Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

"La chanson de Guillaume, poème Anglo Normand ?"

Philip E. Bennett

Texte intégral

  • 1 Huguette Legros, '"Seigneur Barun", "Vavasur onuré" : le discours mobilisateur dans la Chanson de (...)
  • 2 La Chanson de Guillaume, éd. Duncan McMillan, Picard, Paris (S.A.T.F. 85), 2 Vols, 1949 et 1950. V (...)
  • 3 La Chançun de Guillelme, franzbsisches Volksepos des XI. Jahrhunderts, kritisch herausgegeben von (...)
  • 4 Jeanne Wathelet-Willem, Recherches sur la Chanson de Guillaume ; études suivies d'une édition, (Bi (...)
  • 5 La Chançun de Willame, ed. Elizabeth Stearns Tyler, (Heath's Oxford French Series), New York, 1919
  • 6 Wathelet-Willem, éd. cit. I pp 9-10.

1C'est pendant la lecture d'un article de Mlle Huguette Legros1 que l'expression d'Anglo-normannie employée pour qualifier le lieu de composition de la Chanson de Guillaume m'a tellement frappé que je me suis mis à penser de nouveau aux origines et à l'élaboration de ce texte énigmatique. Or, comme tout le monde le sait, le MS londonien présente un texte anglo-normand ; mais personne n'ignore non plus le fait que le poème conservé dans ce MS est d'origine continentale2. La certitude et la quasi-unanimité des érudits sur ce point remontent à Hermann Suchier, qui dans son édition3 avait élagué le poème en supprimant sa continuation postiche (ce qu'on est convenu d'appeler G2) et s'est permis de corriger très foncièrement le texte qu'il a publié. Le but de ces corrections était la normalisation de l'usage linguistique et de la mesure. Son exemple a été suivi par la plupart des éditeurs plus récents. L'édition la plus importante qui s'insère dans cette tradition est celle de Mme Wathelet-Willem4, et, malgré quelques différences qui séparent sa propre reconstitution de la chanson primitive de celles de Suchier ou de Mme Tyler5, il me paraît que les principes qui l'ont guidée soient sensiblement pareils à ceux qui ont informé le travail de ses devanciers allemand et américain. On pourrait les résumer de la façon suivante : puisque les dernières retouches authentiques ont été apportées au poème en France (sur les confins de la Normandie et de la Picardie) au milieu du xiie siècle, et que la suite de l'histoire du texte n'est faite que de 'corruptions' et 'altérations' malencontreusement introduites dans le poème par une série de copistes plus ou moins incompétents, parmi lesquels s'est trouvé par hasard au moins un clerc d'origine insulaire, le devoir de l'éditeur est de débarrasser ce joyau de la littérature française de la gangue qui l'a rendu méconnaissable6. Parce que la possibilité d'une origine insulaire du texte, même dans la forme qu'il revêt dans le MS de Londres, n'existe pas, la logique de la savante liégeoise, qui est irréprochable, veut qu'elle supprime tout anglo-normandisme de langue et de métrique, même au cas où les deux phénomènes linguistigue et poétique s'appuient mutuellement.

  • 7 La Chançun de Willame, ed Nancy V. Iseley, (University of North Carolina Studies in the Romance La (...)
  • 8 McMillan, éd. cit. II pp. 22, 27, 51, 115 ss ; Wathelet Willem, éd. cit. I. pp 66-78.

2Une deuxième tendance des éditeurs de cette chanson est représentée par l'édition que M. Duncan McMillan a publiée dans la série des Anciens Textes Français, et par celle que Mlle Iseley a fait paraître chez la presse de l'Université de Caroline du Nord7. Malheureusement les quelques remarques préfatoires de Mlle Iseley ne nous permettent pas de saisir clairement les bases scientifiques de son travail. Pour sa part M. McMillan reconnaît l'importance de l'apport anglo-normand au texte qui nous est parvenu ; il se trouve hanté par la figure indistincte d'un remanieur, qui aurait pu être d'origine insulaire, mais qui, en fin de compte, ne se distingue guère des copistes distraits, pédants et avant tout manquant la finesse d'oreille de leurs confrères continentaux décrits par Mme Wathelet-Willem8. Empiriste dans la bonne tradition insulaire, l'érudit écossais se borne dans l'Introduction à son édition à discuter les possibilités de remédier aux défaillances de la copie londonienne sans postuler une explication systématique des fautes relevées, et sans y puiser les bases philosophiques d'une correction foncière du texte à la manière de Suchier ou de Mme Wathelet-Willem. Ainsi intervient-il le moins possible lors de la préparation de l'édition même de la chanson.

  • 9 Le groupement le plus remarquable est constitué par les laisses 2, 3 plus 4, 77 où, malgré quelque (...)
  • 10 Rita Lejeune, 'Le camouflage des détails essentiels dans la "Chanson de Guillaume"', Cahiers de Ci (...)

3Le projet d'une édition nouvelle de la Chanson de Guillaume destinée aux étudiants universitaires anglophones m'a obligé d'affronter à mon tour les problèmes qui avaient harcelé tous les érudits qui se sont imposé cette tâche depuis le début du xxe siècle. Plus j'ai considéré les problèmes posés par le texte, plus je me suis trouvé convaincu que l'adoption de n'importe quel système destiné à corriger le texte tel qu'on le trouve dans le MS provoquerait un échec inévitable. En était-il question de réduire à l'ordre les laisses a assonances multiples ? Que faire dans ce cas de ces laisses où les mêmes séries d'assonances mixtes se répètent textuellement9 ? Or, les principes de l'établissement des traditions manuscrites élaborés par Lachmann se fondent sur cet axiome que, si une faute revient deux fois au même endroit de deux copies différentes d'un texte, il est impossible que cela soit le produit du simple hasard. On peut évidemment transférer ce principe sur les autres opérations de l'édition des textes, et formuler cet autre principe qu'un scribe dont le travail est fait de façon distraite ne reproduira pas par mégarde la même faute à deux moments différents de sa copie. D'où il s'ensuit que ces groupements parallèles ont été confectionnés par un homme qui les a formés à dessein. Cette impression est renforcée par l'absence de variantes formulaires, notée également par Mme Rita Le jeune10, et qui suggère que nous avons affaire à un scribe qui travaillait sur un texte écrit qu'il cherchait à modifier.

  • 11 Ed. cit. Iï p. 44 ; cf. Wathelet-Willem, éd. cit. I p. 71.

4Passons à la question épineuse de la versification. Mme Wathelet-Willem a cherché dans son édition la pureté d'un texte où tout vers aurait ses dix syllabes avec césure après la quatrième, où toutes les assonances répondraient aux habitudes des poètes continentaux et où les lois de la déclinaison seraient scrupuleusement observées. Souvent la correction se fait assez facilement, mais seulement au prix de ces jugements subjectifs que M. McMillan avait refusé d'invoquer, et qui consistent soit en la suppression, soit en l'addition d'un monosyllabe11. Pourtant il y a des cas plus difficiles. Ainsi le vers 1183 est un décasyllabe irréprochable, au sens très clair, mais qui présente une infraction au système de déclinaison bi-casuel :

A tant i vint Willame le barun.

5Mme Wathelet-Willem suggère qu'il faut lire

A tant vint Guillelmes al barun

6en proposant une correction minimale qui rétablit la bonne syntaxe. Cependant on reconnaîtra que cette correction change de tout en tout le sens du vers. En outre elle fait appeler 'barun' un jeune homme 'adoubé de l'avant veille' et supprime une épithète formulaire employée fréquemment pour désigner Guillaume.

A quoi j'ajouterais que le texte du MS
A tant i vint Willame le barun
les dis oscist les vint fuient le munt
dunc vint a Guischard sil ad mis a raisun
(1183-85)

7offre une progression narrative très logique et soigneusement agencée : Guillaume entend l'appel au secours de son neveu ; il arrive sur les lieux ; il doit mettre en fuite les guerriers sarrasins qui entourent le jeune homme avant qu'il ne puisse enfin arriver auprès de Guischard. Tout cela est bouleversé dans le texte critique de l'éditeur belge, puisque, dans sa version, le vers 1185 ne fait que répéter les données du vers 1183, ce qui réduit la mention du massacre de l'ennemi du vers 1184 au statut d'une parenthèse sans importance.

8La correction proposée au vers 2013 révèle un cas autrement délicat. Elle consiste effectivement en quatre opérations :

  1. le transfert d'une épithète du deuxième hémistiche dans le premier hémistiche ;
  2. le transfert d'un élément verbal du premier hémistiche dans le deuxième hémistiche ;
  3. la suppression d'une épithète du premier hémistiche ;
  4. l'addition d'un article qui ne figure pas dans le texte.

9Le résultat de toutes ces interventions de la part de l'éditeur est le confectionnement d'un décasyllabe a tous points parfaits.

Li quens Guillelmes ad Viviën trové

10sur le fondement d'un autre décasyllabe rendu 'suspect' par l'absence des articles et par une faute de déclinaison.

Ad bers Willame quons Vivien trové.

  • 12 Pour cet usage voir Le Livre de Sibile by Philippe de Thaon, ed Hugh Shields (A.N.T.S. 37), London (...)
  • 13 Ed. cit. II p 161.

11Or, l'absence de l'article, surtout devant des mots comme bers, cuens, dame et reis qu'on pourrait considérer comme des épithètes n'est pas rare en anglo-normand12, ce qui revient à dire que le scribe globaliste, que Mme Wathelet-Willem tient pour responsable des perturbations observées dans ce vers13, a réussi cette fois un décasyllabe parfait quant à la métrique, avec une structure moins prosaïque que le vers qu'il a altéré, et qui par surcroît dénonce une syntaxe anglo-normande.

12Une difficulté d'une autre espèce est produite par l'emploi de l'anglo-normandisme beneit, adjectif dissyllabique, qui revient cinq fois dans divers contextes prosodiques et syntaxiques dans

2401 Beneit seit la dame qui si t'ad conreié
3015 Beneit seit l'ore que le suens cors fu né
3030 Beneit seit le hure que vostre cors fu né
3204 e dist Reneward beneit seit tun chef
3331 Beneit seit l'alme qui le me ceinst al lé

13On remarquera tout de suite que trois fois sur cinq le mot figure dans des décasyllabes parfaitement bien frappés. Le problème réside ailleurs, dans le fait que quatre fois l'adjectif qualifie un substantif féminin. Une autre fois l'absence présumée de l'hiatus dans la seconde syllabe du mot rend estropié le deuxième hémistiche du vers, ce a quoi le scribe a essayé de remédier, ainsi va l'argument, en ajoutant la conjonction 'e' au début du premier hémistiche, pour faire ses dix syllabes, mais sans avoir égard à l'emplacement de la césure. Le vers 2401 offre le plus de difficultés à la critique, puisque l'absence de l'accord semble se doubler d'un problème métrique. Le premier hémistiche paraît être celui d'un alexandrin à césure lyrique.

14De prime abord la correction des vers 3204 et 3331 n'a pas l'air de poser des problèmes. Il faut simplement supprimer un monosyllabe intrus et rétablir l'hiatus (on peut considérer alme comme un monosyllabe pour les besoins de la cause, parce que ce mot se trouve à la césure). Pourtant, ici comme ailleurs, il ne faut pas se fier aux apparences ! Dans le vers 3331 comme dans le vers 2401 l'adjectif beneit renvoie à Guiboure, et le contexte rend très explicite cette allusion à la femme de Guillaume. La suppression des mots féminins ajoutés par le 'glossateur' ne change donc rien au problème, puisque la faute grammaticale demeure. On devine la gêne de Mme Wathelet-Willem face à cette difficulté lorsqu'on confronte son texte critique et sa traduction de ces vers :

2401 Beneïz seit qui si t'ad conrée
(traduction : Bénie soit qui vous a préparée)
3331 Beneïz seit qui me la (sic) ceinst el (sic) lé
(traduction : Que soit bénie celle qui me l'a ceinte)

15Chaque fois elle supprime le féminin nécessaire dans sa reconstitution critique du poème, chaque fois elle le rétablit dans sa traduction. Ce qui est naturel, parce qu'on n'arrive pas à se représenter un francophone originaire du continent qui ne ressente pas le besoin de faire cet accord à quelque moment de l'histoire de la langue que ce soit. Le manque de l'accord se fait sentir également aux vers 3015 et 3030, mais cette fois ce doit être l'adjectif même qui est faux, puisque la forme fautive remplit parfaitement son hémistiche. Ainsi remplace-t-on 'Beneit seit' par 'Bone seit' dans ces deux vers.

16L'analyse de ces quatre vers nous oblige à choisir entre deux explications de l'état actuel du texte à ces endroits. Il pourrait être le produit de l'intervention de trois hommes : un glossateur (2401 et 3331), un correcteur (3204), un scribe à tel point distrait qu'il confond bone et beneit deux fois à quinze vers d'intervalle. Qui plus est, chacun de ces hommes paraît se doubler d'un Anglo-normand, insensible soit à la syntaxe, soit à la mesure soit aux deux à la fois. Par contre, il pourrait être le produit d'un seul homme, poète à sa façon, assurément Anglo-normand celui-ci, pour qui l'expression 'beneit seit' entre dans la composition de formules à quatre, cinq ou six syllabes. La comparaison de ces cas avec celui du vers 2013, où le globaliste s'avère également anglo-normand par la syntaxe qu'il emploie, me convainc en fin de compte que nous n'avons ici affaire qu'à un seul homme.

17Bien que les exemples que je viens d'analyser se trouvent tous dans G2, nous verrons par la suite qu'il n'y a pas de grande distinction à faire entre les deux unités G1 et G2 en ce qui concerne la prosodie du texte. Ce n'est pas que je nie ainsi la plus forte proportion de vers corrects que Mme Wathelet-Willem a signalé dans G2, et qui lui a permis de considérer cette partie du poème comme indépendante de G1. C'est plutôt que l'analyse des vers 'fautifs' suggérera que la simple bipartition du texte n'offre pas la meilleure solution du problème de l'histoire complexe de l'élaboration du poème. Et c'est avant tout dans la prosodie, qui a été jusqu'ici l'objet de tant d'opprobre de la part des érudits, qu'il faut chercher l'explication de l'état actuel du texte.

  • 14 Dans sa discussion des vers de dix syllabes a césure médiane M. McMillan accuse J. J. Salverda de (...)
  • 15 Tout au long des introductions de leurs éditions M. McMillan et Mme Wathelet-Willem parlent des 'a (...)

18Mais est-ce qu'on peut assez se fier à une appréciation de la métrique de cette chanson pour en faire la base d'une analyse quelconque ? C'est l'opinion de la plupart des érudits qu'on ne peut pas le faire, à cause du manque de système qu'on y voit. En effet les analyses de la versification anglo-normande auxquelles les éditeurs de la Chanson de Guillaume ont pu renvoyer n'ont pas en général invité à chercher un ordre derrière le chaos évident du texte. D'ailleurs l'appréciation métrique de ces éditeurs s'est fondée sur une conception purement française du vers, selon laquelle tout mètre repose sur un nombre exact de syllabes14. Puisque la littérature anglo-normande était une littérature d'expression française, on a longtemps cru que la versification anglo-normande aspirait à conformer en tous points au système français, et que les différences d'avec ce système, qu'on notait soigneusement dans les éditions des textes anglo-normands, n'étaient qu'autant de déformations et barbarismes15. Ainsi a-t-on renoncé pour la plupart à expliquer le système de versification anglo-normand, et les quelques tentatives qu'on avait fait pour le faire ont été tournées en ridicule. C'est Johann Vising qui en a donné le ton dans un passage qui mérite qu'on le cite in extenso :

  • 16 Johann "Vising, Anglo-Norman Language and Literature, London, 1923, p 86.

The Anglo-Norman poets were in general, even if they belonged to the clergy, people of little learning, and what they possessed least of all was system and theo-ry. Most of them did not know English, or knew it only imperfectly, and at the same time they found no little difficulty, as they admit themselves, in handling the French language and French versification. How was it possible for them to construct out of two metrical Systems they hardly knew a new and very complicated system ?16.

  • 17 Ibid. p. 37.

19C'est un paragraphe qui appelle plusieurs commentaires. D'abord Vising attire lui-même l'attention sur l'importance de la contribution surtout des chroniqueurs anglo-normands à l'histoire intellectuelle des xiie et xiiie siècles17. Or, beaucoup de ces chroniqueurs, y compris Jordan Fantosme et Matthieu Paris, étaient aussi des poètes ; il y a donc contradiction. Ensuite Vising traite la langue anglo-normande de système clos, qui aurait existé in vacuo. Mais en réalité il n'en est rien, surtout au xiie siècle, et le témoignage de Giraut de Barri, de Marie de France et St Godric, auteur du premier poème lyrique en moyen anglais qui nous soit parvenu, ainsi que ceux du Brut de Layamon et de la continuation de la Chronique anglo-saxonne jusqu'en 1154 prouvent le contraire. Enfin, l'idée que les poètes médiévaux de langue vulgaire auraient dû être des bâtisseurs de systèmes est fortement anachronique. Il n'y avait à l'époque que la poésie latine qui méritât la composition de traités d'ordre théorique, et on trouve autant d'Anglais, ou d'Anglo-normands que de Français du continent parmi ces théoriciens de la poésie savante.

20A cause de la situation culturelle provoquée par les événements de 1066 et de 1136 la poésie anglo-normande se trouve au carrefour non pas de deux traditions prosodiques mais de trois. D'un côté se trouve la poésie française continentale de base purement syllabique, quand bien même ce syllabisme serait renforcé en ancien français par un accent frappant plutôt les mots que les périodes à la manière de l'accent qui structure le vers français classique ou moderne. En deuxième lieu il y a les habitudes prosodiques des Anglais, qui comptaient les accents et non les syllabes. Il s'agit en l'espèce d'une habitude constante de la poésie anglaise, qui se manifeste aussi bien en ancien anglais qu'en moyen anglais ou en anglais moderne. On se rend compte de la permanence de cette manifestation de la sensibilité anglaise en lisant ces mots de Clive Scott, qui traite ici de l'incertitude de la valeur des syllabes qui contiennent un schwa :

  • 18 Clive Scott, French Verse Art, Cambridge UP, 1980, pp 16-17.

On the whole the English are not sensitive to the syllabe as a verse-component, and we are likely to find iambic pentameters with anything between eight and thirteen syllables in them,.. When we meet "heav'n", for instance, do we assume that the apostrophied e is neither counted nor pronounced, or that it is not counted but may be pronounced ?18.

21Les hésitations relevées dans le traitement d'un groupe comme 'the ecclesiastical' dans le vers

All kinds of dress except the ecclesiastical
(Byron, Beppo)

  • 19 The Romance of Horn, ed M. K. Pope, Vol. 1 (A.N.T.S. 9-10), Oxford, 1955, vol. 2 (A.N.T.S. 12-13), (...)
  • 20 L'influence de la prosodie accentuelle sur la versification métrique latine et ses rapports avec l (...)

22rappelle le traitement accordé aux groupes li iert et li estreit du Roman de Horn19. La troisième influence est celle de la poésie latine, ce qui n'est pas pour surprendre, puisque tant de poètes anglo-normands étaient des clercs. Et cette poésie aussi tendait à rehausser l'importance de la prosodie accentuelle et d'appuyer ainsi les habitudes héritées de la versification anglo-saxonne20.

23La perception qu'un peuple ne peut pas produire une poésie exempte d'une structure propre, que l'idée d'une façon de composer des vers qui n'est que l'ébranlement quasi-total d'un système étranger comporte une contradiction, a amené les chercheurs qui ont travaillé sur les poèmes anglo-normands depuis la Deuxième Guerre Mondiale à scruter les oeuvres dans le but de cerner les principes moteurs de la versification insulaire. Il n'entre pas dans mon propos d'offrir une explication globale de la métrique anglo-normande, mais avant de revenir à l'examen de la Chanson de Guillaume il faut résumer les résultats les plus importants des spécialistes, afin d'établir un cadre à notre propre analyse.

  • 21 Op. Cit. pp 82-85.
  • 22 Ibid. p. 84.
  • 23 Clive Scott, op. cit. p. 7, observe que l'un des éléments les plus importants qui opposent la stru (...)
  • 24 Jordan Fantosme's Chronicle, ed R.C. Johnston, Oxford UP, 1981, pp xxiv-xxv.
  • 25 Horn, éd. cit. II p. 32-33 ; The Anglo-Norman Alexander (Le Roman de Toute Chevalerie) by Thomas o (...)

24Pour commencer il faut remonter bien au-delà des années quarante, parce que c'est Johann Vising, malgré le peu d'égards dont il témoignait envers les poètes insulaires, qui a identifié le premier deux des éléments majeurs du vers anglo-normand21. Il s'agit de l'emploi de la césure lyrique dans des vers narratifs (qu'il a nommée 'la césure anglo-normande'), et de son équivalent en fin de vers, la syllabe féminine qui compte dans la mesure. En fait la césure était d'une telle importance aux anglo-normands qu'on en trouve même dans leurs octosyllabes22. Que ce soit l'exemple des poètes latins, des habitudes anglo-saxonnes ou l'imitation des lyriques provençaux qui ait produit ces deux habitudes de composition, il paraît qu'elles se sont combinées assez vite avec d'autres, sans doute d'origine anglaise, pour créer l'idée d'une césure mobile23. Ainsi M. R.C. Johnston a-t-il remarqué dans l'oeuvre de Jordan Fantosme l'existence d'alexandrins dits 'anglo-normands' dans lesquels la coupe principale peut s'effectuer soit après la cinquième soit après la septième syllabe24. D'ailleurs le peu d'importance accordé à la syllabe féminine à la césure et en fin de vers, le sentiment que ce qui comptait c'était la dernière syllabe à accent fort, paraît avoir occasionné l'emploi d'un hémistiche masculin auquel il manquait une syllabe d'après les critères compositionnels continentaux. De là découle sans doute la distribution d'hémistiches à cinq, six ou sept syllabes qui formaient entre eux des alexandrins à dix, onze, douze, treize, voire quatorze syllabes observés par Mlle Pope dans Horn et par M. Foster dans le Roman de toute chevalerie25.

  • 26 Johann Vising, Sur la versification anglo-normande, Uppsala, 1884, J.J. Salverda de Grave, 'Observ (...)
  • 27 Loc. cit.
  • 28 Ed. cit. II p 29.

25Ce mélange de mesures paraît de prime abord témoigner de ce manque de système qui a été l'objet des plaintes de Vising, de Salverda de Grave, de M. McMillan et de Mme. Wathelet-Willem26, et il faut avouer que l'oreille française pour qui la métrique est une branche des mathématiques n'y perçoit que le chaos. Pourtant cela n'était assurément pas le cas pour les poètes qui ont forgé ces vers, et les travaux de MM. Foster et Johnston ont fait voir les contraintes que les versificateurs insulaires se sont imposées. L'analyse que M. Foster a fait des schémas métriques du Roman de Toute Chevalerie27 révèle qu'on peut légitimement parler d'une prosodie anglo-normande. Un échantillon de vingt-cinq vers, desquels l'authenticité est assurée par leur présence dans les deux MSS du roman, présente 22 vers (88 % de l'échantillon) conformes aux normes établis par l'éditeur d'après une considération du texte entier28. Or, cet échantillon manque de dimensions et on pourrait donc croire que les résultats obtenus de l'analyse ne sont aucunement probants. J'ai donc procédé moi-même à un sondage basé sur deux autres échantillons de cinquante vers chacun. Les résultats ainsi obtenus confirment très exactement la conclusion de M. Foster. Les vers 1-50 offrent 90 % de vers anglo-normands réguliers ; les vers 6001-6050 en présentent 94 %.

26Ces recherches ont fourni la grille sur laquelle on peut faire une nouvelle analyse des vers de la Chanson de Guillaume. Pourtant il est évident qu'on ne peut pas transférer sans modification la définition d'un vers régulier perçu par suite de l'analyse d'un poème en alexandrins sur un autre poème qui présente un mètre différent. Pourtant, tout en acceptant que la Chanson de Guillaume a été composée en décasyllabes, du moins dans sa version originale, j'ai été convaincu par une lecture préliminaire du poème qu'une forte proportion des vers faux incriminés par ceux qui avaient édité la chanson sont en effet des alexandrins. Or il n'en reste pas moins que ces vers soient faux par rapport à un norme décasyllabique, mais rien ne prouve que celui qui a écrit ces vers a eu l'intention d'écrire ou de recopier des décasyllabes. Pour ne pas préjuger l'affaire j'ai donc dû tenir compte de la possibilité que le texte présente pour des raisons que je n'arrivais pas à deviner encore, un mélange voulu de décasyllabes et d'alexandrins. J'ai été amené ainsi à adapter le système de M. Foster pour incorporer dans l'analyse des variations sur le rythme du décasyllabe épique qui répondent aux modifications opérées sur l'alexandrin continental par Thomas dans sa version du Roman d'Alexandre. Pour cette raison j'ai dû établir plus de catégories de vers 'corrects' que l'éditeur de l'Alexandre anglo-normand. A côté des vers de dix syllabes à coupe 4 + 6 (avec césure masculine ou épique) j'ai accepté des vers de dix syllabes à césure lyrique et avec un deuxième hémistiche où une finale féminine compte dans la mesure. Du côté des alexandrins j'ai admis toutes les formes perçues par M. Foster, parmi lesquelles se trouvent des vers à structure ambiguë, surtout dans le contexte d'un poème décasyllabique. Il existe dans notre chanson de geste un nombre assez élevé de vers à coupe médiane gui présentent deux hémistiches de cinq syllabes. Est-ce que le poète a ressenti dans ces vers le rythme du décasyllabe ou celui de l'alexandrin ? Rien ne nous permet d'en décider, mais il est sûr que ces vers doivent être considérés comme réguliers dans un poème anglo-normand, et je les ai donc admis dans mon analyse des structures prosodiques du Guillaume. Par contre j'ai exclu de la catégorie des vers réguliers, du moins dans mon premier sondage, les vers de dix syllabes qui paraissent se diviser 3 + 7 ou 7 + 3 ainsi que les vers de onze syllabes qui offrent une coupe soit après la quatrième soit après la septième syllabe.

  • 29 Ed. cit. p. 32.

27Egalement exclus de cette catégorie sont les vers de plus de douze syllabes dont le premier hémistiche en comporte sept, puisque l'étude de M. Foster tend à indiquer qu'un premier hémistiche de sept syllabes en appelle un deuxième de cinq syllabes exactement. J'ai décidé de maintenir cette distinction pour des raisons d'uniformité, malgré la présence de tels vers dans le Roman de Horn29. Enfin j'ai admis des vers de neuf syllabes coupés 4 + 5, sur le modèle des alexandrins coupés 6 + 5 avec finale masculine.

28Pour faire un premier sondage j'ai choisi un échantillon de 450 vers, composé de blocs de 50 vers distribués régulièrement sur le poème entier. J'ai divisé le poème par blocs de 500 vers et j'ai analysé les 50 premiers vers de chaque unité, auxquels j'ai ajouté les 50 derniers vers de G1. Le résultat de ce sondage est représenté dans la table suivante :

  • * y compris deux vers a coupe 6 + 4 dans G2.
  • J’ai relégué ces vers parmi les irréguliers parce qu’ils ne correspondent pas au modèle du décasyl (...)

Note **
Note **

  • 30 La présence de tels vers aussi bien dans le Roland d'Oxford que dans Gormont et Isembard suggère q (...)

29Les chiffres ainsi obtenus suggèrent que la distribution des formes métriques dans le Guillaume est conforme au modèle révélé par l'analyse du Roman de Toute Chevalerie. 58,22 % des vers sont corrects, même d'après les critères continentaux, pourvu qu'on admette un mélange de décasyllabes et d'alexandrins. Encore 20,89 % des vers répondent aux exigences des poètes insulaires du dernier quart du xiie siècle. Ce qui fait un total de 79,11 % de vers qui seraient corrects dans un poème anglo-normand de cette époque. Cette proportion atteint les 80 % si l'on admet les octosyllabes au nombre des vers épiques réguliers dans ce contexte30. Elle est quand même moins élevée de 10 % que celle qu'on trouve dans l'Alexandre anglo-normand.

30Ce qui nous déroute c'est le taux élevé (82 exemples ou 18,22 %) des vers irréguliers d'après tous les critères. Cependant parmi ces vers se trouvent 44 vers à coupe 4 + 7 (9,78 %) et sept vers à coupe 3 + 7 (1,56 %). A la rigueur on pourrait considérer ce dernier groupe de vers, d'ailleurs assez peu important, comme des décasyllabes sans césure, ne fût-ce que notre poète semble avoir adopté l'hémistiche anglo-normand à sept syllabes qu'il emploie régulièrement dans des vers a rythme décasyllabique ou dodécasyllabique. Parmi le premier groupe on trouve 16 exemples d'un premier hémistiche qui se termine par une féminine, qui pourrait donc entrer dans la composition d'un alexandrin anglo-normand régulier à césure lyrique. Les vers à onze syllabes avec une césure masculine après la quatrième ont pu être produits soit par la combinaison de deux hémistiches librement choisis parmi ceux qui s'offraient au poète, soit par l'apocope de la finale instable de l'hémistiche féminine. Dans l'un et l'autre cas il est impossible de dire si ces vers doivent être perçus comme des alexandrins hypométriques, ou comme des décasyllabes hypermétriques.

31L'analyse de ces 450 vers nous permettent de faire une autre constatation. C'est que l'homme à qui nous devons le texte de Londres fait preuve d'une préférence très nette en faveur d'une structure métrique basée sur des vers dont le premier hémistiche est plus court que le second, sauf, naturellement, dans les vers à coupe médiane. Ainsi nous ne trouvons ni des vers coupés 7 + 3 ni des vers coupés 7 + 4 ; ses alexandrins anglo-normands présentent onze fois une coupe 5 + 7 contre quatre exemples de 7 + 5 ; parmi les vers de onze syllabes nous trouvons, à part les 44 exemples de vers coupés 4 + 7, seize exemples d'une césure après la cinquième (5 + 6) et seulement deux vers divisés 6 + 5.

32On voit déjà d'après cette première analyse qu'il est peu probable que le texte de Londres soit le produit de l'intervention fortuite d'une suite de scribes ignares et incompétents. Il le serait plutôt d'un homme qui a consciemment cherché à adapter son texte au goût d'un public insulaire. Ce n'est pas que je nie absolument l'existence de ces copistes, dont l'activité se dénonce par des irrégularités qui dépassent le cadre de la versification anglo-normande telle qu'on la trouve décrite dans les travaux de MM. Foster et Johnston. D'ailleurs, rien n'empêche que notre remanieur ait partagé les tendances du moins d'un glossateur ou d'un correcteur.

33Devrait-on donc en conclure que la version de Londres du Guillaume a été conçue d'un seul trait, que l'oeuvre du remanieur a consisté simplement à ajuster les deux parties du poème, G1 et G2 ? Je ne le crois pas, parce que d'autres analyses effectuées à partir de ces mêmes matériaux suggèrent une autre interprétation qui n'est pas sans intérêt pour la reconstruction de l'histoire du texte. Une comparaison directe entre G1 et G2 fournit les chiffres suivants :

  • L’échantillon de G2 n’offre pas d’exemple de refrain.

Note *

34Ce qui nous frappe du premier coup c'est la plus grande régularité des vers de G2, phénomène que Mme Wathelet-Willem a déjà constaté dans son édition. Non seulement le taux des vers corrects est-il plus élevé, mais on s'étonne de la proportion vraiment très modeste des vers réfractaires à toute analyse. Somme toute ces chiffres semblent indiquer que l'intervention du remanieur a été moins importante dans la deuxième partie du poème. Devrait-on en conclure que le remaniement marque une étape de l'histoire du texte antérieure à la réunion des deux chansons 'de Guillaume' et 'de Rainoart' ? Peut-être.

35Un troisième sondage effectué sur G1 offre de nouveaux éclaircissements. Pour faire cette analyse j'ai divisé la première partie du poème après le vers 932

36A Barzelune la le dirad al cunte Willame séparant ainsi l'épisode de la mort de Vivien d'avec ceux qui traitent des expéditions menées par Guillaume en compagnie de Girart et Guischard et de Gui.

37Cette fois on remarquera qu'on ne peut tirer aucune conclusion de l'écart entre la proportion des vers corrects de l'épisode de Vivien et celle de la deuxième tranche du texte. Mais, par contre, le décalage entre le taux des vers anglo-normands dans la partie 'Vivien' du texte et celui du reste de est fort significative, ainsi que celui qui sépare le nombre de vers 'altérés' dans ces deux morceaux du poème. J'en tirerais volontiers la conclusion que le remanieur a l'air d'avoir agi en copiste par rapport aux 932 premiers vers, mais qu'il semble avoir travaillé de façon plus indépendante et originale quand il a abordé les deuxième et troisième épisodes.

  • 31 Lejeune, art. cit.

38Jusqu'ici nous avons pu constater qu'un homme d'origine insulaire a modifié la versification de la Chanson de Guillaume. On sait aussi qu'il en a fait autant en ce qui concerne la langue du texte. Les renseignements que l'analyse de la prosodie nous a livrés suggèrent qu'il s'agit d'une personnalité littéraire plus importante que les simples copistes identifiés par Mme Wathelet-Willem, et qui se rapproche plutôt de l'adaptateur discerné par Mme Lejeune31. Mais peut-on entrevoir dans l'état actuel du texte des indices d'un travail encore plus important ? Nous savons quels sont les inconséquences et contradictions qui déparent le texte au cours des mille derniers vers de G1. Vivien somme son petit frère de venir le venger à l'Archamp, mais l'entrée en scène de Gui est différée pour que le noble écuyer, Girart, compagnon d'armes de l'héroïque neveu de Guillaume, puisse être abattu, de compagnie cette fois avec un apostat, dont la seule fonction dans l'intrigue paraît être de servir de repoussoir au noble écuyer et au saint martyr. Par la suite ces deux personnages sont ressuscités et capturés, afin que Reneward puisse les libérer dans G2. Enfin, quand Gui se présente b Guillaume on nous le décrit dans des termes tout semblables à ceux employés par l'auteur de G2 pour décrire l'entrée en scène de Reneward :

'Seor, dulce amie,' dist Willame, 'merci.
Si jo murreie, qui tendreit mun païs ?
Jo n'a tel eir qui la puisse tenir'.
Del feu se dresce un suen nevou, dan Gui ;
(1433-36)

'Sire, dist Willame, 'Deu vus en sace gré !
Sire emperere, le congié m'en donez !'
Suz Munt Leun ad fait tendre sun tref.
De la quisine al rei issit un bacheler,..
(2645-48).

  • 32 Wathelet-Willem, éd. cit. I p 640.

39Il y a d'autres parallèles entre ces deux scènes, dont l'aspect inattendu de l'irruption de ces deux cendrillons, car l'apparition de Gui à ce moment précis est imprévu, d'autant plus qu'on l'a perdu de vue depuis la dernière allusion que Girart à fait au juvenceau au vers 999. D'une certaine façon on pourrait soupçonner qu'on ait décalqué la scène à Barcelone sur celle qui a lieu a Laon. A l'appui de cette suggestion j'ajouterais que le portrait qu'on nous fait de Gui relève plutôt de la manière de l'auteur de G2 que de celle de l'auteur de G132.

40Un dernier point, mais capital celui-ci. Au début de G2 Guillaume a bien connu un moment de découragement, mais il s'est repris. Si Reneward l'éclipse sur le champ de bataille cela est entièrement dû aux exigences d'une nouvelle intrigue. Guillaume est toujours un héros digne de respect, et il répond grosso modo à ce qu'on dit de lui dans l'épisode de Vivien. Dans l'épisode de Gui il ne ressemble plus à lui-même. Il souffre d'une forte dépression, il se laisse brimer par son petit neveu, et, à la fin de l'épisode il est incapable de poursuivre les païens que l'arrivée de Gui a mis en fuite, parce qu'il n'arrive pas à faire avancer le pony qu'il a emprunté au petit guerrier. On croirait volontiers ici à une parodie de la vieille chanson de geste.

  • 33 Philip E. Bennett, 'Havelok and Rainoart', Folklore, 1979, pp 77-90.

41L'ensemble de ces observations nous permettent de faire quelques précisions sur l'élaboration et la structure du poème conservé dans le MS de Londres. A l'origine du poème actuel se trouve une oeuvre en diptyque, dans laquelle la mort de Vivien a dû être vengée par Guillaume en compagnie de Girart, de Gui et d'autres membres du clan empruntés à la chanson qui a dû traiter de la bataille sur l'Orbieu avant qu'on n'eût l'idée de confondre les légendes de Guillaume et de Vivien. Il s'agit d'une oeuvre continentale composée sans doute avant 1125. Bien plus tard, peut-être après 1175, un remanieur anglo-normand a eu l'idée de refaire le deuxième épisode sur un ton parodique, peut-être en s'inspirant de la 'Chanson de Rainoart' qui semble avoir été en vogue en France à cette époque. Par la suite un autre remanieur ou bien un simple copiste a eu l'idée malencontreuse de souder ensemble la 'Chanson de Guillaume' ainsi constituée et la 'Chanson de Rainoart'. Cela a dû se faire aussi en Angleterre, et avant 1200, puisque cet autre cendrillon anglais, Haveloc, paraît avoir subi l'influence de son confrère français vers cette époque33.

42Je reviens donc à ma question première : la Chanson de Guillaume est-elle un poème anglo-normand ? A cette question il faut répondre 'oui', parce que l'épisode essentiel qui traite de la vengeance de Guillaume et de la mort de Deramé a l'air d'être une réfection parodique de la matière traditionnelle, et que le traitement de la versification dans cette section du poème trahit l'action d'une main anglo-normande. Son activité s'est fait sentir aussi dans l'épisode de Vivien, et c'est peut-être lui qui a 'camouflé' les détails dont Mme Lejeune parle dans son article. Mais il a laissé subsister l'essentiel de l'histoire de la mort sanglante et pitoyable du jeune téméraire. En revanche le deuxième épisode de la vieille épopée paraît avoir été presqu'entièrement recomposé dans le but de dégonfler Guillaume et son activité épique.

Notes

1 Huguette Legros, '"Seigneur Barun", "Vavasur onuré" : le discours mobilisateur dans la Chanson de Guillaume', Le Moyen Age, 39 (1983) pp 41-62. L'allusion à l'origine insulaire du Guillaume se trouve à la page 60 n°62.

2 La Chanson de Guillaume, éd. Duncan McMillan, Picard, Paris (S.A.T.F. 85), 2 Vols, 1949 et 1950. Voir surtout II p. 116. Dans cette communication les citations du texte du Guillaume sont faites d'après cette édition.

3 La Chançun de Guillelme, franzbsisches Volksepos des XI. Jahrhunderts, kritisch herausgegeben von Hermann Suchier, (Bibl. Normannica 8), Halle, 1911.

4 Jeanne Wathelet-Willem, Recherches sur la Chanson de Guillaume ; études suivies d'une édition, (Bibl. de la Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université de Liège, 210), 2 Vols, 'Les Belles Lettres', Paris, 1975.

5 La Chançun de Willame, ed. Elizabeth Stearns Tyler, (Heath's Oxford French Series), New York, 1919.

6 Wathelet-Willem, éd. cit. I pp 9-10.

7 La Chançun de Willame, ed Nancy V. Iseley, (University of North Carolina Studies in the Romance Languages and Literatures, 13), Chapel Hill, 1952.

8 McMillan, éd. cit. II pp. 22, 27, 51, 115 ss ; Wathelet Willem, éd. cit. I. pp 66-78.

9 Le groupement le plus remarquable est constitué par les laisses 2, 3 plus 4, 77 où, malgré quelques modifications suggérées par le contexte, l'essence du message est répétée à trois reprises sur les mêmes assonances mixtes o..e et ..e.

10 Rita Lejeune, 'Le camouflage des détails essentiels dans la "Chanson de Guillaume"', Cahiers de Civilisation Médiévale, 3 (1960) pp 42-58.

11 Ed. cit. Iï p. 44 ; cf. Wathelet-Willem, éd. cit. I p. 71.

12 Pour cet usage voir Le Livre de Sibile by Philippe de Thaon, ed Hugh Shields (A.N.T.S. 37), London, 1979, p 45 et L'Estoire des Engleis by Geffrei Gaimar, ed Alexander Bell, (A.N.T.S. 14-16), Oxford, 1960, p.xxxii.

13 Ed. cit. II p 161.

14 Dans sa discussion des vers de dix syllabes a césure médiane M. McMillan accuse J. J. Salverda de Grave d'avoir eu une 'préoccupation de mathématicien' guand celui-ci avait voulu faire tomber la césure au milieu d'un mot dans des vers de cette espèce. Ed cit. II p 56 n. 2. Pourtant toute sa propre discussion de la versification du poème, ainsi que celle de Mme Wathelet-Willem et les corrections proposées par Suchier et Mme Tyler, repose sur la même conception mathématique du vers qui est proprement celle du vers français.

15 Tout au long des introductions de leurs éditions M. McMillan et Mme Wathelet-Willem parlent des 'altérations' et 'corruptions' provoquées par l'intervention des scribes anglo-normands.

16 Johann "Vising, Anglo-Norman Language and Literature, London, 1923, p 86.

17 Ibid. p. 37.

18 Clive Scott, French Verse Art, Cambridge UP, 1980, pp 16-17.

19 The Romance of Horn, ed M. K. Pope, Vol. 1 (A.N.T.S. 9-10), Oxford, 1955, vol. 2 (A.N.T.S. 12-13), revised and completed by T.B.W. Reid, Oxford, 1964, II p. 29.

20 L'influence de la prosodie accentuelle sur la versification métrique latine et ses rapports avec les systèmes de versification des langues vulgaires au Moyen Age est considérée par Roger Wright, Late Latin and Early Romance in Spain and Carolingian France, (ARCA, 8) Liverpool, 1982, p. 66, Dag Norberg, Introduction a l'étude de la versification latine médiévale, Stockholm, 1958, pp 10-17 et M. d. Legge, 'La versification anglo-normande', Mélanges Crozet, Poitiers, 1966, I pp 639-43.

21 Op. Cit. pp 82-85.

22 Ibid. p. 84.

23 Clive Scott, op. cit. p. 7, observe que l'un des éléments les plus importants qui opposent la structure du vers anglais à celle du vers français est justement le traitement de la césure, mobile en anglais, fixe en français.

24 Jordan Fantosme's Chronicle, ed R.C. Johnston, Oxford UP, 1981, pp xxiv-xxv.

25 Horn, éd. cit. II p. 32-33 ; The Anglo-Norman Alexander (Le Roman de Toute Chevalerie) by Thomas of Kent, ed Brian Foster with the assistance of Ian Short (A.N.T.S. 29-33), 2 Vols, London, 1976-77, II pp 24-29.

26 Johann Vising, Sur la versification anglo-normande, Uppsala, 1884, J.J. Salverda de Grave, 'Observations sur la Chanson de Guillaume', Neophilologus, 1 (1915-16) pp 1-18, 181-92.

27 Loc. cit.

28 Ed. cit. II p 29.

29 Ed. cit. p. 32.

30 La présence de tels vers aussi bien dans le Roland d'Oxford que dans Gormont et Isembard suggère que l'emploi de l'octosyllabe était permis soit comme vers principal, soit comme licence poétique dans les épopées de la première génération. Il me paraît effectivement que les poètes, qui disposaient de deux hémistiches de quatre ou de six syllabes, les mélangeaient à leur gré jusque vers 1150, ce qui expliquerait la présence d'alexandrins et d'octosyllabes à césure médiane dans le Roland et le Guillaume et expliquerait aussi le traitement de l'octosyllabe dans Gormont et Isembard.

31 Lejeune, art. cit.

32 Wathelet-Willem, éd. cit. I p 640.

33 Philip E. Bennett, 'Havelok and Rainoart', Folklore, 1979, pp 77-90.

Notes de fin

* y compris deux vers a coupe 6 + 4 dans G2.

J’ai relégué ces vers parmi les irréguliers parce qu’ils ne correspondent pas au modèle du décasyllabe proposé dans le reste du poème.

L’échantillon de G2 n’offre pas d’exemple de refrain.

Table des illustrations

Légende Note **Note **
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Note *
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3935/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

(Université d'Edimbourg)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540