Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

Le portrait des sarrasins dans les chansons de geste, image projective ?

Gérard J. Brault

Texte intégral

  • 1 Mark Skidmore, The Moral Traits of Christians and Saracens as Portrayed by the Chansons de Geste, (...)

1Comme l'ont fait observer il y a longtemps Mark Skidmore, William Wistar Comfort, et Cyril Meredith-Jones, et, tout dernièrement, Paul Bancourt dans une étude approfondie datant de 1982, les Sarrasins dans les chansons de geste, à peu d'exceptions près, sont laids, monstrueux, plus proches parfois de la bête que de l'homme, et foncièrement méchants1. Païens et idolâtres, ils sont souvent identifiés avec le diable. Ce sont des êtres qui, d'après leur apparence physique, leurs qualités intellectuelles et morales, et leurs croyances religieuses, ont été conçus comme la contre-épreuve du héros épique chrétien. Pour élaborer ce portrait, les jongleurs ont eu recours à la tradition savante, au folklore, à la Bible, aux vies de saints, et, bien entendu, à leur imagination. Ce stéréotype correspond plus ou moins, d'ailleurs, à celui que l'on trouve dans les chroniques et les autres écrits contemporains.

  • 2 Sarrasines : Bancourt, Tome II, pp. 571-665 ; voir aussi pp. 666-827 ; usages et équipement milita (...)

2L'étude de Bancourt, qui entre dans tous les détails, ne met pas en question le bien-fondé de ces affirmations mais les nuance beaucoup. J'ai fait abstraction, par exemple, des Sarrasines qui constituent une catégorie à part. Le critique français a souligné, aussi, que la réalité historique a pu contribuer à forger la représentation que l'on trouve dans les chansons de geste des usages et de l'équipement militaire des Musulmans, et du traitement des prisonniers chrétiens par ces derniers. Il semble, enfin, qu'il y ait eu une évolution lente et hésitante dans le portrait des Sarrasins à la fin du 12e siècle, ceux-ci étant parfois loyaux et chevaleresques2. Mais c'est le côté négatif qui m'intéresse ici.

3A la fin de son ouvrage, Bancourt suggère que cette représentation défavorable des Sarrasins :

  • 3 Bancourt, Tome II, p. 1005.

"peut s'interpréter comme l'expression des phobies de l'Occident chrétien à l'égard des peuples non chrétiens. En faisant parfois du Sarrasin un agent de l'Antéchrist la geste semble parcourue d'un frisson millénariste. Le déferlement épique d'une multitude de "païens" sur la chrétienté y traduit la hantise d'une menace. La conception imaginaire d'un monde qui serait l'envers du monde chrétien exprime une psychose de peur, celle d'un renversement des valeurs humaines, chrétiennes, chevaleresques et courtoises, l'angoisse d'avoir à basculer dans un monde à l'envers"3.

  • 4 Gérard J. Brault, The Song of Roland : An Analytical Edition, 2 vol., University Park, Pennsylvani (...)

4Cette constatation, qui rejoint ce que d'autres ont écrit - et ce que j'ai moi-même écrit, d'ailleurs4 -, concerne la mentalité médiévale et m'amène à mon propos. D'après le Petit Larousse, la peur c'est un "Sentiment d'inquiétude, éprouvé en présence ou à la pensée du danger" ; l'angoisse ou l'anxiété n'est qu'une plus grande peur s'accompagnant souvent de pâleur, de constriction de la gorge, ou d'autres signes physiques. Ce qu'il faut se rappeler c'est que la cause de la peur - les Sarrasins - se trouve à l'extérieur de l'individu. Or ce que je propose d'analyser c'est une réaction qui provient de l'intérieur.

  • 5 G. W. Allport, The Nature of Prejudice, New York, Doubleday & Company, 1958.

5Tout porte a croire que l'image déformée des Sarrasins dans les chansons de geste est fondée sur le préjugé racial, c'est-è-dire sur une attitude hostile envers des gens qui ne font pas partie de notre nation, de notre peuple, de notre race5. La plupart des sociétés humaines - et, bien entendu, la nôtre ne fait pas exception à cette règle- ont tendance à aimer mieux leurs pareilles et à stéréotyper les autres, souvent d'une manière négative, surtout celles qu'elles estiment inférieures ou qu'elles ne connaissent pas très bien.

  • 6 Bernard Berelson et Gary A. Steiner, Human Behavior : An Inventory of Scientific Findings, New Yor (...)
  • 7 Berelson et Steiner, p. 502.
  • 8 Brault, Tome I, p. 109.

6Ce stéréotype pris dans sa totalité influe sur la façon dont on envisage chaque trait individuel6. En d'autres termes, la personne méprisée s'attire souvent des reproches pour les mêmes caractéristiques que l'on accepte ou, du moins, que l'on supporte chez quelqu'un d'autre7. C'est ce que l'on oublie parfois quand le jongleur dit qu'un Sarrasin est beau ou fort : ces traits ne le rendent pas moins condamnable a l'auditoire8.

  • 9 Berelson et Steiner, pp. 507-515.

7On ne naît pas prévenu ; le préjugé cela s'apprend, la plupart du temps chez soi, et, généralement, cela prend du temps. Plus on est en situation de concurrence avec quelqu'un ou que l'on se sent menacé par lui, plus on est porté à avoir des préjugés contre lui. Et lorsque les temps sont difficiles ou qu'il y a des troubles cela ne fait qu'enpirer les choses9.

  • 10 Gardner Lindzey, Projective Techniques and Cross-Cultural Research, New York, Appleton-Century-Cro (...)
  • 11 Lindzey, pp. 26-28.
  • 12 Lindzey, p. 26.
  • 13 François-Marc Gagnon, Ces Hommes dits sauvages : l'Histoire fascinante d'un préjugé qui remonte au (...)

8Examinons de près maintenant le concept de la projection. Le mot projection s'emploie dans plusieurs sens10. Celui qui nous occupera tout particulièrement ici concerne le mécanisme de défense décrit par Freud dès 1895. Il s'agit de la tendance du paranoïaque à attribuer à autrui des intentions basses qui lui sont propres. Se trouvant en présence d'une pulsion gênante, l'individu refoule sa culpabilité dans l'inconscient en projetant ce trait ou ce mouvement sur une autre personne11. Dans Totem et tabou, Freud s'est servi de cette théorie pour élucider pourquoi, chez les peuples primitifs, les vivants croient parfois qu'ils doivent se protéger contre des parents décédés ou bien les apaiser. Selon Freud, les vivants ressentent souvent de l'animosité contre leurs parents et quand ces derniers sont morts ils attribuent ce sentiment aux défunts. Moi, je le déteste devient lui, il me déteste12. Voilà pourquoi, dit-on, les nazis accusaient les juifs de sadisme : c'est parce qu'ils leur attribuaient un défaut dont ils étaient eux-mêmes coupables et pour justifier, en même temps, leur conduite envers eux13.

  • 14 Brault, Tome 1er, pp. 100-101.
  • 15 Brault, Tome 1er, pp. 91-92, 141-144.
  • 16 Brault, Tome 1er, pp. 320-321, 471, n. 18.

9Dans mon édition analytique de la Chanson de Roland, j'ai donné, sans m'en rendre compte, une explication freudienne quand j'ai soutenu que Ganelon prétendait que Roland le haïssait alors qu'en réalité c'était lui qui avait son beau-fils en haine14. J'ai aussi écrit que cette tendance à la projection - encore une fois, je n'ai pas employé ce mot précis, j'ai parlé de la chose sous la rubrique "Point de vue" - semblait bien caractériser Ganelon. Par exemple, le traître accuse Roland d'être un séducteur. Je fais allusion à l'anecdote que Ganelon raconte à Blancandrin lorsqu'ils chevauchent vers Sarragosse : Roland, ayant fait du butin auprès de Carcasoine, est venu devant Charlemagne tenant une pomme vermeille en sa main. "Tenez, le héros lui dit, je vous donne en présent les couronnes de tous les rois !". Mais le séducteur c'est Ganelon car il essaie par ses beaux discours de détourner l'empereur de son devoir15. Ganelon taxe aussi Roland de jactance et de cupidité, s'efforçant sans le savoir de déguiser ses propres vices qui néanmoins se laissent deviner16.

  • 17 Voir plus haut, n. 10.
  • 18 Lindzey, pp. 210-213, 269-274, 232-239 ; voir aussi p. 328.

10Dans quelle mesure peut-on faire appel au concept de la projection en discutant l'image des Sarrasins dans les chansons de geste ? L'ouvrage de référence le plus utile sur la projection par rapport à la recherche ethnologique est celui de Gardner E. Lindzey17. Le psychologue américain examine à fond les conclusions d'un bon nombre d'anthropologues et de sociologues qui se sont servis de tests projectifs pour étudier les sociétés modernes, surtout les peuples primitifs. On cite souvent, par exemple, les travaux de Wallace, de Gladwin et Saranson, et de Spindler, études sur les Amérindiens de l'état de New York, les Amérindiens de l'état de Wisconsin, et les habitants des îles Carolines faisant partie de la Micronésie, respectivement18.

11Ces chercheurs ont utilisé toutes sortes de méthodes mais en particulier le test du psychiâtre suisse Rorschach basé sur l'interprétation libre de taches d'encre ; le fameux T.A.T. ou Thematic Apperception Test de l'Américain Murray ; et le test du Hongrois Szondi, ces deux dernières épreuves utilisant des photographies de visages ou de scènes diverses.

12(Il va sans dire que nous ne disposons pas de sujets médiévaux capables de remplir des questionnaires. Je cite toutefois le travail de ces chercheurs parce qu'ils se sont penchés sur la projection en tant que phénomène psychique.)

  • 19 Lindzey, pp. 323-328.

13Lindzey s'est donné beaucoup de peine pour juger avec impartialité ces recherches et n'a pas hésité à mettre en lumière le risque que l'on court en tirant des conclusions concernant un individu, un groupe, ou une société en se fondant sur des procédés de la sorte. Il a estimé que, tout compte fait, on est en droit de prendre les résultats de ces analyses en considération mais que l'on ne doit pas exagérer leur importance. Ils seraient surtout utiles à vérifier des conclusions auxquelles on serait arrivé en se servant d'autres méthodes. Par contre, les autres procédés que l'on emploie pour se faire une opinion d'un peuple ne sont pas moins sujets à caution19. C'est sous le bénéfice de ces observations que je passe maintenant à l'interprétation du portrait épique des Sarrasins.

14La société à laquelle appartenaient les jongleurs était chrétienne mais, comme celles qui l'avaient précédée et qui l'ont suivie, elle était loin d'être parfaite. Les moralistes et les autres observateurs médiévaux ont souvent décrié la généralité scandaleuse de certains vices, par exemple l'avidité du gain et la luxure, à tel point que l'on peut bien se demander si ces habitudes appelées écarts de conduite étaient vraiment exceptionnelles plutôt que de règle. Les jongleurs aussi ont assez souvent attribué à des héros chrétiens certains défauts qu'ils prêtaient régulièrement aux Sarrasins, et tout particulièrement la cruauté, l'orgueil, et la perfidie.

15Notre regretté collègue Jean-Charles Payen s'est élevé contre la cruauté médiévale dans une communication faite au colloque sur la Chanson de Roland tenu à la Pennsylvania State University au mois d'octobre 1978. Quelques phrases suffiront pour nous donner une idée d'ensemble de son brillant exposé :

  • 20 Jean-Charles Payen, Une poétique du génocide joyeux : devoir de violence et plaisir de tuer dans l (...)

"Le poème dit la joie de tuer par un énoncé frémissant qui unit dans une liturgie du génocide les actants de la chanson, le poète qui décrit leurs massacres et l'auditoire qui se réjouit d'écouter le jongleur faire l'apologie de la brutalité mortelle ... La beauté du Roland est celle du sang et du carnage ... La chanson de geste fomente intentionnellement le plus sournois des racismes : le racisme religieux, celui qui excuse la honte du génocide au nom d'une foi confortablement impérialiste"20.

  • 21 Bancourt, Tome I, p. 165.
  • 22 Bancourt, Tome I, pp. 162-164.

16Dans une section sur les supplices infligés par les Sarrasins aux Chrétiens dans les chansons de geste, Bancourt a démontré que bien que l'on doive faire la part de l'imagination dans ces récits et que l'on doive surtout faire état du retentissement considérable des atrocités turques de 1119 et 1146, il est vrai aussi que "les supplices 'sarrasins' sont ... généralement reconnaissables comme appartenant aux mœurs de l'Occident chrétien"21. Et, se référant à la coutume pénale en vigueur en France à l'époque, il cite les châtiments de la pendaison et de la décollation, celui d'être traîné, celui du bûcher, de la mutilation, de l'aveuglement, et de la castration22.

  • 23 Bancourt, Tome I, pp. 196-277.
  • 24 Bancourt, Tome I, pp. 289-291.
  • 25 Bancourt, Tome I, pp. 291-295.

17Quant à l'orgueil, Bancourt a établi une distinction entre l'orgueil par rapport aux hommes, c'est-à-dire "estime excessive de soi et mépris de l'ennemi", d'une part, qui caractérise parfois le chevalier chrétien, et l'orgueil à l'égard de Dieu, trait réservé aux Sarrasins, d'autre part23. Pour ce qui est de la perfidie des Chrétiens, le même érudit cite des exemples historiques d'un "faux rendez-vous donné pour une bataille dans l'intention de surprendre l'ennemi, violation des engagements pris à l'égard des assiégés, rupture des traités, [et] mépris des serments"24. Dans les chansons de geste, il est souvent question aussi de mauvaise foi chrétienne : espionnage, déguisement, et d'autres stratagèmes assez suspects25.

18Loin de moi l'idée d'adresser des reproches à nos ancêtres ; cependant on ne saurait nier, d'après ces témoignages historiques et littéraires - et que l'on n'aurait pas de la peine à multiplier - que les défauts que les jongleurs attribuaient aux Sarrasins s'étalaient aussi chez les Chrétiens. Bref, en plus des raisons que l'on apporte généralement pour expliquer la caractérisation des Musulmans dans les chansons de geste, il me semble qu'il y en a une autre : sans s'en rendre compte, on prêtait ces traits aux Sarrasins parce qu'on tentait de se défendre d'avoir ces mêmes défauts.

  • 26 Luis Weckmann, The Middle Ages in the Conquest of America, Speculum, tome XXVI, 1951, pp. 130-141.
  • 27 Leonardo Olschki, What Columbus Saw on Landino, in the West Indies, Proceedings of the American Ph (...)
  • 28 Gérard J. Brault, Exploration and Discovery in French Literature from the Middle Ages to Rabelais,(...)

19Permettez-moi, avant de conclure, de verser une dernière pièce au dossier. Luis Weckmann s'est attaché à démontrer que le Moyen Age et surtout le Moyen Age espagnol s'est prolongé jusqu'au début du 17e siècle dans les colonies ibéro-américaines26. Pénétré des idées d'une époque passée et pourvu de renseignements géographiques tirés des écrits de Marco Polo et d'autres auteurs médiévaux, Christophe Colomb est mort après avoir fait quatre voyages en Amérique persuadé qu'il avait atteint l'Extrême-Orient27. Les premiers conquistadores, détournant de la même façon les choses dans le sens de leurs désirs, ont cru avoir retrouvé, par exemple, le pays des Amazones et les Antilles, et cette méprise nous a donné deux toponymes américains28. Ces pensées nées de désirs étaient une sorte de projection.

20Mais je voudrais surtout porter l'attention du lecteur sur un aspect de la découverte de l'Amérique qui a engendré la même sorte de projection que je discutais plus haut. Il s'agit des premiers contacts français avec les autochtones du Canada.

  • 29 Voir plus haut, n. 13.

21L'historien de l'art François-Marc Gagnon a publié récemment un livre intitulé Ces Homes dits sauvages qui porte le sous-titre suivant : L'Histoire fascinante d'un préjugé qui remonte aux premiers découvreurs du Canada29. C'est une étude attentive du stéréotype des Amérindiens que les premiers visiteurs français ont disséminé par leurs écrits et leurs dessins.

  • 30 Gagnon, pp. 28-71.

22Dans ses récits de voyage publiés au début du 17e siècle, Samuel de Champlain, Père de la Nouvelle-France, a déclaré, par exemple, que les Indiens n'étaient pas, comme il s'y était attendu, des monstres ... mais c'étaient des sauvages. Pourquoi cette désignation ? Eh bien, ces hommes n'avaient pas de barbe, avaient la peau cuivrée, se promenaient tout nus, et se peignaient le visage et le corps. En plus, ces hommes vivaient en sauvage : ils faisaient la guerre (mais d'une manière indisciplinée) et ils allaient à la chasse (mais pas pour le plaisir : c'était pour la subsistance). En somme, ils ne se comportaient pas comme il convenait, ils ne se comportaient pas comme des nobles français30.

  • 31 Gagnon, pp. 72-95, 130-139.
  • 32 Gagnon, pp. 169-176. Je tiens à remercier le professeur Bancourt qui a bien voulu commenter ma com (...)

23Les attitudes des Amérindiens en face de la maladie et de la mort étaient - toujours selon Champlain - "bestiales", "superstitieuses", ou bien "ridicules". Leur art figuratif était puéril. Quant aux rôles de l'homme et de la femme dans la société amérindienne, Champlain trouvait, d'accord avec les autres premiers découvreurs français, que celui-là était paresseux, celle-ci besogneuse31. Gagnon a conclu que Champlain et ses contemporains, qui ont commis maintes agressions et actes de barbarie au Canada, faisaient de la pure projection en désignant les Amérindiens du nom de sauvage32.

24L'exemple des premiers explorateurs du Canada, ces hommes de la Renaissance que l'on peut aussi considérer comme les derniers hommes du Moyen Age, tend, à mon avis, à corroborer l'interprétation que j'ai donnée du portrait des Musulmans dans les chansons de geste. Cette représentation est fort complexe, cependant, et il faut, comme on l'a fait jusqu'à présent, tenir compte de bien d'autres facteurs si l'on veut la comprendre dans toute sa richesse.

Notes

1 Mark Skidmore, The Moral Traits of Christians and Saracens as Portrayed by the Chansons de Geste, Colorado College Publication, General Series n° 203, Studies Series n° 20, Colorado Springs, 1935 ; William Wistar Comfort, The Literary Role of the Saracens in the French Epic, PMLA, tome XXI, 1906, pp. 628-659 ; Cyril Meredith-Jones, The Conventional Saracen of the Songs of Geste, Speculum, tome XVII, 1942, pp. 201-225 ; Paul Bancourt, Les Musulmans dans les chansons de geste du Cycle du Roi, 2 vol., Aix-en-Provence, Université de Provence, 1982.

2 Sarrasines : Bancourt, Tome II, pp. 571-665 ; voir aussi pp. 666-827 ; usages et équipement militaire des Musulmans : Tome II, pp. 829-1002 ; traitement des prisonniers chrétiens : Tome I, pp. 173-195 ; évolution dans le portrait des Sarrasins : Tome I, pp. 339-340, 569 ; Tome II, pp. 1010-1011.

3 Bancourt, Tome II, p. 1005.

4 Gérard J. Brault, The Song of Roland : An Analytical Edition, 2 vol., University Park, Pennsylvanie, et Londres, The Pennsylvania State University Press, 1978, Tome I, pp. 23, 108-110.

5 G. W. Allport, The Nature of Prejudice, New York, Doubleday & Company, 1958.

6 Bernard Berelson et Gary A. Steiner, Human Behavior : An Inventory of Scientific Findings, New York, Harcourt, Brace & World, 1964, pp. 500-519.

7 Berelson et Steiner, p. 502.

8 Brault, Tome I, p. 109.

9 Berelson et Steiner, pp. 507-515.

10 Gardner Lindzey, Projective Techniques and Cross-Cultural Research, New York, Appleton-Century-Crofts, 1961, pp. 29-31.

11 Lindzey, pp. 26-28.

12 Lindzey, p. 26.

13 François-Marc Gagnon, Ces Hommes dits sauvages : l'Histoire fascinante d'un préjugé qui remonte aux premiers découvreurs du Canada, Montréal, Libre Expression, 1984, p. 169.

14 Brault, Tome 1er, pp. 100-101.

15 Brault, Tome 1er, pp. 91-92, 141-144.

16 Brault, Tome 1er, pp. 320-321, 471, n. 18.

17 Voir plus haut, n. 10.

18 Lindzey, pp. 210-213, 269-274, 232-239 ; voir aussi p. 328.

19 Lindzey, pp. 323-328.

20 Jean-Charles Payen, Une poétique du génocide joyeux : devoir de violence et plaisir de tuer dans la Chanson de Roland, Olifant, tome VI, nos 3 & 4 (Roncevaux 778-1978, Proceedings of the Pennsylvania State University Conference, October 5-7, 1978), 1979, pp. 226, 233.

21 Bancourt, Tome I, p. 165.

22 Bancourt, Tome I, pp. 162-164.

23 Bancourt, Tome I, pp. 196-277.

24 Bancourt, Tome I, pp. 289-291.

25 Bancourt, Tome I, pp. 291-295.

26 Luis Weckmann, The Middle Ages in the Conquest of America, Speculum, tome XXVI, 1951, pp. 130-141.

27 Leonardo Olschki, What Columbus Saw on Landino, in the West Indies, Proceedings of the American Philosophical Society, tome LXXXIV, 1941, pp. 633-659.

28 Gérard J. Brault, Exploration and Discovery in French Literature from the Middle Ages to Rabelais, French Review, tome LIII, 1980, p. 552.

29 Voir plus haut, n. 13.

30 Gagnon, pp. 28-71.

31 Gagnon, pp. 72-95, 130-139.

32 Gagnon, pp. 169-176. Je tiens à remercier le professeur Bancourt qui a bien voulu commenter ma communication et qui a émis l'hypothèse que non seulement les défauts mais aussi les qualités des Sarrasins pourraient provenir de la projection.

Auteur

(Pennsylvania State University, University Park)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540