte déjà un cor d'azur sur son écu45. Dans l'armoriai Uffenbach, achevé vers 1440 et resté inédit46, on retrouve le cor de sable, d'après la copie faite par D.-L. Galbreath47 ; mais un cor d'azur paraît sur l'écu écartelé d'un prince d'Orange de la maison de Chalon dans l'armoriai Bergshammar, compilé entre 1436 et 145048. Selon toute vraisemblance, il s'agit des armes de Louis de Chalon, gui gouverna la principauté de 1418 à 1463. Puisque les prénoms ne sont pas indigués par les auteurs de ces armoriaux, il est difficile d'identifier les seigneurs en question. Cependant, si on examine les menus détails, on découvre que les cinq armoriaux nous offrent trois blasons légèrement différents : dans Bellenville, d'or au cor de chasse de sable, enguiché de sable, virolé de gueules ; dans Uffenbach, d'or au cor de chasse de sable, enguiché de gueules ; dans Gelre, Navarre et Bergshammar, d'or au cor de chasse d'azur, enguiché de gueules. Puisque l'auteur de Bellenville a parfois utilisé des sources trop anciennes pour l'époque où il travaillait49, il est possible que le cor de sable dans ce recueil soit celui de Raymond IV, mort en 1340, ou de l'un de ses prédécesseurs. Quant à Uffenbach, on espère qu'un futur éditeur mettra à la disposition des chercheurs les précisions qui manquent. A en juger par ces variantes, certains princes d'Orange ont pu introduire dans leurs armoiries ce que l'on appelle des brisures, afin d'être reconnus sur le champ de bataille50. D'ailleurs, l'écu blasonné par Andrea au xve siècle est peut-être un exemple de ce phénomène ; car il paraît qu'au moyen âge on avait souvent recours à l'inversion des émaux quand on voulait modifier des armoiries51.

  • 52 Jéquier, "L'Armoriai Bellenville", p. 31-32, 52.
  • 53 "Vogue et perception des couleurs dans l'Occident médiéval : le témoignage des armoiries", dans L' (...)
  • 54 François de La Chesnaye-Desbois, et Badier, Dictionnaire de la Noblesse, 3e éd., t. XV (Paris, 186 (...)

17Le cor noir de Guillaume est attesté dans la littérature épique depuis la seconde moitié du xiie siècle jusqu'à 1350 au plus tard ; et le cor de sable d'un prince d'Orange de la maison des Baux apparaît dans l'armoriai Bellenville, compilé par un héraut qui débuta vers 1355-60 et cessa de recueillir des armoiries vers 140052. Il est donc vraisemblable que l'emploi du cornet de sable a commencé très tôt, et les découvertes de Michel Pastoureau sur la fréquence de certaines couleurs héraldiques viennent à l'appui de cette hypothèse. Voici ce que dit Pastoureau sur le sable et l'azur : "Il faut également souligner que dans l'héraldique des xiie et xiiie siècles, le sable est beaucoup plus employé que l'azur, mais qu'à la fin du Moyen Age leurs indices de fréquence sont à peu près équivalents. Cette rareté de l'azur dans les armoiries primitives doit être rapprochée de celle du bleu dans le costume : en Europe occidentale, ce n'est qu'à partir du règne de saint Louis gue le bleu commence à teindre les vêtements d'apparat ; et de même, ce n'est qu'à partir du milieu du xiiie siècle que l'azur commence à occuper dans les armoiries une place relativement importante"53. Par conséquent, il y a tout lieu de croire que les poètes occitans ne mentent pas et qu'ils nous font connaître la couleur primitive du cornet d'Orange. Dans son Dictionnaire de la Noblesse, La Chesnaye-Desbois décrit les armes d'Orange de la façon suivante : "La première branche des Possesseurs propriétaires de cet Etat, appelée proprement d'Orange, portoit pour armes : d'or, au cor de chasse de sable ; ou, comme quelques-uns prétendent, d'or, au cornet d'azur, enguiché de gueules"54. On aimerait bien savoir d'où il a tiré ces renseignements précieux. Cherchant à établir des normes héraldiques, il met le doigt sur les phases les plus importantes de l'évolution des armoiries d'Orange.

Notes

1 La Haye : Théodore Maire, 1640.

2 Je tiens à remercier la Fondation Nationale pour les Lettres et Sciences Humaines (National Endowment for the Humanities) de m'avoir accordé une bourse qui m'a permis de continuer mes recherches sur le cornet et d'achever cet article, qui est tiré en grande partie d'une conférence que j'ai faite pour les Amis d'Orange et l'Académie de Vaucluse. La conférence a paru dans le Bulletin des Amis d'Orange, 26, n°100 (1985), 6-25, sous le titre "Du nouveau sur le cornet de Guillaume au Court Nez".

3 Le Storie Nerbonesi, romanzo cavalleresco del secolo xiv, éd. I. G. Isola, Collezione di opere inedite o rare dei primi tre secoli della lingua, 47-48, 2 vol. (Bologne : Romagnoli, 1877-87), t. I, 108, 229, 297, 396, 411, 435 ; t. II, 116, 513, 708.

4 Ibid., t. II, 448. Cf. t. I, 412.

5 Ramón Menéndez Pidal, La Chanson de Roland et la tradition épique des Francs, 2e éd., trad. Irénée-Marcel Cluzel (Paris : Picard, 1960), p. 384-87, 390, 411-16.

6 Ibid., p. 421.

7 Joseph Bédier, Les Légendes épiques, 3e éd., t. IV (Paris : Champion, 1929), 422-24, et Menéndez Pidal, La Chanson de Roland, p. 402-403.

8 "Le Roman d'Arles", Revue des Langues Romanes, 32 (1888), 473-542, lignes 963, 999, 1009, 1048-49, 1055 (il s'agit de vers qui ont été partiellement mis en prose).

9 Mario Roques, "Le Roaan d'Arles", Histoire littéraire de la France, 38 (1949), 639.

10 "Le Roman d'Arles", p. 479.

11 "Le Roman d'Arles", p. 611, n. 3.

12 Corn est la graphie la plus usitée au moyen âge, mais cor est attesté aussi dans les vieux textes. Voir François J. Raynouard, Lexique roaan ou dictionnaire de la langue des troubadours, t. II (Paris : Silvestre, 1836), s. v. corn. La forme cor se rencontre, par exemple, dans le Roman d'Arles, édit. cit., ligne 878, et dans Roland à Saragosse, éd. Mario Roques, Les Classiques Français du Moyen Age, 83 (Paris : Champion, 1956), v. 253. D'ailleurs, selon toute vraisemblance, peu de gens prenaient la peine d'articuler l' n final de corn devant l' n initial de nier.

13 Histoire de la ville et de la principauté d'Orange (Orange : Raphel, 1856 ; réimp. Marseille : Laffitte, 1977), p. 24. Cf. "Canton de l'Isle", Annuaire de Vaucluse, 1838, p. 187.

14 Voir Frédéric Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige (Aix-en-Provence : Remondet-Aubin, 1879-87), t. I, s. v. cor "coeur" et cor "cor" ; t. II, s. v. negre.

15 Gunter Holtus, "Zur Edition der franko-italienischen Fassung von Aliscans", Zeitschrift für romanische Philologie, 94 (1978), 15.

16 Jean Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, 2e éd. (Paris : Société d'Edition d'Enseignement Supérieur, 1967), t. I, 240-41.

17 Jeanne Wathelet-Willem, Recherches sur la Chanson de Guillaume : études accompagnées d'une édition, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université de Liège, 210 (Paris : "Les Belles Lettres", 1975), t. I, 651-54.

18 Frappier, Les Chansons de geste, t. I, 145-48.

19 La Geste de Guillaume d'Orange dans les manuscrits cycliques, Publications de la Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université de Liège, 178 (Paris : "Les Belles Lettres", 1967), p. 249, 263-64.

20 Venise, Biblioteca Marciana, fr. VIII (= 252), fol. 35 r°, v. 24-25.

21 Ed. Erich Wienbeck, Wilhelm Hartnacke et Paul Rasch (Halle : Niemeyer, 1903).

22 Tyssens, La Geste de Guillaume d'Orange, p. 250-51.

23 Paris, Bibliothèque Nationale, fonds français 1448, fol. 231c, v. 32, et Paris, Bibliothèque Nationale, fonds français 24369, fol. 214c, v. 30. Sur la tradition manuscrite, voir Tyssens, La Geste de Guillaume d'Orange, p. 249, 263-64.

24 La Chanson de Guillaume, éd. Duncan McMillan, Société des Anciens Textes Français, 2 vol. (Paris : Picard, 1949-50).

25 Jean-Marie D'Heur, "Sur la date, la composition et la destination de la Chanson de la Croisade albigeoise de Guillaume de Tudèle", dans Mélanges d'histoire littéraire, de linguistique et de philologie romane offerts à Charles Rostaing, éd. Jacques De Caluwé, Jean-Marie D'Heur et René Dumas (Liège : Association des Romanistes de l'Université de Liège, 1974), t. I, 240-59.

26 Eugène Martin-Chabot, éd. et trad., La Chanson de la Croisade albigeoise, t. II : Le Poème de l'auteur anonyme (1ère partie), Les Classiques de l'Histoire de France au Moyen Age, 24 (Paris : "Les Belles Lettres", 1957), p. xiv.

27 Ibid., laisse 159, v. 49-50.

28 Voir, par exemple, Frappier, Les Chansons de geste, t. II, 267-73.

29 Les Epopées françaises, 2e éd., t. IV (Paris : Palmé, 1882), 10. Cf. Paul Meyer, Recherches sur l'épopée française (Paris : A. Franck, 1867), p. 21 (extrait de la Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 6e sér., t. III).

30 W.J.A. Jonckbloet, Guillaume d'Orange : chansons de geste des xie et xiie siècles (La Haye : M. Nyhoff, 1854), t. II, 191.

31 Martin-Chabot, éd. et trad., La Chanson de la Croisade albigeoise, t. II, XI-XII, XXVII-XXXI.

32 Claude Devic et Joseph Vaissète, Histoire générale de Languedoc, t. VIII, 2e éd., rev. Auguste Molinier (Toulouse : Privat, 1879), col. 3.

33 Ibid., col. 123.

34 Eugène Martin-Chabot, éd. et trad., La Chanson de la Croisade albigeoise, t. I : La Chanson de Guillaume de Tudèle, Les Classiques de l'Histoire de France au Moyen Age, 13 (Paris : Champion, 1931), p. xxi.

35 Martin-Chabot, éd. et trad., La Chanson de la Croisade albigeoise, t. II, XIV-XV.

36 Edit. Cit., t. I, 394, 431 ; t. II, 578 (variante). Cf. t. II, 572, 575.

37 Traité d'héraldique (Paris : Picard, 1979), p. 103.

38 Voir, par exemple, Frappier, Les Chansons de geste, t. I, 90.

39 Aliscans, édit. cit., v. 1643, 1658, 4072, et la Chanson de Guillaume, éd. McMillan, v. 2310.

40 Joël H. Grisward (Archéologie de l'épopée Médiévale : structures trifonctionnelles et mythes indo-européens dans le cycle des Narbonnais (Paris : Payot, 1981), p. 227, n. 76) accorde trop de précision à sor quand il déclare : "Or les textes sont formels : la grosseur se situait sur le nez et non pas a l'extrémité".

41 La couleur du cor semble avoir été choisie en vue de créer un calembour héraldique. Voir Alice M. Colby-Hall, "From curb niés to cor nier : The Linguistic Metamorphoses of William's Epic Nose", dans The Tenth LACUS Forum 1983, éd. Alan Manning, Pierre Martin et Kim McCalla (Columbia, South Carolina : Hornbeam Press, 1984), p. 505-15, et "Du nouveau sur le cornet", p. 18-19, 24.

42 Alice M. Colby-Hall, "Orange et Arles : un royaume pour deux Guillaumes", Bulletin des Amis d'Orange, 22, n°83 (1981), 17, et "In Search of the Lost Epics of the Lower Rhône Valley", Olifant, 8 (1981, paru en 1983), 343-44.

43 Voir, par exemple, Michel Pastoureau, Les Armoiries, Typologie des Sources du Moyen Age Occidental, 20 (Turnhout : Brepols, 1976), p. 56-57.

44 Léon Jéquier, éd., "L'Armoriai Bellenville", Cahiers d'Héraldique, 5 (1983), 31, 52 (fol. 1v°, n°17).

45 Paul Adam-Even, éd., L'Armorial universel du héraut Gelre (1370-1395) (Neuchâtel : Tirage à part des Archives Héraldiques Suisses, 1971), p. 6-7 et p. 56, n°738 ; et Louis-Claude Douët-d'Arcq, éd., "Armoriai de France de la fin du xive siècle", Le Cabinet Historique, 5, 1ère partie (1859), 11 et 252, n°601. Voir aussi Max Prinet, "Recherches sur la date du plus ancien armoriai français", Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1915, p. 171-80.

46 Léon Jéquier, "Tables héraldiques de dix-neuf armoriaux du moyen âge", Cahiers d'Héraldique, I (1974), XLI.

47 Fol. 88c, décrit par Jéquier, "Tables héraldiques", p. 81. Cf. Jéquier, "L'Armoriai Bellenville", p. 47, 52.

48 Jan Raneke, Bergshammarvapenboken : En medeltidsheraldisk studie (Lund : Av-Centralen i Lund, 1975), t. I, 164 ; t. Il, 270, n°1620.

49 Jéguier, "L'Armoriai Bellenville", p. 17.

50 Sur les brisures, voir, par exemple, D.-L. Galbreath, Manuel du blason, 2e éd., rev. Léon Jéquier (Lausanne : Editions Spes, 1977), p. 235-40.

51 Pastoureau, Traité d'héraldique, p. 181.

52 Jéquier, "L'Armoriai Bellenville", p. 31-32, 52.

53 "Vogue et perception des couleurs dans l'Occident médiéval : le témoignage des armoiries", dans L'Hermine et le sinopie : études d'héraldique médiévale (Paris : Le Léopard d'Or, 1982), p. 140-41.

54 François de La Chesnaye-Desbois, et Badier, Dictionnaire de la Noblesse, 3e éd., t. XV (Paris, 1869, réimp. Nendeln (Liechtenstein) : Kraus Reprint, 1969), s. v. Orange, col. 187.

Auteur

(Cornell University, Ithaca)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540