Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Lexique et rhétorique : la qualification adjectivale dans l'épopée du xiie siècle (de la chanson de Roland au Rolandslied)

Charles Brucker

Texte intégral

1Nous nous proposons de faire le point sur une question qui semble avoir été peu étudiée jusqu'ici, du moins dans le domaine roman. Il s'agit du champ d'emploi des adjectifs qualificatifs dans les poèmes épiques du xiie siècle, français avant tout, accessoirement allemands. Pour mieux en dégager l'originalité, nous procéderons par comparaison, comparaison non seulement entre la Chanson de Roland et le Rolandslied en passant par la Prise d'Orange, mais aussi entre le genre épique et le genre lyrique, dans chacun des domaines linguistiques d'abord, globalement ensuite. S'il fallait justifier le choix de la catégorie grammaticale d'une manière un peu précise, nous avancerions un fait d'évolution concernant tout particulièrement la langue française, médiévale en l'occurence : les adjectifs qualificatifs, en général, sont relativement rares en ancien français et se multiplient, sous l'effet d'une certaine rhétorique, en moyen français seulement. C'est donc, sur le plan stylistique et rhétorique, une catégorie qui, au xiie siècle, tente de prendre son essor. Dans quelle mesure cette catégorie est-elle tributaire des formules et du style formulaire ? C'est là une question qui conduit à étudier le conflit, souvent créatif, entre les contraintes rhéthoriques et le libre emploi de ces lexèmes.

***

I. - La Chanson de Roland ; conventions et créativité

2C'est la Chanson de Roland, la première épopée française, qui nous offre un bel exemple de la lutte entre conventions littéraires attachées à un genre et les dimensions et tendances individuelles de l'oeuvre et de son élaboration.

  • 1 Ed. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969. - J. Bédier, La Chanson de Roland commentée, Paris, Piazza, 1 (...)
  • 2 Les adjectifs substantivés ne sont pas pris en compte.
  • 3 Cf. Ch. Muller, Sur la mesure de la richesse lexicale. Théories et expériences in Langue française (...)

3Dans la Chanson de Roland1, les adjectifs qualificatifs2 constituent un ensemble de 7B3 occurrences sur un total de 4002 vers, ce qui représente une densité de 19,56 So. Ces occurrences se concentrent autour de 87 vocables, soit un pourcentage, par rapport à l'ensemble des occurrences, de 11,11 So, indice, entre autres, de la pauvreté du lexique adjectival. De fait, le taux de répétition est fort élevé, soit 0,655 (q1 = V-V1/V)3.

1. Mesure de la richesse lexicale et rôle de la sous-catégorie animé/inanimé

4L'examen des adjectifs à faible occurrence et notamment de ceux qui sont concernés par l'occurrence unique permet de donner une idée de la "richesse lexicale" de la Chanson de Roland, dans le cadre restreint de l'adjectif. Les vocables à occurrence unique, au nombre de 30, représentent 3,83 %, ce qui - nous le verrons dans la partie comparative de notre exposé - est un indice extrêmement bas. Bien plus caractéristique, mais dans le sens inverse, le caractère "animé" de ce lexique partiel. En effet, 20 occurrences, soit 66,66 So, portant sur des substantifs animés, se dégagent de l'ensemble des adjectifs appartenant à ce lexique partiel des adjectifs. Les vocables à occurrence unique semblent présenter, de ce point de vue, un comportement bien spécifique. Pour preuve, nous ne voulons que le fait suivant : les adjectifs, dans leur ensemble, caractérisant des inanimés sont représentés par 495 occurrences, soit un pourcentage de 63,20 %.

5D'une manière générale, ici la notion d'inanimé implique l'idée de réalité extérieure et la description de cette réalité. La présence numériquement très importante de cette catégorie peut faire admettre que cette réalité constitue un arrière-plan pour l'action ou les débats interrompant celle-ci. De fait, la fonction épithète, qui affecte 61,90 % des adjectifs, concerne 71,91 % de l'ensemble des adjectifs qualifiant des inanimés. Cette description dont nous venons de parler est donc souvent implicite, donnée comme un élément présupposé, allant de soi, en somme, pour le public ; c'est que l'adjectif épithète, contrairement à l'adjectif attribut, présente une qualité ou une qualification que le substantif est censé posséder avant même d'entrer dans le discours.

6Il existe néanmoins des descriptions qui ne sont pas données d'avance. La preuve en est que la fonction attribut, qui n'affecte que 27,40 % de l'ensemble des adjectifs, concerne 121 occurrences d'adjectifs caractérisant des inanimés, soit 24,44 %. La fonction attribut, elle, implique la prédication d'éléments non présupposés. Si, en effet, l'on prend comme point de départ des réflexions suivantes les adjectifs affectés de la fonction attribut, l'image du champ d'emploi des adjectifs change quelque peu et confirme l'importance de la description : les 121 occurrences caractérisant des inanimés représentent, dans le cadre de l'ensemble de la fonction attribut, 56,27 Si ; cette fois-ci, la description est actuelle, et non présupposée. Mais ce qui nous semble bien plus remarquable, c'est le nombre relativement important d'occurrences affectées de la fonction attribut et concernant des substantifs animés, soit 43,73 %. C'est dire que le texte comporte également des caractérisations psychologiques, propres à certains personnages et qui ne soient pas données d'avance. Il suffit de songer aux conflits entre les valeurs morales et sociales qui sous-tendent la chanson et en font la richesse.

2. Les adjectifs à fréquence élevée

7Les vocables d'adjectifs a fréquence élevée, marquée par le phénomène de la répétition, nous introduisent dans un domaine opposé, celui des formules, des schèmes, des figures de style.

8Les dix adjectifs qui connaissent la fréquence la plus élevée sont : grant x 193, bon x 49, bel x 44, blanc x 35, saint x 35, fier x 33, fort x 24, merveillus x 21, prod x 20, gent x 18. Mis à part grant qui occupe le premier rang, partiellement en raison de sa grande extension, les fréquences respectives de ces termes se situent entre 50 et 20. La fréquence surprenante de grant et son écart par rapport à celle des autres termes s'expliquent également par sa propension à s'intégrer dans des formules hyperboliques ; mais même dans la liste des autres adjectifs évoqués, les éléments chevaleresques ou féodaux comme objets de la qualification sont peu représentés ; somme toute, c'est la présence de blanc qui peut frapper le plus : ce terme n'évoque pas seulement la couleur blanche en général, mais surtout l'éclat des armes.

9Ce sont avant tout les adjectifs grant et bel gui retiendront notre attention.

1/ GRANT

10Une première constatation qui rejoint une réflexion similaire faite plus haut sur l'ensemble des occurrences d'adjectifs de la Chanson de Roland, mais qui était à l'opposé de la remarque de même type faite pour les vocables à occurrence unique, porte sur le rapport animé/inanimé : sur les 193 occurrences de grant, seules 4 se rapportent a des substantifs animés (3 "humain", 1 "animal"). Le rapport est encore bien plus écrasant en faveur de l'inanimé que dans le cas de l'ensemble des occurrences d'adjectifs. La question qui se pose alors est la suivante : s'agit-il d'un regain de la description par rapport aux situations précédemment évoquées, ou bien plutôt grant relèverait-il d'un procédé d'intensification ? De fait, si l'on examine les substantifs qui sont caractérisés par grant, deux constatations s'imposent : d'abord, une grande dispersion marque la qualification des inanimés concrets, en ce sens qu'il n'y a pas de dominante absolue dans le sémantisme des substantifs caractérisés par grant ; ensuite, un point de concentration se laisse toutefois discerner autour de quelques termes militaires : bataille, ost, presse et espiet. Manifestement, ce n'est pas la taille, la grandeur qui est en cause, mais la force et la violence : tous ces termes, en effet, sauf le dernier, ne dénotent pas des objets, mais sont des collectifs dont certaines composantes sémiques, et non des moindres, relèvent de la catégorie de l'animé. En tout cas, ils représentent l'instrument de la force ou de la violence. C'est bien d'intensification qu'il s'agit, intensification des sèmes évoqués, ceux de "force" et de "violence" qui, dans le cas présent, peuvent être considérés comme des virtuèmes.

11Une confirmation de ce type d'interprétation peut se trouver dans l'écrasante majorité des occurrences concernées par la fonction épithète ; grant équivaut alors à une sorte de superlatif absolu, intensifiant simplement le sémantème ou une partie du sémantème des substantifs concernés. De fait, 10,85 % des occurrences de grant sont affectées de la fonction attribut du sujet ou du complément d'objet. La conclusion qu'on peut tirer dès maintenant de cette observation est que, d'une façon générale, grant et ses emplois s'inscrivent dans une sorte d'esthétique de l'hyperbole. Sans doute d'autres textes ou d'autres genres littéraires auront un comportement analogue, toutefois avec des modalités et dans des proportions différentes.

2/ BEL

12Si l'aspect formulaire de grant apparaît à travers son emploi hyperbolique, c'est encore plus le caractère syntagmatique de l'emploi de certains adjectifs qui permet de dégager leur appartenance à des schèmes formulaires ou, au moins, aux habitudes du style formulaire. Il en est ainsi, parmi les adjectifs à fréquence élevée, de bel.

13Bel arrive au troisième rang, avec un total de 44 occurrences. Devant ce chiffre plutôt élevé, le lecteur des chansons de geste se doute que l'aire sémantique de bel ne peut être constitué uniquement des sémèmes contenant le sème "beau" : la Chanson de Roland est loin de célébrer la beauté, soit masculine, soit féminine, même si la notion n'en est pas totalement absente. C'est le lieu de s'interroger sur l'implication de nos adjectifs, bel en l'occurrence, dans le style formulaire.

14Sur les 44 occurrences de bel, 21 appartiennent à la sous-catégorie de l'animé, c'est-à-dire caractérisent des substantifs animés, ce qui semble contredire notre doute sur l'importance de la beauté des personnes. En fait, on s'aperçoit très vite que les schèmes formulaires y sont pour quelque chose. En effet, sur les 21 occurrences évoquées, 10 concernent sire, et figurent dans des apostrophes, et d'une manière exclusive. Des conditions formelles plus précises encore se manifestent ; presque toujours, non seulement le syntagme formé de bel (ou d'une de ses formes) + sire est placé en tête de vers, mais un substantif ou un nom propre le suit immédiatement :

par ex. 3455 Bel sire Naimes, kar chivalcez od mei !
876 Bel sire reis, fait m'avez un grant dun.

15Si l'on trouve le schème à l'intérieur du vers, alors sire n'est suivi d'aucun élément :

622 Par amistiez, bel sire, la (= espee) vos duins.

  • 4 Cf. Gl. Sh. Burgess, Contribution à l'étude du vocabulaire pré-courtois, Genève, Droz, 1970 (Publi (...)
  • 5 Cf. Tobler-Lommatzsch, I, 907.

16Dans tous ces cas, l'adjectif bel ne comporte, on le sait, en aucune manière, le sème "beau", bien qu'à l'origine il ait pu y avoir un lien entre la beauté et la noblesse de naissance, entre la beauté et la richesse4. Bel est, dans ce cas, un terme de politesse, qui peut se rendre en français moderne par "cher"5. Richesse, puissance, noblesse, beauté, toutes ces qualités sont confondues par les hommes du xiie et du xiiie siècle.

  • 6 Cf. Bloch-Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, P.U.F., 1968, 5e éd., (...)

17On trouve, dans des emplois similaires, bel aux côtés de cumpain, niés, filz. On ne sera pas étonné de constater la présence non seulement de termes de parenté, mais d'un vocable tel que cumpain qui implique une réalité politique et sociale de première importance dans la mentalité des chansons de geste, reflets des réalités politigues de l'époque mérovingienne ; cumpain entretient des relations sémiques avec un autre terme significatif, comes/comitem qui a donné comte en français6.

  • 7 V. 2278.

18La notion de beauté n'est donc prise en compte que dans un nombre très restreint de cas ; elle entre dans la qualification de quelques noms propres : Guenes, Margariz, Alde, et un Sarrasin qui n'est pas nommé7, mais aussi de quelques noms communs : gent, damisele, juvent. On constate que dans les deux cas, la beauté est un attribut plutôt masculin et que, d'autre part, cette qualification concerne au moins deux fois un collectif (gent, juvent) ; dans le cas de gent s'ajoute une connotation militaire fort précise, ce qui montre que l'idée de beauté n'est pas prise en elle-même.

19Cette observation est corroborée par le fait qu'a deux exceptions près, toutes les qualifications de ce type concernant des substantifs inanimés sont orientées vers le domaine guerrier. Ces termes sont : Durendal (v. 2344), armes (v. 3064), escheles (v. 3291), oz (v. 3346) ; les deux exceptions sont soleilz (v. 1002) et sermunz (v. 2243). Ici, donc, bel dénote une beauté particulière, celle de l'éclat, éclat de la lumière, éclat de la matière, éclat de la parole.

3. Distribution des adjectifs à travers la structure de la Chanson de Roland

20On vient de constater qu'en dépit de la dispersion du sémantisme de bel, il se dégage des dominantes dans le domaine de la caractérisation nominale qu'assure cet adjectif. On peut alors se demander si, d'une manière générale, il ne serait pas possible de discerner des dominantes analogues dans la distribution des adjectifs à travers la structure thématique de l'œuvre. De fait, bien que chacune des quatre parties de la composition de la Chanson soit de longueur très inégale, il existe, pour chacune d'elles, une proportion relativement harmonieuse entre son ampleur et sa densité en adjectifs :

  1. vv.1-814 : débats et trahison 814 vv./121 occurr./14,86 %
  2. vv.815-2397 : bataille de Roncevaux 1582 vv./317 occurr./20,03 %
  3. vv.2398-3704 : victoire de Charlemagne 1306 vv./252 occurr./19,29 %
  4. vv.3705-4002 : procès de Ganelon : 297 vv./44 occurr./14.81 %

21Si l'on tient compte de la perspective thématigue d'ensemble, on peut tirer la conclusion suivante : c'est dans les parties les plus descriptives, celles où l'action l'emporte, que l'adjectif connaît sa plus grande densité, notamment dans l'épisode de Roncevaux et dans celui de la victoire de Charlemagne. En d'autres termes, ce sont là les parties structurelles les plus voyantes. L'adjectif jouerait alors le rôle de marqueur, marqueur d'épisodes et marqueur de rythmes dans la narration, tout particulièrement des temps forts.

22L'habitude n'est pas encore prise dans ce texte de recourir à la qualification adjectivale comme moyen de caractérisation psychologique des héros, des personnages entrant en scène ou occupant la scène.

4. Rhétorique et qualification adjectivale

  • 8 Proz-sage (v. 3691) pour le couple symétrique ; fol-sage pour le couple antonymique, Cour. de Loui (...)
  • 9 Par exemple sage-veill (v. 112) ; cf. notre thèse Sage …, p. 153. Cf. aussi pour les couples et le (...)

23C'est que sur l'emploi de l'adjectif, tout comme sur celui des autres catégories grammaticales, pèsent certaines conventions rhétoriques, notamment celle de l'amplificatio ou, mieux, de l'expolitio, qui entraîne l'usage des couples, soit synonymiques, soit antonymiques ou symétriques8, ou celui des groupements associatifs9. Il est intéressant de noter que, plus on s'élève dans la hiérarchie de la fréquence des adjectifs, plus rares deviennent ces éléments en somme répétitifs. Ainsi grant ignore pratiquement ces types d'emplois, alors qu'ils sont fort fréquents pour des adjectifs tels que fort (fréquence 24) ou fier (fréquence 33) ; presque chaque occurrence de fort en est affectée : ce sont surtout les adjectifs grant, bel, isnel, blanc, leger qui entrent en contact avec fort, c'est-à-dire des lexèmes qui, eux-mêmes, connaissent une fréquence relativement élevée. Est-ce là un trait propre à la Chanson de Roland ?

II. - La Prise d'Orange : régression des procédés répétitifs

  • 10 Ed. Cl. Régnier, Paris, Klincksieck, 1967 (Bibliothèque franç, et romane, série B, 5).

24Pour se faire une idée précise de l'originalité du comportement des adjectifs dans la Chanson de Roland, il importe de procéder à une comparaison avec un texte ultérieur du même genre littéraire ; nous avons choisi la Prise d'Orange10. Cette chanson, on le sait, se caractérise, entre autres, par l'introduction, dans la matière épique, d'une aventure amoureuse, le tout présenté sur un arrière-plan fait d'humour. Il est légitime de se demander si cette évolution de la chanson de geste n'a pas pour conséquence une modification de l'esthétique de l'épopée et, tout particulièrement, du comportement du lexique des adjectifs.

1. Évaluation de la richesse lexicale

25Un premier détail frappant et qui va dans le sens du renouvellement thématique évoqué consiste dans le développement très marqué, par rapport à la Chanson de Roland, du nombre de vocables à occurrence unique. En face de 3,83 % pour la Chanson de Roland, on relève 14,28 % pour la Prise. Dans un même ordre d'idées, le nombre de vocables est supérieur à celui de la Chanson de Roland. La Prise présente un pourcentage de 25,13 % (139 sur un ensemble de 553 occurrences d'adjectifs) contre 11,11 % dans la Chanson de Roland. C'est que la Prise comporte moins de vocables à fréquence élevée et, du coup, la fréquence moyenne y est beaucoup moins élevée (2,95) que dans la Chanson de Roland (9) (f = N(occurrences)/ V(vocables)).

2. Le comportement des vocables à occurrence unique : point de vue comparatif

26On ne peut guère se contenter d'une telle appréciation globale. Il convient de comparer le comportement syntagmatique et catégoriel des vocables à occurrence unique respectivement dans la Prise d'Orange et la Chanson de Roland. Dans ce dernier texte, les vocables à occurrence unique ont manifesté une originalité qui mérite d'être rappelée : alors que, pour l'ensemble des occurrences d'adjectifs, la fonction épithète l'emportait très largement (61,90 %), les vocables à occurrence unique voyaient le rapport inversé entre épithète et attribut ; c'est la fonction attribut qui l'emportait sur la fonction épithète (46,66 % contre 36,66 S %). Ici, dans la Prise d'Orange, la fonction épithète atteint le pourcentage de 67 % pour l'ensemble, mais, pour les vocables à occurrence unique, la fréquence est presque la même (65,07 %). Donc, même au niveau des occurrences uniques, où la richesse et l'autonomie lexicales sont plus sensibles qu'ailleurs, l'adjectif semble se complaire dans une fonction d'ornement, ornement descriptif, l'élément descriptif étant donné d'avance et s'inscrivant dans des schèmes de pensée et d'expression imposés par la rhétorique, la topique plus précisément : cette tendance serait plus prononcée dans la Prise que dans la Chanson de Roland. Quant à la catégorie de l'inanimé, elle joue, dans la Prise, un rôle analogue dans l'un et dans l'autre cas, c'est-à-dire pour l'ensemble des adjectifs et pour les vocables à occurrence unique ; dans la Chanson de Roland, en revanche, on avait constaté, là aussi, une différence entre les vocables à occurrence unique et l'ensemble des occurrences d'adjectifs : l'animé représentait 66,66 % dans le premier cas, tandis que, dans le second, l'inanimé l'emportait très largement. Ce renversement va de pair avec celui que nous avons observé plus haut à propos des fonctions grammaticales, et sa signification est, à notre avis, identique.

27Somme toute, les différences que présente la Prise par rapport à la Chanson de Roland s'expliquent par un affaiblissement des aspects répétitifs et redondants de la rhétorique - les couples et les groupements associatifs y sont beaucoup plus rares que dans la Chanson de Roland - et, d'autre part, par l'enrichissement lexical lié au renouvellement thématique, même si le caractère ornemental, voire topique, de l'adjectif se trouve singulièrement renforcé.

III. - De l'épopée à la poésie lyrique françaises

28L'évolution que nous venons de constater dans la Prise d'Orange par rapport à la Chanson de Roland n'est pas sans relation avec un genre dont certains aspects esthétiques et stylistiques sont déjà solidement installés dans les habitudes littéraires du xiie siècle, à savoir la poésie lyrique courtoise.

  • 11 Ed. L. Wiese, Dresde, 1904 : 977 vv., 218 occurr., 65 vocables.

29Si l'on examine la fréquence des vocables à occurrence unique dans la poésie lyrique de Blondel de Nesles11 qu'on peut considérer comme contemporain de l'auteur de la Prise d'Orange, on constate que ce type de vocables représente 17,88 % de l'ensemble du lexique adjectival. Donc la richesse lexicale de Blondel de Nesles se rapproche singulièrement de la Prise et s'éloigne considérablement de la Chanson de Roland. D'ailleurs, le nombre total de vocables différents est à comparer à celui de la Prise : 29,81 % chez Blondel de Nesles, 25,13 % dans la Prise. Ces concordances entre l'œuvre de Blondel de Nesles et la Prise sont confirmées par une dernière observation : le taux de répétition de la lyrique de Blondel (0,400) se rapproche singulièrement de celui de la Prise (0,431), alors que la Chanson de Roland connaît un taux de 0,655. Enfin, tout comme dans la Prise, couples et groupements associatifs sont rares ici.

30Une originalité remarquable, toutefois, isole la poésie lyrique considérée : ce n'est plus grant qui, comme dans la Chanson de Roland et dans la Prise d'Orange, totalise le plus grand nombre d'occurrences, mais douz, quelquefois impliquée, d'ailleurs, dans des schèmes formulaires.

IV. - Le Rolandslied : vers une sémiotique de l'idéal religieux

  • 12 Ed. D. Kartschole, München, Fink, 1971 ; cf. R.A. Wisbey, A Complete concordance of the Rolandslie (...)

31Après le renouvellement de la matière épique dans la Prise d'Orange, s'imposait, nous semblait-il, l'examen de cette même matière dans une littérature voisine, allemande en l'occurrence, dans la mesure où cette littérature a connu l'influence de l'épopée française ainsi que celle de la lyrique française, à laquelle nous avions opposé l'épopée. Aussi choisirons-nous un texte allemand se situant dans le prolongement direct de la Chanson de Roland, à savoir le Rolandslied du curé Konrad12. Dans ce poème, Roland et, d'une façon générale, les personnages apparaissent d'une manière nouvelle par rapport à ceux de la chanson française. D'abord, les éléments religieux et spirituels y sont de loin plus contraignants que dans la Chanson de Roland. Ensuite, en raison de l'importance et du rayonnement du personnage de Heinrich der Löwe, protecteur de Konrad, s'instaure, dans le texte allemand, une sorte de féodalisme ducal, gui entraîne une conception individualiste de l'action et de la pensée, étrangère à la vision du monde de la Chanson de Roland. Ces éléments, partiellement du moins, peuvent expliquer certains écarts stylistiques de l'épopée allemande par rapport à son modèle français.

1. Aspects de la richesse lexicale

  • 13 Seuls les 2064 premiers vers font l'objet d'un dépouillement systématique ; ils constituent une pr (...)

32Le Rolandslied présente une densité de 9,58 %13 et se caractérise donc par un écart énorme par rapport à la Chanson de Roland qui atteint, de ce point de vue, un pourcentage de 19,56 %. Par ailleurs, le taux de répétition est considérablement plus faible dans le texte allemand que dans le poème français : le Rolandslied compte, dans la partie du texte étudiée ici (les 2065 premiers vers), 67 vocables différents, soit, sur l'ensemble des occurrences, 33,83 % contre 11,11 % dans la Chanson de Roland. Quant aux vocables à occurrence unique, indice encore plus net de la richesse lexicale d'un texte, ils représentent un pourcentage de 21,71 % pourcentage de loin supérieur à celui de la Chanson de Roland (3,83 %). Ces constatations révèlent, pour le Rolandslied, une richesse lexicale supérieure à celle de la Chanson de Roland.

2. Dominantes sémantiques et catégories grammaticales

33Si l'on met face à face la liste des adjectifs à occurrence unique de la Chanson de Roland et celle du Rolandslied, on est frappé par une tendance qui se confirme par ailleurs dans le Rolandslied : il se dégage du texte allemand une dominante sémantique de solennité, de majesté, de gravité, due essentiellement à l'importance des valeurs religieuses dont sont empreints la plupart des épisodes. On peut même aller plus loin et voir dans la structure sémantique de ces adjectifs le reflet de l'aspect mystique de l'oeuvre qui apparaît dès le prologue qui est construit sur trois pôles thématiques : hymne au Créateur et au Saint-Esprit, exaltation de Charlemagne apôtre casqué, mission de Charlemagne ; ces éléments ne sont jamais aussi explicites dans la Chanson de Roland et, surtout, ne sont pas mis en relation avec une vision du monde présentée, elle aussi, explicitement, dans le prologue et ailleurs. Dans ce lexique partiel des adjectifs à occurrence unique se manifeste une plus grande expressivité que dans les adjectifs de la même catégorie. Les éléments les plus saillants se caractérisent par une certaine profondeur qui peut aller jusqu'è l'hyperbole : grimmig, hoch, tief, totlich, vreissam. Dans la Chanson française, la dominante est constituée par des notations relevant des moi ifs de la fragilité et de la sensibilité : fieble, humele, joüs, penuse, tendre, avec à l'arrière-plan, la caractérisation des réalités féodales.

34Si l'on examine de plus près, pour l'ensemble, cette fois, du lexique adjectival, la sélection animé/inanimé, on reconnaîtra que ce ne sont plus les situations extérieures qui sont au premier rang des préoccupations de l'auteur et de la hiérarchie fréquencielle, mais des forces supérieures qui se traduisent par le comportement humain. Cette tendance explique la large prédominance, dans l'ensemble du poème allemand, et particulièrement dans la partie étudiée, de la catégorie de l'animé, c'est-è-dire des adjectifs qui caractérisent des substantifs animés. En effet, on compte, pour les "animés", un pourcentage particulièrement élevé, à savoir 63,64 % ; la situation était inverse dans la Chanson de Roland qui connaissait un pourcentage d'"inanimés" de 63,21 %, pour des raisons "inverses" évoquées plus haut.

3. Des fonctions grammaticales aux tendances thématiques

35A la question évoquée est lié le problème des fonctions grammaticales dans lesquelles sont impliqués les adjectifs. Sur le plan rhétorique et stylistique, le point le plus sensible est la fonction épithète dans la mesure où la caractérisation par épithète implique, en principe, la présupposition de la qualification ou même un schème formulaire. De fait, dans le Rolandslied, tout comme dans la Chanson de Roland, c'est la fonction épithète qui, numériquement, l'emporte, avec un pourcentage de 57,57 %. Il convient, toutefois, d'apporter une nuance à la constatation de ce comportement similaire.

36Le taux de répétition, dans le lexique adjectival du Rolandslied, étant beaucoup plus bas que dans la Chanson de Roland (0,358 contre 0,655), on peut légitimement penser que les éléments répétitifs et redondants y sont moins nombreux. De fait, couples et groupements associatifs y sont franchement rares. Il n'empêche que la présupposition, inhérente à la fonction épithète, semble se vérifier, avec plus de force, que dans la chanson française, et entretenir des rapports étroits avec la thématique ; ce point se vérifie particulièrement dans le cadre des adjectifs à occurrence unique. Prenons l'exemple de grimmig (v. 20) ("qui est en fureur") qui qualifie les heiden ("les païens") ; en fait, cette qualification est donnée d'avance, comme allant de soi. La combinaison des deux termes correspond à une appréciation de Konrad, et, sans doute, de ses contemporains, sur les païens, type d'appréciation que l'on ne rencontre pas explicitement dans la Chanson de Roland. C'est que, plus que celle-ci, le Rolandslied a les dimensions d'une chanson de croisade, et déjà le prologue le montre clairement. Cette appréciation relève d'une conception et d'une vision du monde et de la vie propres aux païens : l'action des païens est circonscrite par les limites de ce monde-ci, ils ne voient pas plus loin ni au-delà, c'est l'instinct de force qui se donne libre cours ; c'est du moins ainsi que Konrad nous présente les païens. On peut confirmer cette tendance par l'examen d'un motif voisin : la finalité des actes des païens est dominée par les obligations de ce monde : par exemple, Altuot, un païen (v. 3559) veut tuer Roland pour augmenter sa gloire et celle de Marsile ; Aursalu, un autre païen (v. 3629) pour soutenir son suzerain, et Falsaron (vv. 3601-3606) pour se venger personnellement. Sans doute le devoir du suzerain de protéger et de soutenir ses vassaux est aussi strict chez les païens que chez les chrétiens ; mais la différence est que les chrétiens attendent avec confiance l'aide de Dieu, et les faits leur donnent raison.

4. Rhétorique et adjectifs à fréquence élevée

37Si, dans l'emploi de l'adjectif, surtout quand il est affecté de la fonction épithète, nous voyons apparaître certains aspects de la topique médiévale, plus prononcée dans le Rolandslied que dans la Chanson de Roland, il faut également prendre en compte un autre type d'adjectif qui, par bien des côtés, se rapproche des procédés formulaires. Ce sont les adjectifs du type spécifique, à taux de répétition élevé, tels que groz. Ces adjectifs sont facilement réadaptables d'un passage à un autre, d'une situation à une autre, et, donc, forcément, de faible compréhension.

38Si, de ce point de vue, l'on compare le Rolandslied avec la Chanson de Roland, on constate - et ce n'est là qu'une confirmaton de nos précédentes conclusions - que la Chanson de Roland est plus fortement marquée par le style formulaire, dans le sens étroit où nous l'entendons, que le Rolandslied. En effet, grant compte 193 occurrences, ce qui, sur l'ensemble des occurrences, représente un pourcentage de 24,64 %, alors que groz n'atteint que le pourcentage de 8,58 So. C'est dire l'écart qui sépare la conception stylistique de Konrad de celle de l'auteur de la Chanson de Roland.

V. - De l'épopée à la poésie lyrique allemandes

  • 14 Ed. Fr. Maurer, t. II : Die Liebeslieder, Tübingen, Niemeyer, 1969 (306 occurrences sur 2507 vv).
  • 15 Ed. H. Tervoren, Stuttgart, Reclam, 1975 : 112 occurrences sur 1008 vv.).

39Cet écart, à nouveau, sera éclairé par la comparaison avec la poésie lyrique amoureuse, en l'occurrence celle de Walther von der Vogelweide14 et, accessoirement, celle de Heinrich von Morungen15.

1. De la densité à la qualification présupposée

40Ce qui frappe en premier lieu dans la poésie lyrique amoureuse de Walther von der Vogelweide, c'est bel et bien la densité relativement forte des adjectifs. En face des 9,58 % dans le Rolandslied, nous relevons 12,20 % chez le poète lyrique allemand. Une première conclusion nous semble s'imposer : aussi bien dans le domaine français que dans le domaine allemand, la densité est bien plus importante dans la poésie lyrique que dans l'épopée, et pourtant la description extérieure y est moins répandue que dans l'épopée. Cette densité peut s'expliquer par les schèmes de pensée et d'expression présupposés qui constituent le fondement du genre lyrique où les conventions sont bien plus fortes qu'ailleurs ; aussi la fonction épithète atteint-elle un pourcentage qui dépasse tout ce que nous avons constaté jusqu'ici (68,95 %). Il n'empêche que le taux de répétition est relativement bas (0,351) et se rapproche singulièrement de celui du Rolandslied (0,358) ; il s'explique, tout comme pour l'épopée allemande, par la rareté des couples et des groupements associatifs.

2. Les adjectifs à occurrence unique

41Les adjectifs à occurrence unique représentent 19,93 % en face de 27,74 % dans le Rolandslied ; dans le domaine français, on relève 3,87 % pour la Chanson de Roland, 17,88 % pour la poésie lyrique, en l'occurrence celle de Blondel de Nesles. On constate la forte ressemblance de comportement des deux types de poésie lyrique, mais aussi leur écart commun par rapport à la poésie narrative, dans des sens opposés d'ailleurs. Le nombre de vocables à occurrence unique étant l'un des indices de la richesse lexicale d'un texte, on peut déduire des observations qui précèdent que la poésie lyrique amoureuse, quelle qu'elle soit, constitue une sorte de juste milieu entre deux extrêmes représentés respectivement par les deux types d'épopées.

3. Des fonctions grammaticales aux structures thématiques

42La divergence entre poésie narrative et poésie lyrique se marque encore dans le cadre de la fonction attribut. L'oeuvre de Walter von der Vogelweide connaît un pourcentage de 27,77 % contre 14,64 % dans le Rolandslied. L'explication de cet écart semble résider dans le fait suivant : il existe une relation entre la fonction attribut et la catégorie de l'animé ; de fait, dans le cadre des adjectifs affectés de la fonction attribut, 88,24 % caractérisent des substantifs animés ; une telle proportion est significative. On peut se demander si l'importance numérique de la prédication, qui correspond à une qualification moins conventionnelle que la fonction épithète, et qui concerne surtout des qualités humaines, ne s'explique pas en partie par la moralisation qui confère à la poésie de Walther une certaine profondeur humaine, en dépit de l'existence d'éléments conventionnels. Il est vrai que, dans le domaine français, la fonction attribut atteint des pourcentages qui rappellent celui de la poésie lyrique allemande : 24,44 % pour la Chanson de Roland, 27,98 % pour l'oeuvre de Blondel de Nesles. On peut chercher une explication de ce faible écart dans l'orientation psychologique des oeuvres : la chanson de Roland, tout comme la poésie lyrique, pose la problématique de l'homme en face des exigences de la société et en face de ses propres sentiments, tandis que, dans le Rolandslied, ces problèmes semblent résolus d'avance en raison de l'orientation religieuse du poème.

43La différence du rôle de l'adjectif dans les deux genres, qui confirmerait, s'il en était besoin, ses relations avec les structures thématiques des oeuvres et des genres, est, enfin, illustrée par l'examen des fréquences les plus élevées : le premier rang n'est plus tenu par groz, comme dans le Rolandslied, mais par guot (27 occurrences) chez Walther von der Vogelweide, par hôh chez Heinrich von Morungen ; une différence analogue avait déjà été constatée dans le domaine français.

***

44L'examen de ces diverses oeuvres, épiques et lyriques, révèle l'extrême souplesse d'emploi de la catégorie adjectivale, qui, tout en s'intégrant quelquefois dans la vaste, mais très variée famille des schèmes formulaires, n'en est pas moins susceptible de porter une signification sémiotique ou thématique. Si, dans l'ordre de la comparaison des oeuvres prises en compte, il fallait tirer de toutes les réflexions qui précèdent une conclusion générale, nous retiendrions l'idée suivante : c'est la Chanson de Roland qui fait l'usage le plus fréquent des procédés répétitifs et redondants de la rhétorique médiévale. Enfin, à mesure que l'on s'éloigne de l'épopée française, soit vers l'épopée allemande, soit vers la lyrique, française ou allemande, la richesse lexicale se manifeste avec plus de force ; l'étude de l'adjectif montre que conventions rhétoriques - elles ne manquent pas dans le genre de la lyrique courtoise - et créativité lexicale, stylistique et thématique ne sont pas forcément incompatibles, et la variété d'intégration textuelle et thématique de l'adjectif peut en apparaître comme un gage.

Notes

1 Ed. G. Moignet, Paris, Bordas, 1969. - J. Bédier, La Chanson de Roland commentée, Paris, Piazza, 1927. -J. J. Duggan, The Song of Roland : Formulaic style and poetic craft, Berkeley, Univ. of California Press, 1973. Cf. J. Wathelet-Willem, A propos de la technique formulaire dans les plus anciennes chansons de geste in Mélanges M. Delbouille, Gembloux, Duculot, 1964, t.II, pp.705-727. - J.J. Duggan, A Concordance of the Chanson de Roland, Ohio State University Press, 1969.

2 Les adjectifs substantivés ne sont pas pris en compte.

3 Cf. Ch. Muller, Sur la mesure de la richesse lexicale. Théories et expériences in Langue française et linguistique quantitative, Genève Slatkine, 1979, pp. 281-307.

4 Cf. Gl. Sh. Burgess, Contribution à l'étude du vocabulaire pré-courtois, Genève, Droz, 1970 (Public. rom. et franç., 110), p. 117.

5 Cf. Tobler-Lommatzsch, I, 907.

6 Cf. Bloch-Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, P.U.F., 1968, 5e éd., p. 145 ; Ernout-Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1932, p. 202.

7 V. 2278.

8 Proz-sage (v. 3691) pour le couple symétrique ; fol-sage pour le couple antonymique, Cour. de Louis (v. 903). Cf. notre thèse Sage et son réseau lexical en ancien français (des origines au xiiie siècle), Champion-Lille III, 1979, t. I, p. 141.

9 Par exemple sage-veill (v. 112) ; cf. notre thèse Sage …, p. 153. Cf. aussi pour les couples et les groupements associatifs, L. Arbusow, Colores rhetorici, Göttingen, Ruprecht, 1963, pp. 23 et suiv.

10 Ed. Cl. Régnier, Paris, Klincksieck, 1967 (Bibliothèque franç, et romane, série B, 5).

11 Ed. L. Wiese, Dresde, 1904 : 977 vv., 218 occurr., 65 vocables.

12 Ed. D. Kartschole, München, Fink, 1971 ; cf. R.A. Wisbey, A Complete concordance of the Rolandslied, Leeds, Maney, 1969.

13 Seuls les 2064 premiers vers font l'objet d'un dépouillement systématique ; ils constituent une première grande partie dans la structure psychologique de l'œuvre : 198 occurrences.

14 Ed. Fr. Maurer, t. II : Die Liebeslieder, Tübingen, Niemeyer, 1969 (306 occurrences sur 2507 vv).

15 Ed. H. Tervoren, Stuttgart, Reclam, 1975 : 112 occurrences sur 1008 vv.).

Auteur

(Université de Nancy II)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540