Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au carrefour des routes d’Europe : la chanson de geste. Tome I

De l'image épique à la représentation historique du Musulman dans "l'estoire de la guerre sainte d'Ambroise" (l'estoire et la chanson d'Aspremont)

Paul Bancourt

Texte intégral

  • 1 L'Estoire de la Guerre Sainte, histoire en vers de la troisième Croisade (1190-1192) par Ambroise, (...)
  • 2 Ibid., p. vi.
  • 3 John G. Edwards, the Itinerarium regis Ricardi and the Estoire de la Guerre Sainte, Mélanges James (...)
  • 4 The Crusade of Richard Lion-Heart by Ambroise, translated from the old french by Merton Jerôme Hube (...)
  • 5 Encyclopaedia Britannica, Tome I, p. 722.
  • 6 Estoire, v. 4828.
  • 7 Ibid., v. 5582, 5589.
  • 8 Ibid., v. 2294.
  • 9 Ibid., v. 2557, 8694.
  • 10 Ibid., v. 2165, 2868.
  • 11 The Crusade…, o. c., p. 4.

1L'Estoire de la Guerre Sainte1 d'Ambroise a surtout un intérêt historique. On ne pense plus aujourd'hui, comme le supposait Gaston Paris que l'auteur de l'Estoire se confonde avec l'homme qui "se présente à plusieurs reprises comme ayant assisté lui-même aux événements qu'il raconte"2. John G. Edwards en 19333, Merton Jérôme Hubert et John La Monte en 19414, Jean Richard dans l'Encyclopaedia Britannica5 estiment que l'Estoire ainsi que l'Itinerarium peregrinorum de Richard de la Ste Trinité de Londres procèdent du poème original d'Ambroise qui serait perdu. L'Estoire nous transmet toutefois le récit d'un homme qui rapporte tantôt ce qu'il a vu lui-même6, tantôt ce qu'il a lu7, tantôt ce qu'il a entendu dire8, qui précise souvent par laquelle de ces voies l'information lui est parvenue9 et qui se montre parfois préoccupé de son degré de vérité10. L'Estoire a de plus été rédigée peu de temps après la fin de la 3ème croisade et nous avons là, écrit John La Monte, un correspondant de guerre qui raconte, dans la langue du pays, les tout derniers épisodes de cette lutte contre l'Islam11. La partialité d'Ambroise pour son maître Richard Coeur de Lion ne lui interdit pas de figurer parmi les sources utilisées par les historiens de notre temps. Ce Normand occidental, probablement originaire de l'Evrecin, se situe donc dans la lignée des anciens chroniqueurs normands ou anglo-normands comme Geffrei Gaimar, Wace, Benoît de Sainte Maure.

  • 12 L'Estoire, p. vii-viii.
  • 13 Ibid., v. 4179-4187, 8479-8505.

2Cependant Ambroise n'est pas un clerc comme Wace ou Benoît de Sainte Maure. Ce n'est pas non plus un chevalier. "En dehors des combattants et des clercs, écrit G. Paris, on ne voit guère dans l'ost des Croisés de place que pour un poète de profession, un jongleur"12. Des jongleurs, Ambroise connaît le répertoire : la Chanson des Saisnes, la Chanson d'Antioche, mais surtout Aspremont13 dont il se souvient au début de son récit quand, avec la flotte royale il fait étape à Messine qui

514

siet el chief de Sezille

Desus le Far, encontre Rise

Que Agoland prist par s'emprise.

3A vrai dire, ces allusions ne montrent chez Ambroise que l'affleurement de réminiscences épiques. Toutefois, si l'on étudie plus particulièrement, comme nous nous proposons de le faire, le portrait qu'il nous fait des musulmans, on constate que, dans ce domaine, l'utilisation des chansons de geste va beaucoup plus loin, qu'Ambroise leur a emprunté des formules, qu'il a décrit les musulmans selon les stéréotypes des chansons de geste, qu'il insère sa connaissance des événements dans des structures épiques mais que chez lui le portrait des musulmans devient en même temps plus exact, plus positif, voire élogieux. L'Estoire est donc - sur ce point particulier - une oeuvre ambiguë par sa double nature épique et historique. C'est aussi une oeuvre a deux visages en ce sens que, tournée vers le passé, elle recueille l'héritage de chansons de geste antérieures mais que son auteur, préoccupé de l'actualité, fixe et transmet des musulmans une image dont il conviendra de préciser la nouveauté.

***

4De la tradition épique antérieure Ambroise utilise tout l'éventail des mots péjoratifs qualifiant et désignant les musulmans. Il lui emprunte aussi plusieurs motifs. Interprété par Ambroise le fait historique s'inscrit parfois dans le cadre du schéma épique traditionnel et le musulman historique, mis dans la situation du Sarrasin épique, s'en voit attribuer les traits spécifiques. L'événement qui nous servira d'abord d'exemple est l'entreprise audacieuse de Guy de Lusignan, roi déchu de Jérusalem, qui, ayant décidé de reconquérir Acre dont Saladin avait accru la défense et où il avait laissé une importante garnison, vient prendre position devant la place avec une petite armée, après avoir traversé, de Tyr jusque là, tout le pays abandonné aux vainqueurs. Sauf la hardiesse de Guy de Lusignan, rien ne semble donner lieu à une interprétation épique. Pourtant Ambroise tire parti de l'événement pour composer un récit qui, par son esprit, sa structure et l'image du musulman constitue une séquence épique. Dans l'Estoire en effet les musulmans, étonnés de voir au petit matin les Francs qui, dans la nuit, avaient pris position devant Acre sur la colline du Thoron, envoient à Saladin un messager dont le discours correspond bien à celui des Sarrasins épiques. Entreprise avec une poignée d'hommes, "plain poin de crestiens" (v. 2797), l'offensive des Francs est une folie. Ils se sont, dit le messager,

v. 2799 Sor els embatu folement

  • 14 P. Bancourt : Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du Roi, Publications de l'Universit (...)
  • 15 L'Estoire, v. 2779 Mais Deu volt qu'il fust autrement

5L'attitude de Guy est bien cette folie mystique dont les Sarrasins épiques accusent les chrétiens dans les chansons de geste14. Dans le terme de poignée (poin) on reconnaît chez le messager musulman la traditionnelle confiance des Sarrasins épiques en leur supériorité numérique, alors que, non seulement dans la geste mais aussi chez les chroniqueurs des Croisades, les chrétiens, comme Ambroise le dit quelques vers plus haut à propos de Guy (v. 1779), mettent leur confiance non dans leurs propres forces mais dans Dieu tout-puissant15. Ambroise souligne l'infériorité numérique des chrétiens par cette comparaison expressive : "Si on avait haché menu notre armée, il n'y en aurait pas eu une pincée pour chacun d'eux" (v. 2813-2814), comparaison dont nous avons peut-être le modèle dans Aspremont où Agoland, confiant dans ses forces face à la grande pénurie d'hommes dont souffrent les Francs, déclare plaisamment que si on les leur préparait pour leur repas, ils n'auraient pas de quoi apaiser leur faim (Asp. (W) v. 9090-9091). Aussi bien le messager d'Acre, persuadé que les Francs n'oseraient pas se défendre, vient-il seulement prier Saladin de venir leur couper la tête (v. 2800-2801). De cette forme de mépris, les chansons offrent beaucoup d'exemples. Nous citerons seulement, dans la version anglo-normande d'Aspremont, l'exemple d'Aumont qui, enviant les belles armes des Francs, leur propose de les laisser s'enfuir s'ils se rendent à lui sans s'en servir.

L3, v. 3470 Qu'a moi se rendent sanz traire et sanz lancer !

6La présomption de Saladin fait écho à la suffisance naïve du messager. Le sultan se montre-t-il préoccupé de la menace franque ? Nullement. Au contraire il se réjouit de la nouvelle (v. 2802-2803). Il convoque son arrière-ban, non pour défendre la ville, mais pour l'inviter à venir au butin (v. 2810-2811) et, lorsque, arrivé sur les lieux, il constate la présence de renforts importants venus de tout l'occident chrétien, Ambroise lui attribue cette trouvaille : "voilà notre butin qui augmente !

v. 2884 Ore est preie creüe.

  • 16 Recueil des Historiens des Croisades, Historiens Orientaux, T. III, p. 132.
  • 17 P. Bancourt, o. c, p. 196-201 et 230-235.

7Si l'on compare le récit d'Ambroise avec celui de Béha ed-Din dont "Les anecdotes et beaux traits de la vie du Sultan Youssof" sont la source la plus authentique que nous ayons sur Saladin, nous lisons que, lorsqu'un courrier vint lui annoncer la marche des Francs en direction d'Acre, il ne montra ni indifférence ni mépris mais que "cette nouvelle lui parut si grave qu'il écrivit à tous les princes des contrées voisines, leur ordonnant de venir le rejoindre avec leurs troupes"16. Il est clair qu'Ambroise fait du Saladin historien un fantoche façonné d'après le cliché du prince sarrasin déjà représenté par le Corbaran du Chroniqueur Anonyme et qui figure chez tous les chroniqueurs latins, dans la Chanson d'Antioche, dans les chansons de geste et notamment dans Aspremont17.

  • 18 Ibid., p. 214-217.
  • 19 L'Estoire, v. 6769-6894.
  • 20 R.H.C., Hist. Or., III, p. 263.

8Dans les chansons de geste les faits infligent souvent un terrible démenti à l'orgueil du prince sarrasin qui, apprenant sa défaite, réagit par l'incrédulité, la colère, la violence, les reproches18. Nous trouvons dans l'Estoire, après le récit de la défaite de Saladin à la bataille d'Arsûf (7 septembre 1191), une variante de ce prolongement au topos de l'orgueil du prince sarrasin. Ambroise nous fait en effet assister au conseil du sultan et de ses émirs19. Ce conseil - Béha ed-Dîn en témoigne20 - eut lieu quatre jours après la défaite. Il s'agissait, comme Ambroise le mentionne, de savoir s'il fallait défendre ou détruire la ville d'Ascalon et il fut décidé de la ruiner plutôt que de la voir tomber au pouvoir des Francs. Mais Saladin, dont l'autorité était précaire, loin d'imposer sa volonté, dut accepter malgré lui la destruction de la ville. Or, conformément au stéréotype du prince sarrasin colérique et tyrannique, Saladin "tot coreciez e tot plein d'ire (v. 6776)" prend lui-même, dans un violent mouvement de colère scandé par la répétition : "Abatez, abatez-moi", la décision soudaine de raser coup sur coup plusieurs places dont Ascalon. Chez Ambroise, Saladin avait d'ailleurs ouvert le débat par un discours où il adressait à ses émirs de violents reproches et où il opposait sous forme d'interrogation, leur présomption de naguère à la défaite présente :

v. 6777

E u est ore ma naisnee,

La vanteresse, l'enragiée ?

Or chevalche cristientez

Par Sulie a ses volontez.

9Ces reproches de Saladin à ses émirs me paraissent s'inspirer de ceux qu'Aumont, après son premier échec, adresse à ses mauvais conseillers : même procédé rhétorique de l'interrogation, même opposition du passé au présent, même ironie amère à l'égard de leur prétendue valeur, même critique de leur vantardise, non seulement dans la version W mais dans L3.

Asp. L3, v.4027

Sunt ce ore mes bons combateürs

Que en Aufrike (...

4033

...) beviez de mes vins les meillurs ?

La estoiez riches conquereors,

Departiez de France les honurs,

Mais Francs les tienent de lur droit Ancessors

4039

Cum mar cruï les malveis vantëurs !...

  • 21 Ibid., pp. 224-346 passim.
  • 22 L'Estoire, v. 7367 ss.
  • 23 R.H.C., Hist. Or., III, p. 335-341.
  • 24 L'Estoire, v. 7395-7397.

10Les historiens ont souvent montré la différence de mentalité entre les Francs d'occident et les Francs implantés en Terre Sainte : les premiers, intransigeants, les autres, rendus réalistes par la nécessité de vivre sur le terrain. Ambroise appartient plus qu'un autre à la première catégorie parce que ce représentant de la "gent menue" est en même temps un trouvère qui connaît bien la Chanson de Roland, l'ambassade de Ganelon et sa trahison. Cela explique le malaise qu'il éprouve a parler des relations personnelles de Richard avec Saladin et son frère Safadin (Saïf ed-Dîn, alias Malik el-Adil). Béha ed-Dîn qui, en tant que secrétaire particulier de Saladin, en fut le témoin privilégié, montre qu'elles ont commencé très tôt, une semaine après l'arrivée de Richard au siège d'Acre et à l'initiative du roi d'Angleterre, qu'elles ont été fréquentes pendant toute la campagne, que le ton en fut courtois et amical, que, de part et d'autre, des présents (faucons, cheval, prisonnier, fruits, neige, parfums, vêtements) furent échangés et que des repas fins - avec les spécialités du pays - réunirent Richard et Malik el-Adil21. Sur ces relations, Ambroise ne s'étend un peu qu'une fois, lorsque, en octobre 1191, après avoir repris et reconstruit Jaffa, le roi Richard fit des propositions de paix22. Selon Béha ed-Dîn, les négociations portaient essentiellement sur l'abandon à Richard de la ville d'Ascalon23 à laquelle Richard dut finalement renoncer et qui fut détruite, comme le précise Ambroise24.

11Mais le laudateur de Richard prête à son héros des prétentions démesurées. Il n'exige rien moins que le royaume de Syrie d'un seul tenant (v. 7377-7378). Il revendique tout le royaume de Jérusalem dans l'état ou il était sous Baudoin IV (v. 7379-7380). Il prétend même en réclamant le tribut du Caire revenir a la situation de l'année 1167 où, pour peu de temps, Amaury Ier avait fait de l'Egypte un protectorat franc (v. 7381-7382). En prêtant à Richard de telles exigences, Ambroise donne à l'objet réel de la négociation une dimension épique : les termes par lesquels il la désigne le prouvent. Richard, écrit-il,

7375

,.. fist merveilleuses demandes

E mult riches, nobles e grandes :

  • 25 R.H.C., Hist. Or, III, p. 334.

12D'autre part, selon Ambroise (Marsile et Blancandrin le lui ont bien appris), les Francs ne sont-ils pas toujours dupes de la mauvaise foi des Sarrasins ? Il est vrai - Béha ed-Dîn ne le dissimule pas - que Saladin, sachant Richard pressé de rentrer en Angleterre - Richard le lui avait lui-même déclaré25 - cherchait à gagner du temps pour démolir les fortins susceptibles d'abriter les Francs et pour renforcer la défense de Jérusalem. Mais ce qui, dans les relations diplomatiques, n'est que subtil marchandage, devient, dans le langage épique d'Ambroise, le piège dans lequel "la fause gent enemie" fait tomber un roi trop crédule (v. 7399-7400). Ambroise est particulièrement susceptible sur un point particulier : celui des présents. En effet, sauf Ganelon, il n'est point dans les chansons de geste, de héros chrétien qui consente à en recevoir venant des Sarrasins. Lorsque, dans Aspremont, Balan offre des présents à Naime, venu à la cour de l'émir Agoland, le sage Naime les refuse et, s'il accepte le magnifique cheval que Balan lui remet, c'est pour l'offrir à son seigneur Charlemagne. Or, chez Ambroise, Richard s'est laissé tromper par Malik el-Adil en acceptant ses présents. Maudite soit la fréquentation des musulmans, s'écrie Ambroise.

7404 Lor acointement mal chief prenge !

Le récit d'Ambroise s'articule autour de trois idées dans lesquelles on reconnaît trois lieux communs largement représentés dans le thème épique de l'ambassade : l'insolence des prétentions, la perfidie du Sarrasin, la hantise de la trahison. Dans sa représentation des musulmans Ambroise procède donc en trouvère. Il les décrit selon les conventions les plus banales, leur attribue la personnalité et le discours des Sarrasins épiques, les fait vivre dans des scènes où se reconnaissent des situations épiques.

***

  • 26 P. Bancourt, o. c, p. 280.
  • 27 Ibid., p. 279.

13L'Estoire se situe dans la continuité des chansons de geste non seulement pour l'image négative qu'elle nous transmet des musulmans, mais aussi pour l'aspect positif de leur personnalité. Ambroise ne cache pas son admiration pour la vaillance des Turcs. Je ne peux m'empêcher de dire, écrit-il, qu'il n'y a pas au monde de peuple aussi hardi (v. 637-638). C'est le langage habituel des chroniqueurs latins de la première croisade26, c'est celui des chansons de geste27 et Ambroise reprend les termes de la formule où s'exprime le regret de voir un peuple si vaillant exclu de la chrétienté (v. 5069-5070). Leurs chefs surtout, Saladin, son frère Safadin

11 547

Cil qui fesoit les granz proesces

E les bontez et les largesces,

14méritent les éloges d'Ambroise pour leur bravoure. Ils pratiquent également la vertu de largesse et de générosité. Lorsqu'Ambroise raconte, pendant le siège de Jaffa (31, 7, 1192), la démarche du patriarche de Jérusalem Raoul auprès du Sultan pour obtenir une trêve, l'éloge de Saladin est presque lyrique

10 901

Einz manda a Salahadin

Au large, au vaillant Sarazin

……………

10 904

Que une triuue lor otreiast,..

  • 28 R.H.C., Hist. Or., III, p. 328.

15éloge bien peu mérité, car Béha ed-Dîn nous apprend que seule la fatigue des assaillants empêcha Saladin de poursuivre le siège avant l'arrivée des secours francs28.

16Un épisode singulier montre, chez Ambroise, la largesse de Safadin à l'égard de Richard. Plein d'admiration pour la bravoure de Richard surpris par l'ennemi alors qu'il campait sous les murs de Jaffa reconquise (5 août 1192), le frère du sultan lui fit envoyer en présent deux chevaux arabes

11 549

Cil vint poignant, si com jo dis,

O tot deux chevals arabis

Qu'il tramist al rei d'Engletere ;

17La générosité de Saïf ed-Dîn n'est pas tout à fait gratuite. Il demande a Richard, en échange des chevaux, de lui accorder, si Dieu le tire sain et sauf du combat, une compensation, un "guerredon" (v. 11 556). A cette date en effet le roi et le prince ont appris à se connaître et à s'estimer. Ils nouent une nouvelle fois, au coeur du combat et malgré la différence de religion, des obligations d'ordre privé. Or ce type de relations entre chrétiens et musulmans est déjà représenté dans nos chansons de geste, notamment dans la Chanson d'Aspremont. En échange de la courtoisie que Naime a manifestée à Balan venu en messager à la cour de Charlemagne, Balan, reconnaissant le Franc venu à son tour porter son message à Agoland et se considérant comme son obligé, s'offre à lui pour être son garant (Asp. L3, v.2964). On trouve même dans Aspremont une situation voisine de celle où Saïf ed-Dîn vient en aide à Richard en difficulté, mais inverse en ce sens que le beau rôle est attribué au Franc dans la chanson de geste. En effet, au cours de la mêlée, Ogier s'apprête à frapper Balan, quand Naime arrête le bras du Franc, parce qu'il se considère comme son obligé (Asp. W. 5738-5739). Béha ed-Dîn ne mentionne pas le geste de Saïf ed-Dîn. Il n'y a pas lieu pourtant de le révoquer en doute. La réalité historique et la fiction épique s'accordent : elles représentent un type de relations ayant existé au tournant du xiie et du xiiie siècles entre Francs et musulmans.

  • 29 Ibid., p. 349.

18La générosité et la sagesse de Saladin et de ses conseillers sont illustrés par un épisode longuement traité par Ambroise. Selon les termes de la trêve gui mit fin à l'expédition de Richard, les croisés francs, transformés en pacifiques pèlerins, pouvaient se rendre à Jérusalem et y faire leurs dévotions avant de rentrer en Occident. Mais il leur fallait un sauf-conduit de Saladin. Formés en trois colonnes ils envoyèrent en avant-garde (sept. 1192) des messagers chargés de l'obtenir mais ceux-ci, s'étant endormis en route, furent devancés par les pèlerins en fin d'après-midi à proximité de la Ville Sainte. Sans défense contre l'armée turque qui n'avait pas encore été licenciée ni contre une population visiblement hostile, les pèlerins passèrent la nuit hors de la ville, au pied du rempart. Quelle belle occasion pour les musulmans de venger sur eux le massacre des prisonniers d'Acre décidé par Richard après la prise de la ville. Ambroise représente ceux-ci suppliant Saladin de les laisser satisfaire leur vengeance (11.975-11.978). Mais les conseillers de Saladin refusèrent. Béha ed-Dîn ne mentionne ni l'incident ni la demande ni le refus, mais, si Saladin se montra généreux, il en donne sans aucun doute la bonne explication. Le sultan savait que les Francs, écrit Béha ed-Dîn, "aussitôt qu'ils auraient visité les lieux saints, s'empresseraient de partir pour leur pays, délivrant ainsi les musulmans de leur présence toujours dangereuse"29. Il ne tenait pas, vraisemblablement, à prolonger leur séjour en provoquant chez eux d'imprévisibles réactions. Beaucoup plus élogieuse est l'interprétation d'Ambroise. Nulle trace de prudence politique chez les conseillers du sultan, mais le seul souci au nom de l'honneur et de la religion musulmane, de rester fidèle b la parole donnée. Il leur fait dire en effet

11 992

Trop par sereit ço grant laidesce

E grant blasme a la loi paiene,

Se iceste gent cristiene

Qui ci est soz nostre poisance,

Et qui croit en bone creance

Estoit si faitement ocise

Dedenz ce que la triuue est prise

De nos e del roi d'Engletere.

  • 30 P. Bancourt, o. c. p. 314.
  • 31 Ibid., p. 315.
  • 32 Ibid., p. 319-325.

19Au stéréotype épique de la perfidie des Sarrasins se substitue leur désir non seulement de respecter les termes de la trêve, mais de se conformer à son esprit. Ou plutôt, ce respect des trêves que pratiquait déjè, dans Aspremont, le messager sarrasin Gorhan30 et avant lui Fiérabras31 au risque de se heurter - comme ici - à l'opinion populaire32, Ambroise l'inscrit dans le récit d'un événement réel, singulier, historique.

20Ambroise écrit l'Estoire à la gloire de son roi Richard Coeur de Lion, mais il fait indirectement l'éloge de son adversaire Saladin, surtout b la fin de l'oeuvre où apparaissent réunies chez le prince musulman, en plus de la tolérance, ces vertus si vantées au Moyen Age de largesse, de sagesse et de prouesse. Ambroise s'étend en effet longuement sur l'accueil que Saladin réserva à l'évêque de Salesbury, venu lui aussi visiter les lieux saints à la tête d'une troupe de pèlerins, après la conclusion de la trêve. Pour l'honorer, le sultan lui offrit des présents, le fit accompagner sur les lieux saints puis il l'invita à une entrevue et, après lui avoir montré la Sainte Croix, il le fit asseoir pour s'entretenir avec lui. Ambroise nous fait assister à leur conversation.

  • 33 Ibid., p. 104-107.

21Avec la même curiosité que celle des chefs sarrasins des chansons pour leurs homologues chrétiens33, Saladin questionne l'évêque sur Richard et, soucieux de sa propre réputation, l'interroge sur l'opinion que les chrétiens ont de lui

v. 12.129

E il comença a enquerre

Des teches le roi d'Engletere.

E que noz cristiens disoient

Des sues que o lui estoient.

22La réponse de l'évêque est admirable par sa sincérité : il fait l'éloge de la vaillance, de la largesse, des qualités de Richard ; mais cet éloge n'est pas sans réserve. Aussi bien nul n'est parfait.

v. 12. 134

De mon seignor bien vos puis dire

Que c'est li mieldres chevalers

Del monde, e li mieldre guerriers,

E larges e bien enteschiez.

Ge n'acunt mie nos pechiez ;

  • 34 L'Estoire,
    12 139 "Mais qui avroit vos teches mises
    Ovec les sues e assises,
    Nos disons bien qu'en tot (...)

23Le défaut de Richard, l'évêque le désignera d'abord par sa réticence, ensuite par l'éloge même qu'il fait de Saladin. Car, lui dit-il, si l'on ajoutait vos qualités aux siennes, on ne trouverait pas au monde deux princes d'une vaillance aussi éprouvée34. Quelle qualité manque donc à Richard, qui ne manque pas à Saladin ? Le sultan qui, au cours de la campagne, a mesuré autant la vaillance que l'imprudence de son adversaire, l'a bien compris : c'est la sagesse, et sa réponse le montre bien.

v. 12.146

Si li dist : "Bien sai que molt a

El rei proesce e hardement ;

Mais il s'embat si folement !

Quel haut prince que jo ja fusse,

Je voldroie mielz que jo eusse

Largesce e sens o tot mesure

Que hardement o desmesure".

24Ainsi, dans ce dialogue, apparaît curieusement le conflit, si fréquemment évoqué dans la geste, de la prouesse et de la sagesse, de la mesure et de la démesure, qui opposa à Ronce-veaux Roland et Olivier. Mais le sultan dit nettement ses préférences : plutôt que d'être un Roland comme Richard, il préférerait être Olivier. Pouvait-on faire de Saladin un plus bel éloge ?

***

  • 35 P. Bancourt, De l'imagerie au réel : l'exotisme oriental d'Ambroise in Images et signes de l'Orient (...)

25L'Estoire de la Guerre Sainte marque un tournant dans la connaissance et la représentation médiévale du musulman. Dans un article publié en 1982 dans Senefiance n°11 sur l'exotisme oriental d'Ambroise, après avoir relevé, entre autres traits exotiques, ceux qui concernaient l'aspect extérieur des Turcs, leur toilette, leur vêtement, leurs usages, leurs chevaux, leurs armes, leur tactique militaire, leur langue35, j'avais essayé de définir la nouveauté de l'Estoire par rapport aux chroniqueurs latins et à la Chanson d'Antioche. La comparaison avait été nettement à l'avantage d'Ambroise. Il paraît en être ainsi également pour le portrait moral. Mais ce portrait n'est pas non plus totalement nouveau même dans son aspect positif. L'Estoire continue une évolution, déjà amorcée dans les chansons de geste où il devient plus exact et plus humain.

  • 36 A. de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe III, Chanson d'Aspremont(...)
  • 37 A. de Mandach, Observations littéraires et sociologiques relatives à la Chanson d'Aspremont, in Tra (...)
  • 38 A. de Mandach, Aspremont, o. c., p. 2.
  • 39 Aspremont, éd. par L. Brandin, v. 215.
    A. de Mandach, Aspremont, o. c., v. 934 S'est d'une jupe de p (...)
  • 40 Ibid., v. 8740-8741.
  • 41 Ibid., v. 7729.
  • 42 Ibid., v. 204, 10. 540.
  • 43 P. Bancourt, o. c, p. 929-935, 951-954, 967-973.
  • 44 Là où la chanson dit :
    Franc sont armé et Alfricant sont nu (Brandin v. 8702)
    L'Estoire dit :
    5649 Li (...)

26Il est remarquable en particulier que nous ayons été amené plus d'une fois à citer la Chanson d'Aspremont, sans en avoir fait a priori le terrain privilégié de notre enquête. Rien ne permet de prouver une influence certaine ni un emprunt précis. Mais il est nécessaire de montrer ce qui rapproche, malgré la différence des genres, la chronique rimée et cette chanson. Si l'Estoire a été rédigée, comme il est probable, peu après la fin de la 3ème croisade terminée en septembre 1192, la Chanson d'Aspremont, postérieure à Pâques 1187 et antérieure à 1191, d'après A. de Mandach, était récente36 et Ambroise comme ses allusions le prouvent, y a pensé plusieurs fois en rédigeant l'Estoire. Ce qui rapproche ces deux oeuvres presque contemporaines, c'est aussi qu'elles sont nées en terre anglo-normande. La Chanson d'Aspremont, rédigée d'abord selon A. de Mandach en anglo-normand, a été composée à la gloire des Plantagenets Henri II et Richard Coeur de Lion37 l'Estoire est elle-même écrite à la gloire de Richard. Elle est parcourue par un ardent esprit de croisade. Or, Aspremont est avant tout une chanson de croisade, la seule qui contienne tous les éléments du "credo de croisade"38. C'est aussi une des rares chansons ou surgissent, isolés, des mots, des détails exotiques, comme on en trouve dans l'Estoire : la jupe (djoubba) de Balan39, la lance d'aloès d'Ulien40, les anneaux fixés aux oreilles de Galindre41, les tresses des Turcs42. Aucune chanson ne s'étend aussi longuement qu'Aspremont sur les différences entre l'armement et la tactique des Francs et des Turcs43, mais nulle part ailleurs non plus et chez aucun chroniqueur des Croisades la différence n'est plus vigoureusement marquée que dans l'Estoire44. Ce grand nombre d'analogies qui indique entre la chanson de geste et la chronique une curieuse parenté, explique également qu'elles s'accordent sur le terrain de la représentation des musulmans qui, bien qu'encore traditionnelle sur bien des points, devient plus exacte, plus positive, plus historique.

Notes

1 L'Estoire de la Guerre Sainte, histoire en vers de la troisième Croisade (1190-1192) par Ambroise, publiée et traduite d'après le manuscrit unique du Vatican par Gaston Paris, Paris, 1897.

2 Ibid., p. vi.

3 John G. Edwards, the Itinerarium regis Ricardi and the Estoire de la Guerre Sainte, Mélanges James Tait, Manchester 1933.

4 The Crusade of Richard Lion-Heart by Ambroise, translated from the old french by Merton Jerôme Hubert, with notes and documentation by John La Monte, Columbia University Press, 1941.

5 Encyclopaedia Britannica, Tome I, p. 722.

6 Estoire, v. 4828.

7 Ibid., v. 5582, 5589.

8 Ibid., v. 2294.

9 Ibid., v. 2557, 8694.

10 Ibid., v. 2165, 2868.

11 The Crusade…, o. c., p. 4.

12 L'Estoire, p. vii-viii.

13 Ibid., v. 4179-4187, 8479-8505.

14 P. Bancourt : Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du Roi, Publications de l'Université de Provence, 1982, I, p. 248.

15 L'Estoire, v. 2779 Mais Deu volt qu'il fust autrement

16 Recueil des Historiens des Croisades, Historiens Orientaux, T. III, p. 132.

17 P. Bancourt, o. c, p. 196-201 et 230-235.

18 Ibid., p. 214-217.

19 L'Estoire, v. 6769-6894.

20 R.H.C., Hist. Or., III, p. 263.

21 Ibid., pp. 224-346 passim.

22 L'Estoire, v. 7367 ss.

23 R.H.C., Hist. Or., III, p. 335-341.

24 L'Estoire, v. 7395-7397.

25 R.H.C., Hist. Or, III, p. 334.

26 P. Bancourt, o. c, p. 280.

27 Ibid., p. 279.

28 R.H.C., Hist. Or., III, p. 328.

29 Ibid., p. 349.

30 P. Bancourt, o. c. p. 314.

31 Ibid., p. 315.

32 Ibid., p. 319-325.

33 Ibid., p. 104-107.

34 L'Estoire,
12 139 "Mais qui avroit vos teches mises
Ovec les sues e assises,
Nos disons bien qu'en tot le monde,
Tant comme il dot a la reonde,
N'avroit tels deus princes trovez,
Si vaillanz ne si esprovez".

35 P. Bancourt, De l'imagerie au réel : l'exotisme oriental d'Ambroise in Images et signes de l'Orient dans l'Occident médiéval, Senefiance n°11, 1982, p. 29-39.

36 A. de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe III, Chanson d'Aspremont A. Les cours d'Agoland et de Charlemagne, p. 2.

37 A. de Mandach, Observations littéraires et sociologiques relatives à la Chanson d'Aspremont, in Travaux de Linguistique et de Littérature, XVI, 1, p. 371.

38 A. de Mandach, Aspremont, o. c., p. 2.

39 Aspremont, éd. par L. Brandin, v. 215.
A. de Mandach, Aspremont, o. c., v. 934 S'est d'une jupe de paile despolié.

40 Ibid., v. 8740-8741.

41 Ibid., v. 7729.

42 Ibid., v. 204, 10. 540.

43 P. Bancourt, o. c, p. 929-935, 951-954, 967-973.

44 Là où la chanson dit :
Franc sont armé et Alfricant sont nu (Brandin v. 8702)
L'Estoire dit :
5649 Li cristiens sunt mult armé
Et li sarazin desarmé.

Auteur

(Université d'Aix-Marseille)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540