Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Problèmes littéraires soulevés par les chansons de geste : l'exemple d'Aspremont1

William Calin

Texte intégral

1. - Les origines et le problème de l'unité de l'œuvre

  • 1 "La Chanson d'Aspremont", chanson de geste du xiie siècle, éd. Louis Brandin, Classiques Français (...)

1Pendant presqu'un siècle, de l'époque de G. Paris à la génération de P. Le Gentil, la querelle des origines s'est trouvée au cœur des débats sur les chansons de geste. Par ailleurs, on constate un lien étroit entre la prise de position d'un érudit sur la question des origines et l'attitude esthétique qu'assume le même érudit envers les chansons de geste en tant que littérature. Les individualistes, qui croient dans la création individuelle, structurée et composée des textes du Moyen Age, citent à l'appui de leur thèse la beauté et la cohérence littéraires de ces textes. Par contre, les traditionalistes, comme d'ailleurs les tenants de l'hypothèse orale, citent à l'appui de leur prise de position ce qu'ils appellent incohérences et contradictions, absence d'unité et de composition.

  • 2 René Louis, De l'histoire à la légende, II-III : Girart, comte de Vienne, dans les chansons de ges (...)

2Un exemple pour illustrer cette idée, celui de m. René Louis, fervent du traditionalisme et grand spécialiste de la "geste de Vienne"2. Le procédé de m. Louis, selon ses propres mots, est le suivant : "J'ai procédé sans cesse du connu à l'inconnu ... Partant du donné, c'est-è-dire des poèmes conservés, j'ai cherché en chacun d'eux les indices d'un état plus ancien" (p. 15). Remarquons que ces indices sont de toutes sortes, mais, entre autres et parmi les plus importants, des séries de contradictions et incohérences, à l'intérieur d'une chanson de geste ou entre deux versions différentes de la même chanson. Une fois ces indices en main, M. Louis ayant distingué les éléments archaïques (simples, primitifs) des éléments moins archaïques, simples et primitifs, propose l'existence de chansons de geste perdues, antérieures aux textes qui nous sont parvenus et qui expliqueraient les incohérences, divergences et "disparates" et d'où dériveraient les éléments archaïgues, simples, primitifs. Ainsi donc, pour la Chanson de Girart de Roussillon, ayant scruté le Girart d'Oxford et l'ayant comparé à la version en prose qui se trouve dans l'Histoire de Charles Martel de Bruxelles (1448), M. Louis en vient à poser l'élaboration épique suivante : un premier Girart de Roussillon, à l'esprit religieux, qui aurait raconté la bataille de Vaubeton ; un second Girart de Roussillon, a l'esprit féodal, qui aurait ajouté une seconde bataille (destinée a devenir par la suite la bataille de Civaux) et l'échange des fiancées ; enfin un troisième Girart de Roussillon, celui du manuscrit d'Oxford, dû au "renouveleur poitevin", à l'esprit courtois, qui aurait subi l'influence d'Aliénor d'Aquitaine et adopté l'esprit de la Deuxième Croisade. Tout en faisant l'éloge du talent du "renouveleur", M. Louis affirme : "Longtemps j'ai cherché le moyen de résoudre les disparates ... dans la version d'Oxford. Je n'en ai pas trouvé le moyen. Je doute même que nul ne le trouve jamais" (p. 252).

3Pourtant, il y a d'autres méthodes, d'autres approches, d'autres façons de voir les textes. A-t-on le droit, et selon quels critères, de distinguer les éléments "simples" et "archaïques" des autres ? A-t-on le droit, et selon quels critères, de présumer que les éléments "simples" sont également "archaïques", c'est-à-dire que la simplicité ou pureté ou cohérence esthétique précède chronologiquement la multiplicité et l'incohérence ? Ne serait-il pas plus cohérent et plus logique aussi de suggérer que le poète tardif, dont le texte a été mis en prose au milieu du xve siècle, aurait pu lui-même amplifier, élaborer et transformer sa source à lui, le Girart d'Oxford, que de lui postuler l'existence d'une chanson antérieure, amplifiée, élaborée, transformée de fond en comble par le renouveleur poitevin mais respectée à peu près intégralement par le rimeur tardif et par son traducteur en prose ? Les études médiévales, et ici je parle des Chrestienstudien autant que des Epiachestudien, ont-elles bénéficié du mythe de la rédaction perdue, de tous les Urdichtungen - des Girart de Roussillon, Girart de Fraite, Ami et Amile, Bel Inconnu, Lancelot, Perceval et autres, qui n'ont pas survécu, mais dont nous pouvons dessiner les grandes lignes grâce aux éléments simples, primitifs et archaïques qui se trouvent éparpillés dans les textes que nous possédons ?

  • 3 Pierre Le Gentil, "Girart de Roussillon : Sens et structure du poème", Romania, 78 (1957), 328-89, (...)
  • 4 Voir aussi Ferdinand Lot, "Encore la légende de Girart de Roussillon : A propos d'un livre récent" (...)

4Revenons aux incohérences, aux contradictions, dont M. Louis doute que personne ne trouve jamais le moyen de les résoudre. Jamais ? Si, pourtant. Dix ans précisément après la publication de la thèse de M. Louis, Pierre Le Gentil consacre à Girart de Roussillon une des plus belles études critiques dans les annales de notre discipline3, M. Le Gentil, obéissant à d'autres critères, d'autres préconceptions esthétiques et intellectuelles, mu par d'autres sentiments pour les textes du Moyen Age, établit que les incohérences apparentes dans le Girart de Roussillon ne sont qu'apparentes et que les contradictions graves ne sont pas graves du tout4. Il ajoute que le texte que nous avons sous les yeux est un chef-d'œuvre, cohérent, structuré, composé, un des plus beaux poèmes du Moyen Age occidental. Pour M. Le Gentil, "Il y a eu volonté créatrice, donc fait littéraire, et ce fait littéraire n'échappe pas complètement à nos prises. Le constater n'oblige pas pour autant à refuser toute discussion avec le 'traditionalisme'. En réalité, cette théorie a le droit de dire son mot toutes les fois qu'il est question de lointaines et obscures genèses. Mais on doit, en quelque sorte par principe, s'en dégager, dès qu'on se préoccupe d'apprécier le sens et la valeur des textes. Les textes, il faut bien, de gré ou de force, les considérer tels qu'ils se présentent à nous, les détacher de leur passé, supposer qu'ils forment, chacun pour sa part, un tout, dont quelqu'un est responsable" (p. 508). Oserai-je ajouter aux conclusions de M. Le Gentil, que 1/ une fois reconnues la cohérence et l'unité du Girart occitan, il n'est plus besoin de supposer des chansons de geste antérieures disparues rédigées par des chanteurs disparus (le trouvère de Vaubeton, le continuateur de Civaux) ; et 2/ dans ce cas précis, de lointaines et obscures genèses, bien sûr, il y en a eu, mais elles concernent le Girart comte de Vienne historique et la première Chanson de Girart de Vienne. Pour doter Girart de Roussillon d'une genèse il suffit d'imaginer que ce premier Girart de Vienne a été écouté ou lu par un trouvère occitan qui aurait également connu la région de Vézelay et Pothières et qui aurait été touché par quelques traditions locales venant de ces deux abbayes.

  • 5 Siegfried Szogs, Aspremont : Entwicklungsgeschichte und Stellung innerhalb der Karlsgeste (Halle : (...)
  • 6 Louis, Girart, comte de Vienne, chap. 2.
  • 7 Boni, éd., Andrea da Barberino, L'"Aspramonte" : Romanzo cavalleresco inedito (Bologne : Antiquari (...)

5Et la Chanson d'Aspremont ? Au tournant du siècle dernier et dans les années suivantes, des érudits ont proposé pour ce texte toute une gamme d'attaches historiques et d'origines très lointaines dans le temps. En particulier ils ont posé comme "événement générateur" l'incursion en Italie méridionale d'Abou-Abas-Abd-Allah en 901, suivie de celle de son père, Ibrahim-Ibn-Ahmed, l'année suivante5. De nos jours, cependant, tous les spécialistes, y compris M. Louis, reconnaissent dans l'Aspremont une épopée de la fin du xiie siècle, un texte littéraire dû à un trouvère. Personne ne prétendra que l'Aspremont égale le Girart de Roussillon occitan en grandeur et en beauté ; personne n'aura l'idée non plus de le découper en morceaux pour retrouver les étapes de sa composition. Mais, parce que l'Aspremont contient un personnage d'une certaine importance qui s'appelle Girart d'Eufrate (ou de Fraite), une des "trois hypostases légendaires" du Girart comte de Vienne historique, et parce que ce personnage grandit d'importance ou joue un tout autre rôle dans les quatre rédactions italiennes et dans des textes français de la fin du Moyen Age, M. Louis, procédant comme il l'a fait pour Girart de Roussillon, en vient à proposer une première Chanson de Girart de Fraite avant notre Aspremont de la fin du xiie siècle, plus deux Girart de Fraite renouvelés entre 1200 et 1300, plus deux autres rifacimenti encore plus tardifs, tous les cinq perdus. M. Louis suggère également que l'Aspremont que nous avons fut rédigé comme suite ou introduction au premier Girart de Fraite perdu6. Même méthode, mêmes résultats. Or si, comme pour Girart de Roussillon, nous accordons aux renouveleurs italiens et français de la légende, a Andréa da Barberino et ses prédécesseurs et à Jean d'Outremeuse ou son prédécesseur, le talent et le désir d'improviser que nous octroyons si volontiers aux premiers trouvères, chaque développement ultérieur apparaissant dans les Cantari d'Aspramonte magliabechiani, l'Aspramonte en prose et le Myreur des Histors, par exemple, sera dû à un renouvellement créateur par le poète ou prosateur tardif plutôt que la traduction passive de prétendues chansons de geste, quatre en l'occurrence, toutes perdues. Il me paraît plus simple, plus cohérent, plus naturel, de suivre M. Boni, qui nous explique que toutes les versions italiennes dérivent de la tradition manuscrite Marciana-Chantilly d'Aspremont, en particulier la Marciana IV, qui, elle-même, dérive de l'Aspremont que nous connaissons7. Dans ce cas, les quatre Girart de Fraite renouvelés s'avèrent inutiles. Et, à mon avis, inutile aussi une première Chanson de geste de Girart de Fraite. Selon M. Louis, "Nous ne pouvons douter qu'il n'ait existé jadis un roman consacré à Girart de Fraite : comment ce personnage légendaire aurait-il atteint à ce degré de célébrité si son nom n'avait été popularisé par une chanson dédiée à ses exploits ?" (p. 115). Ma réponse est triple.

  1. Le personnage légendaire est devenu célèbre seulement après 1200, surtout au sud des Alpes, parce qu'il est chanté par une épopée dont l'action se déroule en Calabre : la Chanson d'Aspremont qui nous est parvenue. Le trouvère d'Aspremont a chanté Girart de Fraite, et cela a suffi pour propager son histoire partout en Europe.
  2. Certes, ce trouvère a connu une, deux, peut-être trois chansons dédiées aux exploits de son personnage, mais, attention ! ce personnage, s'il est un Girart, n'est pas forcément Girart de Fraite, et les chansons qu'il a pu, qu'il a dû connaître s'appellent le premier Girart de Vienne, le Girart de Vienne de Bertrand de Bar-sur-Aube et le Girart de Roussillon d'Oxford. Et cela a suffi pour la genèse de son texte.
  3. Mais pourquoi Girart de Fraite ? Pourquoi changer le patronyme du personnage ? Il y a plusieurs raisons plausibles : légendes locales, légendes cléricales, une visite à Saint-Remy de Reims ou à l'ager fretensis même, près de Saint-Remy de Provence. D'ailleurs le trouvère poitevin de l'autre Girart n'a-t-il pas choisi de transposer le nom et le château de son protagoniste de Vienne à Roussillon ? Un transfert toponymique, un transfert géographique ne veulent pas forcément dire d'autres chansons de geste.
  • 8 Paul Aebischer, Préhistoire et protohistoire du "Roland" d'Oxford (Berne : Francke, 1972), pp. 235 (...)
  • 9 Gérard Genette, Figures III (Paris : Seuil, 1972), pp. 82-105, 211-12.

6Autre problème : comment réagir devant un texte présentant des personnages et des histoires sur lesquels l'auteur ne s'explique pas ? Comment interpréter la prise de Nobles et les autres prouesses que Turold attribue à Roland pendant les sept premières années de la campagne espagnole ? Comment interpréter, dans la Chanson de Girart de Roussillon, la querelle entre Drogon et Odilon, père et oncle de Girart, et Thierri d'Ascagne, et l'attribution du fief de Roussillon au protagoniste ? Et, dans la Chanson d'Aspremont, comment interpréter certains événements mentionnés au cours du récit - le couronnement d'Aumont et le voyage de l'espion Sorbrin - censés avoir lieu avant l'envoi de Balan à Aix-la-Chapelle, événements gui sont racontés seulement dans trois manuscrits franco-italiens du xive siècle ? Une réponse à ces questions est celle du romantisme à la G. Paris. Elle nous ramène à l'hypothèse qui voulait résoudre les prétendues contradictions entre deux versions d'un même texte épique : il y aurait eu une chanson de geste aujourd'hui perdue qui aurait raconté les événements que cite le trouvère et que son public aurait facilement reconnus. Ainsi donc, P. Aebischer propose une "Entrée d'Espagne primitive" qui aurait précédé le Roland d'Oxford ; R. Louis croit dans l'existence d'une "version pyrénéenne" de Girart de Roussillon ("Enfances Girart") qui aurait précédé la première "chanson de Vaubeton" ; et A. de Mandach estime que les manuscrits franco-italiens remontent à la plus ancienne version de la chanson, donc gardent un élément essentiel de l'Aspremont archaïque et primitif, la "Cour d'Agolant", que les versions françaises auraient perdu8. Cette thèse est bien séduisante. Mais personne ne me reprochera, je l'espère, de suggérer une alternative, une ébauche, dirai-je, de solution de critique littéraire. Le fait que, partout dans la littérature universelle, les auteurs piquent la curiosité et retiennent l'attention de leur public en faisant allusion à des événements censés avoir lieu avant le commencement du récit, extérieurs au récit et qu'ils ne veulent pas élaborer. Analepses et paralipses, si bien analysées par G. Genette9, font partie des "trucs" du métier. Ce seraient donc les successeurs, ceux qui viennent après, qui se seraient mis à développer des données d'un texte devenu classique, à inventer ou imaginer les scènes que l'auteur classique a laissées dans l'ombre. Selon cette optique, la première Entrée d'Espagne fait suite à la Chanson de Roland ; et les manuscrits franco-italiens d'Aspremont sont bien tardifs, bien postérieurs à la chanson archaïque, un indice de leur postériorité étant leur degré d'amplification des matières non-élaborées dans le texte original, telle la "cour d'Agolant", tel, plus tard et à un autre niveau, dans les Aspramonte purement italiens, tout ce qui se rapporte, après la guerre d'Aspremont, a l'hostilité entre Charlemagne et Girart de Fraite, la matière des prétendus Girart de Fraite renouvelés.

7M. de Mandach appuie sa thèse de l'authenticité de la "cour d'Agolant" sur une analyse de la structure de la chanson, qu'il appelle "la technique du diptyque littéraire". Le premier diptyque se composerait de deux branches : la cour d'Agolant et la cour de Charlemagne. Tout en félicitant M. de Mandach de son essai ingénieux et perspicace, je proposerai comme hypothèse de travail que tout schéma structural aussi général, aussi universel, que le diptyque littéraire comporte un élément de subjectivisme et ne saurait pas prouver l'ancienneté ou la non-ancienneté d'un extrait d'une chanson quelconque.

2. L'imitation et les problèmes de l'intention de l'auteur et de la valeur de l'œuvre

  • 10 Roelof Van Waard, Etudes sur l'origine et la formation de la "Chanson d'Aspremont" (Groningen : Wo (...)

8Je ne saurais donc suivre R.Louis pour qui la Chanson d'Aspremont aurait été rédigée pour servir d'introduction ou de suite au Girart de Fraite perdu. Même si un Girart de Fraite a existé, j'aime a penser que l'Aspremont a été rédigé plutôt pour servir d'introduction à la Chanson de Roland. Girart de Fraite en tant que personnage joue un rôle important mais non primordial dans le récit de la croisade sud-italienne. Le rôle principal échoue à Charlemagne lui-même et à son armée. Le sujet du poème n'est pas la rébellion de Girart mais la victoire remportée par la Chrétienté contre le monde musulman. Nous savons, depuis la thèse de Van Waard,10, que le trouvère a basé son intrigue sur le Roland et qu'il en a tiré bon nombre de ses personnages. L'Aspremont est une réplique à l'épopée de Roncevaux, qu'il refond.

9Mais voilà qu'un autre problème se pose : pour interpréter son œuvre, ne faut-il pas se pencher sur les intentions du trouvère imitant et renouvelant la Chanson de Roland ? Comment en effet ce poète médiéval envisageait-il le Roland ? Notre interprétation de l'Aspremont va forcément dépendre de la lecture que nous adoptons pour le Roland. Et l'interprétation du Roland s'avère être une des questions les plus controversées, les plus discutées, de tout le domaine médiéval. La Chanson de Roland est-elle en premier lieu une épopée féodale ou chrétienne ? Le protagoniste est-il un personnage tragique, criblé d'orgueil mais qui se rachète et qui se vainc, ou est-il un être parfait, exempt de tout défaut ? Le poème raconte-t-il un conflit psychologique et humain entre des êtres humains, équilibrés, nuancés, ou plutôt chante-t-il le triomphe sacré du Bien absolu sur un Mal non moins absolu ? La réponse à ces questions, réponse problématique et provisoire si jamais il y en eut, infléchira inévitablement notre lecture de l'Aspremont. Etant donnée l'extraordinaire variété de lectures rolandiennes, on est obligé d'admettre, au moins provisoirement, l'éventualité d'une gamme de lectures parallèles pour l'Aspremont. Je ne crois pas qu'on puisse défendre la notion d'une chanson de geste sur la croisade sud-italienne non-chrétienne et non-sacrée. A mon avis, il n'y a pas de doute, le trouvère d'Aspremont chante la victoire du Bien sur le Mal, et ses personnages français, même Girart de Fraite une fois qu'il décide de partir aider Charlemagne, sont tous bons, forts, valeureux, sans défaut. Son poème est un hymne sacré, un grand mélodrame, célébrant la Croisade absolue en termes absolus. Mais, alors, a-t-il tout simplement voulu continuer et perpétuer la tradition rolandienne ou a-t-il cherché à commenter, refaire, refondre, corriger même, le Roland et la perspective historique que présente le chef-d'oeuvre de Turold ?

10En lisant le texte d'Aspremont, nous pourrons peut-être deviner non pas, bien entendu, le secret du Roland d'Oxford, mais ce que le trouvère de l'an 1200 pensait être ce secret. Prenons un exemple : En un sens, le prince sarrasin Aumont remplace Roland. Chef d'un corps d'élite qui affronte l'armée adverse, il refuse de sonner l'Olifant pour appeler au secours. Bien que sa bravoure, sa prouesse soient reconnues par tous, les autres Sarrasins, y compris son père, condamnent le paladin mécréant pour orgueil, parce qu'il a insisté sur l'invasion de l'Italie, donc sur la guerre, et parce qu'il n'a pas voulu sonner du cor.

"Molt nos dist voir li mesagiers Balant,
Que crestïen erent preu et vallant
Et en batalle hardi et conbatant.
Trop est Aumes orgellos et prinsant
Qui se conbat sans son pere Agolant.
Ainc tel oltrage ne fist mais nul enfant.
Fust chi li rois o tot le remanant,
Vencus fust Karles, ja n'en alast avant ;
France eüssons tote en nostre comant.
Ja ne verra le solel esconsant
De son orguel pora veïr sanlant ;
Ceste folie nos iert aparissant.
Molt nos devons tenir a non saçant
K'a l'estandart nos demorons itant.
Que faisons nous, qui n'en alons fuiant ?"
(5060-74)

- Voir", dist Balans, "mervelles puis oïr
Que vos volés de si poi esmarir ;
Ja volés vos siet roiames tenir ?
Bien le vos dis por voir, al revenir,
Que François erent de mervellos aïr
Qu'il n'erent mie jens a espeûrir ;
U ci morront u ci voiront garir.
Vostre olifant ne degnastes tentir ;
Tart en rirons sempres al pariscir."
(5439-47)

Dist Mandaguins : "Sire, molt m'esmervel ;
N'est nule nuis que je ne m'en esvel ;
Vostre fils maint en trop felon consel,
Qui nostre jent a mis en tel trepel,
Vos qatre dex perdus por son orguel.
(7698-702)

11C'est un juvenis mal avisé qui n'a pas voulu écouter le conseil des vieux et des sages. D'ailleurs, les Chrétiens osent affronter leurs adversaires quatre fois plus nombreux, sûrs de vaincre l'avant-garde sarrasine, parce qu'ils savent que le chef ennemi ne demandera pas de renforts :

"Riches rois, sire", cho dist Namles, li ber,
"Jo vos dirai u vos porés passer.
Jo sai la voië ; bien vos sarai mener
Dusqu'a la tor qu'Agolans fist fremer.
Agolans l'a comandee a garder
Son fil Aumont, o lui cent mile Escler,
Tols esleüs qu'il li a fait livrer.
Aimons n'est mie mains fiers que un sengler ;
Qui sans les altres poroit a lui joster
Bien le poroit legierement mater.
Et s'est tant fiers, bien l'ai oï conter,
Ne degneroit aïe a l'ost mander".
(2856-67)

"Karles, bels sire, pensés de l'esploitier.
Orains presimes un paien latimier ;
L'uevre as paiens nos vint tot acointier.
Eaumes ne degne por son pere envoier,
Ains se lairoit, ce dist, le cief trenchier.
Paien se prendent, ce dist, a esmaier ..."
(4836-41)

12Du côté franc, par contre, plusieurs fois quand on se sent menacé, on appelle au secours, sans déshonneur et sans honte. Charlemagne est tout content qu'on demande son soutien, il l'accorde avec joie ; il est même tout content de pouvoir recourir, si besoin est, à son arch-ennemi Girart de Fraite ou aux garçons de cuisine et aux bachelers, voir les laisses 228-33, par exemple, et la suite du texte cité ci-dessus :

Envoiés tost as tres un mesagier,
N'i lasciés ome gui ja se puist aidier ;
Vignent al camp por los amis vengier,
Car, s'il nos voient un petit espessier,
Ja lor verrés la fuite comencier.
- Ogier, "dist Karles, "bien fait a otroier.
Hastivement en covient esploitier."
(4842-48)

13Personne ne songe à sacrifier une grande partie de l'armée pour aucune raison quelle qu'elle soit. Ce genre de folie est réservé aux Sarrasins.

  • 11 L'Aspremont refléterait les conditions historiques et mentalités de l'époque de Philippe Auguste e (...)

14Je suggère donc que le trouvère de 1200 a voulu corriger, refaire l'histoire de Roncevaux. Si Roland avait raison de ne pas sonner de son Olifant, si Roland avait raison de laisser immoler l'arrière-garde et les douze pairs, le récit d'Aspremont n'aurait aucun sens. Pour son auteur, les Chrétiens seront sans défaut, sans faiblesse ; pour ce faire, en Calabre, Charlemagne, Girart et le jeune Roland vont éviter les erreurs que commettent Charlemagne, Ganelon et le Roland mûr en Espagne. Son travail d'intertextualité est un travail d'interprétation, de remodelage d'un événement historique et de la recréation esthétique de cet événement11.

  • 12 Ernst Robert Curtius, "Über die altfranzösische Epik", in Curtius, Gesammelte Aufsätze zur romanis (...)

15Et la valeur de son travail ? Une des réussites des études romanes de ces vingt-cinq dernières années réside dans la réévaluation et réhabilitation des chansons de geste autres que le Roland, en particulier les chansons dites tardives. Livres et articles soulignent l'ordre, la structure et la beauté de nos épopées médiévales. Parmi les premiers, le grand romaniste E.R. Curtius proclamait que l'âge d'or de l'épopée était la génération de Philippe Auguste et non pas l'époque de la Première Croisade rolandienne. Mais c'est le même Curtius qui parle également d'Unterhaltungsliteratur à la manière de Dumas et Sardou, destiné à rassasier un public vulgaire dont le mauvais goût est plus qu'évident. Tout en faisant l'éloge de Garin le Lorrain et de Renaud de Montauban, Curtius désigne comme exemples d'Unterhaltungsliteratur et condamne sans appel La Chevalerie Ogier et la Chanson d'Aspremont12. Comment lui répondre ? Il est certain que les qualités du Roland - lyrisme pur, fraîcheur de style, emploi fonctionnel de la laisse, confrontation à la fois épique et tragique de personnages sublimes mais humainement imparfaits qui incarnent des prises de position humaines et imparfaites - sont absentes du récit d'Aspremont. Absents également l'engagement quasi-existentiel vis-à-vis des problèmes de droit féodal et la maîtrise dans la création de personnages de Girart de Roussillon et Raoul de Cambrai. Absents les fictions stimulantes et rapides, les aventures romanesques et l'attrait de l'exotique et du merveilleux de Renaud de Montauban et Huon de Bordeaux. Faudra-t-il également condamner le trouvère pour manque d'imagination ? Ou, plutôt, le féliciter de sa maîtrise dans ce que notre époque appelle l'intertextualité, sa capacité de travailler sur un vieux chef-d'œuvre, de le commenter, le remanier et, en le transformant, de faire du neuf. Car l'Aspremont est une méditation continue sur le Roland, adaptant et corrigeant tout ce qui se trouve chez Turold - personnages, attitudes, idées, comportements - face à cette nouvelle situation qu'est l'invasion de Calabre. Il faut suivre le trouvère pas à pas dans son travail de refonte, voire l'épier dans ses trouvailles, dans son art du détail. En voici deux exemples. Le topos-refrain centré sur le décor, "Halt sunt li pui...", est remplacé dans Aspremont par un topos-refrain centré sur les bruits :

Fier sont li cri de la paiene jent (4431)
Grans fu la noise al comencier l'estor (4456)
Sos Aspremont fu molt grans la bruïe (4468)
Grans fu la noisse et li cris et li hus (4487)
Grans fu la noise et mervellos li ton (4495)
Grans fu la noisse ; les puis font retentir (5088)
Grans fu l'estors, ainc n'oïstes si grant (5115)
Grans fu la noise, li crïee et li brin (5476)
Lieve la noise, li cris et la hüee (8675)
Oënt la noise, les hus et les tempiers (9600)
Grans fu la noise et halte la crïee (9697) etc,

16Puis, les adieux de Roland à son épée, les reproches même que profère le paladin à Durendal, qui ne se laisse pas briser, et parallèles les reproches du Sarrasin Aumont à la dite arme, parce que, même avec Durendal, Aumont ne peut pas fendre le casque (et la tête) de son adversaire Charlemagne, protégés par des gemmes miraculeuses.

17Enfin, touche de raffinement suprême, les événements de ce nouveau Roland, cet hyper- Roland, sont censés avoir lieu avant la bataille de Roncevaux, ils la précèdent et la préfigurent, pour ainsi dire. C'est une "continuation à rebours". Ainsi chaque événement, épisode, personnage et symbole de l'Aspremont rappellent au lecteur l'événement, épisode, personnage, symbole-source du Roland. Du point de vue de la composition, et ontologiquement, ils viennent après, ils dérivent de ceux de Turold, mais selon la chronologie fictive du récit, ils les précèdent. En Calabre, contre Aumont et Agolant, Girart ne trahit pas comme le fera Ganelon ; Roland est fort sans être orgueilleux ; Charles est fort et sait imposer sa volonté à l'ost. Roland jeune, Turpin jeune, Naimes jeune, Charles moins vieux - ils incarnent le summum de l'univers épique carolingien, un instant de perfection avant le déclin, l'idéal que Turold aurait souhaité pour ses personnages et leur univers. Si l'Aspremont commente et complète le Roland, formant, avec ce texte, un chaînon de ce qui deviendra la "geste du roi", ne devrait-on pas dire, suivant les règles de la cyclisation médiévale et de l'intertextualité moderne, que non seulement il faut lire ou écouter la Chanson d'Aspremont avec le Roland toujours à l'esprit mais qu'il faudra également lire ou écouter le Roland ayant à l'esprit les événements d'Aspremont qui se sont déroulés avant, la prouesse physique et la pureté morale des Francs avant les sept années passées en Espagne, avant la manifestation de l'humaine faiblesse, du pathos humain qui sont la révélation la plus éclatante du texte de Turold ?

18Un dernier point, le chanteur d'Aspremont est peu original, c'est vrai ; de plus, raconter n'est pas son fort, il ne s'intéresse guère à la narration, à la succession des épisodes, au déroulement de l'intrigue. La preuve : la Chanson d'Aspremont est presque trois fois plus longue que le Roland (les 11376 vers du MS. de Wollaton Hall vs. les 4002 vers du MS. de la Bodléienne), tout en racontant à peu près la même histoire. Nous faudra-t-il donc, en nous référant à l'édition Brandin, condamner les "longueurs" de la chanson et un style lent et monotone, où la structure des laisses ne correspond pas toujours au déroulement du récit ? Devrons-nous conclure en donnant raison, après tout, à Curtius ? Ou bien, au contraire, n'avons-nous pas le droit de louer les jeux de rhétorique, le style éclatant, l'exaltation et l'émotivité de ce texte, dus à l'élaboration et l'amplification verbales, dus précisément au fait que la structure des laisses ne correspond pas au déroulement du récit ? Il ne s'agit ni d'une épopée d'action ni d'un poème d'analyse politique et psychologique, mais plutôt d'une chanson de célébration. Célébration de la victoire sacrée et sacralisée du Bien contre le Mal, mélodrame de la défense du Christianisme menacé par un autre univers : celui de l'Islam. Célébration de la pompe et du faste, d'un esprit hiérarchique et hiératique de l'héroïsme. Cette célébration - mythologique, poétique, quasi-rituelle - est mise en valeur par des descriptions et surtout par des discours - tirades d'exhortation, de prière et de menace, tirades nobles et cérémonieuses - prononcés par tous les grands guerriers francs à tour de rôle. Voir les laisses 235-36, 244, 264, 406, etc. Des extraits, des pages choisies ne donneront qu'une idée fausse de la Chanson d'Aspremont dans sa totalité. Car le lecteur ou auditeur ne sera sensible au style du texte, à l'envoûtement des tirades, qu'à la longue, qu'au fur et à mesure de son immersion dans le poème. C'est en progressant au cœur du texte, lentement mais sûrement, qu'il en subira la séduction et l'envoûtement. Ces pages, ces tirades, si éclatantes, si "publiques", rappellent étrangement le style éclatant et public de Corneille et même Hugo. On y trouve les mêmes sonorités, les mêmes parallélismes et antithèses, les mêmes qualités de grande rhétorique. Les trouvères de geste sont français de corps et d'âme et manient leur langue avec un art que les xviie et xixe siècles retrouveront et cultiveront. Par ailleurs, chaque trouvère a son style : il y a un "style Roland", un "style Guillaume", un "style Raoul de Cambrai" et, c'est ma conviction, un "style Aspremont". Encore une fois, admirons et honorons les chanteurs du Moyen Age pour leur génie, pour ce qu'ils ont su faire et pour ce qu'ils nous ont légué.

Notes

1 "La Chanson d'Aspremont", chanson de geste du xiie siècle, éd. Louis Brandin, Classiques Français du Moyen Age, 19 et 25 (Paris : Champion, 1919-21). Voir aussi Pierre Jonin, Pages épiques du Moyen Age français : Textes, traductions nouvelles, documents, I : Le cycle du roi (Paris : S.E.D.E.S., 1964) pp. 83-132 ; "La Chanson d'Aspremont" : Episodi scelti, con traduzione e note, éd. Marco Boni (Bologne : Pàtron, 1977) ; André de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe, III-IV : "Chanson d'Aspremont" (Genève : Droz, 1975-80).

2 René Louis, De l'histoire à la légende, II-III : Girart, comte de Vienne, dans les chansons de geste : Girart de Vienne, Girart de Fraite, Girart de Roussillon (Auxerre : Imprimerie Moderne, 1947).

3 Pierre Le Gentil, "Girart de Roussillon : Sens et structure du poème", Romania, 78 (1957), 328-89, 463-510 ; voir aussi "Girart de Roussillon : la rédemption du héros", in La Technique littéraire des chansons de geste : Actes du Colloque de Liège (Paris : les Belles Lettres, 1959), pp. 59-68.

4 Voir aussi Ferdinand Lot, "Encore la légende de Girart de Roussillon : A propos d'un livre récent", Romania, 70 (1948-49), 192-233, 355-96, surtout pp. 210-20.

5 Siegfried Szogs, Aspremont : Entwicklungsgeschichte und Stellung innerhalb der Karlsgeste (Halle : Niemeyer, 1931), chap. 1.

6 Louis, Girart, comte de Vienne, chap. 2.

7 Boni, éd., Andrea da Barberino, L'"Aspramonte" : Romanzo cavalleresco inedito (Bologne : Antiquaria Palmaverde, 1951) ; "I manoscritti marciani della Chanson d'Aspremont e l'Aspramente di Andrea da Barberino", Convivium (1949), 253-72 ; "Nuove ricerche intorno ai manoscritti Marciani della Chanson d'Aspremont", in Memorie dell' Accademia delle Scienze dell' Istituto di Bologna : Classe di Scienze Morali, sér. 5, vol. 7 (1957-59), 21-43 ; "Un manoscritto poco noto della Chanson d'Aspremont : il codice 470 (703) del Musée Condé di Chantilly", in Romania : Scritti offerti a Francesco Piccolo (Naples : Armanni, 1962), pp. 123-47 ; "L'Aspremont del codice Marciano fr. IV e l'Aspramonte di Andrea da Barberino", in Studi in onore di Italo Siciliano, 2 vols. (Florence : Olschki, 1966), pp. 97-104 ; "I Cantari d'Aspramonte magliabechiani e l'Aspremont del codice Marciano fr. IV", in Mélanges offerts à Rita Lejeune, 2 vols. (Gembloux : Duculot, 1969), pp. 523-28 ; etc.

8 Paul Aebischer, Préhistoire et protohistoire du "Roland" d'Oxford (Berne : Francke, 1972), pp. 235-48, et Des annales carolingiennes à Doon de Mayence : Nouveau recueil d'études sur l'épique française médiévale (Genève : Droz, 1975), pp. 131-46 ; Louis, Girart, comte de Vienne, chap. 9 ; De Mandach, Naissance et développement, III, Introduction, pp. 1-58.

9 Gérard Genette, Figures III (Paris : Seuil, 1972), pp. 82-105, 211-12.

10 Roelof Van Waard, Etudes sur l'origine et la formation de la "Chanson d'Aspremont" (Groningen : Wolters, 1937), chap. 5.

11 L'Aspremont refléterait les conditions historiques et mentalités de l'époque de Philippe Auguste et de la Troisième Croisade : Van Waard, Etudes sur l'origine, chap. 8 ; Philipp August Becker, "Aspremont", Romanische Forschungen, 60 (1947), 27-67 ; Karl-Heinz Bender, König und Vasall : Untersuchungen zur Chanson de geste des XII. Jahrhunderts (Heidelberg : Winter, 1967), pp. 115-37 ; Alfred Adler, Epische Spekulanten : Versuch einer synchronen Geschichte des altfranzösischen Epos (Munich : Fink, 1975), pp. 91-102 ; Paul Bancourt, Les Musulmans dans les chansons de geste du Cycle du Roi, 2 vols. (Aix-en-Provence : Université de Provence, 1982), passim.

12 Ernst Robert Curtius, "Über die altfranzösische Epik", in Curtius, Gesammelte Aufsätze zur romanischen Philologie (Berne : Francke, 1960), pp. 106-304. Sur Aspremont, pp. 204-13. "Es ist höfische Unterhaltungsliteratur. Doch fehlt dem Gedicht das hohe Adelsethos des Garin" (p. 207). Voir aussi Alfred Jeanroy, Romania, 60 (1934), 121 : "fatras presque inextricable de redites, de digressions et de longueurs harassantes", et Van Waard, Etudes sur l'origine, pp. 1 et 3 : "Si l'on ne tient compte que de la valeur littéraire de l'oeuvre, la Chanson d'Aspremont occupe une place très modeste dans l'ensemble des romans carolingiens .. la valeur littéraire est plutôt médiocre".

Auteur

(University of Oregon, Eugene)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540